Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Un petit tour du proprio ? (Ipiu !)
#   Sam 30 Mai 2015 - 21:52

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 592
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

- Non, non, non… Ça ne va pas être possible, là !

Son gémissement de désespoir retentit un instant dans le dortoir des filles, alors qu'elle constatait avec la plus grande des frayeurs qu'effectivement, elle devrait bien partager sa chambre pour les quelques temps à venir. Il faut préciser que ce qui lui avait fait le plus monstrueusement plaisir lorsque son frère avait quitté la maison, c'est qu'ils avaient pu prêter sa chambre à ses adorables cousines lorsqu'elles venaient. Plutôt que de s'installer dans celle d'Ariana, en inondant aimablement le sol de leurs chaussettes et culottes sales. Un immondice. C'était une idée de sa mère, ça, d'inviter constamment sa sœur à dormir. Qui devait donc s'occuper des petites ? C'était elle ! Oui, c'était elle ! Ahaha ! Tellement drôle ! Non mais vraiment. Quelle tristesse…

Un soupir de plus s'échappa de ses lèvres alors qu'elle s'approchait en boudant d'un lit qui semblait libre. Personne dans la pièce, ça l'arrangeait bien. Elle aimait autant ne pas avoir à rencontrer qui que ce soit pour le moment, elle semblait encore un poil perdue. Quand on lui avait proposé une nouvelle vie, elle ne s'attendait franchement pas à atterrir dans une académie perdue au beau milieu de Tokyo. Ce qui voulait dire qu'elle allait devoir retourner en cours ? Elle en était enchantée voyons. Et puis. Non mais, vous imaginez qu'elle n'avait pas d'armoire ?! Et imaginez-vous le mal qu'elle eut à transporter ses trois sacs jusqu'ici ? Ils ne tenaient vraiment pas à leurs résidents, eux. Et puis ce matelas, c'était quoi ça ? On était à l'armée ou quoi ?!

Soudainement, un éclair de lucidité la traversa. Elle se redressa nette, comme paniquée. L'armée ? Vous pensez que c'est l'armée ? Et elle aurait signé pour un contrat comme ça ? Il ne lui semblait pourtant pas avoir signé où que ce soit… Un instant de réflexion s'imposa. Reprenons.

Ana, tu es à Terrae. Un mec beau comme un dieu est venu te demander si tu voulais refaire ta vie, et comme une cruche tu as répondu "OH OUI emmenez-moi avec vous ♥". C'est clair que tu ne t'imaginais pas réellement qu'il t'abandonnerait à l'entrée d'un lieu aussi gigantesque.

Elle tenait à ajouter que vu le temps qu'elle avait mis pour trouver les dortoirs, et elle était persuadée de ne pas être la seule, ils devraient tout de même songer à leur offrir un rafraîchissement à l'arrivée. Non mais.

Cette fois, elle se leva lentement et mit mes lunettes en forme de cœur sur sa tête. En passant, elle effleura sa blessure à l'arcade sourcilière et grimaça quelque peu. Oublier ça rapidement, va. L'envie de découvrir cet endroit un peu spécial la tirailla et, finalement, elle sortit sur la pointe des pieds de la pièce. Un regard à droite et à gauche, discrètement, et elle s'élance hors de l'institut pour atterrir dans la cour. Sa petite pompe accrochée à sa ceinture, elle descendit les escaliers en zappant une marche sur deux, bondit presque à pieds joints. Elle s'arrêta presque en tombant nez à nez avec une blonde, et ses lunettes retombèrent sur son nez dans le mouvement.

Un saut en arrière, et Ariana lâcha une exclamation de surprise.

- Ah mince pardon !

Elle fixa la femme face à elle et s'écarta de son chemin, considéra un instant l'étendue sous ses yeux pétillants, avant de se retourner vers la femme. Ses doigts se posèrent près de son oreille, où elle avait glissé la puce remise par le Master. C'était le moment de voir si ça marchait !

- Eh, dis, tu saurais pas s'il y a des boutiques quelque part ? Ou il faudra partir baragouiner du japonais avec les asiat' derrière les grilles ? l'interrogea la rouquine avec un sourire.

Première chose à faire : repérer les endroits où elle passerait ses prochains week-end. Très important, sisi.


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
#   Dim 31 Mai 2015 - 0:20

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Non bien sûr le pétard n'élève pas la raison


Feat Ariana Vicente


_________________________________________________


Le ciel tourne plus vite que ma tête je suis persuadée qu’on a mis le ciel dans une machine à laver et que moi perchée sur le toit de l’école j’en regarde le hublot. Autant dire les choses telles qu’elles sont, je suis complètement pétée. J’ai les yeux rougis et exorbités, mes grôles ont été balancées dans un coin d’la terrasse. Bien sûr ce n’est pas une terrasse j’en suis consciente c’est un toit avec des grilles sur les côtés maintenant. On dit merci à Lude et à Michigan pour avoir appris à Hideko que ouai même ici les gens pouvaient avoir envie d’voler. Haha. Bizarrement je sais que je devrais avoir mal de penser à lui. A eux. Seulement là j’me concentre sur les nuages qui ont décidé de passer en mode essorage. Ça tourne, ça balance, ça aspire mon regard et mon âme, je suis complètement à côté de mes pompes. Oui je sais j’l’ai déjà dit que mes grôles avaient volés. J’me fais vieille et je radote.

Peut-être que j’ai pas commencé par le bon début de l’histoire, car l’histoire n’a pas commencé là. Elle a commencée dans un parc en centre-ville avec Abbée. Ou p’t’être il y a deux ans quand j’chuis arrivée ici ? J’en sais que dalle mais j’ai la flemme de vous raconter le pourquoi du comment depuis le début des temps. Aussi on va dire que ça a commencé avec la petite blonde. Je sais pas exactement comment ça s’est passé, mais j’peux te dire que j’ai la rage. La rage contre cette terre promise que l’on a coutume d’appeler Terrae. Cette prison ouai. J’ai eu l’impression que tant que j’resterais ici j’étoufferais. J’ai commencé à suffoquer, et quand tu suffoques il n’y a qu’une solution…
La beuh. J’ai donc fait un détour par un quartier de Terrae que je ne fréquente en général que bien éméchée. J’ai même eu l’intelligence de retirer des pépettes en m’y rendant. A vrai dire il n’y a pas grand monde qui a d’la drogue ici, et si les prix t’intéressent pas, faut aller faire un tour à Tokyo… Faut demander d’avoir le droit de  faire un tour à Tokyo. Bref la merde.
Et puis j’m’en fout c’est pas comme si j’déboursais fréquemment mon salaire. Quand j’sors je peux me vanter de ne pas payer les verres que j’ingurgite. La cantine est gratuite, bref j’ai la belle vie et un compte en banque qui se remplit doucement. Comme si c’était important. COMME SI J’EN AVAIS QUELQUE CHOSE A TAPER ! En tous les cas l’argent est bien utile, les bons comptes font les bon amis on ne vous l’a jamais dit ? Du coup me voilà en train d’acheter ses réserves de marie-jeanne à mon vieux pote le dealer. Enfin, pote faut peut-être pas abuser, j’lui ai pété la gueule une fois parce qu’il trainait trop proche de ma bibliothèque. Désolée mais on empiète pas sur mes plates-bandes, si un môme fait un malaise dans les chiottes de la bibliothèque, elle est pour qui la paperasse hein ? POUR BIBICHE. Bref, j’le connais et il me connait, aussi j’vous dis pas la gueule qu’il tire en entendant la quantité que j’lui demande. Désolée mais avant que je plane il en faut pas mal, j’ai d’l’entrainement derrière moi. Bref j’lui ai pris plusieurs barrettes.

Ensuite ? Bah ensuite j’ai atterri ici. Pourquoi ici ? Question conne, mais j’venais de laisser mon refuge à Abbée. Et puis quand tu fumes si tu ne peux pas voir le ciel ça sert pas à grand-chose. Du moins ça toujours été mon avis sur la question. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, ça a toujours été mon avis !
Enfin, me voilà qui grimpe sur ce toit où j’m’entrainais seule tous les matins quand je ne me souvenais pas de qui j’étais. Quand j’étais encore seulement Ipiu, la petite collégienne française orpheline qui venait de perdre son petit copain. C’était l’bon vieux temps. Depuis que j’me souviens que je suis une connasse d’espionne, la vie est vachement moins cool.
Je suis redevenue blonde et j’ai arrêté de me saper comme une gamine, même si c’est pas grand-chose mais ça reste du positif. J’ai gagné dix putains de centimètres avec mes talons. Ça n’en a pas l’air, mais je parais presque grande comme ça ! Enfin, du moins je ne suis plus dans la norme basse. Ouai on en revient toujours à mes grôles, mais si on en revient toujours à elle c’est bien qu’il y a une raison. J’ai pété mes talons, après avoir survécus à toutes mes excentricités de ces derniers temps ils n’ont pas survécus à ces putains d’escaliers.
Heureusement que j’ai pas oublié mon briquet et mes feuilles à rouler. Et voilà plusieurs heures que j’chuis là fumer. Mais ça va mieux. Vraiment je veux dire hein ?
Bon par contre je devrais m’bouger le croupion d’là avant que les élèves sortent de cours… Ou p’t’être avant que les boutiques ne ferment ? J’ai franchement pas envie de marcher pieds nus demain pour aller bosser. Vraiment sans façons. Allez vieille carne bouge ton cul. Ouai mais le ciel il est beau. Tu t’en fous le programme séchage est enclenché. Tu louperas pas grand-chose. C’pas faux allez viens on y va moi et moi.

