Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
I'm lost in my mind sometime but you're here to take me out
#   Sam 31 Oct 2015 - 19:03

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1113
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Elle grimace et je retiens un soupire. C'est encore sensible. Ca m'agace un peu qu'on ait pas pu en reparler depuis. Je crois qu'elle aussi en a besoin. Elle a surement des questions à me poser. J'aimerais aussi lui demander où elle était quand elle est partie cet été. Mais j'attends. On devrait parler de ça après. Si elle se barre pas avant. J'expire bruyamment, me reconcentre. Je tiens pas à me prendre trop de coups quand même. J'acquiesce dans sa direction. Je suis sûr qu'elle s'amuse à faire ça en vrai. Sadique va.

-On dirait vraiment que ça t'amuse. Sadique.

Je me concentre et elle recommence à décompter.Aller encore une fois. Le processus est plus facile quand on a déjà réussi. Je vois plus facilement mes cibles. Le décompte me met la pression. Je soupire un peu, soufflant entre mes dents, et enflamme les billes. Il y en a plus et j'en laisse échapper encore trois. Je me baisse au dernier moment pour les esquiver et lui lance un regard amusé.

-Tu caches quoi derrière ton dos Princesse ?~

Je l'ai senti très brièvement en ciblant mais elles étaient trop loi je pense pas les avoir brûlé. Mais je les ai vu quand même. C'est étrange comme sensation. J'ai pas l'habitude de faire de la perception pourtant... Enfin le Marionnettisme devrait m'aider pour ça. Je souffle doucement.

-Bon une dernière fois ? Après j'arriverai plus à bouger à force de me faire frapper.


#   Sam 31 Oct 2015 - 19:48

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1266
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Un rire m'échappe. Parfait, il les a presque toutes eues, même s'il reste celles dans mon dos et que trois de celles qui flottaient autour de lui se ruent sur lui pour le frapper. Plusieurs fois. J'ai dit qu'on augmentait la difficulté, hein ! C'est de sa faute, c'est lui qui a envie de se faire laminer. C'est ce qu'on appelle communément du masochisme.

— Mais non, ça ne m'amuse pas voyons~ Et je ne cache rien, voyons.

Pour ça que je ris, évidemment. Je lui offre un sourire, encore, mets mes mains dans mon dos. Je continue à m'appuyer d'un pieds sur l'autre. Maiiis. Il veut pas faire autre chose ? Je m'ennuie moi. Je m'ennuiiiie. Je peux juste le frapper avec des petites billes de rien du tout, ça c'est horrible ! Mais bon... Je soupire, hausse les épaules.

— Bon, bon. Une dernière fois, hein ? Dernière ! Cette fois... Débrouille-toi pour jouer à cache-cache, tiens.

Sur ce, une vingtaine de bille flotte juste devant ses yeux, avant de s'éparpiller partout dans la salle, se cachant dans tous les recoins. Il va sûrement devoir se déplacer pour avoir certaines.

— Allez, je compte jusqu'à quinze !

De nouveau, je commence le décompte.

— 15... 14... Allez Huo, si tu y arrives pas, fais attention à toi~ 13~ 12~

Là, je veux bien qu'on dise que j'ai un petit problème mental. Pendant ce temps, je créé des arabesques entre mes mains et joue avec. On fait comme on peut pour s'occuper tranquillement. Un regard en direction d'Huo et je souris. Comme je suis méchante.



Je vole en #F54759
#   Sam 31 Oct 2015 - 22:57

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1113
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Mais comment ça elles reviennent. Aïe. Je me courbe un peu en grommelant quand les billes reviennent vers moi. Tch, et après elle dit qu'elle est pas sadique hein. Je lui tire la langue. Tu verras toi, je me vengerai, nah.

-Ouais ouais on dit ça hein. On me la fait pas à moi.

