Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Je te rattraperai ! [Ludmi !]
##   Mar 27 Oct 2015 - 1:25

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1267
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Écouteurs aux oreilles, MP3 datant de l'ancienne décennie certes, mais fonctionnel et pas trop compliqué pour Nicolas qui n'y connaissait encore que peu de choses en technologie. Musique à fond les bananes dans son crâne... C'est limite s'il ne chantonnait pas Knights of Cydonia en même temps que son pas de course le portait, son souffle suivant la rythmique, s'envolant tout comme les riffs de guitare.

Nicolas courrait tous les jours maintenant, dès qu'il le pouvait, avant ou après les cours, peu lui importait. Il s'était rendu compte que sans ça, il maîtrisait bien moins l'électricité qui faisait grésiller ses cheveux à la moindre contrariété et elles étaient nombreuses car dès qu'il abaissait ses barrières, les pensées et les sentiments d'autrui envahissait son "espace vital intérieur". Courir le défoulait, lui permettait d'être seul avec lui-même et il expérimentait les grosses fatigues physiques ; il dormait pas plus qu'avant... mais putain qu'est-ce que je dors profondément ! C'est pourquoi, musique à fond, rythme soutenu et course fluide, il partait pour trente minutes, une heure, deux heures, sans s'occuper de la distance qu'il parcourait.

Si, d'habitude, il ne prêtait pas attention aux autres personnes faisant leur jogging, beh oui, c'est pas que pour le rythme que j'écoute de la musique, c'pour être tranquille, de peur qu'en se concentrant sur quelqu'un il capte ses pensées, une bombe le dépassant le surprit tellement qu'il ne put faire autrement. Elle était plutôt grande et fine, bien faite de dos en tout cas, parce qu'il n'eut le temps que de voir ses fesses... 'fin l'arrière quoi... ZUT mais à quoi j'pense moi ?! Il prit soudain un air boudeur. Il avait pas l'habitude qu'on le dépasse ainsi... Oui, il était plutôt fier de sa VMA. Quand d'autres mesurent la nouille qu'ils ont entre les jambes, Nicolas préfère calculer sa Vitesse Maximale.

Poussé au défi, il retira ses écouteurs et agrandit ses foulées. Le regard décidé il rattrapa bientôt la demoiselle, tout aussi jolie de dos que de face maintenant qu'il pouvait la voir dans son ensemble, la regarda un instant, l'air victorieux et continua sur sa lancée, la dépassant à son tour.

No one's gonna take me alive !!!


Je te rattraperai ! [Ludmi !] Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Mar 27 Oct 2015 - 1:50

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Ludmila Parker
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Courir. Juste courir. Ne pas réfléchir. Courir. Respirer. Ne pas s'arrêter. Ne jamais flancher. Retenir. S'évanouir dans la douleur de l'effort. Se surpasser. Refuser d'arrêter. Courir. Toujours courir.
Cela faisait plus d'une heure que je courrai. L'air me fouettait le visage et les bruits de la nature venaient résonner à mes oreilles. Mon baladeur avait rendue l'âme depuis quelques minutes déjà, mais je persistai, courant toujours et plus encore, pas le moins du monde fatiguée par ma course folle en pleine forêt.

Je ne supportai plus les cours. Ne supportait plus le monde. Ne supportait plus rien. J'avais besoin d'évacuer. De tout lâcher. J'accélérai le pas, mes pieds battant la cadence. Toujours plus loin, toujours plus vite, toujours plus forte. Encore et encore, courir. Ne pas réfléchir.
Il était encore tôt et le soleil pointait doucement le bout de son nez, inondant tendrement les arbres de sa lumière. L'automne était enfin là, et avec lui, les couleurs chaudes des feuilles d'arbres et le craquement de celles-ci sous nos pas frénétiques.

Je courrai à en perdre haleine, ne sachant pas vraiment vers où je me dirigeai. Devant, un garçon plus jeune courrait lui aussi, perdu dans ses pensées, les écouteurs vissés aux oreilles: toi. Je te dépassais sans mal, n'ayant pas à beaucoup accélérer.
Je continuai de courir, le souffle court et le cœur battant à mes tempes. A force de courir ainsi et aussi longtemps, je finirai par me tuer.

Sans que je ne comprenne, tu revins à la charge et me dépassas. Oh? Une compétition? Un sourire ourla mes lèvres et je courus te rattraper, te dépassant une nouvelle fois sans efforts. Ton air victorieux ne resterait visiblement pas longtemps sur ton visage insouciant.
Insouciant. J'étais pourtant bien placé pour savoir qu'ici, personne ne l'était pas vrai?

Tu avais retiré tes écouteurs, visiblement prit au jeu par notre course idiote et puéril. On ne se connaissait alors pas, mais nous avions un point commun: Nous courrions pour oublier, pour se défouler. Je sentis sans même le savoir que tu étais de mon affinité. Je continuai à mon rythme, sans me presser plus que ça.
Ca faisait du bien de ne penser à rien. De laisser libre court à sa colère. A sa douleur, sans même que cela ne nous effleure. Cela faisait du bien de courir sans avoir à se retenir. Une sensation de brûlure me déchira la poitrine et pourtant je continuai. Je ne pouvais pas m'arrêter. Impossible. Je me sentais libre.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] 624485fgh
##   Mar 27 Oct 2015 - 2:19

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1267
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Elle le dépasse à nouveau... La joie s'évanouit pour laisser place à la surprise puis à l'amusement. Il ne s'attendait pas du tout à ce qu'elle réponde au défi, mais il n'allait certainement pas abandonner comme ça. Il força tout son corps à aller de l'avant, sa respiration se fit lourde. Un pas devant l'autre, une foulée à la suite, des pas de géants, et le monde automnale devint flou tellement ils étaient emportés dans leur vitesse.

