Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Lis, lis, lis ! Cela rend intelligent, et cela donne des ailes ! [terminé!]
En ligne#   Sam 24 Jan 2015 - 22:25

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2076
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Les élèves ne cessent d’arriver. Je me demande souvent si c’est le monde qui va plus mal qu’avant, ou si c’est le nombre croissant de masters qui fait qu’il nous arrive de plus en plus d’enfants. J’admets que les deux théories se valent. Le monde a toujours été un endroit moche où grandir. Les hommes ne sont pas des êtres gentils et un enfant n’a aucune chance de s’y développer sereinement. Si Terrae était réapparue plus tôt sans nul doute que nombres des adultes brisés qui peuplent la terre auraient trouvé un autre foyer… et d’un autre côté c’est certain que plus il y aura de masters, plus ils pourront aller chercher de mômes.

Qui était là en premier l’œuf ou la poule ?

Toute à ses réflexions je baille. Fatiguée. Trop de boulot. Trop souvent. Je passe ma vie à la bibliothèque, certes c’est un plaisir… mais dernièrement le nombre croissant d’élève fait qu’on plie un peu sous la charge. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai demandé à être engagée à temps plein. Ca et le fait que n’allant plus en cours j’étais devenue un poids mort pour Terrae, une fois que j’eu arrêté de m’apitoyer sur mon sort, je n’avais pas apprécié cette idée d’être un parasite. Du coup j’avais posé ma candidature… qui avait été acceptée de bon cœur en fait.

Seulement le problème subsistait même à deux on était souvent obligées de faire des heures sup. Notre santé, si on continuait à tirer sur la corde ne tiendrait pas longtemps… Concrètement, on pouvait tout gérer… Mais on ne pouvait pas tout bien gérer. Ce qui m’exaspérait pas mal en fait. Je ne supportais pas de faire un travail à moitié. Il était fait oui, mais à quel prix ? Je devais sacrifier en qualité, les petits post-it qui avaient jadis fleuris sur les livres coup de cœur avaient disparus. De même que j’étais beaucoup moins disponible pour guider les élèves dans leurs choix. Alors je prenais des heures sup, toujours plus d’heures sup.

Allez expliquer à votre ami tout juste retrouvé que vous ne le fuyez pas mais que vous travaillais toujours plus ? Si je continuais comme ça j’allais finir par le blesser. Encore une fois… Je ne le voulais tout bonnement pas.

Alors j’en avais discuté avec l’autre bibliothécaire et nous avions conclu que puisque j’avais eu une promotion mon précédent poste était désormais vacant. Nous avions placardé une petite annonce sur le panneau d’affichage.

RECRUTEMENT BIBLIOTHEQUE URGENT
Aide à la bibliothèque, 10 à 15h semaine, réparties en dehors des heures de cours.
Nous recherchons quelqu’un d’intéressé et de sérieux. Nous ne demandons pas d’autres qualifications.
Si vous souhaitez nous rejoindre, envoyez-nous une lettre de motivation à l’adresse suivante :
Bibliothèque-terrae@terra.com
Vos bibliothécaires.


Un mail nous avait plus marqué que les autres. Le ton se voulait discret mais la motivation était là. Alors aujourd’hui je devais accueillir et former la jeune Selvi Sayanel. Elle devait me rejoindre après ses cours tel que nous en avions convaincu par mail. Je connaissais son visage, elle trainait ici parfois. Sans doute souvent même, mais pour quelqu’un qui passe sa vie ici le souvent devient le parfois. Je remplis de la paperasse administrative en l’attendant dans le bureau que nous partageons avec ma collègue.

Faut bien que quelqu’un le fasse un jour j’imagine. La comptabilité et moi on n’est pas copines, mais je m’en sors tant bien que mal. Quelqu’un toque à la porte, je lui dis d’entrer. C’est elle. Je lui souris, et l’invite à s’assoir.

« Dis-moi quels genres de livres préfères-tu ? »








Dernière édition par Ipiu Raspberry le Lun 6 Juil 2015 - 0:38, édité 1 fois
#   Dim 25 Jan 2015 - 1:03

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

Bon, c'est le jour J ! Aujourd'hui, je commence à bosser à la bibliothèque. Oui, j'ai enfin trouvé un job ! Je suis surexcitée... et terrifiée. Tout s'est passé tellement vite. Cela fait un moment que je songe à faire quelque chose de ma vie, quelque chose d'autre que les études, parce que je vieillis, notamment. Je retiens un soupir agacé. Oui, je vieillis et, bientôt, il faudra que je quitte les bancs d'école. Le problème, c'est que je ne sais toujours pas quoi envisager pour mon avenir professionnel. J'ai bien réfléchi à ce que j'aime faire, mais bon, avouez que lire des livres n'est pas un métier. Enfin, je pourrais me trouver quelque chose dans une maison d'édition, mais dans ce cas, il faudrait que je quitte Terrae, inconcevable. Je ne me vois pas devenir écrivain non plus. Il faut vraiment être passionné et motivé pour se lancer dans une aventure pareille. Sinon, j'aime l'histoire, mais à part être prof, je ne vois pas trop ce que je peux faire. Or me trouver devant une classe toute la journée, non merci ! Non, j'ai dit non !!

