Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Bonne nouvelle. Les lunettes c'est sexy. [Solo]
#   Ven 2 Jan 2015 - 18:26

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

J'ai peur. Je ne l'avouerai pas. Évidemment. Mais c'est pourtant le cas. Je suis là. Assis. Au milieu d'une salle d'attente calme. Vide. Trop vide. Personne n'a donc de soucis ? Mon poing se contracte convulsivement. Je dois avoir la marque de mes ongles dans mes paumes. Marque que je vois à peine. Avec cette vue misérable. J'aurai dû venir plus tôt. En rentrant de ma dernière mission par exemple. C'est pas faute d'y avoir pensé. C'est juste... Le refus d'un dysfonctionnement. C'est comme perdre un peu plus encore. J'en ai assez. Assez de perdre. De faire des erreurs.

Je passe une main sur mon visage. Je suis trop tendu. Mais c'est effrayant. Maintenant... Je me dis que j'aurai dû prévenir quelqu'un. Au cas où. On sait jamais. Même Jun n'est pas au courant. Il sait que ma vue diminue. Enfin, un peu. Mais là... C'est affreux. Je suis même plus capable de lire quelque chose. Pas tant qu'il n'est pas à quelques centimètres de mon visage. C'est effrayant.

« Wyatt Stevens. Bonjour, suivez-moi s'il vous plaît. Je m'occuperai des examens généraux, ensuite, vous aurez affaire à une interne. »

Une jolie petite brune. Cheveux bouclés. Attachés. Les yeux... Probablement clairs couverts de lunettes. Je hoche simplement la tête. Le silence nous entourant. Ce silence angoissant. J'aurai définitivement mieux fait de prévenir quelqu'un. Ou de venir plus tôt. Ou pas seul. C'était Drew le plus courageux. Pas moi. Moi j'avais toujours été le froussard. Celui qui se cache derrière ces frères. Celui qui baisse la tête. Je déglutit et entre dans la pièce qu'elle ouvre.

Bon. Hé bien. J'ai déjà visité un ophtalmologiste avec Warren. C'est pas si différent. Juste... Blanc. Calme. J'ai soudain peur des résultats. Avant même que tout débute. Je sursaute en entendant l'infirmière m'appeler. Je m'avance et m'assieds sur le siège placé derrière son bureau. Je déglutis. Non. Vraiment. J'y arriverai pas. Je suis tellement tendu que mon dos me fait souffrir. Mes épaules sont crispées. J'aimerai pouvoir lire à l'envers ce qu'elle note.

« Bien. Commençons. Placez votre menton sur le support juste ici. Voilà. Et maintenant, appuyez votre front sur celui-ci. Parfait. Ne bougez plus surtout. »

Je me tends quand la lumière jaillit dans ma pupille. Putain. Ils comptent rendre aveugle les patients ? J'essaye de tenir. Ne pas fermer la paupière. Surtout pas. Je sens la larme couler. Rapidement essuyée par le mouchoir que l'infirmière presse sur ma joue. Je recule instinctivement. Surpris. Elle sourit. Je me replace. Moins tendu. Parce que déconcentré. L'examen est rapidement interrompu. Elle me retire la machine pour en tirer une autre. Si je me souviens bien... Pour vérifier le niveau de ma vue. C'est plutôt logique en fait. Il faut qu'elle confirme les résultats de la machine juste avant.

« Vous avez déjà porté des lunettes ? »

Je lui indique que non. Et je sais en voyant sa petite moue qu'elle est mécontente. Oui. Bon. Je suppose que j'aurai mieux fait de venir plus tôt. Je vais en entendre parler tiens. Je m'y attends. Mais tellement... Pourtant elle ne dit rien. Elle soupire simplement. Elle secoue légèrement la tête et place la machine face à mon visage. Je la vois trifouiller pour chercher ses petits ronds transparents. Puis elle tire un peu mon visage pour qu'il soit bien positionné. J'apprécie moyennement en réalité. Je ne dis rien. Je la laisse mettre ses ronds. J'ai l'impression de voir un peu plus clair. Elle allume alors un écran sur le mur à l'autre bout de la salle. Oh non. Je hais ce truc. J'en ai un si mauvais souvenir.

