Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
I'll miss you. [Pv : Joyce]
#   Sam 24 Oct 2015 - 16:35

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1929
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Depuis ce que m'avait dit Ys, je ne savais plus quoi faire. Mes pensées ne cessaient de s'entremêler, et j'étais perpétuellement tiraillée par ce stupide dilemme : dire à Joyce que je sais, ou chercher un moyen détourné de lui proposer mon aide pour l'entraîner, jusqu'à ce qu'elle puisse alors devenir Master.
Je n'avais pas trouvé le sommeil cette nuit. Hier soir, j'avais envoyé un message à Joyce, lui proposant d'aller se promener un peu dans la matinée pour discuter un peu, et m'assurer aussi qu'elle allait bien depuis notre retour du naufrage. Mais j'étais trop préoccupée par ses problèmes, par ce qu'elle semblait vivre. Je n'en savais rien, certes... Mais moins on en sait, et plus l'imagination déborde d'idées. Et le pire, c'est toutes ces idées qui s'entremêlent jusqu'à nous amener à croire en des situations toutes plus horribles les unes que les autres.
Ys ne m'avait pas précisé ce qui mettait la vie de Joyce en danger. Quel maladie est-ce qu'elle avait. J'avais envie de savoir, et paradoxalement, j'avais peur de l'apprendre. Le savoir rend la chose nettement plus dure à réparer. Je perdrais l'espoir de la voir guérie...
A bout de nerf, je balayai d'un coup tout ce qui se trouvait sur la table devant moi. J'enfouis ma tête dans mes bras et tentai de respirer calmement. Autour de moi, je sentis la présence de Modoki et Mokona qui s'inquiétaient à mon sujet. Un mince sourire, triste, étira mes lèvres, et je me redressai.

-Vous inquiétez pas les amis... Ca va passer. Il me faut juste un peu de temps.

Je me levai de ma chaise et me baissai pour ramasser mon bol. J'étais totalement absente.
Après avoir tout ramassé et essuyé, je partis mettre mes chaussures, j'enfilai un manteau, et partis en direction de l'espace vert de Terrae. Il n'y a pas très longtemps, j'avais repéré un petit jardin dans l'espace. Quelqu'un l'entretenait chaque jour, car les plantes semblaient toujours en pleine forme, pleine de vie. Lorsque j'arrivai sur place, je jetai un coup d'oeil à mon téléphone. Joyce ne devrait plus tarder...
Je me penchai sur les fleurs qui avaient encore le courage de se dévoiler face à la fraîcheur de l'automne. Mes doigts glissèrent sur les gouttelettes de rosée qui perlaient sur les pétales. Finalement, j'entendis des pas derrière moi et je me redressai, me tournant vers mon amie.

-Coucou Joyce ! Comment tu vas ? Quoi de beau depuis ce fabuleux naufrage ?



Merci Ronronnn ♥️
#   Dim 25 Oct 2015 - 12:29

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 539
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Peu de choses avaient changé depuis mon retour du naufrage. Je n'avais pu croiser Liam, l'hôpital m'ayant appeler pour des examens. A cause de ce qu'il se passait, il fallait vérifier que mon organisme avait bien vécu la catastrophe. La bonne nouvelle, c'était que j'allais toujours aussi bien. Comme l'avait dit les médecins lors de mon passage à l'hôpital suite à mon étoilisation, j'allais bien, et la maladie, loin d'avancer, stagnait, inoffensive. Cela pouvait rester ainsi durant bien des années, comme cela pouvait changer, en bien comme en mal. Liam m'en voudrait probablement de ne pas être aller le voir, mais il n'était pas plus venu vers moi, à mon grand regret.
J'avoues que j’appréhendais un peu de le revoir, ne sachant pas vraiment comment je pourrai réagir face à lui. Mais Ys avait raison, je ne devais pas tout gâcher. Un sourire triste ourla mes lèvres quand je repensais à cette nuit-là, quand j'étais allée le retrouver pour lui livrer mon secret. Ys était vraiment un ami parfait. Certes chiant, mais il ne m'avait pas abandonné.  

Un soir de semaine, je reçue un message de Mitsuki, qui me demanda si l'on pouvait se voir le lendemain. Je répondis par l'affirmative, suspicieuse. Je décidai cependant de ne pas m'en faire pour si peu.
Ys m'avait bien aidé depuis, mais j'avais toujours du mal avec ma chanson. J'avais beaucoup de mal à arriver à la fin. Le concert approchait, et moi, je flippai de ne pouvoir y arriver. Mes séances de répétition avec le groupe me manquait, mais je m'étais promis d'y arriver avant.
Aussi, quand j'y allais, je repartais aussitôt la répétition terminée. Je fuyais et je le savais. Un jour, Liam allait finir par me lâcher ou me tuer, au choix. Il en aurait le droit. Mais il fallait bien que je le revois, il me manquait. Je voulais nous retrouver. C'était foutrement compliqué.

Le lendemain, je m'habilla dans des couleurs assez clair, un jean bleu et un pull beige. Je pris ma veste en cuir, mis mes bottes et je filai à l'heure prévue.
Je rejoins Mitsu à l'espace vert, où je la reconnue rapidement. Elle semblait regarder un buisson. Elle dût m'entendre arriver car elle se retourna.

-Coucou Joyce ! Comment tu vas ? Quoi de beau depuis ce fabuleux naufrage ?

J'ai souris, les mains dans les poches et me suis avancée jusqu'à être en face d'elle. Mitsuki avait une lueur sombre dans le regard, et ça ne me plût pas. Quelques chose n'allait pas.

- Salut Mitsu. Ça va et toi? Pas grand chose, les répétitions s'enchaînent. Et toi, du nouveau?

Je mentais ouvertement, mais n'en laissai rien paraître. Oui je sais, j'aurais dû dire à Mitsuki ce qu'il se passait. Mais j'étais lâche. Les deux seules personnes au courant étaient Ys et Liam. Ça avait suffisamment fait mal pour que je prenne mon temps pour les prochaines révélations pas vrai?



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Dim 25 Oct 2015 - 12:45

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1929
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Je lui offris un joli sourire. L'aura des Masters est parfaite pour cacher ce qu'on ressent, même si, clairement, je ne suis pas dupe. Regardez-moi bien. Même si physiquement, on ne voit rien... Je passe toujours mon temps à courir et sauter partout, enchaîner des phrases jusqu'à ne plus savoir ce que je dis, et j'en passe. Alors même si physiquement, on ne voit rien... Je sais très bien que ça se sent. Et maintenant, dîtes-moi comment je vais réussir à faire passer le coup du "Nan mais je suis au courant de rien, hein, mais ça te dirait que... Je sais pas, je t'entraîne ?".
Croyez-moi, avec toute la bonne volonté du monde, je n'arriverais pas à lui cacher une seule seconde que je suis au courant. Je suis une très bonne menteuse, mais seulement lorsque mentir sert à cacher mes propres secrets et mes propres faiblesses. En ce qui concerne les autres, je suis nulle.

