Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Quand les grands esprits se rencontrent (PV Joyce)
#   Mar 12 Mai 2015 - 21:46

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

"Il fallait bien que ces six ans sortent d'une manière ou d'une autre."

Il avait raison, et je le savais. Alors pourquoi je refusais de l'admettre? Pourquoi je voulais pas croire que Liam me faisait du bien, malgré les larmes? Peut-être parce que je ne voulais pas m'attacher, quoi que j'en fasse ou dise. J'étais toujours la même, je n'avais pas changé.
J'avais mentis à Liam. L'hôpital. J'avais mentis. Pour le protéger ou pour me protéger? De quoi avais-je eu donc peur? De le perdre? Je savais que ça arriverait non? Quand on aime, on prend le risque de perdre.
Quand j'étais sorti de l'hôpital, on m'avait annoncé que ma maladie n'avait pas évolué. Elle était bénigne. D'habitude, cela me désespérait, car cela m'éloignait des retrouvailles avec ma famille. Mais là... Cela me fît plaisir. Sans que je sache vraiment pourquoi.
Je n'en avais pas parlé. Ma maladie était mon secret non? Sauf qu'un jour ça se saurait. Et ce jour-là, je savais que mes proches m'en voudraient. J'étais loin de savoir que ce jour arriverait rapidement. Trop rapidement.

"Bien sûr que si t'as le droit au bonheur!"


Les ampoules au plafond ont explosés sous la véhémence du jeune homme, et j'en ai sursauté, étonnée. Il avait l'air exaspéré. J'ai halluciné. Pourquoi réagissait-il aussi violemment? Il me fît signe de me taire si c'était pour raconter des bêtises. Mais je n'avais pas dis que je n'avais pas le droit au bonheur. Seulement, je n'y croyais pas. Le bonheur éternel, l'amour et les pâquerettes, très peu pour moi, merci.
Ys m'écouta durant mon explication et il eut un air tellement sérieux que j'aurais pu en rire. Mais non. Puis, il eut un sourire béat.

"Ouais, un truc sur l’honnêteté, c'est ça?!...Non mais sans rire, vous pouvez pas vous contenter d'une poignée de main et voilà! "

Non, ça aurait été trop simple. Il lui devait au moins ça. Qu'importait qui était cette personne, il lui devait au moins une explication.
Quand je posai ma question son regard se posa sur moi avant qu'il ne se lève brusquement. Je savais que j'avais raison. Je ne m'attendais néanmoins pas à sa réflexion.

"Je vois pas ce qui te fais dire ça."

- C'est juste que quand vous parlez l'un de l'autre, on voit que vous vous appréciez. Or, ça fait pas mal de temps que c'est silence radio des deux côtés.

J'avais un ton froid. Parce que nous étions similaires, je savais qu'il ne répondrait pas à ma question. Parce que nous étions similaires, je savais qu'il aurait probablement réagit comme moi.
Ys dribbla, s'éloignant de moi, et j'en ressentit un petit pincement au cœur. Il fallait croire que la séquence "amis" était terminée. Sauf que sa phrase suivante réussit à m'atteindre plus que je ne l'aurais voulu. Probablement parce que je m'inquiétais juste pour lui.

"Tu devais pas t'entraîner toi? Au chant?"


Je me suis relevée assez brusquement et mes yeux ont viré foncés.

- Tu te fous de moi pas vrai? Je te rappelle au cas où que ça fait des jours que l'on tente de te joindre avec le groupe! Je t'ai inondé de message et je t'ai appelé des dizaine de fois! Tu nous as toujours servi une excuse merdique pour pas venir! Alors avant de venir me faire la morale parce que non, je ne bosse pas mon chant dans l'immédiat, apprend au moins a appliquer tes propres conseils!


J'ai repris mon souffle, passablement énervée. Pourquoi j'étais en colère contre lui au fait? J'étais inquiète. C'était pas dans les habitudes de Ys de nous faire faux-bond. Or là, ça faisait longtemps que le groupe ne l'avait pas vu. Il prétextait toutes sortes de choses pour ne pas venir, mais je n'étais pas dupe. Il allait mal. Et j'étais reçu comme ça?

- On est pas tous contre toi Ys! Putain mais merde j'essaye juste de t'aider! Alors OK, c'est peut-être pas la bonne manière mais je fais des efforts! Bon sang, ça fait des jours que je m'inquiète pour toi, que je me demande ce qui se passe et dés que je tente de t'aider, je me fais recaler! Merde quoi, je pense pas l'avoir mériter! Ys bordel, quand c'est que tu comprendras que des gens tiennent à toi? Quand c'est que tu verras que Mitsuki et moi en faisons partis?

OK. J'avais abusé. Carrément. Mais j'avais tout dit. J'avais enfin osé avoué que oui, je tenais à lui. J'avais osé avoué que oui, je m'étais inquiétée.
Mais j'avais tout intérêt à commencer à courir  si je voulais pas mourir dans d'atroces souffrances non? Hum.... Aux secours?

HRP:
 



Merci Ys pour le kit!
Paws up!


Dernière édition par Joyce Noran le Jeu 14 Mai 2015 - 12:33, édité 1 fois
#   Mar 12 Mai 2015 - 23:29

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

HRP> T'as très bien fait! Parole de pépé! ;)

"Parce que ça aussi c'est de ma faute...."

Dans un murmure soufflé, Ys savait très bien pourquoi c'était silence radio comme le disait si bien Joyce. Il merdait dans tous les niveaux ces derniers temps et ce n'était pas finis. Il aurait du rester solitaire, au moins il n'aurait jamais autant gâché. Et puis devoir démêler ces sentiments, avec toutes ces personnes qu'il considérait comme amis, c'était peut être de trop pour lui. En revanche ce qu'il en vint, il ne s'y attendait pas.

Quoiqu'il aurait pu se douter, avec son attitude, et celui de son amie, que ce calme ne durerait pas. Tout en jouant sa balle, il entendit les paroles de la jeune femme. Son cris lui parvint jusqu'à ses oreilles. Oui il évitait les questions, pas n'importe lesquelles. S'ouvrir a été la chose la plus difficile. Même lever son poing sur son géniteur était un jeun d'enfant. Fesant face à cette petite silhouette, Ys vit cette dernière se vidait. Sa colère, il pouvait l'entendre. Et lorsqu'elle garda l'espace d'un instant, Ys tenta d'en placer quelques paroles pour sa défense.


"Mais je te l'ai dis. Je ne contrôle pas mes pouvoirs c'est pour ça que je suis resté enfermé..."

Il avait dit avec tout le calme qu'il avait tenté de garder. Car se faire crier de la sorte, comme un enfant, il ne le supportait pas. Mais il pouvait comprendre sa réaction. Elle avait été patiente jusqu'à maintenant. Il n'était même pas sûr que Joyce l'ait entendu, car cette dernière reprit de plus belle. Seulement cette fois, ce n'était pas pour dire "où t'étais", "qu'est ce que t'as foutus"?! Non cette fois, ces paroles avaient pris un tout autre sens. Joyce avait tout avoué, elle s'était livré comme elle ne l'aurait jamais fait en temps normal. Etait ce pour faire réagir le jeune homme? Il savait bien qu'il avait des amis mais au point de se déchirer pour lui hurler, c'était bien qu'il avait que quelque chose ne fonctionnait pas. Et c'était de sa faute. "Quand cesseras tu de rester tapis dans le noir?"
Il savait bien combien cela avait coûté à la chanteuse pour s'ouvrir ainsi. Et devant tant d'aveux, laissant tomber le masque, se libérant de sa prison d'or, ce qui devait se produire arriva. Pourtant il avait tout fait pour rester sage mais ses yeux laissérent transparaître des pupilles dorées. Jusqu'à que des murs électrifies de quatre mètres de haut traversérent la salle, dévastant tout sur leur passage. Fort heureusement pour Joyce, il ne s'agissait là que de deux murs passant chacun de côté, sans la toucher. Elle avait été le centre de ce déclenchement. Cette dévastation, détruisant le plancher du gymnase ne laissant que des brûlures, s’effondra doucement lorsqu'elle arriva en bout de pièce.


