Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Un morceau de papier pour laisser les maux s'écouler [PV Nico]
#   Mer 28 Oct 2015 - 1:24

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 395
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Il y avait bien longtemps que Tahia n'était pas retournée dans la bibliothèque de Terrae, elle qui pourtant aimait cet endroit, que cela soit pour le puits de savoir que ce lieu renfermé ou tout simplement pour le silence, ce dernier étant uniquement rompu par le froissement du papier lorsque quelqu'un tournait les pages d'un livre, le griffonnement d'un crayon sur une feuille ou les murmures discrets que s'échangeaient certaines personnes afin de ne pas troubler la concentration de chacun. Non vraiment, la jeune fille se demandait pourquoi certains rechignaient à l'idée de rentrer dans une bibliothèque là où ce lieu était plus que reposant et était idéal pour lire en toute tranquillité ou pour faire ses devoirs. Certes, l'adolescente aurait pu faire cela dans sa chambre, cela aurait même été plus pratique pour être réellement tranquille mais pour une fois, elle ressentait le besoin d'avoir une présence humaine autour d'elle, sans qu'il y est forcément besoin qu'elle parle avec quelqu'un. Il est assez étonnant que la brune veuille encore rester auprès d'autres personnes après les vacances qu'elle avait passées et qui avaient bien fini par la convaincre que Terrae était un asile de fous! Du moins, si elle exceptait la croisière qui avait tourné en un véritable fiasco, le reste des vacances avait été excellent, entre la sortie au zoo et le voyage à Québec, la jeune guérisseuse n'allait pas se plaindre et considérait que ces quelques jours pouvaient être considérés comme mémorables. Depuis le temps qu'elle se trouvait dans l'institut, elle n'avait pas vraiment eu de vacances donc autant dire que cela avait été une bénédiction que de pouvoir partir ainsi.

Elle qui n'avait jamais voyagé jusqu'à présent, Tahia se disait que finalement, être venue à Terrae avait ses bons et ses mauvais côtés et bien que pour le moment, elle penchait sur le côté positif, l'étudiante n'était pas naïve pour savoir que l'institut pouvait aussi avoir ses défauts. Quoiqu'il en soit, la brune avait laissé ses réflexions et avis sur Terrae de côté et s'était de nouveau plongée dans les cours. Comme dit précédemment, elle aurait pu travailler dans sa chambre à l'institut mais l'idée ne lui avait pas tellement plu, de même qu'elle aurait pu le faire à l'extérieur, l'absence de nuages dans le ciel et la température encore agréable étant deux facteurs qui auraient pu la convaincre d'aller s'installer sur un banc ou sur une table. Sauf que là encore, l'adolescente savait que dès qu'elle serait dehors, elle serait facilement déconcentrée à cause du vent, étant donné qu'elle serait capable de suspendre, voire d'arrêter totalement, son travail afin d'écouter le murmure du vent et d'y répondre par une mélodie. Elle ne pouvait donc pas choisir cette option et dans aux vues des autres choix possibles, une seule solution lui était venue à l'esprit: la bibliothèque. Là-bas, au moins, elle pourrait se concentrer un minimum sur ses devoirs et au plus tôt elle aura terminé, au plus vite elle pourrait retourner dehors et profiter cette fois du temps libre qu'elle aura. Dans tous les cas, elle devait rendre certains livres qu'elle avait empruntés voilà quelques semaines déjà, il y en avait bien un qu'elle n'avait pas encore terminé et dont elle voulait prolonger l'emprunt pour le finir et, qui sait, en profiter pour le relire si elle en avait l'occasion.

C'est pour cela que Tahia se trouvait actuellement dans la bibliothèque avec ses affaires de cours ainsi que ses livres sauf que, voilà maintenant un quart d'heure qu'elle se trouvait dans une situation "délicate". En effet, cela faisait maintenant quinze minutes qu'elle fixait une autre personne, assise une table plus loin sur sa gauche, et qu'elle ne pouvait plus se concentrer sur son livre. Pourtant, il n'y avait rien eu d'étrange jusqu'à présent, en tout cas rien qui ne laisse à penser que l'adolescente se mettrait d'un coup à observer quelqu'un. Elle était arrivée dans la bibliothèque sans rencontrer de problème en chemin, avait rendu les livres qu'elle avait terminés tout en demandant la prolongation du livre qu'elle souhaitait finir. Après quoi, elle était partie s'installer à une table libre, avait sorti ses affaires puis posé son sac avant de décider qu'elle finirait d'abord son livre avant de s'attaquer à ses cours, se disant que cela ne prendrait pas très longtemps pour le terminer. Et cela aurait pu très certainement être le cas si, au bout d'une vingtaine de pages, la brune n'avait pas levé la tête et si sont regard avait évité de s'accrocher sur une personne que la jeune fille n'avait encore jamais rencontré. Certes, elle ne connaissait pas tout le monde à Terrae mais elle était certaine de n'avoir jamais vu cette personne jusqu'à présent. C'était un garçon, un étudiant sans doute, la jeune guérisseuse lui donnait à peu près son âge, peut être un peu plus jeune, mais ce n'était pas réellement cela qui avait capté son attention sur ce jeune inconnu. Si tout d'abord elle n'y avait pas fait attention, les minutes suivantes avaient permis de détailler un peu plus l'autre étudiant.

Il avait des cicatrices sur le visage, ou du moins de là où elle était, Tahia pouvait distinguer une cicatrice sur l'arcade sourcilière gauche de l'adolescent et même après plusieurs minutes à l'observer, elle ne parvenait pas à en voir d'autres sur le coup, même avec ses yeux de guérisseuse. Sans doute que le voir de profil y jouer pour quelque chose mais cette simple observation avait suffi à intriguer encore plus la jeune fille. Cependant, elle se voyait mal se lever, se diriger vers ce garçon et lui parler d'un coup. C'était un total inconnu pour elle et le fait qu'ils soient en plus dans la bibliothèque n'aidait pas les choses, et juste pour cette fois, l'étudiante se maudit d'être venue dans cette bibliothèque. Détournant les yeux un instant, son regard s'arrêta sur les feuilles qu'elle avait amenées pour faire ses exercices. Elle pourrait toujours... Elle secoua la tête à cette pensée. Non, c'était ridicule! Elle avait passé l'âge d'envoyer des messages papier! Mais en même temps... La brune reposa son regard dans la direction de l'étudiant et finit par soupirer de lassitude. Après tout, qui ne tente rien n'a rien, un message n'a jamais tué personne et il ne sera pas obligé de lui répondre, si tôt est qu'il sache d'où venait le message. Attrapant une feuille, elle déchira avec attention un morceau de papier avant de prendre un stylo et de réfléchir à ce qu'elle pourrait y écrire. Parce que c'était bien beau de vouloir envoyer un message mais pour dire quoi au final? Soupirant une nouvelle fois, la jeune fille se dit qu'il valait mieux commencer par le commencement et elle commença à écrire un simple message, se demandant tout de même ce qui lui prenait.




Oui, elle avait déjà fait mieux comme message mais c'était toujours mieux que rien et comme dit précédemment, l'autre étudiant n'était pas obligé de répondre à ce message. Tahia finit par plier le morceau de papier puis, vérifiant que personne ne la voyait faire, elle lança le papier dans la direction du garçon avant de reprendre précipitamment son livre et de le placer devant ses yeux. C'était certain que cela serait suspect mais elle ne voyait pas d'autres solutions pour cacher la gêne qui commençait à venir chauffer ses joues. Mais qu'est ce qui lui avait pris, franchement...?  