Aller une dernière fois. Je me concentre encore. Ok... J'ai quinze secondes pour toutes les trouver. Il faut que je cherche son énergie, pas son mouvement. Je peux les sentir si je me concentre. Il faut que je perde moins de temps, dès que j'en sens une je l'enflamme. Une, deux... Je les compte. Elles sont trop loin je ne les vois plus. Je me met à courir dans la salle, en mode automatique pour parcourir le plus de surface possible. Dix, onze...

J'ai du mal à tout faire en même temps, ça commence même à me faire mal au crâne. Encore 5 secondes et je n'en suis qu'à seize, dix-sept. Je cours vers le fond de la salle, passe derrière Aoi. Deux billes s'enflamment à ma droite au fond. Fin du décompte. Je sens la dernière qui arrive sur moi depuis l'autre bout de la salle et elle brûle alors qu'elle arrive à cinq mètres de moi. Je soupire de soulagement et me plie en deux, les mains sur les genoux.

-Fini. Tain j'ai mal au crâne maintenant avec ces conneries.

Je souffle un peu. Je suis content quand même. Pour quelqu'un comme moi qui n'est pas cérébral du tout je m'en tire pas si mal. Enfin ça confirme que je serais jamais un sur doué en perception. C'est pas moi qui arriverait à me repérer grâce à la chaleur.

-J'ai le droit d'avoir un câlin pour avoir réussi quand même ?

Oui je suis sans gêne. M'en fous je l'ai mérité.


#   Sam 31 Oct 2015 - 23:28

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1266
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

C'est drôle de le voir courir dans toute la salle comme ça... On dirait vraiment que sa vie est en jeu, en fait. Il se prend toujours bien au jeu, quand on lui pose des défis. Ce qui n'est pas plus mal, mais qui pourrait lui causer quelques soucis à l'avenir, je crois. Enfin bon... Huo est un grand garçon. Parfois j'oublie un peu qu'il est plus âgé que moi ; certainement parce qu'il fait tout pour me faire oublier notre différence d'âge ? Il sait que je me sens toujours mal à l'aise, parce que je suis moins expérimentée que lui sur... beaucoup de plans. Bref. N'en parlons pas, ou je vais encore rougir comme une idiote. Je sais que vous aussi vous y avez pensé, chut, chut, chut.

Finalement, une seule de mes billes commence à se diriger vers lui à toute vitesse et il la fait brûler en moins de deux. J'ai un sourire amusé alors que j'applaudis.

— Bravo, tu vois que tu peux le faire !

Il se tourne vers moi pour me demander s'il peut avoir un câlin et je me lève, me mets à sa hauteur pour effleurer son nez du mien.

— Je ne sais pas, j'hésite. Tu as triché après tout, tu as fait brûler la dernière après mon zéro...

Puis je dépose un baiser léger sur ses lèvres, lui lançant un joli sourire, et m'approche encore pour l'enlacer doucement. Ma tête se pose naturellement sur son épaule et mes yeux se ferment.

— C'est triste, tu vas vraiment me laminer le jour où tu passeras Master, je lance en riant. Je ne pourrai plus te martyriser.

C'est une vraie tristesse, en même temps qu'une fierté, je crois. Disons que... je suis heureuse de pouvoir me défendre seule. Le jour où il évoluera encore, je serai à nouveau tout derrière... Et ça me déprime un peu, j'admets. C'est ridicule, mais... je n'ai pas grand-chose pour moi. Et je ne veux pas être une potiche en arrière-plan. Même si honnêtement... c'est un peu ça, hein. Enfin bon. Il y a encore le temps, pas vrai...? Je veux dire... même s'il passait Master, il n'y a rien qui changerait, de toute manière, non ?

Un soupir m'échappe. Je ne lui dirai pas, mais je suis désolée de ne pas avoir été là.

— Allez, viens, je dois te soigner ces vilains bleus avant qu'ils ne te mangent.