"Je te recale? Pourquoi? Tu le sais aussi, parce que tu le fais tout autant que moi."

Retrouvant une lueur normale, Ys s'avanca doucement vers son amie, retrouvant une respiration lente. Il aurait culpabilisé s'il était arrivé quelque chose à cette dernière. Mais il put retrouver un semblant de calme. Sans la quitter du regard, il décida de s'expliquer pour ne plus jamais blesser ces personnes qui avaient bien plus de valeur que sa propre vie.

"Alors pardon si je n'étais pas là. Pardon de t'avoir abandonné. Mais là tu vois, je viens de réaliser que je pouvais tuer l'homme que je hais le plus dans ce monde. Quand à Mitsuki, je merde. Encore une fois, je vais devoir m'excuser, et je vais devoir prendre des talents d'acteur!"

De son regard de braise, toujours plongé dans ses prunelles, Ys continua d'avancer vers elle, Joyce, celle qui avait prit le courage de se faire électrocuter pour libérer son ami. Même s'il la regarder fermement, il ne la haïssait pas. Au passage, avant d'atteindre sa hauteur, il prit le ballon qu'il lui tendit une fois devant elle. Et calmement, avec cette lueur dorée jamais loin dans ses yeux, il reprit:

"Maintenant on se sera quitte!"

Lui forçant à prendre le ballon, c'était en quelque sorte la fin du jeu et elle devait le finir, étant donné qu'elle l'avait lancé. Maintenant, ils devaient tous les deux baissés les armes. Puisqu'elle l'aidait, peut être maladroitement, il était tant qu'elle se libére aussi. Parce que "le bonheur et toutes ces conneries", elle devait y croire si elle voulait avancer.





Spoiler:
 
#   Mer 13 Mai 2015 - 0:21

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

"Parce que ça aussi c'est de ma faute...."

Arrête. Arrête Ys. S'il te plaît... Dis pas ça. Dans une dispute, dans un éloignement, les deux partis sont dans le tord. Tu le savais hein? Pitié dis moi que tu le savais.
Je n'entendis pas ce que tu me dis ensuite, aveuglée que j'étais par mon inquiétude et ma colère. Je n'aimais pas de voir dans un tel état. Passif. Tu pouvais pas me faire ça Ys. Si même toi tu t'effondrai, explique moi pourquoi moi je devais rester debout?
Alors tu m'as fait peur. Tes yeux sont devenus dorés et les murs sont tremblés sous l'électricité ambiante. Arrête. Pitié Ys, calme toi. Tout sur ton passage fût détruit et un frisson me parcourus quand je compris que celle qui avait déclenché ça, c'était moi? Néanmoins, j'affrontai ton regard, à la fois désolée et énervée. Tu pouvais pas te laisser submerger comme ça. Tu pouvais pas. Tu ne devais pas.

"Je te recale? Pourquoi? Tu le sais aussi, parce que tu le fais tout autant que moi."

Si tu ne pensais pas à mal, la remarque resta blessante. Il est vrai que j'avais du mal à m'exprimer, surtout sur mes sentiments. Mais putain, étais-tu obligé de me le rappeler? Je l'avais fait, c'est vrai. Dans un excès de rage. J'avais tout déballé, tout dit. Ton regard retrouva son feu habituelle et enfin, j’obtenais des explications.

"Alors pardon si je n'étais pas là. Pardon de t'avoir abandonné. Mais là tu vois, je viens de réaliser que je pouvais tuer l'homme que je hais le plus dans ce monde. Quand à Mitsuki, je merde. Encore une fois, je vais devoir m'excuser, et je vais devoir prendre des talents d'acteur!"

Je restais sur le cul. Mais complètement. Entre ses révélations et ses prouesses d'étoile, j'en pouvais plus moi. Feu oui, mais pas inébranlable non plus. Il avançait toujours vers moi, mais je ne lus aucune haine dans son regard. Je n'y lus que peu de chose en vérité.

- Avais-tu vraiment besoin d'attendre de craquer pour avouer tout ça? C'est toi qui m'a dit que tout devait finir par sortir de quelques manières que se soit Ys. Ne fait pas celui qui ne peut pas être blessé. Toi aussi t'es humain, et t'as le droit de flancher. C'est pas une honte, c'est normal. N'attends pas d'être à bout pour parler ou tu finiras par te tuer à la tâche.


Sans un mot de plus, je pris le ballon qu'il me tendait. Je savais ce qu'il voulait que j'en fasse. Nous avions commencé un jeu. Un jeu pour apprendre à se connaitre, et un autre pour apprendre à se répondre. Le premier datait d'aujourd'hui, l'autre de notre rencontre. Sauf qu'il était temps que je baisse les armes, comme il l'avait fait précédemment avec moi. Il était temps que l'on arrête de jouer, que l'on déclare forfait.

"Maintenant on se sera quitte!"

Je réfléchis. Le poids était lourd à porter. Les choses difficiles à avaler. Encore plus à déballer. Ys me faisait grandir. A sa manière un peu brusque certes. Mais il m'aidait à me construire, et je l'aidai comme je le pouvais à avancer. J'ai lancé le ballon dans le panier, le laissant finir sa course dans le gymnase, et j'ai baissé la tête, le regard voilé.

- Tu as l'air de penser que bien des choses sont ta faute Ys. Mais crois-moi, tu n'es pas le seul à avoir autant de culpabilité dans le cœur. Depuis que je suis gamine, dés que je touche au bonheur, il me file entre les doigts. La dernière fois, il m'a brisé d'une manière que peu connaissent. J'ai tout perdu et ce pour toujours. Alors il est vrai que quand on me parle de bonheur, j'ai du mal à l'entendre. Moi, le bonheur m'a toujours fait mal. Alors pourquoi voudrais-je le connaître? Je porte la poisse. Tous ceux qui m'approchent sont voués à souffrir un jour ou l'autre. Alors il est vrai que j'ai tendance à me renfermer, et à ne pas chercher à me faire des amis. Sauf qu'avec Liam, Mitsuki, Kyle... Toi... Ça m'est tombé dessus. J'ai rien compris. Sauf que j'ai des choix à faire qui seront probablement les plus difficiles de ma vie. Et je ne suis pas prête à les faire. Je suis terrifiée à l'idée de tout perdre, comme avant. Terrifiée à l'idée de vous perdre vous, et ce que j'ai appris à aimer de ma vie.


Je ne pouvais pas lui dire la vérité. Du moins ne pouvais-je pas lui dire à quel point j'avais peur. Peur de la maladie, peur de la vie. puer de les perdre, peur de le perdre. Peur de tout voir voler en éclat et peur de ce qui pourrait arriver par la suite.
Je ne pouvais pas lui dire que j'étais malade. Ni même que j'étais orpheline. Les mots étaient trop douloureux. Mais je voulais vider mon sac.
Je me sentis bien après. Libérée. Délivrée d'un fardeaux lourd de bien des années. J'avais dis à Liam que j'avais peur. Je lui avais dit que je portais la poisse. Mais je ne m'étais pas dévoilée ainsi. Je n'avais pas tout dis. Je ne voulais pas tout dire. Or, Ys m'avait dit lui. Je la lui devais.

- Je suis juste terrifiée. Mais ça ne m'empêche pas d'avancer.

J'ai relever la tête et je lui ai servi un bien triste sourire. Faux, triste et pitoyable.
Si l'on m'avait dit le matin que j'allais vivre ça, je ne l'aurais pas cru. Parce que c'était imprévisible, improbable. J'avais appris à connaitre Ys plus que je ne le connaitrais peut-être jamais. Et malgré tout j'avais aimé ce moment, quoiqu'il fut un peu brusque.

