Partagez
La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit (PV Shinobu)
##   Mar 23 Juin 2015 - 20:59

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

"Voyons voir... Hum, Ys Ochikawa. Qu'est ce que tu as encore fait?"

"Rien, je le jure! Cette fois, c'était pas moi!"


"Bien sûr, bien sûr... Vas t'installer, là bas, regardes, il y a encore une place pour toi!"

D'un sourire forcé, Ys accepta la condition, enfin contre son gré, et tourna des talons. 
Visant l'endroit que lui avait indiqué la vieille dame, le garçon ne retrouva pas sa place habituelle. Oui, parce étant un expert des retenus, enfin seulement quand il se faisait pincer, Ys avait pour habitude de s'installer tout près de la fenêtre, au fond de la salle.
Une place agréable! Parce qu'en général, en retenu, t'es censé travailler, t'avancer dans tes devoirs. Oui mais en général, personne ne fait ça. On fait tout sauf ça. Sauf peut être le fayot aux lunettes qui se trouve au premier rang. 
La place au fond de la salle qui donne sur la fenêtre permet de s'évader. Il suffit juste de regarder au travers de la vitre pour imaginer ce que l'on ferait après cette maudite heure de colle, ou de se moquer des passants. 


Bref, c'était sa place et à personne d'autre! D'ailleurs, il y avait même gravé son nom sur le dos de la chaise. Oui bon ça va, il n'y a vraiment pas de quoi de s'en vanter. Mais que voulez vous, quelque soit votre réputation, il fallait bien l'entretenir. Et là, malheureusement pour lui, sa délicieuse place était déjà occupé par une jeune fille blonde. Et on lui avait indiqué de s'installer à côté d'elle. 


Déjà que sa journée avait très mal commencée, là, c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. En plus des cours de mathématiques qu'il allait devoir rattraper, ce qui lui avait valu sa place ici, voilà que maintenant il allait devoir subir une mauvaise pression: celle du regard dans le vide parce qu'il ne pourra pas observer la magnifique vue. Grimaçant, Ys se retenu de s'énerver trop rapidement. Se tenant devant la demoiselle, Ys serra des poings pour lui adresser la parole. Oui parce qu'il allait devoir demander, et demander, ça, il ne sait pas faire. Lui, il demande pas, il prend.


"Tss? Hé toi?! Ca te dit pas qu'on inverse nos places?"


Si la miss s'amuse à l'éviter, ça risque de mal se passer. En plus, elle a vraiment une tête qui lui revint pas. Ou alors est ce parce qu'il était déjà de mauvaise humeur qu'il voyait tout en noir.


La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit (PV Shinobu) 02a02b11
##   Mer 24 Juin 2015 - 1:14
Anonymous
Invité




« La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit. »



Tu soupires. Ce n'est pas un soupir bref, exprimant tu ne sais quoi. Non, c'est un soupir lent, long, qui traduit toute la lassitude qui t'habite. La lassitude, et la colère en plus probablement. Pourquoi la colère ? Mais c'est simple. Tu es collée. Situation ironique d'ailleurs, lorsqu'on sait que c'est ta toute première heure de colle. Quand tu étais errante dans ton trou puant le meurtre, la prostitution et la corruption, aller à l'école était synonyme de sécurité. Tu y allais avec plaisir tant que tu pouvais éviter les dealers qui réglaient leurs problèmes devant les yeux de tous. Tout ce que tu avais à faire, c'était t'assurer d'avoir une arme sur toi et de courir. Après, lorsqu'on est venu te ramasser dans ton taudis, tu as suivi des cours à domicile, avec les meilleurs profs que ton père pouvait te trouver. Alors forcément, tu n'étais pas collée non plus. Mais aujourd'hui... Aujourd'hui, les choses ne se sont pas passées comme tu le voulais, et ça te met sur les nerfs. Tu te retrouves là, étalée sur une table au fond d'une salle, entourée – ou presque – de gens que tu ne connais pas. Les deux premières minutes, tu t'es amusée à déduire à quel genre de groupe pouvaient appartenir les élèves qui étaient présents en fonction de l'endroit où il était assis. Ton regard ambré s'était baladé dans toute la salle, et vu que tu étais tout au fond – à la place des rebelles ou de ceux qui veulent se faire oublier – tu avais vue sur tout le monde : devant, les fay- ceux qui étaient particulièrement assidus mais qui se retrouvait en retenue par erreur, au milieu, les sportifs entourés de leur bande, et tout autour, ceux qui n'avait pas de groupe particulier. C'était comme ça par tout, et en à peine deux minutes tu les avais identifiés. Après cette observation, c'est le sommeil qui t'avais rattrapée, histoire de bien te rappeler ta nuit de cauchemars.