Je lève mes fesses du béton où elles commençaient à s’incruster. Youhouhou. Le monde il tangue un peu. Allez on y va. Une marche puis deux, je retrouve peu à peu mon sens de l’équilibre, c’est ce qu’on appelle l’instinct par contre mon esprit est encore à des kilomètres de là. J’manque de me faire renverser par une big girafe. Okay elle est à peine plus grande que moi et encore parce que elle elle a des chaussures. Mais elle plus grande que moi c'est tout ce qui compte non ?

« Salut Velma ! »


Ouai, non mais vous avez vu sa gueule à miss girafe ? Non parce que regardez vraiment, elle ressemble à Velma de Scoobi Doo non ? Non ? M’en tape pour moi elle s’appellera Velma jusqu’à ce que j’ai repris mes esprits. Ce qui n’risque pas d’arriver de sitôt vu que j’ai encore de la réserve de joint roulés dans mon sac à main.

« Nope il y a des boutiques en centre. J’y vais pour m’acheter de nouvelles grôles s’tu veux v’nir avec moi ! »



#   Dim 31 Mai 2015 - 22:32

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 592
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

Oh ? OH ? Mais, est-ce que c'était vraiment ce qu'elle croyait ? Cette femme qu'elle avait interpellée, elle l'avait bien comprise ? Tellement étrange ! Il ne lui semblait pourtant pas qu'elle lui eût répondu en espagnol, lorsqu'elle reprit la parole. De longues secondes, Ariana resta là, à la fixer, un peu ébahie de constater qu'elle parlait avec une personne qui ne parlait en réalité pas du tout la même langue qu'elle. Tout cela la dépassait. Elle s'était toujours imaginée que, quelque part, il existerait bien une rune magique ou pseudo spirituelle qui leur permettrait de comprendre ce que disaient les natifs d'autres pays. Elle qui était particulièrement nulle en langues - tout comme en sciences et en littérature, soit dit en passant - elle ne pouvait qu'être émerveillée de cette nouvelle possibilité qu'on lui offrait. Elle s'imaginait déjà tchater avec gens du monde entier, pouvoir disserter en russe et en japonais sur tumblr, et surtout pouvoir lire en exclusivité les scans de ses mangas préférés bien avant leur traduction ! Imaginez-vous le pouvoir entre ses mains ! (Ce qu'elle ne savait en revanche pas, c'est que ce n'était pas avec ses oreilles qu'elle risquait de lire quoi que ce soit...)

Cependant, il lui fallut quelques secondes de plus pour réussir à analyser les salutations de la blonde. Velma. Velma... Le nom lui disait quelque chose, mais elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Machinalement, elle replaça ses lunettes sur son nez et se passa une main dans les cheveux pour se recoiffer.

- Velma ? C'est un surnom que tu donnes aux gens ? l'interrogea-t-elle d'un air perdu, tout en fronçant les sourcils d'un air dubitatif.

Finalement, la rouquine se dit que la chose ne devait pas être si importante que ça, et elle haussa simplement les épaules en la mettant dans un coin de sa tête. Elle y repenserait plus tard, ou peut-être qu'elle n'y repenserait plus du tout, qui pouvait le savoir ? Difficile pour elle de garder les choses importantes en tête ; alors les choses futiles ? Il ne fallait pas non plus abuser. Puis Ariana s'en fichait un peu à vrai dire ; on pouvait bien l'appeler Velma, Truc-machin-chouette ou Cindy-Antoinette, elle n'en avait pas grand chose à faire.

Elle fixa un peu plus longuement la personne qui lui faisait face, et constata non sans s'interroger brièvement sur le look de cette pauvre femme qu'elle se promenait pieds nus. Déjà qu'elle marchait un peu bizarrement. Ariana savait que les japonais avaient des coutumes étranges, mais de là à s'amuser à faire comme Tarzan en plein milieu de la cour, c'était un peu... bizarre quand même non ? La suite de ses paroles l'aida cependant à comprendre.

Oh la pauvre ! Elle compatissait tellement ! Il lui arrivait régulièrement de casser les talons de ses chaussures - et ce fait casa immédiatement la jeune espionne au rang de "copiiiine" dans son esprit. Certes...

Immédiatement cette catégorisation faite, la nouvelle venue se détendit, oublia les dernières réserves qu'elle avait et offrit un large sourire à sa comparse. Elle sentait son petit cœur se réchauffer de l'intérieur devant tant de points communs entre elles. Elle ne pensait pas que, sitôt arrivée, elle trouverait quelqu'un qui lui ressemblait tant ! Pour faire bonne figure, et encore un peu embarrassée, elle ne se laissa cependant pas aller à s'accrocher à son bras et à bavarder avec elle comme avec une vieille connaissance.

- Tu me sauves la vie tu imagines pas !

L'idée d'avoir, en plus, un centre-ville au beau milieu de ce petit bout de terre la fit presque sauter de joie. Elle se contint quelque peu pour éviter de n'avoir l'air plus stupide qu'elle ne l'était déjà, par pudeur aussi certainement.

- Ca me va, oui, je te suis. Sauf si ça te gêne, hein. C'est quoi ton nom ? enchaîna-t-elle presque sans pause, les yeux pétillant derrière ses lunettes. Moi c'est Ariana ! J'viens d'arriver, pardon si je parle beaucoup, mais le type dans l'avion était trop bizarre, il me faisait peur et j'ai pas osé l'ouvrir. En plus j'ai pas bougé pendant des heures, faut vraiment que je me défoule. Heureusement que je suis tombée sur toi !

Elle s'attendait vraiment à tomber sur des extra-terrestres ici ; trouver une fille qui paraissait plus normale qu'elle la faisait complètement disjoncter de bonheur et chassait ses appréhensions. De là à dire qu'elle était réellement tombée sur la personne la plus normale de cet institut, en revanche, il y aurait de quoi en douter...


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
#   Lun 1 Juin 2015 - 1:21

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Non bien sûr le pétard n'élève pas la raison


Feat Ariana Vicente


_________________________________________________

Mes sourcils se froncent légèrement, genre j’mets un certain temps à percuter, j’ai l’impression que tout marche au ralentis ou à l’envers, là dans ma tête je suis en train de remonter les escaliers à l’envers et de ré-appuyer sur le programme essorage des nuages. Seulement j’ai pas bougé d’un centimètre, j’attends pas spécialement de réponse à ma question. J’propose de v’nir donc fatalement j’y vais et si on suit cette logique absolue, j’irais qu’elle vienne ou pas. J’admets que dans ma tête c’est un peu la merde.
Mais la merde bon tu vois ? Genre t’as des arcs en ciel et des licornes qui s’baladent derrière mes paupières et toutes ces bestioles elles chient des paillettes. C’est genre le paradis de princesse Barbie dans ma boite crânienne, juste faudra un jour m’expliquer comment ça se fait vu que je n’ai genre jamais touché une Barbie ? Ouai, on dira que c’est les pubs à la télé avant noël qui m’ont perverti l’esprit. Nan mais sérieusement vous avez déjà regardé les pubs avant noël à la télé ? Mais c’est terrible, c’est entre Barbie pouffiasse et Action Man je suis trop un bourrin matcho et je joue avec des armes. Bon, j’vous passe le délire de « changeons bébé qui fait pipi comme un vrai. » Non mais genre il y a vraiment des gamines qui ont envie de changer bébé ? Oh et le modèle au-dessus ! Le bébé « je braille en plus de pisser. » Attendez j’vais reformuler la question autrement, il y a des parents assez débiles pour offrir ça à leur môme ? Nan mais imaginez la torture quoi, ta gamine elle vient d’arrêter de pleurer quand elle a faim et tu lui offres un truc qui braille pour un oui pour un non, ça s’appelle du masochisme. PARFAITEMENT DU MASOCHISME. Sans parler de l’image qu’elle a d’une femme pour plus tard, ça c’est trop évident. Allez la petiote mate un peu ce que sera futurement ton rôle. Tu changeras les couches du gnard qu’un mec t’aura collé entre les cuisses, et pendant qu’le prince charmant fera la guéguerre mademoiselle pourra passer le balais ou être caissière. Oh elle peut aussi être coiffeuse ! J’me demande si ça existe les Barbies toubib ?
Non mais la classe quoi la Barbie toubib, en plus tu lui fous un peu d’boue dans les cheveux et sur la gueule et elle peut même partir au front à côté d’Action Man ça c’est trop la classe hein ? Et puis une Barbie qui fout des mandales aussi ça devrait être inventé. Genre Kung Fu Barbie ? Oh putain ! Faut que j’me fasse engager chez Barbie moi j’leur ferais faire des bénéfices.

En parlant de Barbie Velma elle aurait pas changé ses lunettes ? Bon j’vais pas dire que les cœurs, lui vont pas mal. J’aurais pensé qu’elle aurait les joues plus rondes avec ces nouvelles lunettes… Hmm ? Elle est malade, elle a perdu du poids ? Dis Velma tu fais un régime ? Tu veux devenir plus anorexique que miss Rouquine ? Non parce que elle a la taille zombi ta copine, on a l’impression qu’elle va claquer au premier pas. Mais bon, "faut bien une fille sexy pour sauver la série" ont dû penser les réalisateurs… Sauf qu’elle est conne comme un bidet la pauvre.
En tous les cas je n’sais pas trop pourquoi mais ton visage il s’adoucit, genre tu fais un smiley gentil. Oh qu’elle est mignonne. Donc j’en déduis que tu me suis à Pétaouchnock ? Oui j’ai capté que tu parlais espagnol malgré la puce, aussi dans ma tête j’passe en monde espagnol. No estoy demasiado estupida. Bon l’auteure par contre a perdu ses bases en espagnol quelque part entre la fin de la terminale et sa première cuite, de ce fait la suite de l’histoire continuera en français. J’en étais où déjà ?