Mon pied bute dans un caillou. J'ai rendez-vous dans une vingtaine de minutes et je tue le temps dans la cour, en attendant. Il faut que je bouge pour évacuer le stress, alors je tourne en rond. Il y a des élèves qui me regardent, mais je tâche de les ignorer. J'ai besoin de dépenser le surplus d'énergie qui me tord le ventre et qui rend mon cœur fou. Bref, où est-ce que j'en étais. Ah oui, je disais que je ne savais pas quoi faire de ma vie... Il y a bien eu une annonce pour un job d'étudiant à l'animalerie, il n'y a pas longtemps. J'ai hésité. J'aime bien les animaux, mais je ne me vois pas faire ça toute ma vie. Et puis, l'autre jour, il y a eu l'annonce du siècle ! Enfin, pour moi bien entendu. RECRUTEMENT BIBLIOTHEQUE URGENT ! J'ai tout de suite su que c'était exactement ce qu'il me fallait. Bon, il y a le contact avec les gens qui posera un peu problème, mais je ne suis plus aussi timide qu'au début. J'ai fait beaucoup de progrès et je sais que je peux le faire. Alors, j'ai postulé et j'ai été prise !

Un ricanement me sort de mes pensées et j'aperçois un imbécile qui me pointe du doigt et qui glousse avec ses potes. Je rougis et rentre dans le bâtiment. Quel idiot quand même. Je viens appuyer mon dos contre le mur de l'infirmerie et tâche de contrôler les larmes qui se forment aux coins de mes yeux. C'est fou comme un petit geste peut me faire autant de mal, c'est fou comme je suis fragile, encore si fragile. Je renifle. Il ne faut vraiment pas que je pleure. J'ai rendez-vous dans dix minutes. Il ne faut pas qu'on voie que j'ai pleuré. Ce ne serait pas très... professionnel. Je renifle encore une fois et essuie une goutte avant qu'elle ne glisse le long de ma joue. Je respire. C'est bon, ça va aller. Je recommence à faire les cent pas dans le couloir. Je réfléchis à ce qu'on va me dire, me demander. J'imagine toute sorte de situations. Je stresse. Un élève sort de la bibliothèque, je me plaque contre le mur. Quel naturel ! Il me regarde avec un air étrange, mais décide de m'ignorer et reprend sa route. Je soupire. Décidément, je suis vraiment pathétique.

Je quitte mon bout de mur et franchit enfin la porte. Le silence du lieu me percute de plein fouet et me calme, m'apaise. J'aime tellement cet endroit. Pourquoi n'y suis-je pas venue plus tôt ? Plutôt que de faire la débile dans la cour. Je parcours les rayons, touchant les couvertures des livres du bout des doigts. Cette odeur, je l'adore vraiment. Ici, je me sens bien. Le temps avance soudainement trop vite. Je me dirige vers le bureau des bibliothécaires. C'est là-bas que j'ai rendez-vous et je ne souhaite pas être en retard. Une fois devant la porte, ma main se bloque sur la poignée. J'ai une dernière hésitation, mon cœur s'affole à nouveau. C'est le moment. Je frappe quelques coups rapides et entre après en avoir reçu l'invitation. Je referme derrière moi et me plante devant le bureau le plus proche. Une jeune femme souriante est en train de travailler. Je bredouille une timide salutation. Elle m'invite à m'asseoir, je m'exécute. Heureusement, je ne suis pas sûre que mes jambes auraient continué de me porter. Mes mains tremblent à cause de l'appréhension. Je serre les poings. Rassure-toi, ça va bien se passer. Tu n'es pas là pour une entretien d'embauche, tu es là pour qu'on t'explique ton travail !

La question est posée, naturellement. Je réfléchis. Est-ce un piège ? J'ai peur de répondre à côté, de passer pour une imbécile. Faut vraiment que j'arrête ma paranoïa. Je m'étais fait des promesses, oh ! Je rassemble mon courage.

- Je... j'apprécie les romans historiques. J'ai beaucoup aimé les livres de Christian Jacq par exemple ou encore Les Rois Maudits de Maurice Druon

Je marque une courte pause pour reprendre mon souffle et tenter de poser ma voix.

Sinon j'aime aussi la littérature fantastique. J'ai lu presque tous les romans de Pierre Bottero et quelques tomes de la série L'Assassin Royal de Robin Hobb.

Je me tais. J'ai réussi ?



merci Haley
En ligne#   Dim 25 Jan 2015 - 21:10

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2076
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !


Je me souviens de mon premier jour ici. Enfin, du premier jour d’Ipiu. Elle était ravie de trouver une place dans cet univers, elle s’y sentait à l’aise, comme chez elle. Elle avait choisi ce job parce qu’elle avait envie d’entretenir sa maison… Ou quelque chose comme ça. De toute manière quand on débarque avec une seule tenue à Terrae, qu’on est orpheline, et que personne ne compte subvenir à vos besoins, faut pas trente-six miles plombes pour se trouver un travail. Elle avait eu la chance qu’il y ait un job dans la bibliothèque mais elle aurait accepté n’importe quoi.

Pourtant elle n’avait pas été déçue quand on lui avait expliqué que son job consisterait à ranger les livres rapportés, à enregistrer les prêts, couvrir les nouveaux arrivages. Bref. Du travail de fond. Elle l’avait fait sans rechigner et avait peu à peu commencé à faire d’autres petites comme conseiller les lecteurs. Proposer de commander certains livres, elle avait même disposé à l’entré un livre où tout un chacun pouvait proposer de nouvelles acquisitions. Bref elle s’était investie.

Mais son premier jour, rien ne s’annonçait de tout cela. Elle s’était même montrée maladroite. Elle était intimidée. Je me souviens du sentiment d’être pitoyable qui l’avait assaillie alors qu’elle s’était coupée avec un morceau de scotch. C’était au final un assez bon souvenir, d’un temps où tout me semblait plus simple. Plus cohérent.

