Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Imbécile un jour, imbécile toujours (with Misao and Hideko!)
Mar 12 Mai 2015 - 18:58
avatar
Féminin

Messages : 2488
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

HRP : Belle étoilisation :3 Je te passe étoile dès que je poste ! Désolée pour le retard, soit dit en passant >>

Un violent mal de crâne me prit. Je plissai les paupières, sous l'emprise du choc. Je détestais les étoilisations. Pourquoi fallait-il que, toujours, j'en subisse les conséquences ?
Je me mordis la lèvre inférieure et pris une lourde inspiration. Mes yeux se posèrent sur Rin, qui était hors de contrôle. A son regard, j'avais deviné qu'il s'était perdu dans ses souvenirs. Quelques minutes, tout au plus. Mais se perdre dans ses souvenirs n'atténuait pas la douleur que je ressentais.
C'est peut-être idiot, mais je n'avais jamais été si proche d'un élève à l'instant où il révèle son potentiel d'étoile. Là, il se trouvait à quelques mètres, et la douleur que j'éprouvais n'en était que plus forte. Il suffisait alors d'imaginer ce que lui ressentait...
D'un coup, il revint à lui. Ses yeux brillaient d'une nouvelle lueur bleue. Il se leva, trouvant dans ce geste une force qui n'était probablement due qu'à l'adrénaline. Son pouvoir commençait à se déchaîner et je sentis la violence de ses paroles résonner à mes tympans. Bingo. Il avait trouvé le gros lot avec Misao.
Une note amère se répandit dans ma bouche. Comme si je n'étais pas suffisamment au courant des horreurs qu'on pouvait vivre. Comme si je n'avais pas été le premier cobaye, hein...
Et pourtant, je me devais de rester calme. Ferme. M'énerver contre lui n'aurait servi à rien. Je l'aurais tué, tout au plus. Ca aurait été sympa, non ? Oh oui. Génial.
Sa peau commença à se recouvrir d'écailles et l'énorme vague d'eau qu'il avait créée s'élançait vers nous, se transformant en glace. Je sentis mon pouvoir s'activer avant même que j'y songe, et bientôt, un bouclier de feu entoura Misao et moi.
La vague de glace se stoppa net avant de nous atteindre. Toute la puissance qui s'était accumulée en Rin s'estompa d'un coup. Le sceau venait de se briser, et une douleur vive me prit à l'estomac. Je me crispais tandis que Rin se laissait tomber, regagnant le lit duquel il s'était redressé.
Faisant fi de la douleur qui me tiraillait autant l'esprit que le ventre, je me relevai, après avoir jeté un regard doux à Misao. Mon bouclier disparut dans ce même geste.
Je m'approchai de Rin, et pris sa main dans la mienne, bien que ce geste me coûtait beaucoup après ce qu'il avait fait à Misao. J'étais Feu, il ne fallait pas l'oublier. On peut cacher son caractère, mais on ne peut pas le refouler.

-Calme-toi. Ca va aller.


Il fixait ses mains, qui étaient désormais pleines de sang. Il restait dans un état de conscience, mais c'était uniquement à cause de la crise d'angoisse qui n'était pas loin. Je le forçai à me regarder, posant mes doigts sur son menton de ma main libre.

-On va te transférer dans une autre chambre. Tu ne peux pas rester ici.

Je jetai un coup d'oeil aux deux infirmières présentes qui se hâtèrent de sortir pour préparer une autre chambre.

-Je sais ce que tu as vécu Rin. Et c'est normal que ça explose. Tu en avais besoin. C'est comme ça que ça marche. A refouler trop de choses, on explose.

Je lui souris, doucement, y trouvant le courage je ne sais où.

-Mais Misao n'est pas comme ça. Tu ne peux pas le catégoriser. On fait tous des erreurs... Et c'est parce qu'on en fait que nous pouvons devenir pardonnable.

Sentant venir à l'avance la réponse de Rin, j'enchaînai :

-Certains font des erreurs sans avoir conscience de ce qu'ils font. D'autres les font délibérément. C'est de cette manière-là qu'on détermine si la personne peut être pardonnée ou pas.


Je me redressai, et tirai sur sa main pour l'encourager à me suivre.

-Viens Rin. Il faut qu'on parle. On va sortir d'ici.

Je me tournai une dernière fois vers Misao, lui adressant un sourire doux, avant de quitter la pièce. Si je m'attendais à ça, lorsque je me suis levée ce matin...
Arrivée dans le couloir, je me tournai vers Rin.

-Tu viens de briser le sceau qui avait été apposé lorsque tu as passé ton initiation. Tu viens de révéler ton potentiel d'étoile...
soufflai-je. Si tu as des questions, je suis tout ouïe.