Je vole en #F54759
#   Dim 1 Nov 2015 - 0:12

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1113
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je ris doucement, pose mes mains au creux de ses reins alors qu'elle se blottit contre moi. J'ai encore envie de l'embrasser. Je caresse son dos lentement. Je sens son souffle contre mon cou et je frissonne un peu.

-Il va bien falloir Princesse. J'en serais surement pas là sans toi tu sais.

Toutes ces heures à s'entraîner... C'est aussi grâce à elle. Cette envie de la dépasser, de la rendre fière comme maintenant. Je le fais pas que pour moi. J'ai aussi envie qu'elle me regarde avec ce sourire, ce pétillement dans les yeux, qui me dit qu'elle trouve ça... Bien ? Je ne sais pas. A une époque je m'en serais foutu. J'ai jamais vraiment accordé d'importance à ce que les autres pensent de moi. Mais elle c'est différent. J'ai pas envie de lui faire peur, de la dégoûter. Je veux juste qu'elle m'aime. Et c'est surement stupide, mais pour ça j'essaye d'être meilleur ? De paraître meilleur que ce que je suis surement. C'est quand même moi. Une version édulcorée.

Je ris doucement et m'assois par terre en tailleur, l'entraînant sur mes genoux. Bon heureusement qu'il n'y personne d'autre hein. Pas que ça me dérange de tomber la chemise vous me direz, mais bon si je peux éviter de montrer mon dos à tout le monde ça me convient aussi. J'ouvre ma chemise lentement et la fais glisser sur mes épaules pour l'enlever.

-Fais toi plaisir aller. Je sais que t'en meurs d'envie, je fais en rigolant.

A ne pas sortir de son contexte bien sûr. Puis bon elle peut dire ce qu'elle veut je sais qu'elle aime me mater. Elle fait juste semblant quand je regarde pas. Trop gênant peut-être ? Je suis pas pudique pourtant. Limite ça me dérange pas de me balader à poil dans ma chambre fenêtre ouverte en été. Bah quoi ? Je vois pas qui ça dérange hein. C'est ma chambre. Si quelqu'un me voit c'est qu'il a fait exprès de regarder. Puis ce serait con de priver le monde de la vision de mon corps parfait. Voilà. Je l'embrasse au coin des lèvres doucement.

-Tu sais, quand je dis que je te dois beaucoup je le pense. J'ai pas envie que tu te sentes inférieure ou quoi que ce soit à cause de nos pouvoirs. Moi je m'en fous. C'est pas ça l'important.


#   Dim 1 Nov 2015 - 0:58

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1266
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Rester là, dans cette position... Ca me ferait tellement de bien. Je frissonne pourtant lorsqu'il me dit que c'est grâce à moi, et j'ai envie de sourire avec amertume. Je n'ai pas été là, et il me remercie ...? Parfois, j'ai du mal à le comprendre. Parfois, je ne comprends pas sa logique. Je garde les yeux fermés, douloureusement. Me serre un peu plus contre lui pour profiter de sa chaleur corporelle. Sa main glisse dans mon dos doucement, et je me surprends à soupirer. Finis par m'écarter de lui lorsqu'il s'assoit sur le sol, rit doucement en me laissant entraîner. Je m'installe sur ses genoux confortablement, l'aide à enlever sa chemise en souriant en coin. Mes doigts effleurent sa peau, et je trouve sans difficulté les endroits où il s'est pris des coups. Rien de très douloureux en soi, mais assez embêtant j'imagine. Un juste ici, sur le torse. L'autre dans son dos, ici. Il a un nœud au niveau des épaules, aussi, et je réchauffe l'endroit pour le dénouer avec une moue à la fois douce et concentrée. J'ai un sourire tordu en effleurant son épaule, à l'endroit de sa cicatrice. Mon pouvoir s'active de lui-même.

— C'est toi qui en meurs d'envie, tu parles, je souris, amusée.

Il dépose un baiser au coin de mes lèvres et je le lui rends doucement.

— Hm, m'oui. Sûrement, j'élude.