Dans tout ça, pourquoi tu étais collée toi ? C'était bien simple, tu avais commis une erreur. Une seule petite erreur. Tu avais voulu retourner dans ton dortoir en quittant la cafétéria et pour y arriver plus vite, tu avais coupé par la cour. Ingénieux, tu t'étais dit, mais là horreur ! Un pion. Il fallait que tu tombes sur un putain de pion. T'en avais croisé aucun lorsque tu étais arrivée – d'ailleurs y penser ça ajoute de la colère à tes nerfs à vif en permanence – et là, quand il faut surtout pas que t'en croise un, il faut qu'il se pointe. Tu aurais évidemment pu mentir, et tu n'aurais rien eu, il t'aurait simplement dit de retourner en cours, tu aurais acquiescé et tu ne l'aurais pas fait. Peut-être même qu'il aurait cru que tu n'avais pas cours. Mais non, toi tu t'es énervée, et tes nerfs ont lâché. C'était une gentille insulte de rien du tout, en plus, tu l'avais marmonnée en anglais. Y avait pas de chances qu'il te comprenne, surtout que tu lui parlais japonais juste avant. Mais il a saisi ce que tu te disais à toi-même, et visiblement, ça ne lui a pas plu alors il t'a collée. Résultat, tu as juré à voix haute, aussi bien en anglais qu'en japonais, tu lui as arraché son putain d'avis de colle des mains et t'es partie, enragée.

Tu regardes ta guitare dont le manche est posé contre ta table d'un air absent et tu lâches un nouveau soupir. Tout ça pour une simple petite insulte. C'était rien, vraiment rien bon sang ! Faut savoir gérer ses nerfs et sa sensibilité non ? Bon, nerveuse comme tu peux l'être, tu n'es probablement pas la meilleure personne pour dire ça mais hé ! Est-ce que tu mens ? Tu te redresses et pose ta tête sur ta main que ton coude appuyé sur la table semble soutenir difficilement, puis tu lâches un bâillement sonore. Tu sens quelques regards se poser surtout, mais tu t'en moques. Par contre, tu croises le regard désapprobateur de la vieille dame qui vous surveille. Tu es tentée de lui présenter ton majeur et puis tu réfléchis. Tu n'es pas prête pour une seconde heure de retenue. Alors tu hausses les épaules et soupire de nouveau lorsque l'attention de la vieille est attirée par un mec qui vient d'arriver. Tu le détailles du regard, fronces les sourcils et puis tu tires une conclusion toute simple. Toi, déjà, j'aime pas ta gueule. Tu t'enfonces dans ta chaise et baille de nouveau alors que la vieille désigne la table à côté de la tienne. Rien qu'à voir la tête du bonhomme, tu sais qu'il a l'air d'aussi mauvaise humeur que toi, qu'il n'a pas envie d'être là et que s'il t'adresse la parole pour quoi que ce soit, ça risque de partir en couilles – ou de finir en crise de panique, au choix. Oui, parce que tu ne t'es toujours pas débarrassée de ça. Ce truc oppressant qui te prend à la gorge quand un mec t'approche, et les larmes qui remontent toutes seules avec les souvenirs, toujours ces foutus souvenirs.