La jeune fille entre, a-t-elle conscience qu’elle est une boule de nerfs ? Je pense que oui, je n’en souris que de plus belle. Elle semble impressionnée d’être là, comme si j’allais la manger. Je ne pense pas qu’il y ait grand-chose à manger remarque. Un petit bout de femme brun et aux yeux pétillants. Je sens qu’elle est troublée comme je sens son amour pour les livres. Tant mieux. Je n’aurais pas aimé me tromper, son mail m’avait semblé enthousiaste… Mais. Il est plus facile de me mentir quand je ne suis pas dans la pièce, comme toute bonne sensitive.

J’aurais été déçue, si j’avais fait une erreur. Je pense que je lui aurais alors confié les mêmes tâches que celles que j’effectuais à mon arrivée. Les tâches que tout le monde peut faire. Ca nous aurait déchargées, mais ça m’aurait laissé un gout amer sur les lèvres. Je ne pense pas qu’on puisse bien faire un travail où l’on ne peut s’épanouir. Ca m’aurait gavé de devoir gardé quelqu’un qui s’emmerdait en venant ici tous les jours.

Sa réponse autant que l’enthousiasme qui l’accompagne me confortent dans ma décision. Elle aime des lectures de son âge je dirais… Mais bon, j’dois admettre que j’aime aussi. Quel que puisse-t-être mon âge. Des romans appréciables à tous âges. Mes préférés. Je ne sais plus qui disait « on sait qu’un roman est bon quand les enfants peuvent le lire, et que les adultes l’apprécient. »

« Tu t’occuperas donc, de ces deux rayons, tu gèreras les stocks. S’il faut commander de nouveaux exemplaires des livres trop souvent empruntés pour couvrir la demande, tu le feras, tu gèreras aussi les commandes de nouveaux livres en fonction des demandes. »

Oui je lui refile le boulot intéressant. Celui qui ne peut être fait que par une personne intéressée.

« Je te préviens, ça c’est la partie cool du boulot, ce qui est moins cool c’est que tu devras faire du rangement, du prêt et de la réception de livre… Je vais t’apprendre à étiqueter et couvrir les nouveaux arrivages et à les enregistrer sur les serveurs aujourd’hui… et après je présume que tu maitrises déjà le système de classement de la partie réservée au public, je vais te montrer comment fonctionne la réserve. »







#   Lun 2 Fév 2015 - 20:51

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

La bibliothécaire ne tarde pas à me répondre en m'annonçant que je vais m'occuper des rayons des livres des genres roman-historique et fantastique. Une immense sourire illumine mon visage. Cependant, il disparaît bien vite pour laisser place à un air sérieux. Il faut que je me concentre pour tout retenir. Je ne souhaite pas devoir lui reposer trente fois les mêmes questions, alors il faut que je retienne ce qu'elle me dit. Ok, je dois gérer les stocks en fonction des demandes. Cela me parait complexe. Je ne pensais pas avoir des responsabilités dès le départ, mais j'en suis profondément touchée et je ressens un peu d'appréhension, mais si on me propose de faire ça, c'est que j'en suis certainement capable. Alors oui, je vais faire de mon mieux ! La deuxième partie du travail est, selon mon interlocutrice, moins intéressante que la première. Il est vrai que le prêt et la réception de livre est un travail rébarbatif, tout comme le rangement d'ailleurs, mais je sais que cela me fera du bien d'être en contact avec les autres élèves. J'ai besoin d'être confrontée aux autres pour vaincre ma timide, pour avancer. Les débuts seront difficiles, mais, comme pour tout, cela s'apprend et je mettrai un point d'honneur à être toujours au top ! Et pour le reste, j'aime faire de l'ordre, donc cette tâche ne me posera aucun problème. À la mention du système de classement, je hoche la tête. Il est vrai que je suis venue souvent ici, donc je le connaissais déjà assez bien, mais, comme je suis perfectionniste, je suis revenue plusieurs fois depuis que je sais que je vais travailler à la bibliothèque. Je voulais être sûre d'être infaillible et je crois que mon but est atteint. Pour une fois que j'ai un peu de confiance en moi.

Lorsque la bibliothécaire m'invite à la suivre dans la réserve pour qu'elle puisse m'expliquer comment cela fonctionne, je me lève de mon siège et enlève rapidement mon manteau et mon écharpe que je pose sur la chaise que j'occupais précédemment. J'espère qu'elle ne m'en tiendra pas rigueur, mais avec le stress, j'ai vraiment chaud et je préfère me mettre à mon aise, pour être sûre de rester concentrée. Je laisse mon sac contre l'un des quatre pieds du siège après avoir sorti un petit carnet bleu, c'est une couleur qui calme parait-il, et un crayon vert, la couleur de l'espoir ! Je griffonne rapidement quelques mots pour me rappeler les tâches mentionnées auparavant et souligne le titre que je viens d'écrire : la réserve. Ensuite, je rejoins rapidement la jeune femme qui m'attend déjà.

- Désolée de vous faire attendre.