Nous n'avions plus qu'à attendre que les infirmières arrivent.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Lun 18 Mai 2015 - 17:01
avatar
Messages : 347
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

HRP : Pardon pardon pardon pour le retard ToT Mon post est tout nul en plus, mais bon, comme ça vous pouvez terminer le topic entre vous si vous voulez :) Bravo pour ton étoilisation <3 (avec du retard xD)



Des monstres. Ce sont des monstres.

Mon cœur bat à cent à l'heure, et mon souffle se bloque dans ma gorge un instant. Impossible de détourner les yeux de ce qu'il se déroule dans cette chambre d'hôpital. J'aimerais pouvoir me fondre dans mon matelas pour y disparaître, être invisible pendant un temps qu'on m'oublie juste. C'est de ma faute si Hideko a l'air si mal, et c'est aussi de ma faute s'il est en train de détruire l'hôpital. Je pense aux autres blessés, mais surtout, je pense à moi, parce que c'est tout ce que je peux faire. Si un homme est égoïste, ça se voit le plus en situation de danger ; si tu fuis, tu es un pleutre. Si tu te bats, tu es courageux, téméraire peut-être. Mais au moins tu n'es pas une simple loque, un parasite qui s'appuie sur les autres pour pouvoir survivre. Qui s'en sert, au final.

Est-ce que je ne suis que ça ? Quelqu'un qui est incapable de survivre par lui-même, ou de prendre des décisions justes sans penser uniquement à lui ? C'est ce que j'ai fait jusqu'ici pourtant, non ? J'ai vécu dans le mensonge, j'ai blessé, découpé, torturé, et pourtant, ma sœur est toujours là. Mais je ne crois pas le mériter. Non… Vraiment pas.

Peut-être que je suis un peu abruti par la morphine – ce qui me semble tout à fait plausible vu mon état actuel – et que c'est pour ça que je pense à toutes ces conneries. Mais la panique, cette foutue panique est là et veut pas redescendre. Je suis mort de trouille, et ça ne va pas en s'arrangeant.

Un robinet explose et les lumières s'éteignent. Ma main serre le drap qui me recouvre, je tente de regarder autour de moi pour chercher un moyen de nous défendre. Mais comment voulez-vous que moi, si faible, si inutile, je nous défende ?.. Impossible. C'est impossible pour moi. Une vague d'eau se forme et se dirige vers nous, se transformant petit à petit en des dizaines de pics de glace. J'ai cru que j'allais hurler. Puis, devant nous, un bouclier de flammes. Je ferme les yeux, comme pour me protéger de l'impact qui ne vient pas. Soudainement, tout se calme. Tout retombe. Mes membres tremblent et mon souffle ne veut pas se calmer.

Ma vision se trouble ; ma cage thoracique se soulève et s'abaisse bien trop vite, ça me fait mal… Pourquoi, pourquoi ?! Pourquoi même ce regard si doux que me lance ma sœur me fait trembler à ce point ? Mes yeux se ferment et je me force à ne pas écouter ce qu'elle répète à ce Rin. Qu'est-ce qu'elle en sait ? Qu'est-ce qu'elle en sait, de savoir si on peut être pardonné pour ses erreurs ? Qu'est-ce qu'elle en sait ?

Au fond de moi, je sais que j'ai tort ; je sais qu'elle est au courant, qu'elle ne dit pas ça comme des paroles en l'air. Que ces mots aussi, quelque part, me sont destinés. Mais je refuse de les entendre et ferme simplement les yeux en attendant que ma respiration se calme. Fermer les yeux sur mes larmes qui menacent de couler, comme le pauvre gosse que je suis actuellement.

Puis enfin, elle sort. Elle sort et c'est le silence. Un sanglot manque de m'échapper, se bloque dans ma gorge. Tout s'est passé tellement vite que je suis encore sous le choc. Une infirmière ne tarde pas à revenir pour voir comment je vais, un peu paniquée. Mais ce n'est pas elle que j'aurais voulu voir.

Dormir. Il faut que je dorme.
Voir le profil de l'utilisateur



PLS en #b7273d.
Revenir en haut Aller en bas

Sam 30 Mai 2015 - 20:57
avatar
Masculin

Messages : 749
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

HRPG: Je n'est pas répondu très rapidement mais, au moins, maintenant, c'est bon! C'est fait. Je n'ai pas écris un roman malheureusement, je ne savais pas trop quoi dire de plus. Donc... voilà, qu'un nouveau commencement débute pour Rin!

