Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Une lueur d'espoir (terminé)
Mer 11 Mar 2015 - 18:29
avatar
Féminin

Messages : 1787
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Le rêve se brise, se fend et se répand sur la terre promise qui ne l’est plus. L’utopie est tombée, la faille a été trouvée et l’espoir s’y est engouffré. Tout est terne à Terrae depuis quelques jours. Tout est morne, comme ces matins d’hivers où les gris nuages masquent le soleil déjà bas. Tout est morne et le doute envahit les cœurs… Pas de tous, bien entendu, il y a d’éternels optimistes. De gentils rêveurs…

Mais la nouvelle est maintenant connue de tous « un feu s’est suicidé. » Enfin, pas vraiment… Il respire encore, mais c’est bien la seule chose qu’il sache encore faire… Cependant ces détails-là, peu sont allés les chercher. Tout le monde est médusé, et surtout désemparé. Terrae leur avait promis une nouvelle vie. L’espoir de tout recommencer, d’être heureux à nouveau. Sauf que c’était un mensonge.

Sauf que la réalité reprenait ses droits sur le rêve. Tout le monde ne veut pas être sauvé lui avait-il dit. Ces mots avaient hantés la femme un moment. Ils l’avaient paralysée à vrai dire, l’empêchant d’agir, voyant les terraens sombrer dans la morosité. Ils avaient perdu espoir, ou peut-être la foi en fait. Cette foi que tout irait mieux ici… Et ceux qui s’accrochaient à ces mots « tout ira mieux » depuis trop longtemps se laissaient maintenant sombrer. Si ça n’avait pas marché pour lui, alors pourquoi ça s’arrangerait pour eux ? Ceux qui voyaient une raison à leur présence en ces lieux, qui pensaient que c’était leur rôle de s’entre aider, ceux-là, avaient le sentiment d’avoir échouer.

Les larmes ne coulaient pas pour la mort de ce sombre idiot qui avait été son ami. Ou qui aurait ou l’être. Il avait tout ravagé par son égoïsme. Au final, c’était cela l’égoïsme, peu importe les autres, je fais ce que je veux. Il avait toujours été ainsi depuis leur première rencontre. Elle ne savait pas trop si elle-même réalisait son départ. Elle ne faisait pas son deuil, elle avait été en colère au début… Parce qu’il avait rendu les autres tristes, mais au fond… Elle-même ne l’était pas. Elle ne ressentirait jamais le manque, ou pas avant de longues années.

Ce qu’elle savait c’est que si les gens continuaient comme ça, ils fonceraient dans un mur. Alors la blonde ça l’énerve. Elle aime Terrae, elle était un cas perdu, et elle en est revenue… Grâce à eux, tous. Ces gens qui ne sont pas forcément ses amis sont un peu sa famille. Alors elle cherche. Elle cherche depuis des jours comment redonner le sourire aux gens. Comment donner de l’espoir ? Bien sûr la sensitive qu’elle est pourrait se tuer à intégrer cette donnée dans leurs cœurs…

***

Sauf que tu n’as pas la puissance nécessaire. Tu ne te mens pas. Alors tu cherches, tu cherches… Et puis tu as trouvé, ce n’est pas une idée géniale. C’est peut-être une bêtise. Peut-être que c’est inutile, mais tu ne supportes plus cette immobilité. Tu ne supportes plus ces visages ternes. Tu ne supportes plus la terniture de leurs passions qui t’apparait au grand jour à toi la sensitive, récepteur de leurs malheurs. Leur souffrance mène ta danse depuis trop longtemps.

Tu as choisi,  demain c’est la White day… Tu veux encore une fois les faire rêver.

Une fête comme une autre pour la majorité… Enfin la majorité ne connait pas. Japonais, peu le sont au final… Alors oui tu la leur feras découvrir… Et puis il fallait une occasion, un prétexte pour leur donner autre chose à penser. Te voilà les bras bien chargés, tu as rempli un petit cagibi de lanternes blanches… Maintenant que la nuit est tombée, le temps est venu… Il est presque une heure du matin ça te laisse trois heures pour tout installer, pour tout mettre en œuvre, pour décorer cette cours de lumières. Alors tenant la première guirlande de loupiotes enroulé autour de tes épaules et les lanternes de papier à fixer dessus dans un sac tu entames ton ascension dans les arbres… La suite de l’histoire se passera là haut…

[HRP : ce qu’elle veut faire dans l’idée clic]
Voir le profil de l'utilisateur




Dernière édition par Ipiu Raspberry le Mar 16 Juin 2015 - 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lun 16 Mar 2015 - 19:10
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

L'atmosphère de Terrae semble morose ces derniers jours. Pas que ça me touche particulièrement mais il parait qu'un élève s'est suicidé. Quelque par ça me fait sourire que les gens soient aussi choqué. L'institut a beau se targuer d'être un monde idéal, je sais bien que la réalité est différente. Quand on arrive ici, le vide au coeur, on ne sait pas très bien ce qu'on fait là. Bien sûr on nous as promis des réponses, de l'aide. Pour ma part je doute que c'est vraiment ce qui fait la différence. On ne s'en sort pas si on en a pas la volonté quelque part. On peut parler de choix ou de destin mais pour moi ce n'est qu'une seule et même chose.
Il n'y a pas de vrai choix, pas au sens où on l'entend. Notre nature nous pousse toujours vers un débouché plutôt que l'autre. Donc oui, on a toujours le choix, mais ce choix est bien souvent déjà fait avant qu'on se retrouve à y réfléchir. Notre expérience, nos souvenirs, tout ce qui fait notre personnalité nous influe, souvent inconsciemment.
Peut-être que c'est comme ça que sont les personnes dites imprévisibles, celles qui ne parviennent pas à tenir le même raisonnement deux fois de suite. Ou alors ça vient d'une volonté de ne pas tomber dans la facilité ? Récemment j'ai aussi dû faire des choix qui me paraissaient difficile. Pourtant ils étaient logiques avec ce que je voulais, avec ma façon de penser. Ou peut-être pas ?
Aller à Hong Kong, parler de mon passé à Aoi, ces choix est-ce que je les ai fait parce que je voulais me prouver que je pouvais changer ? Ou bien parce qu'ils me paraissaient être les "bons" ? Je ne sais pas. Peut-être que je ne veux pas savoir ? Je ne suis pas un indécis pourtant, et je n'aime pas regretter.
Mais je fais des cauchemars. Souvent je me réveille en sursaut dans la nuit et je ne sais pas bien pourquoi. Je n'ai pas vraiment envie de m'en souvenir en fait. Pourquoi vouloir me compliquer la vie à me rappeler de ce qui me fait souffrir après tout. Dans ces moments je peux me retourner des heures dans mon lit jusqu'à l'aube sans trouver le sommeil. Pas envie de ça ce soir. Puisque je suis réveillé autant sortir, peut-être que je croiserais Matheo avec de la chance. Ca fait un moment que je ne l'ai pas vu.
J'enfile les premières fringues qui me tombent sous la main, à moitié à l'aveugle. Et l'écharpe que Aoi m'a offert. L'air est assez frais mais c'est correct pour la mi-Mars. Les couloirs sont déserts comme souvent et je sors dans la cour en caressant mon appareil. Puisque je suis dehors autant en profiter pour faire quelques photos.
Un bruissement dans un arbre pas loin. Il n'y pas de vent. Je regarde un peu mieux et vois une silhouette qui semble s'échiner à enrouler des guirlandes autour des branches. Je m'approche et lève la tête pour voir. Les lampes de nuit n'éclairent pas grand chose et je crée une boule de feu.

