Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Traitement de fond. [Wyatt ♥]
Dim 24 Jan 2016 - 20:04
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

La situation finit par se stabiliser, des rendez-vous à dates fixes, de temps à autres quelques discussions un peu plus triviales. Mais la plupart du temps, je m’assieds juste. J’attends qu’elle s’occupe de ce qu’elle peut gérer. D’après l’ophtalmologiste, il y a quelques semaines, elle a réussi à empêcher que ma vue s’aggrave encore plus. C’est plutôt une bonne nouvelle. Mais j’ai l’impression que nous en sommes à un palier.

J’ai de plus en plus de mal à venir. Je pense que ne pas voir de résultats directs me font perdre un peu l’envie d’essayer. Bien sur, ce qu’elle a déjà fait est impressionnant. Ce n’est juste plus assez. Je n’ai plus envie de me battre contre ça. J’essaie de me résigner. De toute façon, au point actuel des choses, peut-être que si je reviens la voir juste de temps à autres, pour freiner un peu tout ça, ce sera suffisant.

Je regarde ma veste qui m’attend dans l’entrée de ma chambre. Aucune envie de me lever et d’y aller. Elle évitera de se fatiguer. C’est égoïste de ma part. Je le sais. Elle travaille d’arrache-pied. Peut-être devrais-je juste lui en parler… Je n’ose même pas la contacter en dehors de l’hôpital, je préfère plutôt m’arranger avec tous les autres. Je soupire et envoie un message à Jun, même à lui, j’ai finit par mentir. Oui, tout va bien. Oui, on avance. Non, je n’abandonne pas. Oui, j’ai rendez-vous.

J’ai trop honte pour prévenir Aoi. Honte d’être fatigué de tout ça. Honte de ne plus avoir envie. D’avoir l’impression de lui faire perdre son temps. Et je sais qu’elle serait capable de me dire tellement de choses pour me remonter le moral. Elle réussirait même à me faire venir… Mais j’ai juste envie d’être seul pour un petit moment.

J’y retournerai au prochain rendez-vous, quelques jours plus tard, prétextant une panne de réveil pour la fois passée. On ne parlera pas vraiment, moins qu’avant en tout cas. Ce n’est pas qu’on a moins de choses à dire, ou bien qu’on en fait plus qu’avant. Je n’ai simplement pas envie de parler. Je la laisse faire, note la date du prochain rendez-vous et sourit avant de sortir.

Ma chambre est devenu une sorte de sanctuaire. Le lieu de culte des livres que j’ai lu, relu, ou commencé. Mais je n’en sors plus. Je fais simplement l’effort d’aller voir Aoi, presque une fois sur deux maintenant en fait… Je soupire et regarde à travers la fenêtre le monde qui continue quand même de tourner.
Voir le profil de l'utilisateur



Compose en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas

Sam 30 Jan 2016 - 16:33
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

La première fois que Wyatt a loupé l'un de nos rendez-vous, j'étais plus surprise qu'en colère. Je l'ai attendu un certain temps dans la petite pièce de consultation qu'on me donnait pour la demi-heure, son dossier devant les yeux, sur le bureau. J'ai attendu avant de me rendre à l'évidence qu'il ne viendrait pas. La fois d'après, il s'est excusé ; il avait l'air si terriblement désolé de cette panne de réveil que je ne me suis pas sentie de lui faire la morale. Comment aurais-je pu ? Il était plus âgé que moi, et c'était lui, le patient. Un oubli, ça arrive.

Ça arrive, sauf quand c'est le cas une fois sur deux. Alors on ne dit rien, on serre les dents et on attend. Les rapports sont un peu plus froids, cordiaux ; personne ne veut parler, personne ne veut faire d'effort. C'est difficile, pour moi. Parce que je prends du temps sur celui que je devrais accorder à mes cours, depuis que je suis entrée à l'université, et que maintenant, me faire faux-bond sans me prévenir est une habitude. Une habitude détestable et agaçante.

Lorsqu'une fois de plus je me retrouve à fixer la porte sans que celle-ci daigne s'ouvrir, je referme brutalement son dossier pour le prendre sous mon bras. Je lui ai déjà demandé de me prévenir lorsqu'il voulait décommander, mais je sens surtout que plus le temps passe, et moins j'arrive à faire quelque chose d'utile. Nous devrions nous voir plus, et l'ophtalmologiste commence à s'en inquiéter. Je soupire, agacée. Puis me dirige en volant jusqu'au couloir des airs.

Je cherche sa chambre un moment ; les caractères latins de son nom et sa restranscription japonaise s'affichent sous mes yeux lorsque je passe devant sa porte. J'y frappe. Attends qu'il ouvre. Cette fois, je suis en colère.

— Bonjour, Wyatt. Tu as encore oublié notre rendez-vous ?

Oui, je le tutoie. Je m'en fiche s'il n'est pas content de me voir, ni de me voir lui parler sur ce ton. Je lui montre le dossier.