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Mer 28 Oct 2015 - 2:45

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 907
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Nicolas était décidé. Nicolas allait se prendre en main. Nicolas allait se rendre à la bibliothèque. ET PUIS C'EST TOUT ! Nah ! Dans son village, seules les personnes du troisième âge, les employés et lui-même se rendaient à la bibliothèque... C'était un peu devenu son cocon protecteur, son véritable foyer, où il pouvait lire et apprendre en s'amusant sans risquer de subir les quolibets et insultes de ses camarades, le taxant de premier de la classe... En même temps, quand la moyenne générale est de six sur vingt, il est facile de se faire remarquer avec un petit onze.

Mais voilà, il était à Terrae, il y avait du monde dans cette bibliothèque-là. Que faisait donc ce gamin, la peau couturée, les cheveux en bataille, dans son costume d'étudiant certes mais mal mis et mal repassé, d'où dépassait une chaîne pendouillant contre sa cuisse, rangers noires remontées jusqu'aux genoux ? Mais madame-monsieur, même les punks ont le droit d'étudier j'vous f'rai dire ! Et toc ! Et fort de cette conviction, il entra enfin dans le bâtiment, liste d'ouvrages sur les Sensitifs à la main, au lieu de poireauter tout seul dehors comme un con.

La bibliothèque était immense dans ses petits yeux de campagnards... Il y avait même des tables où s'étaient installés des lecteurs consciencieux et des bosseurs concentrés ! L'endroit était chaleureux, calme et reposant ; l'air tout droit sorti d'un film américain. Oh bordel je fais tâche. S'emparant néanmoins de son courage, il déambula un instant dans les rayons, cherchant à comprendre le système de rangement... Une fois ceci fait, il se sentit plus à l'aise et, sans plus s'occuper de son apparence, chercha et s'empara des livres qui l'intéressait. Sa pile épaisse dans les bras, il se posa à l'une de ces tables qu'il trouvait absolument fantastiques et ouvrit celui qui se trouvait sur le dessus, écartant délicatement les autres.

On ne peut pas dire que les auteurs avaient fait des efforts surhumains pour rendre leurs introductions et leurs prologues intéressants... Il dut plusieurs fois se concentrer, son regard se perdant entre les lignes, perdant le fil des explications qui lui était exposé, le temps filant sans qu'il ne s'en rende compte. J'ai mal aux yeux... Il frotta ses paupières et perçut un mouvement sur sa gauche. Curieux, il jeta un coup d’œil. C'était une jeune fille, d'apparence. Elle l'avait remarqué, pour une raison qu'il ignore et semblait bien dans l'embarras... Elle secoua la tête, cela lui fit sourire... Que cherchait-elle exactement ? Il n'en savait rien, mais peut-être qu'elle était plongé dans le livre ouvert qui lui faisait face, et qui avait l'air diablement plus intéressant que le sien.

Il replongea dans sa lecture. Elle a l'air gênée, mais je vais pas la déranger juste parce que je suis curieux... Mais il n'y arrivait plus, il avait dépassé son cota de concentration. Un bout de papier plié entra dans son champ de vision. Il le regarda, surprit, comme s'il pouvait lui dire d'où il venait, puis se rendant compte de l'absurdité qui lui avait traversé l'esprit, regarda la seule direction d'où il pouvait provenir, soit la jeune fille... Demoiselle à présent cachée par son livre posé à la verticale. Timide... Nicolas sourit tendrement et ouvrit le papier où était écrit un simple "bonjour"... Son sourire s'agrandit, dévoilant ses dents blanches. Il était sincèrement touché par l'approche de la demoiselle. Il savait à quel point c'était compliqué de vaincre sa timidité, surtout qu'il devait pas franchement avoir l'air sympathique quand il était concentré.

Il s'empara de son crayon noir qu'il gardait toujours sur lui, même quand il n'avait pas son sac et retourna le papier. Il eut beau s'appliquer à écrire correctement, il ne put se retenir de le faire de travers...
Moins certain de réussir un jet aussi précis qu'elle, il roula le papier en boule et fixa son attention sur le petit espace restreint derrière le livre et devant ses yeux, pour qu'elle remarque la réponse. Il réussit à l'y placer et en fut plutôt fier.

Contrairement à elle, Nicolas ne se cacha pas, il attendait un accusé de réception. Sitôt qu'elle regarda dans sa direction, il lui sourit doucement, se voulant rassurant et la salua d'un signe de la main.



#   Mer 28 Oct 2015 - 11:42

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 395
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Non vraiment, Tahia se demandait ce qui lui avait pris de faire ça, c'était vraiment n'importe quoi! D'autant plus qu'elle avait remarqué que le jeune homme regardait dans sa direction et qu'elle n'avait vraiment pas l'air très crédible avec son livre qu'elle tenait maintenant devant elle. Elle espérait maintenant que ses joues allaient s'arrêter de chauffer comme ça, elle n'avait vraiment pas besoin de ça, actuellement! Bon... Du calme, rien ne laissait croire, de toute façon, que l'autre étudiant allait lui répondre, il n'y avait donc pas de quoi se mettre dans cet état là et paniquer pour un rien. L'adolescente se sentait réellement stupide de réagir comme cela pour le simple fait d'avoir envoyé un message papier. On aurait dit une gamine qui envoyait un petit mot au garçon dont elle était amoureuse sans oser venir lui parler... Oui, c'était plus ou moins la même situation à plusieurs points près: ils étaient loin d'être gamins, ce que la brune ne pouvait pas vraiment dire étant donné qu'elle ignorait l'âge exact de l'adolescent même s'ils devaient avoir le même âge, ils ne se connaissaient pas et donc rien à voir avec des histoires d'amour de gamins. Mais vu la situation, l'impression était plus ou moins similaire et cela embêtait un peu la jeune guérisseuse, qui présentement ne savait pas du tout quoi faire à part attendre maintenant pour savoir s'il y aura une suite avec son fameux message en papier. Dans tous les cas, elle n'allait pas partir pour ça, ça serait vraiment stupide et lui donnerait justement l'impression d'être pire qu'une gosse de dix ans. Donc non, elle n'avait pas l'intention de partir malgré la gêne toujours présente.

Tellement occupée à réfléchir à tout cela, au point d'en oublier totalement son livre, Tahia eut un léger sursaut quand elle vit un morceau de papier atterrir juste entre le livre et elle. Est-ce que c'était...? Levant les yeux, elle regarda dans la direction de l'autre étudiant et sut d'avance que c'était bel et bien lui lorsqu'elle le vit lui sourire gentiment et lui faire un signe de la main. Alors...Inutile de chercher à se cacher, c'est ça? La jeune fille eut un léger soupir à cette pensée avant de refermer son livre puis de se concentrer sur le morceau de papier que le garçon lui avait envoyé. Elle le déplia avec précaution avant de lire le message qu'il lui avait écrit. *Il a une belle écriture.* Ce fut la première chose que pensa l'adolescente alors qu'elle lisait le message, déjà plus long que le sien. L'écriture était toute simple et les phrases étaient un peu de travers mais cela n'était pas du tout dérangeant, la brune trouva même cela mignon, pour une raison inconnue. Pourtant, si le fait qu'il lui rende son "bonjour" lui faisait plaisir, elle ne savait pas quoi dire concernant la question sur s'il pouvait l'aider pour quelque chose. Elle avait beaucoup de question en tête mais doutait fortement que les poser toutes d'un coup soit une bonne idée, aussi prit-elle un moment pour réfléchir à ce qu'elle pourrait lui demander alors qu'elle déchirait un nouveau morceau de papier. Déjà, est-ce que cela suffirait à l'autre étudiant qu'ils utilisent ce mode de communication? Après tout, ils pourraient se parler autrement mais cela serait plus compliqué et se connaissant, elle n'oserait pas trop parler dans la bibliothèque, même si elle pouvait juste chuchoter.