Et puis plus rien. Nicolas n'avait plus aucune idée de pourquoi il courrait ; est-ce qu'il fuyait des assaillants ? sa vie ? ses pouvoirs ?... les autres peut-être ?... Non, même pas. Ses vieilles baskets touchaient à peine le sol, il avait l'impression de flotter, au même niveau que sa nouvelle partenaire de course, et pourtant on devait entendre leurs pas battre le sol dans toute la forêt, comme une cavalcade de chevaux sauvages. Sauvages... Peut-être qu'ils l'étaient à cet instant, l'esprit vidé de tous les soucis du monde, concentré à cette lutte acharnée : avancer encore et toujours, courir à s'en déchirer les poumons, courir à s'envoler, libre comme les oiseaux, avancer et courir comme unique but, à embraser le ciel, à faire tonner l'orage sur des milliers de kilomètres à la ronde ! Les yeux de Nicolas passèrent de leur couleur naturelle à ses iris de Tonnerre, ses cheveux s'emportèrent tout comme lui, en échos avec ce qu'il était en train de vivre... Un grand sourire sur le visage, il n'avait jamais été aussi heureux de se dépenser à ce point.

Et puis vient toujours ce moment horrible, honni... ARG... Poumons de clopeur. Son souffle au cœur réagit au même moment, il ne pouvait plus suivre le rythme des jambes qu'il s'imposait. Sachant le risque qu'il courrait à s'arrêter d'un coup, il dut ralentir puis s'arrêter... Le souffle court il posa ses mains sur ses hanches et étira ses muscles... Fichtre. Va bien falloir choisir un jour entre les deux mon con. Il toussa, replaça ses bandages par habitude et posa sa main sur son cœur... Rythme irrégulier, petit *clac* d'un ventricule récalcitrant.

Encore incapable de parler à cause de sa respiration. Il fit un signe à la demoiselle, pouce levé, voyant qu'elle avait eu la politesse de s'enquérir de son état... 'tain, ce serait pratique de parler par la pensée... Il secoua sa tête, repoussant cette idée qui lui paraissait si ridicule et si possible à la fois. S'appliquant à inspirer profondément et régulièrement, il put enfin aligner deux mots.

-T'as une... sacrée... foulée...

Ok. C'est le max que je peux faire là tout de suite.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Mar 27 Oct 2015 - 2:38

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Ludmila Parker
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Une. Deux. Trois foulées. Quatre. Cinq. Six pensées. Sept. Huit. Neuf battements. Je courrai à en perdre la voix. Je courrai à en perdre ma lucidité. Je flottai. Je courrai. Je souriais. Je vivais. Ma respiration se fît courte et mon cœur accéléra, le sang battant à mes tempes, et mon corps réagissant face à la douleur.
Je sautai par dessus une branche, accélérant toujours plus, euphorique à l'idée de ne jamais m'arrêter. Aurais-je pu? Courir jusqu'à en tomber de fatigue? Ne pas s'arrêter jusqu'à temps que mon cœur cesse de battre? Courir pour ne plus jamais avoir à penser?

Tu tentas de me dépasser, sans succès. Nous n'étions pourtant pas si loin l'un de l'autre, si bien que j'eus un instant l'idée que tu puisses me rattraper. Mais non.
Qu'est-ce-que l'on peut fuir en courant? Certainement pas sa vie, ni même ce que l'on est ou ce que l'on a vécu. Ni le passé, ni le présent ne peuvent être fui. La course n'est qu'un mirage, tout comme la musique ou l'écriture. Tous ne sont que des pauses, des instants calmes où la lutte s'achève pour ne reprendre que plus forte encore. La véritable course réside dans celle contre le temps. Mais inévitablement, nous sommes toujours perdant.

Je t'entendis ralentir derrière moi et je m'arrêtai bien des mètres devant toi. Je me retournai et je t'entendis souffler puis tousser. Oh merde. Je me téléportai sans réfléchir pour arriver à un mètre de toi à peine. Tu levas un pouce en l'air, comme pour me signaler que tu étais toujours en vie. Encore heureux, je me voyais mal expliquer à Hideko que j'avais tué accidentellement un de ses élèves dans une course. En fait non, après l'épisode sous-tif suspendu, valait mieux pas que j'arrive avec un cadavre.

-T'as une... sacrée... foulée...

Je souris. Que répondre à cela? Je courrai depuis que j'avais six ans. Avec mon père dans un premier temps, puis seule et bientôt tous les jours, avant et après les cours. Je me levai aux aurores pour cela et finissait mes devoirs tard pour avoir le temps de courir à la lumière du jour décroissante.

- Tu te débrouilles pas trop mal non plus. Ça va aller?

Je défis ma gourde accrochée à ma hanche et te la tendis.

- Je n'ai pas bus dedans.

Je précisais, plus pour la forme que pour autre chose. Je n'avais pas la gale donc mis à part s'il était craintif, je me doutais qu'il n'y aurait pas de problème. De toutes façons, vu la respiration qu'il se tapait, il avait probablement bien besoin d'une pause et d'un peu d'eau.

- Je m'appelle Ludmila au fait.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] 624485fgh
##   Mar 27 Oct 2015 - 4:38

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1267
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Une... dernière... graaaaaande inspiration. Celle-là à du toucher le fin fond de ses poumons, tellement ça lui tire un grincement de dents. Elle lui demande si ça va. Petite vérification cardiaque... Bon le palpitant tape dur, mais j'ai connu pire c'bon. Il ne peut répondre qu'en hochant la tête. Elle lui tend une bouteille bienvenue. Quelque chose frôle son esprit, sans doute une pensée de la demoiselle, mais il la repousse ardemment. C'est pas le moment Sensitif ! J'ai besoin de respirer là ! Il s'empare de la gourde. :

-T'inquiètes... J'ai pas la gale... je pense que toi non plus.

