Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Marchons, marchons, tant que nous le pouvons. (Pv : Lud)
Dim 3 Mai 2015 - 22:47
avatar
Féminin

Messages : 1280
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Tu semblais perdu dans tes pensées, et tu tentais de marcher quasiment par tes propres moyens. Vous les mecs, vous avez un de ces égos, à croire que c'est un crime d'être à moitié... mort?
Ta voix vint briser le silence, doucement.

-Tu sais... Tu devrais faire plus attention à toi. Ce que tu fais, là. C'est pas un truc à faire. Tu sais pas qui je suis... Je pourrais être violent. Je pourrais t'attaquer, ou même chercher à te violer, qui sait. T'es trop gentille... Fais attention à toi.

Un rire nerveux m'a échappé. Le mot viol m'était difficile à entendre, même deux ans plus tard. Pour l'avoir vécu, son souvenir était gravé à la place de ce qu'il m'avait prit. Tout.

- Ouai. Je devrais.

En fait, je voulais pas t’entendre me rabrouer les oreilles avec tes histoires. J'avais déjà vécu tout ça, je savais à quoi m'en tenir, merci. Ça m'agaçait presque de voir que certains pensaient encore pouvoir me donner des leçons là dessus. Surtout que t'étais pas en position de le faire. Et ça, ça m'énervait pas mal.

-On est bientôt arrivés.


J’acquiesçai. Je voyais bien que t'avais hâte d'arriver. On aurait dit que c'était une honte que tu es besoin d'aide. Ça va, c'était pas dramatique. T'avais bu, et alors? Tu me soufflas que tu espérais que ce mec était mort en héro, et je l'espérai aussi, pour toi et ta conscience. Tu manquas te fracasser la tête sur les marches mais je réussis tant bien que mal à te redresser.

-Merci...

- Pas de quoi.

Je suis restée silencieuse ensuite, jusqu'à ce que nos regards se croisent. Tu as vite repris la route, et je t'ai suivi.

-Je suis désolée pour ta soeur... Pour ton père et ta mère...

J'ai eu un demi sourire, totalement faux. Penser à eux me faisait toujours aussi mal. C'était difficile.

- Désolée pour quoi? Que ma sœur soit morte et que mes parents soient des connards finis? Ne le sois pas. Je suis convaincue que l'on guérit de tout. Il suffit juste... De laisser au temps le temps. C'est peut-être naïf de ma part d'y croire mais... Mais j'ai pour ambition d'être heureuse. Et ça passe par là le bonheur.


On monta le reste des marches dans un silence assez pesant. Chacun devait être perdu dans ses pensées.  Enfin, arrivés au bon étage, j'ouvris la bouche.

- Quand à savoir si je suis trop gentille comme tu dis, je crois avoir assez d'expérience dans le domaine de l'agression pour savoir que parfois, se n'est pas ça qui nous trahis.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 5 Mai 2015 - 11:19
avatar
Féminin

Messages : 947
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Ses paroles étaient assez dures, franches, directes. Je ne saurais dire si c'était parce que parler avec moi avait fini par l'énerver, ou si c'était simplement parce que le sujet n'était pas vraiment le meilleur de tous les sujets de conversation. Je pense que je ne me tromperais pas en affirmant qu'il y avait un peu des deux.
Ses derniers mots me tirèrent un léger sourire, sourire que je cachais maladroitement. Ses paroles sèches me firent réaliser qu'elle n'était pas du genre à se laisser marcher dessus. Elle était gentille, peut-être même très gentille, mais pas trop gentille.
Nous étions arrivés à mon étage, l'avant-dernier étage avant le sommet puis le toit. Il avait probablement été jugé intéressant de mettre les affinités Air le plus en hauteur possible. Qu'ils se sentent dans leur élément. Mais ça n'empêchait pas que c'était un peu galère de devoir monter chaque jour toutes ces marches. Allons bon, j'avais cru comprendre qu'ils avaient décidé de placer un ascenseur, notamment pour prendre en compte les personnes à mobilité réduite, comme les gens aiment parler avec précaution. Faut dire, je crois qu'il y a certains cas ici quand même. C'est Mitsu, qui a une copine en fauteuil roulant... Et bien mon Dieu, j'espère que cette fille n'est pas Air. Parce que devoir monter tout ça avec un fauteuil... Hum, ça craint.
On pénétra dans le couloir qui donnait accès aux chambres. Après l'avoir quasiment entièrement traversé, on arriva devant la porte de ma chambre. Le plus ancien. Le plus au bout. Le plus vieux des affinités Air, et qui n'était toujours pas passer Master. C'était moi, bingo ! Vous avez bien trouvé.
J'ai glissé une main dans ma poche, avant de soupirer lamentablement. J'ai posé une main sur la poignée ; la porte était ouverte. Toutefois, devinant à l'avance ce que j'allais y trouver, je me rétractai. Je me tournai vers la rouquine. Son nom m'avait échappé, durant ce long cheminement.