Aussi, Tahia se décida à écrire ce qui lui passait par la tête actuellement. Si le début ne lui posa pas de soucis, elle suspendit d'un coup son geste alors qu'elle se rendit compte de ce qu'elle était en train d'écrire dans sa deuxième phrase, se traitant mentalement d'idiote de faire une remarque comme celle là. Bon sang, qu'est ce que l'autre étudiant allait penser dès qu'il lirait ça... La brune songea à prendre un autre morceau mais se ravisa, de toute façon, au point où elle en était. Reprenant son stylo, elle reprit son écriture, elle ne termina pas la phrase qu'elle avait commencé et se contenta de continuer autrement. Après quoi, elle se dit que se présenter serait aussi une bonne idée, cela serait un bon début du moins. Quand elle eut terminé et ne trouva rien d'autre à ajouter, l'adolescente posa son stylo et regarda un instant son message.


*J'arrive pas à croire que j'ai écrit un tel message...*

Mais apparemment, elle allait devoir faire avec, c'est pas comme si elle avait le choix. Enfin si, elle pouvait réécrire son message mais la jeune guérisseuse se dit que cela aurait surement attisé la curiosité de l'autre garçon et elle n'avait aucune envie de lui expliquer pourquoi elle avait préféré écrire un autre message. Pliant rapidement celui qu'elle venait de faire, elle le lança de nouveau dans la direction de l'étudiant, se demandant vraiment comment il allait réagir à ce qu'elle lui avait écrit. Cette fois-ci, elle ne se cacha pas derrière son livre mais cela n'empêcha pas que Tahia ne savait plus du tout où se mettre, hésitant entre continuer de regarder dans la direction où elle avait envoyé son message ou attendre sa réponse en s'occupant les yeux ailleurs.



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Mer 28 Oct 2015 - 13:45

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 907
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Il aurait voulu la regarder écrire, mais au lieu de ça, il posa ses yeux sur les pages de son bouquin, sans prêter attention aux mots, aux phrases alignées, attendant un mot-réponse bien plus intéressant. Il se doutait qu'il pourrait la gêner un peu plus s'il la fixait de ses yeux clairs... Il freinait sa curiosité mais il ne put s'empêcher de remarquer, en gros, du coin de l’œil, les mouvements de la jeune fille. Un petit sourire ne le quittant plus, il aurait voulu lui lancer une vague apaisante... Mais il avait peur de lui causer plus de soucis qu'autre chose, n'ayant pas encore expérimenté cette partie de ses pouvoirs, il préféra se cantonner au fond de lui, comme d'habitude... Néanmoins, il ne pouvait pas se cacher que la situation l'amusait tendrement. C'était une manière de discuter plutôt originale, faut dire.

Le retour tarda un peu, elle semblait avoir mûrement réfléchi ce qu'elle avait écrit... Il déplia le papier délicatement et lut. Un nouveau sourire se peignit sur ses traits. Il aimait sa façon d'écrire, autant dans le style que dans le choix des mots ; elle s'exprimait avec une sincérité attendrissante. Il n'était pas du genre à tirer des conclusions hâtives de ce genre de phrases comme "tu me plais bien", "t'es vraiment gentil" ou, en l'occurrence "ça fait un moment que je t'observe"... Il prenait ces remarques telles quelles, sans même se douter qu'elles pourraient éventuellement avoir un sens caché derrière, quel qu'il soit... A ce niveau, Nico planait à quinze mille, parfaitement inexpérimenté... ou niais même, pour certains.

Reprenant son crayon noir, il marqua un arrêt avant d'écrire. Il aurait voulu l'encourager à poser des questions, parce qu'il ne voyait pas pour quoi d'autre elle aurait pu engager la conversation. Il se sentait mal à l'idée de lui forcer la main, alors il préféra se présenter lui aussi, rester franc sans la brusquer.
Avec une dose de sympathie, de tolérance et de franchise, on pouvait faire des amis de grands timides. Il le savait, car petit et extrêmement réservé qu'il était, il aurait donné n'importe quoi pour voir une étincelle des trois dans le regard de ses camarades de classe. J'pouvais bien attendre éternellement ça de leur part. Et après ça, Nicolas avait bien changé, se rendant compte que sa timidité pouvait leur servir d'armes.

Il plia soigneusement le papier du bout de ses doigts abîmés et l'envoya pour qu'il se dépose non loin de Tahia. Il espérait qu'un jour, si ce n'était pas aujourd'hui, elle pourrait l'appeler par son prénom de vive voix.



#   Mer 28 Oct 2015 - 15:39

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 395
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Elle avait finalement opté pour regarder ailleurs plutôt que de regarder dans la direction de l'adolescent, ils allaient surement rester un long moment dans la bibliothèque si l'échange durait longtemps donc sans doute pourra-t-elle l'observer à un autre moment. Et puis, mine de rien, elle l'avait regardé pendant un quart d'heure donc ce n'est pas comme si c'était réellement quelque chose qui la dérangeait. Quoique maintenant que l'adolescent avait parfaitement conscience qu'elle pouvait le regarder maintenant, ce n'était pas sûr qu'elle retente une nouvelle fois. Enfin bon, elle n'y était pas encore donc pas de quoi se prendre la tête. Aussi, la jeune fille profita du délai de réponse de l'étudiant pour ranger ses cours, ne laissant sur la table que son livre ainsi que les feuilles qu'elle comptait utiliser pour les prochains messages papier. D'ailleurs, elle compta le nombre de feuilles qu'elle avait, se demandant si elle en aurait assez pour la conversation, après tout elle ignorait totalement combien de messages ils allaient s'envoyer et ça l'embêtait un peu. Sans doute pourrait-elle toujours demander si jamais elle n'en avait plus, elle avait juste bien intérêt à préciser que c'était pour ses devoirs et non parce qu'elle voulait continuer de discuter avec quelqu'un et qu'ils n'avaient plus de papier pour ça. Autant dire qu'on la regarderait très bizarrement, étant donné que l'on associait la jeune guérisseuse comme quelqu'un de plutôt sage et de mature au final. Ils n'avaient pas tout à fait tort mais il fallait reconnaître qu'actuellement, la question pouvait encore se poser.

Un mouvement et le bruit du papier atterrissant sur sa table ramena Tahia à la réalité et tournant d'abord la tête vers le jeune homme, elle finit par lui accorder un petit sourire avant de prendre le papier et de le lire. Soupirant de soulagement sur le fait que cela ne le dérangeait pas qu'ils communiquent de cette manière, l'adolescente put enfin connaître le nom de son interlocuteur. Nicolas. Le nom était sympa et alors qu'elle reporta à nouveau son attention sur l'étudiant, elle se dit que là encore, les apparences pouvaient être trompeuses mais il y a bien longtemps maintenant qu'elle ne se fiait plus du tout à cela et qu'elle voulait d'abord connaître la personne avant de la juger et savoir si elle pouvait lui faire confiance ou non. Et Nicolas n'avait pas faire exception à cette règle, même si étrangement, la brune se sentait...en confiance? Peut être parce qu'ils ne se parlaient pas à proprement dit et qu'ils n'étaient pas proches l'un de l'autre et pour l'instant, cela lui suffisait et elle était plutôt soulagée que le jeune homme accepte de se contenter de cette méthode de communication. Quand déjà elle arrivera à mettre sa timidité de côté, de même que ses craintes habituelles, ce qui n'allait pas fonctionner tout de suite, du moins pas tant qu'elle sera certaine qu'elle pouvait faire confiance. Mais là n'était pas le moment de tergiverser sur cette question, elle avait toujours une réponse à donner et une question à poser, même si elle n'était pas sûre que demander une réponse à cette dernière soit une bonne idée. Autant faire d'abord quelque chose de plus long mais qui reste tout aussi simple, ensuite elle avisera.