-Ca va aussi, au top ! Je suis totalement guérie, t'as vu ?
lançai-je joyeusement en lui montrant ma cheville que je m'étais foulée lors du naufrage.

Je sautillai d'un pied à l'autre quelques secondes, prouvant ma robustesse.

-Ca me fait du bien de pouvoir courir à nouveau. Et encore, heureusement qu'il y avait un guérisseur sur le bateau, sinon je ne sais pas comment j'aurais fait sur l'île ! Je serais devenue folle à force de ne pas pouvoir bouger.

Je ris légèrement, mais malgré l'aura des Masters, je sentis que ce rire sonnait faux. Je n'en démordis pourtant pas, et je poursuivis :

-Tu t'en sors avec toutes les chansons que tu as à préparer ? Quand a lieu votre prochain concert ? J'ai hâte de vous voir sur scène ! Ys ne m'a jamais montré comment il jouait...

Je m'éloignais toujours un peu plus du sujet et ça en devenait lassant. Mais en même temps, Ys m'avait demandé quelque chose de bien trop compliqué, même pour moi.

-En parlant d'Ys, il m'a lâché récemment, il ne veut plus que je l'entraîne... Tu te rends compte ? Tu penses que je lui fais trop peur ?



Merci Ronronnn ♥️
#   Dim 25 Oct 2015 - 14:36

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 539
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

-Ça va aussi, au top ! Je suis totalement guérie, t'as vu ?

Elle avait beau sourire, et j'avais beau vouloir la croire, son regard ne trompait pas: quelque chose n'allait pas. Ça se voyait. Était-ce Ys? Ou autre chose? Inconsciemment, je pensai alors que j'avais pris la bonne décision. Un choix égoïste certes, mais je ne voulais pas voir Mitsuki souffrir. J'avais fais l'erreur de m'attacher, et à mon grand malheur, une fois de plus, la vie m'ôtait ce plaisir.
Comme pour appuyer ses dires, elle sauta d'un pied sur l'autre. Je sais que Mitsuki est une hyperactive, elle est incapable de rester en place. Mais elle n'était pas comme d'habitude. Quelque chose clochait. On aurait dit qu'elle fuyait la raison même de ma présence ici. Que se passait-il donc?

-Ça me fait du bien de pouvoir courir à nouveau. Et encore, heureusement qu'il y avait un guérisseur sur le bateau, sinon je ne sais pas comment j'aurais fait sur l'île ! Je serais devenue folle à force de ne pas pouvoir bouger.

- Tu m'étonnes! On a quand eu de la chance sur le coups.

Je souriais avec conviction, bien que le cœur n'y soit pas. Elle rit, mais ça sonnait faux. Mon regard vira foncé, signe de mon inquiétude. Putain Mitsu, qu'est-ce-qu'il y avait de si grave pour que même ta bonne humeur soit entachée?!

-Tu t'en sors avec toutes les chansons que tu as à préparer ? Quand a lieu votre prochain concert ? J'ai hâte de vous voir sur scène ! Ys ne m'a jamais montré comment il jouait...

Je bloquais un instant. Les répétitions hein? Je souris avec malice.

- On s'en sort oui. Je bosse beaucoup avec Ys sur l'une de nos chansons mais on progresse. Je pense qu'on sera prêt. Quand à savoir pour le feu-follet, je peux t'assurer qu'il s'en sortira brillamment. Je déteste devoir le reconnaître, mais il joue vraiment bien.

Je lui souris, fière d'exposer ainsi les talents d'un garçon que je voyais comme un frère et un mentor. Il me poussait toujours à aller au delà de mes capacités. Il m'avait permit de libérer ma voix, et il m'aidait à travailler mon monument. Et le mieux, il était là. Quand je me souviens de sa réaction le soi où je lui ai avoué ma maladie, j'avoues avoir aussi mal que plaisir. Il était là, quoi qu'il en dise, et cela me prouvait bien que l'attachement que j'avais envers lui était réciproque.
Je ne lui dirai probablement jamais, mais je lui devais beaucoup. Sans lui, je ne me serai jamais ouverte à quiconque, et je serai toujours seule.

-En parlant d'Ys, il m'a lâché récemment, il ne veut plus que je l'entraîne... Tu te rends compte ? Tu penses que je lui fais trop peur ?

Quoi?! J'ouvris des yeux ronds comme des soucoupes. Ys adorait Mitsuki! Et l'inverse étant vrai aussi, je savais très bien qu'ils aimaient tous deux travailler ensembles; Alors pourquoi cet abrutit décidait d'arrêter?!
Une certitude m'effleura l'esprit: Il devait avoir une raison désespérée de faire ça. Il ne l'aurait pas fait sur un coup de tête, encore moins pour une idiotie. Il était peut-être impulsif, mais je savais qu'il avait dû mûrement réfléchir. Mais pourquoi?

- Pardon? Mais... Ça se passait mal? Il t'a dit pourquoi il voulait arrêter?

La vrai question était surtout de savoir par quelle coïncidence Mitsuki avait par hasard voulu me voir après avoir apprit cela. Est-ce cela avait un rapport?
Et c'est là que je vis ce qui clochait. Que se soit avec Mitsuki ou Ys, il m'arrivait rarement de parler du second. Tous deux étaient gênés, et me connaissant, il changeait systématiquement de sujet. Et là, Mitsuki m'en parlait d'elle même, l'air abattue et faussement joyeuse. Elle m'appelait suite à une conversation avec Ys à propos d'arrêter leur entraînement. Ça n'avait aucun sens. Elle me parlait des répétition pour amener le sujet, alors qu'elle n'avait qu'à parler à Ys pour savoir comment cela se passait. Elle m'avait demandé comment j'allais avant même que je ne l'ai salué. Elle semblait encore plus nerveuse que d'habitude, à parler et bouger plus qu'à son habitude. Elle qui d'habitude était si joyeuse était faussement souriante. Elle tournait autour du pot.

- Attends une minute... Pourquoi voulais-tu qu'on se voit Mitsuki?  