« Est-ce que c'est encore flou ? »

Après ma réponse positive. Elle enchaîne les pastilles. Finalement on trouve les bonnes. Je vois clair. Et je remarque seulement maintenant à quel point je voyais mal. Combien j'avais perdu. Sans y faire attention. Parce que je m'y habituais. J'ai l'impression de redécouvrir un monde. Un monde de clarté. Net. Précis. Et c'est agréable. Je m'y plais pourtant un court instant. Elle me retire rapidement tout ça. Avant de m'envoyer dans la salle d'attente. L'interne arriverait. Dans un petit moment...

« Monsieur Stevens ? Je suis Amanda, je vais m'occuper de vous. Ce sera rapide. Veuillez me suivre s'il vous plaît. »

Pas le temps de répondre. Juste celui de se lever. De suivre le mouvement. Je retiens un soupir. C'est pas comme ça qu'ils mettront à l'aise les patients. Ou alors c'est juste elle. Quoiqu'il en soit. On se retrouve dans une autre salle. Une autre machine. Un autre fauteuil. Je me fais surprendre par ses questions. Je m'attendais plutôt à commencer un autre examen.

« Depuis quand est-ce que votre vue baisse exactement ? »

Je laisse planer un léger silence. Je tente de me souvenir. Probablement quelques semaines après Aëlita. Il me semble oui. Maintenant. Reste à savoir quand c'était...

« Pas loin d'un an je suppose. J'aurai dû venir plus tôt. Je sais. Je pensais que mes yeux fatiguaient simplement. J'avais une paire de lunette que je portais pour lire de temps en temps. »

Une petite moue. Encore une. Je la vois gribouiller sur ses feuilles. Puis on passe rapidement à l'examen. Son silence m'angoisse. Je sais bien que c'est pas normal. Que la vue chute pas comme ça sans prévenir. Que... J'en ai assez. Elle me fiche ses gouttes dans les yeux. Me laisse attendre une éternité j'ai l'impression. Et ma vue se trouble. Encore plus. Je me retiens de paniquer. Elle sait ce qu'elle fait non ? Et elle revient. Me soumet à ses examens bizarres. Me brûle les yeux avec sa lumière aveuglante. D'après ce que j'ai compris. Elle regarde le fond de mes yeux. Enfin. Un truc comme ça. Barbare.

« Vous vous souvenez d'un événement quelconque apparu à ce moment-là ? Une chute ou tout autre blessure ? »

C'est après une légère réflexion. Mon aveu que rien n'était arrivé à ce moment-là et dans les mois précédents. Sa jolie grimace à peine visible à travers mon rideau flou. Que tout avait semblé dégénérer. Elle avait fait venir un médecin encore plus vieux. Moins avenant. Ils avaient tant parlé que je ne me souvenais plus combien. Ni de quoi. C'était fatiguant. Et finalement. On m'avait emmené dans une autre salle. Des prises de sang en quantité. J'avais cru en mourir en voyant tout ce sang sortir.

« Bien. Revenez dans une semaine. Nous aurons les résultats de vos prises de sang. En espérant trouver le souci. D'ici là, procurez-vous une paire de lunettes à votre vue. Prévenez-moi dès que votre vue semble diminuer encore même avec celles-ci. Sur ce, je vous souhaites une bonne journée. Au revoir M. Stevens. »

De rapides salutations. Un retour dans ma chambre en catastrophe. L'envie de ne voir personne. Pas même Jun. Ni Bethy. J'aurai du chercher une paire de lunettes de suite. Je le ferai demain. Pour le moment. Je veux oublier. Oublier les doutes. La peur. Le souci hein... Ce sera pas un si grand souci non ? Je déglutit et me précipite sous la douche. Une bonne douche chaude et au lit. Enfin. En espérant que je ne fixe pas mon plafond toute la nuit avec tout ça. Espérons...



Compose en #6699ff
#   Ven 2 Jan 2015 - 22:25

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

Je soupire. Je viens de laisser les petits à Tomoe. Atelier fini. Calme revenu. Heureusement que je n'ai pas besoin de voir clairement pour ça. Tomoe n'en sait rien non plus. Enfin. Je pense qu'elle se doute que quelque chose cloche. Elle n'a pas cessé de me poser des questions. J'avais envie de lui répondre. De lui en parler. D'avoir au moins une personne sur qui me reposer. Mais elle a déjà beaucoup à faire. Et j'ai peur de craquer si j'en parle.