- Alors oui je suis chiante, oui je gueule et oui je fais chier mon monde. Mais au final, quand tu me nommes "petite sœur" j'ai juste le cœur qui se sert en pensant que je pourrais perdre ça ou pire, me renfermer pour ne pas le connaître. Alors oui Ys, le bonheur et toutes ses conneries, c'est pas pour moi. On me l'a suffisamment prouvé pour que je puisse l'affirmer.

Je ne sais pas ce que j'avais à cette époque. Je devenais plus froide et d'un coups, je me révélais et j'ouvrai mon cœur.

- Je suis désolée si j'ai pu te recaler. Mais je veux juste éviter qu'à la fin, vous souffriez.

Et ce désolé là , je le pensais sincèrement. Parce que la vrai vie, c'était pas un conte de fée. On finissait pas heureux avec plein d'enfant. On finissait parfois seul, parfois pauvre ou malheureux. On finissait, là était la seule certitude.
Je venais pour la première fois de me confier réellement. A toi, qui m'exaspérais au plus au point. A toi que j'aimais et que je haïssais à la fois.  
Une chose que je voulais que tu saches Ys, sans que jamais je n'en ai émis la moindre supposition: Tu disais m'avoir abandonné un temps. Mais au final, finalement, ne venions nous pas tout juste, de nous connaître?

Je voulus m'enfoncer six pieds sous terre dés que j'eus prononcé mes mots. Pourquoi m'être ouverte autant au fait? Je savais que je pouvais te faire confiance, mais je me sentais conne. Niaise. C'était pas dans mes habitudes, et ça ne me plaisait pas.
Si tu te foutais de ma gueule, je ne crois pas que je pourrais m'en relever.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mer 13 Mai 2015 - 10:42

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ce qu'il venait de se produire, jamais le jeune homme n'aurait pensé que ce serait Joyce, cette gamine, qui le forcerait à s'ouvrir de la sorte. Tant qu'il en perdit même le contrôle de ses pouvoirs. Non parce qu'il s'agissait de haine ou de tristesse mais juste d'une forme de liberté. Pour une fois dans sa vie, on lui autorisa de se libérer. Et combien cela lui fesait le plus grand bien, qu'à la fois, il fut assez honteux. Après tout, ce n'était pas si grave quand on y réfléchit bien. Et puis, à chacun son tour, la demoiselle prit le ballon. C'était à elle de finir cette partie.

C'était douloureux et aussi cela demander énormément de courage que de devoir parler. Surtout que jusqu'à maintenant, il n'avait jamais osé parler. Bien évidemment, sa plus grande douleur, la raison même de ce qu'il était devenu, il ne le partagea pas. Ce n'était après tout pas la cause de son éloignement des derniers temps. Joyce n'avait pas tord dans ses propos mais à qui parler quand , pendant temps d'années, on a toujours été seul?!

Seulement le bruit des rebondissements du ballon résonnaient, qui finirent par mourir à leurs tours. Joyce n'affrontait pas son ami dans les yeux. Mais d'une petite voix, elle s'élança à son tour, prenant sur elle. Avec toute la force qui résidait dans ce petit corps, elle mesura ses mots. Elle ne donnait pas la raison exacte de son mal être mais mesurait la grandeur de cette dernière. Comme une malédiction, tout expliquait pourquoi elle avait été une solitaire. La peur de la perte la dévorait. A cet aveu, Ys eut un léger sourire en coin avant de baisser son regard. Il pouvait comprendre. Peur de perdre ceux que nous chérissons, lui même, c'était interdit de s'approcher des autres. Alors oui, il savait combien elle était terrifiée. Lorsque leurs regards se croisèrent, Joyce se révéla nouvelle. Son coeur tout ouvert, sa petite soeur se livrait enfin. Ses paroles le touchèrent. Ainsi, bien qu'il s'en doutait, il comptait pour elle tout comme elle l'était pour lui.

Malgré son sourire triste, Ys s'avança vers son amie un peu plus près. Lui affichant un sourire honnête, il posa sa main sur sa tête, collant cette dernière contre sa joue. Il prit même un instant de fermer les yeux. Il n'y avait pas à dire, ils se ressemblaient de plus en plus, à force qu'ils s’apprenaient à se connaitre. Cela ressemblait à une étreinte, mais comme chien et chat, c'est assez pour signe d'affection. C'était leur manière de se tenir l'un à l'autre
.

"Et c'est toi qui souffre en silence. Je sais que tu as mal. Que tu retiens tout sentiment. Je le sais, parce que je l'ai été tout comme toi pendant longtemps. Et j'apprend tout juste à accepter de ne plus avoir peur. Joyce? Et si on apprenait tous les deux?"

Se redressant pour regarder son amie dans les yeux, cette fois il ne serait pas son tuteur , il ne s'agissait plus de musique. Juste cette fois, il seraient égaux. Parfois ne plus être seul pour avancer, cela donnait de la confiance et beaucoup d'assurance. Alors main dans la main, ils pourraient s'entraider.

"Et en ce qui concerne tes choix, tu n'es plus obligée de les prendre toute seule. Qu'ils soient difficiles à prendre, tournes toi vers qui tu le voudras, mais ne le fais plus jamais seule. Et je me maintiens, tu n'es pas maudite."

Joyce ne devait pas s'enfoncer parce que la vie lui avait montré que tout ce qu'elle aimait devait disparaître. Elle ne devait plus jamais penser qu'elle en était réduite à ça. La vie nous teste chaque jour, elle nous défie, nous met à genoux, pour nous forcer à devenir plus fort, à se relever. Son amie était bien trop jeune pour rester seule. La solitude, c'est une vieille amie que l'on retrouvera quand nous serons vieux avec nos souvenirs et aucun regret. S'éloignant de Joyce, depuis leur rencontre dans ce sous sol, Ys voyait dans ses yeux une jeune femme qui grandissait mais qui était terrifiée. Alors avec plus de vivacité, il lança:

"Y aurait un endroit où tu aimerais aller?"

Il ne fallait pas rester ici, désormais, ça serait l'endroit où les âmes se seraient libérés. Et grâce à son amie, le garçon allait pouvoir revoir la lumière du jour. Bien sûr il restera sur ses gardes, évitant de s'emporter car chassez le naturel et il revint au galop. Et puis avec sa petite soeur, les chamailles n'étaient jamais bien loin.





Spoiler:
 
#   Mer 13 Mai 2015 - 15:06

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Il s'est doucement approché de moi, et un instant, j'eus peur que ses mots me fassent mal. Mais au final, à force de mentir, n'avais-je pas mériter de souffrir? Je lui mentais à lui aussi, cachant bien des détails à sa vue. Je ne voulais pas qu'il sache, et je voulais qu'il ne sache jamais la honte qu'en moi je portais.

J'avais bien vu son air au tonnerre. Il avait honte de s'être ainsi ouvert et voila que j'agissais de même, à la fois honteuse et soulagée d'avoir un instant pu me confier.
Un jour, je me souviens avoir pensé que si j'avais le besoin de pleurer, se n'était pas vers Ys que je pourrais me tourner. J'avais tord. Ys me comprenait mieux que beaucoup de personne, car lui et moi étions les mêmes.

Je savais sans qu'il n'en dise rien qu'il n'avait jamais eut la possibilité de se confier sincèrement et pleinement à quelqu'un. J'étais pareille. Moi aussi je gardais tout enfouis. Dans un premier temps parce que je ne voulais pas faire souffrir maman ou Vince. Dans un deuxième car je me suis retrouvée seule. J'ai aimé ma famille plus que bien des gens. La fierté d'un père, l'amour d'une mère, le respect d'un frère... Tout ça je l'avais connu. Perdu.

Enfin, sa main se posa sur ma tête et j'affrontai son regard de braise. Il avait les yeux plein de compréhension. Je reconnaissais le Ys que j'avais connus et à la fois, j'en découvrais un autre. Le premier était combatif et protecteur. Le second était brisé et en quête d'une vie meilleure. Je les aimé les deux, et je me reconnaissais en chacune de ses deux facettes.  