Mes joues sont rouges. Je sens mon cœur qui s'accélère. J'ai peur d'avoir fait mauvaise impression, mais j'ai besoin de prendre des notes pour me rassurer. J'espère qu'elle le comprendra et qu'elle ne me réprimandera pas pour ça. J'ai eu le malheur de tomber parfois sur des gens qui estimaient que la mémoire était une qualité indispensable et qu'il fallait l'entretenir. Mon père était comme ça... enfin est comme ça, je ne pense pas qu'il ait changé depuis... qu'il est parti. Je grogne intérieurement. Je lui en veux toujours de nous avoir abandonné maman et moi. Ce n'est qu'un égoïste. Enfin, je ne connais peut-être pas toute l'histoire. Je ne connais que la version de ma mère, puisque lui ne nous a jamais plus reparlé. Il faudra que je retourne en Suisse un jour, tout de même, et que je le revois. Il faudra qu'on ait une conversation, une vraie conversation d'adulte, parce que mine de rien, j'en suis bientôt une. Cette révélation me frappe d'un coup. J'ai commencé récemment à me faire du soucis pour mon avenir professionnel puisque j'aurai bientôt terminé mes études, mais je ne m'étais jamais vraiment confrontée au fait que... je serai bientôt adulte. Cela est tellement étrange. J'ai encore l'impression d'être une gamine. Tout dans mon comportement le hurle au monde : ma timidité maladive, mon application studieuse à suivre en cours comme une gentille fillette, mon manque de courage face à ce que je ressens pour Elio, ma peur, non mes peurs, toutes mes peurs. Je vais avoir dix-huit ans, je vais être majeure. Mes doigts se sont crispés sur mon carnet. Mon regard croise celui de la bibliothécaire, une adulte. En prenant ce job d'étudiant, je fais mon premier pas vers une certaine maturité. Je vais commencer à me prendre réellement en charge. Il va falloir que je fasse un énorme travail sur moi-même pour trouver cette confiance et cette estime de soi nécessaire à mon développement personnel. Une partie de mon enfance s'est envolée lorsque mes malheurs ont commencé à l'école, une autre partie a disparu avec mon vide et le dernier lambeau qu'il restait vient de s'émietter. Je n'ai rien vu passer, rien pu retenir entre mes doigts. Dans six mois, je serai une adulte...



merci Haley
En ligne#   Dim 8 Fév 2015 - 1:01

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2076
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

La jeune fille panique je le sens. Elle veut bien faire, et c’est p’t’être àça l’erreur en fin de compte. Elle veut bien faire, mais on ne fait jamais bien. On fait toujours au mieux avec les cartes que l’on a. On ne peut pas être parfait, ni faire les choses parfaitement. Elle me suit carnet en main, dans la réserve je sens que ça va de moins en moins mieux.

Je me retourne vers elle. Elle me dépasserait légèrement si je ne portais de talons. Mais les talons c’est la vie. Je ne suis pas petite juste un peu plus que la moyenne. Je lui souris. Ma main se lève et se pose sur sa tête. Je la décoiffe gentiment.

« Ne te mets pas tant de pression. Tout va bien se passer t’inquiètes. »


Je retire ma main et ouvre la porte de la réserve. En fait c’est une autre bibliothèque, où les rayonnages sont juste tellement serrés qu’il y a à peine la place pour une personne de passer. Ouaip, faut pas être gros pour bosser ici… Et on a pas énormément de place, alors comment dire… On entasse.

« Ici on classe par auteur et par titre. Tu sais si on possède un livre en cherchant dans la base de données, après suffit de chercher par auteur. Faut vraiment faire gaffe à pas se planter, si tu perds un livre ici il est aspiré dans une autre dimension. »


Ouai on a pas de catégories dans la réserve, les catégories j’les ai créé sur le logiciel mais ici si on s’y met c’est de suite la merde. Ici c’est juste fonctionnel. On doit s’y retrouver, alors on fait au plus simple. Le tout c’est que ça reste bien rangé. On se débrouille pour que ce soit le cas, et quand on trouve un livre au mauvais endroit après une légère crise de nerf on le range. Oui la crise de nerf parce qu’en général le livre qui se perd est celui qui va être demandé trois fois dans la semaine qui suit.

La loi de Murphi à ce qui parait. La loi de l’emmerdement maximal. Dès qu’il y a quelque chose qui peut mal tourner cela doit mal tourner. Faut l’accepter. C’est tout.

Je me dirige alors vers la table où l’on couvre les livres. J’allume l’ordinateur.

« Quand on reçoit un livre on lui colle un code barre, on scanne ensuite ce code barre et on renseigne tous les champs du logiciel. Si l’ordi n’est pas ouvert, tu l’allumes le mot de passe pour le logiciel c’est : bibliothèque. J’pense que tu t’en souviendras. »


Ouai n’importe quel crétin pourrait faire tourner une bibliothèque en fait, toute la magie du truc c’est de faire croire le contraire. Certains élèves nous prennent vraiment pour des demi-dieux quand on leur rapporte leur livre en moins de cinq minutes… Mais en fait on est surtout des demi-esclaves. Esclaves du rangement et des élèves. Enfin perso si on me demande pas s’il te plait et qu’on me dit pas bonjour, autant parler à un mur…

Quoi qu’un mur peut toujours te répondre si tu insistes très fort…






#   Ven 13 Fév 2015 - 17:05

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

Alors que je suis la bibliothécaire vers la réserve, toujours perdue dans mes pensées, cette dernière se retourne soudain. Je m'arrête, surprise. Elle me sourit. C'est assez apaisant et je le lui rends, timidement. Sa main se pose sur ma tête et me décoiffe gentiment. D'habitude, ce genre de geste aurait plutôt tendance à m'énerver. J'aime que mes cheveux soient beaux et bien coiffés, mais là, c'est différent. C'est affectueux et cela s'exprime en échos à mes pensées. Même si je deviens adulte, une date ne va pas changer mon comportement ou ma conscience. Devenir adulte, c'est quelque chose qui se construit, qui mûrit et même lorsque j'aurai passé cette étape de ma vie, je garderai toujours une part d'enfance en moi. La jeune femme me rassure et je lui en suis très reconnaissante. Je me contente de hocher la tête.