Un temps passe durant lequel je m'efforce de me concentrer sur lui pour l'inspecter, mais lorsque plus aucun point douloureux n'est détecté par mon pouvoir, je ne peux que me rendre à l'évidence ; ça ne sert à rien de faire semblant de chercher. Je glisse néanmoins deux doigts contre sa tempe et active mon pouvoir ; il m'a dit commencer à avoir mal à la tête.

— Tu devrais boire tout à l'heure. De l'eau, ça te fera du bien, souris-je. Pour ta tête.

Avant que mon sourire ne fane.

— Tu sais, peu importe ce que tu me diras. Je me sentirai toujours à des kilomètres de toi. Mais dans un sens... le boulot me permet de me sentir un peu utile. Un jour, on aura plus de pouvoirs, et je redeviendrai une personne totalement... insignifiante. Il faut juste l'accepter...

Nouveau sourire, plus neutre. Je l'embrasse brièvement, fais un geste pour me relever.

— Huo, je suis désolée mais... J'ai passé un super moment, mais il faut vraiment que je me remette au boulot, je lâche avec un soupir à fendre l'âme. On peut toujours manger ensemble après, ou... Je sais pas... Mais ça peut être chouette, non ?



Je vole en #F54759
#   Dim 1 Nov 2015 - 1:22

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1113
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je frissonne un peu, l'air est quand même frais et je me suis échauffé à courir partout. Ses mains sont un peu fraîches sur ma peau mais c'est agréable. Elle défait les points douloureux et c'est très agréable quand même. Je frémit quand elle glisse ses doigts sur ma cicatrice. Je devrais retourner à l'infirmerie de temps en temps pour checker en fait. Mais j'ai la flemme et elle ne me fait plus mal.

Je soupire doucement quand elle détourne un peu la conversation par une réponse évasive. Pourquoi doit-elle toujours se sentir inférieure ? J'ai pourtant pas l'impression de faire quoi que ce soit dans ce sens. Je veux dire, j'ai quand même 4 ans de plus qu'elle c'est normal d'avoir un peu plus... D'expérience ? Je crois. Je soupire doucement et ferme les yeux alors qu'elle glisse une main vers ma tête. Ca me fait du bien j'avais un peu mal.

-Oui oui, t'en fais pas.

Je pince les lèvres, m'apprête à répondre mais elle enchaîne sur le fait qu'elle doit partir. Je fronce les sourcils, vois rouge. Je lui attrape le bras doucement pour l'empêcher de se lever. J'ai pas envie qu'on se dispute maintenant mais merde quoi.

-Je pensais qu'on passait un bon moment Aoi. Une fois tu pourrais pas juste... Une journée ? Depuis la rentrée on se voit plus qu'en coup de vent.

Je suis amer, un peu déçu aussi. Marre. On était bien là. Quel besoin elle avait de tout casser comme ça ? C'est pas dix minutes de plus qui vont la tuer putain. Au moins... Je sais pas. Je voulais aussi parler de ça, pourquoi pas. Mais non. C'est toujours plus important que moi, que nous.

-J'suis pas exigeant, j'pense que j'ai même été super patient. Mais merde quoi ! Je pensais que même si tu devais bosser après cet été on aurait quand même du temps pour nous. J'ai pas non plus envie de passer une année entière à attendre que t'ai le temps de me voir et de parler.

Je sens l'agacement qui monte. Je ne crie pas. Je suis juste très énervé. Froidement. Cette situation me pète les couilles pour le dire franchement. Et ouais quand je dis "cet été" j'inclus beaucoup de choses. Ca va du voyage en Australie à ce qui s'est passé après et ça inclue son voyage en France. Elle ne m'a rien dit. Et j'en ai ma claque d'attendre qu'elle ai du temps. Elle sait parfaitement de quoi je veux parler.