« En fait j’chuis une super héroïne en talons aiguille normalement, sauver la vie des gens c’mon métier. »


Dixit la meuf qui a tuée plus de personnes qu’il n’y a de jours dans l’année. L’ironie c’est cool. Allez meuf, t’vas pas bader. Non mon esprit et d’jà passé à autre chose. Genre me rappeler où on va. Ah oui, les talons aiguilles. C’est pas que marcher pieds nus me dérange, mais l’genre Hippie ne colle pas à Ipiu. Regardez-moi avec ma jupe droite grenat et sa chemise blanche, je ressemble à ce que je suis : une putain de bibliothécaire. Bon okay une putain surtout vu que pour réussir à grimper dans les arbres j’avais retroussé ma jupe. Pas la foi d’la faire redescendre, elle est très bien où elle est.
]
« Si tu t’appelles Ariana pourquoi Scoubidou et Sam t’appellent Velma ? »


Ouai j’ai zappé sa question principale. Attends mais j’réfléchis vaaaaaaachement pour répondre. C’est dur comme question ce qu’elle vient d’me poser. Nan, mais même sobre j’ai pas vraiment la réponse. J’ai le nom avec lequel je suis arrivée à Terrae Ipiu Raspeberry, j’ai celui que j’ai porté la majoité d’ma life Henrietta Jalla et j’me souviens de celui que m’ont donné mes parents… enfin partiellement : Toumai. Non mais dans de telles circonstances, j’donne lequel ? Bon on est à Terrae n’est-il pas ?

« Moi c’est Ipiu, Ipiu Rasperry comme les framboises. » Une minute de réflexion salutaire en plus. « Il r’semblait à quoi le type qui t’a accompagné que j’te dise son nom et qu’on aille lui apprendre la politesse en dessinant des fleurs sur sa porte au stylo indélébile ? »

… Là je crois que j’touche fond et que j’commence à creuser, niveau menace j’ai rarement fait mieux. Bon, j‘ai fait pire aussi. Je crois j’m’en souviens plus, mais je suis pas sûre que ce soit réellement une honte ou une punition d’avoir des papillons sur sa porte d’entrée.

« Allez viens on va prendre l’bus, il va passer j’dirais dans 10 minutes on peut y aller tranquillllle ! »


#   Mer 3 Juin 2015 - 18:50

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 592
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

Parfois, Ariana se perdait un peu dans sa propre tête. Dans des moments comme ceux-ci, ce n'était pas seulement le fait qu'elle ne touchait plus terre qui pouvait lui causer problème. À vrai dire, l'ennui majeur se trouvait dans sa totale incapacité à se mettre à la place des autres. Incapable de comprendre comment ils fonctionnaient, il lui était bien difficile de s'adapter à ce qu'ils souhaitaient sans qu'on ne lui énonce directement et clairement les choses – à savoir, bien souvent, qu'elle en agaçait plus d'un mais que personne n'osait l'interrompre. Elle-même parlait, parlait, mais n'obtenait pas la moindre réaction durant tout le temps où elle se mettait à baragouiner son baratin inutile, qui filait à la vitesse de l'éclair. En même temps, difficile pour qui que ce soit de glisser le moindre mot dans tout cet afflux de paroles. On lui demandait souvent comment elle faisait pour parler aussi vite, à Aria. Jamais elle ne savait quoi répondre. Parfois, elle arborait un petit sourire doux et lâchait simplement que les mots s'entrechoquaient dans sa tête durant des heures. Et soudainement, il y avait comme une barrière qui retombait : les mots ressortaient, et tout ce à quoi elle avait bien pu penser se retrouvait expulsé dans les airs. Elle en riait beaucoup, mais parfois, elle s'en serait bien passée ; elle n'aimait pas vraiment agacer les autres, et s'en rendre compte après coup la rendait quelque peu coupable. Pour elle, parler était un moyen comme un autre d'évacuer le stress qui enflait en même temps qu'une boule au fond de sa gorge et qu'un nœud dans son estomac. Elle s'y laissait aller, plutôt que de craquer ou de s'angoisser plus encore. Un moyen comme un autre, disait-on.

Alors la rouquine continue de parler, et rit même à la blague lancée par son interlocutrice. Elle l'imagina soudainement avec une cape colorée, pourquoi pas de rose bien flash, les mêmes lunettes que les siennes en guise de masque, ses cheveux blonds attachés en une queue de cheval bouclée, combinaison flash et talons aiguilles pour compléter le tout. L'image la fit rire de plus belle, de son rire insupportable de fillette insouciante et candide. L'accoutrement de super héroïne lui changerait quelque peu des vêtements qu'elle portait actuellement, à vrai dire. C'était une belle femme, mais son visage portait une expression un peu lasse qu'elle n'identifia pas – en même temps, de là à ce qu'Ariana comprenne quoi que ce soit, on est pas encore couchés, c'est moi qui vous le dit…

Lorsqu'Ipiu se remit à l'appeler Velma, la nouvelle venue esquissa une moue étrange. Elle comprit enfin de quoi elle parlait, et tenta vainement de capter comment elle en était venue à la comparer à un tel personnage. Non parce que, l'apparence physique, ce n'était pas trop ça, non ?

- Tu confonds pas avec le dessin animé ? Puis tu sais, c'est la première fois qu'on me compare à une meuf aussi intelligente, lâcha-t-elle avec un nouveau rire plus léger, visiblement plutôt contente du surnom.

Surnom qui n'était peut-être pas si flatteur que ça au final ? Mais elle s'en fichait royalement !

- Sinon, enchantée Ipiu-comme-les-framboises ! C'est mignon comme nom, ça fait tout frais ! reprit-elle avec un sourire ravi, avant de replacer ses lunettes sur son crâne en voyant qu'il n'y avait pas tant de soleil que ça.

Et puis, avouons-le, c'était pour avoir l'air classe. Ce qui ne fonctionnait pas aussi bien qu'elle l'aurait souhaité.

- Alors… Je saurais pas vraiment te dire, mais il était brun, je dirais… commença-t-elle en réfléchissant longuement. Il avait l'air un peu pressé. J'ai l'impression qu'ils sont tous pressés ici ! Y en avait pas un pour être un peu sympa et m'indiquer le chemin des dortoirs.

Ariana râlait un peu, mais au fond, ça l'avait bien arrangée de n'avoir pas croisé grand monde pendant qu'elle trimballait son armoire derrière elle. Elle aurait eu de la peine à leur expliquer que ces sacs ne contenaient rien d'autre que ses fringues, cosmétiques et autres chaussures indispensables à sa survie dans un milieu qu'elle ne connaissait guère. En revanche, l'idée d'aller couvrir une porte de fleurs et autres dessins merveilleux au stylo indélébile lui disait bien. Il ne manquerait que la peinture rouge à la bombe pour rehausser un peu les tons et ce serait un véritable chef d'œuvre !

Les deux jeunes femmes se dirigeaient vers le fameux arrêt de bus, l'allure calme pour la blonde, plus enjouée pour la rousse. Ses yeux ne semblaient pas vouloir s'arrêter sur quoi que ce soit, tant il y avait de choses à voir : cet endroit lui paraissait véritablement gigantesque. Si une ligne de bus traversait le campus, c'est qu'il devait vraiment l'être en tout cas. Quel genre d'académie était aussi grande, hein… Dans quel monde était-elle tombée ?

- C'est aussi grand que ça pour qu'il y ait besoin de mettre une ligne de bus ?

Elle espérait vraiment – vraiiiment – que les boutiques valaient le coup d'œil. Soudainement, elle avait bon espoir !


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
#   Dim 7 Juin 2015 - 12:43

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Non bien sûr le pétard n'élève pas la raison


Feat Ariana Vicente


_________________________________________________

Pourquoi j’la confondrais avec un dessin animé puisque l’on se trouve dans un dessin animé ? On a mélangé les séries c’est ça ? Non mais elle vraiment pas logique Velma. Franchement, elle a l’impression d’être dans une série télévisée et pas dans un dessin animé ? J’hausse tranquillement les épaules. Tant pis si elle est bizarre il y a bien pire qui traîne par vers ici. Simplement d’habitude j’évite les personnages fictifs vous comprenez ? Ils sont pas mal chelous et leur conversation dépend du background qu’ont prévu leurs auteurs pour eux. Je veux dire, parfois il n’y a rien de plus derrière un personnage que ce que l’auteur nous a montré à l’écran ou entre les lignes. Leur conversation peut devenir vite insipide. Ils ne connaissent rien du monde réel est se cantonnent toujours aux même sujets de conversation sans pouvoir en tenir de nouvelles.
C’était lassant de voir le peu d’imagination de certains. Ils ne pouvaient être autre que ce qu’ils paraissaient. Leur lumière n’était que pâle reflet de ce qu’elle aurait pu, aurait dû être. Une fois l’image éventrée il ne restait qu’un âpre sentiment de vide. Cette sensation de dégoût profond et de pitié pour cette pauvre coque inachevée. Je connaissais ça, combien de mes personnages n’avaient été que vides ? Trop sans doute, et ils étaient aujourd’hui le reflet du vide qui avait envahi mon cœur.