-Besoin d'un coup de main ? Tu dois pas y voir grand chose.

Je souris à la jeune femme assise à califourchon sur une branche. Je me demande ce qu'elle veut faire avec sa guirlande de lampe et ses lampions. Redécorer surement ?
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 19 Mar 2015 - 16:11
avatar
Féminin

Messages : 1787
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Les nuages cachent la lune et les étoiles dans l’une des dernières nuits d’hivers. Le vent est glacé et humide, il transit les membres peu couverts. Pourtant l’ombre ne porte rien d’autre qu’un tee-shirt à manches longues. Elle favorise la liberté de mouvements par rapport à la chaleur. Chacun ses priorités comme qui disait l’autre. La priorité de l’ombre n'est pas la sécurité. Elle n’a pas besoin de ça pour être à l’aise, mais elle favorise la vitesse et la discrétion. De toute manière soyons réalistes, bouger la réchauffera un peu, et si elle a froid, elle se démerdera comme elle peut.

Elle maitrise de mieux en mieux son pouvoir, non en fait elle maitrise très bien son pouvoir. A défaut d’être puissante elle est précise. Peut-être que cela vient de sa peur de blesser autrui. Une peur viscérale qui la paralysait parfois quand elle n’était qu’Ipiu. Peut-être réalise-t-elle que cette peur ne concerne que le fait de de blesser quelqu’un involontairement… toujours est-il qu’elle maitrise son pouvoir avec finesse, et si elle ne peut pas comme certains créer de gros orages, de gros champs magnétiques…. Elle est capable en changeant la polarité d’une poignée de particules dans l’air de faire apparaitre un bon éclair… Comment dit-on déjà ? Pika Pika PIKACHU ? Hum… Cependant ce n’est pas cela qu’elle fait actuellement. Elle a découvert lors de son étoilisation, qu’elle pouvait se transformer en résistance humaine… Et produire ainsi de la chaleur, si elle ne maitrisait pas ce phénomène à cette époque là, ce n’était plus le cas. Petite étoile deviendra grande.

Ou pas, elle n’avait pas la prétention de devenir master un jour, elle se considérait déjà trop… Dangereuse ? oui c’était cela, elle était dangereuse, avec ou sans pouvoirs… Le problème était que maintenant elle devait composer avec cet état des lieux. Elle était dangereuse. Lame tellement affutée qu’elle pourrait blesser n’importe qui. Elle n’est pas un couteau à beurre auquel il faudrait donner une grande vélocité, une grande force pour blesser, non elle est l’arme qui blesserait entre les mains d’un enfant, mais qui bien maniée…. Ne fait pas de dégâts… Quoi que l’on puisse penser en voyant l’état épouvantable de la peau de la jeune femme.

Non, elle n’est pour rien dans les zébrures qui constellent sa peau blanche. Non ça, ce n’était pas de son fait. La jeune femme avait rencontré un terre un peu perturbé quelques temps plus tôt et en fait… S’il n’y avait pas eu de soigneurs à Terrae elle aurait sans doute perdu l’usage de ses mains pour de nombreuses semaines. On remerciera mademoiselle Amazaki d’avoir reconstitué la pulpe de ses mains… Le reste de ses blessures, peu handicapantes avaient été soignées normalement, on ne gaspillait pas les pouvoirs des rares soigneurs pour des choses insignifiantes.

Déjà elle trouvait ça gênant d’avoir été soignée, mais elle ne pouvait s’en pleindre, sans ça elle n’aurait pas pu retourner travailler à la bibliothèque si vite. Etre en arrêt mais genre non ça lui plaisait absolument pas du tout. De une elle se faisait chier, de deux elle ne pouvait pas lire de livres les mains bandées. Et elle ne pouvait pas grimper aux arbres les mais bandées… Quoi que… Elle l’avait déjà fait.

Elle sourit dans le noir alors que ses muscles répondent à ses sollicitations, elle s’élève quasiment en silence le long du tronc qui ne plie pas sous son poids, par contre les branches plus fines se plient légèrement. Elle commence par fixer les guirlandes en commençant par les plus hautes branches. En fait elle est tellement dans ce qu’elle fait qu’elle est surprise quand la voix s’élève dans son dos. Elle sursaute mais ne tombe pas. Elle ne connait pas la voix, donc ce n’est pas un des masters qui lui faisait cours… Un bon point déjà.

« Si tu peux faire une lumière qui ne se voit pas de loin et qui n’attire pas les masters, j’en suis ! »
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 30 Mar 2015 - 10:26
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

La scène est pour le moins étrange. Les flammes qui crépitent dans ma main projettent des ombres autour de moi et il y a cette personne dans l'arbre. Je me demande pourquoi je lui ai proposé mon aide. Pour faire passer le temps surement, ne plus penser à mon insomnie. Mes cauchemars creusent mon sommeil, ces derniers temps plus que d'habitude. Je ne regrette pas le choix que j'ai fait pourtant quelque chose m'angoisse. Je ne sais pas si c'est ce qu'elle aurait voulu. Probablement pas quand j'y réfléchis. Mais je ne le saurais jamais.
Je fais monter ma boule de flammes un peu plus haut, éclairant l'arbre. C'est une fille, un peu plus jeune que moi, elle me regarde d'en haut, perchée sur sa branche. Mon intervention l'a fait sursauter mais pas tomber. Je ne l'ai jamais vu je crois. Enfin sa tête ne me dit rien. Je me demande ce qu'elle essaye de faire avec ses guirlandes. Je ne pense pas qu'il y ait une fête ou un truc de ce genre prévu. J'aurais été au courant. Je ne sais pas trop si je peux l'aider, monter aux arbres c'est pas vraiment mon truc.