Assieds-toi, ne me parle pas, assieds-toi, ne me parle pas... Mais c'est trop demander apparemment. Le bonhomme se tient debout devant toi, les poings serrés et il t'a parlé. Changer de place ? Sûrement pas. Tu es bien installée, ou presque, tu as réchauffée ta chaise, et t'as pas envie de lui faire plaisir. En plus, ça te fait incroyablement chier qu'il t'ait demandé parce que ça rajoute des trucs dans ta liste de ce que tu n'aimes pas chez ce type. Là, c'est clair : t'aime pas non plus sa voix. Alors tu fais quoi ? T'as vraiment envie de l'ignorer. Ton regard quitte le vide que tu admirais pour se planter dans le sien. Tu ouvres la bouche, mais tu es presque surprise par tes propres mots. Tu t'apprêtais à dire non, tout simplement, et à reporter ton attention sur le vide devant toi. Mais non, au lieu de ça, toi tu lui dis :

« Fuck off. »

Toujours ce maudit réflexe. Un jour, ça te perdra de sortir des injures en anglais aussi facilement. C'est vrai, tu pourrais tomber sur un type qui te comprend. D'ailleurs en y réfléchissant bien, tu te demandes comment les gens font pour se comprendre ici. Toi tu n'as pas de mal, tu parles anglais et japonais couramment. Mais ceux qui ne parle pas japonais, comment font-ils ? Pas que ça t'intéresse réellement en fait. Tu détournes ton regard et observe le paysage à travers la fenêtre. Et puis tu as un tilt. Il y a ces espèce de bouchons où tu ne sais trop quoi qu'il fallait mettre dans les oreilles. Tu les avais refusés parce que tu n'avais pas de problème pour comprendre. Mais les autres, genre lui là, il les utilise sûrement non ? Assurément à voir la gueule qu'il tire. Merde. C'est quoi ça ? Sa tête énervée ? On dirait qu'il t'a compris, et qu'il n'a pas envie d'aller se faire foutre comme tu le lui as si gentiment dit.
##   Jeu 25 Juin 2015 - 9:22

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ce n'était pas grand chose...enfin du moins selon lui ce n'était rien de laisser la chaise pour en gagner une autre. De plus, le déplacement n'était pas très loin, juste à côté, on n'aurait pas fait mieux. 
Pourtant Ys ne l'avait pas demandé d'une manière aussi ...aussi...impoli? Bon d'accord, il n'avait pas non plus afficher son plus beau sourire. C'est qu'il n'avait pas envie d'en rajouter n'en plus. Il avait bien mieux à faire. Et dire s'il vous plait, ça devenait vraiment pesant, surtout quand on a pas la forme. Le seul endroit où il aurait bien aimé se retrouver, c'était son lit. Un lit douillé où il pourrait roulé dedans sans se soucier des cours. Cette idée lui frôla l'envie de baver... Ouais enfin ça, c'était jusqu'à ce que la blonde lui répond. Et mauvais business. "Fuck Off".... Les yeux écarquillés, Ys fixa cette dernière se demandant s'il avait bien entendu.
Oh la miss lui a bien dit d'aller se faire fou...??? C'est pas qu'il était particulièrement doué en anglais, mais les insultes, ça, il les connaissait bien. Non mais elle sérieuse celle là? 
Avec son air hautain?! Elle avait tout le comportement approprié pour rendre le jeune homme dingue. Ok on peut passer l'histoire de "frapper une fille c'est mal"?! Non parce qu'il y a vraiment des circonstances où ce n'est pas possible. On ne peut pas être gentleman et stupide en même temps. Bon d'accord, y a aussi la vieille derrière qui surveille. Mais une petite claque vite fait bien fait, ça va non? Et puis la civilisation l'aurait surement remercie de l'avoir corrigé... Bon d'accord, Ys n'était surement pas un bon exemple. 


Serrant des points, sentant le rouge lui montait au visage, Ys fixa la jeune fille et laissa souffler entre ses dents:


"I annoy you!"


Oui c'est sorti tout seul. Non mais déjà qu'il devait se retenir de lui coller une droite, il ne pouvait pas non plus baisser les yeux et s'en aller. Déjà parce qu'il n'était pas ce genre de personnage mais aussi parce qu'il n'avait toujours pas récupéré sa place.
Mais heureusement pour eux, ils n'eurent pas longtemps à s'insulter quand la surveillante âgée se leva en leur adressant:


"Silence dans le fond!"


Bon on allez pas non plus s'attirer les foudres, une heure de colle c'est suffisant surtout quand on réalise à côté de qui on va la passer. Mais un sourire malin naquit en coin de lèvres. La blonde n'avait vraiment pas l'attention d'échanger de place. Très bien. D'un geste vif et brusque, Ys attrapa la chaise à ses côtés et la tira pour la placer juste devant la fille et à côté de la fenêtre. Ainsi il pouvait s’asseoir près de cette fenêtre mais aussi devant la blonde. Elle avait déclarer la guerre et le garçon allait prendre un malin à jouer avec ses nerfs. S'y installant confortablement, Ys la fixa sans ne jamais la quitter du regard. Et il reprit d'une voix basse mais provocante:


"Pendant un moment j'ai hésité... je ne savais pas si t'étais un gars ou une fille... T'es peut être les deux!"