Je tremblais, je ne savais ou regarder, je ne savais même pas pourquoi j’étais là en ce moment à vrais dire… Tout semblait trouble, tout semblait noir. J’avais du mal à voir, je ne savais pas ce que je regarder, je n’arrivais pas à être vraiment dans le temps présent. Même quand cette femme est venue près de moi, même quand elle m’a obligé à la regardé, je n’arrivais rien à fixer. Je n’arrivais pas à regarder ses pupilles et mon cœur semblait vouloir se briser sous les pulsations intensives de celui-ci. Les paroles de la directrice me semblaient lointaines et vague. J’entendais tout ce qu’elle me disait mais mon cerveau cessait de fonctionné. Je ne pouvais réfléchir, j’étais figé, mon corps ne bougeait plus. J’avais failli tuer quelqu’un… j’avais évité de justesse une catastrophe bien que Hideko aurait pu contrer mon attaque mais… Je me sentais encore plus vide que je ne l’avais été avant d’arrivé dans l’institut, je ne sais absolument pas pourquoi.

J’ai senti qu’elle me tirait, me forçant à bouger, je ne sais pas comment j’ai pu me relever et pourtant je l’ai fait, jambes tremblantes. Elle m’a tiré à l’extérieur et j’ai daigné regarder Misao sauf que mon corps, sous le choc, me l’empêcha. La porte s’est refermée, et nous nous retrouvions alors dans le couloir sombre. Elle m’a parlé, j’ai entre ouvert la bouche et je n’ai pu sortir mots que après quelque secondes, premières paroles après « la chute », tremblantes…


-Tu m’en veux… n’est-ce-pas ?

J’avais besoin d’explications, mais dans un 2ème temps. De toute manière, j’aurais été trop perturbé pour comprendre des explications. Mais, elle m’en voulait, je le voyais, elle s’était forcé à me dire tout ça. Les lumières ne semblaient pas vouloir se rallumés après le ravage que j’avais causé. Le visage d’Hideko se voyait à peine mais les contours de ses formes se dessinaient dans l’obscurité. Je sentais une atmosphère pesante, et je sentais que mes jambes peinait à me faire tenir debout.

Réparer les choses que l’on a commises n’est pas des plus faciles mais, cela était nécessaire si on voulait se faire pardonner. Maintenant, un nouveau commençait pour moi.
Voir le profil de l'utilisateur


2ème compte: Nils Hirano
Revenir en haut Aller en bas

Sam 30 Mai 2015 - 22:09
avatar
Féminin

Messages : 2488
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

Les premiers mots de Rin ne furent pas ceux que je m'attendais à entendre. Je me raidis sur place et le lâchai immédiatement. Comme j'avais dû le tirer pour l'emmener avec moi, j'avais les mains pleines de sang. Je baissai le regard dessus, le regard vague. Si je lui en voulais...?
Un rictus se dessina sur mon visage et un léger rire m'échappa. C'était la première fois qu'un élève me posait cette question. Jusqu'alors, aucun étudiant n'avait eu l'idée de me demander comment j'allais. Comment je me sentais. Si j'étais énervée ou déçue. Que ce soit lui qui me pose cette question, après ce qu'il venait de se passer, après ce qu'il avait manqué de faire à Misao...
Je me tournai et m'appuyai contre le mur du couloir. Le courant n'avait toujours pas été rétabli et nous étions toujours plongés dans l'obscurité.

-Evidemment que je t'en veux. Mon frère aurait pu mourir. Qui pourrait rester impassible face à ça ?

Je ravalai difficilement ma salive, un goût amère dans la bouche. J'évitais de croiser son regard, par peur de perdre mon sang froid. Ma voix était impassible. J'étais rarement aussi froide.

-Je sais ce que t'as vécu. Je sais à quel point ça peut être horrible. Si jamais ça t'intéresse, j'ai été la toute première cobaye. J'imagine que tu aurais pu le deviner tout seul, mais bon...

Je me tournai finalement face à lui, plongeant mon regard dans le sien.

-Ils m'ont plongé dans un coma artificiel. Même encore maintenant, je n'ose imaginer tout ce qu'ils ont pu tester sur mon corps... J'ai mis longtemps a réalisé ce qu'il se passait lorsque je me suis réveillée. J'ai eu peur. Tout est devenu flou.

Je croisai mes bras sur ma poitrine avant de m'appuyer à nouveau contre le mur.

-Je sais à quel point ça peut être douloureux.

Un ange passa. Je soupirai.

-Sauf qu'en devenant violent à ton tour, tu deviens comme eux... Donc c'est stupide.

Je me tournai vers Rin, décroisant mes bras.

-Et comme je te l'ai dit... Il faut parfois savoir accorder son pardon. Je ne te demande pas de faire ça envers Misao parce que c'est mon frère. Je te demande d'apprendre à connaître quelqu'un avant de le juger et de l'accuser de tous les torts. On fait tous des erreurs. Ca veut pas dire que nous sommes tous des monstres. Certaines erreurs sont pires que d'autres, mais ça ne veut pas dire qu'elles sont irréparables.

