Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Quand les grands esprits se rencontrent (PV Joyce)
#   Dim 17 Mai 2015 - 20:58

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

La scène pourrait paraître pitoyable, d'un point de vue extérieur. Ys n'avait cessé de tourné en rond, sans lâcher Joyce. Il voulait tout savoir. D'ailleurs, contrairement à quelques minutes, la jeune fille gardait son sang froid, du moins, un peu plus. Allez savoir lesquels des deux étaient censées être le plus mature et le plus âgé. Oh et puis se défoulé ainsi, tant que les pouvoirs n'explosaient pas, il n'y avait aucun mal... Bon peut être pas pour le mal de tête de la demoiselle. Enfin la blondinette se décida et d'un signe, comme pour faire taire le malin, elle alla retrouver un endroit en paix. Ys resta quelques secondes avant de la rejoindre doucement. Elle ne lui avait pas répondu, mais peut être que sa proposition l'avait intéressé sinon elle ne l'aurait pas invité, si on peut dire, à se plier à l'interrogatoire.

Et puis c'était suffisant. Il avait bien ris en la torturant de questions, mais maintenant, il n'allait pas l'embêter à chaque fois qu'ils se verraient. Après tout, il ne voulait pas la rendre folle! Tandis qu'il s'installa en tailleur, sagement comme un enfant qui attend qu'on lui raconte une histoire, il resta tout ouïe. Cette journée sera marquée d'une pierre blanche. Voilà que Joyce finit par s'ouvrir, un peu plus encore. Et combien cela leur était important, difficile, mais important pour l'évolution de leur relation.

Enfin, voici une nouvelle qui laissa le jeune homme sans voix. Ainsi son amie composait également. Mais le plus important, c'était que cette chanson n'était pas rien. Il n'aurait jamais pensé que son amie pouvait écrire. Pourquoi n'osait elle pas en proposer au groupe? Il n'y a qu'en essayant qu'on grandit. Mais le véritable problème pour Joyce, c'était que cette chanson, elle ne savait pas la chanter sans que les larmes ne versent. Et comme elle l'avait si bien dit, dont Ys hocha de la tête en signe d'accord, elle ne pleurait pas, jamais. Le jeune homme comprit à quel point il s'agissait quelque chose de grave. Il l'avait écouté, sans rien dire, fixant des yeux la feuille qu'elle avait sortis de sa poche.


"Pourquoi tu ne l'avais pas dis plutôt? J'aurai aimé voir ce que tu écris."

Après tout, ils étaient un groupe désormais. Et c'était aussi pouvoir partager sa passion, ses idées, ses envies. A chacun, au travers de la musique, ils renvoyaient un message parfois personnel. Alors pourquoi ne l'avait elle pas fait? Et puis, il avait de quoi être fier d'elle, de son élève. Les gamins parfois! Quand finalement, Joyce baissa les armes laissant entrer Ys un peu plus dans son monde solitaire. Prenant délicatement la partition, Ys prit un instant pour la lire, assez curieux et inquiet. Ce qu'il se demandait, que pouvait être ces paroles? Quand, en la lisant, tout s'éclairer. D'accord, il y avait beaucoup de métaphores. A la première lecture, on ne pouvait pas tout deviner, mais certains passages paraissaient évident. Ys devina alors le passé de Joyce, peu heureux. Une volonté de sa battre, de vengeance, après une tragique perte. Il n'en devina pas plus, du moins, pour l'instant. Il faudrait pour cela qu'il emprunte sa chanson pour mieux comprendre. Mais il avait déjà réussi à cibler toute la peine de son amie, son cœur qui n'a jamais cessé de saigner.

"D'accord... tu sais, tu peux prendre le temps ou alors demander à quelqu'un d'autre...C'est ton droit, c'est ta chanson."

Relevant son regard sur la jeune fille, Ys rendit doucement la partition à cette dernière. Elle écrivait très bien. Ce n'était pas sa première fois, et ça se voyait. De plus, cette chanson étai la plus des importantes. Et il ne pouvait y avoir qu'elle pour la chanter, car c'était elle qui ressentir au mieux les émotions au travers de ces paroles. C'était elle qui pourrait faire vibrer le monde. Alors, gardant un regard neutre et une voix plus calme, il reprit sans lâcher de suite la partition, entre ses doigts et celles de Joyce.

"J'aime beaucoup... et j'aimerai que ce soit la première qu'on joue pour le premier concert. Qu'en dis tu?"