Je me secoue. Évitons la dépression. C'est pas le moment. Je ferme les yeux. Ignore l'appel de Jun. Il faut que j'aille à l'hôpital de toute façon. Enfin. Que j'y retourne. Une semaine déjà hein ? Elle a paru si longue... Trop longue probablement. Le plus dur a été le week-end. Deux jours. Enfin trois. Trois jours. Tout ce temps à attendre. Tendu. Crispé. Angoissé. Alors. Bêtement. J'ai fait un tour à la bibliothèque. Vraiment. Ne pas faire ce genre de choses quand on sait pas ce qu'on a. J'ai la tête pleine de noms étranges. De symptômes inquiétants. De séquelles atroces.

« Vous aviez rendez-vous ? »

J'indique alors à la secrétaire le nom de l'interne et du médecin. Elle hoche la tête. Vérifie dans son ordinateur. Avant de finalement me donner un papier où figure probablement mon nom et un tas d'autres informations inutiles. Je la remercie. Et revient rapidement lui demander mon chemin. Elle me sourit. Aimable. Et m'indique rapidement l'endroit.

La salle d'attente est un peu plus bruyante. A peine deux personnes. Je les salue et m'assieds rapidement. En silence. C'est fou. Même quand je peux parler. Je ne le fais pas. Et pourtant j'arrive à m'en plaindre. Logique quand tu nous tiens. J'attends que mon nom soit appelé. L'angoisse revenant encore. Plus violente encore. Mes mains en deviennent moite. Elle pourrait me dire n'importe quoi. Des trucs horribles. Du genre... Bonjour, après tes yeux, ce seront tes oreilles. Ou autre chose encore. Et si tout dégénère ?

« Wyatt Stevens. Bonjour, veuillez me suivre s'il vous plaît. »

Je m'attends à devoir entendre le pire d'elle. Pourtant elle me laisse rapidement seul dans une autre salle. Qui se remplit rapidement. Je reconnais vaguement Amanda. Et probablement le médecin de la dernière fois aussi. J'ai du mal à décerner l'expression de son visage. Elle semble soucieuse. Et mes mains moites se mettent à trembler. Légèrement. Mais trembler. Elle ne serait pas soucieuse si ça n'était pas grave non ? J'avais sûrement raison de m'inquiéter. Mais ça ne restait pas moins stupide. Je ne pourrais rien y faire de toute façon.

« Bonjour Wyatt. Merci d'être venu. Nous avons reçu les résultats hier. Tu es certain qu'il n'est rien arrivé d'inhabituel à cette période ? »

Ah. Je le sens déjà mal là. Très mal. Je fais un effort. J'essaye de me souvenir. Mais ça doit bien faire un an. Ou presque...

« Hé bien... Non. Vraiment. Je suis navré. »

Le médecin. Que j'avais presque oublié. S'avance alors. Il vient se mettre sur ma droite. Je tourne la tête instinctivement. Mais il m'arrête dans mon geste. Il me demande de replacer ma tête face à Amanda. De seulement bouger mes yeux. Je ne pense pas au pourquoi du comment. Pas de suite. Mais quand je fais le mouvement. Quand je sens mes yeux bouger. Et la douleur qui suit. Je les ferme automatiquement. Et là. Je sais que quelque chose va mal. Très mal. Parce que ça ne devrait pas être gênant. Ou pas comme ça. Pas autant.

« Bien. Amanda, il faut que je puisse vérifier l'état de ses cervicales. Et de ses nerfs aussi. Je peux vous confier ça ? Merci. »

Il se tourne alors vers moi. Pose une main réconfortante sur mon épaule. Même si c'est un échec. Et sort en s'excusant. Amanda me sourit. J'essaye de lui rendre la pareille. Mais je dois être tellement crispé que ça ressemble plus à une grimace. Elle me demande de la suivre. Je le fais rapidement.

Je ne me souviens plus très bien de tout ce qui a suivit. Des radios il me semble. Un IRM pour mes nerfs aussi. Enfin. Là j'ai failli craquer. Le bruit était assourdissant. Encore pire avec mes pouvoirs qui l'amplifiaient. Difficile à contrôler quand j'étais aussi instable. C'est le soucis avec les pouvoirs hein... Je soupire et salue Amanda. Avec la promesse de devoir revenir. Rapidement. Enfin. Suivant la rapidité d'arrivée des résultats. Je suis terrorisé. J'aimerai pouvoir me détendre. Mais mes mains sont incapables de tenir mon violon. Ou de frapper sur les touches du piano.  