Je ne pouvais m’empêcher de sourire aux anges, un peu paumée. J’me rends pas vraiment compte de ce qui se passe autour de moi, j’me rends même pas compte de ce que je ressens. J’viens de m’éclater la voûte plantaire sur un caillou plus épais que les autres. Heureusement n’était-il pas plus affûté que les autres sans quoi le sang qui bleuira mon talon aurait couvert d'un manteau pourpre l’allée de blanches pierres. Pourtant pour l’instant je ne sens pas naître l’hématome, je complètement stone.
Même si je ne réponds pas je l’écoute hein ? A défaut de dire que je comprends tout. Je fronce les sourcis face à la description qu’elle vient de me faire. C’est vachement léger, non ? Enfin, si je combine ça avec le nom des masters qui se sont absentés récemment il n’est pas non plus totalement improbable de trouver le coupable. Je mets un certain temps à réfléchir en silence. Aaron, Gaetano et Kiyo correspondent à la description de bruns. Bon et Chris aussi, mais ce dernier aurait été décrit par ses dreads ou sa jolie couleur caramel… Pressés ? Ils pouvaient tous l’être par moment. Genre méchamment pressés. Sauf Kiyo, lui prenait toujours le temps pour ses petits élèves. Il était vachement apprécié ce gars. Bon Aaron ou Gaetano ? J’aurais tendance à dire qu’Aaron est une grosse enflure lorsqu’il s’y met. Cependant Gaetano n’a pas la réputation d’être tendre non plus. Hm. Aaron s’était absenté dernièrement, et m’avait laissé Bloby à nourrir. Enfin, avait présumé que je laisserais pas le poisson mourir. A raison.

« Aaron Williams ton bonhomme. Jolie bouille, un cul à se damner et un caractère de cochon quand il s’y met. »


Parce que le cul du sieur est sans doute la partie la plus intéressante de son anatomie. Après, il n’est pas laid, mais il n’a rien de particulièrement beau. Quoi qu’il sembla parfois penser. Enfin, j’en connais un qui se retrouverait dans la soirée avec des fleurs sur sa porte. C’était tout de même plus intéressant que les bites que nous y avions tantôt dessinées. Se doper avec un master laisse des traces, il avait du repeindre sa porte quelques semaines plus tôt… Mais que voulez-vous, il allait devoir recommencer. Il lui restait de la peinture, pas vrai ?

« Ils ont tous mieux à faire que s’occuper des petits nouveaux j’imagine, puis présenter le dortoir des jeunes filles… Serait mal vu. Je présume. »


Je serais une grosse conne, je dirais que le prof de math l’a déjà visité plus d’une fois… Mais je ne dirais rien, au final je ne le connais pas si bien que ça.
Elle me demande si c’est aussi grand que ça.

« En fait Terrae ce n’est pas simplement une école, c’est aussi un village. Enfin une petite ville, l’école est un peu excentrée du coup une ligne de bus fait gagner pas mal de temps. »


Et bizarrement (ou pas) ça se trouve en plein Tokyo. Je me demande pourquoi ces hauts murs qui séparent Terrae du haut de la ville n’intriguent pas plus. Peut-être qu’il y a des cristaux de tonnerre solaires comme moi placés à différents points stratégiques du mur et qui font accepter aux gens son existence tout en les empêchant d’être curieux ? Cet endroit me débecte de plus en plus. Nous voilà à l’arrêt de bus, deux trois étudiants attendent déjà.

« Pas besoin de carte, les bus sont gratuits, comme à peu près toutes les choses indispensables ici. On se croirait presque chez les schtroumpfs. »


#   Dim 14 Juin 2015 - 15:17

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 592
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

La femme à ses côtés parut réfléchir durant un long moment, alors qu'Ariana déblatérait des inepties. À vrai dire, à bien y réfléchir, il lui semblait bien que la personne qui l'avait accompagnée jusqu'à Terrae ne lui accordait que peu d'attention. Cependant, ce n'est pas comme si la chose lui avait paru importante, sur le coup. Une fois seule devant les grilles, en revanche, elle se mit à se poser un peu plus de questions. Enfin peu lui importait à présent. La réponse de la blonde lui tira un long rire amusé. Il lui semblait bien que ce nom lui disait quelque chose – mais pour le coup, elle n'arrivait pas bien à se rappeler de ce que lui avait dit l'homme en se présentant. Il avait été aimable et sympathique, mais un peu distant une fois monté dans la carlingue volante, si bien qu'elle n'avait pas eu cœur à le déranger, sûrement intimidée. Certainement était-ce dû à son fameux "caractère de cochon" – ou simplement au fait qu'il n'appréciait guère ce moyen de transport, que pouvait-elle savoir ? Au final, elle avait plus dormi dans l'avion que parlé avec lui. Maintenant, elle le regrettait un peu, et se traita d'idiote pour ne pas avoir pris le soin de lui demander son numéro de portable – il devait forcément avoir un numéro de portable, non ? TOUT le monde a un numéro de téléphone, de nos jours. Même en Afrique, ils ont des portables. Enfin, c'est ce qu'on lui avait dit. De là à savoir si c'était vrai ou non, il y avait un monde ou deux…

- Tu le connais ? demanda-t-elle ingénument.

Ce qui était certain, c'est qu'elle ne pouvait pas la contredire quant à sa description – non pas fort détaillée, mais fort réaliste de la chose. Après, ce n'était pas comme si elle avait un goût particulièrement développé en matière de mecs, et sa mémoire lui faisait quelque peu défaut ; peut-être ne parlaient-elles même pas de la même personne. Dans tous les cas, les réactions et dires spontanés de la jeune femme tendaient à la mettre à l'aise. Elle ne pouvait pas s'empêcher de rire à ses remarques, et semblait totalement ravie d'en apprendre un peu plus sur cet endroit. Et puis, les potins, ça l'intéressait toujours la p'tite Aria. Même si elle ne connaît pas vraiment les gens, tendre les oreilles et écouter l'aidait souvent à entrer en contact avec ceux qu'elle rencontrait. Il est plus aisé de parler avec quelqu'un dont vous savez déjà plusieurs choses, même si celles-ci sont fausses ou infondées.

- Promis, j'aurais rien dit et j'aurais pas crié au viol, j'aurais même été plutôt contente qu'on me montre le chemin, rit-elle une fois de plus. Et puis c'est nul de laisser les nouveaux à l'entrée comme ça, là ! C'est un rituel d'initiation, c'est ça ? Genre si on arrive à trouver les dortoirs, on a le droit de rester ? Et si on les trouvait pas ?! C'est cruel !

Bon, évidemment, les dortoirs étant au rez-de-chaussée et plutôt proche de l'entrée, il n'était pas si difficile de les atteindre. Mais la rouquine aimait bien se plaindre ; un peu, voire beaucoup, et même assez souvent.

Finalement, la jeune Ariana interrogea Ipiu sur la taille de l'endroit. Il lui semblait bien que c'était pas mal grand, mais à ce point-là ? Ça semblait carrément démesuré ! Et en effet, s'il y avait même un village accolé, ça ne pouvait pas être tout petit. Elle se demanda soudain comment une ville d'une telle taille pouvait tenir dans une ville comme Tokyo – parce qu'il faut avouer que ce n'est pas l'endroit le plus idéal, hein. Mais l'idée s'enfuit rapidement, remplacée par des perspectives de shopping – ou au moins de vagabondages dans les rues au sol d'asphalte – plutôt réjouissantes. Elle qui avait peur de s'être exilée dans l'endroit le plus paumé du monde, la voilà au moins rassurée sur ce fait.

- Mais… mais c'est génial, souffla-t-elle, impressionnée par la générosité dont les propriétaires de l'endroit faisaient preuve. Enfin, c'est un peu louche quand même nan ? Ça fait un peu secte, genre "viendez viendez, vous aurez tout ce que vous voulez, vous vivrez dans la joie et la bonne humeur !"… Y a forcément un truc qui cloche là-dedans, c'est pas possible autrement !

Là, elle serait tentée de se dire à elle-même "pitié Ariana, tais-toi", mais bon…

La novice suivit son aînée jusqu'à l'arrêt de bus, où quelques personnes attendaient déjà sur place. Le véhicule arriva finalement et tous montèrent à l'intérieur. Ariana resta debout près des portes pour avoir une meilleure vue sur le paysage. Elle aperçut un parc un peu plus loin, quelques arbres… Des endroits pour courir, partout !

- Dis, Ipiu, y a une piscine quelque part ?


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
#   Mar 16 Juin 2015 - 23:00

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Non bien sûr le pétard n'élève pas la raison


Feat Ariana Vicente


_________________________________________________
Si j’connais ce trou du cul d’Aaron ? Comme ma poche retournée je dirais. Je squatte chez lui une voire deux fois par semaines et on a la garde partagée de Bloby. Bloby qui est-ce ? Question pertinente si je puis me permettre. Bloby est un poisson abyssal qui a atterrit ou amerrit on ne sait trop comment dans la baignoire du sieur Williams une soirée où on s’était bien retourné la tête. Je ne dirais pas que ladite soirée était mémorable vu qu’il m’est impossible de me souvenir de ce qui s’y est passé, mais j’dois admettre que le réveil lui l’était. Qui c’est qui s’est réveillée à poil entourée de mecs, enfin surplombée de mec dans leur presque plus simple apparat ? C'est bibiche. Bref elle avait déchiré cette soirée, on avait bien déliré… Y en avait un bleu, un teint en rose… Et le prof de math qui portait mes sous-vêtements au réveil… C’était dééééééééééééééééééééément.

« Il me connait bien on dira. »


Ouai, c’est avec ce gland que j’picole plus que de raison, que je bade et qu’j’raconte de la merde… J’crois qu’on peut dire qu’il m’connait assez bien. Sans doute mieux que je ne le connais, on dira merci à ses supers pouvoirs. Je suis presque sûre qu’il sait mieux que moi quand je mens. J’EN SUIS SUREUH. Et en fait j’en sais rien. Mais on s’en tape, quoi que lui j’me le tape pas. Enfin j’l’ai déjà tapé, mais j’m’le suis pas enquillé, sauf pendant quelques soirées où il fut de navrante compagnie. Navrante mais déchirante, et parfois on s’déchire la gueule et d’autres fois un s’déchire le cœur. Faut dire qu’on est des rapiécés d’la vie, vie qui nous boulotte avant de recracher nos os trop peux assaisonnés, mais j’crois bien qu’c’est le sel qui corse notre relation. J’dirais pas amitié parce que tout ça c’est des salades, et qu’si le poivre nous monte au nez on pourrait bien se le casser. Si t’as suivi mes pensées jusqu’là j’te dis chapeau, perso j’ai abandonné à la machine à laver.