Ah ? Je peux parler enfin ! Deux gorgées, pas plus. Trop boire, c'est pas bon non plus... Et manquerait plus qu'il sente l'eau balloter dans son estomac en courant. L'horreur. Ça lui été rarement arrivé, généralement quand il devait fuir des assaillants après le self au collège, alors qu'il avait pas fini de digérer... S'il pouvait se retenir courageusement de vomir, tant le gâchis lui fendait le cœur, la sensation n'en restait pas plus agréable qu'une indigestion de tous les diables...

Il lui rendit l'eau et la détailla un peu plus, car c'est dur de regarder quelqu'un dans les yeux quand on s'amuse à courir comme des dératés. Rousse, les yeux ambrés, tout aussi grande que lui. Elle devait en attirer des regards... La fille la plus populaire de son lycée était quasiment foutue pareil... Sauf qu'elle était blonde et aussi sportive qu'un escargot sous cortisone. Et Ludmila, car tel était son nom, respirait la joie de l'effort. De quoi faire plaisir, les grands défenseurs du sport. :

-Nicolas. se présenta-t-il par la suite. et excuse-moi, je m'en veux un peu maintenant de t'avoir arrêtée...

Un dernier soupir et son cœur reprit définitivement un rythme plus normal... Il s'étira encore, vérifia si ses muscles étaient encore chaud et fit signe qu'ils pouvaient de nouveau repartir... S'il n'était pas lent, il reprit néanmoins son rythme de base, ce qui comparé à leur sprint précédant, n'était rien du tout.

S'il avait d'abord décidé de passer outre, il aurait fallu être aveugle pour ne pas avoir remarqué qu'elle possédait des pouvoirs de téléportation. Il s'étonna de ne pas avoir sursauté à son approche soudaine... En même temps j'essayais de vivre hein. Parce qu'on peut pas vivre sans respirer aux dernières nouvelles. La magie faisait parti de son quotidien et il ne s'en étonnait plus.

-Alors, tu es Tonnerre toi aussi ?

On engage la conversation comme on peut... Et s'il n'aimait pas commencer par ça d'habitude, préférant s'attacher à connaître les personnes plutôt que leurs pouvoirs, il était un peu à court d'idées à ce moment. Ahah, ça s'trouve mon cerveau manque d'oxygénation. M'enfin, parlons pas de malheur, déjà que j'ai pas grand chose dedans.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Mar 27 Oct 2015 - 11:12

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Ludmila Parker
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Tu attrapas la bouteille, visiblement soulagé et tu bus quelques gorgée, juste histoire de faire passer ton étourdissement. A ma question, tu ne répondis que par un signe de tête rassurant. Bon t'avais l'air de survivre.

-T'inquiètes... J'ai pas la gale... je pense que toi non plus.

Un rire discret s'échappa de ma bouche et je hochai négativement la tête tandis que tu te remettais doucement de notre course folle. Tu me rendis ma bouteille et j'en profita pour en prendre une gorgée. J'en profitai pour faire comme toi visiblement, et j'en conclus que tu devais avoir une quinzaine d'années. Les cheveux bruns, les yeux gris, tu étais peu être à peine plus grand que moi. Un air négligé, tu étais le cliché de l'adolescent en pleine crise. Et oui, j'étais passée par là moi aussi... Fin pas tellement. Mais j'avais des circonstances atténuantes non? Au moment où j'aurais dû la faire, ma vie a brusquement décidé de m'en faire voir de toutes les couleurs. J'en porte encore les cicatrices.

-Nicolas. Et excuse-moi, je m'en veux un peu maintenant de t'avoir arrêtée...

- Oh t'en fais pas! Ça faisait un bon moment que je courrai. Une pause est bienvenue.

Je te souris avec gentillesse, pas le moins du monde dérangé par cet arrêt. Tu me fis signe que l'on pouvait repartir et je me calai sur ton rythme, retenant doucement mon pas. Nos foulées s'accordèrent et un instant, un silence flotta dans l'air.
Je ressentie l'envie de m'entraîner. De plus en plus souvent, je me surprenais à vouloir progresser. Surement avais-je envie de me jeter à corps perdu dans mon entraînement afin d'oublier que bientôt un an avait passé depuis que j'avais enterré Blue. J'avais d'ailleurs récemment eu un appel du centre psychiatrique où mon père avait été interné. Il délirait à propos de sa fille qui avait tout gâché et qui était un monstre contrôlant l'électricité et se déplaçant à la vitesse du temps. Ouai, son cas s'arrangeait pas vraiment. On m'avait demandé de passer le voir. J'étais sa seule famille. Evidemment, personne ne savait pour les coups. D'où le fait que je cours aujourd'hui.

-Alors, tu es Tonnerre toi aussi ?

Tu me sortie de mes pensées et je secouai la tête, ennuyée de m'être ainsi aller à la réflexion. Mon père n'avait que ce qu'il méritait. Il avait tué ma sœur et m'avait battue. Je crois pouvoir dire qu'il était dangereux et que je n'avais absolument à me sentir coupable. Un soupire de désespoir m'échappa.

- Tonnerre oui. Lunaire.

Ma queue de cheval ne ressemblant plus à rien, je m'arrêtai une nouvelle fois et en profita pour me remettre les idées en place tout m'attachant les cheveux. Décidément! Fallait que je cours.
Je te rattrapai sans mal. Je remarquai alors que pour une fois, la puce était inactive. Nicolas était français! Les gars j'avais trouvé un français putain! Oui je sais je suis pitoyable, mais honnêtement, je n'en connaissais pas beaucoup ici... Bref.

- Alors? T'es là depuis longtemps où tu viens juste d'arriver? Je t'avais jamais vu avant.

HRP:
 


Je te rattraperai ! [Ludmi !] 624485fgh
##   Mar 27 Oct 2015 - 14:12

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1267
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Pour ne pas la "ressentir", Nicolas se concentrait sur ses pas. Il se retenait de fixer ses pieds, regard droit devant, l'oreille tendue vers Ludmi. Il capta son soupir... Cette question l'ennuyait-elle ou il avait interrompu ses pensées ? Il secoua la tête, mis ses barrières mentales pour résister à cette curiosité mal placée. Elle répondit exactement ce à quoi il s'attendait. C'est le propre de tous les Tonnerres de courir ? Il espérait bien que non.