-Merci beaucoup de m'avoir raccompagné... J'vais prendre une douche, je pense que c'est le mieux à faire... Merci encore...


Je m'appuyai légèrement sur ma porte, me sentant encore légèrement titubant même si mon cerveau était nettement moins embrumé.

-Peut-être qu'on se croisera une prochaine fois et que je serais... Moins pitoyable, on peut le dire je crois.


Dans un élan de... Je ne saurais quoi, à vrai dire, j'entendis ma voix poursuivre sur sa lancée :

-Tu te situes à quel étage toi...?
Voir le profil de l'utilisateur




Merci Aa-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas

Mar 5 Mai 2015 - 12:19
avatar
Féminin

Messages : 1280
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Enfin nous arrivions vers ta chambre, tout au bout d'un long couloir vide de monde. Tu as fouillé ta poche, à la recherche de tes clés, sans trouver, pour finalement ouvrir une porte qui n'était pas verrouillée.
Je me suis éloignée d'un pas, prête à prendre congés, quand tu as rejoins mon idée première.

-Merci beaucoup de m'avoir raccompagné... J'vais prendre une douche, je pense que c'est le mieux à faire... Merci encore...


- Ne me remercie pas, se n'est pas la peine! Et oui tu devrais prendre une douche. Et sans vouloir te faire la morale... Tu devrais jeter les bouteilles. Ça ne résout rien pi c'est pas terrible.

Je t'ai souris doucement, gentiment. Tu t'es appuyé contre la porte, légèrement titubant. Je m'inquiétais un peu, je l'avoue.

-Peut-être qu'on se croisera une prochaine fois et que je serais... Moins pitoyable, on peut le dire je crois.

- Peut-être oui, qui sait. Et peut-être serais-je débarrassé de mon plâtre! Pitoyables, on l'est tout les deux finalement. Suffit juste de faire en sorte de ne plus l'être.

Je t'ai souris une nouvelle fois, consciente que mes mots pouvaient dérangés. Mais ils étaient vrais et ça, tu devais le comprendre. Il ne tenait qu'à toi de te relever. Comme moi. L'avenir nous appartenait. Notre vie aussi. Même si elle était partie de travers, il ne tenait qu'à nous de la redresser, de la prendre en main et d'en faire ce que nous voulions.
Je suis quelqu'un de passablement optimiste. Je préfère voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. Même si c'est naïf et même si je me rétame. Tant que je suis debout, je sais que je peux encore lutter. Car tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir non?

-Tu te situes à quel étage toi...?

- Je suis juste en dessous, chez les Tonnerres. Pas très loin! Donc au pire, si besoin.... Tu sais où me trouver bien que je pense ne pas être la seule personne à qui tu peux dire ce que tu m'as confié.

Je t'ai fais un clin d’œil et j'ai tourné les talons, pas le moins du monde gênée. Je n'avais pas envie de te fuir, ni même l'envie de partir, seulement je savais que maintenant, tu avais besoin et envie d'être tranquille, pour réfléchir et te poser. Je reconnaissais la lueur dans ton regard et je savais où elle pouvait t'emmener. Il ne restait plus qu'à espérer que tu choisirais le bon chemin. Peut importe où il mènerait.

- Aller, salut Allen, prend soin de toi!

Et j'ai filé, heureuse d'avoir fait cette rencontre que je n'oublierai probablement pas. Tu m'avais intrigué Allen, et crois bien qu'un jour, je reviendrai te voir. Juste pour parler, et voir lequel de nous deux avez su se relever.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

 

Marchons, marchons, tant que nous le pouvons. (Pv : Lud)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Parc.
Aller à la page : Précédent  1, 2