— C'est la quatrième fois ce mois-ci, je lâche, sur le ton de l'accusation. Tu sais que je prends de mon temps d'études pour venir m'occuper de toi, ce que tu fais est totalement irrespectueux. Si tu veux décommander, appelle-moi.

Un soupir, et mon visage s'adoucit. Je ne devrais pas me mettre en colère.

— Quand tu as des problèmes, parle-m'en plutôt que de t'enfermer dans ta chambre… Est-ce que tu vas bien, au moins ? je m'inquiète. Tu sais très bien qu'on n'avancera pas si tu continues comme ça...

Et je n'ai pas envie de lui courir après.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Dim 7 Fév 2016 - 17:36
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

Chaque fois que je manque un rendez-vous, je me mets un peu plus à sa place, et je m’énerve tout seul. Je commence à lui écrire un message, efface, recommence, pendant au moins une heure. Et j’abandonne, je pose simplement mon téléphone de côté et je me replonge dans un autre livre. C’est irrespectueux, c’est arrogant, je le sais… Mais j’y arrive pas, j’ai l’impression de me comporter comme un gamin. Un gamin qui sait qu’il a besoin d’aide, qu’il en veut même, mais qui n’arrive pas à la demander.

Je soupire et pose le livre que je viens de terminer, il était long, ennuyeux. Mais je n’avais que ça à faire, enfin, c’est en voyant l’heure que je me rends compte que, une fois n’est pas coutume, j’ai ôté de mon esprit le rendez-vous qu’on était censé avoir.

_ Wyatt Stevens, vous êtes un beau connard.

Je ne serais même pas étonné qu’elle décide juste d’arrêter de se donner autant de mal pour moi. Je l’aurai cherché. Même si, rien que de le penser, ça me démoralise un peu plus. Je me lève, parce qu’être couché, c’est agréable, mais sans thé, ça craint. J’arrive à me faire un thé, enfin, j’ai le temps de mettre ma boule à moitié remplie de thé vert à la grenade, même pas l’eau. J’ai la bouilloire et ma tasse en main quand j’entends toquer.

Je hausse les épaules et verse mon eau, ça doit être une erreur, parce que Jun pense que je suis avec Aoi et elle… Ah, je suppose que c’est elle alors. Merde… Je me sens misérable, là, en pyjama trop grand, avec mon peignoir. J’ai même pas encore pris de douche ce matin, je soupire et vais ouvrir la porte, ma tasse à la main. Va te faire voir Wyatt, tu crains. Je baisse les yeux, à peine a-t-elle commencé. Je sais pourquoi elle est là, je sais ce qui l’agace, et j’ai honte de ne pas avoir les couilles de faire quelque chose.

_ Désolé.

Rien d’autre. Je suis incapable d’en dire plus de toute façon, j’ai la gorge nouée. Elle a toutes les raisons du monde pour s’énerver, ça reste quand même difficile à voir. Elle a un peu cette image de femme forte et souriante, toujours calme, même si c’est juste ce que j’avais pu voir pour le moment. Je me sens stupide d’un coup avec ma tasse dans la main et mon pyjama. Je m’écarte pour qu’elle puisse entrer si elle veut, avant de déposer ma tasse sur un meuble.

_ Je sais… Désolé Aoi. Je devrais pas te faire perdre ton temps comme ça…

Je m’éclipse rapidement, juste quelques minutes, pour me rafraîchir le visage et m’habiller. J’ai l’air salement fatigué dans le miroir… Je soupire et retourne la voir. Je sais même pas si elle va vouloir rester là, ou partir. Je sais pas ce qu’elle avait prévu en venant ici, probablement pas de mettre les pieds au milieu d’une marrée de livres plus ou moins lus.

_ Je sais pas. Je suis juste fatigué en ce moment.

Oui Wyatt, tu es pathétique, tu te fatigues toi-même avec tes phrases bidons. Si elle y croit, ça tiens du miracle je suppose.
Voir le profil de l'utilisateur



Compose en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas

Mar 9 Fév 2016 - 23:02
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Son visage défait me donne à la fois envie de le secoue et de tourner les talons. Il baisse les yeux et on dirait que je suis en train d'engueuler un gosse qui a fait une bêtise. Je pince les lèvres et tente de me retenir de devenir trop virulente. Il ne mérite pas qu'on s'acharne sur lui, mais je n'en peux plus d'être prise pour une abrutie. J'aimerais pouvoir lui dire d'aller se faire voir et que je refuse de m'occuper de lui davantage, mais je sais que les mots ne franchiront jamais mes lèvres. Je crois que je m'en voudrais trop de l'abandonner. C'est fou comme quelqu'un comme ça peut te faire culpabiliser, alors que c'est clairement de sa faute. C'est quelque chose d'insupportable, et ça m'énerve davantage.

Il s'écarte comme pour m'inviter à entrer et je hausse un sourcil. Je ne bouge pas de devant la porte, pas par pudeur, mais par agacement. Je ne bougerai pas. Il s'excuse, puis il disparaît dans la salle de bain. Je rêve ? Que croit-il encore faire, là ? Ne me fait-il pas encore perdre mon temps ? Je ressens le fort besoin de lui dire ses quatre vérités mais me contient. Mon expression est cependant plus dure que je ne l'aurais souhaité.