Mitsuki ne savait pas mentir. Elle était impulsive, mais aussi expressive. Surtout quand il s’agissait des autres. C'est à ce moment là que je compris. J'ouvris grands les yeux alors que cette certitude m'explosait au visage: Mitsuki savait.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Dim 25 Oct 2015 - 20:23

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1929
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

HRP : La longueur... J'avais vraiment pas vu ça comme ça >O> Je suis désolée TOT

J'avais hâte de les entendre jouer. J'étais persuadée qu'ils allaient faire un carton. Peut-être que ce sentiment me venaient surtout de mon attachement envers Ys et Joyce. Mais à vrai dire, sans les avoir entendu ni jouer, ni chanter, j'avais cette sensation qu'ils étaient doués pour ça. Peut-être simplement parce qu'ils semblaient se donner corps et âme dans la musique... Et que c'est généralement ce qui crée un véritable artiste. La passion.
Je souris à ses paroles, avant de prendre un air offusqué quand elle renchérit elle aussi sur le fait qu'Ys avait demandé à arrêter les entraînements. Et puis ça s'enchaîna. Je n'avais pas prévu ça. Mais il faut croire que malgré tout, elle me connait. C'est si facile de lire en moi, en réalité... J'ignore encore pourquoi les gens pensent souvent le contraire.
Une boule de forma dans mon ventre. Les paroles de Joyce atteignirent mes oreilles comme un bourdonnement. Je sentis les larmes me monter aux yeux alors que je croisai son regard. Elle n'avait pas l'air malade. En réalité, elle avait même l'air en pleine forme. Mais je ne pouvais pas. Je n'y arrivais pas. Probablement car je n'avais pas suffisamment de détails. Est-ce que ça aurait été trop demandé à Ys de m'informer davantage...? Peut-être que si j'avais eu le courage de le faire, au lieu de rentrer chez moi comme une lâche...
Je ne voulais pas que Joyce me voit aussi faible. Sans doute un de ses réflexes débiles. Aussi, je fis volte face, et me penchai à nouveau sur les plantations que j'observais avant qu'elle n'arrive. Je me penchai et laissai glisser mes doigts le long des feuilles. Je me mordis la lèvre inférieure. Le silence s'installait. Je ne savais pas mentir.

-Tu... Tu as déjà remarqué cet endroit ? Quelqu'un vient ici régulièrement... Il s'occupe de ce petit jardin. Je l'ai remarqué il y a quelques temps maintenant, lors de mes courses régulières...

Ma gorge se serra et je ne pus plus prononcer un seul mot. J'étais ridicule. C'était encore pire que mentir. C'était ignorer ses paroles...
Désolée Ys...

-Je... Ys m'a dit que tu...


Mes mots se perdirent dans les airs. Je n'arrivais pas correctement à articuler. Pourquoi est-ce que je me mettais dans un état pareil ?! Je n'avais jamais été aussi mal. Pourquoi fallait-il que ça m'arrive ? Non. La question était pourquoi avait-il fallu que je m'attache aux gens ?...
J'avais toujours été solitaire. Froide, distante. La seule personne à qui je racontais tout, et avec qui je passais tout mon temps, c'était Allen. Il était là pour moi et j'étais là pour lui. Je n'avais pas besoin des autres. Je n'avais pas besoin de leurs regards sur mes cheveux, sur ma famille, sur ma vie qui leur semblait si étrange. Alors j'avais Allen. Et c'était tout. Je ne risquais pas de souffrir pour les autres tant qu'Allen allait bien. Les autres m'importaient peu. Même si j'avais des "amies", je n'étais pas proche d'elles. Je les appréciais. Sans plus. Et puis à Terrae, j'avais appris à m'attacher. Au début, c'était cool. J'avais Allen, et Aoi. Tout se passait à merveille. Alors j'ai voulu continuer à faire confiance. Et j'ai rencontré Matthew, le frère d'Allen. Enfin, son demi-frère en réalité. Je me suis rapprochée. Il est arrivé un soir dans ma chambre, le bras en sang, les veines coupées. Je l'ai transporté à l'hôpital. Sa tentative de suicide ne lui avait pas enlevé la vie. Mais il est parti après. Il a disparu. Je n'ai plus eu de nouvelles. J'ai surmonté ça, au moins comme je le pouvais. Allen et Aoi étaient toujours là. J'ai alors rencontré de nouvelles personnes. Tout allait au mieux. Et puis Allen est parti. Il est devenu alcoolique. Il a refusé de me voir. Il a été emmené ailleurs. En cure. Loin de moi. Il m'a laissée. Kakeru a quitté Terrae. Il est parti retrouver ses parents. Aoi est partie à la fac. Je ne lui en veux pas pour ça. C'est bien. Sauf que je suis seule. Joyce est mourante. Ys est distant. Et moi, je n'ai plus personne.
Je revins à la réalité en sentant les larmes couleur sur mes joues. Je les essuyais rapidement, reniflai discrètement avant de me redresser. Toujours dos à Joyce, j'articulai avec la force qu'il me restait :

-Ys... Ys m'a dit que tu étais mourante et... Et il ne voulait pas que je te le dise. Il avait confiance en moi et... Et ne lui en veux pas pour ça. D'accord ?

Je me tournai vers elle, essuyant une nouvelle fois mes yeux. Je gardais toutefois le regard détourné, n'osant pas affronter son regard.

-J'aurais dû être plus forte. Et je me sens mal d'être comme ça face à toi parce que... Parce qu'entre nous, la plus triste, ça ne devrait pas être moi, hein ?

J'eus un rire jaune.

-C'est juste que... Je... C'est égoïste de dire ça... Mais je n'avais pas besoin de ça...

Je réprimais un sanglot, et pris une grosse bouffée d'air, bouffée de courage, avant d'enfin oser affronter son regard. Je devais être forte. Maman aurait été forte.
...

-Il voulait... Il m'a demandé de t'entraîner. Il estime que je suis la plus qualifiée pour ce travail ou... Enfin j'en sais rien. J'y ai pas vraiment réfléchi sur le coup. Maintenant que j'y pense, je trouve ça stupide.

Je croisai les bras sur ma poitrine.

-Tu... Je suis désolée... J'aurais du juste l'ignorer et... Ne lui en veux pas, d'accord ? Il a fait ce qui lui semblait le mieux... Il voulait t'aider... Tu sais comment il est...

Un soupir m'échappa.

-C'est juste moi qui ne suis pas assez forte. S'il y a quelqu'un à qui tu dois en vouloir, c'est moi. je n'ai fait qu'aggraver les choses en te demandant de venir ici. J'aurais dû attendre... Prendre mon temps...



Merci Ronronnn ♥️
#   Dim 25 Oct 2015 - 23:42

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 539
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Mitsuki savait. Ce constat à lui seul suffit à m'achever et je reculai d'un pas tandis qu'elle se détournai de moi, les larmes aux yeux.
Elle observait le bosquet, visiblement intéressée par celui-ci plus que par notre conversation. D'un certain point de vue, je la comprenais. Moi aussi j'aurais préféré regardé les fleurs plutôt que de parler de ça.