#   Dim 1 Nov 2015 - 18:54

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1266
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Peut-être que j'aurais dû me taire, finalement. Lui qui me dit toujours que je dois m'ouvrir, lui dire quand je veux quelque chose, qu'il faut que j'arrête de me taire. Là, j'ai l'impression d'être allée trop loin, que si j'avais ajouté un mot de plus j'aurais été blessante, alors j'ai pris la décision de me rétracter, de fuir. Ce n'était pas la bonne, une fois de plus. Combien de fois encore je vais devoir subir ce regard soudainement agacé qu'il me lance, cette moue de colère qui tord ses lèvres ? Il ne hausse pas le ton, mais c'est tout comme. Ses reproches constants me font mal. On ne peut pas vivre comme ça, en ayant quelqu'un qui nous reproche toutes les décisions que nous prenons. Je ne pense pas qu'elles soient mauvaises, ces décisions ; elles sont difficiles à prendre, difficiles à vivre.

Mon visage s'assombrit et je baisse les yeux vers le sol alors qu'il me retient. On passait un bon moment ? Tout ce que j'ai fait, c'était te faire apparaître des billes à enflammer. Toi ça t'a fait plaisir, tant mieux ; moi aussi, j'ai ri. Mais maintenant, il faut que je parte, et que je me remette au travail. Je t'ai dit qu'on pouvait manger ensemble, ça me permettrait de plancher juste une heure de plus sur mes cours, ça me suffirait, ça suffirait à atténuer mon angoisse et ma culpabilité. J'aimerais pouvoir le lui dire, mais les mots ne sortent pas. À la place, je me contente d'encaisser.

— Je sais que tu as été patient, et je suis désolée pour cette situation, d'accord ? Mais j'ai accumulé trop de retard, mes examens sont la semaine prochaine- comment est-ce que tu veux que j'arrive à rester sereine dans ces moments-là ? Moi aussi j'en ai marre Huo, qu'est-ce que tu crois ? Que tu es toujours le seul à en avoir assez, à attendre impatiemment les moments où on va pouvoir se voir ? Mais je suis fatiguée, je suis fatiguée ET stressée, j'arrive pas à me concentrer. Tu me manques aussi, tu me manques tellement, mais moi te voir une petite heure ça suffit à mon bonheur. C'est peu, mais ça me suffit. C'est sûrement égoïste mais je ne peux pas faire autrement.

Je dégage mon bras, me relève et détourne les yeux, incapable de le regard. Mon cœur bat trop vite. Je m'humecte les lèvres pour essayer de reprendre contenance, mais ça ne marche que difficilement. Des mots de colère me tournent dans la tête, et mes yeux brillent légèrement, sûrement humides, un peu. Je relève la tête vers lui, le fixe dans les yeux.

— Tu vois Huo, ce que tu ne comprends pas, c'est que tu m'angoisses. Je fais pas beaucoup d'efforts, mais j'ai... j'ai même pas le temps de vivre, tu le comprends, ça ? J'ai même pas le temps de vivre... J'aimerais pouvoir te donner tout le temps que tu veux, tout le temps que tu souhaites auprès de moi, mais ce temps il existe pas, les journées ne font pas 30h. Moi aussi, je suis triste. Je fais ce que je peux pour te voir, le plus possible, mais c'est déjà trop. Je vois plus mes amis, ma meilleure amie va me détester parce que je ne suis pas là pour elle, mon meilleur ami est en cure de désintoxication et je n'ai même pas le temps d'aller le voir, j'ai même pas l'énergie de penser à lui, ni de me demander s'il va bien, sinon je me mets à pleurer pendant des heures. Et c'est encore du temps de gâché.

Mes lèvres se pincent, je renifle et me frotte les yeux. J'essaie de ne pas pleurer en y repensant. Peut-être que je suis dure, mais je suis au bout du rouleau. Mes nerfs sont à vif. Je ne sais pas comment je vais continuer à tenir le coup. Tout est trop compliqué. J'aimerais que ce soit plus simple...

