Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hé ho, hé ho ! T'es monté sur l'chapiteau accroché au cordage, t'as failli t'aplatir comme un blaireau ♫ [Aoi-chou !]
Dim 26 Avr 2015 - 1:35
avatar
Féminin

Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Une soirée comme une autre tu vois ? T’es sortie, pas parce que tu en avais envie, mais parce que c’est devenu une habitude. Pas parce que tu veux te bourrer la gueule, mais parce que tu as besoin de te distraire. Oui, chaque soir inlassablement, je répète les mêmes gestes, je cerne mes yeux d’améthystes d’un noir profond, je farde mes joues d’un rose pêche et j’étale sur mes lèvres ce carmin trop teinté ; ensuite j’enfile une tenue trop échancrée, des escarpins trop hauts, et un sourire trop faux.

Si Nath me voyait il serait déçu, tellement. Pourtant je n’y pense guère, je suis libre, et c’est de par cette liberté que je me donne le droit de papillonner, attirée par le feu dans la nuit j’ai besoin de compagnie. Seule je tremble, seule j’ai peur. Oui, peur. C’est tellement inconcevable venant de moi n’est-ce pas ? Je suis la grande Ipiu, l’espionne intrépide, la pomme pourrie. J’ai peur de ce qui grandi peu à peu en moi, peur de cette lueur. Peur de devoir changer trop et trop vite et de ne déjà plus me reconnaitre. Alors je sors chaque soir pour oublier.

Oublier que j’ai un cœur, oublier mes incertitudes et vivre. Je croque la vie à pleine dents, me brûle les ailes et replonge dans le feu, éternelle consumée, ce soir encore je sortirais. Je passe ma main aux doigts encore engourdis par les semaines d’immobilité dans mes cheveux. Ils chatouillent maintenant doucement mes épaules, ils sont trop longs ou trop courts, mais n’arrivant pas à me décider entre ces deux extrêmes je les laisse tels qu’ils sont, demain m’apportera peut-être la réponse espérée ? Ou le coup de tête, le coup de folie, qui dans un geste autodestructeur me fera cisailler ces fins fils dorés plutôt que la peau tendre qu’ils recouvrent.

La clef de la bibliothèque ou je squatte comme une SDF disparaît subitement dans mon corsage. Ce soir, il y a un groupe de Jazz qui joue dans un restaurant de ma connaissance. J’admets je connais tous les taudis de Terrae, mais ce restaurant, ou bar à ambiance désignez-le comme il vous plaira, n’a pas cette réputation-là. Il est plutôt bien fréquenté, sans être branché, ils organisent de temps en temps des concerts en conviant les talentueux étudiants à se produire. Ce n’est pas toujours de bonne qualité, mais c’est toujours agréable.

J’aime l’idée de me fondre de la foule mouvante de gens connus et inconnus, de me perdre dans leurs envoûtantes et éphémères passions. C’est reposant. Ce soir encore, la porte est ouverte et la musique emplit l’air nocturne. Il fait de nouveau bon, et je n’use pas une goutte de mon pouvoir pour réchauffer mes membres nus. Je me délecte de la petite bise fraîche et pourtant ne peut m’empêcher de sourire en passant la porte me retrouvant abritée. Finalement elle était peut-être un peu froide.

Je m’assis à une table seule et me mets à observer, à chercher avec qui je pourrais bien passer la soirée. Quelqu’un de joyeux mais de pas bourré, ou quelqu’un d'ivre mais joyeux. Entre les deux mon cœur balance porté par la douce mélopée du groupe qui tient vachement bien la scène. Le morceau se finit, j’applaudis et me lève avec la ferme intention de me faire offrir un verre. Ce qui ne manque pas d’arriver, un regard appuyé, un battement de cils et voilà ma soif tarie. J’ai des charme je le sais, j’en use et abuse.

Mon regard se pose sur une main furtive mais pas assez, une poudre blanche est mêlée au liquide coloré d’une boisson non alcoolisée. Je doute que la destinataire soit avertie de ce complot. CA ME FOUT EN ROGNE. J’quitte mon cavalier, le promettant de le retrouver plus tard, ou peut-être un autre soir. Je rejoins l’autre con en quelques pas trop tard. Mon regard haineux se pause sur lui alors que je vois sa victime avaler la dernière gorgée. Connard. Ma main trouve se virilité sans se soucier de la présence de son pantalon.

« Crie et je te promets que je t’émascule, recommance et tu pourrais envier sa voix de castrat à Justin Bieber. Maintenant tu vas hocher la tête si t’as compris, et aller voir ailleurs si on y est. »


Le type a blêmi. Il hoche la main et je force mes doigts à se relâcher un a un bien que je n’ai qu’une envie lui arracher sa bite et la lui faire bouffer. Il ne demande pas son reste. Je pose mes yeux sur sa proie. Aoï. MERDE. Elle me prend déjà pour une fille dangereuse, là elle a eu la démone en live… Et bientôt la drogue fera effet. Je choppe son verre et renifle. MERDE. GHB. Tant pis, pour les formes, pas l'temps d'arrondir les angles, j’espère qu’elle est encore assez lucide pour comprendre.

« Ce type t’as foutue du GHB dans ta boisson, d’ici quelques minutes dans l’meilleur des cas tu seras somnolente, dans le pire désinhibée. J’ai foutrement pas envie de revoir un master désinhibé au milieu de la populace, alors je te raccompagne chez toi si ça te va. »


Non je ne lui laisserais pas répondre non. Je pose son verre sur le comptoir.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Revenir en haut Aller en bas

Lun 27 Avr 2015 - 13:52
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Une soirée jazz, un week-end tranquille à Terrae. Les cours ont débuté depuis le début du mois et je suis déjà épuisée. Huo est un peu occupé avec son idée de journal et ses photos, aussi a-t-il refusé de venir, et Allen et Mitsuki... Eh bien, à vrai dire, je ne sais pas trop. J'ai peut-être besoin de mettre un peu de distance. C'est stupide mais c'est comme ça ; je me cache derrière mon trop plein de cours à réviser, encore et encore, pour ne pas avoir à piquer une crise sur toutes ces bêtises. Parce qu'avouons-le, ce sont tout de même de sacrées stupidités. Tout le monde qui tire la tête, personne qui ose se parler, se dire les choses, bref, c'est un peu casse-pied. Et moi, j'ai envie de sortir, juste ce soir, parce que ça fait un mois que je suis bloquée dans mon salon à tenter désespérément de comprendre ces fichus cours entre deux passages éclairs à l'hôpital pour la séance de soin de Wyatt.

La musique me calme. J'aime bien cette ambiance, les joueurs sur la scène, les gens qui dansent autour sans se soucier de quoi que ce soit. Pendant de longues minutes, je me perds simplement dans la mélodie entraînante, celle-la même qui me donnerait presque envie de me lever pour danser un peu. Trop pudique, certainement, je reste cependant assise à ma table, seule, à tapoter du doigt en rythme sur le bois recouvert d'une petite nappe. Après ça, peut-être retournerais-je chez moi pour reprendre quelques cours et me donner l'impression de ne pas perdre ma soirée. Mais rien que l'idée me fait perdre mon sourire et me tire un soupir exaspéré. Je n'ai vraiment pas envie d'y penser pour le moment. Je me lève et me dirige vers le comptoir pour me prendre à boire.

Derrière moi, j'entends une voix masculine et me retourne, interpellée. Il me propose un verre et je dois refuser par deux fois pour qu'il s'en aille, prétextant que le barman devrait bientôt m'apporter mon cocktail. Rien de très affriolant, au passage. Mieux vaut pour moi ne pas boire, surtout durant ce genre de soirées, où je me retrouve toute seule. Prudence, conservation ou encore une fois la pudeur ? Peut-être un peu des trois. Mais on me dit souvent que je suis paranoïaque.