-Tu... Tu as déjà remarqué cet endroit ? Quelqu'un vient ici régulièrement... Il s'occupe de ce petit jardin. Je l'ai remarqué il y a quelques temps maintenant, lors de mes courses régulières...

Elle changeait de sujet. Je réfléchissais. Je ne l'avais dis qu'à Liam et Ys. Hors Liam ne m'aurait jamais trahis. Je le connaissais. Et de toutes manière, à ma connaissance, il ne connaissait pas Mitsuki. Alors c'était... Ys? Ys m'avait trahis? Il avait avoué à Mitsuki ce qu'il se passait? Mes yeux vert prirent une teinte rouge tant la douleur et l'émotion me submergeaient. Je lui avais fait confiance. J'étais allée le trouver, lui avais demandé de ne pas en parler, et il avait fais ça?! J'allais le tuer.

-Je... Ys m'a dit que tu...

J'étais furieuse. Furieuse et blessée comme jamais. Je le considérais comme un frère et il n'avait pas respecté sa parole. Définitivement, Ys m'avait trahis. Je lui avais fais confiance. J'avais eu tord visiblement. Comment avait-il pu? Il s'avait combien il m'était dur d'en parler! Il savait que je ne voulais pas que cela se sache! La dernière chose que je voulais, c'était que l'on me prenne en pitié! Il était comme moi... Il aurait pu deviner que cela me ferait mal de savoir ça. Il n'avait pas le droit. Je serrai les points, gagné par la douleur de la trahison et la colère. Si je le croisai, je ne donnai pas chère de sa peau.

-Ys... Ys m'a dit que tu étais mourante et... Et il ne voulait pas que je te le dise. Il avait confiance en moi et... Et ne lui en veux pas pour ça. D'accord ?

Ne pas lui en vouloir? Quelle blague! Il me faisait ça et je devais en plus lui sourire? Non mais je rêve! Ys lui avait tout raconté! Il ne m'avait même pas laissé le choix de le lui dire ou non. Je ne l'avais dis qu'à lui et Liam, c'était dire la confiance que j'avais placée en eux! Et lui... Les larmes me montèrent aux yeux tant la douleur me faisait mal. Pourquoi avait-il fait ça...? Je croyais qu'on se faisait confiance. Je croyais qu'il serait là!
Enfin, Mitsuki se tourna vers moi, la larme à l’œil, fuyant mon regard redevenu vert.

-J'aurais dû être plus forte. Et je me sens mal d'être comme ça face à toi parce que... Parce qu'entre nous, la plus triste, ça ne devrait pas être moi, hein ? C'est juste que... Je... C'est égoïste de dire ça... Mais je n'avais pas besoin de ça...

C'est exactement le genre de phrase dont on a pas besoin quand on parle de ça. Comme si c'était de notre faute. Comme si nous avions choisi. J'ai encore reculé d'un pas, hésitant à m'enfuir à toutes jambes. J'aurais rêvé que ma mère soit là. Que je puisse me lover contre elle et ne plus jamais me défaire de son étreinte rassurante. La vie est merdique. Elle faisait bien trop mal. Je ne voulais plus affronter la réalité.

- T'avais pas besoin de ça? Tu te rends compte de ce que tu es en train d'insinuer?

Ça m'avait échappé, mais je ne pouvais pas m'en empêcher. Comment l'aurais-je pu? Elle venait d'insinuer que c'était de ma faute si j'étais malade.
Elle a enfin oser affronter mon regard incendiaire. Comment osait-elle? Avais-je besoin de ça moi? Avais-je demandé à avoir cette saloperie? Non!

-Il voulait... Il m'a demandé de t'entraîner. Il estime que je suis la plus qualifiée pour ce travail ou... Enfin j'en sais rien. J'y ai pas vraiment réfléchi sur le coup. Maintenant que j'y pense, je trouve ça stupide.

De m'entraîner? J'étais furieuse. Ainsi donc, Ys avait voulu m'aider? Mais quel idiot! Plutôt que de se priver de ses séances avec Mitsuki pour moi, il aurait mieux fais de laisser couler. On ne pouvait rien faire contre ce que j'avais. Ma seule chance résidait en la stagnation de la maladie. Et pour le moment, ça marchait.

-Tu... Je suis désolée... J'aurais du juste l'ignorer et... Ne lui en veux pas, d'accord ? Il a fait ce qui lui semblait le mieux... Il voulait t'aider... Tu sais comment il est...

Les sanglots que j'entendais dans sa vois m'affectait énormément malgré ma colère contre Ys. Un fol espoir voila sur quoi il avait misé. Mais en faisant cela, bien que j'aurais voulu comprendre son choix, il m'avait causé bien plus de tord que toute autre chose. Une larme roula sur ma joue. Je me sentais trahie et désemparée.
Ne pas lui en vouloir m'était impossible. Ys savait que je ne voulais pas en parler. Je lui avais fais confiance pour ça. Il n'avait pas le droit!

-C'est juste moi qui ne suis pas assez forte. S'il y a quelqu'un à qui tu dois en vouloir, c'est moi. je n'ai fait qu'aggraver les choses en te demandant de venir ici. J'aurais dû attendre... Prendre mon temps...

Un silence s'étira tandis que sa dernière phrase résonnait. Je serrai les points, folle de rage. J'avais baissé la tête, refrénant tant bien que mal ma douleur et ma colère.

- De quel droit? De quel droit s'est-il permit de t'en parler..? De quel droit s'est-il permis de décider pour moi...? Et de quel droit peux-tu me dire que tu n'avais pas besoin de ça? Moi oui peut-être?!

J'avais relevé la tête, les yeux vert pailletés de rouge. Je me sentais brûlante. Une forte émotion me serrait le cœur. Comment avaient-ils pu?

- Tu crois vraiment que j'avais envie de vous imposer ça? A ton avis, pourquoi je n'en ai pas parler? Pourquoi je ne voulais pas en parler? Seules deux personnes le savaient et l'un d'elle m'a trahis en te l'avouant! C'est dégueulasse! C'était mon choix, il avait pas le droit!

Les larmes roulaient librement sur mon visage tandis que la colère me dictait mes mots. J'aurais dû m'arrêter, mais impossible.

- Je n'ai besoin de l'aide de personne! Je suis malade et c'est comme ça! Alors cessez de croire en des chimères et voyez les choses en face! Vous ne pourrez rien y faire! Que vous le vouliez ou non, si la maladie évolue et qu'elle m'emporte, rien ni personne ne pourra s'y opposer!