— Je sais que je suis nulle. Je le sais, d'accord ? Tu me le répètes à chaque fois qu'on se voit. "Tu pourrais pas lâcher tes cours ?", "Allez, cinq minutes, ça va pas te tuer"... Ça me blesse. Tous les jours, ça me blesse. Parce que je passe ma vie à réviser et que j'ai plus aucun loisir. Toi tu trouves peut-être le temps long parce que tu t'occupes simplement du journal, mais je dois jongler entre l'hôpital, les révisions et trouver du temps pour respirer entre. J'ai AUSSI besoin d'être toute seule parfois, j'ai AUSSI besoin de pouvoir me trouver du temps. Pour moi, pour souffler. Avec toi aussi, et j'en ai envie. Mais pour moi aussi. Je t'aime Huo, je t'aime vraiment. C'est de ma faute si on est là. Mais je suis fatiguée. Je veux juste que cette année se termine.

Mon sang bat à mes tempes et je sens une migraine poindre, parce que je me retiens trop de ne pas exploser. Pourtant, j'ai l'impression que je l'ai déjà fait. Que je suis allée trop loin, sans doute. Mais la vérité, elle est aussi là. Je me recule, me passe une main sur le visage en sentant mes épaules tressauter légèrement. Il faut que je me taise.

— Ça ne peut plus continuer comme ça Huo, je vais plus pouvoir supporter ces reproches à longueur de temps. Je ne laisserai pas tomber mes études. Je ne laisserai pas tomber le travail à l'hôpital non plus. Alors maintenant, il faut que tu acceptes que ça dure comme ça encore... quelques mois, juste quelques mois, s'il te plaît. Après ça ira mieux.

Je prends une longue inspiration. Longue et douloureuse inspiration. Ma voix tremble, quelques larmes m'échappent et je les efface d'un geste fébrile. Je repense à ce qu'il m'a dit. Je me mords la langue pour ne pas reprendre la parole. La pression ne suffit pas. Je parle. Et je regrette.

— Mais si tu n'acceptes pas, si tu n'es pas prêt à accepter, alors laissons tomber. Parce que moi aussi j'en ai assez. Ça ne marche pas. Tu vois que ça ne marche pas. Tu n'es pas exigeant. Alors tu trouveras sans doute mieux. Plus disponible.



Je vole en #F54759
#   Dim 1 Nov 2015 - 19:52

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1113
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je ne dis rien. Je la regarde juste me déballer son mal être, ses angoisses. Et je ne dis rien. Qu'est-ce que je pourrais dire ? Que je m'excuse ? Ce serait faux de dire que je regrette. Je pensais chaque mot. Je n'ai même pas mal de la voir comme ça. Je suis trop agacé, trop en colère. Rétrospectivement je sais très bien que j'aurais des regrets. Mais sur le moment là je m'en fous.

Malgré ce que j'en dit j'ai jamais été très patient. Si je l'étais je pense que je serais pas aussi agacé par cette situation après seulement deux mois. Ce qui me fait le plus mal c'est surtout de voir à quel point je passe après le reste. C'est accessoire. Je suis là si elle a le temps. Tout ça me fatigue.

Alors oui sur le coup je m'en fous de la voir se retenir de pleurer nerveusement. Je me fous de tout. J'ai jamais su gérer les émotions des autres. J'ai jamais appris à comprendre, à compatir. Et certes il y a certaines choses que j'arrive à conceptualiser. Mais je suis un égoïste. Un connard et un insensible. C'est pas nouveau. Et là j'ai pas envie de la réconforter ou de lui dire que je comprend et que je pardonne. Parce que je ne suis pas comme ça.

-C'est ça qui m'énerve tu vois. Tu n'as pas vraiment essayé. Tu t'es dit que tu n'y arriverais pas et partant de ça tu as baissé les bras sans aller jusqu'au bout.

Mon regard est juste froid. J'ai fermé la porte brutalement. Et elle a claqué d'autant plus fort qu'elle était grande ouverte. Il reste juste un courant d'air glacial.