-Les Master dorment à cette heure-ci tu sais. Comme les gens normaux en principe, j'ajoute en riant.

Je souris en coin et crée une multitude des petites flammes que j'éparpille autour de l'arbre. La lumière diffuse qu'elles produisent ne devrait pas trop attirer l'attention. On voit déjà beaucoup mieux comme ça et je la détaille un peu. La lueur orangée fausse les couleurs mais je peux déjà voir qu'elle n'est pas très grande comme fille. Plutôt musclée par ailleurs, il suffit de voir comment ses cuisses enserrent la branche sur laquelle elle se tient.

-Par curiosité pourquoi tu veux accrocher ces lanternes ? C'est pour l'anniversaire de quelqu'un ?

Ca serait pas con remarque, une jolie surprise. Ou alors un genre de tradition ? J'avoue que moi et les coutumes nippones... J'ai pas vraiment souvenir d'un truc qui se passe le 14 Mars mais je me suis pas trop penché sur la question. J'enlève mon écharpe et la laisse pendre sur mes épaules. L'atmosphère s'est rapidement réchauffée à cause du feu.
Je remarque une caisse pleine de lanternes en papier blanches et hausse un sourcil. Ce n'est pas une mauvaise idée après tout. J'en prend une que je déplie et attrape une bougie. Je n'ai jamais fait ce genre de truc mais l'effet doit être joli si on en met beaucoup. Je place la bougie dans la lanterne et l'allume. En effet ça rend pas trop mal. Je regarde autour de moi avant de l'accrocher à une branche basse de l'arbre. On a pas encore fini je crois si elle veut faire toute la cour comme ça.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 17 Avr 2015 - 0:35
avatar
Féminin

Messages : 1787
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

« Dis de suite que j’chuis anormale ! »

Je déclare en riant. La de suite, faut avouer qu’j’dois avoir l’air totalement dérangée, mais faut avouer que j’en ai rien à taper. De toute manière, j’pense que tout l’monde ici pense que je suis frapa-dingue. En même temps, faut admettre que je penserais la même chose de moi de l’extérieur… Mais à part réaliser toutes les idées saugrenues qui me passent par la tête, je suis tout à fait normale. J’ai la logique, plus que beaucoup de gens ici. Moi au moins je ne veux pas me faire exploser la cervelle à coup de médoc, sauter du haut d’une arène et j’dois en passer des vertes et des pas mures.

Ouai, et j’dois avouer que dans ma tête c’est juste improbable que tout le monde dorme. Oui, parce qu’abordons le problème à différents niveaux. Au niveau établissement scolaire, je sais qu’on fait un peu ce qu’on veut, mais rien que pour foutre un peu la pression aux élèves et que ça tourne pas en foutoir fini, faut bien qu’y’ait quelqu’un de debout pour faire genre… Ouai, d’expérience il n’y a personne, sans quoi j’aurais jamais pu rentrer par effraction de très, trop nombreuses fois dans les salles de classe. Okay, même s’il y avait eu quelqu’un j’y serais entrée comme qui rigole… Et puis… et puis sinon, je dirais pour ma défense que j’ai tellement peur que le Centre débarque que j’imagine qu’il doit y avoir quelqu’un qui guette. Ouai, non. Je suis la seule à ne pas dormir la nuit.

Blague à part, je ne me sens pas plus bizarre que le commun des habitants de Terrae, on a tous un petit boulon qui manque, un petit truc qui fait qu’on fonctionnera jamais comme les autres. On s’est tous senti vide, et essayez de construire, sur une base branlante, c’est jamais bien solide. Après faut pas s’étonner que le taux de suicide ici tende à augmenter. MERDE. Pense à autre chose grognasse, te laisse pas aller à déprimer. Te laisse pas aller à être comme ça.

Heureusement, j’ai les mains prises et l’esprit qui suit. Comment ça j’ai de l’esprit ? Bah oui, mais merde arrêtez de me prendre pour une tebé. Je peux me montrer foutument intelligente quand je veux, et si je veux. D’ailleurs là par exemple je trouve ça foutument intelligent de me tenir uniquement à la force de mes cuisses pour avoir les mains libres. Ouai, l’esprit pratique j’vous jure. Je suis en train d’accrocher tout ça comme une experte. J’vous jure, je devrais être dans l’évènementiel et pas dans une bibliothèque. J’admets que ses flammes m’aident pas mal.

« En fait demain, c’est la White Day, c’est le en gros le retour de la saint Valentin, sauf que c’est aux mecs de donner leurs chocos ce jour là. Si t’as une copine, tu devrais y penser… Mais si tu connais pas… T’es étranger ? »


Ouai, j’ai merdé. Parce que la dernière fois que j’ai demandé à quelqu’un d’où il venait à Terrae, il m’a fait une crise de panique. Nath… Je me demande si je devrais lui offrir des chocolats… Je sais pas trop comment il le prendrait… En fait non, ça serait juste une mauvaise idée.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 19 Avr 2015 - 19:26
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je rit doucement. C'est vrai qu'il y a quand même une population de nocturnes plutôt importante à Terrae mine de rien. Parfois je me demande comment on a pu penser que rassembler une certaine population de gens à moitié déprimés allait les aider à aller mieux ? Fin je sais pas. Dans un sens c'est vrai qu'on a tendance à être plus compréhensifs... Peut-être ? Non parce que après ça dépend des caractères aussi. Moi ça va, j'aime pas me lamenter sur moi-même, c'est chiant. Mais y en a... Oulala les cas quoi. Fin je juge pas hein. On peut avoir eu vraiment une vie de merde vous me direz. Mais ça empêche pas de vouloir se reconstruire.
En fait... Terrae c'est un remix de Amour Gloire et Beauté et d'un manga scolaire. Mais j'aime cette idée quand même. J'ai beau me moquer je dois beaucoup à cet endroit. Même si contrairement à d'autres je pense que j'aurais pu me relever sans ça. J'aurais juste mis plus de temps... Je suppose ? C'est présomptueux en fait. Je serais pas celui que je suis sans Aoi. Et je n'aurais pas rencontré Aoi sans Terrae. Pourtant c'est aussi pour moi et moi avant tout que je veux changer. Pour la première fois je peux voir clairement mon futur et ça me plait. J'ai bien envie de devenir cette personne.
J'allume encore plusieurs lanternes en papier que je pose par terre avant de fouiller dans la caisse pour trouver une ficelle pour les accrocher. Je la lance au dessus d'une branche un peu en dessous de la fille avant de faire un nœud coulant pour la resserrer autour. Ca devrait tenir comme ça. Je fais passer les lanternes dessus. Plus qu'à l'accrocher à un autre arbre.