Je sais que c'est difficile pour lui, mais je ne suis pas une psychologue... S'il se sent mal, il faut qu'il voie quelqu'un. Moi, je ne peux rien faire pour lui. Encore moins le forcer. Je ne devrais même pas être ici.

— Fatigué ? je répète lorsqu'il revient dans la chambre. Si ça ne va pas, tu dois le dire à ton médecin. Quitte à voir un psychologue à l'hôpital. Je veux dire, je fais ce que je peux. Tu me donnes juste l'impression que tout ce que je fais ne sert à rien. Je n'attends pas de remerciements, mais...

Je me pince l'arête du nez. À quoi est-ce que ça sert ?

— Bon, laisse-moi te soigner. Et la prochaine fois que tu ne veux pas venir, envoie moi un message. Juste un message. De préférence pas une demi heure après ?

Grumbl. Je rentre et l'oblige à s'asseoir sur le lit pour pouvoir le soigner. Mon regard est assez expressif je crois ; s'il refuse, je le secoue comme un prunier. Qu'il aille bien ou mal.

— Je refuse que tu te laisses abattre comme ça, Wyatt. On progresse. Alors ne perds pas espoir ok ? Faut que tu parles aux gens, quand ça ne va pas.

Franchement, son état m'inquiète, mais je sais pas quoi faire... En plus, je suis pas vraiment son amie. Même si je l'aime bien. Il devrait vraiment en parler à ses proches...
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mer 10 Fév 2016 - 20:35
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

Aoi est clairement agacée, et j’ai beau me dire que c’est de ma faute, ça m’ennuie pas mal aussi. Oui, elle doit avoir l’impression de perdre son temps, clairement, je dis pas le contraire. C’est d’ailleurs pourquoi j’écoute simplement ce qu’elle a à me dire, qu’elle vide son sac et on en parlera plus. Je hoche la tête quand le besoin se fait sentir et je la laisse me soigner, assis sur mon lit. En réalité, ce n’est pas tant que je suis vexé, pas du tout en réalité. C’est juste… Je sais très bien ce que je fais, même si je fais le choix de l’ignorer. Je le sais, et l’entendre de quelqu’un d’autre c’est un peu plus difficile encore.

Au final, je ne dis pas grand chose, je la laisse faire et je continue de lui montrer que j’écoute. Je lui montre aussi le rendez-vous, noté sur mon téléphone, comme une sorte de promesse que je serai là la fois suivante. Et je vois bien à son regard et son attitude que si je ne viens pas, ce ne sera plus la peine de venir ensuite. Enfin, c’est plutôt ce que j’aimerai y voir, pour me pousser à venir. Je la laisse repartir et m’excuse encore, avant de m’enfermer à nouveau dans ma chambre. J’en parlerai un peu plus tard, j’irai peut-être voir un médecin, faut encore que je me décide.

La semaine suivante je viens la voir, un peu en avance. Comme pour lui prouver que je l’ai écouté. Oui, je vais venir, pour que ce temps ne soit pas perdu. Même si je ne pense pas, honnêtement, que l’on progresse tant que ça. Je vois bien la mine un peu inquiète de l’ophtalmologue quand je dois y retourner. On avance pas. Mais ce n’est pas comme si je pouvais juste faire perdre son temps à Aoi. C’est au moins le respect que je lui dois, puisqu’elle n’abandonne pas. Je ne m’empêche d’ailleurs pas de la remercier à la fin de la séance. Même si je ne vais toujours pas voir de médecin, je tenais à faire ça, lui montrer que ce qu’elle fait n’est pas inutile. Il faut juste que je trouve un moyen de remonter la pente.

_ Warren, je suis désolé de te contacter soudainement, on pourrait parler ? T’en fais pas pour l’heure, appelle-moi juste quand tu le pourras. A plus tard.

C’est deux jours plus tard que je reçois un appel de mon frère, à trois heures du matin. Y a clairement mieux comme réveil, mais bon, on peut pas tout avoir. D’ailleurs, ça me fait plutôt plaisir d’entendre de ses nouvelles. Apparemment, Irène est enceinte. On finit, évidemment, par parler de moi. Je m’attends à ce qu’il ne me laisse pas en placer une, comme avant. Mais il m’écoute simplement, il attend. Et je me rends compte que c’est ce dont j’avais besoin. Une oreille. Une oreille qui ne me jugera pas, qui ne le fera jamais. Oh bien sur, après, il va me faire la leçon, il va me botter les fesses. Mais ça marchera. Enfin, ça devrait. De toute façon, du moment que je vais aux rendez-vous d’Aoi, il ne devrait pas y avoir de soucis. J’en prends d’ailleurs pour mon grade en parlant de ça avec lui. Tant pis. J’ai déjà pris la décision de venir, même si parfois, on ne parle quasiment pas, je la salue simplement.
Voir le profil de l'utilisateur



Compose en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas

 

Traitement de fond. [Wyatt ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.
Aller à la page : Précédent  1, 2