-J'ai fait énormément d'efforts aussi pour en arriver là. Et je suis prêt à accepter beaucoup. Mais pas de passer après tout le reste. Alors ne me dit pas que j'ai beaucoup de temps libre parce que je ne fais que le journal. Si j'ai du temps en journée c'est parce que je passe mes nuits dessus Aoi. Parce que je ne dors pas plus de 4h par nuit les jours où j'ai de la chance.

Je n'ai pas envie de lui dire ça. Pas comme ça. Mais j'avais besoin d'elle. Vraiment. Mais je suis trop fier pour le demander. Et elle le savait. Mais elle n'avait pas le temps. Autant dire qu'elle s'en foutait.

-Alors oui. Je peux te soutenir. Mais jusqu'à un certain point. Ca ne marche pas que dans un seul sens. Si tu n'as pas non plus le temps pour moi quand j'en aurais besoin il vaut mieux laisser tomber.

J'ai jamais été doué pour les ruptures.


#   Dim 1 Nov 2015 - 21:53

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1266
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Il ne comprend pas. C'est la première chose qui me vient à l'esprit. Mes yeux se ferment. Je tremble un peu. Il ne comprend pas. Ou peut-être que c'est moi qui ne veux pas comprendre ? Peut-être que c'était de ma faute ? Parce que je n'ai pas... essayé ? J'ai l'impression d'avoir essayé, pourtant. Mais j'ai surtout l'impression d'avoir coulé. Comment est-ce qu'on en est arrivés là, au juste ? Tout se passait bien, avant... Ou sûrement est-ce seulement ce que j'ai envie de croire. Je ne sais pas, je ne comprends plus non plus. Tous ces mots, tous ces reproches. Mes larmes coulent et je ne les arrête pas, mon visage n'est même pas crispé par la douleur. Il est simplement abattu par la lassitude et la fatigue, la tristesse. C'est vague, c'est vide.

J'aurais aimé lui dire qu'il ne passera jamais après tout le reste, parce qu'en même temps, ce n'est pas le cas, et pourtant, c'est aussi ce qui arrive. Ne pas savoir doser, être incapable de faire les choses correctement. J'aimerais. J'aimerais tellement. Pourquoi est-ce que je n'y arrive pas, parce que je suis trop idiote pour ça ? Ou est-ce que ce n'est pas simplement de ma faute ?

Je prends les reproches, les uns après les autres, et cette fois, je ne les encaisse pas. Chaque phrase est une gifle, chaque mot prononcé me fait mal. Il me dit tout ça maintenant, mais il ne l'a jamais dit auparavant. Pourquoi il ne dit jamais rien...

— Pourquoi tu ne viens jamais me voir, quand tu vas mal ? je prononce malgré un sanglot. Tu sais très bien que je suis là pour toi... Tu sais très bien que si tu en as besoin, je suis là ! Je pensais te l'avoir suffisamment montré ! Pourquoi est-ce que tu attends qu'on en arrive à ce point pour me le dire ? Ce n'est pas de la patience ou de la compréhension, c'est de la bêtise !

Mon bras se serre autour de mon ventre et je me plie légèrement pour tenter de reprendre mon souffle, dévastée. Ma respiration est difficile, j'ai l'impression que quelque chose se bloque dans ma gorge. Mes yeux se ferme, mon autre main se plaque sur mon visage, comme pour me forcer à retenir les sons qui pourraient m'échapper. Cette fois, mes traits sont tirés. Tout mon corps me fait mal. Je ne voulais pas pleurer devant lui. Je ne voulais pas pleurer devant lui, mais ça fait tellement mal...

Comment arranger les choses ...? Comment ? Impossible. Je ne veux pas... Je ne veux pas... Mais peut-être que c'est mieux comme ça, que c'est mieux pour lui, que c'est mieux pour moi ...? Je n'y crois pas. Huo, dis-moi que c'est une mauvaise idée, dis-le moi...