C'était les paroles d'une désespérée. J'avais eu foi en Terrae. En cette nouvelle vie que l'on m'avait promise. Et jusqu'à peu, j'avais eu foi en l'avenir, pour la simple et bonne raison que l'évolution de la maladie stagnait, inoffensive. Mais là? En quelques minutes à peine, je venais d'être blessé par deux de mes amis les plus proches. Je n'arrivai juste pas à y croire. Je croyais rêver. Je voulais me réveiller.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Lun 26 Oct 2015 - 0:30

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1929
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

-Il ne... voulait pas te blesser...

Mes mots s'envolèrent comme s'ils n'avaient jamais été prononcés. Je fixais Joyce, sans comprendre. Enfin... En réalité, si, je comprenais. Mais je voulais le nier. Encaisser. Parce que vu de loin, ça me semblait plus facile. Tss. C'est fou comme, "vu de loin", tout paraît plus facile. Alors que c'est tellement faux.
Les paroles de Joyce résonnaient à mes oreilles avec fatalité. Quelque chose venait de se briser. J'en avais bien conscience. Faire marche arrière était impossible. J'avais été trop faible...
J'aurais aimé être en plein cauchemar. Je me serais réveillée. Et tout serait reparti comme avant...
Le ton de sa voix me blessait. Et pourtant, je ne pouvais pas lui en vouloir. Parce qu'elle avait raison. Mon égoïsme me revint en pleine face. "Je ne veux pas te perdre." "Je suis désolée." "J'ai été trop faible."
Est-ce que j'étais obligée de tout rapporter à moi ? Etais-je égoïste à ce point ? Ne savais-je que me plaindre ?
J'observais Joyce sans rien dire, paralysée. Envoûtée par un mutisme inconscient, j'étais incapable de détourner mon regard du sien qui brûlait de haine. Je ne savais plus quoi dire. Probablement était-ce dû au fait que je ne savais pas non plus quoi penser. Mon esprit était totalement embrouillé. J'ouvris la bouche, mais aucun son ne sortit. Finalement, je craquai, et détournai le regard. C'était beaucoup trop dur à supporter. En m'attachant aux gens, j'avais perdu cette facilité que j'avais pu avoir autrefois à hausser le ton. C'était stupide, hein ? Je ne savais plus m'engueuler.

-Tout ce qu'il a cherché à faire, c'était t'aider...

Ma gorge se serra. Ces paroles étaient parfaitement inutiles. Pourquoi est-ce que je continuais à répéter sans cesse les mêmes choses ? Ca ne faisait que l'énerver davantage. Et elle avait raison de s'énerver. Parce qu'à sa place, j'aurais réagi de la même façon. Mes yeux tombèrent au sol, fixant mes pieds statiques.
Mes jambes me criaient de fuir. Mes pouvoirs m'imploraient de me téléporter. Et mon esprit, pourtant, me forçait à rester. Sans doute pensais-je que je le méritais.

-T'as pas à traverser ça toute seule...
soufflai-je.

C'était comme parler dans le vide. Je me sentais si mal. Et pourtant, mes larmes avaient cessé de couler. Je n'étais plus triste. La culpabilité avait repris le dessus.
Mon tatouage, sur le flanc, commença à me brûler. Je fermai les yeux l'espace de quelques secondes. Il fallait que je me calme... Trop de sentiments bataillaient à l'intérieur de moi.
C'était idiot, hein ? J'étais immortelle. Et ma greffe ne pouvait même pas servir à la sauver. Elle ne servait qu'à me protéger de l'instant présent pour me priver de mon propre avenir.
J'eus enfin le courage de lever les yeux vers elle. J'allais lui dire que je la comprenais. Que c'était peut-être même pour ça que j'avais eu tant de mal à encaisser la nouvelle. En quelque sorte, j'étais "mourante", moi aussi. Puisqu'à chaque utilisation de ma greffe, je me condamnais à mourir plus tôt que prévu. Mais finalement, je ne voulais plus tout rapporter à moi. Elle avait raison. J'avais été bien trop égoïste. Je n'étais pas le centre du monde. Bien loin de là.
Joyce devait passer Master. Qu'elle le veuille ou non. Qu'elle me haïsse ou non. C'était dur. C'était douloureux. Mais celle qui souffrait le plus, ce n'était pas moi. C'était bien elle. Un éclat doré passa dans mon regard, pour disparaître aussitôt. Je serrai les poings, probablement pour me donner le courage dont j'allais avoir besoin dans les secondes à venir.

-Être malade ne t'autorise pas à réagir comme ça.

Quelle menteuse je faisais. Ô combien elle avait le droit d'être en colère. Mais peut-être que je devais la pousser à bout ? Sans cesse ? La forcer à m'attaquer ? La forcer à utiliser ses pouvoirs ? L'entraîner contre son gré ? Tss. Il suffirait qu'elle m'ignore et s'en aille, et j'aurais tout bêtement tout gâché. Sans me laisser la moindre chance de pouvoir la retrouver un jour.

-Mets-toi à sa place. Imagine que quelqu'un dont tu es très proche t'annonce qu'il risque de mourir dans les années à venir. Et maintenant, imagine la peine que tu pourrais ressentir en sachant que tu ne peux en parler à personne. Pas même à ceux en qui tu as entièrement confiance. Porte ce poids toute seule. Et regarde ton ami mourir. Sans rien faire. C'est difficile d'être malade et de se sentir partir. Mais c'est plus difficile encore de regarder une personne proche partir sans pouvoir rien faire si ce n'est attendre et espérer qu'il ne souffrira pas, ce qui n'est pas toujours le cas. Je pense que toi plus que n'importe qui sait cela.


Mon ton était glacial. Je ne me connaissais pas sous cet angle. Je me connaissais sournoise, vicieuse, provocante. Mais certainement pas méchante. Je me détestais déjà pour ce que j'avais dit. Mais je gardais mon visage fermé. Froid. Distant. J'étais prête à encaisser toute sa colère. Tant que ça ne touchait pas Ys. Même si j'en doutais. Une fois encore, j'allais décevoir quelqu'un qui pensait avoir confiance en moi... Comme ç'avait été le cas pour Allen.



Merci Ronronnn ♥️
#   Lun 26 Oct 2015 - 13:38

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 539
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

-Il ne... voulait pas te blesser...