Pendant qu'elle rédigeait sa réponse, le souvenir de la cicatrice qu'elle avait remarqué sur le visage de Nicolas lui revint en mémoire et même, lorsqu'elle avait de nouveau regardé le jeune homme, Tahia aurait juré avoir vu une autre cicatrice sur le visage, cette fois-ci sur le côté droit. Est-ce que...Est-ce qu'il n'y avait que ces deux cicatrices là ou bien...en avait-il d'autres? Elle savait que ça ne la regardait pas et que de toute façon, elle ne pourrait surement rien n'y faire mais pour avoir pendant longtemps soigné les gens, la brune ne restait pas totalement indifférente lorsqu'elle voyait des blessures, même si ces dernières n'étaient plus que des cicatrices. Devait-elle lui demander ou bien garder cela pour elle et lui poser la question à un autre moment...? Comment pouvait-elle être convaincue que cela soit une bonne chose à demander? Hésitant à lui poser la question mais voulant d'une certaine manière lui faire comprendre qu'elle avait vu les cicatrices, l'adolescente rédigea ainsi la fin de son message.


Elle allait devoir se contenter de cela pour l'instant et elle ne voulait pas non plus brusquer l'adolescent. C'était déjà inattendu qu'il réponde à ses messages et veuille bien discuter avec elle, la brune ne voulait pas gâcher cela. Et puis qui sait, peut être lui en parlerait-il mais dans ce cas là, avait-il remarqué lui aussi les yeux et la cicatrice de la jeune fille ou bien attendait-il pour le lui demander? Il n'y avait qu'un moyen de le savoir. Lançant le papier plié vers la table voisine, Tahia se décida cette fois à regarder Nicolas.



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Mer 28 Oct 2015 - 18:41

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 907
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Il croisa ses bras sur la table et posa sa tête dessus. Soudain inspiré par le plafond, il explora les détails des lustres illuminant le lieux d'une lumière étrangement ambrée, attendant patiemment le retour du courrier. Quand il baissa le regard, elle était encore en train d'écrire. Tiens... Celui-là va me donner de la lecture on dirait. Une fois de plus, ils firent cette étrange cérémonie : plié, lancé, déplié. Mouvements presque fluides et poétiques.

Les cicatrices... évidemment. Nicolas n'en ressentait pas un abattement particulier. Peut-être plutôt une lassitude. De toute façon, il était bien forcé de faire avec puisqu'il avait refusé qu'on y touche sciemment. Mais du coup... Il ne trouva pas quoi répondre tout de suite. Enfin si, pour la première partie ça passait crème, mais le reste... Qu'est-ce qu'il pouvait bien trouver à dire à ce propos sans effrayer Tahia, ou l'inquiéter de sa santé ?

Les cicatrices ne me définissent pas entièrement, mais elle font partie de moi aussi... Un peu comme ses pouvoirs que j'ai toujours un peu de mal à accepter. Maintenant que j'y pense, j'ai jamais eu besoin de justifier leur existence avant d'arriver à Terrae. C'était juste mon défaut physique, un peu comme quand on se trouve trop gros ou trop laid... Moi, j'ai juste des marques trop visibles... Aujourd'hui, elles font qu'on me reconnaît de loin et qu'on vienne me parler par curiosité... C'est pas un mal en soit... Et je comprends mieux pourquoi Tahia hésitait tant à m'adresser la parole.

Il était bien loin de lui en vouloir. Il ferma les yeux tout en soupirant un sourire et releva la tête vers elle, pour visualiser les mots qu'il allait utiliser. Elle le regardait. Il découvrit alors ses dents et souleva un peu les cheveux qui cachait son arcade. La cicatrice avait empêché son sourcil de repousser convenablement, mais la peau avait fait son oeuvre ; elle était nette et moins fragile désormais. Il lui fit un clin d’œil, imitant Aria quand elle voulait le rassurer ou appuyer l'effet d'un trait d'humour, puis il s'empara de son crayon. Bon ! Cette fois, j'vais faire mon possible pour écrire droit !
Mnnh, prrrrresque !

La façon dont elle s'était prise pour parler de ça l'avait touché. Peut-être de peur de réveiller un mauvais souvenir ou d'autres choses qui aurait pu le blesser, elle prenait des gants, voulant toutefois en apprendre plus sur lui. C'est pour ça qu'il l'invitait presque à ce qu'elle continue, qu'elle finisse par lâcher complètement ce qu'il pouvait la hanter. Je dirais bien qu'il ne faut jamais rien garder longtemps enfoui en soi, mais j'suis pas le mieux placé pour en parler.



#   Mer 28 Oct 2015 - 21:30

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 395
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Visiblement, demander par rapport aux cicatrices n'avait pas eu l'air de déranger Nicolas, c'était en tout cas ce que pensait Tahia alors qu'elle observait son camarade, pendant que ce dernier lisait son message. C'est ce qu'elle avait plus ou moins compris quand, après avoir lu, le jeune homme lui avait souri avant de lui montrer la cicatrice qu'elle avait déjà remarqué, celle à l'arcade sourcilière. Après quoi, il lui avait fait un clin d'œil avant de se mettre à écrire. D'un côté, la brune se sentait soulagée qu'il n'ait pas mal pris sa remarque concernant les cicatrices qu'elle avait aperçu mais d'un autre côté, elle ne pouvait s'empêcher de s'interroger: qu'est ce qui lui était arrivé? Depuis combien de temps les portait-il? Ces questions pouvaient paraître si simples alors qu'elles étaient au contraire plus compliquées qu'on ne pourrait le croire, du moins c'était le point de vue de la jeune fille. Elle savait que les blessures, qu'importe leur gravité, finissaient toujours par cicatriser, tout n'était plus qu'une question de temps et surtout du soin qu'il fallait y apporter. Elle ne le savait que trop bien, elle qui avait vécu une partie de son adolescence auprès des malades et des blessés, en plus de devoir gérer ses propres blessures bien qu'au final, la cicatrice à son œil n'était pas grand chose comparé à toutes les blessures qu'elle avait pu voir au cours de ces dernières années. Et même, les blessures qu'elle avait pu soigner depuis qu'elle travaillait à l'infirmerie n'étaient pas aussi graves que ce qu'elle avait eu à soigner par le passé. Et puis dans l'immédiat, on ne parlait que de blessures physiques, dont on gardait les marques mais que pouvait-on dire quand il s'agissait de blessures que l'on ne voyait pas mais qui resterait longtemps dans l'esprit?