Lentement, je relève des yeux embués vers lui. Il ne bouge pas. Il n'a pas bougé. Son regard, je ne l'aime pas. Il me fait trop de mal.

— Laisse tomber, j'articule difficilement entre deux hoquets. T'as plus d'obligations. J'espère que ça t'aidera à retrouver le sommeil.

Puis je me retourne, attrape mon sac en tentant de garder un air digne. Mais je ne vois rien, me repère grâce aux vibrations de l'air autour de moi. C'est pitoyable. C'est pitoyable. C'est pitoyable.

La porte ne m'offre même pas un semblant de délivrance. Plus je m'éloigne de la salle, plus je sens mon cœur étouffer. Peut-être que c'est moi qui étouffe. Ma gorge est serrée, ma respiration ne veut plus se régulariser. Tachycardie. J'ai un nouvel éclat de douleur à la tempe, et loupe une marche dans les escaliers. Peut-être que j'ai simplement glissé.

J'atterris sur le sol et éclate en sanglots bruyants, les épaules secouées. Non. Non, non, non, non. Non, ne me laisse pas. C'est injuste. C'est injuste... Ne me laisse pas toute seule...

Des pas dans les escaliers. Ce n'est pas Huo.

— Hé, Aoi ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Aoi ?

J'entends à peine ce qu'on me dit. Reconnaît difficilement la voix. Sens une main se poser dans mon dos, et une sur le sommet de mon crâne. Mes pleurs redoublent encore. Laisse-moi. Laisse-moi.

Le Master n'ajoute rien. Il se contente d'apaiser ma peine de son pouvoir détestable, m'aide à me relever et pour finir de descendre les escaliers. M'escorte jusqu'à chez moi sans rien dire. Silencieux.

En m'effondrant sur mon lit pour me rouler en boule, ce midi-là, je ne pense plus qu'à une chose, une pensée qui tourne en boucle, obsédante.

C'est de ma faute.



Je vole en #F54759
#   Dim 1 Nov 2015 - 22:50

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1113
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je crispe mon poing, détourne les yeux un peu pour fixer un point derrière son épaule. Je n'ai pas envie de voir ça. De la regarder se prendre juste une claque en plein gueule. Que je lui ai donné. Je ne regrette pas vraiment. Comment on en est arrivés là ? Je pensais qu'on avait dépassé ce stade. Que je n'avais plus... Je pensais qu'elle aurait compris depuis le temps. Je ne demande pas d'aide. Jamais. Ce n'est pas de la patience ou de la compréhension non. De la bêtise peut-être. C'est surtout de la fierté mal placée.

-Tu n'avais pas le temps, je lâche sèchement.

Elle hoquette, se plie en deux. Je ne bouge pas. J'aurais préféré qu'elle m'insulte. Mais je suis juste tellement fatigué. Je soupire doucement. Des obligations... Elle pense vraiment que je le vois comme ça ? Que je me sens forcé moralement de la "supporter" ? C'est pas ça qui m'empêche de dormir non. Je ne réponds pas. J'ai essayé de parler avec elle. Chaque fois que la conversation allait dans ce sens là elle finissait par tourner court. Pas le temps.

Elle attrape son sac et sort de la salle en titubant à moitié. Je reste planté là. Je regarde le vide. J'ai envie de hurler. De rage, de frustration. Je ne sais pas bien contre qui je suis en colère. Moi ou elle. Je veux juste...

Je me lève et vais chercher un sac de frappe. En mode automatique. Je frappe dedans, sans mesure. J'ai juste besoin de penser à autre chose. De voir autre voir que- Je frappe encore. Un poing après l'autre. Aveuglément. Mais je ne vois plus rien. J'ai la vue brouillée et les mains en sang. Les jointures écorchées par les coutures du sac en toile. J'ai mal.

Pourquoi j'ai mal ?


#   
Contenu sponsorisé

 

I'm lost in my mind sometime but you're here to take me out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3