Laissée à l’entrée Velma ? Bon j’crois qu’t’as loupé le meilleur d’la démo d’l’initiation. Enfin non tu seras bientôt initiée, Ou pas c’toi qui verra, enfin j’comprends que t’aurais pas crié au viol, vu comment l’type et gaulé et comment les fillettes le regarde toutes amourachées, j’peux comprendre que tu cries pas au viol. Surtout que s’il couche avec ses élèves sans vouloir remettre en cause ton style, c’est plus la gente masculine qui l’intéresse. J’en sais quelque chose se référer au paragraphe où j’évoque une folle soirée, plutôt que d’m’obliger à répéter ? AH ! Ouai j’avais pas précisé, mais avec Ronron on était les seuls majeurs de la soirée, même si officiellement d’après mes papiers trafiqués j’n’ai que quinze petites années. Sauf qu’on sait bien que c’n’est pas la réalité. Faudrait que je sorte un de ces quatre me faire refaire des jolis papiers japonais, sauf que ça attirerait l’attention de ces enfoirés du Centre. Ouai bon j’divague. VAGUE !

« SERIEUX IL T’A RIEN DIT ? Pas de démo ni rien ? »


Ouai il lui a pas fait un feu d’artifice magique ? Putain blaireaux qui refile toujours l’sale boulot aux autres. Bon okay, ils font tous ça, mais quand même ils pourraient entamer le processus quoi. Ça fait chier, nous on a pas les pouvoirs pour rendre tout ça glamour. On fait l’impression de montrer des pétards mouillés. T’sais le trucs pas du tout crédible et si tu tombes sur quelqu’un de buté il croira jamais que c’est pas d’la prestidigitation foirée. Bon allez on met ça sur la liste de choses à faire quand j’aurais la foi, lui montrer que j’peux faire des étincelles. La flemme pour l’moment la seule chose dont j’ai envie c’est d’m’en rouler un nouveau bien dosé.

« Quand j’chuis arrivée j’ai fini chez les mecs sans faire exprès. Ce fut rude. »


Et la gamine que j’étais avais eu du mal à s’en remettre mais passons comme les paysages qui défilent. Oh ? Un panneau stop ! J’avais oublié qu’y en avait un là. Bah… Tant pis on s’en remettra, et j’l’aurais oublié quand on repassera.

« T’as tout compris on te sacrifiera à la prochaine pleine lune au dieu Banana. T’es vierge au moins ? »


Oui Terrae est une secte, et c’pas à moi qu’faut en parler. Pas envie d’y penser, parce que c’est pour ça que j’me suis foutu la tête à l’envers. J’appuie sur le bouton signalant qu’on va descendre là. J’remercie le chauffeur en descendant alors qu’il en a rien à carrer j’présume, mais la politesse c’est cool j’pense. On va devoir marché un peu avant d’arriver au centre et accessoirement à la meilleure boutique de godasses du coins. Comprenez que les talons les plus bas sont nommés échasses ici.

« Ouaip y a une piscine, elle est ouverte toute l'année. »



#   Ven 19 Juin 2015 - 16:14

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 592
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

"Il me connaît bien" ? Pourquoi cette simple phrase avait-elle suffi à lui faire dresser l'oreille ? L'appel du commérage, peut-être bien ? Immédiatement, des dizaines de scénarios farfelus vinrent à la rencontre de son esprit un peu perturbé. Une relation prof-élève ? Elle n'avait pourtant pas l'air d'avoir moins de vingt ans - et en même temps, difficile pour Ariana de s'avancer sur son âge avec certitude. Elle avait quelque chose d'à la fois adulte et enfantin. Étrange. En même temps, elle n'était pas vraiment certaine que l'homme soit un professeur, mais généralement des "Master" c'est ça nan ? Quoique ça faisait plus maître en sado-masochisme que maître d'école. Elle espéra soudainement que cette Terrae n'était vraiment pas une secte SM destinée à réduire les nouveaux en esclavage. Peut-être que c'était ça, au final ? Genre le jour, académie avec des professeurs sexy et souriants, et la nuit, elles se faisaient enfermer dans les sous-sols à la merci de ces "masters", qui leur apprenaient comment initier les petites recrues ?! C'était bien ça ?! Son rythme cardiaque accéléra, et elle chercha autour d'elle un échappatoire. Elles montaient dans le bus ; elle ne pouvait plus fuir !

- Comment ça, il ne m'a pas fait de démo ? murmura-t-elle d'une voix blanche. Tu commences à me faire peur.

Non mais non, elle se faisait forcément des idées. FORCEMENT. Un endroit aussi beau ne pouvait pas être une antre du bondage. Non ? Pitié, dites lui que non. Elle ne dormira jamais tranquille sinon, ce soir.

Le pire... le pire, c'est qu'elle n'avait pas démenti pour l'aspect sectaire de la chose ! Elle se préparait soudainement au pire. Genre au pire du pire du pire. Parce qu'Ariana, elle n'avait jamais beaucoup de bol. Elle était tellement naïve qu'on aurait pu tout simplement la kidnapper pour l'emmener dans un palace géant pour finir concubine du directeur sans qu'elle ne remarque quoi que ce soit.

Elle trouva à peine le courage de répondre qu'en effet, ça devait pas être cool d'atterrir dans le dortoir des mecs - et avec tout ce qu'elle s'était imaginé en amont, elle ne put que frissonner d'horreur. Mon dieu. Elle avait échappé au pire.

Cependant, lorsqu'elle parla du dieu Banana, le pli soucieux qui barrait son front s'envola plus vite qu'il n'était arrivé. Ouf ! Elle se fichait juste d'elle... Heureusement, c'la dit. Elle imaginait mal quelqu'un lui dire ça de but en blanc, si elle avait vraiment été dans une secte.

- Tu sais que tu aurais presque réussi à me faire flipper ? rit-elle doucement.

C'est que le dieu Banana risquait de ne pas être très content avec elle, hein.

Ipiu appuya soudainement sur le bouton d'arrêt, et Ariana la suivit en remerciant le chauffeur, à son tour probablement un peu trop chaleureusement puisqu'il roula des yeux.

- C'est vrai ? Il y a une piscine alors ? Génial ! Je vais pouvoir nager un peu, c'est vraiment super ! Et c'est assez grand pour qu'on puisse courir tranquillement.

Elle se tourna vers la blonde et, s'étirant au soleil avant de remettre ses lunettes, elle l'interrogea à nouveau :

- T'es là depuis longtemps, toi ? Comment c'est la vie, ici ?


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
#   Mer 24 Juin 2015 - 0:50

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Non bien sûr le pétard n'élève pas la raison


Feat Ariana Vicente


_________________________________________________

En parlant de démo, je pense à beaucoup de choses, mais certainement pas aux sentiments lubriques mêlés de peur de la jeune fille qui me fait face. Putain c’est bien toi qui disait il y a quelques minutes que tu n’aurais pas crié au viol. J’ai un peu du mal à te suivre. Tu veux ou tu veux pas ? Enfin, j’dis ça j’m’en branle avec un menhir… tout de même avoir peur de Ronron faut le faire… Ou alors on dira que j’ai la folie de ne pas avoir peur ! J’en sais rien, c’est sans doute que je le connais trop bien pour ça en fait, il peut être un vrai connard hein ? Genre « dégagez je préfère être seul que souffrir quand vous partirez. » mais si on s’en tient à du platonique et à de l’utilisation réciproque ça passe nickel.
N’empêche va vraiment falloir que tu m’expliques, comment t’es passé de j’lui laisserais bien m’faire des avances à il me fout la trouille ? Attend j’’t’ai dis qu’il était prof de maths ? Je sais pas, j’m’en souviens pluuuuuus. Parce que si je te l’ai dit, je peux comprendre que tu ais peur, faut vraiment avoir le cerveau d’un piaf pour enseigner les maths. Les aimer je ne dis pas, les théories mathématiques sont à la bases de nombreuses découvertes physiques, si je n’aimais pas les mathématiques je serais vite paumée… Mais les enseigner, ce que tu enseignes passé la cinquième, et encore je suis large, ne servira à rien à quatre-vingt pour cent de tes élèves. Du coup ceux qui l’ont compris s’en branlent complet de tes cours… Métier de rêve que d’enseigner à des singes à compter sur leurs doigts.
Ta gueule Toumaï ! Enseigner c’est la plus belle chose du monde, c’est offrir des clefs qui ouvrent vers des lendemains plus lumineux. Permettre de comprendre l’univers, c’est s’ouvrir aux autres. Plus on sait, plus on est apte à décider de ce qui est bon. Apprendre les mathématiques c’est apprendre une manière de raisonner. Faire acte de raison permet d’être libre de ses choix. De les assumer pleinement.
Ipiu ? Sais-tu donc que ta raison est ta propre prison ? C’est joli ce que tu dis, et un gamin de six ans acquiescerait regarde le monde tel qu’il est et pas tel que tu voudrais que tu sois. Apprendre ? Gaver serait plus adéquat. Tu ne peux pas forcer les gens à apprendre et dès lors que l’école est obligatoire. Ce n’est plus un choix mais une contrainte. De ce fait, il n’y’a plus aucun intérêt.
Non mais tu t’entends Henri ? T’as craqué ton slip ma vieille, tout l’intérêt d’enseigner, donner l’envie d’étudier. C’est ça qui est magique. C’est ça toute la beauté de l’art.
Tu aurais fait une bonne prof Ipiu, une boule monte à ma gorge. Non je me foutrais pas à chialer, à la place de  ça j’me sors une des cigarettes qui font rire pour oublier. J’me crame des neurones et c’est bien cela l’ultime but recherché de la manœuvre. Arrêter de penser, j’aimerais rejoindre Michigan dans son état de légumineux… J’aimerais mais je ne le ferais pas. Pas le droit.