Nous finissons par entrer dans le lieu sacré de la bibliothèque, l'antre magique où sont stockés tous les livres qui ne sont pas exposés dans la partie publique. Je me suis toujours demandée à quoi cela ressemblait. Je dois avouer, que mon idée n'était pas si loin de la réalité. Des étagères remplies de livres, plutôt serrées, juste assez d'espace pour se mouvoir entre les rayons, oui, c'est comme cela que je me la représentais, cette caverne d'Ali Baba. Mon interlocutrice reprend la parole et m'explique leur méthode de classement. J'ai un petit rire à son allusion à une autre dimension. J'imagine un trou qui apparaît et d'où sort une sorte de tentacule de pieuvre attrapant le livre égaré comme trophée. Aïe, mon imagination débordante refait des siennes. Je tâche de me reconcentrer sur le moment présent et la réalité. Je griffonne deux-trois mots dans mon calepin pour retenir l'essentiel. La jeune femme m'amène ensuite vers une table où se trouve un ordinateur. Elle m'explique la marche à suivre lors de la réception d'un nouveau livre. Mon crayon se fige quand elle me communique le mot de passe au cas où l'ordinateur serait éteint. J'hésite un instant à le noter, mais décide finalement de ne pas le faire. Je n'ai pas de mémoire et je suis souvent sur mon petit nuage à rêver, mais tout de même. Ça, je devrais pouvoir le retenir ! Je me contente donc de sourire à son allusion. Je me penche un peu vers l'écran et observe le formulaire que mon interlocutrice me montre. J'en profite pour jeter un coup d’œil discret au nom inscrit sur le badge qu'elle porte. Dans mon stress, je n'ai même pas songé à le regarder plus tôt. Ipiu, c'est un prénom original qui me rappelle tout de suite à Ipiutiminelle de la fameuse trilogie de Pierre Bottero. Je ne peux retenir un sourire. Est-ce que ça viendrait de là ? Je ne pose cependant pas la question et me concentre sur les champs à remplir qui se trouvent devant mes yeux. Cela m'a l'air compliqué, mais je pense que toutes les informations sont fournies avec le livre. De toute façon, il me faudra un temps d'adaptation et la bibliothécaire à l'air gentille. Je suis certaine de pouvoir lui poser des questions si le besoin s'en fait ressentir. Elle ne se fâchera pas... pas comme mon père. Je chasse rapidement cette pensée.

- Très bien. Jusque-là, j'arrive à suivre.

Je sais déjà que je vais galérer avec le premier ouvrage que j'aurai à traiter, mais c'est en pratiquant qu'on apprend le mieux, alors je testerai tout cela le moment venu. Soudain, une question me vient à l'esprit.

- Je... si un livre a été coécrit par plusieurs auteurs, on le classe selon le nom du premier inscrit dans la liste ?

Je ne suis pas sûre que ma question soit très compréhensible. J'hésite à rajouter un exemple, mais les seuls noms qui me viennent actuellement à l'esprit son Dupont, Bolomey et Tartempion, les classiques lorsqu'on souhaite donner un exemple et ce manque d'originalité me perturbe beaucoup. Cela me rappelle trop mon ancienne école et mon prof de français... disons... particulier.



merci Haley
En ligne#   Sam 14 Fév 2015 - 20:43

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2076
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

« En fait il y a deux réponses à ta question… La première ne fonctionne que si le logiciel est de bonne humeur… »

J’ouvre le dit logiciel pour lui montrer la technique. En fait c’est prévu par le dit logiciel, je n’ai rien inventé et ce n’est pas innovant, mais quand on ne sait pas ça peut être frustrant. Non en fait c’est vraiment frustrant je suis certaine que j’oublies des dizaines de choses importantes. Je devrais p’t’être lui montrer comment on fait fonctionner le massicot et comment on fait en sorte de ne pas avoir de bulles quand on couvre un livre après !

« Donc quand il s’ouvre, ce qui arrive vraiment souvent. Quand tu as entré le titre et tout le bordel qu’on te demande tu fais clic droit sur la case auteur et « ajouter un auteur. » C’est cool mais tu ne peux pas mettre plus de quatre auteurs différents sauf si tu coches la case « thèse. » Là tu peux en mettre je ne pense pas une infinité mais au moins une vingtaine. »


Bon, ce qui est cool c’est que c’est pareil pour les articles, mais en fait les articles on n’a pas à s’en charger, quand on prend un abonnement pour une bibliothèque on reçoit avec chaque exemplaire une petite mise à jour à rentrer dans notre logiciel qui permet aux étudiants, s’ils le désirent de faire une recherche par mot clé. C’est bien pour cela qu’on a toujours cinquante miles résultats quand on ne prend pas le temps de cocher ce que l’on cherche. Un article, un roman, une BD, une pièce de théâtre, un album… La liste et longue !

« Et la deuxième solution c’est d’attendre que le logiciel fonctionne pour le faire. »


Oui. En fait j’avais pensé à l’autre solution. Celle à ne pas faire. Mettre deux codes bares sur le livre pour l’enregistrer sous deux auteurs différents. C’était un peu ce qu’on faisait avant… Mais cela avait un gros désavantage. Immense désavantage. Quand le livre était marqué emprunté pour un auteur il ne l’était pas pour l’autre, du coup on pouvait le chercher longtemps. Alors on avait aussi le choix de lire les deux codes-barres pour que le livre soit marqué emprunté pour les deux… Dès lors le problème devenait que le logiciel comptait deux emprunts à l’élève. Autant clarifier les choses c’était la merde. Enfin moi ça me saoulait de devoir emprunter un livre de moins que ce que je pouvais légalement. Bref c’était la merde.