L'heure de la vengeance avait sonné... ou alors comment occuper une heure.


La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit (PV Shinobu) 02a02b11
##   Mar 7 Juil 2015 - 22:40
Anonymous
Invité




« La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit. »



Tu lances un regard en coin à ce type aux cheveux orange qui ne veut pas te laisser tranquille. Ok, tu n’as pas été très polie. Mais est-ce de ta faute si sa tête ne te revenait pas de base ? Et puis des place il y en a partout ailleurs, alors pour est-ce que c’est la tienne, celle que tu as précautionneusement choisie pour poser ton derrière royal en attendant la fin du supplice que lui il veut ? Ce n’est pas comme si la place était réservée ou que son nom y était inscrit non ? Tu finis pas redresser la tête pour te mettre à le fixer. Même ses yeux sont orange, aussi moches que sa gueule. Bon, tu te l’avoues, c’était petit. Et tu es mal placée pour dire ça avec tes yeux dorés. Mais tu n’y peux rien. C’est plus fort que toi. Il te fallait quelque chose à critiquer, tu ne l’aimes pas, il t’a énervée… Une équation toute simple sans la moindre inconnue pour trouver le résultat. Tu soupires et durcit ton regard, espérant le rendre un peu plus noir, si ce n’est pas déjà le cas, afin de le faire dégager. Ce type gâche ta vue. Non pas que regarder le vide soit fantastique non plus mais tout est largement mieux que ce bonhomme anormalement grand qui reste planté là comme un poteau à jouer avec tes nerfs. Tu demandes comme tu as fait pour ne pas déjà lui avoir collé une claque avant d’attraper ta table et ta guitare et de reculer à cinq cent mètres de lui. Pour autant, tu ravales ta boule d’angoisse et tu ne baisses pas les yeux. Un sourire effronté se dessine même sur tes lèvres lorsqu’il se remet à parler, alors que son visage vire progressivement au rouge. Bah qu’est-ce qui t’arrive ? Un peu de self control mon bonhomme. Je t’emmerde… C’est encore plus petit que ce que toi-même tu as pensé. Non c’est vrai quoi. Ton sourire devient de plus en plus moqueur, et très vite, tu sais que c’est ton inimitable air narquois qui s’est installé sur ton visage pour provoquer un peu plus ce mec.

« Hé la tomate, tu comptes exploser ? tu demandes d’un ton moqueur. Sinon, tu connais quoi d’autre ? Nan, parce que j’suis sûre que tu tiendrais pas une discussion. Là, comme ça, j’dis facile ton niveau d’anglais se limite aux insultes. C’est triste. »

Tu te prépares à lui répondre un truc bien cassant lorsque la voix de la vieille surveillante s’élève dans la salle, vous obligeant à vous taire. Eh bien toi qui voulais rester tranquillement dans ton coin à alterner demi-sommeil et observation de ton environnement, c’est raté. Et tout ça à cause de qui ? La tomate, bien évidemment. Tu réprimes un petit grognement de frustration. Cinq minutes dans ton espace personnel, à peine, et ce mec t’étouffe déjà. Et visiblement, il a décidé de te faire suffoquer. Alors que tu pensais qu’il allait s’asseoir ailleurs, il a en fait simplement tiré une chaise et l’a placée juste en face de toi avant de s’y installer. L’air moqueur que tu abordais disparaît bien vite pour laisser place à un visage sans la moindre expression. Tu as juste le temps de déplacer ta guitare avant qu’il ne se colle contre la fenêtre.

Et puis le mec reprend la parole. A voix basse, mais c’est toujours aussi chiant. Il refuse de te lâcher du regard, donc tu fais de même. Seulement, tu ne peux pas t’empêcher de faire la moue, aussi longtemps que tu aies voulu résisté. C’est plus fort que toi de donner cet air gamin à ton visage, mais c’est ça, où tu exploses. Et généralement, lorsque tu exploses, tu parles plutôt avec tes points. Les sourcils froncés, une moue frustrée sur le visage, tu ouvres la bouche et la referme aussi tôt. Tu ne sais même pas quoi répondre à sa provocation. C’est vrai, tu n’aimes pas qu’on te prenne pour une fifille, mais tu as horreur qu’on te considère comme un garçon aussi. Mais de là à ce qu’on ose te sortir que tu étais peut-être les deux. C’est insultant. L’expression de ton visage se durcit. Il compte rester là où tu vas être obligée de le faire bouger toi-même ?

Tu n’as pas besoin de détourner le regard pour savoir que la vieille ne fait même pas attention à vous, trop plongée dans le livre que tu l’a vu ouvrir plus tôt. Ces surveillants… Jamais dans leur vie il ne leur arrive de faire ce qu’on attend d’eux ? Tu n’allais pas non plus te plaindre parce que tu n’étais pas du genre fayotte, mais tu avais besoin de respirer et de voir des choses intéressantes, et monsieur Tomate avait probablement dans l’idée de tout faire pour t’en empêcher. S’il voulait jouer, vous alliez jouer, mais il fallait qu’il s’attendre à perdre. Tu craques les os de tes doigts, pour leur faire passer l’envie d’aller se poser à une vitesse légèrement plus élevée que la normale sur la joue de ce type, et tu recules un peu ta chaise parce qu’en plus de s’être installé devant toi comme un stalker, il s’est introduit dans ton espace vital sans ta permission.

« Tu fais quoi là ? tu demandes froidement. Peu importe, j’m’en fous. Vu que t’as pas l’air de bien comprendre l’anglais, j’vais te le redire dans une langue que tu comprends bien. Va. Te. Faire. Foutre. »

Tu marques une pause entre chacun de tes derniers mots afin d’insister dessus. Si c’est la guerre qu’il cherche, tu vas lui donner sur un plateau d’argent, et ça promet d’être électrique.
##   Mer 22 Juil 2015 - 23:13

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Non il ne la lâcherait pas aussi facilement, il veut et il aura sa place!
Oui ça peut paraître très enfant, voire stupide comme attitude. Mais en plus de son obsession pour cette place royale, cela allait au delà maintenant: la blonde le cherchait. Elle manquait pour peu de le faire surgir de ses gants en lui le comparant à une tomate. Mais qu'est ce que c'est que cette insulte? Bon en même temps, on ne va pas être vulgaire, la fragilité d'autrui oblige. ceci dit, ceci fit tout de même bouillir le garçon de l'intérieur. C'est que cette gamine n'avait jamais pris une fessé pour être aussi arrogante! Oui parce que c'est surement une gamine, en même temps pour Ys, ce n'est pas bien compliqué, tout le monde lui parait petit mais ça c'est juste une question de taille.


Pourtant, malgré que la demoiselle ne manquait pas de répondant, le téléporteur remarqua sa gêne quand il vint entrer sans autorisation et par force dans son espace privé. Oui, question pudeur, surtout quand il ne peut pas se voir une certaine personne, il n'y a plus question de respect. Et tant puis pour elle, elle n'avait qu'à bouger quand il lui avait ordonner. Heureusement pour eux, malgré leurs messes basses, si on peut dire ainsi, la surveillante n'intervenait pas, et ainsi Ys put prendre un malin plaisir à tester les nerfs de sa nouvelle ennemie.


"Et t'oses dire que je ne connais que des insultes? C'est clair que t'es qu'une gamine écervelée pour n'avoir que ça en bouche! Tu manque vraiment de répondant!"


Sans la lâcher du regard, Ys prit un plaisir monstrueux à la pousser hors de ses gants. Non c'était décidé, puisqu'elle souhaitait la rébellion, elle allait devenir son bouc émissaire et combien il était horrible de connaitre Ys sous ses grands airs. Cela faisait longtemps et la pauvre jeune fille allait goûter au côté machiavélique du garçon. Et sans perdre de temps, il s'imposa tout en dépliant ses jambes, les allongeant tout leur long pour gêner celles de sa voisine en face. Ce sourire en coin qui annonçait la suite des épisodes ne quittait plus son visage, et brusquement, Ys posa son sac sur la table, forçant celui de son ennemi à reculer, voire même tomber de la table. La guerre était déclarée, et Ys ne perdrait pas, et surtout pas face à une fille.