-Tonnerre Solaire. fit-il, bien qu'elle ne lui ait pas demandé.

Il retint une grimace... On lui avait dit que les pouvoirs, c'était souvent selon le caractère des gens, mais il avait bien du mal à y croire. Les gens étaient tous différents, personne ne se ressemblait, même à Terrae, où le vide s'était fait sentir dans chacun avait des formes bien différentes. Les traits de caractère en plus, on peut en avoir pleins c'est pas comme si on en avait un ou deux pour se définir... Même si, il l'admet, d'autres ressortent plus. C'était peut-être ça qui faisait tout...

Il fait du sur place quand il se rend compte que Ludmi s'est arrêtée à cause de ses cheveux et reprend son rythme quand elle le rattrape. Il n'avait pas l'habitude de courir avec quelqu'un, mais il savait que s'arrêter pouvait parfois être frustrant... Bon, j'ai jamais eu les cheveux longs hein mais je suppose que ça peut devenir agaçant à la longue. Elle reprit la discussion comme si de rien n'était. :

-Je suis arrivé au début du mois... J'aurais du reprendre les cours mais j'ai pris quelques jours, histoire de m'habituer et de mieux me repérer ici. Et puis entre temps je suis devenu initié. Bref, gros bordel d'un coup, la vie quoi.

Il ne retient pas son sourire... Bien qu'il avait été bel et bien dépassé par la suite d'événements, il ne pouvait pas nier le fait que, l'air de rien, la vie à Terrae était bien plus paisible que son ancien village. :

-Et toi ? Tu es ici depuis combien de temps ?

[HRP : arf, mon post est court... disons qu'on est quitte x)]


Je te rattraperai ! [Ludmi !] Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Mar 27 Oct 2015 - 19:58

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Ludmila Parker
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

-Tonnerre Solaire.

Un solaire. Comme Aaron. A cette pensée, je me dis qu'il serait bien de ma part que j'aille prendre de ses nouvelles.
Je continuai à courir, sans plus y penser. Je retrouvai les sensations de tout à l'heure, libre de ne plus réfléchir. Libre de ne plus subir la pression de la réalité. Courir. Encore et toujours. Jusqu'à ne plus sentir le poids du monde sur ses épaules. Jusqu'à ne plus entendre votre cœur battre à vos tempes. Ne plus voir le monde mais la course effrénée que vous entreprenez. Je respire et mon souffle me brûle la trachée. C'est une de ces douleurs qui font du bien. Quand je me suis arrêtée, tu m'as attendu, et je t'ai remercié d'un sourire.

-Je suis arrivé au début du mois... J'aurais du reprendre les cours mais j'ai pris quelques jours, histoire de m'habituer et de mieux me repérer ici. Et puis entre temps je suis devenu initié. Bref, gros bordel d'un coup, la vie quoi.

Oui je voyais. Je ris doucement, amusée. Honnêtement, je ne connaissais aucun élève ici qui n'avait pas séché les cours au moins une fois, pour X ou Y raison.  Nous avions tous des passés plus ou moins désastreux. Nous avions tous des histoires qui refusaient de nous laisser en paix. Des regrets. Des remords qui nous hantaient. Il y en avait tant qu'il était parfois impossible de se concentrer sur la vie réelle, que l'on voulait fuir à tout prix.

- Oh tu sais, tu n'es ni le premier, ni le dernier à sécher ici plus qu'ailleurs. Nous avons tous nos raisons, mais parfois les cours nous passe au dessus. Principalement lors des initiations ou des étoilisations d'ailleurs...

Je me tus. Je faisais partie de ceux qui s'étaient réfugiés dans leur chambre plutôt que d'aller en cours suite à leur étoilisation. Nous étions tous différents, mais face à la douleur ou à la colère, généralement, nous avions tous plus ou moins tendance à nous renfermer sur nous même. Pas tous bien sur, mais beaucoup.

-Et toi ? Tu es ici depuis combien de temps ?

Je réfléchis un instant. j'avais arrêté de compter les jours de délivrance me séparant de ma chambre française et des coups que j'y avais subis. Je ne voyais plus que les problèmes que j'avais ici, tentant vainement d'oublier les problèmes d'autrefois. Bientôt deux ans que j'étais partie. J'avais tout quitté. Tout détruire pour mieux reconstruire comme on dit.

- Cela fera deux ans d'ici février. A force, j'ai cessé de compter.

Je courus à peine plus vite sans même m'en rendre compte. J'étais heureuse de courir ainsi, avec quelqu'un pouvant suivre mon rythme de surcroît. Cela faisait du bien. C'était magique.
On pourrait dire ce qu'on voulait à propos de Terrae et des pouvoirs. C'était génial c'est vrai. Pouvoir contrôler un élément, avoir des facultés... Oui c'était génial. Mais pour moi, il n'y avait rien de plus jouissif que de se perdre dans la course. Rien de mieux que de se laisser emporter par la vitesse et l'adrénaline. Je n'avais jamais partagé ces moments avec quiconque. Personne ne comprenait pourquoi je courrai autant. Matin et soir. Deux heures généralement le soir, et une le matin. Une véritable accro.

- Tu cours depuis longtemps?


Je te rattraperai ! [Ludmi !] 624485fgh
##   Mar 27 Oct 2015 - 21:42

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1267
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Sécher les cours... A cette idée, il se demanda s'il devait poser une justification sur le fait qu'il avait raté autant de jours. Mais apparemment, ça avait l'air d'être monnaie courante ici... Les élèves semblaient pas plus attentif et régulier qu'ailleurs. C'était pas forcément rassurant, mais dans son cas, il s'en contenta. J'vais arriver comme une fleur en classe... Au pire je me ferai remarquer, au mieux j'pourrais reprendre ma scolarité là où elle s'est arrêtée. Et après la courte expérience du lycée qu'il avait eu, autant dire qu'il n'était pas pressé.