-Ha heu... Je suis pas très St Valentin ? Ma- Enfin non.

J'ai failli dire que ma copine était japonaise mais... C'est trèèès con de ma part mais est-ce qu'on est vraiment..? Enfin je sais pas du tout si je peux dire que c'est ma copine. Ca me parait un peu réducteur en fait. En tout cas j'aime pas devoir utiliser ça pour la qualifier. Ca me fait bizarre.

-Je suis pas Japonais si c'est ce que tu voulais dire. Je suis chinois, je viens de Hong Kong. Et toi ? Demoiselle dont je ne connais pas le nom ?

Je la distingue pas très bien malgré les flammes que j'ai dispersé autour. Je suppose que si elle connais une coutume japonaise elle doit l'être aussi ? Enfin peut-être pas. Il y a pas mal de jap ici mais pas que. Puis bon j'imagine que c'est le genre de chose dont on parle dans les mangas donc elle peut connaitre sans être japonaise aussi.
D'ailleurs est-ce que je devrais donner des chocolats à Aoi du coup ? D'un côté si elle m'en avait pas parlé j'en saurais rien. D'un autre je crois que ça gênera pas trop la Princesse si je le fais pas. Ou elle rougira comme une pivoine en me disant que c'était pas la peine. Juste pour ça ce serait drôle d'essayer en fait.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 19 Avr 2015 - 23:44
avatar
Féminin

Messages : 1787
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

« Toutes les occasions sont bonnes pour faire un cadeau à celle qu’on aime mon chou, hésite pas. T'as rien à perdre et tout à gagner !»

Je fixe ma dernière lanterne, elles sont toutes reliées par des câbles électriques, j’ai sorti le grand jeu ce coup-ci. J’ai sorti toutes mes réserves de cristaux de tonnerres. Oui, depuis le petit bug avec Nathanaël, j’ai fait des réserves. Je ne veux plus jamais me ramasser comme une merde parce que je suis à sec… Et pourtant, là j’vais tout sacrifier pour faire une batterie. Enfin non j’ai déjà tout gâché pour faire une batterie. J’ai fait des calculs et des tests toute la journée. Maintenant ça fonctionne quand je brancherais ma batterie aux fils électriques ça brillera pour une durée très précise de 28h17… Si personne ne la débranche.

Au pire si quelqu’un la débranche, on ne pourra pas dire que je n’ai pas essayé, de leur remonter le moral. De créer un nouvel évènement qui viendra effacer le précédent. C’est toujours comme ça ici, les rumeurs ça disparait dès que quelque chose les remplace… Je dois avouer que celle qui a tenu le plus longtemps traitait de qui avait suspendu les sous-vêtements de la directrice à sa fenêtre… Ouai, on avait fait fort ce coup-ci. En réfléchissant, j’ai l’impression de me retrouver mêlée à toutes les conneries faites en ces lieux… Ou du moins je suis celle qui fait les conneries les plus visibles on dira.

Je redescends pour reprendre un lot de lampions du fil électrique et des attaches. Ma main est légère, assurée. J’me balance librement, je m’éclate quand je fais de l’escalade, toujours, mais jamais face contre terre. Je me sens libre, je saute de branches en branches faisant jouer mes articulations avec souplesse. Je ferme les yeux les rouvre. J’ai pas mal d’instinct et pas mal d’antécédents à l’hosto ces derniers temps. Pas que je craigne de tomber, mais prudence est mère de sureté. Le vent dans mes cheveux me donne cette sensation de liberté, mais ces arbres ne sont pas assez hauts et il me faut en tout et pour tout trente secondes pour rejoindre le bas.

J’ai envie de falaises, de grandes montagnes, d’étendues d’herbes à perte de vue. J’ai envie de nature. J’ai envie de courir, de sauter, de grimper. De me dépenser. Je touche le sol, retour à la triste réalité. Courage ma vielle, t’y arriveras un de ces quatre à être libre. Ou pas. Enfin, ce n’est pas comme si tu n’y pouvais rien non plus, tu t’enchaines volontairement par des obligations. Comme ce soir d’ailleurs, pour moi c’est une obligation de passer à autre chose, de les faire sourire. Un besoin, Terrae c’est ma maison et quand les gens de chez moi sont triste il est de mon devoir de leur rendre le sourire.

« Avant d’arriver à Terrae j’vivais en France, mais je ne sais pas du tout d’où je viens. Je m’appelle… »


Je souris. Je ne lui ai pas menti jusqu’alors, et j’crois que ce soir j’ai plus envie de mentir. Juste d’être moi, aussi saugrenue que je sois, j’en ai marre de me prendre la tête. Mare des demis teintes et des faux semblants.

« Je crois que j’rentre définitivement dans le camps des gens bizarres… A Terrae on m’appelle Ipiu Raspberry, on m’a appelée Henrietta la plus grande partie de ma vie, et je me suis souvenue il y a peu que mes parents m’avaient nommée Toumaï… Donc tu peux m’appeler comme tu veux, au final j’crois que mon prénom ne me définit pas… »


Si tant est que quelque chose puisse me définir tu m’diras. J’ai l’impression qu’hors normes me va bien… Et en même temps, j’dois être banale dans fond. Oui, je suis compliquée, et j’ai le droit ! JE SUIS UNE FILLE ! Enfin une femme, vu que je suis en capacité de me reproduire depuis fort longtemps. J’tends tout de même ma pogne vers la sienne avec un grand sourire, le genre en fait tu les faits que quand t’es bourré normalement, ça doit vachement pas être rassurant, mais j'ai envie d'être de bonne humeur.