« Pour la piscine tu descends deux arrêts plus loin du bus et c’est indiqué. Tu veux une démo ? Regarde le bout de ma clope. »


Les mains enfoncées dans les poches j’me concentre, et les neurones restant se connectent une étincelle allume la cigarette. Pitoyable n’est-il pas ? J’y peux rien, j’assume pas. Pourtant si vous me le faites remarquer je nierais. Ta gueule tiens, ça fera du bien. Putain, ça fait du bien ça détend directement. Je souffle une épaisse fumée.

« Je suis là depuis deux ans, c’est sympa ici… »


Si t'es pas clostro, si tu te rends pas comptes que tu n'es pas qui tu prétends être. Si tu sais faire confiance aux autres. si tu es réparable. Sauf que tout ça j'me la ferme, je m'arrête devant un présentoir posé à l'extérieur du magasin. Je suis pas assez stone pour rentrer dedans avec ma clope. Jetant mon dévolu sur une paire de talons qui me feraient presque passer pour grande. Hum. Pas mal, les échasses ça a toujours été mon truc, en plus ils sont genre vert pétard, le truc qui ira jamais avec tout le reste de ma garde robe mais qui va par contre très bien avec mon état d'esprit. Allez mets donc mes pieds dégueulasses dans ces chaussures tout aussi dégueulasses...


#   Lun 6 Juil 2015 - 19:54

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 592
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

À peine le pied posé hors du bus que tous ses soucis s'envolèrent. Il fallait bien dire qu'elle avait beau y avoir songé très sérieusement, elle aurait eu quelques réticences à y croire. Disons que c'était juste, quoi, un reflet de ses peurs ? Elle angoissait à propos de son intégration ici, peinait à comprendre ce qu'elle devait y faire. Car il devrait bien y avoir une contrepartie ? On offrait pas une nouvelle vie à une inconnue juste comme ça, sans rien en retour, pour la beauté du geste. Elle s'en désintéressa cependant, toute concentrée qu'elle était sur leur visite du centre-ville. Les bâtiments semblaient plutôt modernes, bien qu'ils n'aient pas l'air d'avoir été construit si récemment que ça. Quelques années, peut-être. C'était peu, mais tout de même. Elle nota les enseignes importantes, boulangeries et pâtisseries, magasins de fringues, restau, bar. Elle croisa un karaoké et trépigna d'impatience à l'idée d'aller le visiter, sembla soudainement très intéressée par les thermes. Elle enregistra aussi l'information de son guide au sujet de la piscine. Deux arrêts plus loin ? Il ne fallait vraiment pas qu'elle l'oublie. Et au pire, elle finirait bien par trouver... Cette ville ne pouvait décemment pas être si grande que ça ?

Ariana releva les yeux vers Ipiu, curieuse, lorsque celle-ci reprit au sujet de la fameuse démo. Elle haussa un sourcil, prête à dire qu'au pire, c'était paaaas si grave et qu'elle se remettrait de son ignorance - c'est qu'elle avait l'habitude, quand même. Pourtant, lorsqu'une étincelle jaillit de son index pour allumer le bout de sa clope, elle ouvrit grand la bouche. La referma. La rouvrit. La referma. (Et elle joua ainsi au poisson durant quelques longues secondes, sans trop savoir comment elle était censée réagir. Devait-elle applaudir ses talents d'illusionniste ou hurler d'horreur parce qu'elle se trouvait face à un mutant ? Quoiqu'il en soit, elle se fit la remarque qu'on se croirait réellement dans X-Men. Zen Aria, on ne fait pas d'infarctus, il paraît que c'est mauvais pour ta santé. Non sans blague ?)

- Mais... Mais comment t'as fait ça ?! Il est où le briquet ?! cria-t-elle presque en se penchant pour observer son poignet sous toutes les coutures. C'est abusé, c'est une école du cirque ici ?!

Après l'antre du SM, l'école du cirque. Tu t'améliores presque, Arry.

- C'est ça qu'on vous apprend, ici ? T'as eu le temps de perfectionner tes techniques et tout ? OU... Peut-être qu'on est dans un remake de Naruto et Harry Potter. C'est ça ?! Des parchemins magiques qui donnent des pouvoirs d'illusion ?!

Elle se ferait presque rire, mais elle était vraiment interloqué. Difficile de ne pas l'être, même une personne plus sensée qu'elle réagirait de la même manière. Il se passait des choses étranges, ici, et finalement, elle n'était pas certaine de vouloir savoir quoi.

Les deux femmes s'approchent d'une boutique et Ipiu attrape une paire de groles vert fluo, qui tire un grand sourire à Aria. Oh, elle avait les mêmes ! Bon, elles étaient oranges, mais c'était les mêmes ! À peu de choses près... à commencer par la taille des talons !

- ... OH MON DIEU ELLES SONT TROP BELLES !

Elle se jeta presque sur des talons compensés rose et blanc et les prit dans ses mains comme on prendrait le saint Graal. Un arrêt de respiration, une seconde, deux secondes, le coeur qui tambourine. C'était le coup de foudre mes amis, le COUP DE FOUDRE. Vous pouvez pas test.

- Ah... Pardon, je devrais arrêter de crier, rougit-elle en apercevant le regard de la vendeuse dans le magasin. Tu vas prendre celles-là ? La couleur ne va pas des masses avec tes fringues...

Ce faisant, elle désigna les chaussure vertes.



HRP : Olala je suis désolée pour ce post pourri, en plus avec le temps que j'ai mis à l'écrire... Désolée T^T
Très joli kit sinon !


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
#   Mer 8 Juil 2015 - 20:43

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !




Non bien sûr le pétard n'élève pas la raison


Feat Ariana Vicente


_________________________________________________

Surprise ? Elle semble l'être ! Tu te souviens Ipiu la tête que tu tirais quand Sixtine te montra pour la première fois la magie ? Tu trouvais ça tellement irréellement beau ! Vraiment il ne t'a pas fallu bien longtemps pour y croire... Mais pour toi c'était plus facile: Tu voulais croire. Tu avais espéré que c'était vrai dès que tu avais vu. Pour toi le monde DEVAIT être beau. C'était une obligation, tu ne pouvais accepter de t'arrêter sur l'horreur qui t'avais amenée à Terrae. Tu avais besoin de ça. Besoin de la magie.  
Pis faudra aussi avouer que l'eau avait un pouvoir plus impressionnant ! Sérieusement quoi, vous avez vu un tonnerre moduler l'électricité pour en faire des formes géométriques dans l'air ? Bah soit c'est un Master soit ça ne tardera pas à en être un. Pourquoi ? Le courant cherche toujours un endroit où se décharger d'une part... D'autre part quand on commence à maîtriser cet aspect là... L'air à côté de la forme s'enflamme.  C'est ce que j'utilise pour allumer ma clope. L'étincelle que je crée est suffisante je dirais pour chauffer et enflammer le bout du bâton magique. Je dois avouer que même foncedée je suis pas assez conne pour créer quelque chose de plus grand dans une zone fréquentée. Dans l'arène peut-être... Près du lac sans doute. Non je n'aime pas faire le spectacle à tout prix.

" C'est pas du chiqué ! Il n'y a pas de tour de passe passe, pas de truc.  J'en suis juste capable... Comme beaucoup de gens sont capables de beaucoup de choses ici. En fait un jour on te demande si tu veux appelons ça dès pouvoirs magiques et rester enfermée ici jusqu'à les maîtriser ou si tu veux rentrer chez toi. On appelle ça l'initiation, ensuite t'as l'étoilisation et la masterisation, des sortes de cérémonies durant lesquelles tes pouvoirs augmentent. A la fin t'es master t'as les pouvoirs d'un demi-dieu avec le tact d'un mollusque..."
parce que merde quoi ne pas prendre le temps d'expliquer aux nouveaux ce qui se passe ici c'est de la connerie en boîte. Autant leur fournir le sapin dès leur arrivée. S'ils croient que ce sont des effets spéciaux et veulent y regarder de plus près ils finiront noyés, électrocutés, brûlés, assaisonnés ou désossés. Bref en mauvais état.

Elle semble autant convaincu qu'un père Noël engagé pour distribuer les chocolats de pâques. Autant convaincu que si je venais de lui annoncer qu'il neigeait un quatorze juillet à Biarritz.  Je ne sais pourquoi mais j'imagine que si maintenant je lui disais qu'en fait j'étais une extraterrestre, qu'elle n'était plus sur terre car on l'avait enlevée ça serait tout aussi crédible à ses yeux. Haussement d'épaule.

" Choisit un lampadaire dans la rue." Elle a compris la question au moins ? Temps de latence, elle doit être un peu déboussolée. " allez choisit un lampadaire !"

Elle m'en désigne un pas trop loin, l'air toujours aussi convaincue. T'inquiètes tita Toumaï va te montrer comment son pouvoir il sert à rien quand elle veut pas desinguer quelqu'un... Okay je mens. J'ai souvent envie de tuer les gens en pensées, ( et les choses ! Il y a un meuble chez Aaron qui veut du mal à mon petit orteil, il ne doit sa survie qu'a mon immense mansuétude !) je ne passe plus que rarement à l'acte...
Allez allumons ce lampadaire comme s'il était la plus belle femme que j'ai croisé en ce bas monde. Ça marche aussi au masculin vous m'direz ...  Brefouille concentration, action t'as le bestiau qui se met à éclairer rien du tout, en plein milieu de la journée il fait pâle concurrence à mon pote le soleil. Love you so much my lovely friend !
Je le fais clignoter au rythme de la macarena. Pourquoi ? J'ai une tête à savoir ? Je suis certaine que ce rythme à sauvé des vies ! J'vous entend soupirer, mais vous faites chier ! Pour une fois que je dis quelque chose d'intelligent... Vous me vexez.... La macarena c'est le rythme auquel faut faire un massage cardiaque si on veut qu'il soit efficace. Bawé. Vous le saviez pas et vous me preniez pour une folle bande de glands. Et BIM.