Spoiler:
 
#   Dim 17 Mai 2015 - 22:15

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

"Pourquoi tu ne l'avais pas dis plutôt? J'aurai aimé voir ce que tu écris."

Il me prit la partition des mains, et prenant son temps, il fît une lecture complète. Ys me connaissait suffisamment et connaissait assez de chose en composition pour me deviner derrière mes lignes noires de textes, mes croches et mon rythme.
Ma chanson parfaite était donc vouée à ne jamais être joué?
J'ai baissé la tête, ne voulant pas voir la partition. La lire m'était difficile, la chanter m'était impossible mais y repenser m'était douloureux.

Tout semblait confus dans ma tête. Tout était sans dessus dessous, et je ne crois pas avoir eu réellement l'envie de parler de ça avec Ys, ou avec quiconque d'ailleurs. Trop d'émotions pour aujourd'hui.
Alors, Ys m'a tendu ma partition, sans pour autant la lâcher. Je l'ai fixé, interdite. Son regard était vissé au miens, et j'avais l'impression qu'il me voyait sous un nouveau jour. Qu'il me connaissait peut-être mieux qu’auparavant. Et c'était le cas.  

"D'accord... tu sais, tu peux prendre le temps ou alors demander à quelqu'un d'autre...C'est ton droit, c'est ta chanson."

J'ai eu un petit sourire. Un sourire sans réel joie ni amusement. Juste bon à rassurer un minimum, à montrer que oui, on sait.
J'ai soupiré puis j'ai passé une main dans mes cheveux. Un tic nerveux que je tenais de ma mère. Vincent aussi avait ce tic. Je me mordis la lèvre aussi, comme nerveuse d'avouer que oui, j'écrivais. Mais le problème, c'était pas ça. Le problème c'était cette chanson-là.

- J'aurais dû vous en parler c'est vrai. Après tout, tu ne vas pas écrire toutes nos chansons, je peux donner un coups de main. Je ne sais pas pourquoi je l'ai tus. Remarque, maintenant tu le sais. Je pourrais te prêter ma plume. Et si tu veux voir d'autres textes, je me ferais un plaisir de te montrer mon carnet.


Oui un carnet complet mais chut. Je lui ai souris un peu plus franchement. J'ai doucement prit la partition qu'Ys me tendait. Il ne la lâchait toujours pas. Comme si cela pouvait retenir ce moment entre nous. Un moment nouveau. Un moment doux et douloureux à la fois. On apprenait à se connaitre je crois.
Les jeux ne seraient peut-être plus les mêmes après ça, mais il y en aurait d'autres, aucun doute là-dessus.

"J'aime beaucoup... et j'aimerai que ce soit la première qu'on joue pour le premier concert. Qu'en dis tu?"


Alors là, j'ai cru m'étouffer avec ma propre salive. Mes yeux ont cherché son regard, alarmés. Non mais il se foutait de moi ou quoi? Non. Il était sérieux. Ça ne m'étonnait pas vraiment de lui finalement. Ys était impulsif, guidé par sa passion et son émotion plus que par sa raison, comme bien des Tonnerres.
J'ai fermé les yeux et lâchant ma partition, j'ai serré le poing, me mordant la lèvre.

- Ça fait un an que je tente de la jouer Ys. J'ai mis cinq ans à en trouver les paroles. Qu'est-ce-qui te fait croire que je vais savoir la jouer? Je m'effondre à chaque fois que je tente de la lire. Alors la jouer? La chanter? Tu me connais suffisamment pour savoir que si je n'arrive pas à la jouer, se n'est pourtant pas l'envie qui m'en manque. Alors explique moi comment je pourrais faire?

J'ai soupiré et un gémissement m'a échappé sans que je l'ai vraiment décidé. Cette chanson pouvait me mettre sans dessus dessous en un clin d’œil. C'était bien là la seule chose pourtant... Enfin... Presque. Liam aussi avait su briser mes barrières.
Revenant en à la chanson. Même penser à mes parents, à Vincent m'étaient moins douloureux. Parce qu'avec cette chanson, il y avait tout. Les souvenirs, les rires, les délires, la famille, le bonheur... Puis les larmes, le choque, la douleur, le ressentit, l'abandon, la peine, la détresse et finalement, l'envie de revanche et l'envie de vivre à tous prix.

- Comment je pourrais la jouer en concert quand je ne suis même pas capable d'en supporter la première note?