« Enfin enchantée l’ami Feu. »


Oui je ne connais pas ton prénom, et si tu te barres pas en courant après ce que j’viens de te raconter, j’en aurais d’la chance. Et si la fortune ne me quitte pas, peut-être me donneras-tu un autre nom pour t’appeler.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 26 Avr 2015 - 19:31
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je souris en coin et fais un aller retour vers un arbre proche pour accrocher ma guirlande. C'est joli je trouve. La lumière diffuse des lampions me rappelle mes flammes. Elle redescend de l'arbre et je l'observe un instant alors qu'elle fouille dans les câbles et les guirlandes. Je crois pas l'avoir déjà rencontré, je m'en souviendrais.
Elle me dit qu'elle vient de France et je souris en coin, me remémorant la mission à Paris. c'était assez particulier comme expédition mais j'avais bien aimé. Le danger mis à part bien sur. J'aurais aimé en profiter plus pour visiter la ville mais on a pas eu le temps. j'espère que j'y retournerais. Avec Aoi peut-être, ce serait bien.

-Ipiu c'est un joli nom.

Je souris doucement et me penche pour prendre encore quelques lampions. Un prénom ne nous définit pas c'est vrai. Celui qu'on nous donne ne dit pas qui on est. Tout dépend de ce qu'on y associe, de ce qu'on devient. En chinois Huo s'écrit avec le caractère du feu. Je trouve ça ironique quelque part, je suppose que ma mère a voulu m’appeler comme ça à cause de mes cheveux. Dans la religion shinto on a tous un vrai nom, un qui nous définit. J'aime cette idée d'un nom qui nous caractérise. Comme si on avait un nom d'usage et un nom propre, enfin plus comme un nom commun qui nous définirait nous spécifiquement. Je sers sa main avec un sourire amusé.

-Moi c'est Huo Zhang. Content de te rencontrer Ipiu.

Ses mains ne sont pas douces. Enfin pas comme celles des filles. Elle a des cals sous les doigts et la peau sèche. Elle passe surement pas mal de temps dehors. Peut-être bricoleuse aussi et elle a l'air de savoir grimper aux arbres.

-Alors, comment je peux t'aider autrement ? Je suis pas très doué pour grimper aux arbres mais je peux déjà te servir de lampe torche, j'ajoute avec un rire.

C'est une fille joyeuse, dynamique. Surement Tonnerre je crois. Son énergie est communicative, c'est agréable. Et elle a de beaux yeux violets. C'est original. Je crois que Mitsuki a aussi des yeux de cette couleur. Si je pouvais j'aimerais créer des papillons comme la dernière fois mais je doute de pouvoir les contrôler assez longtemps pour ne pas foutre le feu aux arbres ou qu'ils se dissipent tout de suite.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 26 Avr 2015 - 21:18
avatar
Féminin

Messages : 1787
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Pas vraiment étonnée tu t’attends à ce qu’il dégage en sens inverse. La vie t’as appris à éviter les emmerdes, et vu comment tu t’es présentée faudrait être aveugle ou con pour ne pas prendre ses jambes à son cou. Visiblement il n’est pas aveugle… Bon, tu vas lui laisser le bénéfice du doute, peut-être qu’il s’ennuie vachement trop, et qu’il pense que je serais une bonne distraction ? Ouai. Je pourrais l’être, un très bonne distraction même, mais il a une copine, et ça faut croire que j’respecte. Ou pas, j’demande pas toujours aux types avec qui je couche s’ils sont mariés, en couple ou main droite, mais quand j’le sais ça m’freine.

LE PREMIER QUI MOUFTE "GENTILLE FILLE" JE LUI REFAIT LA DENTURE ET LA DEVANTURE A COUP DE GODILLOT DANS SA GUEULE. Non, parce que faut pas abuser non plus hein ? Même si je ne connais aucun homme d’église ici, il m’est arrivé d’en détourner par le passé. Ouai, j’en ai fait des choses pas très catholiques aussi, parce que les imams ça m’connait aussi. Bref.

Tu m’étonnes qu’il soit joli ce nom, c’est moi qui l’ait choisi. Il fait référence à la femme la plus libre que je n’ai rencontrée au cours de mes lectures. C’est un peu cocasse parce que je suis moi-même emprisonnée, par mes pensées et mon passé. On s’en fout, il  me serre la main, assez fort, pas assez pour me faire mal. P’t’être que j’aurais pu jouer à celui qui a la plus longue si j’venais pas de passer deux semaines les mains bandées, et un mois plâtrée. On va éviter de repartir pour un tour. J’ai d’jà du mal et j’manque de souplesse dans mes mouvements. Oui, ça se voit pas, mais j’vous emmerde quand on part d’un niveau quasi divin, la moindre perte reste une perte… j’me demande si je jouerais à nouveau un jour…

«  Huo comme "Rho merde" ou "roux" comme "faut l'brûler" ? »


Ouai, c’est sorti tout seul, mais, j’irais pas dire que j’regrette. J’ai décidé de dire tout ce qui me passerait par la tête ce soir, de faire tout ce qui m’passerait par la tête. J’ai envie d’être libre, de briser ces chaines, de me briser m’éparpiller et me répandre sur cette terre qui m’a vu naitre et mourir de trop nombreuses fois, je veux être seulement. Loin des convenances sociales, loin du paraitre. Alors j’relâche sa main et j’me remets en mouvement. La beauté est dans le mouvement, car c’est ta liberté qui s’y exprime.

Bouge. Vit.

Souris et continues ce que t’étais en train de faire, agit. Je suis faite pour le mouvement, j’enroule à nouveau du cable autour de mes hanches, ça me gênera sans doute à nouveau un peu durant la montée, mais c’est raisonnable, mes ailes me porteront, mon envie et mon désir me porteront. Je n’ai pas peur de tomber, et peut-être que comme Michigan et Lude la seule chose que j’espère c’est de me briser au sol… Mais contrairement à eux, je ne peux que le désirer et pas le forcer. Trop forte ou pas assez ? Les deux.