Lorsque finalement mon verre se pose devant moi, je reconnais l'homme qui m'a accostée quelques minutes auparavant et esquisse un demi sourire. Huo serait fou de rage de voir ça, et rien que d'y penser je me remets à sourire. Parce qu'avouons-le, il est assez drôle ce petit. Doucement je hausse les épaules, lui dis que ce n'était pas la peine, que je ne suis pas intéressée - merci bien - mais il me lance qu'il veut juste discuter un peu. Bon, allez. Ce n'est pas bien grave si nous ne faisons que discuter... pas vrai ? Je porte mon verre à mes lèvres alors qu'il esquisse un geste pour s'assoir à côté de moi. Et pour tout vous dire, je crois qu'il ne pourra vraiment que l'esquisser, vu ce qu'il vient de se passer.

Je la reconnais immédiatement - l'espionne, celle que j'ai déjà eu l'occasion de croiser une ou deux fois à l'hôpital. Elle agrippe l'homme au niveau de l'entrejambe et j'écarquille les yeux, un peu choquée, sans comprendre. Elle l'agresse verbalement et le type s'en va presque en courant - du moins, aussi vite que le lui permet sa marche de canard. Je repose mon verre avant qu'elle ne reprenne la parole, sentant déjà la panique affluer. C'est mauvais. C'est mauvais, hein ?

Puis refluer, petit à petit. Je la fixe sans réellement comprendre ce que ça implique. J'aimerais pouvoir me mettre en colère, ou partir d'ici, mais je suis bloquée de stupeur durant quelques trop longues secondes, avant d'acquiescer. J'acquiesce, parce qu'il me semble que je n'ai pas le choix. Mais à peine debout, je tangue un peu et me rattrape au comptoir comme je le peux. C'est bizarre, comme sensation, j'ai l'impression--...

La femme essaie de m'entraîner dehors mais je lui oppose une légèrement résistance, fais la moue en reculant.

- Nonnn, s'il te plaît... Je voulais rester un peu les écouter. C'est bon, je vais bien ! Regarde !  Ça fait pas du tout effet !

Je tiens sur mes jambes, et j'ai beau sentir le sang affluer dans mes joues, je me sens bien. C'est vrai, on est bien là, non ?

- Allez, viens, je veux danser, j'ai pas envie de rentrer... C'est pas si grave.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Lun 27 Avr 2015 - 22:31
avatar
Féminin

Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Mettons les choses au clair directement. Si je lui colle une droite ça sera pour son bien. Peu importe ce que pourrait dire mamzelle la dirlo, je ne frappe pas les gens sans raison (dit-elle). Sérieusement, ça serait le super raccourci de lui aligner une baffe soporifique, ça nous ferait passer d’la case départ à arrivé sans passer par la case emmerdes. On évite les péripéties désagréables pour elle comme pour moi et j’la borde direct dans son plumard. J’peux même envisager presque sérieusement d’lui faire un bisou sur le front et d’lui souhaiter de faire de beaux rêves de bisounours qui mangent des cacas de licornes. Parce que les licornes font des cacas arc-en-ciel… Non en fait c’pas ça les licornes ça mange des arc en ciel et ça fait des cacas papillons donc les bisounours ils bouffent sans doute des papillons. Faut recycler non ? Mais ça dégoutterait une petite princesse barbie ou deux. Ouai c’pas le problème nous sommes d’accord.

J’pèse le pour et le contre, non parce que concrètement les bestiaux soigneurs c’est genre comme les chats autonettoyant mais auto-soignant ? Non parce que si c’est l’cas, on risque de tous prendre vachement cher. J’veux dire vous avez déjà vu un master complètement beurré ? Moi oui et pour les rares souvenirs que j’en  ai, c’est pas l’truc le plus jouasse du monde. Genre, j’ai pas envie de détruire l’endroit, j’l’aime bien ce restau, ils font des trucs sympas. Merde. Et puis rester vivante aussi c'est chouette.

En plus elle serait genre trop capable de m’en vouloir, pas comme Alexander, lui l’môme il avait touché l’fond, ne pas l'admettre serait de la connerie en barres. Elle ne le sait pas encore qu’elle va ramasser. Pour l’instant j’vois à la dilatation dans ses iris qu’elle commence juste à avoir chaud, elle doit se sentir vachement bien. Trop bien. Ca lui fera les pieds à la môme. Je suis sûre qu’elle n’a jamais dansé comme une démone toute la nuit, franchement il n’y a qu’à regarder la tenue bien sage dans laquelle elle se pointe ici… Non, sérieusement, je critique pas, mais même ma grand-mère portait des tee-shirts plus décolletés. Sans vouloir sous-entendre que ma grand-mère était une femme de mauvaise vie comme moi. Si faut j’ai ça dans les gènes ! or not.

Tout de même, elle pourrait se sortir son balai du cul, ou l’y faire rentrer en fait peut-être que ça la décoincerait. J’plains le pauvre Huo, sérieux, il en a une patience de fifou, j’crois que je ne pourrais pas supporter une fille si coincée. Il doit grave être en manque le pauvre, mais bon d’un côté j’le respecte vachement, à sa place j’serais sans doute aller voir ailleurs. Sauf que lui il l’attend. Putain que c’est trop romantique, ça deviendrait presque touchant même si lui doit s’la toucher seul… Hahaha.

« Pas si grave mon cul ouai… Mais t’as raison on va danser. »


Bon entendant il y a la petiote qui se barre vers le danceflore, heureusement c’est du jazz, il n’y a pas grand monde qui se déhanche. J’l’imagine mal collée serrée avec un inconnu. Non en fait vu ce qu’elle vient d’ingérer ça ne serait juste pas étonnant. Dans ma tête, j’fais les calculs, j’pense que ça ne m’aurait rien fait à moi… Mais que je serais déjà en train de sodomiser le type dans les WC pour lui apprendre la vie. Euh j’dérape. Bon je fais quoi moi ? J’en étais à Huo c’est ça ? Le pauvre, il doit encore être en train de retoucher les photos du journal. Je suis impitoyable en tant que corédactrice. Enfin, il loupe peut-être la seule fois où sa copine va se lâcher un peu… Un peu trop ouai. J’grimasse et dégaine mon téléphone, sorti d’un recoin d’mon immense décolleté. Je tape super vite.


    Chéri laisse tomber la retouche photo et débarque à la Boite à Musique, il y a ta meuf qui va pas tarder à être ingérable, elle a pris du GHB (et tu n’auras absolument pas la photo du criminel, tu le reconnaitras peut-être à sa voix aigue tu m’diras... mais j’ai pas envie de gérer deux problèmes à la fois) et j’ai vachement besoin d’renforts. ~Piu.PS : si tu profites de la situation tu risques de perdre ta voix de baryton ♥


Autant être claire direct, s’il la touche lui aussi j’le bute. Elle est juste pas en état de réaliser. J’la suit sur la piste et je m’arrange pour faire un regard vachement menaçant à tous les mecs qui l’approchent de trop près, un petit croc en jambe aussi à toi beau ténébreux, désolée pas fait exprès essaie encore de t’approcher qu’on rigole ? Sourire carnassier.