Sauf que j'ai réfléchis. Ys m'offrait une chance de montrer qui j'étais, et de montrer que je savais aller au delà de mes limites. Nous étions pareils tous les deux. Ys savait à quoi s'en tenir avec moi. La proposition, il la faisait une fois pas deux, et je le savais.
En vérité, j'avais les réponses aux questions que je venais de poser sans avoir besoin qu'il y réponde.
Je pouvais y arriver parce que j'avais envie de me battre, pare que j'étais suffisamment forte pour supporter le poids de la douleur. Parce que cette chanson me tenait trop à coeur pour que je la laisse mourir au fond de ma poche de jean. Parce qu'avec elle, je pouvais me libérer. Parce que cette chanson, c'était mon but à moi. Mon bébé. Alors oui, ça serait difficile, et probablement que Liam, avec qui j'allais vraisemblablement travailler ce bijoux, allait me haïr de lui faire subir un si triste spectacle. Mais j'y arriverai. Peut importe dans quel état je serais à la fin. C'était pas important. Je m'en fichais éperdument. Je trouverai la force de chanter cette chanson. Je trouverai la force de faire de ce trésor un miracle. Mon miracle.
Alors un sourire s'est glissé sur mes lèvres. Je savais ce que je voulais. Ys avait raison sans en avoir émis un mot. Je devais jouer cette chanson au premier concert. Parce qu'avec ce concert, je marquai le début d'une nouvelle vie. Et avec ma chanson, je marquai la fin de ma vie. De celle d'avant. De celle où j'allais mal. De celle où je n'étais que l'ombre que celle que je fus jadis. De celle où je n'étais personne. Je deviendrais quelqu'un. Je deviendrais qui je voulais être: moi-même.

- Oh et puis tu sais quoi? Dis à Kyle que je lui enverrai la chanson, et ajoute là à notre liste. Je vous ferais passer les partitions.

Alors je lui lançai un regard complice, signe que oui, j'allais y arriver. Je ne le savais pas, mais Ys venait de me faire avancer. Car sans lui, je n'aurais probablement pas retrouver l'espoir d'y arriver. J'avais plus envie.
Ys m'offrait une chance de montrer à tous, à moi-même en particulier, que j'avais grandis. Que je guérissais. Que j'en étais capable en fait.

- Ys? Merci.

Et c'était sincère, bien que surprenant venant de ma part. Mais je le pensais et n'était-ce pas tout ce qui comptait? Oui. Merci Ys. Pour bien des raisons, merci.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Lun 18 Mai 2015 - 10:50

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Joyce semblait toute aussi nerveuse. Est ce parce qu'il avait découvert qu'elle écrivait tout autant que lui? Timide? Non, venant Joyce, impossible. Et de la sorte, Ys apprit même qu'elle tenait un carnet. Elle était pleine de ressources cette petite. En fin de compte, Ys se demandait s'il avait autant de travail qu'il n'aurait pensé. Joyce avait évolué rapidement, et la plupart, de sa propre volonté. Si elle voyait les chances, une vie meilleure, peut être qu'elle grandirait plus vite. Mais chaque chose en son temps. Aujourd'hui aura été une journée bénéfique et riches en rebondissements. Etant donné qu'il avait pour objectif d'aider son amie, voilà que c'était cette dernière qui lui rendait l'appareil. Pour sûr, il était fier d'elle.

"Et je me ferai un plaisir de le lire! Un coup de main n'est pas de refus! Il faudrait qu'on voit ça tout ensemble et qu'on les choisisse. Et dès que t'as une idée, préviens moi! J'aime bien ton style!"

Ok, Joyce n'aura pas besoin de lui très longtemps à ce rythme. Elle se débrouillait très bien toute seule. Mais surtout, elle avait plusieurs qualités. D'ailleurs ce n'était pas donné à tout le monde d'écrire de sa plume. Et qu'il y est une autre personne dans le groupe qui sache s'y faire, ce serait une grande aide pour le jeune homme. Parce que oui, parfois, il n'a plus assez d'idée, il est humain quoi!
Par la suite, tandis que Joyce avait cherché à récupérer sa partition que le jeune homme tenait fermement, cette dernière fut choquée par la demande du garçon. Ys s'y attendait. Il savait déjà comment elle allait réagir. Bien sûr qu'elle serait sur la défense, elle en avait assez dit sur cette chanson pour faire comprendre son malaise. Mais si elle voulait évoluait, il fallait passer par là. Et lorsqu'elle aura réussi, plus rien ne pourrait la ralentir. Alors, intensément et silencieux, Ys observa cette dernière, serrait des poings, laissait échapper son ressenti. Un manque de confiance? Pas vraiment, Joyce semblait surtout avoir peur. Mais de quoi? Ses souvenirs? Son passé? Son futur? Cette chanson était récapitulatif de tout ce qu'elle avait eu et de tout ce qu'elle n'aurait plus. Mais il fallait bien y mettre un terme. Et de pouvoir jouer un tel morceau devant des milliers de personnes, même si elle se laisse surprendre par les émotions, cela rendrait la chose tellement plus beau. Et Joyce saurait transmettre tous ces sentiments qu'au finale, n'importe qui a put ressentir ne serait ce qu'un dixième dans sa vie. Tout comme Ys l'avait ressenti dans sa lecture.
De son pouce, il vint relever le menton de la jeune fille, la forçant à affronter cette épreuve.