"Et c'est toi qui souffre en silence. Je sais que tu as mal. Que tu retiens tout sentiment. Je le sais, parce que je l'ai été tout comme toi pendant longtemps. Et j'apprends tout juste à accepter de ne plus avoir peur. Joyce? Et si on apprenait tous les deux?"

A croire qu'il savait quoi dire. Parce que ça, je m'en doutais déjà. Parce que ça, j'en avais déjà l'intime conviction. Je hochai simplement la tête, sans ajouter plus de mots que cela, car se n'était pas vraiment nécessaire. Plus les choses avançaient, plus je me rendais compte à quel point Ys pouvait être mon double. A quelques années d'écart, nous étions les mêmes.

"Et en ce qui concerne tes choix, tu n'es plus obligée de les prendre toute seule. Qu'ils soient difficiles à prendre, tournes toi vers qui tu le voudras, mais ne le fais plus jamais seule. Et je me maintiens, tu n'es pas maudite."


J'ai eu un petit sourire à la fois désolée et reconnaissant. Il avait trouvé les mots finalement. M'avait prouvé que par delà nos chamailleries de gamin, nous étions réellement là l'un pour l'autre. Nous étions à la fois chien et chat et amis. Nous étions comme frère et sœur, parfois taquin, chiant et pénibles, parfois présent, à l'écoute et plein de conseil. Il n'y avait pas de pitié entre nous. Il y avait une sorte de compassion mêlée à une compréhension muette mais pleine.
Plus tôt ce jour-là, il avait affirmé que Liam me rendait heureuse et que j'en avais besoin. Il n'avait pas tord sur le principe, sauf qu'il oubliait que lui aussi, me rendait heureuse. Parce que lui et ses conneries, j'étais fière de les avoir dans ma vie.
Alors qu'il semblait avoir comprit je ne sais quoi, il lança plus vif:

"Y aurait un endroit où tu aimerais aller?"


J'ai compris sans qu'il le dise qu'il était temps pour nous de quitter le gymnase, où nous avions, pour une fois dans nos vies, réussis à nous ouvrir, qu'importe les risques. Se ne serait pas la dernière fois, c'était certains, mais se serait aussi rare qu'appréciable et douloureux à la fois.
Il s'écarta de moi, comme réinstaurer la distance qu'il y avait toujours eu entre nous. Nous étions deux solitaires oui. Mais deux solitaires unis par une sorte d'amitié fraternelle.

- Je ne sais pas. Ça te tente de revoir le soleil? Il serait peut-être temps que tu sortes. La couleur vampire, c'est pas ce qui te va le mieux.

Je lui ai fais mon plus beau sourire, à la fois malicieux et plein de bonheur. Les chamailleries n'étaient jamais bien loin avec nous deux. Nous étions l'un l'autre les mêmes, et nous savions se rendre coups pour coups.
Pour une fois, je compris que nous étions à égalité. Nous étions les mêmes. Et chacun à notre manière on aiderait l'autre. Alors quand on sortit du gymnase, j'ai affiché un sourire doux. Parce que je compris que le bâtiment que je venais de quitter était le lieu où j'avais connu ma première possibilité de liberté, je savais que je pourrais maintenant avancer. Je n'étais plus seule. Et ça, c'était incroyable.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mer 13 Mai 2015 - 16:09

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Il leur aura fallu du temps pour qu'ils comprennent. Mais l'essentiel, ils savaient désormais qu'ils étaient là pour l'autre, qu'ils étaient aussi complémentaires. Et pour rien au monde, Ys n'avait regretter de s'être planqué dans les sous sol de Terrae, il y avait trouvé un trésor.

La conscience soulagée, un peu plus en paix, les jeunes gens n'eurent besoin d'en dire plus. Et doucement, ils reprirent leurs vieilles habitudes. Et gentiment, sans non plus pousser au danger, Joyce lança une petite moquerie. Ce qui fit sourire le jeune homme instantanément. En vérité, il se mettrait rarement en colère dorénavant depuis que les révélations ont éclatés. Seulement si elle baissait les bras, alors, comme tout grand frère qui se respecte, il serait toujours là pour lui mettre un coup de pied aux fesses.


"Même pâle je reste plus beaux que toi!"

Lui tirant la langue, Ys passa devant elle, ouvrant un nouveau chemin. Oui, ça fesait du bien de pouvoir ressentir de nouveau les caresses du soleil sur sa peau. Et que demander de plus qu'en sa compagnie? Il ne lui dirait pas mais "Merci".

"Au fait, j'ai trouvé le temps, forcement, d'écrire quelque chose pour le texte et euh... tiens, je pense que tu y arriveras sans soucis.."

Puisque Joyce était la chanteuse principale des Paws up, la plupart des textes lui revenaient. Ce pourquoi il lui tendit immédiatement une feuille pliait en quatre. Le plus souvent, quand il se plongeait la tête dedans, il écrivait de manière à ce que son amie puisse le transmettre au public avec toute la vitalité qu'elle avait dans sa voix. Parce qu'il avait toujours fait de la sorte qu'elle s'élève encore et encore. Malheureusement ces derniers temps, Ys avait beaucoup manqué des entraînements, lui et son groupe.

"J'aimerai qu'on trouve un endroit tranquille, que tu puisse pousser ta voix. Tu dégage pas assez."

Il était plus que convaincu que son amie avait à en revendre. Et comment mieux tester un chanteur sans son micro? S'approchant tous deux d'un arbre, même s'il lui fesait confiance, le garçon s'empressa de lui rappeler:

"Dis... tu gardes ça pour toi hein? ... Sinon je serai obligé de te zigouiller!"

Tout en la taquinant comme à son habitude, parce que c'était ça aussi la base de leur relation. Il fesait allusion à ce qu'il venait de se produire dans le gymnase. Bien sûr, il savait que Joyce n'était pas une mauvaise personne mais n'oublions pas qu'elle avait discuter avec Mitsuki laissant échapper une information compromettante. Chipie!





Spoiler:
 
#   Jeu 14 Mai 2015 - 0:35

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

"Même pâle je reste plus beaux que toi!"

Il avait eu le sourire, et c'est tout ce que je demandai finalement. Ys méritait de sourire, d'être heureux. Ça se voyait qu'il y avait un passé difficile sous ses airs faussement supérieurs Ys était si peu différent de moi, c'en était presque risible. Alors forcément, j'avais compris qu'il n'avait pas eu la vie facile. Alors oui, j'admets que je voulais l'aider, qu'il le veuille ou non, à avancer. A profiter. A s'ouvrir. A vivre.
Je lui ai tiré la langue.

- Nan c'est pas possible d'être plus moche que toi. Moi je suis une colombe et toi, t'es un cafard. Na!


C'était enfantin, ça n'avait pas de maturité, c'était idiot et parfaitement inutile, mais ça faisait du bien de le retrouver. Comme si, en sortant de ce gymnase, nous avions retrouvé l'un l'autre ce qui nous avait fait défaut à l’intérieur: Notre relation entre chien et chat. Nous avions presque oublié que nous nous étions confié l'un l'autre. Nous ne voulions plus y penser, même si c'était difficile de ne pas s'en soucier.

"Au fait, j'ai trouvé le temps, forcement, d'écrire quelque chose pour le texte et euh... tiens, je pense que tu y arriveras sans soucis.."


Il me tendit une feuille pliée en quatre, que j'ouvris. J'y reconnu son écriture (tous les mecs écrivent mal ma parole!) et je déchiffrai les paroles et les notes. Le texte était bon et je n'étais pas vraiment surprise de m'y retrouver dedans. C'était Ys après tout, il m'était proche. Nous étions semblables.
Je repensai immédiatement à ma chanson, et je me demandai si un jour, j'arriverai à la jouer pour pourquoi pas, la proposer au groupe. Après tout, pourquoi pas? Elle était bonne je le savais. Surement la meilleure que j'ai écrite. Pas trop triste, un air mélancolique mais entraînant, plus une demande et une supplication plutôt que les larmes et la peine.

