Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Je te dois des excuses il me semble... [Haley <3]
Mar 30 Juin 2015 - 21:19
avatar
Masculin

Messages : 516
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 19
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

"Tearing me apart
With words you wouldn't say
Suddenly tomorrow's
Moment washed away"


Je ferme les yeux un léger sourire aux lèvres alors que le rythme me pénètre lentement. Les pulsations de la batterie, les paroles, la voix du chanteur.
Je rouvre mes paupières, appréciant la chaleur du soleil sur ma peau.

"Cause I don't have a reason
And you don't have the time
We both keep on waiting
For something we won't find"


Je prends une bouffée de cigarette dont la fumée vient ensuite s'évanouir dans l'air.
Je savoure simplement cet instant de calme, mon casque sur les oreilles, observant les habitants de Terrae faire des va et viens depuis le toit de l'institut. Je me sens bien, et pourtant les paroles de cette chanson de Linkin Park m'emplissent d'une certaine tristesse. Ou nostalgie, je ne sais pas exactement.
Cette "Final Masquerade" me fait étrangement penser à Aaron et moi. Incapable de se regarder en face et de se dire les choses. Coincés derrière nos masques. Sans parler du fait que depuis que nous sommes revenus de Boston, et encore plus depuis la mort de Destan, j'ai la très désagréable impression qu'il me fuit. Enfin… Il évite en tout cas d'être tout seul avec moi.

"The light on the horizon
Was brighter yesterday
Shadows floating over
Skies begin to fade"


Cela dit, je crois qu'il est préférable pour nous deux de prendre un peu de distance. Pour lui surtout et aussi parce que je veux lui laisser du temps pour mettre de l'ordre dans ses pensées. Ça ne veut en revanche pas dire que je suis prêt à attendre éternellement qu'il se décide. Parce que j'en ai un peu marre qu'il ne sache pas ce qu'il veut.

"You said it was forever
But then it slipped away
Standing at the end of
The final masquerade"


Encore quelques bouffées de cigarettes.
Je crois que j'aimerais aussi mettre à profil de ce moment d'accalmie pour avoir une véritable discussion avec Haley. J'ai bien conscience de m'être conduit comme un enfoiré avec elle et elle ne le méritait clairement pas. Et je dois bien le dire, cette rupture m'a fait mal. Sans doute pas autant qu'à elle mais les paroles qu'elle a pu avoir étaient dures. Méritées mais douloureuses.
Je lui ai volontairement laissé de l'espace pendant les derniers mois avant de vouloir lui parler. La croiser tous les jours dans les couloirs est suffisamment compliqué, elle n'avait pas besoin que je vienne la voir et remuer ainsi le couteau dans la plaie.

Je jette un œil en direction de mon portable et de la conversation en cours.

" Je te dois des excuses. Est-ce que tu pourrais me retrouver sur le toit ?"

Elle n'a pas répondu et j'espère vraiment qu'elle viendra. J'aurais sans doute pu faire mieux comme message mais il faut croire que ce n'est pas mon fort.
Un petit ricanement m'échappe.
Quand je regarde où en sont mes relations avec Haley et Aaron, je commence à croire que je suis vraiment un handicapé sentimental. Et pas des moindres c'est une certitude.

La musique s'évanouit finalement et j'enlève mon casque, laissant mon regard trainer vers le bas de l'immeuble.
Au moins il fait beau.
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 1 Juil 2015 - 0:29
avatar
Féminin

Messages : 579
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 24
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

    Lalala...je chantonne tranquillement sous la douche. Je profite de ce moment de détente et d'accalmie. Je m'enveloppe dans une serviette et je me sèche en continuant de siffloter. Je sors de la salle de bain et alors que je me dirige vers mon placard pour m'habiller je prends en passant mon portable posé sur un meuble. Je le zieute rapidement. J'ai un message. Soudain je m'arrête de siffler et de marcher. C'est Gaetano. J'ai la main qui tremblote. J'appui pour ouvrir c'est plus fort que moi je ne peux m'en empêcher. Un drôle de sentiment s'empare de moi. Je veux savoir et en même temps. J'ai trop peur de découvrir ce qu'il y a d'écrit. Je m'asseois sur mon lit et lis le message rapidement en diagonale. Puis voyant que ce n'est rien de méchant, je le relis une deuxième fois, doucement. Il me dit qu'il me doit des excuses et me demande si je peux le retrouver sur le toit. Maintenant ?

    Je suis un peu sonnée. Mon regard erre dans ma chambre. Que dois-je faire ? Je commence par fermer le message et mettre mon portable en veille et file vers mon armoire en diletante. Je prends les premières choses qui me passent sous la main pour une fois. Un jean, un t-shirt avec je ne sais quelle écriture et over-size, c'est la mode en ce moment, j'enfile une paire de chaussettes et de baskets. Avant de sortir je fais une queue sur ma tête à la va-vite, mes cheveux sont dans tous les sens. J'ai l'air débraillée et je ne prends ni le temps de me maquiller, ni de voir Nako qui essaye de me rattraper en sautillant. Je claque la porte.

    Sur le chemin je me rends compte que je n'ai que mes clés dans mes poches. Shit ! J'ai oublié mon portable ! Oh my gosh ! Je n'ai même pas pensé à répondre ! J'espère qu'il sera encore là.
    Je marche. Mais je marche vite. Quelque chose me presse. Je tripote sans cesse mes bras. Je suis nerveuse. Possiblement parce que j'y vais mais je n'ai aucune idée de comment ça va se passer, ni de ce que je vais dire. Sûrement également parce que je m'en veux aussi. Je lui dois aussi des excuses, je m'en veux d'avoir été aussi dure avec lui. Après tout au final il ne s'étaient rien passé véritablement entre eux.

    Je monte assez rapidement les marches pour arriver sur le toit. J'ouvre la porte doucement et cherche du regard un être que j'avais tellement chéri. Je le vois là assis, un peu plus loin. Je vois la fumée d'une cigarette. Je le vois qui enlève un casque audio de sa tête. Je m'approche de lui à petits pas.


    Salut...

    J'ai une petite voix. Il doit être étonné lui qui me connaît bien. Il y a une place à côté de lui. J'y prends place. Je suis silencieuse, et quiconque qui me connaît pourra vous dire à quel point c'est rare. Je vois son paquet de clopes entre nous. Comme une limite, comme un point de lien. Je me permets de le prendre pour lui piquer une cloque et le briquet qui traîne à côté. J'allume ma cigarette et tire une taff doucement, sans un mot. Je tourne rapidement ma tête vers lui et lâche :

    Ca te dérange pas au moins que je t'en pique une ?...C'est que...j'en ai besoin là tu vois...Je t'en refilerais une à l'occasion.

    Ma voix est calme, je suis mal à l'aise, et j'ai ce faux air détaché que je joue si mal.

    Désolée, dans la précipitation j'ai zappé de te répondre...

    De toute manière il doit bien le voir...C'est pas comme si on était sorti plusieurs mois ensemble quoi. Je tire une nouvelle taff comme pour me donner du courage.

    Tu sais moi aussi je suis désolée...Pour tout ça...Pour ma réaction...pour ce que je t'ai dit...Tu le sais j'ai le sang, je ne réfléchis pas toujours beaucoup dans ces moments-là...Je suis trop impulsive...

    Et puis j'étais bien trop touchée pour que mon cerveau puisse réellement se mettre en route, parce que je t'aimais du con...Ca si je le pense je ne lui en dit rien. Je ne sais pas pourquoi mais je ne veux pas. Pour moi il reste un type malgré tout mystérieux alors que je suis sûre qu'il peut lire en moi comme dans un livre ouvert. C'est assez déstabilisant comme sensation.
    Tout mon être intérieur bouillonne et pourtant ma voix est étonnament calme. Mais je ne sais absolument pas quelle tournure va prendre cette conversation...

Voir le profil de l'utilisateur



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 2 Juil 2015 - 14:48
avatar
Masculin

Messages : 516
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 19
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

La porte s'ouvre et je tourne la tête vers Haley. Je lui rend son salut par un sourire un peu gêné mais néanmoins content. Elle est venue finalement et je fois dire que son apparence un peu négligée me fait plaisir. Comme s'il elle avait été surprise et était partie à toute vitesse.

A la voir toute timide comme ça, je pourrais presque penser que c'est une personne différente. Elle est toujours tellement énergique et la timidité ne fait pas vraiment partie de son caractère mais je suppose qu'elle est mal à l'aise. Ce que je peux comprendre aisément, étant un peu dans le même état d'esprit.

Je la laisse piocher dans mon paquet de cigarette toujours sans rien dire, ne sachant pas forcément comment aborder la conversation. La voir toute penaude me tire un petit rire.

- T'en fait pas, c'est juste une cigarette. Pas la peine de m'en rendre une. Et c'est pas grave si tu n'as pas répondu puisque tu es là.

Je tire à nouveau sur ma clope écoutant un peu songeur les excuses d'Haley, éprouvant la sensation que le monde est à l'envers.
Je fini par tourner la tête vers elle.
Le fait de la revoir en ces circonstances me rappelle soudain à quel point elle est belle et à quel point j'ai pu être un crétin. Elle ne méritait clairement pas ce que je lui ai fait. Pour ma part je ne sais pas si ce que j’éprouvais pour elle était véritablement de l'amour, une grande affection très certainement, mais pour elle, je pense qu'elle m'aimais. Bien qu'elle ne l'ai pas clairement dit. Et c'est quelque part ce qui me fait me sentir encore plus mal.

- Haley, je ne te cacherais pas que tes paroles à ce moment là m'ont blessé. Mais je ne veux pas que tu t'excuses.

Je soupire, ramenant ma jambe gauche contre mon torse.
C'est vraiment déprimant de constater que toutes mes relations amoureuses sont un échec lamentable. Luka est morte de ma main, Haley a rompu parce que je l'avais trompée, ou presque et avec Aaron... Haha... Je crois que je ne veux même pas en parler.

- S'il y a bien quelqu'un de fautif dans cette histoire c'est moi. Le fait que nous étions bourrés ne justifie rien et même s'il ne s'est rien passé... Je n'avais pas le droit de faire ça. C'était totalement injuste et irresponsable de ma part.

Cette situation est vraiment étrange. Mais cela m'enlève finalement un poids de pouvoir lui parler.
Je plante mes yeux dans le siens.

- Alors excuse-moi d'avoir été un aussi gros con.
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 24 Juil 2015 - 21:14
avatar
Féminin

Messages : 579
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 24
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

    Cette situation est bizarre. Je ne suis clairement pas à l'aise, et c'est pourtant pas chose commune. Je suis à l'aise partout en tout le temps en normal. Mais pas là. J'ai l'impression d'avoir 5 ans et d'avoir affaire à un « grand ». Je me sens toute petite.

    Nous sommes tous les deux là, assis à quelques centimètres l'un de l'autre, côte à côté et nous ne nous parlons pas vraiment. Je fais semblant de me concentrer sur ma clope. Comme si on avait besoin d'être concentré pour fumer ! C'est un geste machinal et la sensation du tabac me fait du bien. J'hésite et m'excuse presque pour tout, je le sens, c'est trop. Mais Gaetano a peut-être le drôle de don de me rassurer. Peut-être que c'était également pour ça que je n'avais pas voulu d'explications ? Entendre sa voix me dire des choses aussi simples m'apaise.


    Oui c'est vrai. Je suis un peu bête...Et puis tu me dois bien ça non ?

    Je souris doucement en levant mes yeux verts vers lui. Je revois son visage si près depuis son longtemps...Et il toujours aussi beau, pas que je sors d'ordinaire avec des moches, mais plutôt que j'avais presque espéré que mon esprit l'enjolivait et que la réalité me rappelerait ces defauts physiques. Mais non. Il est juste beau. Ca m'énerverait presque.

    Et puis je m'excuse, parce que j'en ai besoin, parce que je m'en veux un peu, parce que je dois le dire si je veux pouvoir avancer. On se dit enfin tout. Ce que nous avons ressenti, enfin l'essentiel. Je l'ai blessé. Normal c'était le but aussi...Il ne voulait pas de mes excuses ? Je l'entends qui soupire, il est dans ses pensées. Et puis il s'explique. Il parle enfin. Il a une drôle de manière de s'excuser, il faut dire que je sais bien que s'exprimer ce n'est pas son point fort, mais son message passe et c'est le principal.
    Il ne fuit plus. Il est sincère avec moi, je le vois bien. Il plante ses yeux avec conviction dans les miens. Il me demande de l'excuser d'avoir été un aussi gros con. Je ne sais pas pourquoi exactement, mais j'ai soudain une terrible envie de rire. En même temps je me dis que ça ne se fait pas. Mais je suis assez mauvaise pour cacher mes sentiments. Je commence par sourire, puis m'esclaffe en posant ma main sur son épaule. C'est plus fort que moi je ne peux pas me retenir. C'était quoi cette scène qu'on fait tout les deux sérieusement ? Alors en deux rires je m'excuse :


    Pardon !...Je ne sais pas ce que j'ai !...Ca doit être les nerfs, c'est obligé !...

    J'inspire et expire pour essayer de me calmer. J'essuie mes yeux d'où perlaient de petites larmes de joie.

    Je suis vraiment désolée ! C'est la situation je crois ! Je ne pouvais pas me retenir.

    Je lâche enfin son épaule, et maintenant que je me suis calmée je lui réponds en souriant:

    Je t'excuses d'avoir été un gros con.

    Je lui souris doucement. J'ai un petit pincement au cœur en pensant que notre histoire n'a pas pû fonctionner. Mais peut-être est-ce mieux pour nous deux ? Au moins aurais-je gagné un bon collègue ? Un ami ?

    Dis. Vous étiez vraiment trop bourré c'est ça ?...Je parie qu'Aaron était déguisé comme d'habitude et qu'il était ridicule, non ?...

    L'hilarité passée, j'ai quelque chose de plus mélancolique, mais je souris toujours. J'essaye de voir la scène, celle qui m'a fait si mal. Ca me semble loin et proche. Je parle quand même d'Aaron, même si je le déteste, si je le hais. Mais je n veux pas que Gaetano le sache. Pas pour le moment. Il le saura bien assez tôt. Je me demande si il avait déjà été attiré par son ami avant ? Mais je ne demanderais pas. On se livre, mais dans la limite du raisonnable.
    Alors que je regarde loin devant moi, j'éteinds la cigarette contre le mur et tombe doucement contre l'épaule de Gaetano. Je sais qu'il n'est pas très marques d'affections et qu'on est plus ensemble, mais moi j'ai besoin de ça. Je soupire doucement puis demande doucement:


    Amis ?
Voir le profil de l'utilisateur



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

Lun 28 Sep 2015 - 19:10
avatar
Masculin

Messages : 516
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 19
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

Le rire doit probablement être contagieux. Peut-être que devrais-je me sentir vexer qu'elle s’esclaffe alors que je viens de m'excuser mais je ne lui en veux pas. Pas du tout même.
Mes lèvres s'étirent à mon tour et un petit rire fini par les franchir. Le contact de sa main sur mon épaule me parait alors tout naturel et je songe que je suis vraiment content d'avoir pu m'excuser auprès d'elle. Car même si notre relation s'est mal terminée, cela n'implique pas que nous continuions de la même manière.

- Dans ce cas si tu m'excuses tout va bien, je souligne d'un air malicieux.

J'ai une légère grimace lorsqu'elle évoque la fameuse soirée en compagnie d'Aaron. C'était... Mon dieu, rien que d'y penser je nous trouve tellement ridicules. Ça avait été un enchaînement de déboires et autres catastrophes, sans parler du clou du spectacle... Aaron qui s'évanouit alors que nous sommes sur le point de nous échauffer... Mon dieu... Non. je ne veux même plus y penser. Vraiment...
J'ai un rire grinçant.

- Ouais... Ouais on était grave bourrés mais si c'était que ça, je suis pas sûre que... Et le pire c'est qu'il était même pas déguisé.

Je me passe une main dans les cheveux, un peu gêné de lui raconter cette fameuse nuit.

- Disons qu'il avait... perdu beaucoup de sang à cause de moi et ça plus l'alcool bah... ça l'a pas trop aidé... Enfin bref... Je crois que je vais m'arrêter là avant de dire quelque chose que je pourrais regretter, je fini avec un petit rire.

Je n'irais pas plus loin parce que même si nous sommes là, assis tranquillement sur le toit à discuter, je sais que le sujet est douloureux pour elle et il ne sert à rien de remuer le couteau dans la plaie. De plus je sais qu'entre Haley et Aaron ce n'est vraiment pas l'amour fou... Enfin il me semble qu'il ne se sont jamais apprécié et je me doute que toute cette histoire n'a rien du arranger.
Je hausse un sourcil lorsque je sens le poids soudain d'Haley sur mon épaule mais ne dit rien. Ça me parait tellement étrange mais au final ce n'est qu'un geste innocent de réconfort. Je fini par passer mon bras autour de son épaule, quoiqu'un peu gêné par ses marques d'affection.

Je hoche simplement la tête à sa question, ne me sentant pas de le dire à voix haute. Ne suis-je pas connu pour être de caractère taciturne après tout ?

De ma main libre je fini par écraser ma cigarette et la jeter derrière.

- Toi ça va sinon ? Je veux dire... En dehors de tout ça ?

Je suis très doué en relation humaine... C'est bien prouvé...
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 23 Oct 2015 - 16:36
avatar
Féminin

Messages : 579
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 24
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

    Je ne saurais expliquer mon fou de rire des quelques minutes qui viennent de passer c'était étrange mais je suppose que j'en avais besoin. C'est tout un poids qui tombe enfin de mes épaules, qui me soulage de sa lourdeur, mes nerfs qui lâchent. Ces explications et ses excuses si je disais les refuser et que je les fuyais je savais bien au fond de moi que c'était de ça que j'avais besoin même si j'en avais peur...
    Alors au fond le rire est un bon remède, le mien semble avoir atteins Gaetano qui se mets à rire à son tour. On doit avoir l'air d'abrutis à rire comme ça pour rien, mais je suis bien et je pense que c'est aussi thérapethique pour moi que pour lui. Et si tout n'est pas oublié, parce que nous n'oublierons jamais cet épisode, c'est de moins derrière nous et je vais enfin pouvoir avancer. J'ai comme un sentiment de liberté qui s'empare de moi, si je n'ose l'exprimer il est cependant bien là.

    Et puis je reviens un peu sur la fâcheuse nuit, je suis mélancolique, ce n'est pas dans mes habitudes et c'est un peu remuer le couteau dans la plaie, mais j'ai besoin de savoir, au moins un peu, j'ai besoin de l'entendre de sa bouche à lui parce jusque là je l'ai juste entendu de celles de autres. Alors gentiment mais un peu gêné il me réponds. Ils étaient bien bourrés, mais je suis presque déçu d'apprendre qu'Aaron n'était pas déguisé, mince, une raison de moins de rire de lui, je crois que je deviens méchante à son propos. Alors quand l'italien me parle j'imagine. J'essaye de me faire le film devant moi. Une dernière fois. Ca fait mal. J'entends mon cœur qui bats si fort et qui se serre. La tristesse remonte mais je me crispe. Je ne pleurerais. Je ne pleurerais plus pour cette histoire. Et toutes les personnes qui me connaissent savent que je suis bien trop fière pour ne pas respecter mes propres principes, aussi débiles soient-ils.

    J'ai soudain un terrible besoin de réconfort, alors je me laisse doucement aller aller tout contre l'épaule de celui qui est désormais mon ex. Je lève les yeux vers lui. Je ne l'aime plus autant qu'avant. Je fais mon deuil de lui mais je ne suis toujours pas complètement détaché de lui. Son bras qui vient entourer mes épaules me réconforte et me rassure. Je ne sais pas si c'est une bonne idée mais je ne vois pas d'autres solutions alors je lui demande si on est bien amis maintenant. Il ne dit rien mais j'ai compris qu'il s'agit de son oui à lui, il n'a jamais été un grand bavard.
    Et puis il jette un peu d'huile sur le feu en me demandant comment je vais, à part tout ça. Mon cœur me refait mal. Doucement je me décolle de lui, mon poids doit lui peser, je pose mes avant-bras sur mes genoux puis réponds:


    Je pense que oui...J'en sais trop rien...Ce truc m'a tellement bouffé que je me suis pas mal oublié...J'ai mal oublié d'aller bien je crois...Mais ça va aller mieux je te remercie.

    J'ajoute ma dernière phrase avec détermination tout en plantant mon regard verdoyant dans les siens. Pour rien au monde je ne voudrais revivre ces moments. Les histoires d'amour je crois que ce n'est pas pour moi alors pourquoi pas me contenter d'histoires de passage ? Ca me paraît bien comme option...En plus les vacances d'été vont bientôt arriver...Je vais pouvoir oublier en pensant à autre chose...Je ne dis rien d'autre. Parce que je n'ai rien à dire, ce qui est rare disons-le. Je ne veux pas parler de l'autre crétin qu'il aime. Et c'est peut-être ça le pire dans cette histoire c'est qu'il aime le type que je hais le plus au monde...Et pourtant avant ça je n'avais jamais vraiment haï quelqu'un hormis les scientifiques...


[Si tu veux on peut s'arrêter là-dessus ? Je pense que ce n'est pas nécessaire de faire un long rp. On s'en refera un à l'occas ^^]
Voir le profil de l'utilisateur



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

Mer 2 Déc 2015 - 11:53
avatar
Masculin

Messages : 516
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 19
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

Haley se décolle un peu de moi et je devine que je n'aurais pas dû poser ma question. Vraiment Gae ? Lui demander comment elle va ? Ma stupidité me perdra un de ces jours. Evidemment que ça ne va pas. Je suis même quasiment certain qu'elle a passé de longues journées à déprimer à cause de ce qu'on avait fait. Encore une fois, je me dis qu'elle ne méritait vraiment pas ça.

Le regard qu'elle me lance me laisse cependant confiant. Je peux lire de la détermination dans ses yeux et j'ose espérer que maintenant les choses vont s'arranger, pour elle comme pour moi. C'est peut-être un peu trop optimiste de ma part car jusqu'à présent je me suis vraiment pris que des merdes dans la gueule et je suis pas vraiment sûr par rapport à Aaron.
Enfin... Qui ne tente rien n'a rien.

Au final nous sommes restés plusieurs heures sur ce toit, à parler de tout et de rien, comme si tout était parfaitement normal. Comme deux amis. Ce qui m'a paru vraiment très étrange vu les circonstances.
Bien sûr il avait toujours cette petite gêne qui restait entre nous. Comment faire autrement ? Mais j'ai passé un bon moment. Je me sentais calme, là assis à côté d'elle à observer les élèves du haut de notre perchoir. Je me suis même surpris à vouloir rester là encore un peu plus longtemps avec Haley. Pas parce que je l'aime non. J'ai beaucoup d'affection pour elle mais maintenant c'est trop tard. Non. Simplement parce que je me sentais bien et que j'avais la sensation d'être vraiment avec une amie qui pouvait m'écouter. Enfin même si c'est plutôt l'inverse vu comme je suis bavard.

Je ne lui ait pas reparlé d'Aaron, elle avait pas besoin de ça. Pourtant, je me dis que j'aurais bien eu besoin de parler de mes problèmes relationnels avec quelqu'un.

En milieu d'après-midi Haley est finalement partie et je l'ai regardé passer la porte avec un léger sourire. Je suis resté encore un peu sur le toit à fumer, perdu dans mes pensées, laissant la journée filer sans que je ressente le besoin de bouger.

Comme quoi, parfois prendre un peu de hauteur fait du bien.

[Hrp : Et voilà ! Encore vraiment désolé pour le retard ><]
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

 

Je te dois des excuses il me semble... [Haley <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Toit de l'institut