J'ai besoin de me confier. De le raconter à quelqu'un. Alors je me précipite à l'institut. Mon téléphone est dans ma chambre. Il faut que j'appelle Warren. Je sais que c'est cruel. Qu'il va s'inquiéter. Mais je sais aussi qu'il arrivera à me rassurer. C'est mon frère. Mon grand frère. Il sait toujours quoi faire. Quoi dire. Il sait toujours tout.

« Wyatt ? C'est toi ?

- Oui. C'est moi Warren. Tu... Je te déranges pas ? Je suis désolé. Avec le décalage horaire. J'ai pas pensé. Peut-être que tu dorm--

- Tout va bien Wyatt. Raconte-moi. »

Je fais un effort monstrueux pour ne pas craquer. Ne pas pleurer. C'est réellement douloureux. Ne pas savoir. Imaginer. Avoir peur. Alors je lui raconte. Ma vue qui a baissé. Lentement. Mais de plus en plus. Trop pour que ce soit anodin. Les médecins qui me font passer des batteries de tests. Sans rien me dire. Je sais qu'il va réfléchir. Il est médecin aussi après tout. C'est quelque chose qu'il creusera. Et ça me rassure quelque part. De savoir qu'il est là. Qu'il comprend. Qu'il y pensera. Je me sens moins seul.

« Tout ira bien Wyatt. S'ils ne t'ont rien dit, c'est pour ne pas t'inquiéter. Ils ne sont pas encore sur de ce à quoi ils pensent, c'est normal. Je te le promets. Alors, tu sais ce que tu vas faire ? Tu vas aller prendre un bon bain bien chaud, tu vas te servir un bon thé brûlant, tu vas te louer ton film favori, et tu vas te reposer. Bien sur, je ne serai pas là à ton réveil. Mais n'hésites surtout pas à m'appeler, je serai disponible. Et si tu n'arrives pas à me joindre, tente sur le portable d'Irène, je la préviendrai. Je serai toujours là pour toi Wyatt, tu le sais, t'es mon petit frère. Tu nous manques tu sais. J'espère qu'à part ça, tout se passe bien. Prends bien soin de toi petit frère. Je t'aime. »

Il raccroche rapidement. Les effusions de tendresse c'est pas son truc. C'était déjà un miracle qu'il ait dit tout ça. Pire que ça en fait. Un truc qui se produit que tous les millénaires. Mais ça fait du bien. Beaucoup de bien. Et je laisse mon téléphone sur le bureau. Un sourire aux lèvres. Merci Warren. Je t'aime aussi grand frère.



Compose en #6699ff
#   Dim 4 Jan 2015 - 13:23

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

J'ai du en parler à Tomoe. Sans détails. Certes. Mais tout de même. Lui donner une vague explication. On ne se retrouve pas à l'hôpital pour rien. Surtout pas à Terrae. J'ai du annuler notre rencontre dans le même coup. M'excuser. On m'avait appelé. Rendez-vous avec Amanda. Pile sur le moment de la semaine où je vois mes bouts de soleils. C'était gênant. Mais j'avais accepté. Je n'avais pas non plus le choix. C'était ça ou rester dans l’ignorance plus longtemps. Ce qui est inadmissible. Une semaine et demie de silence était bien assez. Je tente de me rassurer. D'oublier. Mais ça ne dure pas. Presque chaque nuit je me réveille en catastrophe. Un cauchemar de plus.

Nous y sommes. Le jour fatidique. Le jour des révélations. En supposant qu'ils aient des résultats. Et en espérant qu'ils soient bons. Enfin. Pas trop mauvais. Ce serait assez... Difficile à vivre. Imaginons. Rien qu'un instant. Pas de résultats qui leur plaisent. Hop. Nouvelle série d'examens. Ou pire. Les résultats sont là. Ils permettent d’emboîter toutes les pièces du puzzle. Mais c'est un truc grave. Une maladie. Une chose qu'ils peuvent pas guérir. Je ferai quoi moi au juste ? J'attends la fin dans un fauteuil ? Je prends un abonnement pour des examens à renouveler ? Je fais une liste des dernières choses à faire avant de mourir ? C'est inhumain rien que d'y penser.