« Hey les mecs, vous avez rien qui bouge plus dans votre répertoire ? »
j’invective les musiciens, parce que oui le jazz ça peut faire remuer le trouffignon plus que ça. Après tout autant te laisser gouter aux joies de l'extase de la danse tant que t'es pas complètement stone poupée.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Revenir en haut Aller en bas

Lun 4 Mai 2015 - 14:57
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

La tête me tourne. C'est fou comme il fait chaud, ici. Est-ce que c'est mon imagination, ou bien c'est vraiment le cas ? Il ne me semblait pas que ça l'était, à peine quelques minutes auparavant. Il y a les mots de la blonde qui tentent de se frayer un chemin dans ma tête, mais je refuse d'y porter attention. Je n'ai pas envie de me prendre la tête, j'ai envie d'être bien, de pouvoir me laisser aller. Est-ce que c'est mal de se laisser aller ? C'est une soirée sympathique, même s'il y a du monde, même si le type de tout à l'heure était bizarre. En fait, je crois qu'il me draguait – ou peut-être qu'il tentait même de faire pire. Vous savez quoi ? Je m'en fiche. Je m'en fiche, parce qu'en cet instant, là, maintenant, tout de suite, je me sens juste bien. Un long moment passe pendant lequel je ne dis rien, simplement un peu anesthésiée par le produit que j'ai apparemment ingéré - mais tout le monde sait pertinemment que je n'ai rien pris du tout. Du tout du tout. Puis, la boule de chaleur commence à grossir de plus en plus dans mon ventre, remonte sur mes joues qui se colorent lentement de rose. J'ignore le regard de pur agacement que me lance la femme, puis ne tarde pas à m'esquiver vers la piste pour me mettre à danser - ou plutôt à bouger plus ou moins en rythme avec la musique. Bon, ça va, ça pourrait être pire quand même. J'imagine ? Oh et puis très honnêtement, vous savez quoi ? Je m'en fiche. Complètement.

La chaleur s'intensifie peu à peu, j'oublie un instant le monde autour. La musique pulse, ça tangue un peu, ça me fait du bien. La blonde me colle un peu, mais ça m'agace à peine. Elle lance des regards assassins, qui me tirent un rire franc à des gens, un peu partout autour de nous, puis se tourne vers les musiciens pour leur demander quelque chose qui bouge un peu plus. Enfin leur demander est tout de même assez loin de la vérité, mais c'est pas grave. Ils terminent leur morceau et enchaînent avec quelque chose de plus dynamique ; ça devient un peu difficile de suivre, mais je continue à danser avec beaucoup de bonheur pendant un moment. Combien de temps, là... Je contrôle le temps, mais ça veut pas dire que j'ai une montre intégrée dans le cerveau !

Je jette un œil à la femme. Tente de me glisser parmi les autres danseurs pour m'esquiver à nouveau jusqu'au bar lorsque je sens la soif me prendre. Ma gorge est super sèche, il faut que je boive. Ou que je prenne l'air. Bon, une chose après l'autre, hein. D'abord : bar. Roh mais non, mais pourquoi elle continue à me suivre ?! Mais non quoi ! On est même plus libres de courir partout maintenant ?

Avisant un verre qui vient d'être posé pas très loin, et dont le propriétaire n'est pas dans les parages - bon techniquement si, il est juste à côté, mais il regarde pas, c'est pareil -, je m'approche et l'attrape discrètement en slalomant entre les tables. Bon, discrètement on repassera, mais personne n'a rieeen remarqué. Chut. (C'est parce que je suis trop douée. Ahahah.)

Lorsque je tourne les yeux, je croise le regard violine de l'espionne. Oui, bon, elle, là. Ipiu quelque chose. C'est pas grave si je me souviens pas de son nom, hein ? Elle me frappera pas ? Enfin, elle me frappera p'tetre à cause du verre… (Je crois que j'ai commencé une phrase sans la terminer avant nan ?)

Bon ben je vais boire avant qu'elle me l'arrache des mains hein !

- Santé ? je lâche avec un léger rire devant sa mine trop sérieuse.

Elle sait pas s'amuser ou quoi ? Elle me fait peur… Tiens, ça a un drôle de goût !

- Hm...? OH. Mais je le connais ! je m'exclame en abandonnant Ipiu sur place, lui fourrant mon verre dans les mains, et foncer - de ma démarche particulièrement étrange, un mélange de titubement et de sautillement particulièrement... voilà - vers la sortie.

J'ai vu Allen, je suis sûre que j'ai vu All-- Attendez mais c'est pas lui ? Pourquoi c'est pas lui ?! J'observe d'un air contrit le type aux cheveux bruns qui s'éloigne dans la rue.

- Ah bah non.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 7 Mai 2015 - 22:00
avatar
Féminin

Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Un balai dans le cul ? J’ai peut-être parlé trop vite, elle a un joyeux déhanché. Wait. Le problème c’est qu’elle est sous GHB… Ouai, non mon à priori était le bon. J’ai d’l’intuition pour ce genre de chose. Elle est pas méchante, mais elle s’prend trop la tête. Elle a peur de… Je sais pas, elle a dû être violée comme un bon paqué de filles à Terrae,   j’en parle avec cynisme… Mais on va pas s’leurrer. Quel meilleur moyen que de faire se sentir une personne vide que de lui prendre ce qu’elle a de plus intime ? Du coup oui, il y a un paquet de nénettes qu’ont pas eu un passé cool… Et quelques mecs aussi.

Allez savoir pourquoi quand on parle de viol, on pense direct aux nénettes. Sauf que ouai, un mec ça peut se faire violer. Ce n’est pas parce qu’il porte une paire de couilles et non de chromosomes X qu’un mec est systématiquement un violeur potentiel. Il peut être une victime. Cependant cela reste une réalité, trop de femmes de par le monde se font voler leur liberté. 9 personnes par heure en France, dont la majorité sont des femmes… certes on est au Japon, je devrais me renseigner, Je n’en éprouve pas l’envie, je sais ce qu’être une femme veut dire. Tant qu’on expliquera à une fille « comment elle aurait pu éviter d’être violée », tant qu’on pensera qu’une fille parce qu’elle porte des jupes trop courtes, des talons trop hauts, donne implicitement sa permission. Tant que « Non » dans la bouche d'une fille pourra être interprété comme « oui » alors oui, être une femme sera un handicap.

Je ne critique pas le fait qu’elle se soit fait violer, je critique qu’elle continue de vivre avec. Ca influence encore sa vie au quotidien. Elle a perdu la bataille, elle a arrêté de  se battre. Enfin, je peux dire ce que je veux. Moi, on me classe direct dans la catégorie des salopes, pas de demi-mesure, sauf que moi j’m’en tape. Je dispose de mon corps comme je l’entends, je n’ai pas à justifier du fait que je change de partenaire souvent. Si je couchais tous les soirs avec le même homme, je serais une femme plus respectable ? Si mon corps n’appartenait qu’à un seul, alors on se dirait « ils font bien ce qu’ils veulent. » Ils c’est peut-être ça le problème, je devrais être à UN homme. Je ne peux me satisfaire seule sans être une salope. Vous savez quoi ? Etre une salope est un compliment, ragez gentes gens biens pensants, ragez devant ma liberté que jamais vous ne possèderez. Ragez parce que je vous fais envie.

Cette liberté n’est qu’une cage aux barreaux dorés, qu’un semblant, de belles paroles pour masquer que ma vie ne vaut pas mieux que la sienne. Chacun ses liens, je ne suis pas plus libre qu’elle. Mon passé est tout autant dangereux que le sien… Sauf que je combattrais hardiment et ne partirais jamais vaincue. JE VIS. Vivote. Survis. Envers et contre tous. Je cherche à être heureuse, j’y arrive parfois. Un instant, jamais assez longtemps. Je suis finalement autant qu’elle paralysée par la peur, mais je le montre moins. Ne l’oubliez pas. Je suis une salope.