Il ne voulait pas me blesser hein? Je serrai les poings encore plus fort contre mon flanc, résistant tant bien que mal à ma fureur. Je me sentais trahis. J'avais fais confiance. J'avais donné une chance au monde, un chance à la vie de me sourire. Et encore une fois, je me faisais mettre à terre? Je ne pouvais pas le supporter, ni même le tolérer. Si je n'avais pas déjà fait mon étoilisation, j'aurais été prête à parier que je l'aurais fait à cet instant.
Après un instant de silence, Mitsuki détourna le regard tandis que je bouillonnais, ivre de douleur et de colère. Comment avait-il pu? Pourquoi avait-il fait ça? Il savait pourtant combien c'était dur pour moi d'en parler! D'assumer! Oui Mitsuki et les autres avaient le droit de savoir. Mais il n'appartenait qu'à moi de savoir quand et comment. Ys m'avait privé du seul choix que j'avais concernant cette saloperie!

-Tout ce qu'il a cherché à faire, c'était t'aider...

M'aider?! Ah oui c'est sur il m'aidait beaucoup! Les larmes roulaient toujours sur mon visage, silencieuse. Je me revoyais un an en arrière, quand on m'avait appris que j'étais porteuse de la maladie quelques temps à peine après la mort du reste de ma famille. J'avais été dévastée. Dévastée de savoir que je n'étais pas en danger. La maladie était inoffensive à l'époque. Dieu comme j'aurais aimé qu'elle le soit à l'instant!
Je sais aujourd'hui qu'Ys avait eu raison d'agir ainsi. Il voulait m'aider, et il avait cru en un fol espoir dans le but de me sauver. D'une certaine manière, j'aurais dû lui en être reconnaissante. Mais impossible. La douleur de la trahison surpassait la compréhension de son geste. Je pouvais à peine y croire.

-Être malade ne t'autorise pas à réagir comme ça.

Choquée par ses paroles, je levai les yeux vers Mitsuki, qui comme moi, avait les poings serrés. Comment osait-elle? Je ne m'étais jamais cachée derrière ma maladie pour quoi que se soit. Elle n'avait pas le droit. Elle ne me connaissait pas. Elle n'était pas même au courant de ce que je pouvais ressentir. De quel droit se permettait elle de me dire ça? Dans mon regard, plus aucune trace de vert durant un instant. Il était rouge vif. Incandescent.

-Mets-toi à sa place. Imagine que quelqu'un dont tu es très proche t'annonce qu'il risque de mourir dans les années à venir. Et maintenant, imagine la peine que tu pourrais ressentir en sachant que tu ne peux en parler à personne. Pas même à ceux en qui tu as entièrement confiance. Porte ce poids toute seule. Et regarde ton ami mourir. Sans rien faire. C'est difficile d'être malade et de se sentir partir. Mais c'est plus difficile encore de regarder une personne proche partir sans pouvoir rien faire si ce n'est attendre et espérer qu'il ne souffrira pas, ce qui n'est pas toujours le cas. Je pense que toi plus que n'importe qui sait cela.

Je réprimai difficilement mon envie de craquer. De me fissurer. Elle ne savait pas de quoi elle parlait. J'avais perdu ma famille entière avec ces questions. Je vivais avec la culpabilité quotidienne d'être malade sans rien pouvoir y faire. Mes poings étaient tellement serrés que les ongles me fendaient la peau de la paume. La douleur me faisait du bien pourtant. Elle était la seule chose me permettant de garder les pieds sur terre.

- La ferme. Tu ne sais pas de quoi tu parles Mitsuki alors la ferme. Ys n'aurait jamais dû te parler de ça, et je n'aurai jamais dû venir ici!

Les larmes roulaient encore tandis que je lui faisais face, à présent plus blessée qu'en colère. Comment pouvait-elle croire que je ne me souciais pas des autres? Comment pouvait-elle croire que je ne comprenais pas leur douleur? Liam... Ys... Misao... Mitsuki... Bien sur que j'avais mal pour eux. Leur infliger ma maladie relevait de l'égoïsme le plus total. Je n'aurai jamais dû laisser cela arriver. Jamais.
Lentement, j'ai reculé d'un pas, desserrant les poings.

- Chaque jour je pense à ce qui arrivera si jamais la maladie venait à m'emporter. Chaque nuit j'en fais des cauchemars atroces. Quand je l'ai dis à Liam, j'ai eu peur qu'une fois de plus on m'abandonne. Mais il m'a serré si fort contre lui que j'ai eu l'espoir d'un happy end! Quand Ys l'a apprit, sa première réaction a été de disparaître! Mais quand il est revenu, il m'a pris dans ses bras en me promettant d'être là! C'était la première fois que lui et moi échangions une étreinte! La première fois que je le voyais ainsi! Alors ne dis pas que je me fiche de vous! Que je ne pense pas à ce que vous pouvez ressentir! Parce que c'est faux! J'y pense tout le temps. Je me sens égoïste de m'attacher ainsi à vous parce qu'en fin de compte, ceux qui allaient en subir les conséquences, c'est vous et pas moi! Mais je t'interdis de dire que c'est ma maladie qui me fait réagir ainsi! C'est parce que je tiens à vous et que je me sens trahis que je réagis ainsi! Ys n'avait pas le droit de te le dire! Ce choix était le miens! C'est le seul que j'ai et il me l'a prit!

Je m'arrêtais un instant, les sanglots me faisant suffoquer. Comment pouvais-je supporter cette situation? Mon grand frère me trahissait et mon amie me jugeait sans savoir. Peut-on réellement appeler cela de l'amitié?

- Si tu penses un seul instant que dans cette histoire, je ne pense qu'à moi et ma douleur, alors il vaut mieux que l'on cesse tout de suite cette discussion. Tu ne sais rien de ce que je pense. Alors va te faire voir Mitsuki.

Sur ces paroles, je tournai les talons, douloureusement anéantie. Je venais de perdre une amie. J'avais la vague impression que cette fois-ci, je ne m'en relèverai pas.