Le message n'avait pas tardé à arriver et ce coup-ci, Tahia nota que Nicolas avait essayé d'écrire plus droit contrairement aux précédents messages dont les mots étaient penchés. Il était initié lui aussi? Enfin, l'adolescente l'était depuis un bon moment déjà là où le jeune homme ne l'était devenu que très récemment. Observant son camarade, elle se demanda quel élément lui avait été donné avant de se dire que, avec sa chance, il serait d'affinité Tonnerre, ce qui serait un argument supplémentaire pour la convaincre qu'elle avait vraiment quelque chose avec les Tonnerre. Faudra un jour qu'on explique pourquoi il lui arrivait en général des situations particulières, que cela soit dans de bonnes comme dans de mauvaises situations, dès qu'elle se retrouvait avec une personne d'affinité Tonnerre. Mettant de côté cette pensée, sachant parfaitement qu'elle ne trouverait sans doute jamais de réponses à cette question, la jeune guérisseuse reprit sa lecture, la seconde partie traitant cette fois-ci des cicatrices de l'étudiant. Mais étrangement, elle ne sut quoi penser de cette explication, n'en comprenait pas vraiment le sens, à moins que cela soit simplement le fait que les blessures de l'adolescent ne soient vraiment que physiques, ce dont elle doutait tout de même, et que dans ce cas, il ne connaisse que très peu les blessures laissant des cicatrices à l'intérieur même du cœur. Posant une main sur son œil gauche, la jeune fille ne put retenir ses souvenirs sur l'origine de cette cicatrice et pourquoi son œil était d'une couleur différente: une seule cicatrice visible pour des centaines de blessures dont la majorité peinait à se refermer et cela depuis neuf ans maintenant.

Récupérant son stylo et un morceau de papier déchiré, Tahia regarda un instant ce bout de papier vierge, se demandant ce qu'elle pourrait dire. Tellement de pensées se bousculaient dans son esprit, tellement de questions dont elle ignorait si on pourrait lui apporter un jour des réponses. Alors, elle se laissa guider par ses pensées, laissant les mots se dessinaient sur le papier afin qu'ils représentent au mieux ses sentiments et interrogations actuels, elle ne pouvait de toute façon pas faire mieux. Alors qu'elle s'apprêtait à plier le papier, la jeune fille pensa alors à un détail, certes minime mais qu'elle avait remarqué dans le précédent message. Elle relut rapidement ce dernier pour s'en assurer avant de rajouter une ligne en plus sur son message. Enfin, une dernière idée lui vint à l'esprit et rapidement tout en essayant de rester appliquer, l'adolescente rajouta un détail supplémentaire sur le papier. Une fois fini, elle contempla un instant son travail.




Finalement convaincue qu'elle n'avait rien oublié, Tahia plia le message et l'envoya à Nicolas. Elle se demandait tout de même si l'adolescent comprendrait où elle voulait en venir avec ses questions. Oh non, il n'y avait pas que les cicatrices qui l'intriguaient, au contraire, elle voulait le connaître un peu plus. Maintenant, la vraie question serait de savoir si elle serait prête à faire confiance pour s'expliquer ou si elle choisirait au contraire de se taire et de cacher. La brune savait pourtant que parler était une bonne chose, elle avait déjà raconté son histoire et on avait essayé de la comprendre alors pouvait-elle espérer que Nicolas la comprenne?



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Jeu 29 Oct 2015 - 4:13

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 907
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Il retrouva sa position précédente, bras sur la table, menton posé dessus, parce qu'il se sentait bien ainsi... Mais cette fois, il se permit de la regarder lire, réfléchir et écrire, comme elle l'avait avec lui l'instant d'avant. Elle sembla songer longuement, visage tourné vers ce bout de papier. Une mèche de cheveux l'empêchait de voir correctement son regard, vu qu'il de pouvait voir d'elle que son profil gauche... Et là, Nicolas eut un déclic, comme si tous ses neurones se connectaient d'un coup. Il lui suffit d'une seconde ; pendant qu'elle portait sa main vers son visage, la mèche se décala, laissait apparaître des yeux vairons... une cicatrice fine et nette. Oh... Il glissa un peu plus sur la table, se sentant un peu misérable après cette découverte.

Il n'avait jamais vu de cicatrices sur une fille... Pas qu'à son village elle se battaient pas, oh ça non... C'était les plus tenaces et les plus viles, ongles manucurés certes, mais aiguisés comme ceux des sorcières pour mieux blesser, même avec une simple baffe. Même les caïds s'en méfiaient comme de la peste, préférant une fuite noble que de pisser le sang devant une donzelle. De vraies carnes en jupe ou en jogging, y'en avait pour tous les goûts. Le seul point communs qu'elles avaient toutes, des sportives aux timides en passant par les populaires, toutes sans exception, s'il leur arrivait d'être marqué par "le champs de bataille", portaient couche sur couche de fond de teint à la couleur criarde, orange ou plus clair pour les fortunés qui pouvaient quémander de la marque à leur parent. On ne pouvait plus que voir les croûtes séchées de maquillage sur leur jeune peau... Un gâchis. songeait-il en pensant aux baleines -les vraies, pas les filles du village hein- qu'on tuait pour des crèmes de faux-semblant. Et il avait vu tellement de mecs se vanter de leurs exploits en exposant leurs marques que c'était bien le seul sujet où il était obligé de remarquer la différence de réaction entre les deux sexes.

Alors que pouvait bien penser Tahia, cachant les preuves d'une souffrance passée derrière une mèche brune ? S'était-il trompé ? Au lieu de l'intéresser, peut-être que je ne fais que remuer le couteau dans la plaie avec ma présence... Il regarda le stylo de la demoiselle glisser sur le papier, comme s'il voulait percevoir au loin ce qu'elle voulait lui dire. Elle lui envoya le mot après l'avoir plié. Avant de le lire, il se redressa, inspirant profondément... Un pavé, comparé à son premier bout de papier. Les questions s’enchaînaient, cherchant à comprendre quelque chose qui échappait encore à ce petit bout de fille... que Nicolas ne faisait qu'effleurer. Oh Tahia... Il n'avait aucune idée de ce à quoi pouvait bien être attaché la blessure qu'elle avait... à vrai dire, il s'en inquiétait de le savoir à présent.


Il avait retourné plusieurs fois son bout de papier, et, de peur de ne pas pouvoir répondre à toutes ses questions, voulut écrire plus petit... Et malgré ses efforts, il arriva au bout de la feuille, avec la furieuse envie d'écrire sur la table. Il regarda la feuille, l'air boudeur, comme si ça avait été de sa faute de ne pas avoir été adaptée à sa verbe puis plissa les yeux. En retournant une dernière fois le mot, remarquant ce qui trônait de le coin en bas à gauche, il se demanda s'il devait faire le même effort que Tahia, pour l'accompagner dans ce mouvement artistique.

Mais Nicolas ne savait pas dessiner, ou sinon des trucs d'architectes et de mises en page ; rien de compliqué à ses yeux, de suivre les tracés d'une règle. Il se souvenait de cours de dessins en sixième où il fallut six mois à la classe pour apprendre à comment dessiner une rose... Il rougit, il allait quand même pas faire ça ! D'un autre côté, il voulait en mettre plein la vue à ce bout de papier qui avait osé le défier et couper court à sa réponse. Alors il la fit, sa rose, il s'y appliqua bien même !... Et pour agrémenter le tout, quelques étoiles... parce que c'était simple et c'était toujours joli, les étoiles. Et toc ! Dans tes dents le papelard ! Il sourit à son oeuvre avant de l'envoyer à sa destinataire.