"J'aimerai qu'on trouve un endroit tranquille, que tu puisse pousser ta voix. Tu dégage pas assez."


Savait-il que je n'avais pas chanté depuis bien des années? Je m'étais réfugiée dans la guitare, pas dans le chant. J'ai pourtant approuvé, cela ne pourrait pas me faire de mal. Mais j'admets que j'ai pensé un instant que s'il m'emmerdait de trop, je le brûlais vif.
On s'est posé à l'ombre, sous un arbre pour plus de tranquillité. A cette heure-ci, l'endroit était calme et désert.

"Dis... tu gardes ça pour toi hein? ... Sinon je serai obligé de te zigouiller!"


Je me suis tournée vers lui. N'aurait-il donc pas confiance en moi? Compréhensible même si vexant. Pourtant je n'ai rien dis. Ys était impulsif. Il était un solitaire. Je le savais, j'étais pareille. Alors forcément, il était méfiant.

- Tant que tu garderas mes secrets pour toi, je garderais les tiens Ys. Ta confiance me touche feu-follet!

Oh fond, je savais que peu importe ce qu'il se passerait, je ne dirais rien. Ce n'était pas à moi de révéler à quiconque ses emmerdes ou ses douleurs. C'était à lui et à lui, à la personne qu'il voudrait.
Je l'avais taquiné pour la confiance bien sur, car une chose était sur, s'il m'en avait parlé, c'est qu'il avait confiance. Je le savais. Alors je disais ça, juste pour l'embêter. Pour le retrouver.
Je me concentrai sur la musique. Peu à peu, les notes se formèrent dans mon esprit. OK. Captée. Trois choses:

1. La chanson était rudement bonne.
2. Elle était techniquement parlant difficile.
3. Ys allait m'en faire voir de toutes les couleurs pour que je donne le meilleur.

Supeeeeeer. J'allais galérer. Mais finalement, cela me ferait toujours un peu plus de temps passé en sa compagnie. Mais ça, je ne lui dirais pas. Seulement, le merci était inscrit dans mon regard.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Jeu 14 Mai 2015 - 10:31

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Peu à peu ils retrouvèrent cette relation qu'ils avaient toujours eu. Cet instant leur avait appartenu, ils avaient partagés comme ils ne l'auraient sans doute jamais fait. Et même s'ils n'en disaient rien, tous deux avaient apprécié ce moment.

Leurs pas les avaient dirigé sous un arbre, à l'abri des regards, bien au silence. Cela fesait du bien de pouvoir respirer de nouveau. Et malgré leurs taquineries qui reprirent vie, Ys se sentait serein. Joyce n'hésita pas à faire allusion à une histoire de confiance. D'un sourire malicieux, le jeune homme la fixa tandis qu'elle promettra de tenir sa langue s'il en fesait tout autant. Ce n'était pas dans son genre de vendre la mèche, et il savait bien que son amie aussi.


"J'ai jamais dis que je n'avais pas confiance... t'es juste une chipie qui cause trop parfois!"

Quoi? C'est la vérité! Mais il ne pouvait pas lui en vouloir. Il n'y pouvait rien si elle était fan de lui... oui bon ça on va éviter de lui dire, sinon elle va péter les plombs!
Une fois que Joyce avait parcourut les notes, elle afficha une mine qui en disait long. En constatant cela, Ys ne put s'empêcher de laisser échapper un rire franc. Si elle pouvait voir sa tête. D'ailleurs ça devait être la première fois qu'il la voyait ainsi, elle qui d'habitude est fière et ne se démonte pas, du moins, pas en public. Voilà qu'elle afficha le challenge qu'elle allait devoir affronté. S'avançant vers elle, Ys lui fit un large sourire démoniaque.


"Quoi? Je te rappelle que t'allais en bavé! Je tiens toujours mes promesses gamine!"

Sans lui laisser le choix, Ys tira sur ses épaules, la forçant à se redresser et à s'ouvrir, posant sa main sur son ventre pour qu'elle le rentre, tout en lui tournant autour, il reprit cette fois avec un ton sérieux.

"Tu laisses sortir, Joyce. Y a personne d'autre, alors fais tout ressortir. Je veux qu'à la fin, tu n'ais plus de voix!"

S'arrêtant devant elle, l'affrontant dans les yeux, le jeune homme prit un court silence avant de reprendre. Il avait un rôle à jouer, il devait s'y tenir, et puis, parce qu'il savait combien Joyce en valait la peine.

"Si le texte te semble compliqué, c'est pas grave. Tu reprend, tu fais à ton rythme, mais tu baisses pas les bras."

D'un hochement de tête pour lui dire que tout était bon pour qu'elle commence, Ys fit trois pas en arrière pour la voir s'exécuter. Vraisemblablement, la jeune fille n'en fit rien, Quoi? Elle panique? Est ce sa présence qui la gênée? Soupirant, Ys tourna le dos pour qu'ils ne se regardent pas. Peut être qu'ainsi elle serait plus détendue et surtout moins observée. Quand il entendit un faible son. Fronçant des sourcils, le guitariste leva sa main, paume face au ciel, lui fesant signe de monter le son de sa voix. Il restait toujours de dos, sans rien dire, et garder cette technique pour ainsi la guider. Et plus elle chantait, plus il montait sa main plus haut.*Allez Joyce, vides toi.*





Spoiler:
 
#   Jeu 14 Mai 2015 - 11:50

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

"J'ai jamais dis que je n'avais pas confiance... t'es juste une chipie qui cause trop parfois!"

- J'y peux rien si j'aime m'attirer tes foudres! Et puis je te rappelle que je suis une fille donc par définition, causer reste mon activité préférée.

C'était faux bien sur.  Parler pour ne rien dire, je trouvais cela bien ennuyant. Les discussions entre fille sur le dernier titre du groupe à la mode ou la dernière paires d'escarpins qu'elles avaient achetés, ça ne me plaisais pas du tout. Je devais pas être normal en faîte. Notez qu'ici en même temps, la normalité c'est de ne pas être normal.

Quand je lus la chanson, je la trouvais vraiment excellente, mais j'avais aussi peur. Je n'avais pas chanté beaucoup depuis la mort de papa, si bien que c'était tout nouveau pour moi, de chanter, surtout avec un groupe. La dernière fois je m'étais retenue par peur de fauter, et Ys l'avait noté. Cette chanson, je le savais, c'était pour que je réussisse à tout donner. A ne rien retenir. Et ça me fît peur. Quand je chante, je sais que l'on me voit tel que je suis réellement: Une fille à qui l'on aurait demandé de grandir trop vite, qui serait brisé. Mais aussi quelqu'un qui refuse de se plier aux règles du jeu, qui ne pense toujours qu'à se relever. Et j'avais peur de ça. Je ne voulais pas que l'on me voit. Parce que se dévoiler, c'est aussi prendre le risque que l'on vous touche.
Ys ria devant ma tête, et j'admets que cela pouvait être comique. Il s'avança vers moi avec un sale sourire et je le flinguai du regard, consciente que cet imbécile se foutait de moi. Je savais bien que c'était pas méchant.

"Quoi? Je te rappelle que t'allais en bavé! Je tiens toujours mes promesses gamine!"

Je lui ai tiré la langue, peu certaine d'arriver à chanter un truc pareil. C'était juste... Vocalement parlant, il fallait un miracle pour je réussisse. Il fallait alternait entre l'aigu et le medium et ça, c'était pas vraiment mon fort. Il fallait savoir pousser, mais aussi savoir ralentir et se poser. Les musiciens aussi allaient galérer. Nous aurions besoin de bien des répét'.
Alors, Ys me força à me mettre droite, puis me tournant autour, il enchaîna.