T’es trop jeune d’une vingtaine d’années pour me surprendre, je sais que tu vas faire une connerie avant même que tu ne songes à sortir de la piste de danse. Prévisible, t’as quoi dix-huit ans ? un chaperon ça te plait autant que tes premières règles. Tu sais celles qu’y ont débarqué à l’improviste et dégueulassé ta plus jolie culotte ? Tu t’en souviens ? Et bien j’te fais l’même effet, je suis un poids nécessaire mais dont t’aimerais tellement te débarrasser. PUTAIN MAIS T’ES SERIEUSES ? D’OU TU PIQUES UN VERRE D’ALCOOL ? MAIS.

« Désolée, elle est pas dans son état normal, elle est pas habituée à boire un verre ça lui tourne la tête. »
je sors un billet d’mon soutif, tu me revaudras ça la p’tiote, t’as d’la chance… Je me sentirais coupable si quoi que ce soit t’arrive. PUTAIN POURQUOI JE SERAIS RESPONCABLE DE TOI ? Parce que j’ai vu. Merde. Si je te laisse tomber, je serais responsable. « Reprends-toi un verre. Encore désolée. »

Et j’pars à la suite d’Aoi. ET CA SE DIT MASTER. Ouai. On est dans la merde. Genre. Fuck. Il y a des masters responsables et capables de pas s’foutre dans la merde ici ? Non… Parce que concrètement… Une petite équipe d’espions et… Bref. Non j’vais pas m’lancer dans les si et les peut-être. Pas l’temps elle est encore à sa connerie. Re déguénage de portable intempestif.

« HUO ELLE SE BARRE JE SAIS PAS OU. JE LA RALENTIS. SI T’ARRIVES PAS JE TE PROMETS JE L’ASSOME AVANT QU’ELLE SE FOUTE DANS LA MERDE TA MEUF.

- T’AS PAS INTERET DE LA PERDRE AVANT QUE J’ARRIVE.
- ALORS GROUILLE. »


Je raccroche. Pas l'temps d'épiloguer. Je suis la gamine dans la rue. Elle a envie de faire des conneries… On va l’aider.

« Tu veux une clope ? »


Oui, je ne fume pas… Ailleurs qu’en soirée. Tu veux faire la grande, et bien je dirais que quelques taffes de clopes mentholées te feront moins grand mal que… j’en sais rien… J’ose même pas imaginé à quoi tu penses…
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 18 Juin 2015 - 1:02
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Pourquoi ce n'est pas Allen ?! Mais pourquoi ce n'est pas Allen ?! J'ai envie de frapper ce type. Il n'avait qu'à être Allen, et pas prendre sa place de cette manière. Il a bien pris sa place, non ? C'est évident ! Sinon je n'aurais pas eu l'impression d'halluciner en le voyant. Ou alors c'est un Morphe qui s'est transformé en lui pendant un moment. OU ALORS... Allen est en fait un Morphe, et il m'aurait menti ! Mais du coup, ce serait vraiment lui ! Ah, le cachotier, je savais que je pouvais pas lui faire confiance. Bah oui, après tout, pourquoi il faudrait que je lui fasse confiance alors qu'il a disparu pendant des mois et qu'il se retrouve au stade d'alcoolique pitoyable, hein ? Moi ? Moi j'ai dit qu'il était pitoyable ? Oui peut-être, sûrement, probablement parce que je le pense. Et parce que c'est vrai. J'ai souvent été la voix de la raison, vous savez. Je peux difficilement en être la voie - ce serait sale et déplacé, mais probablement pas autant que le regard de ce type sur mes fesses ; OUI JE T'AI VU blaireau va. T'es pire qu'Huo quand il s'y met, mec - quoi, vous croyez qu'il ne mate pas, lui ? Vous croyez VRAIMENT qu'il ne mate pas ? Je suis plus prude qu'une nonne mais ça m'empêche pas d'être lucide, hein. Il mériterait ma main dans la tête parfois - mais j'vais pas trop m'en plaindre, s'il regarde ça veut dire qu'il est pas encore près d'aller voir ailleurs nan ? J'serais triste je pense, parce que j'l'aime quand même beaucoup, ce débile.

Fixant intensément le mec partir, je commence à me diriger vers lui quand la blonde revient vers moi. Mais. Mais. Mais encore ?! Mais elle a pas autre chose à faire ? Genre aller faire coucou au barman, ou je sais pas ? Il faut que je rattrape Allen ! Faut qu'il m'explique comment il fait pour s'être transformé en morphe, tout à coup ! Moi aussi je veux être une morphe et me transformer en papillon. Ou en loutre. C'est joli une loutre.

La blonde m'adresse la parole et je louche sur elle durant quelques secondes, en tentant d'ordonner un minimum mes pensées. Plusieurs fois, je cligne des yeux et hausse les épaules avant d'accepter. J'ai pas de briquet sur moi mais je suis sûûre que miss Magique va nous régler le problème avec quelques étincelles ! Ou sinon je peux aller demander au gars bizarre là-bas... Mais ses potes me font peur...

Bon, finalement miss Magique - nouveau surnom, ça pète non ? - me l'allume. J'aurais donc pas besoin de risquer ma vie en allant tirer sur la manche du mec bizarre ! Et, en imitant Huo avec ses clopes, je tire une taffe dessus. Avant de m'étouffer avec pendant un bon p'tit moment. Ce. goût. est. absolument. dégueulasse. Tenez-vous le pour dit.

- C'est carrément immonde.

Ce qui ne m'empêche pas de réessayer, hein.

Je laisse divaguer (vagueeer) mon esprit et mon regard au loin, et, entre deux quintes de toux, je remarque que des gens se dirigent vers la sortie du village en groupe. OH. Une fête ? Y a encore une fête ? J'ai envie de voler. Oh. OH. JE SAIS COMMENT ME DEBARRASSER D'ELLE JE SUIS UNE GENIE. (Oui, "une" parce que de 1° je suis pas plusieurs et de 2° parce que c'est pas sympa de mettre plein de noms communs uniquement au masculin. À quand l'entrée de dictatrice dans le dictionnaire ?)

Me tournant doucement vers la blonde, je lui fais une petite révérence maladroite.

- Merci de ta compagnie miss Magique, mais j'vais devoir y aller. C'était cool, à la prochaine !

Et là, je m'envole en zigzaguant vers le parc pour la semer. Ou vers les champs. OU LA FORET. JE VEUX VISITER LA FORET DE NUIT CA DOIT ÊTRE TROP DRÔLE.

J'ai des idées absolument géniales. ♥
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Sam 27 Juin 2015 - 1:27
avatar
Féminin

Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Allez ma belle viens prendre une petite cigarette. Allez ma douce, regarde : elles sont bonnes mes cigarettes, regarde. Je crois que c’est la première fois que j’offre des clopes à une non-fumeuse. Pour moi c’était une limite à ne pas franchir, me foutre en l’air ça j’acceptais. Je prenais même de plus en plus un plaisir malsain. J’avais conscience que chacun de ces bâtonnets de nicotine mazoutés me rapprochaient de la tombe. Je le savais et le plaisir n’en était que plus grand alors que je les dégustais.
Masochiste j’imagine, tous les moyens semblaient bons pour me punir d’une faute qui n’avait pas été pleinement mienne. On ne m’avait pas appris la liberté, la soumission était ma seule religion. Cependant en ce temps je ne voyais que le mal que j’avais fait, sans me rendre compte de celui qu’on m’avait fait. J’étais coupable de par mon existence même. « J’aurais dû mourir plutôt que ça » pensais-je crédulement. Sauf que le choix de mourir n’est jamais un choix. Pourquoi ne l’avais-je pas découvert plus tôt ?
La petite s’approche de moi, j’ai l’impression d’être un pédophile qui propose des bonbons à la sortie de la crèche. Putain, mais je suis en train de faire quoi, je dois l’assommer ça sera moins douloureux pour nous deux. J’la voie reluquer des mecs dans la rue. Putain si je la laisse faire j’parie que ce sera genre vachement douloureux pour moi. Huo me tuera et on ne retrouvera pas le corps, c’est tellement cool d’être un feu pour ça.
Bref, de deux maux on choisit le moindre et je préfère encore l’intoxiquer avec une petite cigarette que d’la voir draguer tout ce qui a une queue. Va savoir pourquoi je n’imagine pas miss Amazaki s’tirer une gonze. Quoi que tu m’diras je n’imagine pas miss Amazaki se tirer quoi que ce soit… Dans son état normal. Là soit elle commence à halluciner soit elle commence à mouiller et dans un cas comme dans l’autre j’la sens mal la suite de cette soirée.