« Viens j’vais te montrer comment on couvre un livre, ce n’est pas si simple qu’il n’y parait. C’est une bibliothèque publique et les livres doivent résister… A tout types d’usages, même si je me donne personnellement le droit de frapper ceux qui s’en servent pour caller les meubles. Oui c’est déjà arrivé. »


J’me suis rendue compte qu’un étudiant emprunté toujours des livres de la même taille… Et il les rendait toujours abimés au même endroit. Après investigation il s’est trouvé qu’il s’en servait pour caler son bureau… Enfin. C’était un cas à part, mais c’était arrivé. J’en souriais aujourd’hui… Mais sur le moment j’lui avais passé un de ces savons le pauvre.

« Alors avant de retirer le plastique qui protège le coté collant, faut que tu découpes la taille qu’il te faut. Tu découpes les angles comme ça et comme ça pour la côte. Et puis faut pas oublier de coller le code barre avant de poser le papier glacé. Et quand tu poses la papier tu t’aides d’une règle pour qu’il y ait le moins de bulles prises dedans. »


Je montre en même temps que j’explique car un bon exemple vaut mieux qu’un long discours.






#   Dim 15 Fév 2015 - 21:28

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

J'écoute attentivement les explications d'Ipiu. J'appréhende déjà de me retrouver seule devant l'ordinateur, face au monstre ! Je ne suis pas une pomme en informatique, mais je ne suis pas une génie non plus. Si le logiciel fait des siennes, je ne vais certainement pas réussir à m'en sortir. Bon, pas de panique. Je verrai cela le moment venu ! Je lâche un petit rire discret lorsqu'elle m'annonce que la deuxième solution, c'est d'être patiente... donc si je galère, ce n'est pas grave, je ne suis pas la seule, du coup, on ne m'en tiendra pas rigueur. Je sais, cependant, que je vais déjà m'énerver. Je peux être vraiment très patiente, mais pour ça... non, je n'y arrive simplement pas. Cela ne me dérange pas d'attendre par exemple, car je peux m'échapper dans mon imaginaire. Je pourrais rester des heures, la tête dans les nuages, mon esprit suivant le flux de mes histoires, sans m'ennuyer... mais galérer à faire quelque chose que je n'arrive pas à accomplir. Oui, ça m'énerve profondément, parce que je suis concentrée là-dessus et que ça ne fonctionne pas. Je suis frustrée et je pète un câble. Bon, je ferai un effort, hein ! Je ne vais pas exploser devant mes collègues. J'ai un peu d'amour-propre... et puis comme je suis timide... non, je ne me vois pas me dévoiler comme ça au travail. Je vociférerai intérieurement, cela suffira.

Je note quelques mots dans mon cahier, puis suis la bibliothécaire pour qu'elle me montre comment couvrir les livres. Je hoche la tête à sa réflexion et ouvre de grands yeux lorsqu'elle me parle des calages de meubles. Je n'arrive pas à y croire. Il faut vraiment avoir un grain pour faire une chose pareille, non ? Il y a tellement de moyens pour faire ça, de méthodes adéquates. Je fronce les sourcils. Utiliser et surtout abîmer des livres pour ça. C'est assez désespérant. Surtout que des gens ont peut-être besoin de ses bouquins, que ce n'est pas la propriété de la personne. Quel manque d'éducation ! J'espère ne jamais croiser cet énergumène. Je me reconcentre tout à fait lorsque mon interlocutrice me montre comment faire pour les livres. Cela ne me paraît pas simple du tout. Je me mords les lèvres. J'écris rapidement les étapes nécessaires et souligne trois fois code barre avant papier glacé. Je suppose que c'est l'erreur classique. J'espère qu'avec ça, je n'oublierai rien. C'est le moins que je puisse faire. Je sais que je vais avoir de la peine au début, mais avec l'habitude et l'entraînement, je devrais m'en sortir.

- Très bien.

Je me demande tout ce qu'il y a encore à faire. Pour le moment, Ipiu m'a montré comment gérer l'arrivée de nouveaux livres, mais dans ce qu'elle m'a dit au début, j'ai encore tant à apprendre. Je suppose que le fait de gérer les stocks se fait avec le même logiciel. Il y a la base de données et sans doute un outil pour faire cela plus facilement, genre avec une équation statistique, des probabilités ? Je fronce les sourcils. J'espère que je ne vais pas devoir faire des maths, parce que mon niveau n'est pas génial. Je me débrouille avec la base de ce qu'on nous apprend en cours, mais il faut que je révise des heures pour arriver à un bon niveau. Je ne me vois pas bosser pour mes cours et pour la bibliothèque en parallèle. Bon, pour ce qui est du rangement, ça je ne devrais pas avoir de problèmes, donc un poids en moins sur ma conscience. Il faudra qu'elle m'explique encore pour le prêt et le retour des livres... toujours avec le même logiciel je suppose. Il faudra vraiment qu'on devienne copain tous les deux, sinon je vais passer de très mauvais moments. Je me vois déjà sourire bêtement devant un élève parce que je n'arrive pas à me défaire du monstre. Non, n'anticipe pas. Tout va bien se passer. Pourquoi n'y arriverais-tu pas ? Les autres le font bien, alors pourquoi pas toi ? Je prends une inspiration et redresse les épaules. Je vais assurer !

- Donc, pour les nouveaux livres : leur mettre le code barre, les couvrir  et les enregistrer dans le logiciel.