« Si t’es fort au basket et tant que le vent reste calme tu peux me lancer les lanternes pour que les fixe… Enfin si ça te va, sinon m’éclairer est déjà une grande aide. »


Pas tellement, tu es une fille de l’obscurité. T’en avais pas besoin, mais ça c’est pas le plus important. Le plus important c’est que ça te fait plaisir qu’il ait pris le temps de le faire. Le plus important c’est qu’avec son feu ce n’est pas tes yeux qu’il guérit mais ton âme qu’il réchauffe.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 3 Mai 2015 - 16:14
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J'éclate de rire devant sa façon de prononcer mon nom. Avec son accent français qui écorche les syllabes elle sort un jeu de mot douteux. Elle est bizarre cette fille. Atypique. Elle bouge comme un garçon je trouve. Enfin plutôt comme quelqu'un qui s'est affranchi de toutes les contraintes. La tête haute, le dos droit, mais souple. Efficace c'est le mot que je cherchais. Comme si chaque geste était pensé pour économiser. Épuré jusqu'au dépouillement total. J'ai déjà vu des gens qui bougeaient comme ça, les maîtres en arts martiaux.
Elle lâche ma main et se retourne vers l'arbre pour reprendre du câble. Je me demande ce qu'elle faisait avant. Elle ne me l'a pas vraiment dit même si c'est étrange cette histoire de noms. Peut-être qu'elle était tueuse à gage ou espionne. Bah quelle importance de toute manière. Comme l'a dit un vieux barbu, ce ne sont pas nos aptitudes qui montrent ce que nous sommes, ce sont nos choix. Si elle est ici elle ne peut pas être quelqu'un de mauvais.

-Je suis pas joueur professionnel mais je dois être capable de te lancer des lampions.

Enfin à condition de pas trop tirer sur mon bras, je suis encore un peu convalescent. Je me concentre un peu et fait poper une petite flamme au dessus de son épaule, assez loin pour ne pas la brûler mais assez près pour que ça l'éclaire bien. Plus simple de travailler avec une lumière permanente qui vient de là.

-Tu devrais déjà voir un peu mieux comme ça, juste tourne pas la tête trop brutalement ou tu vas te brûler les moustaches.

Je rigole et me baisse pour ramasser quelques lampions, un coin de l'esprit occupé par ma flamme qui suis ses mouvements comme un familier. Ca me fait penser aux espèces de bestioles dans les mangas. Le genre mascotte qui reste sur l'épaule.

-Alors dis moi, t'es ici depuis longtemps ? Il me semble pas avoir déjà entendu parler de toi.

Pourtant si elle fait souvent ce genre de chose je devrais être au courant. J'ai pas encore commencé à faire mes affichages d'ailleurs. Je devrais m'y mettre un de ces jours maintenant que je peux reprendre la photo. Puis c'est le printemps, on prend souvent des clichés intéressants au printemps.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 3 Mai 2015 - 22:08
avatar
Féminin

Messages : 1787
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Joueur professionnel de lancer de lampions, c’était un concept intéressant, je chercherais plus tard en quoi consistait exactement les règles du jeu… Juste pour être sûre qu’il était bien en train de se moquer de ma pogne. Je prendrais tellement de plaisir à lui présenter les règles que j'aurais toi-même édictées ainsi qu’un programme d’entrainement pour devenir un joueur de haut niveau… ce qui n’était pas tellement difficile en fait, vu qu’il serait le seul à pratiquer cette discipline… On est d’accord c’était une idée particulièrement conne, et j’avais autre chose à faire que ce genre de conneries… Ou pas. On trouve toujours du temps pour faire une connerie.

Surtout moi, mais il parait qu’il ne faut pas le dire. Déjà je repartais dans mon ascension. Rapide, je ne perdais en effet pas de temps avec les mouvements inutiles, j’étais efficace et précise. J’avais été formée ainsi, aujourd’hui bien souvent encore je me forçais à ajouter de l’imprécision, de la maladresse dans mes mouvements, pour ne pas paraitre monstrueuse. C’était idiot et aucun des gens qui ne me connaissaient réellement ne se leurrait. Pourtant je continuais, sans que cela ne m’apporte rien de plus. Sauf que ce soir j’en avais marre des masques, mare des faux semblants, j’étais une putain de salope de meurtrière. J’étais une espionne. J’étais une femme.

Pour la première fois depuis longtemps je me laissais m’exprimer, je les laissais toutes s'exprimer. Peut-être parce que je ne le connaissais pas ? C’était plus facile de s’exposer aux gens qui ne nous connaissaient pas, leur jugement ne nous atteignait pas vraiment, ou un truc comme ça… ou alors j’étais juste en train de commencer à partir. A péter mon câble je veux dire, je ne savais pas encore combien les semaines à venir seraient dures, je ne savais pas encore que Michigan ne serait pas le seul à vouloir prendre son envol. J’étais naïve et je recommençais à essayer d’exister.

La lumière vient se positionner derrière mon épaule et éclaire juste comme il faut mes petites menottes, je les force à bouger rapidement quand d’habitude elles le font seules. Je souris doucement, je me sens libre. Je sens la liberté qui fait vibrer chacun de mes nerfs, je suis libre de moi-même. Ce sentiment ne dure pas, car je me sais ma propre geôlière, mais pendant un battement de cœur j’étais bien. Pleinement je veux dire. C’était rare et agréable. Précieux.

« Non mais ça serait un trop bon métier d’avenir pour les feux ça ! EPILATEUR ! Non mais genre, ça ferait moins mal que la sire et ça serait plus agréable que le rasoir… Par contre ça repousserait sans doute vite… Mais en t’y prenant bien et en bossant un peu la technique je suis certaine que ça le ferait. VOILA TU AS TROUVE TA VOCATION ! »


Oui Toum, bien sûr et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’aluminium. Enfin faut avouer que j’ai l’impression de sortir de plus en plus de conneries ce soir, mais je m’en moque. C’est plus sympa que de se prendre la tête. Premier lancé d’Huo, et il a trop la classe, il maintient sa boule, tout en l’évitant avec la lanterne… Bref classe. Il a une sacré maitrise le petit.

« Je suis là depuis quasiment deux ans je dirais, mais je sais me faire discrète, et quand je fais des conneries je ne me fais jamais prendre… »


Oui les sous-vêtements d’Hidéko sur son balcon, c’était moi, mais j’irais pas m’en vanter parce que je n’étais pas seule sur ce coup et que j’évite de vendre la mèche pour mes amies. Enfin. Pour les amies de celle que j’étais à ce moment-là.

« Et toi, t’es là depuis longtemps, j’t’ai jamais vu à la bibliothèque. N’y vois pas là un reproche, mais en général tous les étudiants de Terrae finissent par venir faire un tour sur mes terres pour un exposé ou une recherche demandée par un prof… Tu n'es plus étudiant ?»

Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 7 Mai 2015 - 22:10
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je suis pris d'un rire nerveux qui dégénère rapidement en fou rire. Je sais qu'elle a dit ça pour rire mais son ton était tellement sérieux... Je lui lance un autre lampion un peu moins bien visé. Je voudrais vous y voir à être précis vous quand vous vous marrez en même temps. Déjà que je dois m'empêcher de faire exploser ma boule de feu avec la concentration que ça demande. Je suis sur que ce serait un bon entrainement ça. Je vois d'ici l'annonce : "Le meilleur entrainement pour votre concentration ! Gardez votre création constante alors que Ipiu vous balance des conneries ! "
Bref ! Trêve de rigolade, ces lampions vont pas s'envoler tous seuls. Je souris en coin quand elle parle de ne pas se faire prendre. Ha c'est là toute l'essence du travail de fouineur. Les meilleures photos sont celles au naturel, donc celles quand la personne ne sait pas qu'on la prend en photo. Ce qui me rappelle que je n'ai toujours pas de photo d'Aoi. Je suis un mauvais mec en fait. Bon en vrai je sais bien que si j'essayais et qu'elle me voit la photo serait ratée. Pas qu'elle est pas photogénique, mais si je voulais des pivoines y en a dans le parc. Faudrait qu'elle me voit pas en fait. Mouais... Genre avec son truc de détection des auras c'est mort. Les Master sont trop puissants en fait c'pas juste.

-Moi, étudiant ? Je rigole. Oulà non, Dieu merci. J'avais déjà fini mes études avant d'arriver ici, j'essaye de trouver un moyen de reprendre le boulot en fait. Non parce que je sais pas si t'as remarqué mais à part prof y a pas grand chose comme métier ici.

Bon j'exagère, on peut être vendeur ou serveur aussi. Et y a pas mal d'artistes je crois. De la guitare, des chanteurs, des pianistes... Ma Princesse joue du violon aussi. Y aurait de quoi faire un sacré groupe de musique en fait.

-Tu connaîtrais pas quelqu'un qui serait intéressé par un taff de co-rédacteur par hasard ?

Non parce que moi les articles c'est pas ce que je préfère disons le franchement. Les photos c'est tellement mieux. Pas que je dénigre les rédacteurs hein. Mais je suis tellement plus doué pour m'exprimer avec des images que des mots.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Sam 9 Mai 2015 - 19:40
avatar
Féminin

Messages : 1787
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !


J’ai légèrement du contourner sa boule de feu dans un geste improbable pour rattraper le projectile… avec l’angle qu’il avait, on pouvait directement dire que ce feu était un pyromane en herbe. Bon, on va partir du principe que tout le monde ici a dépassé la maternelle et le stade où papa et maman, l'amant de maman aussi, nous apprennent « on ne joue pas avec le feu. » Ce stade où l’on comprend qu’une allumette, le bois et le papier brûlent… Le papier, comme des lampions par exemple ? Assurément Jamy. Hm. Bref, papier plus flamme plus vitesse, plus arbres… L’équation n’était pas compliquée à résoudre, sauf que j’me tenais entre la flamme et les arbres, donc ça compliquait juste un tout petit peu. Genre en fait je devrais être l’inconnue c’est ça ? Mes cheveux n’ont guère besoin de soin pour les rendre flamboyants… Et le feu a assez souvent ravagé mon corps somme ça. Mon corps, dont il est question, contourne la boule de feu, se disloque dans un mouvement fluide alors que mes cuisses raffermissent leur prise pour m’éviter de dire bonjour au sol à une vitesse grand V. Ma main se saisit du projectile comme s’il ne s’était rien passé. Sauf que la flamme n’éclaire plus mon dos mais mon visage.

« NAN MAIS ESSAIE PAS DE TRUCIDER MES CHEVEUX PARCE QUE JE RACONTE DES CONNERIES ! C'EST DES CHEVEUX PAS DES POILS. S'TU VEUX T’ENTRAÎNER JE TE PRÊTE MES JAMBES HEIN ? »


Je gueule, mais je m’en fous au fond. Il ne m’aurait pas fait mal. Je râle juste pour la forme, je ne suis plus à une cicatrice près. Je contourne à nouveau la boule de feu, mes jambes n’ont pas bougé, tous mes mouvements n’ont été possibles que grâce à mes abdos… Et mes réflexes. Comment ? Inhumaine j’entends murmurer dans l’assistance ? Non. C’est pire que ça, je suis une humaine entraînée avec des supers pouvoirs, et des supers boobs. Allez avouez, en fait si on racontait ma vie dans un film, ça serait un gros navet. Ça ferait tellement irréel que personne n’y croirait. Ahah. … Ma gueule ça vaudra mieux.

Enfin ma pensée ? ROH et puis merde je pense ce que je veux. J’accroche avec une certaine dextérité le lampion qui a failli être un missile enflammé dans mon dos. Même pas peur t’as vu ? PUTAINS DE DOIGTS DE MERDES. L’immobilisation ne vous a pas réussi, vous me semblez tellement gourds. Pourtant vous êtes encore capable de vous saisir d’un OVI (objet volant identifié) même quand il vous est envoyé dessus par surprise. Vous n’êtes pas encore des bons à rien. Par contre vous avez une sale gueule, j’vais vous prendre rendez-vous fissa avec une lime à ongle et du vernis. Ou un truc du genre.

Donc ce n’est plus un étudiant, même pas surprise. Par contre il est jeune… Il avait un boulot avant d’arriver ici ? Bon… J’vais pas conjecturer sur sa vie cent sept ans. P’t’être que s’il veut en parler j’écouterais pour me distraire… Ou parce que je suis une crétine qui écoute toujours les gens. Au choix.

« La bibliothécaire te remercie… Mais j’admets ça se rapproche un peu d’prof vu que j’passe ma vie dans les livres… Hm. T’as un joli minois, tu pourrais faire gogo danseur en attendant de perfectionner ta techniques d’épilateur… »


Et de viseur au lancé de lampion. Je devrais peut-être arrêter de le vanner moi, parce que j’vais finir non plus par me prendre une lanterne dans la tête mais une réelle boule de feu… Mouai, nous sommes d’accord on avisera quand ça arrivera. Co rédacteur ? Hm. Hmmm. HMMMM ? WAIT !

« Tout dépend… T’as les couilles de lancer un journal ou pas ? Bien entendu tu ne toucheras pas un sou tant que ça sera pas rentable... C'est la condition. »
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Sam 23 Mai 2015 - 15:25
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Mon lampion pas très bien lancé frôle la boule de feu et elle fait une manœuvre acrobatique assez impressionnante pour le rattraper sans se brûler. Bon ça se fait pas de rire hein, j'ai failli lui foutre le feu. Mais en même temps j'y peut rien moi c'est nerveux. Et sa réaction n'arrange rien. Je tente de retenir un éclat de rire quand elle m'engueule mais c'est plus fort que moi. J'ai des bulles de ricanement qui me monte dans le cerveau là. Sérieux c'est impossible de ne pas rigoler.