Elle prend une inspiration d’air nicotiné, tousse, crache réessaye. Putain elle est sérieuse ? Faut croire que oui, elle continue jusqu’à sortir une phrase cultissime. « C’est carrément immonde. » Tiens ça serait cool de rajouter ça sur les paques de clopes française « fumer : c’est carrément immonde. » Avec un peu de chance ça découragerait mieux les gens que les banalités du genre « fumer tue. » Tu as le droit à 2% des bénéfices de l’idée, quoi que non, t’en aura 0%... T’auras oublié demain matin, et ça m’va trèèèèèèèèès bien. Putain. Ça sera mon bénef pour avoir foutu ma soirée en l’air à baby-sitter une ado.
Oui je sais Huo, Aoi n’est pas une ado c’est la femme de ta vie et bla et bla et bla. T’sais quoi elle est loin d’être une femme. « On ne nait pas femme, on le devient » disait Simone de Beauvoir. Elle n’est encore qu’une gamine et contrairement à ce que vous pouvez penser : c’est quelque chose de bien. On devient adulte le jour où la réalité devient plus importante que le rêve. Ou un truc dans ce genre.

Les choses m’échappent dès l’moment où elle m’appelle miss magique. Là direct je sais que sa soirée est finie et que je vais l’assommer. Comment ? Aucune patience ? Non mais pour m’surnommer comme ça, elle est bien à côté de ses pompes. (et on notera que ce surnom en lui-même prouve que c’est une gamine…) J’me prépare donc à l’assommer doucement d’une petite tape au niveau du confluant jugulo-carotidien. Sauf que cette conne s’envole. Non mais j’vous jure elle quitte le sol en mode tralala-lalère.
Are you serious ? Really ?
J’envisage toutes les possibilités qui s’offrent à moi. Elle va vers où là ? La forêt. Ok deux possibilités en moins. Le plus simple serait de lui jeter une godasse et d'en profiter pour l'assommer j'l'ai déjà fait. Sauf que si ça foire elle sera en colère et une master beurrée en colère ça me plait moyen comme idée. Le tout pour le tout, ouai non désolée trop de monde dans cette rue pour prendre le risque.

Une seule solution la suivre... Sauf que je la perds. J'appelle Huo paniquée.

"Ta copine s'est barrée par les airs. Elle va vers la forêt, j'pense pas qu'elle y risque grand chose mais faudrait qu'on la ramasse si elle percute un arbre."

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 2 Juil 2015 - 22:58
avatar
Masculin

Messages : 925
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J'adore Ipiu disons le franchement. Cette fille est super folle et elle met de l'imprévu dans mon quotidien. Puis elle se débrouille comme pigiste pour quelqu'un qui a jamais eu aucune formation. Bref je l'aime bien. J'aime un peu moins quand je dois me taper deux heures de boulot nocturne sur photoshop pour retoucher mes clichés pour les raccorder aux articles. Qu'on s'entende, j'adore mon boulot mais ce soir je crois que Aoi était possiblement chez elle et j'aurais aimé passer la voir. Je la vois beaucoup moins depuis qu'elle va à la fac et ça me frustre un peu de pas pouvoir en profiter pour une fois. Mais bon le boulot d'abord, je lui enverrai un message quand j'aurais fini pour voir si elle est couchée.

Mon téléphone vibre et je hausse un sourcil surpris. J'attends pas d'appel et je vois pas qui pourrait m'envoyer un message cette heure. Je termine ma retouche et jette un oeil au sms. Je met un moment à capter ce qu'elle raconte avant de me lever en sortant en trombe. Putain, je vais buter ce mec. Genre lentement et douloureusement. Et lui couper les couilles aussi même si apparemment Ipiu s'en est chargé. Je cours, le souffle court (cette rime de foouuu -Okjesors). Je suis parti trop vite je vais me taper un poing de côté monstre à tous les coups.

Mon téléphone sonne et je décroche. Ipiu me hurle dans les oreilles qu'elle va essayer de la retenir alors qu'elle se barre. Merde Aoi fait pas de connerie. Le GHB c'est pas un truc drôle ça peut te bousiller le cerveau si tu prend de l'alcool avec.

J'ai l'impression que mes côtes rentrent dans mes poumons et je m'arrête un moment. Je vais réellement buter ce mec. Ah et si elle s'en souvient je dirais à Aoi de pas se faire offrir des verres par des inconnus aussi. Je l'aime ma Princesse mais sur certains points elle manque un peu d'instinct de conservation. Mais juste un peu.

Elle a dit la Boîte à Musique mais c'est quoi ça ? C'est pas le bar donc au moins elle y étais pas mais ça me renseigne pas trop plus. Peut-être un restau ? Il y en a qui font des soirées musique parfois. Bon de toute manière c'est le village. Je repars en courant et arrive enfin vers le village. Mon téléphone sonne encore et je décroche.

-Merde. Ok j'arrive, essaye de pas la perdre je te rejoins.

Je raccroche en me retenant de me frapper le front. La forêt... Mais qu'est-ce qu'il lui est passé par la tête ? Et en volant en plus. Autant te donner un guide pour avoir une commotion cérébrale. Je bifurque vers la forêt et tente de la chercher du regard au dessus des arbres.

-Aoi ! C'est moi ! Où tu es Princesse ?!!
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 2 Juil 2015 - 23:30
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Vous savez quoi ? J'ai toujours rêvé d'être un oiseau. Tout le monde n'a pas ce privilège sacré. Oui, sacré, tout à fait : j'ai des ailes et je bats des ailes, un peu comme le font les morphes, sauf que moi, mes ailes ont des bras et pas de plume. Mais je m'en fous, j'ai des ailes sur le tatouage à ma poitrine, elles sont là mes plumes. Bon, on ne peut ni les toucher, ni les voir frémir dans le vent, mais hé, faites un petit travail d'imagination, je vais pas tout faire toute seule ! Il ne manquerait plus que ça, tiens…

Donc, je disais : je bats des ailes jusqu'à la forêt et me pose sur la branche d'un arbre, l'équilibre un peu précaire. Pas du tout à l'aise dans mes chaussures, je décide de les jarter pour commencer ma nouvelle vie de pigeon, et marcher, les bras recroquevillés contre moi comme des ailes de poulet, sur la branche. Ohh ça marche mieux pieds nus ! Il y a une meilleure adhérence, je vous assure. Toute contente, je tourne sur moi-même, enlève mon chapeau et écarte les bras, avant de me laisser tomber en arrière, un immense sourire aux lèvres. Wooohhh je vole ! Enfin non, je tombe, mais bref, c'est pareil, non ?

À quelques centimètres du sol, un coussin d'air me rattrape et me fais rebondir, et je ris comme une dératée en réitérant l'expérience plusieurs fois, expérimentant des saltos dans les airs. C'est. Juste. Trop. BIEN ! On dirait un trampoline !

J'ai parlé de chapeau tout à l'heure ? Ah, oui, peut-être bien. Je sais plus bien ce qu'il s'est passé, je sais juste que je l'ai chopé sur la tête de quelqu'un au passage, avant de rejoindre mes copains de la forêt. C'est un emprunt, un EM-PRUNT. Je le rendrai. Un jour. Si je retrouve qui c'est ! Ou peut-être que je le garderai. Un cadeau d'un inconnu à moi-même, ou de moi à moi, ça va aussi.