#   Jeu 29 Oct 2015 - 15:35

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 395
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Tahia ignorait totalement ce que Nicolas avait écrit sur le morceau de papier mais elle se retrouva à observer différentes réactions sur le visage de son camarade: elle le vit d'abord afficher une mine plutôt boudeuse, comme s'il n'était pas satisfait de quelque chose ou peut être frustré de quelque chose. C'est vrai qu'avec les questions qu'elle avait posées, il ne serait peut être pas étonnant qu'il ne puisse pas tout rédiger et d'une certaine manière, elle pouvait comprendre la frustration que devait ressentir le jeune homme. Après cela, la brune le vit passer de l'air boudeur à un rougissement, ce qu'elle serait incapable d'expliquer précisément étant donné qu'elle n'avait aucune idée de ce qui aurait pu être à l'origine de la jolie teinte rouge sur les joues de l'adolescent. Et très sincèrement, elle n'avait aucune envie de chercher à savoir, étant donné que cela pouvait être tout et n'importe quoi, ce n'était pas le genre de situation où elle voulait chercher une explication, autant pour elle que pour le concerné. Aussi, la jeune guérisseuse préféra attendre qu'il ait terminé de lui répondre et qu'il lui envoie le message afin de savoir ce qui avait pu le faire réagir de cette façon, au moins cela lui laissait le temps de se décider ou non à lui parler. Devait-elle lui dire par rapport à sa cicatrice? Lui expliquer son propre point de vue à elle? Elle savait que les cicatrices pouvaient avoir une symbolique différente pour chaque personne, certains pouvaient en avoir honte, comme elle, tandis que d'autres les gardent pour les montrer ou pour prouver que malgré les coups durs, ils sont toujours là.

L'adolescente se posait toujours ces dernières questions lorsqu'elle reçut le message, dépliant ce dernier pour se retrouver devant quelque chose qu'elle ne s'imaginait pas vraiment. La première chose qui l'interpela avant même le contenu du message fut la présence des petites étoiles et surtout, de la rose en bas du message. Est-ce que c'était à cause de cette rose que Nicolas avait rougi? Tahia ne saurait le dire mais ce dessin lui arracha un sourire amusé mais aussi attendri, se disant que son camarade avait surement fait cela à cause du petit dessin qu'elle avait fait, elle aussi. Se concentrant à présent sur les mots, elle reprit rapidement son sérieux et commença à lire la réponse de l'adolescent. C'était donc une des hypothèses qu'elle s'était formulée: le jeune homme gardait les cicatrices pour se rappeler qu'il était toujours vivant et parce que cela lui permettait d'avancer, malgré les mauvais souvenirs qu'il y avait derrière. L'adolescente aurait tellement souhaité qu'il en soit de même pour elle mais une blessure morale ne sera jamais comparable à une blessure physique. Certes, l'une finit par cicatriser et même si elle est désormais incrustée sur la peau, au moins on peut toujours essayer de vivre avec. Mais l'autre ne cicatrise jamais totalement et n'est pas marquée sur la peau mais à l'intérieur même de l'âme. Et là est toute la différence entre ces deux types de blessure: là où on peut se relever avec la première, la seconde peut nous hanter toute notre vie et nous priver de beaucoup chose, sans qu'on ne l'ait forcément demandé. Et c'était bien une des blessures que la jeune fille ne souhaitait à personne en ce monde.

Ce fut lorsqu'elle vit une goutte d'eau tomber sur le papier que Tahia se rendit compte que des larmes avaient commencé à couler, comme toujours de son œil droit là où le gauche restait inexpressif et sec. Essuyant rapidement son œil et espérant que Nicolas n'ait rien vu, elle continua rapidement sa lecture, se sentant à la fois triste et touchée par les paroles du jeune homme. Elle ignorait d'où lui venait les cicatrices mais lui aussi semblait avoir peur du contact des autres, bien que pour sa part, c'était uniquement le contact avec d'autres hommes qui la terrifiait réellement et qui lui donnait envie de s'éloigner le plus possible. Et pourtant, plus d'une fois elle avait accepté qu'on la touche et même si elle était constamment effrayée au contact, elle faisait de son mieux pour réfréner sa peur, pour oublier les images qui lui revenaient dans ces moments là, c'était tout ce qui lui était possible de faire. Et après cela, elle se sentait soulagée quand le contact physique se rompait, en même temps qu'elle se rassurait en se disant mentalement 'Tu vois, les hommes ne sont pas tous les mêmes...' et c'est ce qui la laissait croire que oui, elle pourrait peut être un jour s'en sortir. Et au fond, l'adolescente avait le sentiment que son camarade suivait plus ou moins le même chemin qu'elle, différemment mais restant tout de même très similaire. Puis, un petit sourire vint de nouveau éclairer son visage lorsqu'elle lut le 'PS' en comprenant là aussi que la raison de la mine boudeuse de l'étudiant était bel et bien à cause du manque de place sur le message.

Ce message eut cependant l'effet de la décider sur ce qu'elle devait écrire. Tahia n'était pas encore sûre de vouloir tout lui raconter mais elle voulait au moins lui dire ce que représenter la cicatrice qu'elle portait et peut être expliquer aussi sa timidité et sa méfiance à l'égard de tous. Alors elle écrivit, elle laissa une nouvelle fois les mots apparaître et représenter ses pensées et ses émotions. Quand ce n'était pas par la parole, écrire était sans doute une des plus belles façons de montrer ses sentiments, encore fallait-il que quelqu'un comprenne vraiment le sens des mots et ce que ces derniers représentaient pour l'auteur de cette écriture.



Quand elle eut terminé, la jeune guérisseuse commença à plier le message mais suspendit son geste dès qu'elle l'eut plié en quatre. C'était sans doute idiot de sa part ou peut être un peu fou mais...elle ne voulait pas le lancer cette fois-ci. Ignorant la petite voix dans sa tête lui disant de rester assise et de faire comme elle avait fait précédemment, l'adolescente se leva, le papier plié entre ses mains, et marcha jusqu'à la table de Nicolas avant de s'arrêter à côté de lui et de tendre avec un peu d'hésitation le papier. C'était stupide mais cette fois-ci, elle voulait vraiment le lui donner en main propre.



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Jeu 29 Oct 2015 - 21:00

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 907
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Une cicatrice peut être une faiblesse. Un vestige d'un souvenir honni, une fêlure de l'âme, rappel constant de sa peur et de l'horreur des autres. Elle peut être fierté, courage d'avoir échappé au pire, bravoure face au danger, lutte contre l'ignominie. Elles sont plus souvent indirectes, sinon ce n'est plus de l'audace, c'est de l'instinct de survie. Elle peut être souffrance, une opération de son corps, un bout de soi qui nous tue petit à petit et qu'on assume plus, qu'il faut retirer à tout prix, qu'il faut renier jusqu'au bout. Une cicatrice, c'est une histoire, c'est la beauté comme l'horreur, c'est soi sans complètement l'être, c'est un cadeau qu'on a reçu sans le demander. C'est une erreur, caprice du corps, c'est une absurdité, c'est naturel, c'est quelque chose de profondément enfoui en soi qui fait surface à la vue de tous, même de la sienne... On se regarde dans le miroir, la tête remplie de bien, de mal et de tout ce qu'il y a entre... On devient le petit catalyseur du monde, on se sent seul, on se sent sale, on se sent trop faible pour tout ça... Toutes ses marques. On se retient de pleurer, on se retient de mettre l'humanité entière dans un sac et puis de le secouer, de la frapper contre un mur et de le jeter dans un lac. Au lieu de ça, on l'ouvre, et une à une, on suit les traits de plaies ouvertes passées, comme on examine un à un, un homme qui marche dans la rue en retard au travail, un enfant qui joue avec des billes, une jeune femme qui se recoiffe au reflet d'une vitrine. On se regarde, on regarde les autres, on maudit tout le monde de manière égale mais on fait la différence, nous, pauvres petits catalyseurs. Et puis on se rhabille, hop hop, c'est fini. On fait un pas hors de la salle de bain et on fait avec ce poids pour essayer d'en ressortir plus grand, plus fort. Faire de cette épreuve cauchemardesque de l'existence, un petit rêve où l'on peut grandir.