"Tu laisses sortir, Joyce. Y a personne d'autre, alors fais tout ressortir. Je veux qu'à la fin, tu n'ais plus de voix!"

- Je n'ai pas peur du monde Ys, tu devrais le savoir depuis le temps.

J'avais juste peur de moi-même, ce qui en soit, était plus compliqué à gérer. Je ne sais pas pourquoi Ys m'aidait depuis le début, me forçant toujours à donner le meilleur de moi-même. En vérité, je ne sais pas si je n'en avais pas conscience ou si je ne voulais pas savoir. Je savais qu'il tenait à moi, mais je refusais de voir qu'il avait confiance en moi, qu'il croyait en mes capacités.

"Si le texte te semble compliqué, c'est pas grave. Tu reprend, tu fais à ton rythme, mais tu baisses pas les bras."

J'ai eu un sourire complice. Moi baisser les bras? Bien sur... Et sinon, les poules avaient des dents aussi, c'est ça? Jamais de ma vie je ne baisserai les bras. Ys devait le savoir. Nous étions semblable et lui non plus n'avait pas peur de la difficulté.
Il s'est tourné mais en vérité j'étudiai juste une dernière fois la partition pour vérifier où je pouvais et comment je pouvais placer ma voix pour me donner à fond. C'est ça qu'il voulait non?
Il se tourna donc dos à moi, comme pour me laisser un peu d'intimité, afin que je me concentre sur le seul regard qui importait vraiment: Le mien. Si moi j'étais satisfaite de ma prestation, si je donnais tout ce que j'avais, si je faisais de mon mieux, les autres le verraient je le savais.
Je commençai tout doux, tâtant le terrain pour voir où il me serait plus simple et où j'allais devoir me donner si je voulais que cela rende. Vous voulez rire? J'allais devoir me donner à fond partout.
Ys me fît signe de la main de monter le son et plus je montai en puissance, plus il me demandait de pousser plus. J'ai dû reprendre la chanson du début durant bien des minutes car ma voix foirait chaque fois quand je devais monter en puissance. Ys se montrait néanmoins patient avec moi, ce dont je lui étais reconnaissante. Et puis j'ai repris, et c'est là que j'ai halluciné.
C'est sur le refrain qu'il s'est passé quelque chose de bizarre. Ma voix a changé et devenue plus forte, plus confiante et plus puissante. C'était bien moi qui chantait oui, mais je m'étais ouverte. J'avais réussi. Je gardai les yeux fermés, restant seule avec moi-même, pour ne rien lâcher. Je me lâchais enfin, découvrant que oui, je pouvais le faire et que non, ça ne sonnait pas si mal.
Quand je me suis tus et que j'ai rouvert les yeux, Ys me fixait. J'ai eu un sourire complice et j'ai lancé:

- Si tu me dis que c'était pas encore ça, je te brûle vif feu-follet.

Mais c'était ça. Il m'avait demandé de pousser un peu plus, de dégager et de m'ouvrir? Je l'avais fait. J'avais juste qu'une seule envie: Qu'il soit fier de moi. Il était comme un grand frère, et je voulais juste lui montrait qu'il ne s'était pas trompé en me demandant de faire parti des Paws up.  Alors Ys? Avais-je réussi?



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Jeu 14 Mai 2015 - 21:47

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Oui, c'est vrai, il fallait l'admettre, Joyce n'avait pas peur du monde. Si elle avait quelque chose à dire, elle n'hésitait pas à le faire savoir. Mais ce n'était pas tant le fait qu'un public puisse l'intimidait, non, mais du fait qu'ils seraient seuls pour pouvoir bien travailler. Il n'y avait ici aucun regard qui donnerait son avis avant qu'elle ne soit parfaite, personne excepté Ys. Alors, d'un ton amusé, le jeune homme lança une toute dernière fois:

"Mais c'est parfait ça! On évitera comme les cours théâtrales! Allez bosses maintenant!"

Bon, il pouvait être arrogant parfois et même autoritaire, oui, mais il lui avait dit, il ne serait pas là pour faire semblant. Lui dire que c'était bien alors que non. Il était déterminé à lui faire toucher le ciel. Alors lorsqu'il lui tourna le dos, la guidant de sa main, Joyce chantait. Elle chantait encore et encore. Elle était perspicace la petite, un trait de caractère qu'il connaissait déjà. En revanche, ce qu'il put découvrir était ce sang froid. Pas à un moment, Joyce n'avait râler en jetant la feuille par terre pour la piétiner. Même quand Ys la brusqua pour qu'elle continue à pousser sa voix, elle n'avait râlait à aucun moment. Et vas dire après que Liam n'y est pour rien dans son évolution?!
Mais le plus important, en dehors de sa ténacité, c'était cette voix qui s'élevait dans les airs. Quand enfin elle devint vivante. Ys ouvrit les yeux, foudroyait par cette force. Baissant sa même, il se tourna lentement vers son amie. Elle était concentrée, plongée dans son univers, les paupières closes. Enfin elle le tenait. Et admiratif de cette prouesse, Ys ne pouvait que l'admirer souriant devant cette nouvelle étoile. Il fallait que cette pépite sorte, elle ne demandait que ça. Combien le texte avait été compliqué, mais Joyce avait relevé le défis. L’élément principal du groupe, elle avait fait cette prouesse sans micro, sans effets sonores, juste avec ses tripes.
Cette dernière ouvrit les yeux et croisa le regard de braise. De son sourire complice, elle lui lança de le brûler si il fesait son difficile. Il fallait être aveugle pour ne pas voir qui se trouvait devant lui.


"Non. C'était parfait."

D'un ton très doux, il était fier d'elle. Il était fier de son élève. Il avait toujours crut en elle, il ne s'était jamais trompé. Et dans son sourire, tout était dit. Se rapprochant de son amie, Ys lui prit la feuille des mains qu'il roula en rouleau avant d'y jeter un oeil à l'écriture. Et tout cela en reprenant avec une voix plus nette.

"Bon faudra refaire ça avec le groupe. Le week end prochain, ça ira? De toute manière t'as pas le choix. Ah! Et c'est pas parce que c'est fini pour aujourd'hui, que ça t'empêche pas de continuer seule jusqu'au rendez vous!"

Agaçant hein?! Mais quand il a entendu ce qu'il venait d'entendre, il ne la lâcherait pas comme ça. Et juste assez pour la taquiner, évitant qu'elle ne se rebelle, il reprit cette fois d'un ton rieur, tout en la tapant sur sa tête une fois avec son rouleau.

"Prends pas la grosse tête, gamine!"





Spoiler:
 
#   Jeu 14 Mai 2015 - 23:16

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

"Non. C'était parfait."

Il avait un ton doux, et je savais qu'il avait été fier. Parce qu'il s'était retourné avant que j'ai finis, ce qu'il n'avait pas fait avant.
J'avais réussis le paris qu'il m'avait lancé, sans me plaindre une seule fois. Parce que je voulais réussir. Parce que je m'étais libérée d'un poids, je voulais libérer ma voix.
Ys avait un sourire qui valait bien des mots. On y lisait sa fierté, sa joie et même son affection pour moi.
Il me prit la feuille des mains pour en faire un rouleau. Il reprit d'une voix plus nette, plus pro.

"Bon faudra refaire ça avec le groupe. Le week end prochain, ça ira? De toute manière t'as pas le choix. Ah! Et c'est pas parce que c'est fini pour aujourd'hui, que ça t'empêche pas de continuer seule jusqu'au rendez vous!"


J'ai souris à la seule mention d'un nouveau rassemblement du groupe. J'avais hâte de les retrouver tous les trois, ensembles. Il était chiant quand il se prenait pour un prof. A croire il en était vraiment un.
Mais il avait raison, je devais travailler jusqu'à la répét'.
Il m'a alors frappé avec le rouleau et je me suis rebiffée, m'écartant.