Elle sembla réfléchir après lui avoir demandé depuis combien de temps elle était ici. Mais ça faisait seulement deux ans... 'fin seulement. Tout est une question de point de vue. Je suppose que pour certains, enfermés ici, deux ans c'est une éternité. Puis à ces mots, son pas s'accéléra... Il dut allonger ses foulées, mais sans trop se forcer, ce qui était rassurant. Même en plein effort, elle souriait, comme si la course l’apaisait... Il faut l'avouer, c'est assez impressionnant à voir.

Il se rendit compte qu'il l'avait fixée peut-être un peu trop longtemps avant qu'elle ne lui pose une nouvelle question... Il refixa sur regard sur la route devant lui et répondit dans un demi-sourire. :

-J'ai apprécié courir vers mes dix ans... Quand je me suis rendu compte que ça servait à autre chose qu'à fuir.

Il appuya ses propos en tapotant sa joue droite, là où se trouvait la cicatrice de sa mâchoire. Il poussa un soupir, ce remémorant toutes ses fois où, gang de morveux aux trousses, il traversait la place du village dans un sens et dans l'autre, tentant de trouver des cachettes au petit malheur la malchance... Il pouffa en se souvenant d'une fois, fabuleuse histoire, ce jour où il avait failli se retrouver coincé sur le toit de la mairie. :

-Depuis j'essaye de courir au moins tous les jours. J'avais pas les moyens de rejoindre un club, mais ça me suffisait de courir à mon rythme.

Le soucis que le club d'athlétisme avait inventé afin qu'il ne puisse pas rejoindre le club, c'était ce souffle au cœur qui semblait teeeellement les inquiéter... C'est surtout parce que pour le village, j'étais un p'tit délinquant qui détruisait tout ce qu'il touchait, m'enfin... Et aussi cette histoire comme quoi mes cicatrices faisait peur aux Poussins, non mais la blague. Surtout quand on sait que les Poussins en branlait pas une, préférant "jouer au docteur" dans les gradins du stade. Du coup si en fait. Ils en branlaient une. Pourtant, il aurait pu faire un bon marathonien. Il avait de longues jambes, musclé certes mais équilibré, rapide et endurant, malgré la fumée qui l'encrassait un peu plus chaque jour.

Il pouvait être fier mais Ludmila n'avait rien à lui envier. Son corps était tout aussi bien forgé pour la course, la finesse d'une sprinteuse avec la force d'une marathonienne. Les gens doivent penser que c'est simple de mettre un pied devant l'autre... Prenez une personne habitué au poids de la vie... Demandez-lui de marcher gaiement sans plus s'occuper de ce qu'il a sur les épaules. Eh oui... C'pas si simple. Et plus on est à la recherche de ce qu'il y a devant, plus on s'y jette avec une forme désespoir, étrange certes, mais remplie de liberté ; courir. :

-T'as l'air d'aimer courir toi aussi... Tu t'entraînes souvent ?


Je te rattraperai ! [Ludmi !] Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Mer 28 Oct 2015 - 1:05

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Ludmila Parker
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Tu me fixai étrangement, comme étonné qu'une fille comme moi puisse aimer autant la course. C'est vrai, je n'avais pas le profil des filles sportive. Et d'ordinaire je ne l'étais pas. Je n'appartenais à aucun club, je ne faisais pas des merveilles en EPS et je n'avais jamais participé à aucune compétition. Mais la course était ma passion et la seule chose que même mon père n'avait pas réussi à me prendre. C'était aussi mes meilleurs souvenirs avec lui ou Blue.

-J'ai apprécié courir vers mes dix ans... Quand je me suis rendu compte que ça servait à autre chose qu'à fuir.

Un sourire ourla mes lèvres à ta remarque. Moi je fuyais toujours. Courir n'était pas un plaisir chez moi mais une nécessité. Sans ça, je me ramassai. J'avais besoin de fuir la réalité. Le monde qui m'entourait était trop fade, trop douloureux pour que je le supporte sans jamais essayer de l'oublier. J'avais besoin de ces moment de pause. De ces instants de calme, bien qu'ils soient futiles et illusoires. J'avais besoin d'oublier qui j'étais et ce que j'avais perdu, ne serait-ce que pendant quelques minutes par jours.

-Depuis j'essaye de courir au moins tous les jours. J'avais pas les moyens de rejoindre un club, mais ça me suffisait de courir à mon rythme.

Ton rire me réveilla et je t'écoutai. Au moins tous les jours. Tu étais plus raisonnable que moi. Bien plus. Si je ne courrai pas à mon rythme, j'étais capable de commettre un meurtre. J'avais besoin de ça. Besoin de m'évader dans mon monde.
Mais je comprenais ton raisonnement. Courir à son rythme était parfois la meilleure chose à faire. Aucune règle, aucune obligation, pas de complication, une liberté totale.

-T'as l'air d'aimer courir toi aussi... Tu t'entraînes souvent ?

Je souris et mon cœur battit plus vite encore, tant et plus que cela soit possible. Oui j'aimais courir. Oui j'aimais sentir le vent s'engouffrer dans mes cheveux emmêlés. J'aimais sentir mes muscles douloureux prêts à faillir sans jamais rompre leurs efforts. J'aimais entendre mon cœur cogner contre ma cage thoracique jusqu'à vouloir la briser. J'aimais entendre les bruits de la nature qui m'entouraient, et ceux qui m'accompagnaient dans mon envol vers la liberté. J'aimais courir. C'était même ce que j'aimais le plus au monde.

- Une heure le matin et deux le soir généralement, mais je peux facilement augmentait si j'en ressens l'envie ou le besoin. Je suis une vrai accro. Je cours depuis que je suis en âge de le faire sans me casser la figure. Une vrai passion.