Encore un appel. Une balade dans les locaux. Que je vais finir par connaître par cœur. Je n'ai même plus la force de paniquer. D'être angoissé. J'ai juste envie de savoir. Enfin. Avec une petite once d'espoir pour un truc positif. Au moins un dans ma vie. Amanda entre rapidement dans la pièce où je l'attends. Seule. Bon. Hé bien. Ce n'est pas si mauvais alors non ? Elle ne serait pas seule si ça l'était. Le médecin serait là. Non ? Enfin, mieux vaut ne pas se fier aux apparences. C'est peut-être aussi pour me préparer. Me ménager... Seigneur.

« Bonjour Wyatt. Tout va bien ? Rien de particulier depuis que tu as tes lunettes ? »

C'est vrai que je les avais presque oubliée. Ces lunettes. Cette paire immonde. Ni ronde. Ni rectangulaire. Une sorte d'ovale ridicule. Néanmoins je réponds. Certes. C'est toujours un peu flou. Mais c'est mieux. Je vois mieux. Même si c'est gênant parfois. Ne pas les oublier au réveil. Sous la douche. Toutes ces choses. Je soupire et attends. Elle finira bien par me dire ce qu'il y a. Pas envie de me fatiguer. Plus envie.

« Bon, je suppose que tu as assez attendu. Le médecin ne devrait pas tarder. »

Très bien. Elle n'est pas au courant. Qu'est-ce qu'elle fiche là alors ? Avec son sourire là. Je vais pas mourir. C'est bon. Ma vue diminue simplement.

« Bonjour M. Stevens. Asseyez-vous s'il vous plaît. Les examens passés la dernière fois, couplés aux prises de sang, ont révélé une détérioration de vos nerfs optiques. Certains autres tissus sont également touchés, mais rien de très inquiétants en comparaison. Le plus intéressant reste l'évolution du virus dans votre corps. Il n'aurait dû prendre que quelques courtes semaines avant de vous faire venir ici pour de plus grave motifs. Quoiqu'il en soit, à ce stade, nous pouvons seulement essayer de ralentir les effets, je n'ai aucune garanti de pouvoir supprimer le virus et ses effets. Actuellement, il ronge vos nerfs optiques, c'est pour ça que votre vue baisse progressivement et de manière inquiétante. Je vous demanderai donc de vous préparer à ce qui pourrait arriver dans le cas où nous ne réussissions pas à en venir à bout. »

Je le regarde. Encore un peu confus. Un virus. Un putain de sale virus. J'ai envie de rire. Bêtement. Alors c'est comme ça ? Je vais juste... Devenir aveugle ? Juste... A cause d'un virus !

« Très bien. Donc, si je comprends bien. Ce virus, situé je ne sais où dans ma tête, s'amuse à me bouffer de l'intérieur. Et vous n'avez aucune idée de la réussite d'une possible suppression de ce virus, qui doit s'être sacrément étendu depuis le temps. Donc, j'ai combien de chance de finir aveugle avant la fin de l'année à venir ? »

Je vois Amanda grimacer. Je tente de rester calme. Je le promets. Mais c'est difficile. C'est comme de dire à un enfant que le Père-Noël n'existe pas. C'est cruel. Cruel et douloureux. Encore plus quand on sait que ma vue... Ma vue c'est ma vie. Je peux rien faire sans. Je peux plus jouer. D'accord. Ray Charles s'en sortait très bien. Mais je suis pas lui ! Je peux pas faire pareil. Pas avec un violon. Je sais pas. Je... Je veux pas. Ma panique doit se sentir. Amanda vient poser une main sur mon épaule. Je relève la tête et écoute le médecin qui s'échine à me parler depuis quelques minutes.

« Wyatt. Calmez-vous. Vous ne finirez certainement pas aveugle. Faites nous un peu confiance. Je vous laisse le choix du guérisseur qui vous accompagnera et s'occupera de vous. Bien sur, vous n'avez certainement pas le droit de refuser ceci. C'est dans votre intérêt.

- Vous mentez. Votre cœur s'affole. Ne me prenez pas pour un idiot s'il vous plaît. Je ne suis plus un enfant. J'en ai vu d'autres.

- Wyatt. Votre vue continuera de baisser jusqu'à ce que le virus soit enrayé. Évidemment, il ne tient qu'à vous de faire cela rapidement, ou d'attendre simplement qu'un matin votre vue soit réduite à néant. Sur ce, je vous laisse y réfléchir. Le guérisseur sera à votre disposition dès la semaine prochaine, le temps que je mobilise la bonne personne. Au revoir. »

Amanda serre sa main sur mon épaule. Je ne veux pas de sa pitié. Je me relève. Aussi maître de moi que je le peux. Je ne m'affole pas. Très bien. Je vais devenir aveugle. Tant pis. Une autre épreuve à surmonter. Ce n'est pas la mort non ? C'est juste... Vivre dans le noir. Avec juste la clarté pour seule amie. Sans pouvoir savoir si c'est la lune, le soleil, ou juste la chaleur... Je déglutit et la salue. Bon. Retour à la maison hein...