-Désolé, désolé, je fais en riant. Mais c'est ta faute aussi à me faire rire comme ça. Comment je suis supposé garder ma concentration après hein...

J'éloigne un peu mes flammes pour ne pas risquer un autre accident. Elle est impressionnante quand même. Et elle doit avoir des putains d'abdos en béton surtout. Genre beaucoup plus que moi. Fin après moi j'ai beau avoir un peu de muscles je suis pas des masses souple. Fin plus qu'un manche à balais quand même mais j'suis pas une danseuse d'opéra quoi. Après il en faut un peu pour l'esquive et puis pour frapper correctement aussi.
Elle est bibliothécaire ? Wah... c'est pas qu'elle a pas trop le physique de l'emploi mais- Enfin je la vois mal derrière un bureau à étiqueter des livres. Après j'ai rien contre la lecture, c'est un truc que j'aime aussi beaucoup, mais j'en ferais pas mon métier c'est sur. Je me marre doucement quand elle me parle de gogo danseur. C'est une optique de carrière on dira. Je vais le prendre comme un compliment de sa part, ça veut peut-être dire qu'elle me trouve sexy, je crache pas là dessus.

-J'ai surement plus de couilles que toi ma belle mais si tu veux on peut vérifier, je fais en ricanant.

Ouais je sais, c'était bas comme réplique. En dessous de la ceinture même pour être précis mais je suis pas un gentleman. A vrai dire je me fous un peu que ce soit rentable, j'ai juste envie de faire un truc. Terrae s'y prête assez bien pour un début. On a presque tout en libre service et je manque pas de matière pour des potins.

-J'en déduis que t'es intéressée. Je sais comment ça marche t'en fais pas, normal que ce soit pas rentable au début. Si on goupille bien la chose ça peut quand même le devenir vite.

Et d'un point de vue bénéfice, si on fait ça avec une fréquence hebdomadaire et un prix raisonnable on sera vite sur les rails. Après reste à voir comment on va orienter ça. Ca y est je suis parti là. C'est ce qu'il me fallait, un bon défi pour me motiver. Et cette fille est vraiment sympa, faire ça à deux pour un début me semble prometteur.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 26 Mai 2015 - 23:07
avatar
Féminin

Messages : 1787
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

« Dis de suite que c’est ma faute si t’essaie d’me tuer. Pourquoi ils disent tous ça ? » J’me lamente avant de rigoler.

Je suis à moitié sérieuse, j’l’ai souvent entendu celle-là « je n’ai pas envie de te tuer mais tu m’y pousses. » J’suis toujours en vie, les contrevenants non. Comme quoi essayer de me tuer par ma faute ne semble pas une idée des plus intelligentes et des plus… Vivifiantes.

« Genre en arrêtant de mater mon cul tu viserais mieux, je suis certaine que c’est ça gros dégueux. Et t’as pas intérêt de dire qu’il est tellement gros qu’tu ne peux pas le louper ! »


Je ris tout autant. J’ai sorti la première connerie qui me passait par la tête, ce qui n’était pas forcément une bonne idée ni pour mon matricule ni pour le sien. En même temps vu nos positions respectives, j’me vois mal lui dire de me regardes dans les yeux… Quoi que.

« Tu pourrais m’regarder dans les yeux quand même. »


Toumai et l’humour de merde le retour. Aurais-je oublié de dire qu’elle n’est pas sortable ? Qu’elle dit quatre tartines de merde à la minute ? Le pire c’est qu’elle aime ça cette conne et en l’état actuel des choses elle s’éclate vachement. Petit moment, de réflexion, depuis quand j’parle de moi en elle ? Depuis que j’pense que nous sommes plusieurs à coexister dans mon crâne de piaf, depuis que j’ai compris que Toumai, Ipiu et Henrietta n’étaient pas réellement la même personne. Enfin, pas tout à fait. J’ai compris que j’étais les trois aussi.

Un peu complexe comme pensée et pas vraiment à propos de la conversation actuelle, du coup mon esprit vif passe à autre chose. Je fais front à monsieur le feu aux cheveux rouges. Genre ce type est un cliché à lui tout seul. Je peux m’la fermer sur le sujet, une tonnerre qui est plusieurs dans sa tête, ça semble aussi tellement cliché. Je pense qu’on pourrait un jour transcender nos clichés et devenir de réelles personnes, mais j’n’en suis pas tout à fait sûre. J’ai peu de certitudes ces temps-cis, peut-être que je devrais essayer de me forger un jour ? De savoir laquelle est véritablement moi.

« Okay baisse ton calle-bite, je te dis. »


J’ai pas peur de voir une paire de couilles, on dira que j’en ai vu plus souvent qu’à mon tour. Touchées aussi. On s’éclate comme on veut. Puis franchement, une paire de couilles c’est jamais vachement beau quoi. C’est rabougri et pas très ferme. De plus ces messieurs ne semblent pas très friands d’approcher un rasoir de leur virilité la plupart du temps. C’est un peu la jungle dans leur froc, et c’est moche. C’est pas comme une belle paire de seins bien entretenue. Enfin, j’dis ça, j’dis rien. Alors dis rien ça passera mieux. Ta gueule toi. En plus tu ne dis pas tu penses, c’est pire. Tu pollue ton propre cerveau d’impures pensées.

Je fixe les derniers lampions. Mademoiselle Ipiu avait un rêve un peu spécial, pour une fille éclairer l’ciel c’est peu banal. Mais mademoiselle Ipiu, savais-tu que les étoiles qui éclairent ton ciel ont disparues depuis bien longtemps ? Lueurs factices d’étoiles mortes. La lumière n’est pas à l’extérieur mais à l’intérieur. Je dis des choses belles parfois hein ? TA GUEULE TOUM. Merci. On ne s’entend plus vraiment penser ici. Je redescends prudemment de ces branches qui m’ont gentiment accueillies. Merci mes amis les arbres.

Je me reconcentre en touchant le sol.

« Du coup t’as quoi comme compétences ? »
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

 

Une lueur d'espoir (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Cour.
Aller à la page : 1, 2  Suivant