" Au tonnerre qui s'éclate avec mon lampadaire, s'il fait griller l'ampoule je lui fais cramer les fesses !"


J'inspire une longue goulée d'air enfumé et allez savoir pourquoi je m'entends répondre :

" Oh oui vient me foutre le feu au cul !"

Il est même pas beau se type. Il me roule des yeux gros comme des soucoupes. Wesh gros on se connaît ? Ah ouai peut être ta trogne me rappelle quelque chose. Oh pétard ( c'est le cas de le dire)  on a déjà couché ensemble ? Je suis plus certaine... Dans le doute j'arrête et te fais un clin d'oeil.

"Euh nan pas de bave de crapaud ou de crotte de chameau des enfers non plus ! Ici c'est tout made it yourself. "


Ouai tellement made it yourself que si le Master de votre affinité a pas de temps à vous consacrer c'est démerde toi tout seul. La loose absolue. Pourtant c'est pas nécessairement impossible ! Ils avaient pas de masters nos Masters... Pourtant ils se sont démerdés. Du coup je pense qu'ils se dédouanent en disant que si ils ont réussi tout le monde peut le faire ! ( Ce qui n'est sans doute pas faux...)

Le dieu des chaussures me sort de cette situation peu agréable. C'est rare que quelqu'un partage mes goûts en matière de groles mais pas déplaisant ! Cependant elle marque un point: elles ne sont pas du tout assorties à ma tenue. Je les repose alors qu'elle me montre une paire digne de barbie.

" Le blanc c'est trop salissant. Mais j'apprécie la forme !"

Ouai quand tu portes du blanc se balader dans la terre ou l'herbe revient à dire adieu à tes chaussures... Je me rabat sur des escarpins bordeaux plus assorties à ma tenue.


#   Lun 27 Juil 2015 - 15:58

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 592
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

HRP : ... Et là tu comprends pourquoi j'écris pas à la première personne avec Aria. Ca pique un peu les yeux, désolée... (Pardon pour le retard aussi, je sais que j'avais prévenu, mais même >o<)



"OH MON DIEU OH MON DIEU. ELLE SAIT FAIRE DES ÉTINCELLES. Elle s-a-i-t faire des é-t-i-n-c-e-l-l-e-s bon sang ! C'est carrément ouf ! Non mais vous l'avez vue ?! Pouf, étincelle et crâme-crâme la cigarette ! Crame-crame c'est le cri de la clope qui brûle, au cas où vous vous poseriez la question. Même s'il me semble que vu l'odeur, il n'y a pas que du tabac là-dedans. C'est mal la fumette, madame, vous savez ? Enfin on s'en fout. ELLE SAIT FAIRE COMME PYRO DANS X-MEN ! Voilà, ça y est, c'est bon : je suis sa première plus grande fan, comme je suis la plus grande fan de St John Allerdyce. Oui, première, tant pis pour les autres, ils n'avaient qu'à être là avant. Mais attendez. Restons calme. Restons caaalme... Elle n'a pas encore prouvé quoi que ce soit ! C'est vrai ! Ce n'est peut-être qu'un tour de passe-passe, et pfuiit ! Allumage ! Non mais sérieux, sérieux, c'est quoi cet endroit de fou ?! Ils t'apprennent à être illusionnistes j'suis sûre ! Ou alors c'est une vaste blague... Tout est possible, ahah."

Ce faisant, elle tenta de se concentrer sur les paroles de sa bienfaitrice blonde (pourquoi bienfaitrice ? c'est une bonne question. elle lui montrait simplement les boutiques après tout... enfin c'était peut-être suffisant, je saurais pas dire) et plissa le nez dans son effort. Beaucoup de monde capable de beaucoup de choses ? Sérieusement ? Ça semblait complètement fou. Elle se demandait si elle n'aurait pas simplement dû partir en courant sur le champ, avant qu'il ne soit trop tard et qu'elle ne puisse plus jamais repartir. C'est ce qu'Ipiu avait dit, non ? Qu'elle devrait rester enfermée ici pour maîtriser les futurs pouvoirs qu'elle obtiendrait - déjà cette idée lui paraissait suspecte, et, bien plus encore, totalement incongrue. Enfin bon. C'était amusant à imaginer, tout de même. Il lui suffisait de se représenter avec un quelconque pouvoir pour avoir envie de ricaner doucement dans son coin. En même temps, Ariana, des pouvoirs ? Elle voulait bien croire que le monde entier était peuplé de super-héros, que tous possédaient des pouvoirs, qu'ils cachaient en eux la force galactique des Sailors, mais elle, elle n'était même pas comme Usagi. Même si elle aurait kiffé être la réincarnation de la Princesse Serenity. (Ce qui lui fit penser qu'elle devrait éventuellement continuer le manga un jour, parce que c'est niais, et que ce qui est niais est très bon pour son état mental. Voilà un conseil : si vous voulez la rendre moins hystérique, mettez-la devant un mauvais Twilight, Sailor Moon ou que sais-je, ça la calme direct et au moins elle couine en silence dans son coin. Vraiment. Notez-le.)

- Ok... se contenta-t-elle de lâcher, un peu perdue. Le tact d'un mollusque, hein... Tu les aimes pas trop, toi, c'est ça ?

Ipiu lui demanda alors de choisir un lampadaire dans la rue et Ariana la fixa durant de longues secondes, l'air de se demander si elle n'avait pas tout simplement pété un câble. Finalement, à sa relance, la rouquine sursauta et chercha autour d'elle un lampadaire.

- Euh, euhhh... Celui-là !

Elle en désigna un du doigt, et attendit. Le lampadaire s'alluma alors et elle le contempla, bouche bée, sans comprendre comment elle avait fait. Là, pas moyen : cette meuf était une sorcière. La lumière clignota un moment, le temps probablement qu'il te fallait pour te remettre de cette révélation révélatrice. Elle fut cependant interrompue par un type qui, normal quoi, s'avança et lui dit qu'il lui cramerait le cul si elle ne s'arrêtait pas immédiatement. Normal. Puis son "made it yourself", genre pas à la Harry Potter... C'était ouf...

Ce fut donc à demi morte mentalement qu'elle s'approcha des boutiques et elle se détourna immédiatement de la conversation sur la magie pour éviter de trop y penser. CHAUSSURES. Voilà. Chaussures quoi, merde. Pense "chaussures", Aria ! Comme ça ! C'est bieeen ! Gentille fifille !

- Hélas... Oh celles-là sont chouettes ! La couleur est cool ! Par contre je crois que je vais vraiment me prendre les blanches, elles sont tellement belles...

Ariana jarta ses propres groles et inséra son tout petit pied dans les chaussures à talons. Han. HAN. Trop bien quoi.

- Y a pas moyen, je les veux ! J'ai plus de compensés de ce type.

Il faut bien avouer que les compensés tuaient moins le dos que les véritables talons. La nouvelle s'avança vers un miroir, et se contempla dedans en prenant toutes les poses possibles et imaginables avec ses pieds pour voir si elle était à l'aise.

- Je sens que je vais souffrir avec celles-ci...

Puis, sans attendre, elle les déchaussa et reprit place dans les siennes. C'est tout de même mieux !

- Tu veux aller à la caisse maintenant ou après ? D'ailleurs, j'ai... une question. C'est quoi ton... pouvoir exactement ? hésita-t-elle plusieurs fois, mal à l'aise d'être revenue sur le sujet. C'est vraiment bizarre, j'ai l'impression d'avoir atterri dans une autre dimension... C'est pas dangereux, au moins ? Non parce que c'est cool, hein, je dis pas, mais voilà... C'était pas une caméra cachée au moins ?


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
#   Lun 27 Juil 2015 - 20:49

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1833
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Non bien sûr le pétard n'élève pas la raison


Feat Ariana Vicente


_________________________________________________

Ne pas aimer les masters moi ? En fait j'y ai jamais réfléchi en ces termes quoi. Moi j'aime tout le monde (excepté moi-même, mais ça c'est une longue histoire, j'ai accumulé trop de griefs envers moi-même pour continuer à m'apprécier.) C'est pas que je ne les aime pas mais voilà faut quand même constater la réalité, ils lâchent des gamins non préparés et psychologiquement instable dans un environnement inconnu et potentiellement dangereux. Il y a vraiment que moi que ça choque ?
Je veux bien comprendre que nos masters me soient pas des psychologues, mais tout de même la manière dont ils se comportent manque cruellement de discernement me semble-t-il. Enfin, je ne ferais pas mieux de toute manière. Je ne VEUX pas être Master. C'est trop de responsabilités. Enfin à mes yeux. Je suis déjà assez dangereuse pour ne pas avoir des supers pouvoirs cheattés ! ( Puis faut que j'avoue que ça me rassure pas mal de savoir qu'il existe des gens qui pourraient éventuellement m'arrêter si je retombe du mauvais côté de la force. Éventuellement ? Pourquoi éventuellement ? Tout simplement car il faut pouvoir déceler une menace pour l'éradiquer. Je regrette vraiment qu'Hideko ne m'ait pas tuée. Finalement ça aurait été plus facile pour moi. J'aurais moins peur de ce que je pourrais faire.)