"Prends pas la grosse tête, gamine!"

- Tu m'emmerdes Ys! Mtssss c'est pas possible ces vieux qui se croit tout puissant!


Mais tu me connaissais assez pour savoir que non, je ne la prendrais pas. Et je savais que je pouvais compter sur toi si jamais cela arriver pour me remettre les pieds sur terre. Oui t'étais chiant c'était clair. Mais je devais avouer que c'est ce côté chiant qui m'amusait.
J'ai repris la chanson et j'en ai étudié les paroles.

- Dis moi... D'où te sont venus les paroles?  

Je me reconnaissais trop dans son écriture. Ys avait un passé difficile, c'était clair, mais dans ses compo, on voyait surtout sa rage de vivre et son envie de revanche sur la vie. Du moins je le pensais...? Je me reconnaissais dedans, et ces sentiments m'étaient connus.

- Oh fait, je vais bientôt voir Liam, je me chargerai de lui  dire pour le week-end prochain si tu veux.

Oops. Cramée. Fallait que j'apprenne à fermer ma bouche. Car je devais voir Liam pour ma musique. Et vu le sourire nostalgique que j'avais aux lèvres, Ys ne manquerait pas de comprendre que je voyais Liam pour autre chose que le groupe. Ahah. Ma gueule pitié.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Jeu 14 Mai 2015 - 23:46

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Comme à son habitude, elle râla! Bon allez, on se l'avoue, la faire râler, c'était trop marrant! Oui, il était un peu sadique le Ys. Joyce pouvait être son bouc émissaire, mais il l'était tout autant avec elle. C'était chacun son tour. Et puis il était tellement fier d'elle, qu'il préféra l'attaquer que de lui dire. Par fierté surement, mais elle s'en doutait, elle n'était pas bête, sinon il n'aurait jamais dis que c'était finis.

"En échanges gamine, tu devras t'occuper de ton pépé pour ses vieux jours. Tu verras c'est facile de changer une couche!"

Lui tirant la langue, Ys s'éloigna un peu de son amie, au risque de recevoir un mauvais coup. Oui elle se laisse pas faire la petite! En rien, il n'avait regretter d'être sorti, dans ce gymnase, et de tomber sur elle. A sa manière, certes, elle redonnait de l'énergie et aussi le sourire.

Joyce lui reprit la feuille pour relire la chanson. Quand elle posa une question assez embarrassante. Ys ne s'y attendait pas à celle ci et il fut légèrement gêné. S'allumant une cigarette pour se dissiper derrière celle ci, il tenta de répondre, sans avaler de travers.


"Cette question! ... Tu le sais, gamine!"

Dans un sens, c'était même simple pour son amie de pouvoir la chanter. Elle pouvait y lire sa vie, et même que les autres musiciens du groupe pouvaient s'y retrouver. Même certains enfants de Terrae, toutes victimes du vide. Il n'eut pas besoin d'en dire plus, croisant le regard de son amie, juste un sourire suffisait pour la guider, lui faire comprendre que "oui, tu as trouvé toute seule".

Prenant le pas de la marche en direction de l'établissement, Ys entendit la proposition de son amie, et s'exclama naturellement:


"Ouep! Si tu ve....WHAT?!"

Pardon? Avait il bien entendu? Elle allait voir son Liam?! Ys la fixa soudainement, avec de grands yeux comme si des cœurs s'y dessinaient, digne d'un dessin animé. Et d'une voix mielleuse, juste ce qu'il faut pour agacer son amie un peu plus, il s’exclama:

"ROOOHHH!!! Petite cachottière! Et tu me diras qu'il n'y a rien?! Ma petite Joyce, t'es une petite coquine!!"

Bougeant ses sourcils de bas en haut, avec son air malin, là c'était sûr, il ne la lâcherait pas comme ça. La pauvre en avait trop dit, même elle le reconnaissait, vue son air se décomposé.

"Hé! Si tu veux, je peux arranger le coup!"

Lui fesant un clin d’œil complice, il savait qu'il allait attirer les foudres (ou des flammes!) et qu'il avait intérêt à savoir rebondir. Bien sûr qu'il ne viendrait pas nuire à leur relation, jouant enquiquineur qui ferait pire que mieux, mais pouvoir l'agacer de la sorte, c'était trop facile. Amusé par son amie, Ys lui donna un coup de coude, histoire de ne pas la lâcher comme ça.

"Tu me raconteras?!"

Joyce amoureuse?! Le sketch!! C'était un peu comme si la maman laissait son oiseau quittait le nid.... Bon d'accord c'est un peu fort là!





Spoiler:
 
#   Ven 15 Mai 2015 - 0:08

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

"En échanges gamine, tu devras t'occuper de ton pépé pour ses vieux jours. Tu verras c'est facile de changer une couche!"

Mon Dieu combien il m'exaspérait cet imbécile. Comment pouvais-je l'apprécier ce taré? Non mais merde quoi! Le pire? J'étais pas au bout de mes peines avec lui, le pire restait encore à venir.
Il s'alluma une cigarette qu'en un clin d’œil je fis flamber (je vous ai déjà dit que je kiffe mes pouvoirs de feu?) pour l'agacer comme il m'agaçait, visiblement gêné.

"Cette question! ... Tu le sais, gamine!"

Oui je savais. Je savais et j'étais fier de lui. Parce qu'écrire sa revanche, c'est la réaliser. C'est montrer qu'on est plus fort que quiconque aurait pu le penser. Il souriait de telle manière que je sus avoir compris sans qu'il me l'expose.
Il reprit le pas vers l'établissement et un instant, je me souviens avoir espérer qu'il n'est pas entendu. Raté.

"Ouep! Si tu ve....WHAT?!"

Putain mais la con de moi quoi! J'avais envie de me gifler, surtout quand j'ai vu son regard en soucoupe. Genre, il avait vu un fantôme ou quoi? Notez que ça aurait été préférable non? Et là, il a fait juste la chose que je ne voulais pas qu'il fasse: Il est devenu mielleux. J'allais le tuer. 3...

"ROOOHHH!!! Petite cachottière! Et tu me diras qu'il n'y a rien?! Ma petite Joyce, t'es une petite coquine!!"

2....

"Hé! Si tu veux, je peux arranger le coup! Tu me raconteras?!"

1!
Promis la boule de feu dans l'arbre d'à côté est parti toute seule. Sauf que je venais par la même occasion de me cramer. Mais cramer quoi au juste? Entre Liam et moi, c'était que de l'amitié rien d'autre. Je ne voulais pas qu'il y est autre chose.

- Tu me fatigues Ys. On se voit pour parler musique. J'ai une chanson qui m'est difficile à jouer et il m'aide. C'est tout.

Ys ne savait pas que je composais. Et en plus, c'était la pure vérité. Je n'étais pas amoureuse de Liam. Je ne pouvais pas l'être. Je ne le voulais pas. Je ne devais pas. Et ce pour pas mal de raisons que je ne citerais pas.
J'étais désolée de redevenir d'un coups aussi froide. Mais non, là, je pouvais pas supporter ça. J'étais pas amoureuse de Liam merde! C'était pas vrai! Impossible!
J'ai dépassé Ys assez rapidement, la tête basse, à la fois agacée et dépitée d'avoir dû donner l'excuse de ma chanson. Je voulais pas qu'Ys sache que je compose. Encore moins cette chanson là. Et je voulais pas qu'il voit entre Liam et moi une relation inexistante. Y avait rien entre lui et moi, qu'on soit clair! Pi merde quoi, on avait quatre ans d'écart pi zut! ...  Ouai bon d'accord ça voulait rien dire. Chut. J'aimais juste bien et Liam... Pi j'étais fan de son loup surtout. ... Oh ma pauvre, mais à qui t'espère faire croire un truc pareil? Merde. Juste merde. Ys pouvait pas avoir raison. Impossible. J'avais envie de me jeter sous un bus, je vous jure. Juste pour me remettre les idées en place.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Ven 15 Mai 2015 - 10:46

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ah ouais, il l'avait poussé à bout là... Bon c'était leur principe après tout, qui aura la peau de l'autre. Ce n'était qu'un jeu, mais peut être que parfois, sur certains sujets,il ne fallait pas jouer trop longtemps. Et c'est en esquivant, comme une tortue rentrerait sa tête, qu'Ys évita de peu une boule de feu. Il avait eu une frayeur, il fallait bien le reconnaître, et il n'aurait pas pensé que Joyce pouvait être aussi douée. C'était bien la première qu'il la vit s’exécuter. Se relevant, toujours surpris, il fixa l'arbre, pauvre victime de leur chamaille.