Je m'arrêtai un instant de parler, le souffle court. Courir. Encore et toujours. Ne pas suffoquer. Ne plus rien penser. Ne pas pleurer. Ne pas souffrir. Juste ressentir. Juste le plaisir. Lutter. Vivre. Ne jamais abandonner.

- Tu dis que tu cours depuis que tu as comprit que cela servait à autre chose qu'à fuir. J'aimerai pouvoir affirmer cela moi aussi. Mais je mentirai probablement.

Je ne sais pas pourquoi les mots m'échappèrent. Je ne m'étalerais pas plus pourtant. Silencieuse, je continuai néanmoins de courir. Courir. Toujours courir. Ne pas se retenir. Ne jamais en finir. Ne jamais faillir.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] 624485fgh
##   Mer 28 Oct 2015 - 1:40

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1267
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Parler de courir en courant. Étrange mise en abîme qui le faisait se sentir plus léger, plus ouvert... Peut-être justement parce qu'elle courrait aussi et qu'il était certain qu'il ne lui viendrait aucune lubie soudaine et violente. Son sourire était tendre et lumineux à la fois. Il avait l'impression qu'il pouvait lutter contre toutes les injustices, un pied devant, le souffle court, cheveux au vent. Comme elle le dit, une vraie passion.

Pourtant le silence revint... Et c'était étrange. Peut-être que loin, très loin au fond de lui, son instinct de sensitif lui faisait une sonnette d'alarme, bien qu'il ne comprenne pas le changement de Ludmila. Il plissa les paupières alors qu'elle lâche quelques phrases, l'air de rien, et pourtant, elles avaient bien lourdes de sens... Et leurs foulées s'allongèrent... Et leur course accéléra encore un petit peu plus. Je comprends pas ce qu'elle veut dire... mais j'suis pas débile non plus. Elle exorcise par la course. C'est sa façon de se libérer... C'est pour ça qu'elle a l'impression de fuir.

Sans doute que ces pensées la traversait à cause de son passé quel qu'il soit... Nicolas ne pouvait le deviner, encore moins y changer quoi que ce soit. Pourtant, un énorme sourire étira ses lèvres jusqu'à ses oreilles et il lâcha dans un souffle court. :

-Hé ! Tu fuis pas là... Tu t'envoles avec moi !

Il poussa sur ses jambes, encore plus fort qu'avant... Cette fois, il allait vraiment s'envoler : son cœur s'était habitué petit à petit à battre plus vite pour mieux irriguer ses muscles, il était certain de tenir bien plus longtemps. Il la dépassa d'un coup, l'air de pourchasser la vie devant lui, avec l'envie d'y emmener sa partenaire pour sourire encore et oublier. :

-Aller viens ! Rattrape-moi et oublie !

C'est comme si le cerveau faisait abstraction de qui l'on était pour se concentrer sur l'unique tâche qui se présentait... Courir, fuir, abandonner, avancer, vivre... Quelle différence, je dirais même, quelle importance tant que ça fait du bien ? Les couleurs des arbres se mélangeaient, la fraîcheur de la fin octobre frappait son corps, la vie se mouvait grâce à eux. :

-Hé ! On va péter... des records comme ça ! lâche-t-il dans un rire enfantin qui se répercute dans les arbres, dans les chemins, dans la forêt entière. Tu vois... tu ne fuis pas... tu me rattrapes !

Et la vie avec... pensa-t-il avec toute la force de conviction qu'il possédait.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Mer 28 Oct 2015 - 2:28

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Ludmila Parker
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

-Hé ! Tu fuis pas là... Tu t'envoles avec moi !

Hein? Je te vis accélérer le pas et je compris ce que tu tentai de faire avec un léger retard: Tu voulais que j'oublie avoir eu cette pensée, ou plutôt l'émotion qui l'accompagnait. J'ai souris et j'ai allongé ma foulée, tentant de rester à ta hauteur.
Mais il semblait que tu te voyais pousser des ailes. Tu me dépassas sans que je m'y attende, courant devant moi avec rapidité et bonheur. Tu semblais dans ton élément. Tu semblais ne faire qu'un avec l'effort. Te fondre dans le décor.

-Aller viens ! Rattrape-moi et oublie !

Oublier. Un verbe du premier groupe. Il est difficile de le conjuguer au futur, car on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Il est jouissif de le conjuguer au passé car on sait qu'avec lui, on a la paix tant attendu. Et puis il y a le présent. Celui que l'on redoute tant. Parce que l'on a peur qu'il nous soit impossible de l'accorder avec bonheur.
On a tant de fois voulu oublier un regret ou un écart. Un remord. Une histoire. Un passé qui nous touche ou nous blesse par son simple souvenir. On a tant voulu oublier qui nous étions pour ne se concentrer que sur qui nous sommes. Nous avons tant désirer vouloir oublier ce que nous avons perdu pour ne voir que ce que nous avons gagné.

Mais j'obéis à ta proposition et je me mis à courir, te rattrapant, mon cœur étant prêt à lâcher tant la course est longue depuis le temps.  Et plus je cours, plus j'oublis. Et plus j'oublis, mieux je suis. Je souris. Je ris même. Je te rejoignis, arrivant vite à ta hauteur. Je courus à en perdre haleine. Je ne savais pas où nous allions, mais je ne m'en souciais pas. Peu importait la destination, ce qui importait, c'était le voyage pour y arriver. Oublier. Comme il est simple de le penser. Comme il est difficile de l'appliquer. Je courus encore et toujours plus. Mon corps ne supportait plus l'effort mais je ne pouvais pas m'arrêter. Ma poitrine se déchirait tant la douleur était forte et mon cœur semblait sur le point de flancher, mais impossible que j'abandonne. Tu avais raison. Je ne fuyais pas. Je ne fuyais plus. J'avançai.