Plié sur la table, un de ces petits catalyseurs du nom de Nicolas en regarde un autre, un petite fille perdue que Peter Pan a oublié dans son soucis d'innocence. Une larme unique coule et même s'il est un peu plus loin, il l'entend. Nicolas entend le *ploc* fatal, ignoble et déchirant de la goutte qui s'écrase, cascadeur sans parachute, sur le papier. Le son s'amplifie dans son crâne, prend des proportions énormes, à l'image de la bibliothèque. La Terre s'arrête de tourner, les gens s'immobilisent et pas un pour réagir au cri silencieux d'une larme, un hurlement de souffrance dans l'écho du silence. Nicolas ferme ses yeux et enfouit sa tête dans ses bras. Ses yeux lui brûlent mais il n'arrive pas à pleurer, il l'a déjà trop fait, mais sa peine est bien là, au bord de ses paupières. Il n'avait pas voulu faire de la peine à Tahia, c'était à l'opposé du but qu'il s'était donné après avoir rencontré Ludmila ; créer de meilleures souvenirs, faire rire le monde, ne pas oublier mais dépasser. Toujours plus en avant...

Il sentit une présence se rapprocher de lui, il se raidit automatiquement mais se redressa tranquillement, s'attendant à tout sauf à Tahia... Tahia qui s'était arrêtée à ses côtés, debout. Tahia qui lui tendit le bout de papier... Lentement, la main tendue tremblante d'un animal craintif, les yeux d'argent fixé sur elle, il s'empara du petit papier lourd de sens, il se sentait, il le savait déjà. Il aurait voulu prononcer un "merci", ou n'importe quoi d'autre, mais il aurait eu l'impression de briser la magie de l'instant. Le mot dans sa main, il glissa sur le côté, pour faire de la place à Tahia au cas où elle voulait s'installer. Puis il l'ouvrit. Il le lut. Il frissonna tout du long. Qu'avait-elle vu ? Qu'avait-elle vécu ? Ça n'avait pas d'importance. De toute la détresse qu'il pouvait lire entre les lignes, une seule chose importait... Ce Vide. On ne s'en débarrasse pas facilement. Mais c'est possible, oui, obligé. On peut le faire, c'était tout l'espoir qui habitait Nicolas à ce moment.


Il regarda ses phrases, se sentant complètement dépassé par eux, ayant écrit sans vraiment réfléchir. Comme si l'encre avait fait son oeuvre à sa place. C'est tout mon sang ce poison noir... Dans un soupir, il posa le papier sur la table, sans le plier... Ouvert, comme lui, il le tendit à Tahia.



#   Ven 30 Oct 2015 - 3:24

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 395
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Sans doute l'idée de s'être levée pour donner son message était quelque chose de stupide mais au point où les choses commençaient à tourner, Tahia en était venue au fait qu'il valait peut être mieux agir autrement. Certes, sa timidité et sa méfiance étaient toujours là et n'allaient surement pas partir tout de suite mais, il y avait un détail assez étrange, ou non, que l'on pouvait remarquer avec la jeune fille: si de nature, elle pouvait faire preuve de beaucoup de réserve, elle pouvait changer du tout au tout lorsqu'un sujet la touchait personnellement, en réagissant face à un problème ou à une remarque prononcée. Après quoi, deux possibilités étaient alors probables: soit elle conservait l'attitude qu'elle avait dans l'immédiat soit elle pouvait d'un coup redevenir hésitante et timide, comme si elle n'était jamais intervenue dans le précédent débat. Autant dire qu'on ne savait donc pas vraiment comment la brune pouvait réagir et ce qu'elle pourrait dire, tout dépendait de la situation et de ce qui pouvait être dit. De ce fait, on pouvait considérer la situation actuelle, à savoir que la jeune guérisseuse soit venue auprès de Nicolas pour lui donner le message papier au lieu de le faire depuis sa place, comme un de ces moments où elle pouvait plus ou moins changer d'attitude. Bien que pour le moment, rien ne semblait vraiment changer dans l'état d'esprit ou le comportement de l'adolescente: bien que décidée, la gêne était toujours très présente et on pourrait presque penser qu'elle ne voulait qu'une chose, c'était retournée au plus vite à sa place.

Mais Tahia n'en fit rien et resta là, même lorsque son camarade prit le papier qu'elle lui avait tendu, même lorsqu'il lut ce dernier. Elle essayait de ne pas faire attention aux frissons que Nicolas semblait avoir tout au long de la lecture, regardant autour d'elle mais ne faisant finalement que revenir vers le jeune homme dont elle attendait une réaction, une réponse, n'importe quoi. Tout ce qui pouvait lui prouver que ce qu'elle avait écrit n'était pas dénué de sens ou tout simplement stupide. Puis vint le moment de l'écriture où la brune ne chercha pas à lire ce que pouvait rédiger l'adolescent, elle n'avait pas besoin de le savoir maintenant et puis, elle ne voulait pas le déranger ou le déconcentrer sur quoi que ce soit pendant qu'il écrivait. Enfin, le message arriva et la jeune fille le saisit, regardant ce papier qui n'avait, cette fois, pas été plié et le lut toujours aussi silencieusement. Elle savait que le doute et la méfiance seront toujours présents et font partie d'elle, elle l'avait accepté depuis longtemps maintenant, même si elle avait conscience de l'handicap que cela représentait pour elle et des difficultés que cela pouvait entrainer par la suite. Cependant, ces deux sentiments n'avaient pas été aussi présents que l'on n'aurait pu le croire au cours de l'échange des deux étudiants, la timidité et la curiosité y avaient élu domicile certes mais il n'y avait eu que très peu de doute ou de méfiance durant cette "conversation". La brune en avait été convaincue, reste à savoir si Nicolas en avait pensé autrement ou si lui aussi en savait tout autant qu'elle à ce sujet, ce qui était bien loin d'être exclu, voire même, c'était certain.

Combler son Vide? Si c'était aussi simple, il y a bien longtemps qu'elle aurait trouvé un moyen de ne plus le ressentir et de pouvoir l'oublier à nouveau. Cependant, elle savait qu'il avait raison et que ces mots étaient véridiques, étant donné qu'elle avait déjà connu cela une fois: cette sensation que le Vide commençait à disparaître et que son poids devenait beaucoup plus supportable et presqu'inexistant. Cette sensation de pouvoir à nouveau exister et vivre. Mais cela avait été trop beau pour être réel et très vite, le Vide était revenu pour rappeler sa présence, pour lui rappeler qu'il n'était jamais parti, qu'il resterait là où il se trouvait et continuerait de vivre au creux de sa poitrine. C'était l'impression que Tahia avait gardé, le jour où elle ressentit, pour la deuxième fois dans sa vie, le Vide et qu'elle avait cessé définitivement d'être naïve et d'espérer quoi que ce soit. Elle savait que le jour où elle avait appris la mort de sa Grand-Mère, plus rien n'aurait été comme avant dans le centre et que si elle n'était pas partie, elle aurait sombré à nouveau, avec le Vide et ses mauvais souvenirs comme compagnie.