HRP:
 



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mar 27 Oct 2015 - 12:48

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1929
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Il n'y a rien de pire au monde que la prise de conscience. Vivre avec paraît tellement plus compliqué -non, est plus compliqué. Il n'y a plus de "paraître" dans la prise de conscience. Tout devient réel, le mensonge s'efface, la vérité explose au visage.
Je fixais Joyce qui m'avait tourné le dos et qui s'éloignait. J'étais... Éteinte. Je n'avais tout simplement pas envie de réagir. C'était comme un film qui se déroulait sous mes yeux. Comme si rien de tout cela ne m'affectait réellement. Comme si la fiction régnait. Comme si je n'étais pas réellement là...
"Je me sens égoïste de m'attacher ainsi à vous parce qu'en fin de compte, ceux qui allaient en subir les conséquences, c'est vous et pas moi."
La voix de Joyce résonnait dans ma tête. Rien de bien ne découle de l'attachement. Alors que si on ne s'attachait pas aux autres... Si on ne tissait pas de relations, on serait bien moins embêtés. On ne souffrirait pas. On se contenterait de vivre. Paisiblement. Sans souffrir.
La coquille vide qu'était devenu mon corps tendit une main -si mollement- en direction de Joyce. Je crois que ma bouche voulut émettre un son sans y parvenir. Elle s'éloignait, et je ne la voyais bientôt plus.
Je savais ce que j'avais envie de dire. C'était ce genre de phrase bateau qui semble résoudre tout. Mais mon envie était anéantie par la raison. Parler pour ne rien dire était tout simplement inutile.
Ys avait volé le droit de Joyce d'informer qui elle le voulait de sa maladie. Elle avait raison. De toute façon, quand avais-je cru un seul instant que le point de vue que je défendais était le bon ? J'avais tort, et ce depuis le début.
Sauf qu'il y avait une chose qui m'embêtait malgré tout. C'est que si vraiment elle voulait agir pour nous... Alors le mieux était d'en parler. Parce qu'outre le fait de devoir vivre en ayant perdu quelqu'un, il y a pire encore : c'est de vivre en réalisant qu'on n'a pas remarqué que ça n'allait pas, et qu'on a en conséquence rien pu tenter. Et qu'on ne pourra plus jamais rien tenter. Car c'est trop tard.
Lorsque je revins à moi, je réalisais que j'étais en face elle, téléportée, l'ayant forcée à s'arrêter. Mon coeur se serra alors que j'observais ses larmes rouler sur ses joues. Je fermais les yeux. Je pris une lourde inspiration. Je ne parvins pas à les rouvrir et à affronter son regard avant prendre la parole.

-Je suis... En quelque sorte "mourante", moi aussi, si l'on peut dire.

Je tournai la tête, rouvris les yeux, centrai mon attention sur l'herbe au sol.

-J'ai... Quand je suis passée Master, comme tout le monde, j'ai reçu ce qu'ils appellent une greffe. Je suis devenue "immortelle". Mais en contrepartie de ce don bien trop précieux, ma greffe me prive de plusieurs années de ma vie future lorsque je l'utilise.

J'osai enfin affronter le regard de Joyce.

-Je n'ai pas eu le courage que tu as eu. Je n'en ai parlé à personne. Mais moi, personne ne peut rien pour moi.

Je déglutis difficilement.

-Tu as raison. Ys t'a volé ce droit que tu avais de choisir qui tu voulais informer de ta maladie... Il n'aurait pas dû. Mais s'il a fait ça, c'est parce qu'il y a -peut-être-, une petite chance pour que ça t'aide.

Je baissai les yeux, fixai mes pieds.

-Ca peut paraître stupide. Mais lorsque nous devenons Master, l'une de nos "capacités" est améliorée. Les Eaux gagnent en stratégie et en perspicacité. Les Terres gagnent une incroyable agilité... En ce qui concerne les Feux...

Je levai le regard vers elle.

-Les Feux héritent d'une résistance surhumaine.

Un faux sourire étira mes lèvres, triste.

-C'est peut-être un espoir vain. Mais c'est un espoir. Et c'est pour ça qu'Ys m'en a parlé.

Je croisai maladroitement mes bras sur ma poitrine.

-Je sais que c'est superflu. Je sais aussi que tu m'en veux, et tu as raison de le faire. Mais cet... espoir est tout ce que nous avons. Tout ce que tu peux, peut-être, avoir toi aussi, non ? Tu n'as pas à nous mentir et à nous cacher ce que tu endures. Si nous sommes tes amis, ou au moins l'étais-je, c'est pour t'aider à traverser les coups durs. Pour surmonter les épreuves.

J'ancrai mon regard dans le sien.

-T'as pas à affronter cette salope de vie toute seule.



Merci Ronronnn ♥️
#   Mar 27 Oct 2015 - 18:50

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 539
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Peut-on vraiment croire en un avenir plus clément lorsque même notre présent nous achève? Je soupirai, les larmes roulant encore sur mes joues tandis que je fuyais, courant vers l'institut. Je n'arrivai pas à croire qu'Ys m'ait trahis. J'arrivai pas à accepter que Mitsuki ait pu me dire des choses aussi horribles. Je ne pouvais pas croire que tout volait en éclat.
J'avançai en voyant floue, je voulais fuir la réalité, ne jamais plus revenir à elle. Je rêvais de m'enfouir dans les bras de ma mère pour pleurer toute ma peine. Je voulais retrouver ma famille. Je voulais retrouver qui j'étais autrefois. A l'époque, rien ni personne ne pouvait m'arrêter. Rien ni personne ne pouvait m'atteindre.

Je m'arrêtai quand je vis Mitsuki devant moi, visiblement coupable. Moins d'un mètre nous séparait et pourtant, j'avais l'impression qu'elle était inatteignable. Je l'ai fixée, silencieuse. Comment pouvais-je parler? Elle ne me regardait même pas.

-Je suis... En quelque sorte "mourante", moi aussi, si l'on peut dire.

Mourante? Mitsuki? Mais... Elle était master pas vrai? Alors pourquoi?

-J'ai... Quand je suis passée Master, comme tout le monde, j'ai reçu ce qu'ils appellent une greffe. Je suis devenue "immortelle". Mais en contrepartie de ce don bien trop précieux, ma greffe me prive de plusieurs années de ma vie future lorsque je l'utilise.

J'avais du mal à saisir le principe de sa greffe mais je ne pipai mot, attendant de savoir où elle voulait en venir.

-Je n'ai pas eu le courage que tu as eu. Je n'en ai parlé à personne. Mais moi, personne ne peut rien pour moi.

Parce que quelque chose pouvait faire quoi que ce soit pour moi? Un sourire sarcastique ourla mes lèvres. Elle était sérieuse là? Moi courageuse? J'avais tout perdu. Je n'avais pas de courage, j'étais désespérée. Et j'avais été naïve d'en parler à Ys.

-Tu as raison. Ys t'a volé ce droit que tu avais de choisir qui tu voulais informer de ta maladie... Il n'aurait pas dû. Mais s'il a fait ça, c'est parce qu'il y a -peut-être-, une petite chance pour que ça t'aide.

M'aider? Ça faisait de fois qu'elle me disait ça. Quelle blague! On ne pouvait rien pour moi.

-Ça peut paraître stupide. Mais lorsque nous devenons Master, l'une de nos "capacités" est améliorée. Les Eaux gagnent en stratégie et en perspicacité. Les Terres gagnent une incroyable agilité... En ce qui concerne les Feux... Les Feux héritent d'une résistance surhumaine.