-Hé ! On va péter... des records comme ça !Tu vois... tu ne fuis pas... tu me rattrapes !

Je courrai encore, mon rire rejoignant le tient, résonnant à bien des mètres à la ronde. Je me sentais libre. Libre de courir, de rire, de sourire et de ressentir. Libre d'oublier et de m'effacer de la réalité. Libre d'être impulsive, libre de vivre. Libre.
Et tandis que je riais et courais, je n'avais que ces deux mots en tête: Courir. Liberté. Oui c'était cela. Je courrai après la liberté. Après la délivrance. Et je la tenais. Si je flanchais, je la perdrai. Je ne pouvais me le permettre.
A l'instant même où mon pied heurta une nouvelle fois le sol, je me mis à penser que je n'avais pas ressentie un bonheur pareil depuis bien longtemps. J'étais enfin libre de ressentir ce que je voulais. Et cela, je te le devais à toi. Merci Nicolas. Et même si je fus incapable de te le dire, euphorique que j'étais, le sourire que je t'adressai dû bien te le faire comprendre. Car je n'avais jamais vu pareil sourire depuis bien des semaines, voir même des mois, sur mon visage.

- C'est... nos organes vitaux... qu'on va finir... par exploser... si on continue...!

Mais impossible de s'arrêter. Impossible de tout lâcher. Cela faisait trop de bien. C'était comme un baume sur une plaie. C'était comme endormir la douleur pour que jamais plus elle ne nous blesse. J'étais complètement anesthésiée. Je me retrouvais. Je retrouvais ce plaisir que j'avais à courir. Je retrouvai ce bonheur que je ressenti d'être libre. Je retrouvai le souvenir de n'avoir jamais été coupable de quoique se soit. Je retrouvai qui j'étais vraiment, sans douleur ni faux-semblants. La course m'avait totalement libérée de ma culpabilité.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] 624485fgh
##   Mer 28 Oct 2015 - 3:52

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1267
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Ils allaient peut-être finir par se prendre un arbre d'aller aussi vite... Ou exploser, comme elle dit. En même temps, à lutter contre les limites de leurs corps, le temps et la vitesse, on peut s'attendre à ce genre de chose. Mais il arriva pas à trouver quoi dire à cette remarque... Bientôt trop essoufflé pour parler. Les échos de rire de Ludmila avait suffit à faire papillonner son palpitant un peu plus. Pas convaincu d'avoir bien fait, mais presque.

Il ajouta un peu de piment dans sa course effrénée... Se décalant légèrement du chemin, le longeant toujours mais zigzaguant parfois entre les arbres. Il dut bientôt sauter par-dessus des branches tombées des cimes, se rééquilibrer après avoir plongé de le pieds dans un trou caché par les feuilles, éviter les troncs, tout ça sans perdre le rythme qu'ils s'étaient imposé. C'était un peu fou, ou du moins, le meilleur moyen de se fouler une cheville... pour qui n'avait pas l'habitude de courir dans les bois.

Nicolas avait grandi dans ce que les citadins appellent communément : la campagne profonde. Le village était riquiqui, entouré d'autres villages encore plus riquiquis et même cet ensemble de hameaux riquiquis n'arrivaient pas à combler cette impression d'être perdu quand on y vivait. La plus grande ville était à cinquante kilomètres, tout droit dans une direction qui pourtant prenait tours et détours suivant les courbes des collines auvergnates. Le centre-ville était composé de HLM fait à la va-vite, plutôt petits, présents juste pour avoir l'air d'une ville peut-être, vu qu'ils étaient de toute façon à moitié vide. Autour de ça, des bâtiments comme le collège, le lycée, la mairie et la bibliothèque se noyaient dans les arbres des bois alentours ainsi que de la multitude de bars-tabac, seuls commerces florissants de la ville. Pour les autres, c'était fermeture après trois mois ou un an -pas plus- d'activité avant de laisser place à un courageux, rouvrant un même type de magasin, ne faisant pas plus de chiffres que le précédant.

Tout ça pour dire quoi ?... Qu'entre ce centre malfamé et les fermes, champs et prés tout autour, il y avait des bois et des forêts ; les planques parfaites des camés, les meilleurs endroits pour se faire de l'argent facilement, ainsi que pour se faire agresser loin des yeux de la police locale. Que c'était donc là-bas que Nicolas avait subi la plus grosse majorité de ses blessures, que c'était là qu'il avait appris à courir. Et c'est pas un nid-de-poule qui allait m'empêcher de sauver ma peau.

C'est un peu comme ça qu'il courrait alors, comme un pro du cross, l'air de subir un nouveau parcours du combattant, mais non pas poursuivi... C'est plutôt lui qui poursuivait quelque chose ardemment. Sauf qu'il oublia encore une fois qu'il n'était pas sur ses terres natales, et qu'il n'avait aucune fichtre idée d'où la fureur de ses jambes le menait... Il le vit sitôt qu'il sauta par-dessus un buisson de ronces... Un petit ruisseau avait créé un creux profond dans la terre, d'un peu plus de un mètre et demi et il s'écoulait joyeusement sans se douter qu'au-dessus de lui, Nicolas s'en trouvait bien désemparé. Il se réceptionna après le buisson, mais n'avait pas d'élan à prendre pour se jeter par delà le petit vide qui se présentait. Il se jeta néanmoins, car la poussée de sa course le forçait à le faire.

L'espoir se dessina sur ses traits tandis qu'il s'envolait -cette fois oui, c'était pas une formule littéraire- par dessus le ravin ridicule. Il se réceptionna de l'autre côté... et son corps se pencha vers l'arrière. :

-Eh merde !