"Tu sauras la jouer, parce que tu n'es pas faible."

Il le savait, il n'avait pas misé sur le mauvais poulain. Elle saura le faire. Joyce était une combative, elle prendrait le taureau par les cornes. Parce qu'Ys ne lui laisserait pas le choix. Au fur et à mesure, il trouvait où le mal était implanté, et que delà il fallait le déchausser. Mais seul il ne pourrait rien faire. Alors il harcèlerait son amie pour qu'elle le fasse d'elle même. Dorénavant, Joyce devait comprendre qu'elle ne serait plus jamais seule et qu'en plus de cela c'était aussi pour ses amis qu'elle le ferait. Elle avait déjà fait un bout de chemin, même si cela avait coûté des années, elle l'avait posé sur une feuille, maintenant, il ne restait plus qu'à le crier.
Et dans son regard, le Tonnerre le remarqua, cette petite lueur qui brillait et qui voulait briller de milles feux. Un sourire se partagea et enfin Joyce se décida. Elle allait se battre. Elle ferait partager les partitions. Ça y est, la machine était en route. Lui rendant alors le texte , la posant dans sa main, Ys lança, plus fier qu'il ne l'aurait été:


"Je te l'ai dit, elle sera la première joué ce soir là! Et prends le temps de la jouer, avec Liam!"

Cette chanson deviendrait même leur marque. Quand on parlera des Paws Up, se serait cette chanson qui les représenterait. Parce que cette chanson, c'était du lourd et la fille qui allait la chanter émettrait quelque chose de tellement fort, que le public en serait transpercer. Joyce allait guérir. Et cette fois, ce fut à son tour d'être surprit. Son amie laissa glisser un mot. Un mot qui en disait long et qui suffisait pour faire réagir. il se retenu d'être gêné, mais il reconnaissait bien que cela lui fit quelque chose. Un "merci".... Ys reprit rapidement et tapota sur la tête de son amie comme à une enfant, avec un sourire bien mystérieux.

"Mais de quoi tu parles gamine?!"

Partageait entre la malice et la compassion. Le jeune homme n'en ferait pas plus. Il fit preuve d'humour, en quelque sorte, histoire de détendre l'atmosphère, mais de ne pas rendre cet instant plus gêné qu'il ne l'était lui même. Il n'attendait rien de cela. C'était juste pour elle, qu'elle ne perde pas de temps et d'espoir, tout comme il l'avait perdu. Et puis, sa vie, il s'en moquait bien. L'importance était les autres, elle. Alors si cela lui fesait chaud au coeur, surtout quand c'est Joyce qui le dit connaissant l'oiseau, Ys se détourna de ce cadeau. Il n'en recherchait aucun bénéfices.

"Bon je ne sais pas pour toi, mais moi j'ai des cours à rattraper! Alors au boulot!... Ah! Et au fait, quand tu passera étoile, préviens moi quand tu auras besoin d'aide!"

Lui adressant un clin d'oeil, le jeune homme lui était redevable. Finalement, ils savaient mettre de côté leur chamaillerie. Tout avait évoluer, et pour sûr, pour lui, Joyce était tout, comme une petite soeur qu'il chérissait et qu'il embêterait aussi. Une petite soeur qui un jour deviendra femme et qui n'aura plus besoin de lui.





Spoiler:
 
#   Lun 18 Mai 2015 - 17:18

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

"Et je me ferai un plaisir de le lire! Un coup de main n'est pas de refus! Il faudrait qu'on voit ça tout ensemble et qu'on les choisisse. Et dès que t'as une idée, préviens moi! J'aime bien ton style!"

