Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Présentation de Nicolas Lefebvre
#   Mer 16 Sep 2015 - 4:20

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 979
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Carte d'identité.

Prénom : Nicolas
Nom : Lefebvre
Âge : (entre 10 et 25 ans) 15 ans
Affinité et pouvoir : Tonnerre Solaire
Greffe : On y est pas encore mneh...






Apparence.


De loin, Nicolas est un garçon d’apparence banale, un peu plus grand que la moyenne avec son mètre soixante-dix et surtout, un peu plus fait. C’est un sportif, et pour son âge, il est déjà bien musclé. Il se tient mal, mains dans les poches, courbé en avant… Il garde sa tête baissée mais regarde toujours droit devant lui, lui donnant un air revêche, même lorsqu’il est de bonne humeur. Quand il n’a pas son uniforme, qui est rarement repassé et encore moins mis correctement, il porte des vêtements amples comme un sweat à capuche, toujours dans des tons sombres comme noir ou vert foncé, et porte souvent ses rangers lacés jusqu’aux genoux par-dessus son pantalon.

De plus près, il est plus atypique. Il n’a pas le sourire facile, mais il vous le rendra sans peine. Avec ses cheveux bruns ébouriffés et ses yeux gris, il pourrait faire un peu passe-partout, mais on remarque ses bleus, ses cicatrices et parfois, les quelques pansements et bandages de fortune qui parsèment son corps pâlot. Normal et pourtant avec un style bien à lui, d’apparence il cultive le mystère… On ne peut vraiment le connaître qu’en s’adressant à lui. On le compare souvent à un loup, car bien qu’il se tienne mal et que ses yeux paraissent éteints, son pas est feutré et ses sens alertes. En plus d’être plutôt solitaire…

Il ne porte pas de bagues, ni de boucles d’oreilles… Son seul bijou est un collier qui n’est qu’en fait qu’un simple lacet noir avec un boulon, rarement visible puisqu’il le porte long. Comme il est jeune, il n’est pas tatoué… Malheureusement, il fume parfois. Par envie, par dépit, lui-même ne le sait pas très bien. Toujours est-il qu’on le voit parfois avec une roulée à la bouche… Jamais de blondes, il les trouve fades -les cigarettes, pas les jeunes demoiselles n’est-ce pas-. Comme autres accessoires, on peut compter ses pansements… Certains cachent des cicatrices et des plaies bien réelles, d’autres sont simplement là pour semer le doute.

Ses cicatrices d'ailleurs, parlons-en. Les plus visibles sont, lorsqu'il est habillé, une longue estafilade traversant sa mâchoire à droite et un plus petite à son arcade gauche. Une fois nu, on peut en voir des dizaines sur son torse ou dans son dos, plus ou moins longue, plus ou moins anciennes et profondes ; quelques unes à ses genoux car enfants il tombait beaucoup ; plus rares sur ses jambes, il les protège du mieux qu'il peut lors d'une bagarre. Car tant qu'on est debout, on peut rendre les coups.



Caractère.


Contrairement à l’apparence qu’il dégage, Nicolas est un garçon sage et avide d’apprendre. Il a du respect pour la profession d’enseignant, voie dans laquelle il pense qu’on ne s’engage que pour la passion de partager son savoir, et n’a jamais mis le boxon en classe. Il adore apprendre et ce, dans toutes les matières : il n’est pas plus intelligent que la moyenne néanmoins, et quand il a des difficultés, cela s’en ressent dans sa moyenne. Toutefois, il est déterminé, et peut passer des heures sur un exercice ou une leçon pour l’assimiler… et une fois que c’est fait, c’est imprimé pour la vie. Il a une bonne mémoire, et ça le sauve. Il est donc un peu plus doué pour les langues, le vocabulaire, les règles de grammaire lui étant facile à retenir.

Mais une fois en dehors de la salle de cours, il n’est pas du genre sociable… Ce n’est pas un enfant agréable dans son parlé et dans son attitude, du coup il a rarement eu l’occasion de se faire des amis et d’apprendre comment bien se comporter en compagnie des autres… Il a beaucoup trop vu des bassesses de l’humanité pour accorder sa confiance facilement. Mais, autant peut-on se moquer de lui qu’il ne réagira pas -il n’a jamais eu honte de lui-, autant l’injustice et de voir les autres s’en prendre à plus faible peut le faire sortir de ses gonds. Il a la colère facile dirons-nous, mais jamais pour lui.