Un nouveau silence s'installa quelques secondes avant que je ne le brise à nouveau.

-Maintenant, je réitère ma proposition. Si tu as des questions, c'est le moment.



HRP : Hideko est super méchante o.o Je suis désolée :(
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Dim 31 Mai 2015 - 12:05
avatar
Masculin

Messages : 749
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Je venais de déclencher le début d’une tornade. Hideko, sœur de Misao… Je pouvais entre autre comprendre sa colère en vers moi mais, c’est son frère lui-même qui à déclencher la fureur en moi, cette instabilité. J’ai pris peur lorsqu’il m’a attaqué, je me suis défendu comme j’ai pu, je n’ai rien contrôlé et la glace s’est formée. Il me rappelait les douleurs souvenirs que je tentais en vain de renfermer en moi. Et moi, comme un imbécile, en me réveillant à l’hôpital, j’ai voulu m’excuser ; mais il ne les a pas acceptés et… c’est principalement à cause de lui que je suis devenu comme ça. Je suis perdu, je ne m’y retrouve plus. Je me sens fébrile et je voie trouble la jeune femme en face de moi. En pourtant, je lute pour rester éveillé.

Ses paroles me transpercent le cœur, elles me font mal. Tout n’est pas de ma faute, tout ce que c’est produit n’est pas uniquement à cause de moi… N’arrive-t-elle pas à comprendre cela ? Elle m’oppresse… je ne suis pas devenu violent par moi-même… je. Un boule se forme dans ma gorge, j’ai envie de pleurer, je me sens basculer une nouvelle fois, je sens mon pouvoir bouillonner en moi ; il a envie de refaire surface, de toute dévaster, de haïr. Me contrôler est trop dure… Je pense, que si j’étais encore en bonne état, tout aurait recommencé, l’eau serait venu à moi, je m’en serais servis comme arme. Mais… Mon corps ne le supporta pas plus longtemps. J’ai laissé échapper un gémissement à sa dernière question, je me suis plié en deux, mon cœur se compressant. J’avais du mal à respirer, mon corps ne supportait plus ce pouvoir surpuissant. Je le sentais en moi, je n’arrivais plus à le contrôler. Il était comme un monstre, une panthère indomptable… Je suis tombé sur le sol, me perdant dans un sommeil créé par la douleur.



Je me suis retrouvé dans un coma. Mon réveille était incertain…
Voir le profil de l'utilisateur


2ème compte: Nils Hirano
Revenir en haut Aller en bas

Dim 31 Mai 2015 - 17:02
avatar
Féminin

Messages : 2488
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

J'avais tort. Bien sûr que j'avais tort. Je l'accusais de juger les gens trop vite et de ne pas chercher à les comprendre avant. Mais n'était-ce pas exactement ce que j'étais en train de faire à son égard ? Je le jugeais bien trop vite car c'était mon frère qui avait été blessé. J'aurais agi parfaitement autrement s'il s'était agi d'un autre élève. Mais je n'en étais pas consciente, sur l'instant.

Rin ne me répondit pas. Après un gémissement, il s'effondra en face de moi et j'eus tout juste le temps de le rattraper alors qu'il allait rencontrer brutalement le sol. Je me pinçai la lèvre inférieure avant de me mettre à genoux, laissant sa tête reposer sur mes cuisses. J'appelai un infirmière qui ne tarda pas à arriver. Les médecins s'occupèrent rapidement de Rin qui fut installer dans une nouvelle chambre. J'observais la scène en silence. J'avais été trop dure. Et je m'en voulais. Mais c'était trop tard.

Je restai jusqu'à ce que l'état de Rin soit stable. Toutefois, une infirmière m'expliqua qu'il avait trop utilisé ses pouvoirs, ce qui était à l'origine de son évanouissement. Il était dans le coma. Mon coeur se serra mais je ne dis rien. Si son état ne s'améliorait pas, il allait falloir que nous rétablissions son nouveau sceau d'étoile alors qu'il était encore dans le coma... Ce que je n'avais encore jamais fait auparavant, et qui me laissait perplexe. Mais nous n'aurions pas le choix. Si nous laissions son sceau brisé suite à la révélation de son potentiel d'étoile, cela pourrait être beaucoup trop dangereux...

Ce n'est que quelques heures plus tard que je rentrais chez moi. J'étais retournée voir Misao, mais il dormait. Rongée par les remords, me sentant coupable, je rentrais chez moi avec peine. Même Daisuke ne parvint pas à me remonter le moral.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

 

Imbécile un jour, imbécile toujours (with Misao and Hideko!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.
Aller à la page : Précédent  1, 2