Je lui souris timidement. C'est peut-être un peu bête de répéter ce qu'elle vient de me dire, mais au moins, je suis sûre d'avoir tout compris si elle acquiesce.



merci Haley
En ligne#   Mer 18 Fév 2015 - 16:52

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2076
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

« Yep. T’as tout compris. »

Prendre des notes je ne l’ai jamais fait, sauf pour me donner une contenance, je n’oublie pas grand-chose d’une manière générale. Enfin, je n’oublie rien sans le vouloir. C’est l’une des caractéristiques des gens de ma sorte. Ne rien oublier pourrait être un don, mais cela devient vite une tare. Je me souviens d’une de mes anciennes missions, je devais cette fois-là simplement récolter des informations sur le développement d’une recherche en neuroscience visant à implanter une puce dans une partie précise du cerveau. Cette puce avait pour but d’aider les malades souffrant de Parkinson à se stabiliser… Et on va dire que sur une personne ne souffrant pas de ce petit problème, on envisageait d’autres… Utilisation au Centre.

Cette fois-là, j’avais endossé le rôle d’une étudiante en médecine, une de celles qui préparait son doctorat. Du coup je prenais des notes que tout ce que je voyais. Tout pouvait être intéressant, certes je ne notais que les choses en attrait avec la médecine. Je ne notais pas le plus intéressant. Je me souviens que l’homme qui me guidait m’avait regardé un tantinet désespéré « Arrête de noter et vis ! » Je pense que je comprends ce qu’il voulait dire… pourtant je me vois mal faire la même. Je pense que ça la rassure.

Je prendrais cinq minutes ou plus pour lui faire des post-its tout à l’heure. J’pense que ça la rassurera tout autant. Elle semble ne pas vraiment avoir confiance en ses capacités cette gamine, et elle ne pourra s’améliorer si on ne lui donne pas les capacités de le faire. Elle a besoin de se sentir à l’aise, je pense. Si on la rassure elle sera sans aucun doute plus à l’aise, et pourra se développer tranquillement. Prend ton temps pour grandir, tu sais tu n’es pas obligée de devenir une adulte tout de suite.

« J’vais te montrer comment on enregistre les départs, viens on passe en salle. »


Devant le public. Je fais en sorte que notre trajet dans la bibliothèque soit discret. Histoire qu’on se trouve pas assaillies de questions. ‘fin c’est pas qu’il y ait grand monde mais j’ai toujours encouragé ce genre d’initiative. Je trouve ça tellement dommage que les gens perdent du temps quand on peut leur indiquer où trouver. On arrive au bureau, je lui montre comment on allume l’ordi.

« Toujours le même mot de passe, tu ouvres ce logiciel avec le livre. Alors tu tapes le prénom de l’élève, s’il est enregistré tu as direct son profil, avec le livres qu’il a empruntés, et ceux qu’il a rendus, comme ça il en garde une trace s’il doute, et nous on peut savoir qui abime les livres si on s’en rend compte avec du retard.

Tu n’as plus qu’à passer le code barre du livre, s’il était emprunté il est marqué rendu, s’il n’était pas emprunté il est parqué emprunté. C’est cool ce genre de logiciel qui fait tout à ta place !

Si le nom est inconnu, tu fais enregistrer le lecteur et son compte est créé. Je sais ça fait un peu monde des bisounours et certains sont tentés de frauder, c’est pour cela que dans la mesure du possible tu leur demandes une pièce d’identité, mais certains arrivent sans à Terrae, alors plutôt que de ne pas leur prêter de livres, je leur fais confiance. »


On ne rajoute pas de peine aux gens si on n’y est pas obligé. Pas ici, et pas avec mon accord. C’est simple.

« Si tu as compris je te laisse gérer les prêts cet aprem, je dois aller finir ma comptabilité… »

Ca je ne délègue pas. C’est trop chiant pour que je partage, faut que je calcule le budget que je prévisionnel du mois à venir, on n’a pas nécessairement énormément de moyens à Terrae, faut trouver des moyens de financements un peu complexe. Heureusement certains parents d’élèves ont de la ressource on dira.






#   Sam 21 Fév 2015 - 23:30

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

J'affiche un air satisfait lorsqu'Ipiu me confirme que j'ai tout juste jusqu'à présent. Je me détends un peu, mais ce n'est pas le moment de relâcher la pression ! Surtout qu'elle m'annonce qu'on va passer dans la salle. Elle souhaite me montrer comment on enregistre les départs. J'ai un bref moment d'incertitude, mais je finis par la suivre, confiante. Si les gens ont des questions, c'est vers elle qu'ils iront en premier. Quant à moi, je débute, j'ai donc le droit à l'erreur, alors pas de panique. Faut vraiment que je prenne confiance en moi, c'est maladif ! La traversée de la bibliothèque se passe dans le calme. Il faut dire qu'on reste discrète et qu'on évite les endroits fréquentés. Je remercie intérieurement la jeune femme pour cela. Je ne sais pas si le but était de me ménager ou si c'était simplement pour avoir la paix un moment, mais cela m'est égal. Le résultat est le même. Une fois arrivée à destination, j'écoute, à nouveau, attentivement les explications de ma cheffe. En fait, c'est assez simple. C'est le logiciel qui gère quasiment tout. Lorsque mon interlocutrice me propose de gérer les prêts aujourd'hui, je sens deux émotions contradictoires faire leur apparition : une immense fierté qu'on me juge digne de commencer tout de suite à travailler et une horrible frousse à me retrouver avec ces responsabilités et face à mes camarades... mais je suppose que c'est normal. Si je n'avais pas d'appréhension, cela voudrait dire que je ne prends pas ma tâche à cœur, que je ne suis pas sérieuse. Un léger sourire étire mes lèvres. C'est le moment, Selvi ! Montre de quoi tu es capable !

- J'ai encore une question. Comment ça se passe au niveau des retards ? Comment je gère ça ?