Ayant appris à se débrouiller tout seul, il ne comprend pas les gestes d’affection qu’on peut lui porter. Du simple coup de mains ou même de brèves salutations le surprendront toujours, bien qu’il y répond toujours car il est poli. Il se donne toujours à fond dans ce qu’il fait : il adore le sport… Ca le défoule et lui vide l’esprit car il se focalise sur l’objectif. Il se considère pas comme un leader et pourtant peut faire preuve d’esprit d’équipe et de patience pour y arriver.



Gouts.


Il adore l’orage. Il s’y reconnaît un peu… Ca gronde au loin, et puis ça déferle. C’est sourd, un peu comme sa hargne et le tonnerre éclate comme il hurle. Et puis tout redevient calme… Et le beau temps est de retour. Nicolas, c’est la tempête et le calme après, tout à la fois. Deuxième chose : il court. Il adore la sensation du vent contre lui, de ses jambes qui le porte au loin, de son souffle, il se donne toujours à fond pour courir...

Il aime les couleurs sombres, le café noir, la saveur fraise, la musique, le sport, la culture,... Il aime marcher la nuit, quand il n’y a personne dehors dans des lieux habituellement blindés. Le silence complet l’oppresse mais préfère les sons naturels ou ceux d’une musique plutôt qu’un brouhaha. Il a un bon odorat : il aime l’odeur de la pluie, celle des vieux livres et un peu du sang, le rendant un peu nostalgique.

Il supporte plus les gens introvertis que le contraire : un timide parle peu et pose moins de questions, c’est un avantage. Mais il n’ira jamais s’énerver contre quelqu’un qui ne lui veut aucun mal… Lire ne le dérange pas, mais il faut qu’il se motive pour finir un long roman. Dans cet entre-deux, on trouve aussi les filles en général. On lui en a beaucoup parlé, mais il se dit trop jeune encore pour y songer… Comme il est en retard au niveau social, il a du mal à visualiser le concept de “sortir avec une fille” ou même, tout simplement, de tomber amoureux.

Il n’aime pas la bêtise. D’ailleurs, il lui arrivé de penser que la bêtise c’était un peu comme la mort : le concerné ne sait pas qu’il l’est et tous les gens autour en souffrent… Ne pas confondre avec la naïveté qu’il comprend tout à fait et apprécie même parfois ; c’est agréable de voir des gens qui ont un regard “pur” sur les autres malgré l’horreur de ce monde. Il n’aime pas le gaspillage. Il peut se forcer à manger des épinards -plat qu’il déteste particulièrement- pour ne rien laisser dans son assiette… Il ne veut tout simplement ne plus jamais avoir faim et ne comprend pas les gens qui s’en plaignent alors qu’ils n’ont pas fini leur assiette. Il n’aime pas la violence gratuite… Alors quand il frappe, il y a toujours une bonne raison.



Histoire.



“Qui fait violence par nécessité a lui-même éprouvé auparavant la violence de la nécessité.”
-Alexander Pope

Quand on parle de la délinquance des jeunes, on parle souvent des grandes villes… En tout cas, en France -parce que c’est là que je suis né-, on voit les chiffres et, dans les petites lignes, au-dessous de leur tableau à la conclusion ô combien terrifiante, on comprend que ses statistiques ne représentent qu’une portion de la population, bien souvent dans ce qu’ils appellent “banlieues parisiennes mal famées”. Moi, je ne suis jamais allé à Paris. J’ai grandi dans la campagne, un trou perdu dans les collines et les monts au centre de ce pays libre et fraternel, qu’ils disent… Un tout petit village formés d’enfants de fermiers du siècle dernier, qui aujourd’hui sont les anciens qui hantent les petites rues le dimanche, pour aller à la messe, ou le mercredi pour le marché couvert. Ces vieux qui ont eu des gosses pétant plus haut que leur cul, parce qu’eux ont un vrai métier, contrairement à leurs parents, ces vieux qui se traînent hors de leur maison de retraite. Ces adultes se prenant pour des bourgeois, travaillant à l’usine et tout fiers d’être syndiqué, qui eux-mêmes ont pondu une flopée de gosses geignards, qui pensent que tout leur est du grâce à papa-maman fausse bourgeoisie de campagne. Et le monde est terrifié par les terroristes ?... Eux au moins ils ont un but, une raison de perpétrer la violence -bien qu’elle soit clairement bête cette raison-, mais ces petits campagnards et campagnardes à l’orgueil démesuré, mes “camarades” de classe fort bien nés, fort bien “élevés”... eux, ils continuent encore à me faire faire des cauchemars puisqu’ils se plaisaient à faire du mal… pour rien.