"D'où l'expression avoir chaud aux fesses.... hein?!"

Oui il y avait toujours le mot pour rire. Mais quand il reposa son regard sur son amie, cette dernière avança seule, tête baissée, laissant des paroles suspendues dans l'air. Une chanson? Oh! Intéressé, Ys s'apprêtait à la rattraper pour en savoir plus quand il se souvenait des branches enflammées. Ce n'était pas non plus de grandes flammes, mais il ne fallait peut être pas laissé ça comme ça... si? Bah en tout cas, Joyce s'en moquait bien. Et dans ses grands gestes pour le ra peller, jusqu'à qu'Ys finisse par laisser tomber, haussant des épaules. Et ouais parce que c'est aussi ça la magie du rp! :D

Se mettant à la hauteur de son amie, il se penchait légèrement en avant pour voir son visage.


"Une chanson? Laquelle?"

En dehors des musiques qu'ils répétaient tous ensemble, il n'était pas question d'une autre chanson. Alors oui, cet aveu le piqua au vif, voulant connaitre le mot de la fin.

"Vous la préparez pour le groupe? Allez dis moi! T'en as trop dis ou pas assez!!"

Fatiguant le Ys! Joyce allait bientôt le regretter de ne pas l'avoir laisser dans le gymnase. Mais têtu, quand il avait une idée derrière la tête, il ne lâchait plus rien. Et puis c'était pas comme si ça ne l’intéressait pas. Et pour détendre la jeune femme, Ys se positionna face à elle, l'empêchant ainsi de passer.

"Promis, si tu me le dis, je ne dirais plus rien que Liam et toi! Parole de scout!"

Oui bon d'accord, il ne l'avait jamais été. Mais il savait tenir sa langue. Et puis, devant cette réaction, il n'avait plus besoin d'en savoir plus. Ce n'était pas comme si Joyce restait insensible à cette histoire. Alors il faudra laisser le temps au temps.





Spoiler:
 
#   Ven 15 Mai 2015 - 17:05

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Je vis bien que je l'avais étonné. Rarement j'avais utilisé mes pouvoirs avec lui, et jamais contre lui. Je m'en voulus immédiatement. Il avait beau être chiant, je n'aurais pas dû me laisser emporter. Et après, c'était lui l'étoile instable hein? La blague.
J'étais plus précise qu'avant, plus forte aussi. Je maîtrisais le feu, il était mon élément, mais je galérais encore pas mal avec la manipulation propre aux marionnettistes. Ce pouvoir la me faisait peur et peut-être le rejetais-je un peu?

"D'où l'expression avoir chaud aux fesses.... hein?!"

Il m'agaçait mais Dieu seul sait à quel point. Je l'ai dépassé sans même répondre, pensant qu'il avait tout intérêt à me laisser tranquille s'il ne voulait pas expérimenter l'expression "avoir le feu au cul". Oui je sais je suis tordante.
Il me rattrapa sans difficulté, tandis que j'avançais, les mains dans les poches. Il se mit à ma hauteur, et dû voir mon visage désolé.

"Une chanson? Laquelle?"


Et merde. Nooooon mais pourquoi je l'avais rencontrer lui?! De toutes les personnes à Terrae, pourquoi c'est lui que j'avais rencontrer dans ces putains de sous-sol?! J'étais maudite faut croire.
Il était devant moi, je pouvais pas avancer, et le connaissant, il bougerait pas temps que je ne lui aurait rien dit.

"Vous la préparez pour le groupe? Allez dis moi! T'en as trop dis ou pas assez!!"


J'allais le tuer. Mais vraiment. Je l'ai flingué du regard mais inutile, il ne plierait pas. Et je voulais pas utiliser mes pouvoirs contre lui, pas une nouvelle fois.
Je regrettai presque d'être allé lui parler au gymnase. Raaah qu'il était chiant quand il voulait!

"Promis, si tu me le dis, je ne dirais plus rien que Liam et toi! Parole de scout!"

J'avais plus vraiment le choix hein. Soupirant, je lui ai fait signe que j'allais m'assoir plus loin avant de lui en parler. Il avait presque réussi à me donner mal à la tête cet abrutit.
Je me suis assise sous un arbre, non loin de celui qui finissait lentement de crépiter.
Devais-je vraiment lui en parler? Et comment, sans me dévoiler? J'ai soupiré une deuxième fois, avant de le fixer droit dans les yeux, le regard plus vert que jamais.

- OK. Quand j'ai rencontré Liam, il a vu une de mes partitions et l'a joué. Je lui en ai beaucoup voulu mais au final, peu importe. Cette chanson, je l'ai écrite il y a plus d'un an, avant même d'arriver à Terrae, quand j'étais... Enfin bref. Cette chanson, je n'arrive pas à la jouer. Non pas qu'elle soit mauvaise, au contraire, cela doit être ma meilleure, mais elle ressasse tellement de souvenirs que je n'arrive pas à jouer trois accords sans m'effondrer. Tu me connais Ys, je pleure jamais. Sauf là. Alors... Comme Liam est le seul à avoir vu cette chanson et à m'avoir vu dans cet état... Je lui ai demandé de m'aider et il a accepté. C'est tout.

En gros je venais de lui dire même pas le quart des choses à dire sur cette chanson. Elle était mon bijoux, mon bébé. Et j'étais incapable de la jouer. Elle était toujours sur moi, dans ma poche de jean ou dans ma housse de guitare. Jamais elle ne m'avait quitter. Elle était la seule que j'avais écrite sur feuille volante et non dans mon carnet.

- Tu n'es pas le seul à composer Ys. J'écris mes textes depuis que j'ai dix ans. Et je compose depuis l'âge de huit ans. Sauf que... De toutes mes chansons, celle-ci est la seule que je n'ai jamais su jouer.


J'avais la partition dans les mains. Dedans, on y lisait mon histoire entière, si l'on savait lire entre les lignes. Il y avait la mort de mon père, puis celle de ma mère et de mon petit frère. On y lisait mes moments de doutes, ma peine, ma douleur. Mais surtout, on y voyait ma rage, ma haine et ma volonté de vivre. Celle de ne pas mourir tant que je ne l'aurais pas décider. On y lisait aussi et surtout ma honte et ma culpabilité à être la seule survivante. On m'y lisait moi tout simplement. Sauf que rien n'était écrit. Tout était caché derrière des métaphores et des allusions. Aucun mot ne me dévoilait entièrement.
En prime de cela, elle était tournée comme un hommage à mon passé. A celle que j'avais été, et à ceux qui me manquaient. Sur un rythme doux mais soutenu, et sur des sons rock mais pas violent. On y lisait tout ce que j'étais. Cette chanson n'appartenait qu'à moi, et j'étais sur qu'elle aurait fait un tabac, si seulement j'avais pu la jouer.
J'ai tendu la feuille à Ys.

- Au point où on en est, lis la si tu veux...


Je me fichais bien de savoir si oui ou non, il ferait son curieux. Personnellement, j'avais juste honte que cette chanson me fasse défaut, alors qu'elle était juste parfaite.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   
Contenu sponsorisé

 

Quand les grands esprits se rencontrent (PV Joyce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Gymnase.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant