Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
La mélodie de la nuit [with Matheo]
Lun 26 Oct 2015 - 22:51
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

J'écoutai son récit en silence. Lorsque je lui avais proposé de retirer ses cicatrices, je m'attendais au fond de moi à une révolte, mais pas à une telle douleur. L'affaire était plus compliqué que je ne l'avais imaginé. La façon dont il me la racontait renfermé tant de dégoût que je ne pus empêcher la tristesse de voiler mon visage. Sa vie avait été bien remplie... mais pas de la meilleure des façons. Personne ne devrait être taillé à la dure de cette manière à son âge, et ça vaut pour n'importe qui. Je comprenais bien que ça n'avait rien à voir avec une quelconque fierté ou autre, c'était juste qu'il aurait l'impression que je lui arrache des parties de lui. Sans m'en rendre compte, j'acquiesçais.

-Je comprends... Excuse-moi si je t'ai mis mal à l'aise, prononçais-je d'un air désolé

De nouveau ce silence. De nouveau cette attente. Celle qui paraît longue à un individu normal, infinie pour une personne sans repères comme moi. Je n'avais rien à quoi me raccrocher, le temps... n'existait pas vraiment pour moi, tout me paraissait long, ou au contraire trop rapide. Rien n'était à sa place et chaque secondes passée semblait être une année pour moi. Mais je me cantonnais au silence, je me forçais à ne rien dire car si lui ne disait rien, c'est qu'il devait avoir une raison.

Peut-être que, sans m'en rendre compte, je l'avais insulté ou je l'avais mis dans une situation gênante. En tous cas cette longueur me permettait d'appréhender une chose : il n'appréciait guère le contact. Il m'avait touché, mais c'était de sa propre volonté, là, il ne contrôlerait pas mes gestes. Au fond de moi, je pouvais imaginer que ce devait être un vrai duel intérieur pour. Au vu de ses cicatrices, je comprends que lorsque l'on portait la main sur lui, c'était rarement innocent, encore moins pour lui manifester de la tendresse. Avait-il développé une sorte de réaction anti-contact ? Je n'en savais rien, je ne voulais pas le savoir, je ne voulais pas empiéter sur sa vie privé... Dans un souffle je faillis lui dire que je renonçais à mon idée. Il me devança.

Je sentais la tension dans sa voix, comme s'il n'était pas sûr lui-même de ce qu'il m'autorisait à faire. Je l'entendis pourtant s'avancer, se rapprocher pour qu'il soit à ma portée. Je me forçai au calme, empêchant mes mains de trembler puis, une fois la sérénité revenu, je tendis mes mains vers son visage.

-Promis, je ne te ferai aucun mal... Ca ne durera pas longtemps.

J'entrais au même moment en contact avec sa peau. Je posais délicatement mes mains pour ne pas lui faire et procédais tout en douceur. Mes doigts caressèrent d'abord son front puis descendirent le long de ses joues, une de mes mains s'attarda sur son menton tandis que l'autre épousait la forme de sa mâchoire et de son cou. Enfin, je remontai vers le milieu du visage, posant avec toute la délicatesse possible mes mains au niveau de ses yeux, de son nez, dessinant son mes doigts l'architecture de son visage. En dernier acte, mes mains se perdirent dans ses cheveux, dont je me représentais la forme en fonction des courbes que je sentais. Pendant toute l'opération, je restai concentré, dessinant au fur et à mesure son visage dans ma tête. Il ne me manquait qu'une chose.

-De quelle couleur sont tes yeux et tes cheveux ?

Alors je souris. Je laissais mes mains quitter son visage et retomber le long de mon corps. C'était donc vrai. Le toucher avait vraiment un tel pouvoir. C'était mon premier essai, que je n'avais imaginé auparavant. A présent que j'avais testé la véracité des choses, je comprenais à quel point nos sens pouvaient être limités parfois. C'était étrange mais j'avais l'impression qu'une brèche c'était refermée en moi, que je me sentais plus apaisé que jamais. Je ne saurai expliqué pourquoi. Je relevai alors la tête dans la direction de mon nouvel ami.

-Merci Nicolas, dis-je simplement avec émotion.

A travers mes mains, durant ce court instant, il m'a semblé que je pouvais voir de nouveau.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 27 Oct 2015 - 1:03
avatar
Masculin

Messages : 830
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Il n'entend pas la phrase rassurante de Matheo. Il est devenu sourd, concentré à sa tâche qu'était simplement de rester immobile. Il retient sa respiration. Il attend avec appréhension le premier contact et il tressaille quand celui-ci survient. Sans s'en rendre compte, il relâche d'un coup tout l'air qu'il avait retenu dans ses poumons... Il tressaille quand les doigts inconnus glisse lentement sur sa peau, détaille l'arrête de son nez, sa mâchoire, son front, tout... Chaque centimètre de peau est comme analysée. Il inspire par à coup, comme s'il avait froid mais pas du tout... La chaleur envahit son corps ; il réagit par automatisme car il n'a pas peur étrangement. Le toucher est si délicat, attentionné qu'il ne peut en être autrement. Sans doute que l'aveugle avait bien vu, sans mauvais jeu de mot, que les contacts n'étaient pas son fort.

Et puis, il se passe quelque chose d'étrange, pour changer. Quand Matheo passe les mains dans ses cheveux, un nouveau frisson l'envahit... Rien de bien bizarre jusque là, si ce n'est que ce n'est pas la gêne qui le créé, ni la peur, ni l'automatisme ou quoi que ce soit de ce genre. Il essaye de retrouver dans ses souvenirs, une sensation similaire mais impossible : quand Huo ébouriffe sa crinière déjà indomptable, c'est trop vif pour qu'il en ressente une gêne. A vrai dire, il se rendit compte à ce moment que, sur son crâne, c'est bien le seul endroit où l'on pouvait le toucher sans qu'il se tende comme un arc. Et là... Peut-être était-ce la douceur de Matheo, ou l'application qu'il mettait à sa tâche, mais de se faire toucher ainsi, pour la première fois de sa vie... ça lui plaisait.

La chaleur redoubla et s'il n'avait pas été aveugle, et ce même dans la nuit qu'éclairait simplement la lune et les étoiles, Matheo aurait pu remarquer à quinze mille le rouge pivoine qui recouvra le visage de Nicolas jusqu'aux oreilles... et il était incapable d'articuler sa pensée qui se résumait à : STOOOOP !!! Non, il dut attendre que Matheo se retire doucement en souriant et toussoter pour libérer sa gorge -de quoi ? on s'le demande !- avant de dire d'une voix tremblante. :

-J'suis brun... Les yeux gris blanc... Argent quoi.

Il le remercia. Il ne sut pas trop pourquoi mais il était bien incapable d'argumenter à ce moment précis... Il haussa alors les épaules, comme si ce mouvement pouvait lui redonner de la contenance alors qu'il était encore aussi rouge qu'une tomate -quoi que, une tomate, c'est consistant-. :

-D... De rien.

Nicolas pinça ses lèvres, ne sachant plus quoi faire, puis se rappela qu'il lui avait proposé de faire un tour dans le parc avant tout ça. Il se redressa complètement, prenant une grande inspiration pour faire passer la sensation inconnue et désagréable qui courrait le long de sa peau et se relança dans l'humour, histoire de ne pas perdre la face. :

-BON ! Et si nous la faisions cette petite promenade cher aîné ?!
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

Mar 27 Oct 2015 - 11:13
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Il ne semblait pas avoir apprécié mon contact durant mon "analyse" tactile. J'avais senti sa peau tremblait mais surtout, j'entendais les battements de son coeur qui s'accéléraient sans aucune raison apparente. La respiration ne mode petit chien était un bel indice aussi. Bien que je m'étais douté que ça ne lui plairait pas, ayant compris auparavant que le contact n'était pas son truc, je ne m'attendais pas à provoquer une réaction si allergique, c'était le mot. Je ne lui adressais aucun reproche, surtout pas, c'était à moi que j'en voulais, parce que j'avais manqué de discrétion, de finesse. Peut-être l'avais-je trop poussé, en insistant implicitement sur le fait que c'était important pour moi.

-Excuse-moi... Je ne voulais pas te mettre mal à l'aise...

Je ne savais pas quoi dire d'autre. Je me sentais mal pour lui, je me sentais presque comme un bourreau. Comme si je lui avais asséné moi-même un de ces coups de couteau. Il répondit à ma question en bégayant un peu, pas sûr de lui. Si cela renforça mon malaise, je me débrouillai pour essayer de ne rien montrer et je me contentais de sourire. Les informations qu'il m'apportait complétaient le portrait dans ma tête. Les dernières touches étaient en place et une image entière fit front dans mon esprit. Mon sourire s'élargit.

-Je te vois, lâchais-je dans un soupir.

J'avais dit cela sans m'en rendre compte. Le soulagement et la joie de pouvoir visualiser une personne m'avait un peu ému, au point que je ne parvenais plus à refréner mes élans. Je me mis à rougir sûrement, car je sentis une chaleur me dévorer les joues. Je secouai la tête pour dissiper cette sensation, en tapotant mes joues au passage de mes mains fraîches, ce qui n'arrangea pas vraiment le situation.
Heureusement, Nicolas m'offrit un échappatoire en me rappelant que j'avais donné mon accord pour une ballade. Retrouvant mon sourire habituel, j'acquiesçai.

-Ok, allons-y ! Où veux-tu aller ?

Je ne savais pas s'il connaissait bien Terrae depuis le temps qu'il était ici, mais je le laissais faire, préférant qu'il me guide plutôt que l'inverse. Au risque de me répéter, les grands espaces m'effraient encore un peu.

-Au fait, tu as fait connaissance avec quelques personnes depuis ton arrivée ? Ou je suis le premier ? , demandais-je

Je me doutais bien que je n'étais pas le premier, je l'espérais aussi parce que s'il était là depuis plusieurs semaines et qu'il ne s'était lié d'amitié avec personnes d'autre, je me sentirais encore plus mal pour lui.

Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 27 Oct 2015 - 15:12
avatar
Masculin

Messages : 830
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Nicolas se doutait bien que Matheo lui avait demandé ça dans l'unique but de le "voir" et non pas de le torturer. Il n'avait à s'excuser de rien, mais Nico dut attendre un moment avant de retrouver une voix moins tremblante. A grand coups d'inspirations et d'expirations profondes, exercice connu pour rendre zen même le plus tendu des pitbulls qui n'a pas eu son goûter. C'est dire si ça marche. Il massa sa nuque et passa sa main sur son visage, comme pour se rendre compte qu'effectivement, Matheo ne lui avait pas mis une rouste discrète. Il avait beau le voir, l'enfant de la lune, il avait beau avoir accepté d'être "vu" comme ça, son corps se demandait encore pourquoi il avait été touché de cette manière. :

-Non, ne t'excuses pas. C'est moi qui suis bête à pas faire comprendre à ma tête que tu ne me veux aucun mal.

Matheo sourit et rougit tout à la fois. C'était contagieux faut croire. Nicolas était content tout de même, s'il avait pu l'aider à mieux le voir, c'était pas rien. Et puis il retiendrai le coup de cheveux... On sait pas, ça pourrait servir à l'avenir.

Il s'éloigna après qu'il lui ait confirmé qu'il était prêt. Quand à sa question, il ne savait pas vraiment où aller, il ne connaissait pas encore très bien ce coin de Terrae. :

-Je sais pas mais... il nous reste la nuit pour déambuler sans but ! Ah... Peut-être que tu préfères les zones que tu connais aussi... Hm. J'peux te filer mon bras si tu veux au cas où, si t'es pas rassuré.

Être dans un endroit qu'on connaît pas quand on voit, c'est stressant... Mais alors quand on est aveugle, tu dois ouvrir le pot de toutes les angoisses ! Matheo lui redemanda s'il s'était fait des amis, de manière plus précise cette fois, comme s'il était inquiet de sa capacité à se sociabiliser... Nicolas sourit, et se décida à lui donner des noms. :

-A mon arrivée, j'ai croisé Ariana qui m'a été d'un grand secours... J'avais accepté de venir ici parce que j'avais plus rien, mais je m'étais pas arrêté aux détails. Du coup, j'étais plutôt paumé quand j'ai débarqué comme une fleur ! On se parle de temps en temps, j'ai pas de grandes discussions philosophiques mais elle m'a apprit à me servir de mon téléphone. Je m'entends bien avec mon camarade de chambrée mais sans plus... Je suis trop souvent dehors à remplir des papiers pour le lycée et les bourses ici, ainsi qu'à courir, pour faire plus ample connaissance. Sinon, celui que je vois souvent, c'est Huo. On s'est rencontré à la salle d'entraînement, et il est sympa à sa manière...

Il baissa le regard, pris d'une certaine tendresse. Huo était la première personne l'avoir compris, écouté et accepté tout à la fois... Ils avaient vécu les bassesses de l'humanité, chacun à leur manière, et s'étaient acceptés à coups de poing et à torsions de bras plutôt désagréable. Surtout pour moi en fait. :

-Tu vois, t'as pas à t'inquiéter... J'ai l'air d'un bourrin avec mes cicatrices et ma gueule cassée, mais il y a des gens qui ne s'arrêtent pas à l'apparence.

...ou qui sont aveugles. Car s'il avait eu ses yeux, Matheo aurait-il fait confiance à Nicolas comme il l'avait fait jusque là ?
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

Mer 28 Oct 2015 - 23:27
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

La remarque de Nicolas me tira un rire bref. Convaincre son corps hein ? Je me doutais bien que ce n'était pas si facile que ça, surtout en imaginant la façon dont il avait dû vivre. Je percevais grâce à mes talents de guérisseur de nombreuses autres marques un peu partout et cela confirma un peu ce que je m'étais dit auparavant. Lorsque l'on portait la main sur lui, ce n'était pas pour lui témoigner de l'affection. Rien d'étonnant à ce qu'il ait eut cette réaction presque épidermique à mon toucher. Je m'en voulais de lui avoir forcer, en le plongeant dans un état de stress.

-Ça viendra! Je suis sûr que je parviendrai à convaincre ta tête que je ne suis pas un ennemi, dis-je en rigolant

Déambuler sans but... Cette éventualité me faisait un peu peur. Pour moi, cela voulait dire marchait au hasard, sans savoir où l'on va, pour le simple plaisir de marcher. C'était angoissant pour moi, qui ne savait jamais où j'allais précisément en voulant aller quelque part, alors sans avoir de destination précise... Pourtant, quelque chose dans cette perspective m'attirait, me disait que lâcher la bride pouvait me faire du bien. Il m'avait proposé son bras, ce qui dénotait un petit progrès je tiens à souligner, afin de me guider en cas de pépins. ainsi, je lui répondis très simplement:

-Je te fais confiance.

Je ne pus retenir un sourire en l'entendant m'énumérer point par point son arrivée et les rencontres qu'il avait faîtes. En même temps, je devais agir un peu comme une sorte de papa poule, s'inquiétant pour le bien être de ses enfants en voulant tous les détails. Je devais la saouler un peu, ce n'était pas marrant de raconter sa vie à un étranger et il devait se dire que j'étais vraiment pot de colle, intrusif. Malgré cela, je continuais de l'écouter sans l'interrompre, mon sourire s'élargissant en reconnaissant un de mes amis.

-Je ne sais pas qui est Ariana, mais Huo est un bon ami à moi. C'est quelqu'un de chouette, dis-je joyeusement

Je ne m'étonnais pas trop qu'ils s'entendent bien, il avait probablement, à quelques différences près, le même type de vie passée. Huo n'aimait pas en parler mais j'avais compris qu'il n'était pas fier de ce qu'il avait été, que ça l'avait bloqué dans sa relation. Malgré mes efforts, il avait la tête dure cet idiot. Mais au fond, c'était un homme au coeur tendre, très attentionné, même s'il aimait beaucoup me faire rougir!
La chute de son récit me fit rire à nouveau, bien plus longuement cette fois.

-Ah je sonnais vraiment comme un papa poule trop envahissant hein ... ? Pardon, fis-je avec gêne.

Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 29 Oct 2015 - 5:01
avatar
Masculin

Messages : 830
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

La confiance de Matheo à son égard l'attendrit, pulvérisant la question qui lui avait traversé l'esprit... Non, s'il avait vu, il n'aurait pas eu peur. tenta-t-li de se convaincre. Un doux sourire papillonnant sur ses lèvres, il lui raconta donc ses rencontres, pas leur intégralité néanmoins ; il avait encore du mal à se remettre d'Aria, disons-le franchement, et il savait parfaitement que la façon qu'il eut de communiquer avec Huo était... particulière. Pourtant, quand Matheo lui avoua joyeusement connaître ce dernier, il inspira d'un coup, ses yeux s'illuminèrent et il lâcha dans un souffle. :

-Tu connais Huo !!!

Oui, c'est ce qu'il venait de dire. Oui, sa réaction avait été très enfantine. En même temps, il adorait Huo, et commençait à beaucoup apprécier Matheo... Il l'avait laissé le toucher, rappelons-le, jusqu'à les contacts s'étaient révélés accidentels ou brutaux. En sachant que ces deux-là se connaissaient, il avait l'impression d'avoir un cercle d'ami... chose qu'il n'avait jamais eu. Et il a dit bon ami ! Il l'a dit ! Sans s'en rendre compte, comme une étoile filante, Matheo venait de faire exploser le ciel sombre, les ombres parcourant les recoins du parc, il avait coloré la nuit de mille et une couleurs dans le cœur de Nicolas. S'il n'avait pas été ce qu'il est, peut-être l'aurait-il pris dans ses bras.

Empli d'une chaleur fraternelle à l'idée de discuter à propos de Huo, Nicolas retrouva sa vivacité naturelle, ce qu'il cachait depuis toujours et qui lui fit déblatérer toutes sortes de questions à la suite, sans vraiment de sens, sans s'arrêter de marcher. :

-Ça fait combien de temps que vous vous connaissez ? Vous vous êtes déjà entraînés ensemble ? Moi oui, et c'était trop bien ! J'ai toujours hâte de le retrouver même si je me prends une branlée à chaque fois ! Est-ce que le rouge c'est vraiment sa couleur naturelle ? Parce que c'est vrai quoi, j'ai jamais vu ça avant ! Il fait pas son âge hein ? J'suis aussi grand que lui et j'ai pas fini ma croissance ! Tu crois qu'il a eu des problèmes à ce niveau ? Ou c'est moi qui vais devenir un géant ? Mais c'est parce que j'aime bien la soupe. Et j'vous aime bien aussi !

Et il inspira enfin, confus. Oh ben merde... Je savais que j'avais tout ça dans ma tête mais je comptais pas tout sortir d'un coup. Il se rendit compte de ce qu'il avait lâché dans la mêlée ; ses propres sentiments envers quelqu'un. C'était pas bon... Si quelqu'un l'avait entendu, il se serait servi d'eux, comme otage, afin qu'il donne de l'argent ou se livre en échange pour servir de punching-ball humain... Non. Il n'y a personne... et je suis à Terrae. :

-Euh... Désolé t'es pas... obligé de répondre.

Belote et rebelote. Il était de nouveau gêné, cette fois, d'avoir été trop ouvert et d'exposer ses sentiments aussi facilement. Il mordit sa lèvre. :

-Si t'es le papa poule, j'suis le gosse hyperactif.

Huo doit avoir les oreilles qui sifflent... J'espère qu'il dort profondément. Il tendit l'oreille vainement, essayant de capter des cris de frustration dans la nuit, d'avoir été réveillé par un sifflement inexistant... Bien heureusement, rien ne vint.
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

Jeu 29 Oct 2015 - 10:04
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

On marchait tranquillement et si, dans ma tête, je n'avais rien dit de spécial, je compris vite que mes paroles avaient une autre tournure pour Nicolas. Lorsque je lui dis connaître Huo, je sentis une vague d'excitation le gagner... et ne plus le quitter! D'abord un peu surpris, je me retrouvais écarté par accident ( il gigote beaucoup, j'ai un peu peur de me prendre un coup par inadvertance ) et je restai figé, le regard vide dans sa direction, un petit sourire aux lèvres. Eh bien... la prochaine fois que je croise Huo, faudra que je lui parle de c garçon, on dirait qu'il lui voue un véritable culte. Cette pensée élargit mon sourire. Je me contentais d'acquiescer à sa remarque, bientôt suivi d'une foule de question. Je fus tenté de l'interrompre mais, le sentant lancé dans son truc, je me contentais d'écouter, amusé. Il se calma finalement tout seul, et s'excusa même de ses questions. Je secouai la tête, sans pouvoir m'empêcher de rire.

-J'ai l'impression que tu aimes beaucoup Huo, je me trompe ? , demandais-je avec taquinerie.

Je savais que c'était un bourreau des coeurs, mais je en savais pas qu'il était si sociable, au point de provoquer l'admiration des jeunes gens. Je ne me moquais absolument pas, au contraire, j'étais content. La dernière qu'on s'était vu, il n'était pas dans son assiette, donc je suis ravi de savoir que des gens s'attache à lui, lui qui n'arrête pas de sortir qu'il est dangereux blabla.
Comprenant que, malgré ce qu'il pouvait en dire, il avait posé ces questions sincèrement dans le feu de l'action, j'entrepris de répondre en tentant de me souvenir de tout.

-Alors euh... Je connais Huo depuis... depuis... depuis mon arrivé à Terrae en fait! Il s'entraîner à son art martial, le kenpo je crois et je m'étais installé pour le regarder. On ne s'est donc jamais entraîné ensemble vraiment mais j'aimerais beaucoup l'affronter un jour, il paraît qu'il est très fort, et je n'en doute absolument pas. C'est quelqu'un d'adorable, qui manque parfois un peu de confiance ne lui, ce qui est le comble pour un feu. Il a toujours peur que son passé revienne le hanter mais ça, je préfères que ce soit lui qui t'en parle, dis-je aussitôt.

Je fis une petite pause pour respirer, et aussi pour tenter de me souvenir de tout ce qu'il avait lâché dans son mode mitraillette de tout à l'heure.

-Je suis d'accord pour dire qu'il fait pas son âge! Il fait assez jeune mais en même temps, il l'est, ce n'est pas comme s'il avait trente ans non plus. Sa couleur de cheveux... Je l'ai toujours vu avec, ça doit être naturel. Mais si tu veux tout savoir, avant il avait les cheveux longs attachés en tresse mais c'est sa petite amie qui la lui a coupé lors d'un... combat, on n'a qu'à appeler ça, ajoutais-je d'un ton de comploteur.

Pour ce qui était de sa tailler, je ne répondis pas. Parce que je ne me souvenais pas vraiment si Huo était si petit que ça, il était plus grand que moi. En plus, comme je ne connaissais pas bien Nicolas et que je ne le voyais pas, je ne pouvais pas faire une estimation de taille. Mais s'il le disait, il devait avoir raison. En revanche, je trouvais un autre angle d'attaque pour l'embêter.

-C'est bien de manger de la soupe, tu finiras grand, affirmais-je sur le ton du papa poule.

Sentant sa gêne à l'idée de s'être livré aussi finalement, je décidai de me livrer un peu au sujet de Huo aussi, de façon à équilibrer les choses. Comme ça, il ne serait plus seul à se lâcher.

-C'est un homme que j'aime beaucoup moi aussi, il a été assez présent pour moi et il m'a beaucoup aidé à une époque. J'ai eu la chance de pouvoir lui rendre la pareille, du moins je l'espère. Je suis content que tu es fait sa connaissance, il deviendra un excellent ami pour toi. Il a le don de se préoccuper des autres qui sont dans la difficulté, dis-je avec douceur.

Cela faisait un petit moment que je ne l'avais plus vu, de puis ma cécité. Il faudra que je trouve un moyen d'aller le voir, j'avais quelques petites choses à lui demander.
Retrouvant un large sourire, je lui demandais:

-Alors ? Ta curiosité est satisfaite ?
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 29 Oct 2015 - 19:31
avatar
Masculin

Messages : 830
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Dire que Nicolas aimait beaucoup Huo, c'était bien peu de chose... En réalité, c'était le cas, sans doute mille fois plus que ce qu'on pourrait penser, mais il avait un mal de chien à mettre des mots dessus. Tout petit, il avait eu des camarades avec lesquels il parlait plus que les autres certes, mais pas eu point de les catégoriser "amis", et après, avoir un tel point faible à exposer était hors de propos. En relation stable, peut-être pas plus saine, la seule qu'il eut ces dernières années, c'était sa mère... Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, il l'aimait. C'était sa mère, elle l'avait fait et l'avait porté déjà, on ne peut pas renier ça et puis, lui en vouloir parce qu'elle souffrait c'était cracher dans la soupe. Lui aussi, la mort de son père l'avait dévasté, mais il n'avait pas eu le choix ; l'école, le village et le reste l'avaient empêché de se morfondre trop longtemps. Elle n'avait pas la force de supporter d'avantage que sa propre douleur, et dans un sens, il comprenait ça... Tout ça pour dire que, pour situer Huo sur une échelle d'appréciation quelconque, c'était pas de la tarte.

-Moui... fut la seule chose qu'il put répondre.

Et puis il l'écouta, le kempo de Huo, la gentillesse de Huo, le passé de Huo, son âge, ses cheveux,... Sa copine ??!!!... Il réfléchit mûrement à tout ça, tournant et retournant les mots dans sa tête pour en venir à cette conclusion étrange ; en vérité, il ne connaissait pas du tout son ami. Il avait fait des suppositions, il avait retenu le peu d'information qu'il avait bien voulu lui donner. Mais rien de tangible en soi, quand on sait que Nicolas avait tout d'un coup lâché les vannes, comme un peu plus tôt avec Matheo. Il s'en sentit égoïste... Damn, que la vie peut être mal foutue parfois.

Matheo lui apprit que lui aussi avait beaucoup reçu de sa part aussi, de l'aide, un soutien... Il se demanda d'un coup si Huo était bien dans ses baskets aussi... Parce qu'il avait beau avoir l'air posé, mature et sacrément badass aux yeux de Nico, il se souvient l'avoir vu expulser toute sa frustration sur un sac de frappe... Et qui pouvait l'écouter lui ?... Matheo ? Cette copine dont il venait d'apprendre l'existence ? Allez savoir !... Du moins, était-il du genre à se confier ?... En tout cas, d'après l'enfant de la lune, ça ne semblait pas être le cas. Nico sourit, embarrassé par sa dernière question. :

-Oui... Merci. puis sachant qu'il devait ajouter quelque chose, pour éviter de prononcer que des affirmations. J'avais compris que les pouvoirs étaient déterminés par nos caractères, mais je pense que c'est plus profond que ça... Enfin, je me doute que je comprendrais mieux quand j'en aurais. Mais si c'est un comble pour un Feu de manquer de confiance, alors j'ai aucune idée de ce que je pourrais écoper !

Un comble d'être soi peut-être... Il tenta de prendre ça à la rigolade, mais en vrai, le fait de ne rien savoir à ce propos et d'être dans l'attente de ça l'angoissait un peu... Il avait pris le temps d'étudier la question ; voir les différents pouvoirs, lunaires et solaires, les affinités selon les comportements, d'initiés à masters, les épreuves qui l'attendait. Assimiler tout ça d'un coup, il y a de quoi rendre les gens fous. Une sensation désagréable dans les yeux, il les frotta si fort qu'il eut l'impression de voir les étoiles en technicolor... Il devait fatiguer.
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

Jeu 29 Oct 2015 - 21:50
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Apparemment je lui avais donné une sacrée masse d'informations à ingérer puisqu'il resta silencieux un long moment. Faut dire qu'il m'avait demandé beaucoup de choses, en même temps, je voulais lui faire plaisir en répondant à ses questions, je ne m'attendais pas à provoquer un accès de mutisme. Je ne pouvais m'empêcher de sourire en l'imaginant se repasser toutes les informations que je lui avais donné dans son esprit.

-Si tu veux savoir autre chose... proposais-je avec amusement.

Je plaisantais bien sûr, non pas que ça me dérangeait de parler d'Huo, mais je n'aimais pas tellement parler au sujet des autres en leur absence, sans leur consentement. J'avais un peu l'impression d'étaler leur vie privée au grand jour, et ce n'était pas mon rôle de faire ça. N'empêche que, quand on y repense, c'est fou qu'il se soit attaché à ce point à Huo, je ne me doutais pas que ce grand dadais attirait les petits! J'espère qu'il ne compte pas jouer son pervers comme avec moi sinon je lui en toucherai deux mots.

Il me fit alors part de ses pensées sur le règlement des affinités et je ne pus qu'acquiescer. J'étais d'accord sur le principe que les choses étaient plus complexes que ce qu'on pouvait lire dans les livres ou que ce que les gens pouvaient nous raconter. Moi je correspondait assez bien au tempérament des airs mais je connaissais des personnes que avaient certains traits sans les autres de le personnalité de "base" .

-Je pense qu'il ne nous donne qu'un schéma, une articulation de base. Les feux sont ainsi et les airs plutôt ainsi car ils ont remarqués des similitudes. C'est vrai que lorsque l'on compare deux même affinités ensemble, il est rare qu'elle soit opposée, expliquais-je

Je ne m'arrêtais pas là cependant, je lui fis part de ce que j'avais constaté aussi.

-Mais tu as raison, c'est pour ça que je parle de base. Tu avoir un ou deux traits en commun avec ton affinité tandis que le reste est différent. Ça reste un peu mystérieux...

Et je trouvais ça très bien, plutôt que de se dire que les gens entraient dans des cases selon leur caractère. au vu de mes rencontres, je constatai que les choses pouvaient être plus libres, plus complexes aussi. Pour ça l'avatar était un parfait exemple, enfin, Aelita plutôt!
Je me servais de ce qu'il disait pour rebondir et le questionner à nouveau, voulant le connaître davantage.

-Tu estimes que tu n'es assez sûr de toi ? Je dirais que tu as de la ressource pourtant, dis-je en riant légèrement.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 30 Oct 2015 - 0:38
avatar
Masculin

Messages : 830
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Migraine. Nicolas poussa un son, entre le grognement et le couinement plaintif, en finissant de frotter ses pauvres mirettes douloureuses. Ce serait con que la cécité soit contagieuse... Mahah. Il remit ses mains dans ses poches dans un soupir et sourit à Matheo. :

-Ça ira, merci d'avoir partagé ça avec moi... Mais ça m'fait bizarre de parler de lui alors qu'il est pas là.

Il hocha la tête aux réflexions de Matheo sur les affinités. Il était content de savoir qu'il n'était pas le seul à penser la même chose. Les caractères, c'est tout à chacun et puis, ça évolue. Le Nicolas d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celui qu'il était quand il avait cinq ans par exemple ; un peu timide, hyperactif, impulsif, toujours enjoué. C'est vrai qu'il l'était encore, mais il avait toujours fait de son mieux pour que ça ne se voit pas.

Sûr de lui ? Nicolas ne put s'empêcher de rire doucement à cette remarque. Il frotta sa joue d'où coulait une larme sans importance. Le froid n'arrange rien pff... Il retient un bâillement avant de répondre en souriant. :

-C'est ce que tu penses de moi ?... Hm... Je pense plutôt que je me donne un genre. J'ai du apprendre à pas me laisser faire, ça laisse des traces et pas que sur la peau. A ces mots, il gratta son arcade, le froid tiraillant sa peau. En vrai, je pense que c'est ma spontanéité qui donne cette impression, mais je suis très loin d'assumer ce que je dis une fois que je me laisse aller.

Il regarda sa main un instant avant d'ajouter. :

-Et puis je suis un idiot fini. On m'a souvent dit que j'étais débrouillard mais pas du tout... Quand je commence quelque chose, généralement, je n'ai aucune idée de ce que je suis en train de faire !! Comme le jour où j'ai du me recoudre tout seul : j'ai ouvert un livre de couture pour savoir quel point faire à peu près... ...De l'inconscience quand j'y pense !

Nicolas fit un mouvement de bras, choqué par ses propres actions... Pourquoi j'suis pas allé à l'hôpital comme tout le monde hein ?!... Awais. On avait volé les roues de mon vélo et j'pouvais pas faire cinquante kilomètres à pied jusqu'à la grande ville avec un trou au bide.
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

Ven 30 Oct 2015 - 20:38
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je l'écoutai argumenter contre ce que je pensais. C'est vrai que, à l'entendre, même s'il semblait se rendre parfois qu'il en disait trop sans le vouloir, il donnait l'impression d'avoir une assurance. Ça ne voulait pas clairement dire qu'il était sûr de lui, mais disons qu'il ne semblait pas mal à l'aise avec moi en ce moment. Lorsque l'on se sent en sécurité, notre personnalité resurgit plus facilement. Moi, j'avais l'impression d'avoir une garçon énergique, curieux et plein de vie qui ne demandait qu'à recommencer une nouvelle vie. Un garçon qui s'était forgé sous les coups de la vie, littéralement.

-Pardon... C'est vrai que je ne te connais pas suffisamment bien, je ne peux pas te juger si simplement, dis-je sur un ton d'excuse.

Le récit qu'il me fit me serra l'estomac. Personne ne devrait vivre comme ça, ou plutôt, ne devrait avoir vécu ça. Même sans le voir, j'ai senti et entendu qu'il était jeune, plus que moi. Ce n'est pas une vie de jeune garçon. A son âge, comme au mien, on est censé profiter de la vie, être insouciant. Pour des raisons différentes, cela nous avait été volé à tout deux.

-Tu es encore jeune... Mais tu verras lorsque tu auras tes pouvoirs, tu te connaîtras encore mieux. C'est une excellente manière de se rendre de ce que l'on est et de ce que l'on peut faire.

Moi, j'avais appris beaucoup de choses sur mon compte en devenant guérisseur. Même si mon caractère se prêtait bien à l'affinité, j'ai découvert des facettes de ma personnalité que j'ignorais posséder. Mais pour beaucoup, je le dois à Ryu, qui a su trouver et exploiter mes capacités cachés. Un sourire naquit sur mes lèvres. A l'entendre parler de Huo, j'avais l'impression qu'il s'était trouvé une personne qui représentait un peu ce que représentait Ryu pour moi. Une personne qu'on admirait, et pour qui on ferait tout pour nous rendre ce qu'elle nous offre.

Je ne commentais pas son histoire de couture, mais mon visage parla pour moi. Il était fermé, bien qu'on voile de tristesse le couvre entièrement. Il m'avait dit qu'il en voulait pas mais rien que pour ça, j'aurai aimé effacer toutes ces cicatrices qui lui rappellent son passé, pour qu'il puisse repartir totalement à neuf.
Les divers bruits que j'entendais m'indiquèrent que mon jeune ami était fatigué. Il devait être tard pour lui, peut-être le sommeil commençait-il enfin à le gagner ?

-Tu devrais rentrer dormir. Je t'entends bailler et sommeiller depuis un moment maintenant... Je retrouverais mon chemin tout seul, j'ai l'habitude ne t'en fais pas, ajoutais-je en riant.



Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 2 Nov 2015 - 19:14
avatar
Masculin

Messages : 830
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Il s'excusa de l'avoir jugé un peu vite... Comment pouvait-il lui en vouloir pour ça ? C'était le lot de chacun, qu'on le veuille ou non, on se base sur la couverture d'un livre, la pochette d'un CD, on évalue de loin puis quand on se sent en sécurité, on s'accorde à faire un pas, puis un deuxième... On découvre une vie, on découvre des similitudes et d'un coup, on se noie, on s'unit, on continue la vie l'un à côté de l'autre... C'est comme ça que ça marche. Ce serait idiot de lutter contre ça même si on ne l'apprécie guère. Nicolas hausse les épaules. :

-C'est rien, au moins maintenant tu sais.

Les pouvoirs, c'était inquiétant et grisant à la fois. Mais comme tout le reste, il ne pourrait vraiment comprendre que quand ils arriveraient. Et puis il s'en voulut, d'avoir raconté avec un peu trop de légèreté, la façon dont il avait découvert la couture... Matheo ne commenta pas, mais il semblait triste. Il décida de ne pas insister... Argumenter la chose n'aurait fait qu’aggraver la situation dans l'esprit de Nico.

Il avait été certain qu'il avait retenu assez bien ses bâillements... Il regarda son ami un instant, surpris, avant de rire un peu. :

-Ahah, bien vu l'aveugle.

C'était une expression qu'il utilisait souvent, et qui maintenant prenait tout son sens. Il s'étira, c'est que la nuit avait bien avancé depuis qu'il était sorti, l'air de rien. :

-Neh, j'vais te raccompagner jusqu'à l'entrée du parc. Pas que j'ai peur que tu te perdes, j'te fais confiance, mais j'aimerais encore rester un peu avec toi.

Il l'aimait bien, Matheo, il s'en voudrait de perdre de vue quelqu'un d'aussi sympa. :

-Ça te dirait qu'on se retrouve un de ces quatre ? Genre, pyjama party ?! il ponctue ses mots d'un gloussement, en vrai, il n'avait jamais été à ce genre de fête. Je fais souvent des insomnies comme ça, il me suffira de te prévenir quand ça m'arrive encore une fois !
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

Lun 2 Nov 2015 - 21:03
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Il ne semblait pas m'en vouloir, bien qu'il s'exprimait sur un ton un peu fataliste. C'est dur d'être ainsi à son âge mais remarquez, dans un autre sens, il était surement bien plus mature que la plupart des gens que l'on pouvait voir à Terrae. Et puis, vu les rencontres qu'il avait faîtes, je ne me faisais pas trop de soucis pour lui. je surveillerais quand même Huo de loin, on ne sait jamais.
"Bien vu l'aveugle" j'entendis. D'autres se seraient surement vexé, moi j'éclatais de rire. C'était si spontané, si innocent qu'il ne pouvait en être autrement. D'un geste à la fois affectueux et taquin, je lui ébouriffais gentiment les cheveux en lui disant:

-Tu vas voir l'aveugle ouais! Tu as de la chance que les aînés ne bizutent pas les nouveaux, ajoutais-je en plaisantant.

Je hochais la tête lorsque Nicolas me dit vouloir me raccompagner jusqu'à l'entrée du parc. Je se sentis alors reconnaissant et ému, car j'avais crains de lui faire mauvais impression. Entendre qu'il voulait passer un peu de temps avec moi avant de partir me fit davantage plaisir qu'il ne pouvait l'imaginer. Moi aussi j'étais ravi de ce petit moment qu'on avait partagé. J'aimais faire de nouvelle rencontre, cela me rendait heureux, surtout lorsque tout se passait bien. Lui, il était gentil, mais j'avais crains de le froisser lorsque je lui avais touché le visage. J'étais vraiment content que les choses se passent bien.

-Tu n'es pas obligé... La nuit va durer encore un moment, je vais surement me promener encore un peu, lui dis-je avec douceur.

Lorsqu'il lui proposa une sorte de pyjama party nocturne pour passer le temps, d'abord surpris, je ne pus m'empêcher de lui offrir un large sourire.

-C'est une bonne idée! Tu as le bienvenue quand tu veux, la porte de ma chambre est toujours ouverte, dis-je avec enthousiasme.

Pourvoir passer mes nuits avec une personne, à parler, se promener, se connaître... Cela promettait de rendre mes nuits plus courtes et de lutter contre mon ennuie, celui qui me rongeait jour après jour.
Nous arrivâmes à l'entrée du parc, rapidement. J'étais déçu que le temps soit passé si vite, mais j'étais assuré de le revoir. Au pire, ce serait l'occasion de chercher un peu si jamais je dois me déplacer.

-Merci pour ta compagnie, rentre bien! Et à très vite j'espère!

C'est ainsi que je me retrouvais de nouveau seul sous les étoiles, lorsque son énergie eut disparu au loin.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 5 Nov 2015 - 18:04
avatar
Masculin

Messages : 830
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Matheo ébouriffe ses cheveux déjà bordéliques. Décidément, qu'est-ce qu'ils ont les gens avec mes cheveux ?... Huo fait pareil en riant. Nicolas pensait qu'on tentait vainement de les remettre en place, ou que c'était un réflexe typiquement masculin, comme ces filles qui rient en se couvrant la bouche. Affectif peut-être, mais c'était bien loin dans sa tête pour qu'il accepte une théorie pareille. Quoi qu'il en soit, il se tendit mais ne sursauta pas.

Il secoua la tête quand il lui dit qu'il n'est pas obligé de le raccompagner... Bien sûr qu'il n'était pas obligé ! Mais s'il voulait profiter un maximum du temps qu'ils passaient tous les deux... Il se demanda un instant si Matheo avait dit ça par politesse ou simplement parce qu'il avait l'impression de le forcer... Dans tous les cas, il allait le suivre et puis c'est tout ! :

-Puisque je te propose, c'est que ça me dérange pas ! Et puis j'ai vraiment envie de profiter de ces derniers instants.

C'est ceux qui ont le plus de saveurs... C'est dans ces moments où on se demande quand est-ce qu'on va se revoir, quand est-ce qu'on pourra parler à nouveau. Des questions qu'on ne pense pas avant de se séparer... C'est sans doute pour ça tiens, que les gens pensent que les quais de gare sont tristes.

Mais sa porte lui serait toujours ouverte, et ça lui fit plaisir. Il secoua les cheveux de Matheo à son tour, autant par curiosité que par réelle envie de le faire. Ce fut bref, mais doux, et Nicolas garda longtemps la sensation dans sa main... Il avait touché quelqu'un d'autre, ça lui fendit le visage d'un sourire chaleureux.

Sans d'autres mots, ils éteignirent l'entrée du parc. Ce fut trop rapide mais il ne pouvait pas renié la sensation de fatigue qui lui traversa tout le corps. Il se tourna vers Matheo en s'éloignant et, bien qu'il soit conscient de dire au revoir à un aveugle, lui fit un signe de la main. :

-Merci à toi aussi ! Et à bientôt !

Sous les étoiles, de nouveau seul, Nicolas s'empara de la cigarette entamée qu'il avait gardé dans sa poche, dans l'idée de la finir jusqu'au chemin du dortoir... La nuit était belle, froide mais tellement plus paisible que la fureur du jour... Ces gens qui marchent et qui oublient la beauté de ce monde. Nicolas recommença à chanter doucement... une tout autre mélodie que celle qu'il entonnait un peu plus tôt... :

-My life, you electrify my life. Let's conspire to re-ignite, all the souls that would die just to feel alive...
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

 

La mélodie de la nuit [with Matheo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Parc.
Aller à la page : Précédent  1, 2