Nicolas Lefebvre est né un 28 mars. Fils unique de deux parents qui l’attendaient impatiemment. A cette époque, ils vivaient déjà dans le village où il grandira, mais à l’origine, il venait de bien plus loin. Son père François avait été muté et sa mère Hélène ne travaillait pas. Tout aurait pu être parfait si des tensions n’étaient pas nées dans ce couple… Dans le premier souvenir de Nicolas, ses parents étaient déjà divorcés. Néanmoins, ils restaient bons parents : François subvenait aux besoins de son ex-femme et Hélène n’empêchait jamais son garçon d’aller voir son père qui avait emménagé un peu plus loin. C’était une famille bien étrange donc, qui avait attiré l’oeil des habitants du village : peut-on décemment élever son enfant en étant mère divorcée ? était-il sain pour le gamin de voir sa famille déchirée ainsi ? Rumeurs et jugements allaient bon train mais cela, il ne le remarquera que lors de ses premiers jours d’école…
Il se sentait différent ; déjà d’apparence, il ne portait que des vêtements simples, d’aucune marque particulière que les petits s’amusaient à exhiber fièrement, et puis l’on venait jamais lui parler… C’était l’étranger. Il n’était pas d’ici puisque ses parents étaient nés ailleurs… Ca, ce n’était pas les paroles de petits CP, mais c’était l’écho de leur parents. Petits perroquets répétant bêtement les mots de papa-maman. Nicolas le comprit grâce à sa mère et décida de passer outre. Quelques mots ne blessaient pas.

Nicolas avait huit ans quand sa maîtresse d’école vint le chercher dans la cour alors que c’était la récréation… Elle l’emmena dans le bureau de la directrice où sa maman l’attendait, les yeux baignés de larmes… François Lefebvre était mort, il s’était suicidé et ses collègues, remarquant son absence étrange, vinrent le retrouver chez lui… C’était évidemment trop tard pour faire quoi que ce soit…
Presque aussitôt, tout le village le sut et, lors de l’enterrement, bien que personne n’y ait été invité, tous s’y retrouvèrent pour chuchoter à mi-voix, les possibles explications de cette mort soudaine…
Il aurait toujours trompé sa femme et sa maîtresse l’aurait quitté, le faisant sombrer dans la dépression.
Il n’aurait jamais voulu divorcer, il l’aimait encore mais, elle, aurait insisté question d’argent.
Le petit n’était pas vraiment son fils et il l’aurait finalement appris.
Des farfelues, des fantasques,... des suppositions immondes à ne pas dire, ni même à penser, lors d’un enterrement.

Ce village, car je ne peux pas en dire autant des autres puisque je n’ai vécu que dans celui-là, c’était un huis-clos infernal. Tu pouvais péter dans un coin de rue te semblant désert, et en l’espace de cinq minutes, tout le monde était au courant, déformant la vérité au passage, prétendant que tu pouvais réciter l’alphabet à l’envers avec tes fesses. On savait tout sur tout le monde : qui avait engrossé qui, qui avait le sida, qui vendait la meilleure came, qui maltraitait sa mère, qui avait violé telle ou telle fille, qui cachait des fusils à pompes dans sa cave en attendant d’être revendus,... et personne ne faisait rien car ça arrangeait tout le monde ! La nuit on entendait les jeunes qui se prenaient pour des caïds dans les rues et, entre deux exclamations, on pouvait entendre des coups de feu couverts de bruits de pétards. On voyait des revendeurs de drogues à la sortie des écoles, pour les parents et pour les élèves… Le bar local était ouvert 24h sur 24 et à toute heure du jour ou de la nuit, on en voyait sortir des poivrots vomir dans le caniveau. Bien sûr, mes parents m’avaient épargné de tout ça quand j’étais petit, mais à la mort de mon père, les choses ont été très différentes.