Puis, je suis air sonore. Donc... Si je me débrouille bien. Si je m'entraîne de suite. Je pourrais très bien me débrouiller seul non ? Je veux dire. C'est juste un apprentissage. Se servir de l'air pour savoir ce qui se trouve autour de moi. Le son aussi. Et puis, il faudra juste s'habituer. Juste... Essayer de ne pas oublier le reste. Le visage de Jun. Son sourire. Le visage fatigué de Warren. La douceur de Bethy. Celle de Tomoe. C'est... Il suffit de ne pas oublier hein...



Compose en #6699ff
#   Dim 4 Jan 2015 - 15:33

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

J'arrive rapidement dans ma chambre. Je suis content au final que Jun soit Terre. Il est un étage en dessous. Pas de quoi s'inquiéter. Il ne me croisera pas dans un couloir. Dans les escaliers à la limite. Mais ce serait de la pure malchance. Parce que j'en ai pas besoin. Pas maintenant. J'ai envie d'être seul. Seul pour assimiler. Pour comprendre. Pour peser le pour et le contre. Pour mesurer vraiment la gravité de la situation. La poisse qui à l'air de me suivre depuis un an et demi. Qu'est-ce que j'ai foutu dans ma vie pour qu'elle soit aussi merdique hein ? J'étais pourtant promis à un bel avenir. Professeur de musique. En colocation avec un prof de maths. Et là. Là... J'étais juste promis à un avenir sombre. Sombre et froid...

« C'est Wyatt. Je t'appelle juste pour te dire que j'ai les résultats. Une méningite, enfin, c'est plus compliqué. Mais en gros c'est ça. Et ma vue risque de diminuer encore un peu mais rien de gênant. J'ai des lunettes maintenant, comme celle de Papa. Bon, je te laisse. »

Répondeur. J'aurai du m'en douter. Je soupire et repose mon téléphone. Je sais que ma voix à trembler. Je sais qu'il l'entendra. Mais c'était plus fort que moi. Comment je suis censé faire ? Le prévenir et lui dire que tout va bien ? J'ai essayé à l'époque. J'ai tenté avec Drew. Dire après sa disparition que tout allais bien. Le plus gros mensonge de ma vie. Et ça recommence. Mais là. C'est pas Drew. Ni Warren. Ni Jun. Personne. C'est moi. Moi et mes yeux. Moi et ma poisse. Mon téléphone qui vibre sur le bureau me fait sursauter. Depuis combien de temps je suis debout là ? Au milieu de la pièce. En silence. Je fixe mon reflet dans le miroir. Je déglutit et répond. Warren. Évidemment.

« Salut Wyatt. J'ai reçu ton message... Encore un peu hein ? Te moques pas de moi, tu sais que t'es un piètre menteur.

- Je t'assure, c'est...

- C'est si grave que ça ?

- Je... Ouais. Tu te souviens de la femme d'Harvey, Ellie ? Hé bien... Dans quelques semaines je vais probablement me retrouver dans la même situation. Tu... vois ?

- Wyatt. Tout ira bien. T'es pas tout seul. Et t'as toujours été doué pour t'adapter, tu y arriveras. Fais toi confi--

- Je verrais plus rien Warren ! Comment tu veux que je m'adapte ? Tu sais très bien que si j'ai plus ça, j'ai plus rien ! Je vais pas y arriver, c'est...

- On en reparlera. Je dois te laisser. Excuse-moi. Tiens bon W-- »

Je raccroche au milieu de sa phrase. Je ne veux pas l'écouter. Pas plus longtemps. Il ne comprend pas. C'est juste tellement... Tellement horrible. Je... Je pourrais plus rien faire.

Je me retourne et croise mon violon du regard. Drew... Mon poing rencontre violemment le mur. Je souffle. C'est que ça fait mal quand même... C'est tout ce que je ressentirai après hein ? Le toucher... Les odeurs et les sons. Juste... Une moitié de vie. Je m'avance et me laisse bêtement tomber à côté de mes affaires. Mes yeux brouillés de larmes. Même avec les lunettes. M'empêchent de bien discerner la gravure sur mon archet. Et de toute façon, ça servirait à quoi ? Dans quelques temps je la verrai plus du tout...