Puis, soudainement, j'entends quelqu'un m'appeler et rebondis encore une ou deux fois le temps que l'information percute de plein fouet mon cerveau anesthésié par mes sauts dans les airs. Un sourire gigantesque s'étire alors sur mes lèvres et, aidée par la force qui me faisait déjà remonter, je me propulse à toute vitesse vers l'origine de la voix. Freiner ? Comment ça freiner ?

J'arrive à toute vitesse contre lui, refermant les bras autour de son cou pendant que nous effectuons un atterrissage assez forcé sur le sol, quelques mètres plus loin. Ohh ça rebondit encore !

- Huo ! Huo Huo Huo ! Je suis trop contente de te voir !

Je lui attrape le visage et lui dépose un baiser bruyant sur les lèvres, avant de me relever illico presto et de sautiller sur place. (Mon cerveau ballote c'est terrible.) Et de baisser les yeux sur ma main, qui tient toujours mon chapeau (C'est mon chapeau.) Finalement, toute contente, je lève le couvre-chef devant moi et l'attrape de mon autre main.

- Eh, t'as vu ? J'ai un nouveau chapeau ! Il est super beau, tu trouves pas ?

Puis, voyant qu'il ne se lève pas, je m'approche en tanguant et lui attrape la main.

- OH ! Viens ! Viens là-haut, c'est trop bien !

Sur ce, je nous fais décoller et le lâche à demi en travers d'une branche épaisse, avant de grimper jusqu'à une autre, un peu à côté, pour jouer au funambule.

- J'ai pas trouvé les gens qui faisaient la fête, je fais d'un air boudeur. Et je fuyais miss Magique, elle me suivait partout, tu crois qu'elle allait me violer ? Toi aussi tu voulais danser ? Oh, regarde !

Et je me laisse tomber sur le côté, avant de rebondir un peu et d'atterrir avec douceur, les fesses par terre. Puis je m'étale par-terre, les bras ouverts. Ma tête touuurne, c'est louuurd…

- Ahhh… Je suis crevée, j'ai envie de dormir…
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mer 8 Juil 2015 - 14:55
avatar
Masculin

Messages : 925
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J'observe la forêt un moment sans la voir. C'est là que j'aimerais une vision de morphe, genre des yeux de chouette. Je pourrais la trouver plus facilement comme ça. Qu'est-ce qu'il lui est passé par la tête sincèrement ? Quoi que bon elle a pris du GHB... Je préfère pas savoir. J'en rigolerais bien plus tard je crois, quand elle sera rentrée sans rien de cassé. J'attrape mon téléphone et fait défiler les numéros pour rappeler Ipiu.

Et là je me fais percuter de plein fouet par une espèce de boule de nerf montée sur ressort qui me projette à plusieurs mètres. Je lâche mon portable sous le coup alors que je sens ses bras qui se retrouvent à mon cou. Ho putain ! Elle est complètement malade ?! Elle me parle trop vite, un peu trop fort et je capte mon prénom, encore un peu sonné malgré le coussin d'air qui a amorti la chute. Encore heureux que nos pouvoirs ont un instinct de survie. Enfin au niveau Master au moins.

Elle prend mon visage entre ses mains et me plante un baiser sur les lèvres. Woah... Si ça fait la même chose quand elle boit je veux bien la mettre à l'alcool. Non pense pas à ça Huo. Ca se fait pas de profiter de la faiblesse de ta copine. Là elle est vraiment pas dans son état normal. On dirait une puce sous excitant. Elle se relève déjà et me montre son chap- Enfin le chapeau qu'elle a à la main qui est surement pas le sien d'ailleurs.

Je n'ai même pas le temps de réagir qu'elle se penche vers moi pour m'attraper la main avant de s'envoler. Ho non... Ho non ! Je ferme les yeux pour ne pas voir le ciel qui se rapproche jusqu'à me retrouver en travers d'une grosse branche alors qu'elle se retrouve au dessus de moi. Je flippe total là. Je vais me casser la gueule et m'écraser en bas. Je prend la branche entre mes bras et me fait glisser pour me mettre à califourchon. Bon c'est déjà un peu mieux comme ça... Moins casse gueule.

Putain elle me fait peur à marcher comme ça sur sa branche. Miss Magique ? Je hausse un sourcil amusé. Je sais pas si Ipiu va aimer ce surnom. Et là elle se laisse tomber en bas. Je me penche sur ma branche pour essayer de la rattraper par réflexe et manque de me casser la gueule. Arg c'est vrai qu'elle rebondit toute seule. Elle m'a fait peur cette idiote ! Eh mais... Mais qu'est-ce qu'elle fait ? Non me laisse pas là !

-Aoi ? Aoi t'endors pas Princesse, me laisse pas là haut !

Je veux desceeennnndre ! Et mon portable est resté en bas... Ipiu vient me chercher... J'aurais vraiment dû me coucher ou pas me lever ce matin.

-Ipiuuuuuu ! Putain si t'arrives pas bientôt je jure que je démissionne. Ipiuuuu !
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 10 Juil 2015 - 0:49
avatar
Féminin

Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Par bien des aspects courir dans la forêt la nuit est quelque chose d’agréable. J’vous jure, si j’étais pas à la recherche d’une ado fugueuse et de son prince charmant je pourrais trouver ça plaisant… Du moins une fois que j’ai eu tombé les escarpins qui me défonçaient les pieds sur la fin de ma course. Si pour certaines l’adage est ne pas coucher le premier soir (ni celui d’après ni celui d’encore encore après quand on s’appelle Aoï.) pour moi ça serait plus ne pas courir avec des escarpins neufs le premier soir. J’les connaissais pas assez, et j’ai commencé par péter un
talon, ce qui a légèrement gêné le reste de ma course, mais le pire c’est que la sangle m’a entamé la cheville. J’étais pas sapée pour une course poursuite… Du coup mes escarpins ont fini dans une poubelle et j’ai continué pieds nus, j’chuis légèrement plus rapide avec des baskets mais grosso merdo je reste rapide. Croyez-le ou pas mais j’ai la plante des pieds solides…. Enfin toujours plus que mes putains de talons. D'habitude je fais gaffe à ce genre de détails que la solidité de mes talons. Je me suis ramollie à Terrae.

Voilà enfin l'orée de la forêt une chance pour moi que je sache faire abstraction de la douleur. Je me risque grosso modo pas grand chose. A moins de rencontrer un tesson de verre. Là j'admets ne pas être certaine de qui remportera la bataille... En attendant je supporte les griffures. Je n'ai pas le cuir tendre.

***
Il fait chaud l'enfant pieds nus s'élance dans la cours. Est-ce une arrière cours comme on en trouve souvent attachée aux commerces de proximité ? La cour est spacieuse, se pourrait-il qu'elle soit la cours d'une école ? On ne voit nul jeu d'enfant qui irait dans ce sens. Seulement de grandes plantes desséchées par la chaleur.
La blonde enfant danse, les vagues  de chaleur deviennent des serpents qui s'enlacent amoureusement à ses membres. Elle se joue d'eux. Elle joue avec eux, ils accompagnent sa danse.
Elle ne se rend pas compte de l'image fantasmagorique qu'elle offre aux passants. Elle ne fait pas ça pour eux, elle bouge pour elle. Le rythme qui l'entraîne pulse sur le sol martelé par ses petits pieds potelés.  Ses mains accompagnent de leurs claquements plus aigus les basses de ses pieds.

" TOUMAÏ RENTRE TU VAS TE BRÛLER !"