Hélène était effondrée… Même si leur relation n’avait plus été la même après leur divorce, elle avait toujours aimé son ex-mari. Sa dépression l’avait atteinte tout autant que sa mort. Et ce village n’arrangeait rien : pour éviter les on-dit, elle ne sortait plus que pour faire des courses rapides, elle restait amorphe en regardant la télé… Sans plus de revenus que la pension que lui versait l’État pour l’éducation de Nicolas, ils durent déménager dans un appartement du centre-ville, non loin des poivrots qui se tenaient au comptoir et des drogués se cachant derrière le bâtiment.
Nicolas apprit à se faire à manger avec les restes du frigo, il apprit à aller à l’école tout seul et à se préparer le matin tout seul. Il finit par faire ses machines de vêtements sales et par faire les courses lui-même… Enfin, il fit en sorte d’apprendre à être sourd… Sourd aux appels de ses petits camarades lui demandant s’il était bien un enfant illégitime, si sa mère était vraiment une pute, si son père avait couché avec la folle au chat du quartier… Il se contenta du soutien de ses professeurs voyant qu’il se débattait de manière presque désespérée dans son quotidien soudain devenu morbide.

Rien ne s’arrangea au collège… Les enfants font preuve de cruauté à cet âge. Voyant que Nicolas ne réagissait pas aux insultes, on finit par le bousculer, par s’en prendre physiquement à lui. Il rentra un jour chez lui, couvert de bleus. Ils avaient décidé qu’il était temps pour l’étranger d’apprendre où était sa place… Sa mère le regarda l’air absente, tandis qu’il se tenait au milieu du salon dépenaillé et sale, puisqu’il n’avait pas le temps de nettoyer la maison en semaine. Elle ne lui demanda même pas pourquoi il était rentré dans cet état… C’est à ce moment que EDF décida de couper le courant pour facture impayée. Hélène soupira et déclara qu’elle allait se coucher, simplement. Et Nicolas comprit qu’il ne pouvait plus que compter sur lui-même.

Je me souviens de la première fois que j’ai répondu à leur volée de coups poing. J’en avais donné qu’un seul, droit dans le pif de Jérémy si je ne m’abuse. Il s’est mis à hurler, faisant reculer les autres. Il saignait et beuglait qu’il avait mal… Je crois que c’est la première fois qu’on le frappait, lui, le fils du fameux garagiste du village. Ils m’ont regardé comme si j’étais un monstre d’avoir fait ça alors que quelques secondes auparavant, c’était eux qui s’amusaient à me faire ça. Bon, évidemment ça ne les a pas calmé… Je pense même qu’ils étaient plutôt contents de voir que leurs années de tyrannie envers moi portaient enfin leurs fruits. Bientôt, je pouvais pas passer une récré sans tabasser quelqu’un qui me cherchait des noises. J’étais bien sûr puni, mais les pions ne m’ont jamais traité comme si j’étais un sale gosse ; ils savaient que c’était pas moi qui cherchait la merde et moi, au moins, je faisais mes heures de colles contrairement aux autres. Je crois qu’ils étaient au courant aussi pour ma mère et ce que je faisais pour qu’on puisse continuer à vivre… Oui, j’ai été voir un gars du meilleur cartel du village, voir si je pouvais revendre de la drogue à son nom pour pouvoir toucher un petit pactole. J’avais douze ans, impossible de travailler à cet âge, et je n’avais trouvé que cette solution pour ramener à manger à la maison. … Je sais que ce que je dis paraît incroyable et même impossible. J’aurais bien voulu croyez-moi.

On récolte ce que l’on sème… Violence sur violence, des petites bagarres de récré se transformant en règlements de comptes après les cours en véritables combats où le dernier debout a gagné. Gagner quoi ? Nicolas se le demande encore parfois, quand dans ses cauchemars il revoit et retrouve la morsure d’un couteau, le déferlement de coups de pieds, la menace d’une arme à feu pointée sur soi. Il avait eu l’espoir de voir sa mère se réveiller, de voir les choses évoluer au lycée… Mais tout resta tel quel, à ceci près que, à cause de son apparence, même les professeurs du lycée en venait à le juger, à donner raison aux rumeurs.