Je voyais bien que je l'avais surpris avec mon aveux, et d'une certaine manière, cela me fît plaisir. Oui, Ys et moi étions réellement les mêmes. A quelques données prés, nous étions pareilles. Nous n'avions pas la même nationalité. Nous ne partagions pas la même éducation. Nous n'avions pas le même âge. Mais nous étions pourtant plus proche que bien des gens.
Ys était, pour moi, ce qui se rapprochait le plus de l'image que je me faisais d'un grand frère. Qui embête mais qui est là quand ça va pas. Qui vous fait mal mais qui n'hésite pas à mettre la holà quand d'autres vous blessent. Oui, il était de se genre là qui vous fais chier à longueur de journée tout en vous aidant dans les coulisses, pour que vous rayonniez sur scène.
Tandis que je pensais qu'il serait peut-être temps pour moi de retenter de faire de ma chanson un miracle, Ys passa un doigt sous mon menton, me forçant à le confronter. Il avait ce regard déterminé que je lui connaissais. Il me défiait d'oser nier ce qu'il allait me dire. Mais je m'attendais à tout, sauf à ce qu'il me dit réellement.

"Tu sauras la jouer, parce que tu n'es pas faible."


Si cela me fît plaisir, mon sourire le montra sans que je n'eus à en dire un mot. Il se fit plus franc et plus sûr.
Enfin il lâcha la partition, et je l'observai un instant, regardant mon écriture tremblante d'autrefois. On voyait dans mon écriture que j'étais plus jeune. On voyait dans le fond que j'étais mature. Une enfant confrontée à des problèmes d'adultes comme ils disaient.

"Je te l'ai dit, elle sera la première joué ce soir là! Et prends le temps de la jouer, avec Liam!"


Il avait l'air fier de me dire ça. Peut-être fier que j'ai osé accepter qui sait? Cela me rendit heureuse et fière à mon tour. Aussi fou que cela puisse paraître, Ys avait confiance en moi et en mes capacités.
Je suis pas une sentimentale, mais pour peu, j'aurais presque pleurer.... Non je déconne. Jamais de ma vie je pleurerai devant ce crétin finit qu'était Ys.
Alors que je soufflais des remerciements, ton regard est passé de surpris à heureux. Laisse tomber, t'étais carrément cramé. Mais je le dirais pas promis. T'étais gêné aussi, même si t'en montrais rien. Tu m'as alors taper doucement sur la tête, comme on le fait pour les enfants qui demandent trop d'attention.

"Mais de quoi tu parles gamine?!"


Tu voulais pas accepter mes remerciements et je comprenais, car j'aurais réagis de la même manière.
J'ai souris doucement et levé les yeux au ciel, comme pour te signaler que tu m'agaçais. Mais c'était plus pareille. Y avait quelque chose de changer. Pour la première fois, nous avions tous deux déposés les armes, acceptant par la même occasion d'être vulnérable, ne serait-ce que l'espace de quelques heures.
Un rapide coups d’œil à mon téléphone et je me rendis compte que si je ne me pressais pas, j'allais être en retard en cours.

"Bon je ne sais pas pour toi, mais moi j'ai des cours à rattraper! Alors au boulot!... Ah! Et au fait, quand tu passera étoile, préviens moi quand tu auras besoin d'aide!"


J'ai relevé les yeux sur toi. Je n'avais pas vraiment hâte de passer étoile, car pour beaucoup l'épreuve fût difficile. Pourtant, j'avais comme l'intime conviction que cette fois, je ne serais pas seule à affronter cette épreuve, au contraire des précédentes. Ys me connaissait pourtant suffisamment pour savoir que je n'irais pas chercher d'aide. Je n'ai rien dit là-dessus, mais j'étais sûre qu'il s'en doutait.
Ys m'avait prouvé quelque chose ce jour-là. Quelque chose que Liam avait commencé à tenter de me montrer. Je n'étais plus seule. J'avais des proches. J'avais des amis. Et par delà tout cela j'avais trouvé plus que des amis ou un foyer: Une famille. Ys était le grand frère que je n'avais pas eu la chance d'avoir.
Orpheline? Oui je l'étais. Mais j'avais trouvé finalement ce que chaque orphelin peut demander en étant placer en foyer. La famille qu'il n'a jamais connue ou qu'il a perdue.
Ys, Kyle, Liam, Mitsuki, Yûki... Terrae. Tous m'avaient offert ce que la vie m'avait ravie: Mon bonheur.

- Oui, et moi, j'ai cours!