"En fait, tu veux que je te dises, c'est même lassant.... Tu es ennuyeuse. J'aurai du te donner un coup de pied au c** pour te bouger de là! Puisque qu’apparemment tu ne comprend pas grand chose!"



Il parait que lorsqu'une tomate explose, pour nettoyer ses vêtements, c'est un vrai casse tête. Et pour l'heure, Ys allait vérifiait les dires, et ce , avec un malin plaisir.


La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit (PV Shinobu) 02a02b11
##   Ven 28 Aoû 2015 - 1:24
Anonymous
Invité




« La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit. »



Il fait le malin. Il est devant toi, il t'observe, et tu ne le lâches pas du regard. Ce type t'insupporte. Pourquoi est-ce que tu n'a pas remis sa tête à sa place déjà, collé contre cette table qu'il réclame tant ? Il joue avec tes nerfs, tu le sais, et tu ne lui feras pas le plaisir d'exploser. Pas maintenant. Ce n'était ni l'endroit, ni le moment, et il ne mérite pas ta colère. Il ne mérite même pas que tu lui parles d'ailleurs. Tu n'es pas du genre hautaine ou arrogante, pas vraiment, mais tu sais que tu n'as pas de temps à perdre pour ce type. Rien qu sa tête suffit à vérifier tes pensées. Il fait probablement partie de ceux qui croient que parce qu'ils sont anormalement grands, ils ont la force sur tout le monde, et passent leur temps à cracher sur les gens pour se distraire. Le seul truc, c'est qu'on t'a assez craché comme ça dessus. Et littéralement en plus. Et trop souvent pour que tu réagisses avec autant d'ardeur que d'habitude. Bien trop de fois.

Tu regrettes soudainement d'avoir été collée. Tu as besoin de te griller une cigarette pour passer tes nerfs sur autre chose que sur ce type, parce que tu devines qu'il n'attend que ça. Et puis il se remet à parler, encore. Personne ne lui a jamais dit que sa voix été ennuyante comme pas permis ? Vous savez, c'est le genre de voix, lorsque vous les entendez, vous chercher quelque chose, n'importe quel moyen pour ne plus les entendre, à tout prix. surtout si c'est pour ce faire insulter. Ok, tu passes beaucoup de temps à insulter les autres, mais vu l'environnement dans lequel tu as grandi, n'est-ce pas un peu normal ? La plupart des gens ne voient qu'une gamine en toi, et ont tendance à te considérer comme tel, alors tu as tout simplement appris à faire avec et à ne plus réagir à ça. Ça n'a pas été très compliqué et la raison est tout simple : la plupart du temps, tu es plus mature que les gens qui gaspillent leur salive à te dire de telles inepties. Forcément, lorsque l'on ne naît pas avec une cuillère en argent dans la bouche, on est forcément plus mature. En plus d'être plus mature, tu es prête à parier que tu es aussi bien plus intelligente. Tu lui donnes quoi... La vingtaine ? Dans d'autres conditions, il serait probablement en première année de fac, comme toi, sauf que tu as quatre ans de moins. Encore une preuve qui montre qu'il ne mérite pas ton attention. Pourtant, quelque chose t'a fait tilter. Écervelée... S'il se met à parler comme ton père, tu auras encore plus de raison de le détester. La seule différence, c'est que tu ne prendras pas la peine de te faire du mal à cause de cette tête brûlée. Tu n'as rien à lui montrer.

« Tu mérites pas mieux de ma part. Si t'étais moins chiant, j'répondrais sans doute plus. Mais comme t'as l'air d'avoir du mal à comprendre les choses simples... »