Il rentrait vers le quartier général de son cartel, perdu dans les bois environnants le village, pour recevoir sa paye. Une cigarette, à la bouche, empruntée à un client qui a bien voulu lui en rouler une rien qu’avec du tabac à l’intérieur, pour s’imaginer pouvoir oublier la faim qui le tenaillait depuis quelques jours déjà. Mais on ne lui accorda qu’un billet de 20, insuffisant pour tenir jusqu’à la fin du mois, assez quand on finit par être menacé par une arme blanche quand on demande une augmentation.
Mais en rentrant chez lui, il tombe sur une scène qui le met hors de lui : Jérémy s’amusant à peloter une demoiselle semblant loin d’être consentante, se faisant gifler pour avoir murmuré un “non”. Son sang ne fit qu’un tour et bien que faible, il réussit à effrayer le fils du garagiste, ne voulant pas d’une deuxième bosse à son nez. Nicolas eut un vertige, mais il dura le temps qu’il faut pour que la demoiselle lui pique son billet avant de s’enfuir à toutes jambes.

Ah !... Je ne lui en veux même pas. J’en ai plus la force… Je préfère m’asseoir, là, sur ce banc miteux en tremblant de faim et de fièvre. A force de trembler, j’vais peut-être fini par me faire faire une rupture d’anévrisme. A se secouer le cerveau comme ça… il y en a qui meurt pour moins que ça… J’aimerais crever pour moins remarque. La tremblote, la faim, tout ça, c’est pas mon truc. En même temps, j’ai pas envie de me suicider, j’ai pas envie de faire comme mon père ou comme ma mère… De l’originalité diantre ! Pffuhuh, “diantre”... Punaise, j’suis vraiment au bout du rouleau… Même pas en fait, je ressens juste… rien. Plus rien. Comme quand je ferme les yeux… D’ailleurs je devrais les rouvrir avant qu’on pense que je suis un cadavre et qu’on me chourre mes pompes.
Ah bah j’ai bien fait, il y a un type en face. … Ah ? il est pas d’ici, je le connais pas. ...Merde il me fixe. Qu’est-ce qu’il me veut l'encapuchonné là hein ?





Codes du règlement.
Validés par A-chan <3


_______________________________________

À propos de vous...

Vous êtes...? ^o^ : Un piou sauvage...
Comment avez-vous découvert le forum ? : Gnihihih partenariat.
Votre avis dessus ? : Génialissime. Beau. Pioutesque. Que demander de plus ?



En plus :

Donc ouiiii en fait il est tard, ça doit être bourré de fautes (désolé j'ai vraiment pas le courage de relire là tout de suite), j'avais des questioooons parce que je sais quand même que l'histoire est un peu hardcore donc voilààà et comme je n'arrive pas à lui coller une affinité et un pouvoir, je préfère attendre que vous me dites ce que vous en penseeez ouiiii... J'ai les yeux qui toooombent raaaaaaah ! :Capitulate:  *et meurt*

Et oui j'écris à la suite de ma fiche parce j'aime pas faire des double-posts.



En ligne#   Mer 16 Sep 2015 - 16:22

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2593
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

COUCOU BIENVENUE HOLA <3

Ouais bon je te l'ai déjà souhaité, mais je le refais officiellement parce que voilà. Ça m'a fait tellement plaisir ahah :') Ma journée est refaite ! Genre totalement !

Ta présentation a été vraiment chouette à lire, j'y ai pris beaucoup de plaisir ! C'est pas le genre d'histoire qu'on voit tous les jours !

Tout est valide selon moi ; il aurait fallu mettre éventuellement plus l'accent sur le côté actif du personnage, mais au final, j'ai l'impression qu'on retrouve facilement tous les traits de caractère requis ! Ils sont simplement pas poussés à l'extrême, et c'est chouette !

Du coup, ben, je pense que je peux te valider comme ça <3 Bienvenue encore *^* En plus, avec un sensitif, c'est vraiment cool <3 (J'espère qu'on pourra se faire un RP ensemble **)

Bon RP, j'espère vraiment que tu te plairas parmi nous *^*



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
#   Mer 16 Sep 2015 - 16:48

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 979
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

OWIIIII ! Merciiiiii ! Je suis content d'illuminer ta journée o/ !

Pour son caractère, t'as raison, je le pousserai en rp. Je pense qu'en devenant sensitif de toute façon, ça se fera tout seul. M'enfin, on verra x) !

Merci encore ♥ !



#   Mer 16 Sep 2015 - 17:23

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1917
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Déjà je suis dégoûtée hein... J'ai lu une partie de ta fiche avant d'aller en cours donc TÔT ce matin et... j'ai pas vu de fautes d'orthographes. J'ai envie de dire "mais il s'excuse de quoi ?"

Bref tu voudrais pas glisser quelques fautes qu'on y croie un peu plus ?

... Okay j'ai rien dit en fait.