« Pourquoi moi putain ? »

Je sais que l'air s'est mit à vibrer. Saleté de pouvoirs. Mes cheveux volent avec. J'ai juste envie qu'ils disparaissent. Juste le temps que je craque. J'ai pas envie de tout casser. Je vais trouver le moyen de me faire engueuler. Je me relève alors, mes lunettes écrasées au sol. Mon dieu. Comment est-ce que je vais faire ?

Une plainte s'échappe de mes lèvres. Plainte qui fait méchamment vibrer le miroir. Effrayé j'essaye de trouver un endroit où je ne risque pas de tout briser. Chose impossible. J'ai foutu des miroirs partout. Ou alors c'est les fenêtres. J'ai peur. De mes pouvoirs. De mon avenir. On avait pensé à un truc si beau. Drew et moi. Un projet. Projet qui tombe à l'eau. Comme ma vie d'ailleurs. Juste de quoi ramasser à la petite cuillère.

Ma tête me tourne. Faudrait peut-être pas contenir en fait. Et si ça explose dedans hein ? Et si ça accentue les effets du virus ? Et si d'un coup sans prévenir, paf, c'était noir ? Paniqué je relâche l'énergie qui me brûlait les doigts. Les livres autour de moi se font balayés. Le miroir à pied explose. J'ai la brève impression de voir moins bien. Augmentant encore ma panique. Non. Pas maintenant. Pas déjà.

« Stop. Stop... Pitié. »

Je m'enferme dans la cuisine, espérant y trouver plus de réconfort. Les photos de Drew. Warren. Papa et Maman. Jun. Toutes ces photos sur les meubles me font craquer. Je tombe au sol. La tête pleine de craintes. J'ai envie de les voir. Encore une fois. Juste une fois avant le noir. Le vent autour de moi se calme. J'ose espérer que tout est fini. Enfin. Et mes yeux tombent sur ma pile de lettres.

« Je pourrais plus rien faire... C'est pas... C'est pas une vie merde... »

Les verres se brisent soudainement. Sûrement les vibrations. J'ai l'impression d'entendre mon voisin. Et je me rends compte qu'en fait. Oui. Je l'entends. Je me précipite dans la salle de bain. C'est la pièce la plus calme. Mais aussi la plus chargé en objet qui peuvent se briser. Une fois devant j'hésite. Mais la voix de mon voisin. De ce qu'il fait. Me décide à entrer et refermer. Le miroir se brise automatiquement. Et j'ai l'impression que ma tête va exploser. Je m'avance devant. Me coupant les doigts sur les débris. Dans le reste du miroir. Mon reflet. Mes milliers de petites têtes. Et mes yeux. Je m'affole un instant. Il ne sont plus bleus. Gris. Gris ! Est-ce que ça y est ? Je deviens aveugle c'est ça ?

J'avance difficilement vers la porte. J'ai envie de faire refluer tout l'air autour de moi. Toutes ces vibrations qui me donnent mal à la tête. Finalement je me laisse simplement tomber contre la porte. La douleur et la peur écrasé par la fatigue. Un dernier sursaut d'angoisse m'empêche de m'endormir ici. Et si jamais, en me réveillant, je ne voyais plus rien ? Je sors de la salle de bain. Prends mon portable en main. J'envoie un mail à Warren. Pardon grand-frère. Juste... Juste au cas où je ne vois plus rien demain. Juste... Pour être sûr.

Je m'assieds finalement sur le sol. Dos au matelas. Ma tête dessus. Les yeux sur le plafond. Il ne me reste qu'à attendre hein ? Je pourrais tenter de faire des calculs. Deviner quand je deviendrais fou. Fou à cause de toute cette peur. Toute cette obscurité qui va arriver. Pardon. Pardon Maman. Pardon Papa. J'aurai dû faire plus attention hein. Je ricane un instant. De toute façon. J'ai pas le choix. Je l'ai jamais eu. Tu subis et tu la fermes grand. Je finis par m'endormir là. J'aurai un torticolis. Un de plus ou de moins...



Compose en #6699ff
 

Bonne nouvelle. Les lunettes c'est sexy. [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.