Alors que tu attends une nouvelle réplique que tu pourras classer dans ton tableau mental du niveau de stupidité des réponses de Mister Tomato, il décide de faire autre chose qui te surprend et t'oblige à reculer vivement dès lors que tu sens ton rythme cardiaque taper un sprint. Ok. L'abruti semble avoir compris que tu es mal à l'aise dès que lui se met trop à l'aise dans TON espace vital. Il veut jouer là-dessus ? Très bien. Tu peux apprendre à gérer ça aussi. Comme si ça ne suffisait pas, il pose son sac sur la table, poussant sans ménagement TON propre sac qui termine sa course au sol, son contenu se répandant à terre. Cette fois, ça fait beaucoup pour la boule de nerf impulsive que tu es. Tu agis avant de réfléchir et tu le regretteras sans doute plus tard, mais en un éclair, tu t'es levée, et la gifle est partie toute seule, rapide et sonore. Encore heureux que tu te sois retenue, sans quoi tu lui aurais probablement décroché une droite dont il se serait souvenu.
##   Mar 8 Sep 2015 - 23:02

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Il le savait très bien qu'il finirait par atteindre ses limites. On peut reconnaître les gens au premier regard, au première parole. Et là, aujourd'hui, sans attirer l'attention du reste du groupe, il savait à qui il avait affaire. Ys jouait avec le feu, mais de tout temps , il aimait faire ça. Il savait où frapper pour faire mal. Il connaissait déjà la fin avant même que tout est commencé. C'est trop facile.
Impulsive, juste le regard de la demoiselle suffisait pour en dire long. Elle avait le regard brûlant, brûlant de l'intérieur, l'envie d'exploser. Ce qui avait été son cas quelques minutes auparavant. Tout ça pour une simple place, Ys pouvait bouillir pour ce manque de respect. Ce n'était pas tant le fait de ne pas pouvoir s'asseoir où il le voulait, mais cette fille, son répondant, ce regard, tout ce qui pouvait le rendre fou. Mais finalement son tempérament de feu s'était estompé pour laisser placer au sournois. Puisque c'est ainsi, on va jouer autrement. C'est tellement facile de pousser ces têtes brûlées dans leur retranchement. 


Puisqu'il n'avait pu obtenir sa place d'une certaine manière,il l'aura d'une autre. 
Même les paroles de la jeune fille le fit rire doucement. Elle allait se perdre, enfin, surtout quand il alla commettre l'improbable. Il était rentré son espace intime, il avait violé son espace avec arrogance. Une fois qu'on a bien joué, il est temps d'en finir. Ce qui arriva. Tandis que le silence régnait en maître sur la salle, voilà qu'un bruit bien distinct résonna. Tout le monde levait la tête en direction de l'action. La jeune femme avait fini par craquée. Elle était à point. En temps normal, les élèves auraient eu à peine le temps de se retourner, qu'Ys se serait jeter sur sa proie pour la couper en petits morceaux. Cependant, son jeu était différent et bien précis. Il se contenta de lui afficher un fin sourire, chassant de son esprit cette douleur qui lui brûler la joue. 

"Comme tu avais dis déjà?... Ah ouiiii: Fuck off!"

Murmura t'il à son insu. Et soudainement, ce fut la voix grondante de la surveillante qui fit vibrer les murs, faisant sursauter les téléspectateurs.

"Mademoiselle Yamada!! Veuillez vous lever et vous présenter au bureau de la directrice. Je ne tolérerais en aucun cas une quelconque forme de violence dans ma classe! Ce comportement est intolérable. Mais on se croirait dans les rues, on est pas-"

Et ainsi continua la vieille surveillante dans son débat tandis qu'elle chassait la petite délinquante. Dépassée par les événements, ne se rendant compte à aucun moment du combat qu'il y avait eu, cette dernière ne mit pas longtemps à se lever pour ouvrir la porte  à ce qu'elle avait qualifié de violente. Et très rapidement, Ys oublia cette gifle qui autrefois l'aurait mis dans un état second. Non, il se contentait d'observer la jeune fille devoir se lever pour les quitter. Il avait ce regard malicieux et osa même lui adresser un clin d'oeil en guise "tu vois, tu as perdu, j'ai gagné". Il avait gagné cette place. Non, il avait gagné bien plus. Mais ça, inutile d'en dire plus, la dénommée Shinobu avait déjà compris. Et silencieusement, il goûta au parfum de la victoire sous le regard de sa rivale. Ce fut un jeu des plus divertissants de la journée. 

HRP> Dis moi, on pourrait y mettre une fin? Parce qu'en ce moment, je manque de temps ^^"


La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit (PV Shinobu) 02a02b11
##   
Contenu sponsorisé

 

La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit (PV Shinobu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Salles de cours. :: Salle de Retenue.