Elle avait relevé le regarde, me fixant, un fin sourire aux lèvres. Ce qu'elle disait était totalement dénué de logique ou de réalité. Rien ne pouvait me sauver si ce n'était la maladie elle même.

-C'est peut-être un espoir vain. Mais c'est un espoir. Et c'est pour ça qu'Ys m'en a parlé. Je sais que c'est superflu. Je sais aussi que tu m'en veux, et tu as raison de le faire. Mais cet... espoir est tout ce que nous avons. Tout ce que tu peux, peut-être, avoir toi aussi, non ? Tu n'as pas à nous mentir et à nous cacher ce que tu endures. Si nous sommes tes amis, ou au moins l'étais-je, c'est pour t'aider à traverser les coups durs. Pour surmonter les épreuves.

Son regard était ancré au miens. Je ne pouvais m'y soustraire tandis que doucement, ses mots m'atteignaient enfin.

-T'as pas à affronter cette salope de vie toute seule.

Doucement, j'ai compris que mes amis avaient mal agît sans réfléchir un instant. Étais-je la seule à avoir comprit que rien ne pouvait empêcher les choses d'arriver? Combien de fois encore devrais-je blesser et perdre des gens que j'aimais? Je fermai les yeux baissant la tête.

- J'en ai assez...

On entendait à peine ma plainte. Elle était murmuré, à peine audible. Je serrai les poings. Comment pouvais-je supporter ça? Ils faisaient tous comme s'ils pouvaient me sauver. C'était impossible. Je n'étais même pas encore condamnée!

- J'en ai assez.

C'était plus audible mais je pouvais faire nettement mieux.

- J'en ai assez!

Ah ben voilà! La on m'entendait.... Un peu trop d'ailleurs. Je serrai les poings. Comment peut-on supporter d'avoir une telle conversation avec une amie? Ou avec quiconque?!
Je soupire, et gémis de douleur. Ça suffit. Stop. J'en avais assez. Je n'en pouvais plus.

- Vous n'aviez pas le droit! Ni l'un ni l'autre! Ys n'avait pas à me priver de ce choix et tu n'avais pas à me parler comme ça! Honnêtement Mitsuki, si j'avais la moindre chance de m'en sortir, je la saisirai! Mais je ne sais même pas si je vais mourir!

Si je le savais. J'allais mourir. Vingt-cinq ans. Grand max.

- Laissez moi tranquille et faîtes vous une raison! Même Terrae ne pourra rien pour moi.

J'avais abandonné. Cela faisait souffrir tout le monde. Je lâchais prise.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mar 27 Oct 2015 - 19:56

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1929
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Que dire, hein ? Que répondre à ça ? J'avais déjà utilisé toutes mes cartes. Et ça ne fonctionnait pas. Tout simplement parce que j'étais dans l'erreur, et que Joyce avait raison. Ys n'aurait pas dû faire ça. Je n'aurais pas dû réagir ainsi.
J'eus un sourire triste. Je hochai la tête suite à ses paroles. Et puis, je penchai la tête, avant de disparaître de sa vue.
C'en était assez. Elle avait raison. Ca ne servait à rien que je reste, qu'on discute, qu'on se raconte nos vies. C'était même totalement inutile que j'essaie encore et encore d'argumenter mon point de vue. Elle le refusait, et le refuserait toujours. Je n'avais pas à insister. C'était son choix.
J'apparus chez moi, et, une fois encore, la journée s'annonça longue, très longue, trop longue. Une fois encore, je terminai dans la salle d'entraînement avec pour seule compagnie le sac de frappe.
Je n'avais qu'à attendre la fatigue pour pouvoir retrouver mon lit et espérer alors trouver le sommeil.
Joyce avait raison. Mais malheureusement, je trouvais qu'elle se voilait la face sur certaines choses. Pourtant, sa réaction était normale, appropriée je dirais même. J'avais mal agi en sa présence, et j'avais été stupide. Je lui avais tout balancé comme une bombe qui lui explose à la figure. Je n'avais même pas essayer d'y aller tranquillement, d'amener la chose petit à petit.
Dans un excès de rage, je donnai un coup de poing au punching-ball qui se décrocha. Je me laissai tomber à genoux sur le sol, desserrant mes gants de frappe. J'en avais vraiment plus qu'assez de tout foirer.
Je me redressai avec lassitude et partis remettre le sac de frappe sur son anneau. Malgré tout, il y avait bien une chose qu'on ne pourrait pas me retirer. Qu'on ne pourrait jamais me retirer à vrai dire. C'était l'espoir. J'avais beau perdre tout le monde autour de moi. J'avais beau me perdre moi-même... L'espoir était là et perdurait. Même si j'ignorais encore quand, je savais qu'un jour, j'aurais des nouvelles de Matthew. Je savais qu'un jour Allen reviendrait. Je savais que Joyce pourrait être guérie, ou au moins stabilisée...
Je savais que j'allais revoir mes parents un jour. Et c'était arrivé. Alors pourquoi ne pourrais-je pas croire en ce nouvel espoir de voir mes amis mieux, guéris, heureux...?
Je pris la direction de la sortie. Je décidai cette fois de terminer ma journée par une promenade. Je marchais jusqu'à chez moi, où Mokona et Modoki m'avaient déjà probablement préparé à manger. Je n'avais pas faim, mais je ferais semblant de manger pour eux, qu'ils ne s'inquiètent pas...
Je pris une douche froide. Je passais de la crème sur mes poings endoloris. J'installais à ma fenêtre et regardais les gens passer dans la rue pendant une heure, deux, observant les allers et venues chez les Masters. La vie régnait sur le quartier. Et, quand bien même étais-je totalement déprimée, ça me faisait du bien. Après tout, une amie m'avait dit ça un jour. J'avais trouvé ça complètement con sur le coup. Probablement parce que je n'avais pas compris... Mais cette fille m'avait expliqué qu'il n'y avait que la vie pour redonner vie. Et c'était vrai. Tout comme un sourire en engendre un autre. Le rire suscite le rire. Alors la vie... Fait naître la vie.
Je n'avais qu'à y croire. Espérer, malgré les remontrances de Joyce. Je n'avais qu'à y croire, et, peut-être, elle serait guérie. Ou au moins stabilisée. A vie. Qu'y avait-il de mieux à espérer ?
Peut-être bien d'autres choses. Sauf que, idiote comme je l'avais été, je n'avais même pas songé une seule seconde à lui demander quelle était sa maladie.



Merci Ronronnn ♥️
#   
Contenu sponsorisé

 

I'll miss you. [Pv : Joyce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Espace vert.