Un p'tit "plouf" plus tard, Nicolas avait le cul dans l'eau claire. Essoufflé, à la recherche de repère, il remarqua qu'effectivement le chemin avait été garni d'un petit pont de bois, sans doute pour éviter ce genre d'accident... Bah voilà... Ca m'apprendra à vouloir me laisser aller comme ça. Pourtant, même mouillé, même épuisé par sa course, le sourire franc n'avait pas quitté son visage.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Mer 28 Oct 2015 - 17:19

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Ludmila Parker
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Mes pas résonnaient, accordés aux tiens, dans toute la forêt. Nos rires se mêlèrent et heureux, nous parcourions une distance qui n'en finissait pas. Nous étions insouciants et nous ne réfléchissions pas aux conséquences de cette course effrénée. Nous avions le sourire aux lèvres et le cœur prêt à s'arrêter. Nous n'avions pas peur de tomber. Nous étions libre. Nous volions.

Alors que nous courrions à en perdre la tête, tu dévias du chemin, courant parmi les fourrés. Branches, rochers, trous, bosses... Tu sautais par dessus, le sourire aux lèvres et le souffle court, tout comme moi. Je te rejoignis, oubliant un instant que je risquais une cheville à ainsi m'amuser.
Comment avais-je pu oublier cette sensation? Pourquoi ne l'avais-je pas retrouvé avant? Pourquoi avais-je oublier combien courir m'importait?

Plus je courais, plus je ressentais la liberté. J'étais libre de toutes attaches. Je ne pensais plus à Blue. Ne pensais plus à mon père. Ne pensais plus à Rin. Ne pensais plus à rien. Je n'avais rien perdu. N'avais rien gagné. J'avais oublié. J'étais amnésique, pour un instant. Je levai la tête vers le soleil un cours instant puis me piquai un sprint, te dépassant. Je sautai par dessus un ruisseau, me téléportant au dernier moment pour éviter de finir dans l'eau. Je n'eus pas le temps de t'avertir que déjà...

-Eh merde !

Et je vis ton corps basculer en arrière, jusqu'à t'entendre tomber dans l'eau froide. Ouuuuuh ça devait pas être bien agréable. Quand je compris que tu n'avais rien de plus que le pantalon trempé, un rire amusé m'a secoué, et je t'ai tendus la main, mort de rire. Tu avais l'air d'un gamin à ainsi patauger.

- T'aurais dû voir ta tête quand tu es tombé!

J'arrivais pas à m'arrêter de rire tant le bonheur de courir mêlé à ta chute me procurer un apaisement et une bonne humeur non dissimulés. C'était bon de ne pas réfléchir. De seulement se lâcher, sans penser un instant à l’après. A demain.

Une fois calmée, je repris mon souffle et bus une gorgée de ma bouteille. Mes muscles me suppliaient de rentrer immédiatement et doucement. Je ne pouvais les écouter. Cela faisait bien trop de bien. Bien trop longtemps j'en avais été privé. Je souffle un coups puis me redresse.

- T'as un sacré rythme quand même.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] 624485fgh
##   Mer 28 Oct 2015 - 20:20

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1267
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Il tapota l'eau du plat de ses mains, pataugeant bel et bien, avant de frotter le bas de son dos. La chute, comme le sol, fut dure. Il allait sans doute se balader avec un bleu aux fesses... Heureusement qu'il n'y a que moi qui peut les voir... Pourtant, la douleur ne valait rien comparé à l'éclat du rire franc de Ludmi, et il ne put s'empêcher de glousser un peu bêtement. A ce moment, il n'avait pas besoin de plus... Entendre le rire aussi joyeux de quelqu'un lui faisait un bien fou, car cela s'était rarement présenté à ses oreilles.

Il se leva, se saisit de la main offerte et bienvenue, et entreprit de se sortir du pétrin... enfin, du ruisseau. Ça pour sûr que je devais avoir une tête pas possible. Il sourit de plus belle. :

-T'sais, ma tête c'est déjà une sacré blague de base alors... oh ?!

Il n'avait fait qu'un pas, et pourtant le bruit le surprit instantanément. Qu'est-ce que ?... Ses baskets qu'il avait acheté ici ne faisait pas ce bruit-là d'habitude... Il tenta de nouveau de marcher. *Floc, floc* Ayé, je fais floc. Écartant les jambes à la sensation désagréable d'humidité qui s'insinuait au travers de ses chaussettes, lui chatouillant les orteils, il avait l'air d'un Chaplin à la dérive... la moustache et le talent en moins. :

-Bah tiens ! C'est le pompon qui fait déborder le vase !

S'emparant de l'arrière de son jogging, il ne put constater le dégâts qu'avec le toucher. Eeet une situation bizarre de plus ! Une ! Faut dire, entre les balançoires et les ruisseaux, faut croire que le monde extérieur avait une dent contre lui. Il aurait bien retiré son maillot pour essorer le bas, il n'était pas pudique, mais il avait pas envie de faire subir ça à Ludmi... Alors il fit ce qu'il peut en sautant sur place, rafraîchit par le froid contre lui, évitant autant que faire se peut de tremper Ludmi en se secouant dans tous les sens.

Elle lui offrit le compliment qu’il lui réservait, vu qu’elle semblait bien plus douée à la course qu’il ne le serait jamais… Mais il lui sourit, content d’avoir pu le surprendre quand même dans ce domaine. :

-Toi aussi ! Mais ça, je te l'ai déjààà... aaah... il lui tourna le dos d'un coup et... ATCHAAAA !

Suivant son éternuement, il créa une gerbe électrique qui lui donna un frisson le long du dos, tout autant que le froid. Ses cheveux s'agitèrent quelques secondes avant qu'ils ne redeviennent immobiles, quoique plus ébouriffés qu'à l'accoutumé. 'f... 'fait froid. Entre le changement de température au moment de la course et la rencontre avec l'eau, et maintenant au contact de l'air libre de l'automne, il tremblaient de haut en bas. :

-J'crois qu-qu'il faut... Que j'rentre.


Je te rattraperai ! [Ludmi !] Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Je te rattraperai ! [Ludmi !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Forêt.
Aller à la page : 1, 2  Suivant