Je me suis relevée, quittant ce lieu où j'avais appris à connaître Ys tout comme il avait apprit à me connaitre. Nous étions les mêmes, et c'était désormais une certitude. Plus tard viendrait les vrais explications, et probablement que cela finirait dans la douleur, comme à chaque fois. Mais plus tard. Pour l'instant, il nous fallait profiter non?
Ys était tout. Un grand frère et un ami. Qui embête, qui cherche mais qui aide et qui protège. J'allais grandir en le supportant, que je le veuille ou non. Je le voulais. Alors, qu'il le croit ou non, un jour je deviendrais adulte, et s'il pensait un instant que je n'aurais plus besoin de lui, il avait tord. J'aurais toujours besoin qu'une personne accepte que je l'enquiquine par pure plaisir. J'aurais toujours besoin que l'on réponde à mes piques. Et Ys était bien le seul à savoir le faire.
Alors quand on s'est séparé, je lui ai lancé un large sourire. Comme une promesse. Celle de me battre. Celle de continuer à avancer. Celle d'être présente pour lui comme il l'était pour moi. Et plus que tout, cette promesse, c'était que je resterai la même. Celle de restait combative et revancharde. On m'avait mise à terre et je m'étais relevé. Ys aussi. Nous n'avions plus le droit de ne pas nous redresser. Un genou à terre? OK. Mais pas plus de quelques temps. Car après, il nous fallait trouver la force de marcher de nouveau, quoi qu'il nous en coûte.

- On se reverra quand j'aurais tenu ma promesse alors. A la prochaine feu-follet!

J'entendais par là de réussir à jouer ma chanson. Mais ça, pas besoin de le préciser hein? Je lui ai fais un signe et j'ai disparue, avançant tranquillement vers l'institut. Alors, une fois assise en cours de maths, j'ai ressortie ma partition. Et j'ai commencé à la relire. A m'en imprégner. A l'affronter. Enfin



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Lun 18 Mai 2015 - 23:24

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1888
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Il savait très bien que Joyce ne demanderait aucune aide, comme à son habitude, comme lui. Mais tout comme elle, Ys traînerait dans les parages. C'est comme ça que ça se passe, quand on tient à quelqu'un, même si cette personne vous griffe.
Tour à tour, ils se souriaient comme s'ils avaient scellés cette histoire. Ce qu'il s'était passé ce jour là resterait entre eux. C'était leur histoire. Leur relation avait changé, il y avait désormais quelque chose de plus profond, mais ils resteraient les mêmes parce que c'était aussi comme ça qu'ils s'adoraient.

La jeune femme lança à son tour qu'un cours l'attendait. Peut être est ce parce qu'il était submerger par ce qu'il venait de se produire, mais il réalisa l'importance de ses paroles quand son amie prononça un peu près les mêmes. Lui rattraper des cours? Ah ouais c'est clair, Terrae a une puissante influence! Même sur Joyce! A cette pensée, Ys ne put se contenter de sourire et de lancer soudainement:


"Il serait temps que tu deviennes une élève disciplinée!"

Lui tirant la langue, le bonheur et la fierté l'étouffer. Au point, qu'il préféra ne rien ajouter même quand son amie lui lança une phrase qui le fit nettement sourire. Elle allait se battre la petite soeur. Elle tiendrait sa promesse bien mieux qu'il ne l'aurait fait. Même dans son sourire, Ys vit cette complicité naissante. La regardant s'éloignait, le jeune homme prit une profonde respiration avant de faire chemin inverse. Plus tard, il aura regagner ses quartiers, l'esprit apaisé et surtout déterminé pour la suite des événements.
Plongé dans ses bouquins, Ys releva les yeux un instant, et un fin sourire se dessina sur son visage. Il prit une feuille et commença précipitamment à écrire des notes, un texte, une chanson. L'inspiration lui était revenue, son âme était moins lourde. C'est fou ce que les gens peuvent avoir comme effet sur vous parfois. Il ne lui avait pas dit tout comme elle l'avait fait, mais un jour, il faudrait qu'il la remercie parce que Joyce, bien qu'elle ne s'en doutait pas, mais elle lui avait donner un but. En voulant s'acharner à la faire grandir, Joyce lui avait donner le goût de vivre de nouveau, d'avoir une bonne raison. Et ça, Ys l'avait comprit à cet instant. Alors oui, Merci gamine!


THE END
Bye !





Spoiler:
 
#   
Contenu sponsorisé

 

Quand les grands esprits se rencontrent (PV Joyce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Gymnase.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3