BIENVENUE.
J'ai bien aimé ta façon d'écrire (les phrases coulent toutes seules et pas une faute pour buter dessus le dream) même si à mon habitude je ne me suis pas spoiler l'histoire... ^^

Ah et tant que j'y suis à râler je suis la seule Piu/Piou/ Piou-piou ici ! Gaffe à toi j'vais m'battre bec et ongles ! Die!

Amuses-toi bien parmi nous !

et ne tient pas trop compte de toutes les conneries que j'dis j'ai une réputation de râleuse à entretenir c'tout.




En ligne#   Jeu 17 Sep 2015 - 8:20

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Houston Carter, Dunkan D. Carter (en pause), Michigan Carter (mort)
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 497
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Nickel Giselle

HOOOOOOOO UN SENSITIIIIIIF *0*
J'ai pas le temps d'en lire plus mais je t'aime déjà, bienvenue <3


#   Jeu 17 Sep 2015 - 13:10

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 639
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 19
Emploi/loisirs : Chanter, utiliser mes pouvoirs, me retrouver dans des situation improbables et juste vivre avec le sourire !

Oh un petit bout de 15 ans ^^ J'ai commencé un peu a survoler ta fiche, mais du coup ça m'a donné envie de la lire en entier donc je m'y met tout de suite tiens (c'est pas bien de fumer à 15 ans :P) Sur ce : Bienvenu ! Et comme je vois que tu a été validée très rapide, amuse toi bien sur le forum ^^


~ Si on cesse de rêver, on meurt ~
Spoiler:
 

Spoiler:
 
#   Jeu 17 Sep 2015 - 14:49

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 979
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Mamie Piu > Ahah ! C'est que je faisais attention en écrivant, mais avec la fatigue, je suis sûr qu'il y a des coquilles quand même (des "s" qui disparaissent ou une conjugaison louche)(parce que je suis nul en conjugaison, faut le dire).
Quand à ton statut de Piou, t'inquiètes !
Mais tu devrais être contente ! On devrait avoir une armée de pious pour CONQUERIR LE MONDE BWAAHAHAH !

Isis > Merci ^^ ! Je suis... touché (le comble pour un Sensitif n'est-ce pas XD ?).

Olivia > Merci à toi aussi ! Eh oui, fumer c'est pas bon pour la santé (mais je suis mal placé pour faire la leçon à qui que ce soit ^^") !



#   Jeu 17 Sep 2015 - 18:10

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1041
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

*repense à son 1er perso de 15 ans. regarde la longueur de la fiche de Nicolas*
Hmmmm. Je vais aller pleurer dans mon coin hein xD
Bienvenue sinon ! Un sensitif c'est super on en manque et ton perso a l'air cool. J'ai pas encore lu ta fiche mas je le ferais ce soir je pense ;)
Donc amuse toi bien et au plaisir de se croiser en rp ;)


#   Ven 18 Sep 2015 - 13:34

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 979
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Merci Huo ^^ ! J'espère que ma fiche t'a plu (ou te plaira, je sais pas encore x) !).



#   Ven 18 Sep 2015 - 19:24

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1956
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Bienvenue à toi ! J'espère que tu te plairas parmi nous :3
Je viens seulement de retrouver internet alors... J'avoue, j'ai pas encore lu ta fiche >O> Mais ça ne saurait tarder ! Dans tous les cas, bienvenue à toi :3



Merci Ronronnn ♥️
#   Jeu 24 Sep 2015 - 14:22

Personnage ~
► Âge : 24 ans et une âme d'enfant ♥
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 29/05/2015
Emploi/loisirs : Alimenter mon tumblr et péter vos mirettes avec mes kits fluos ♥
Humeur : Un peu perdue, mais ça va, merci de vous soucier de moi ♥

Ohhh ton personnage est vraiment chouette *^* J'aime bien le côté réaliste de l'histoire ! Bienvenue sur le forum en tout cas, j'espère que tu prendras plaisir à RP parmi nous !

I love you


S'émerveille en #E7654D

Treasure box ♥:
 
#   Jeu 8 Oct 2015 - 0:18

Personnage ~
► Âge : 15 Ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 129
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Songer à loisir.
Humeur : Neutre.

Bienvenue bienvenue :)




#   
Contenu sponsorisé

 

Présentation de Nicolas Lefebvre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Passons du temps tous ensemble !
 :: Présentations. :: Présentations validées.