La voix de l'adulte a brisé la magie. L'instant de grâce est terminé. Les yeux de l'enfant s'imprègnent de larmes. Pourquoi ? Parce qu'on lui a crié dessus ? Elle n'y est pas habituée il est vrai. Parce qu'on a interrompu son jeu ? Cela serait tout aussi vraisemblable... Et c'est d'ailleurs une partie de la réponse. Elle a été ramenée à la réalité et ses pieds qui touchaient trop rapidement le sol pour être brûlés s'y posent à présent pleinement. La musique s'en est allée, laissant la place aux sanglots de l'enfant.
La mère s'élance et soulève la petite pour la caler sur sa hanche et l'étreint avec amour jusqu'à ce que sa peine soit partie. La tendresse panse bien des plaies.

Si seulement je me rappelais de ton visage.
***

Bien des années plus tard ces mêmes pieds nus foulent encore le sol. Ma course me déconcentre de ce qui semble être ma douleur. Ce qui pourrait être et ne sera finalement qu'une gène. Me voilà devant la forêt, il me faudrait réfléchir à la meilleure tactique pour les retrouver tous deux. Je me vois déjà les traquer dans la forêt en cherchant à la lumière de mon portable des brindilles cassées. J'ai toujours apprécier pister les animaux en forêt.
J'avais juste négligé un truc relativement simple... Les animaux se taisent les humains beuglent.. Je manque de m'écrouler de rire quand j'entends la voix de Huo résonner... Princesse ? Are you serious ? Hum. Ne pas se mettre à rire. Ne pas se mettre à rire. Chaque couple a ses surnoms débiles. Ouai mais princesse quand même ! Princessssssssse. Ça m'évoque plus une gamine qu'une femme. A la réflexion ça serait un nom classique pour un chiwawa... Mais bon, me voilà en train d'imaginer Aoi dans une robe rose bonbon que même Barbie aurait honte d'enfiler. Princesse quoi.

Bwahahaha.

Bon j'ai repéré un des deux zouaves. L'autre est où ? Je tends l'oreille à l'écoute des bruits anormaux. Ha. "Princesse " a retrouvé son prince à ce qui parvient à mon oreille. Je n'écoute pas vraiment la teneur de la conversation mais j'essaie de les localiser. Ce qui au final est facile vu le volume sonore.
Quand j'arrive je trouve une scène plutôt drôle. Non carrément drôle il y a la Master par terre et son cher et tendre accroché à une branche tel un chat éploré qui ne trouve plus le moyen de redescendre. Limite il pourrait appeler à l'aide que ce ne serait pas plus cocasse. Pauvre Huo. Là j'en peux plus avant d'entamer une tentative de sauvetage je me mets à rire mode baleine.

" Besoin d'aide peut-être ? "

J'vérifie que ta chère et tendre nous fait pas un comas avant de venir à ta rescousse. Allez PLS pour mademoiselle avant d'entamer l'ascension de l'arbre qui te supporte. Putain après mes talons c'est ma robe que je flingue.

" T'es trop lourd pour que je te fasse descendre mon gros, si je te montre ou poser tes patounes tu y arriveras ?"
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Revenir en haut Aller en bas

Mar 21 Juil 2015 - 12:32
avatar
Masculin

Messages : 925
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J'en ai marre ! Pourquoi ce genre de chose arrive qu'à moi ? Heureusement que c'est moi qui fait le journal parce que sinon là c'était direct en première page. Putain ! Je vais définitivement émasculer le connard qui a nous as mis dans cette situation en droguant ma copine. Je hais ma vie des fois. Et mon téléphone est toujours en bas pas très loin de là où Aoi s'est endormie. Va falloir que je le retrouve en plus.

Je crispe mes mains sur la branche en regardant en bas. Je suis pas du genre à avoir le vertige en général mais là je suis quand même perché sur un putain d'arbre à bien 4 ou 5 mètres du sol. Je vais tellement douiller pour redescendre. Le doux rire d'Ipiu parvient enfin à mes oreilles. C'est ça moque toi, tu verras quand je serais redescendu.

Je la regarde mettre Aoi en PLS et lui lance un regard noir quand elle lève les yeux vers moi. Je sais bien qu'en principe je devrais la remercier de s'être occupée d'elle mais quand même. Je suis pas Miss Magique moi. Je grimpe pas aux arbres comme un chat.

-Te fous pas de ma gueule Piu. Je voudrais t'y voir à ma place sérieux. Je jure que je vais faire une tête au carré à ce débile pour avoir provoqué cette situation.

Elle arrive à ma hauteur et je soupire. Ouais je dois être capable de redescendre. Enfin je crois... C'est que c'est pas très safe comme machin. Imagine je glisse je veux pas me casser un truc. Je me rapproche du tronc comme je peux pour commencer à descendre. Saloperie d'arbre va. J'essaye de bien mettre mes pieds et mes mains aux même endroits qu'elle. Ne regarde pas en bas espèce de con, tu vas tomber. Enfin arrivé en bas je souffle doucement, les mains sur les genoux.

-Dire que je devais passer une soirée tranquille, je fais en rigolant.

Ca restera ce truc, c'est sur. Je fais apparaître une petite flamme pour me faire de la lumière et chercher mon portable. Je le retrouve facilement et le glisse dans ma poche avec un soupire.

-J'suppose que c'est à moi de la ramener chez elle maintenant.

Pas que ça m'emmerde plus que ça mais je vais quand même devoir la porter. Et porter quelqu'un de bourré à ce point c'est chaud.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 26 Juil 2015 - 18:01
avatar
Féminin

Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

On ne m'a jamais appris à ne pas me foutre de la gueule des gens en détresse. On ne m'a jamais appris non plus quand il était socialement acceptable de rire. Le rire était plus un tabou dans mon éducation. Jamais sincère, toujours provoqué. Du coup j'ai hérité d'un humour légèrement... Particulier ? Pour faire simple il est noir à ramasser du coton dans les champs. Alors parfois je me dis qu'il vaut mieux me taire. Simplement parce que je ne voudrais pas être plus méchante que drôle j'imagine.
Pourtant tout le monde est d'accord pour dire qu'il me cherche hein ? Sérieusement tu devrais garder le silence tes plaintes vont me forcer à répondre et tu ne vas pas apprécier ( non je ne donnerai pas d'autre mot pour définir les pitoyables menaces que tu formules à mon encontre et celle du pauvre blaireau qui a dopé ta copine...) Toumaï ferme ta...

" À ta place je serais déjà en bas de l'arbre, compare ce qui est comparable. "

Trop tard. Dans le style on dira aussi que si je me retrouve dans la merde je n'aurais plus personne, si je peux présumer avoir déjà eu quelqu'un, pour venir m'en sortir. Débrouille toi seule comme toujours, j'imagine qu'on pourrait écrire ça sur ma pierre tombale. Allez en attendant, on va l'aider.
Maître renard sur un arbre perché, aurait pu faire cinq litres d'huile d'une olive pendant que le sieur corbeau roupillait à ses pieds. Me voilà sans grande surprise l'arbre au tronc noueux offre de nombreuses prises. Sans trop d'étonnement je me hisse à sa hauteur. Je lui indique avec calme où poser ses mains et ses pieds. Je reste proche, prête à le rattraper au moindre faux pas. Je ne pourrais pas le porter mais le retenir est totalement dans mes cordes. Même sachant cela je ne lui dit pas. Je ne veux pas qu'il se repose sur moi. La peur est une force positive. Des peureux et des couards ils s'en sauve toujours quelques-uns disait la grand mère d'Ipiu, une femme qui bien sûr n'a jamais existée. Alors ait peur, ça préserve et ça aide à la concentration.
Le sol semble délivrer le renard. Décidément les mammifères ne sont pas faits pour voler. C'est bien dommage. Un merci aurait été de bon ton j'imagine, mais je n'en attendais pas particulièrement non plus. Pourquoi je fais ça ? Pourquoi je me mêle de ce qui ne me regarde pas ? J'aurais pu laisser Aoi se débrouiller, j'aurais pu laisser Huo se débrouiller mais je suis intervenue. Pourquoi ?... Parce-qu'il fallait bien que quelqu'un s'y colle. Non ? Au final je tuais pour les mêmes raisons, parce qu'il fallait bien que quelqu'un s'y colle. Moi ou un autre... Au moins j'étais douée dans ce que je faisais.