Direction le paradis des chaussures. Je finis de tirer sur mon pétard pour ne pas en perdre une inspiration. J'ai besoin de saturer mes récepteurs aux canabinoïdes. Besoin d'oublier à quel point ma vie c'est de la merde.  Vous savez quoi ? Ça fonctionne foutument bien.

" Achète nous !
- Pardon ?"


Je regarde partout cherchant d'où provient la petite voix nasillarde qui vient de m'interpeler. J'ai pas l'impression que Velma avait ce type de tonalité. Elle avait une voix bien moins énervante que celle-ci qui m'avait dérangée.

"Tu sais très bien que tu as envie de nous."

Mon regard suit la direction de la voix jusqu'à la source. Je m'assoie très sereinement en tailleur devant la paire de chaussures vert pomme qui avait premièrement attirée mon attention. Elles reposent tristement sur le sol où je les ai délaissées. Elles me regardent d'un air accusateur. Genre depuis quand une paire de chaussures a le droit de me juger ?

" Ouai et j'ai aussi envie d'une glace wazabi-pistache, pourquoi je devrais vous choisir vous alors que vous êtes aussi inutiles que cette gourmandise qui m'apportera cinq minutes de plaisir pour des dizaines d'années sur mes hanches ?
- Déjà nous on existe ton parfum de glace chelou c'est pas dit,
déclare Gauche.
- Ensuite tu fais trop de sport pour prendre un gramme !
rajoute Droite.
- Puis on a de la conversation et on est vachement confortables.
- Vous n'êtes pas assorties au reste de ma garde-robe !
- Et c'est important ?
- Oui assez, je ne vais pas me balader à poil pour bien vous assortir tout de même !
- Ça t'irait bien pourtant !"

Dans ma tête résonnent le " Shame ! Shame !" du dernier épisode de Game of Throne sorti cet hivers. Savent-elles à quel point elles me font chier ? Puis merde aussi quoi ! C'est pas une paire de godasses qui va me forcer à les acheter. De toute manière je ne supporte pas leur voix. Je me lève les laissant gueuler des insanités alors que je me détourne vers Velma qui semble avoir fait son choix. Les blanches. Elles ont plus de retenue que les vertes. Elles se taisent elles ! Allez les Bordeaux iront très bien pour moi.

Et là c'est le déluge de questions. Qui suis-je ? Que sais-je ? Où vais-je ? Elle me demanderait presque quel est le sens de la vie si ça continue et je me verrais obligée de lui répondre de gauche à droite. Sinon ça fait eiv. Bon et si je commençais à lui répondre.

" Mon pouvoir c'est de maîtriser l'électricité, ou du moins d'essayer d'une part, et d'autre part je perçois les sentiments des gens et je suis censée pouvoir les modifier... La dernière fois que j’ai tenté de faire ça j'ai essayé de donner de l'espoir à une fille qui a fait une TS juste après. Tu vois le niveau. D'autres maîtrisent, ou tentent de maîtriser l'eau, le feu, l'air ou la terre. Un peu comme dans Avatar quoi. Si c'est dangereux Hum... Quand je suis rentrée à Terrae j'avais les cheveux qui tombaient sur mes hanches, j'ai du les couper après les avoir cramés, et là ça fait un an et demi qu'ils repoussent."
Je lui montre mes mains complètement recouvertes de cicatrices rose tendre. "Ça c'est un terre qui a perdu les pédales. Donc oui ça peut être dangereux, mais quand on maîtrise c'est très cool."

Je prends la direction des caisses et tends ma paire de chaussures à la caissière. Elles me sourient heureuses de savoir qu'elles vont quitter ce magasin pour enfin voir un peu de pays. Vous imaginez même pas à quel point la vie de chaussures peut être triste. À peine mises au monde que les voilà déjà séquestrées dans des petites boîtes, ensuite elles sont essayées jusqu'à trouver acquéreur. Parfois les gens qui les portent ne se sont pas lavés les pieds depuis tellement longtemps que qu'ils ont des mycoses. Quand elles sont finalement achetées elles ont parfois la chance de découvrir le monde. Souvent pourtant elles finissent leur vie séquestrées dans un placard si ce n'est pas triste.
Je demande à la vendeuse des semelles antidérapantes. Ça aide toujours.

" Alors tu as deux caméras à l'entrée, une au fond du magasin et une sur le côté gauche. Il y a un angle mort à droite."


Quoi ce n'était pas de ces caméras cachées là qu'elle parlait? Mais si voyons !


#   Mer 5 Aoû 2015 - 21:13

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 592
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

HRP : Bon je ne savais pas vraiment si elle parlait à voix haute (ou basse, hein, mais bref, de manière audible) avec ses chaussures, dans le doute je l'ai mis mais si ce n'était pas le cas n'hésite pas à me le dire hein >.< Je modifierai !



Ariana a toujours été, disons-le, un peu "spéciale". Elle n'avait pas de souci à entendre ses potes déblatérer sur le fait que les porte-manteaux allaient un jour dominer le monde, ni à clamer que la guerre entre les ports USB et les prises jack sur un ordinateur fixe créait de plus en plus de mort chaque année. Imaginer que Mozilla et Chrome étaient des pokémons légendaires qui avaient été conçus pour éliminer la menace de plus en plus importante d'Internet Explorer, qui se dupliquait de plus en plus et était même parvenu à évoluer, ne lui posait pas non plus de problème. En revanche, voir une fille fixer ses chaussures d'un air assez étrange et discourir avec durant quelques instants lui parut légèrement abusé. Elle se contenta de hausser les épaules, en se retenant de glousser de rire en l'entendant se battre avec elles, puis s'approcha et posa ses mimines sur ses épaules.

- Tout va bien, miss Framboise ?

Le moment rêvé pour la guider jusqu'à la caisse, n'est-ce pas ? Et surtout pour repartir dans un débat sans queue ni tête sur les pouvoirs. Hé, fallait pas commencer avec, évidemment qu'elle n'allait pas laisser tomber comme ça ! N'importe qui poserait plus de questions ! Elle essaya donc de mettre de l'ordre dans le flux d'informations qui lui parvenaient, et se retint de lui dire d'aller moins vite et de lui laisser le temps d'assimiler. Ariana ne comprit pas le sens de "TS", mais s'imagina que ce n'était pas très gai. (Pourquoi  diable ai-je voulu écrire gay ?) Elle resta interdite durant de longues secondes avant de finalement se passer une main sur la nuque et lâcher un peu nerveusement :

- Quand on maîtrise, évidemment.

Elle s'était retenue de frissonner à la vue des cicatrices, et quelque part, ça la refroidit pas mal. Mais elle espérait que les choses soient bien gérées, ici. C'était une nécessité, pour elle ; ne pas être lâchée dans la nature, avec possiblement, un jour, un de ces pouvoirs. Ce serait effrayant, ce serait avoir tellement de responsabilités…

Les deux femmes avancèrent en direction des caisses et, après qu'Ipiu eût réglé sa note, s'occupa de la sienne. Elle discuta quelques secondes à la vendeuse pour savoir si elle pouvait payer en euros, parce qu'elle n'avait pas encore fait le change en arrivant au pays, et elle lui assura que ça lui conviendrait. Quelques petits calculs, et la voilà repartie avec l'article de ses rêves. Elle s'étouffa cependant avec sa salive lorsqu'elle évoqua les caméras… présents dans la boutique. Ariana la fixa avec des yeux ronds comme des billes.

- Mais… tu es une psychopathe, c'est ça ?

Toutes ces histoires commençaient sérieusement à la faire flipper. Elle se contenta d'en rire et haussa les épaules. Elle n'avait fait que les apercevoir en rentrant dans la boutique, même si c'était une chose assez étrange en soi. Personne ne regarde réellement où sont disposées des caméras de surveillance, et toutes les repérer par hasard semblait assez... bizarre. La chose ne la frappa pourtant pas ; elle admira simplement sa capacité de repérage, et plissa fortement les yeux pour tenter de les voir à son tour. Pas qu'elles soient super bien cachées, mais voilà...

La petite rousse s'accrocha au bras d'Ipiu et la traîna hors du magasin.

- Allez viens, on sort ! Tu veux qu'on mange un petit truc ? J'ai suuuper soif… Et faim, en fait. J'ai toujours faim, j'ai l'impression... Mon frère disait toujours que j'avais un estomac plus gros que ma connerie, je sais pas si c'est possible.

Elle avait envie de s'engloutir une belle grosse gaufre pleine de sucre glace. Quitte à s'en mettre tout partout sur le visage. Pas comme si elle n'avait pas l'habitude de se retrouver avec un peu de poudre blanche sur le nez - et elle ne parlait pas ici de drogue, bien entendu. Ce serait pas tellement hors sujet, cela dit, mais juste non.

- Dis, miss Framboises, je suis désolée de t'embêter avec ça, mais comment on sait quel pouvoir on va avoir ? On peut le savoir ? Puis, parle-moi un peu de toi ! D'où est-ce que tu viens ? C'est de quelle origine Ipiu ?

Encore une fois, un torrent de questions. Maiiis elle n'y pouvait rien, c'était plus fort qu'elle !

- Hum. Si je parle trop, dis-le. D'autant que je te pose plein de questions, mais je parle pas des masses... Je suis sortie que quelques fois de Grenade, alors tu vois... Je découvre, alors je suis enthousiaste !

Bon, pas qu'elle jugeait sa vie inintéressante, mais elle préférait toujours quand les autres parlaient d'eux ou de leur manière de vivre. D'autant qu'elle venait d'arriver dans un tout nouvel endroit ; comment voulez-vous qu'elle se retienne de la bombarder de questions, hein ?


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
 

Un petit tour du proprio ? (Ipiu !)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Cour.
Aller à la page : 1, 2  Suivant