Oui, je me vois déjà galérer, parce que la théorie, c'est bien, mais dans la pratique, il y a toujours des imprévus qui arrivent, des cas particuliers, alors je préfère prévenir que guérir. Je suis trop studieuse pour risquer d'avoir des retards avec les livres que j'emprunte. Je dois donc avouer que je n'ai aucune idée de ce qu'il se passe dans ce cas. J'imagine qu'on reçoit un rappel, mais j'avoue ne pas savoir par quel moyen. Puis, si vraiment la personne exagère, peut-être y a-t-il des amendes ? Ou des restrictions d'emprunts ? Avant que je n'arrive à Terrae, la règle était : deux rappels, puis une amende, puis, en cas de réel abus, bannissement provisoire de la bibliothèque avec possibilité d’exil à vie en cas de récidive. La bibliothécaire ne rigolait pas, à ça non ! Une fois, elle a menacé de m'envoyer en prison si je ne lui rendais pas le livre que j'avais emprunté... sauf qu'elle s'était trompée de personne. Il a fallu attendre que le fautif ramène la preuve de son forfait pour que la femme me croie enfin. J'en ris maintenant, mais ce n'était pas le cas à l'époque, croyez-moi.

- Oh, et je suppose que le logiciel indique les livres qu'on n'emprunte pas ? Je ne les connais pas tous par cœur...

Je baisse les yeux. Je sais que les dictionnaires, par exemple, ne quittent pas la bibliothèque, mais je ne pourrais pas donner une liste exhaustive de tous les ouvrages qui ne doivent pas quitter ce lieu. Bon, je me fais beaucoup de soucis pour rien. Je suis quasiment sûre que c'est prévu dans le super logiciel ! Je préfère cependant vérifier pour éviter les problèmes. J'espère que je n'embête pas trop ma cheffe. Je sais qu'elle a du boulot, elle aussi, elle vient de me le dire. La comptabilité, ça c'est quelque chose que je n'ai jamais. Bon d'accord, j'ai déjà calculé combien de sous j'avais dans mon porte-monnaie, mais franchement, ça n'a rien à voir avec la gestion d'une bibliothèque ! Heureusement, cela ne devrait pas faire partie de mes tâches. En tout cas, pas selon l'inventaire qu'Ipiu m'a fait lorsque je suis arrivée.



merci Haley
En ligne#   Lun 23 Fév 2015 - 21:35

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2076
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

J’attends son autorisation pour repartir mener la vie dure aux chiffres. Oui la compta c’est toujours super hard. Mais vraiment. On ne paie pas des livres avec de la bonne volonté… Du coup ça devient chaud. Certes on n’est pas reconnu comme une vraie bibliothèque mais bon, il n’empêche. On doit financer les livres, et si on ne paie pas les droits de diffusion (évidemment Terrae n’a pas de statut légal, alors on fraude un peu…) mais on ne peut pas payer des livres avec des sourires et des pâquerettes. Quoique, ça se négocie. Moi je suis prête à échanger un livre si le bouquet est assez gros. Enfin.

J’ai rendez-vous avec un casse-tête, et j’vais avoir du mal. Mais j’y arriverais. C’est pas comme si j’avais le choix. Je dois faire au mieux avec mes deux petits bouts de chandelle. J’me demande comment… Mais j’arriverais à équilibrer les comptes. Elle a des questions et je n’en attendais pas moins de sa part.

« En fait si quelqu’un ne rend pas un bouquin tu as plusieurs cas de figure. Déjà dès le moment où tu vois un livre apparaitre en rouge sur le logiciel, l’élève ou n’importe lequel des utilisateurs en fait, ne peut emprunter de livres tant qu’il n’a pas rendu celui en retard. Si c’est un retard de moins d’une semaine tu le sermonnes. Si c’est supérieur, tu me les envoie dans mon bureau, quitte à me faire revenir dans le bureau, ou tu demandes à ma collègue, mais elle fait foutrement moins peur que moi. Si les retards dépassent deux semaines, la personne ne peut plus emprunter de livre pendant une durée égale à son retard. Si on dépasse les deux semaines, j’envoie des lettres. Si ça dépasse le mois c’est une liste à la directrice que j’envoie. Mademoiselle Honda, la transmet aux masters qui font passer le message. Et si après ça j’ai pas récupéré mes livres, je me déplacerais gentiment les chercher en personne, mais ça ne sera pas gratuitement. Heureusement ça n’arrive pour ainsi dire jamais. »


Ouai… Alors on va dire que parfois les gens ne reviennent pas, ‘fin je veux dire, parfois en fonction des circonstances, on peut pardonner le déplacement, mais certains sont bannis de la bibliothèque. ‘fin je les vire à chaque fois que je les vois revenir jusqu’à ce que j’en ai marre. Mais après le vidus qu’ils se prennent si je vais les chercher ils se risquent plus à mettre les pieds ici. Sauf s’ils en ont vraiment besoin.

« Les livres qu’on n’emprunte pas ne sont pas étiquetés pour la sortie en fait, ils comportent à la place une étiquette « indisponible au prêt. » »


Je lui souris avant de prendre congé.

FINI.

Bon okay c’est un peu court on continue. Je lui souris une dernière fois et lui conseille :

« Te prends pas la tête, tu sais tu vas y arriver. Et si tu as des questions hésites pas.,. C’est pas dur à faire mais chronophage. Tu nous enlèves un gros poids »


Je lui souris une dernière fois et m’en vais pour de bon.






#   
Contenu sponsorisé

 

Lis, lis, lis ! Cela rend intelligent, et cela donne des ailes ! [terminé!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.