" Je vais t'aider à coucher ta princesse et surveiller son état jusqu'à ce qu'elle se réveille..."
Je me retiens de rire, ce surnom est tellement mignon qu'il mérite de recevoir le pedobear d'or. " Je la porte si tu fatigues, je l'assomme si elle délire trop."

Et accessoirement je vérifie qu'il ne faille pas l'amener aux urgences. . .
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Revenir en haut Aller en bas

Ven 28 Aoû 2015 - 21:53
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

C'est vraiment cool d'être un pigeon. Mais c'est encore plus cool d'être un nuage. Je flotte, c'est trop bien. J'ai comme l'impression que j'aurais pas dû m'allonger, parce que maintenant je suis à la fois très très lourde et très très légère, c'est vraiment bizarre à expérimenter. J'aime bien. On se sent bien. Il fait chaud, en plus. J'ai l'impression que je vais me fondre dans la terre. Vous croyez que c'est possible ? Le moment serait merveilleux si Huo ne criait pas. Mais mon chéri, faut pas crier. C'est pas si grave, c'est bien d'être là-haut. Tu verras, le monde est beaucoup plus beau du haut d'une branche. D'en bas il est très triste. J'ouvre les yeux, et fixe le ciel étoilé à travers les branches. En fait, vu d'en bas, c'est pas désagréable non plus. C'est peut-être juste notre taille qui est vraiment nulle. Je vais me changer en ver de terre, ce sera peut-être plus chouette. Je demanderai à Allen. Si lui a appris à se transformer en monsieur morphe, je peux peut-être aussi. Et en plus, je pourrais continuer à voler, puisque je pourrai me changer en oiseau ! Ou en dragon ! J'aimerais bien être un dragon.

Pas possible d'écouter ce que disent les autres, j'ai juste compris que miss Magique était de retour. Alors je fais semblant de dormir en espérant qu'ils me laissent là. C'est vrai, c'est rigolo d'être par-terre, fichez moi la paix ! Mais non, évidemment, elle fait chier et elle me fout dans une position bizarre. Qui… me donne encore plus envie de dormir… Mon dieu… Jesfknjdgj *ici, coupure du cerveau pendant quelques minutes* sjqkfkf. Hnnng mais je suis fatiguéée mais laissez-moiii… Nooon, me soulève pas pour me mettre sur ton dooos, mais pourquoi tu fais çaa, et comment t'es descendu et… Oh… C'est cool en fait, c'est presque confortable… J'assure ma prise autour de son cou et de son bassin comme le ferait un koala. Je me sens d'humeur animale, ce soir. Wild world. Je ferais un bon koala de compagnie, sisi.

- Pourquoi elle parle de m'assommer, miss Magique ? je baragouine à mi-voix en appuyant ma joue contre la tête de mon chéri, les yeux toujours fermés et à demi endormie. Elle veut se battre ?

Ouais, je suis au taquet là, vous voyez pas ? Je suis trop menaçante, elle a peur de moi en fait. Je suis sûre que c'est ça. De toute manière je m'en fous, Huo la laisserait pas me toucher. C'est bien d'avoir un copain, c'est comme un bodyguard mais en mieux, parce qu'il cède au moindre de tes caprices. Naannn mais pourquoi j'ai chauuudd, et puis soif, et j'en ai maaarre… Bon tant pis pour le koala, je vais dodoter un peu, hein… Le temps passera plus vite…

*Redéconnection du cerveau, et ses membres qui deviennent tous flasques. Huo, t'as intérêt à la tenir !*



HRP : Boooon. Coucou ? :'D Désolée j'ai un peu de retard, je voulais vraiment m'en excuser parce que bon, un mois, c'est long... J'ai eu un peu de mal avec Aoi ces derniers temps, vraiment désolée d'avoir fait traîner ça pour un post aussi inutile et nul... T^T
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Sam 29 Aoû 2015 - 18:57
avatar
Masculin

Messages : 925
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je grimace. Ouais je sais qu'à ma place tu serais déjà en bas, pas la peine de le préciser c'est déjà assez chiant. Je soupire lourdement et observe Aoi. Elle a l'air de s'être endormie. Bon au moins ce sera plus facile de la ramener si elle dort. Déjà ça évitera qu'elle retourne se balader, ensuite c'est plus simple de porter quelqu'un qui dort. Même si c'est plus lourd.

Je remercie Ipiu d'un grognement approbatif. Sympa de sa part de pas me laisser tout seul avec elle. Si elle a encore une lubie bizarre c'est mieux que je sois pas tout seul. Je la prend sur mon dos avec précaution, mes mains croisées sous ses fesses et la tête sur mon épaule. Je vais dire, heureusement qu'elle est assez légère pour sa taille et heureusement que je suis assez costaud pour la mienne.

-T'en fais pas je peux la porter jusque chez elle. J'ai vu plus lourd.

Quoi que... Un corps adulte c'est pas ce qu'il y a de plus pratique à transporter. Même si là c'est assez confortable. Je la sens qui se réveille un peu et s'accroche à moi comme un bébé koala à sa branche. Elle a l'air plus à moitié dans les vapes qu'autre chose vu ce qu'elle raconte. Je rigole doucement.

-Rendors toi Aoi. Je te ramène chez toi.

Elle baragouine encore un peu avant de s'endormir. Ses jambes et ses bras se relâche et elle se met à peser de tout son poids sur mon dos sans rien pour la retenir. Je lâche un soupire et la fait remonter un peu d'un coup d'épaule pour la caler. C'est qu'elle pèse mine de rien.

-Merci de m'avoir prévenu. J'imagine pas ce qui lui serais arrivé si t'avais pas été là.

Je frémis un peu à l'idée. Je crois que j'aurais pas supporté qu'il lui arrive un truc. Et quelque chose de cet ordre encore moins. Je vais définitivement castrer ce mec dès que j'aurais un peu de temps à lui accorder. Je la sens glisser un peu sur le côté et redonne un coup d'épaule pour la remettre plus ou moins droite.

J'imagine même pas ce que ça va être quand elle va se réveiller. Y a des chances qu'elle se rappelle rien et si c'est le cas je suis pas sur de vouloir lui en parler. Enfin bon. C'était une sacrée soirée. On sort enfin de la forêt pour arriver au village et je soupire de soulagement.

-Désolé qu'elle ait perturbé ta soirée. Je pense que je vais me débrouiller à partir de là. Enfin si tu veux vérifier que je la couche bien dans son lit, je fais avec un petit rire.

Pas mon style de toute façon. Je vais surement pas la foutre en pyjama. Si elle se rend compte que je l'ai déshabillé alors qu'elle dormait elle va m'en vouloir beaucoup. Déjà que c'est limite pour elle que je la mate un peu quand on dort ensemble. Hm, ne pense pas à ça Huo. Voilà, gentil, à la niche les pulsions. Tain j'en ai marre d'être frustré. Qu'est-ce que je fais pas pour elle...
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

 

Hé ho, hé ho ! T'es monté sur l'chapiteau accroché au cordage, t'as failli t'aplatir comme un blaireau ♫ [Aoi-chou !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Restaurant.
Aller à la page : 1, 2  Suivant