" Tu te trompes... "

Les mots n'avaient été qu'un murmure, le murmure d'une voix qui semblait à la fois si douce et si triste, si bien que Tahia fut elle-même surprise par ce murmure, ne sachant pas vraiment si c'était elle qui avait parlé ou quelqu'un d'autre. Mais force était de constater que c'était bien elle qui avait parlé, inconsciemment ou non, elle n'aurait su le dire. Prenant une courte inspiration, la jeune guérisseuse reprit, fixant maintenant Nicolas:

" Je ne peux pas dire si tu es un philosophe mais je sais que tu te trompes quand tu dis que tu es bête car je sais que c'est faux... Et pour mon sourire, je ne peux pas vraiment dire s'il reviendra totalement. Sans doute oui car je sais que chacun de nous avons droit à notre instant de lumière, même après avoir vécu des années dans les ténèbres. "

Et elle voulait encore croire à cela malgré tout. Peut être était-ce stupide mais c'était bien une des rares choses dont elle restait convaincue, même si pour beaucoup, on pouvait considérer cela comme naïf de sa part. Puis, Tahia se rendit compte que le jeune homme s'était décalé lorsqu'elle était venue près de la table et d'un coup, la gêne revint, lui faisant se demander si elle ne ferait pas mieux de retourner à sa place. Détournant légèrement la tête, de honte ou de gêne, l'adolescente demanda alors d'une petite voix:

" Je...Je peux vraiment m'asseoir? "



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Sam 31 Oct 2015 - 15:02

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 907
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Elle était restée là debout, même pour lire ce qu'il avait écrit. Immobile. Il n'osait pas la regarder. Maintenant qu'il y pense, il aurait peut-être du répondre de vive voix ? Peut-être était-ce ce qu'elle attendait... Mais sur l'instant, il avait eu trop peur de l'intimider et il avait décidé de ne pas s'immiscer dans les sentiments des autres, se cachant derrière son mur mental protecteur. Et maintenant je peux même plus lever les yeux de ma table... J'ai l'air malin. De plus, il savait bien qu'il avait écrit ce qu'il ressentait et ce qu'il y avait de mieux à faire alors que l'on habité par un vide, quel qu'il soit, mais c'était des choses de l'ordre de l'évidence, et pas forcément le plus facile à faire. Lui-même devait vivre avec le poids de son bagage derrière lui -Putain de valise de quinze tonnes.-, pourtant il était tout aussi incapable de se défaire du passé, même à coup de rencontres incroyables et heureuses.

Et puis elle s'exprima à haute voix. Genre... pour de vrai ? Là ? Maintenant ?! Il ouvrit grand ses yeux d'argent avant de doucement se tourner vers elle. La surprise avait détruit son malaise. La reconnaissance dut se lire dans son regard ; il était à la fois étonné et ravi qu'elle puisse faire preuve d'un tel courage... Elle l'avait écrit ; elle était méfiante et terrifiée par les autres, à cause d'événements qu'elle aurait vécu, trop intenses et horribles pour une petite fille... Qu'elle fasse un effort à son encontre le rempli de joie... qu'il dut contenir au fond de lui.

Se rappelant de tout ça, il se força à vite cacher ses émotions. Autant pour lui que pour elle, le premier car c'était son habitude, la seconde pour ne pas la faire fuir après cet instant magique de bravoure pure. Ce serait dommage qu'elle ait peur maintenant. Il posa ses deux mains sur la table, fixa ses doigts se triturant les uns les autres sans but, comme un enfant. :

-O... Oui... chuchota-t-il en l'invitant à s'asseoir.

Que dire maintenant qu'elle est à côté de lui ?... Que faire maintenant qu'elle était si proche, à tendre la main qu'elle pourrait lui frôler le bras ? Ne pas penser à ça, ne pas penser à ça... Après tout, Aria a déjà violé mon espace vital sans prendre de gants et ça c'était très bien passé hein... La proximité avait annihilé ses capacités de réflexion. Un ange passa... Il dut prendre une grande inspiration avant d'enfin trouver une idée, retenant la voix car, après tout, ils étaient encore dans la bibliothèque. :

-Je te remercie... déjà... à propos de ce que tu as dit sur ma bêtise... Et la reste... Je suis content que tu penses comme ça. En sachant qu'on peut sourire, qu'on en a le droit, on peut y arriver plus facilement.

Et pour ponctuer ses mots, il le fit lui-même, avec un pincement au cœur... Leur rencontre avait quelque chose de triste et de beau à la fois, il s'en rendait bien compte. :

-Je... Tu as d'autres questions ?



#   Mar 3 Nov 2015 - 17:15

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 395
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Comment en étaient-ils arrivés à cette situation, exactement? Il n'y avait pourtant rien qui avait laissé à penser que les choses seraient différentes aujourd'hui ou que la journée serait tout sauf normale. Tahia avait pourtant pensé que son passage à la bibliothèque se passerait sans problème, du moins que les choses se passeraient comme d'habitude, qu'elle pourrait travailler, finir ses livres et peut être en prendre d'autres. Mais visiblement, c'était peut être trop demander et le destin avait voulu lui compliquer encore plus la vie en rajoutant de nouveaux éléments qu'elle n'avait pas prévu pour aujourd'hui dans son programme. Quoiqu'au fond, est-ce que la situation actuelle la dérangeait? Pas vraiment non, au contraire, cela aurait même pu être très bien s'il n'y avait pas eu quelques soucis à côté. La jeune fille était très hésitante à vouloir s'asseoir à côté de Nicolas, même si elle lui avait demandé si elle pouvait vraiment s'installer à côté de lui et que ce dernier avait accepté, mais il semblait qu'elle ne soit pas la seule à être aussi réservée, sur le coup. C'était, en tout cas, ce qu'elle se disait alors qu'elle observait encore un peu son camarade: il n'osait pas la regarder, se triturait les doigts et...il semblait avoir peur. Il avait peur d'elle? Si tel était le cas, la brune n'y comprenait rien. C'était elle qui était supposée avoir un peur et se méfier, malgré le sentiment de confiance qui commençait petit à petit à apparaître. Elle avait donc de bonnes raisons d'être surprise que l'adolescent se montre légèrement effrayé, sauf si elle se trompait mais elle avait un énorme doute là-dessus. Elle savait ce que c'était d'avoir peur et de craindre la proximité des autres.

Aussi, Tahia finit par s'asseoir à côté du jeune homme, malgré la petite angoisse qui avait commencé à monter un peu au creux de son ventre. Un long silence s'était écoulé entre eux et l'adolescente se demanda comment s'en était arrivé là. Elle n'était pourtant pas aussi gênée et méfiante d'habitude, même en présence d'un autre homme. Mais elle semblait avoir oublié aussi que les hommes en question, elle les avait déjà rencontrés avant et leur faisait confiance, ce qui n'était pas le cas pour Nicolas, qui était un inconnu pour elle, malgré l'échange écrit qu'ils ont eu quelques minutes plus tôt. Donc autant dire qu'ils n'en menaient pas large, l'un comme l'autre, ce qui était particulièrement frustrant pour la jeune fille, qui parvenait d'habitude à trouver plus ou moins quelque chose pour lancer une conversation. Mais là, la situation ne s'y prêtait pas vraiment: aucun des deux n'osait se parler pour l'instant et ils se trouvaient dans une bibliothèque, ce qui n'allait pas faciliter la moindre tentative de communication entre eux. Pourtant, maintenant qu'ils en étaient arrivés là, cela serait dommage qu'elle se lève et retourne à sa place alors qu'ils pourraient essayer de se parler normalement, ce qui n'allait surement pas être le cas à tous les coups. Sans doute cela aurait été plus facile s'ils n'avaient pas été restreints par le fait qu'ils devaient chuchoter entre eux, ou au mieux parler à voix basse, s'ils ne voulaient pas se faire réprimander parce qu'ils parlaient trop fort. Les possibilités étaient donc extrêmement limitées et ce n'était pas pour plaire à la guérisseuse.

Et pourtant, après ce qui avait semblé être une éternité, Tahia entendit de nouveau la voix de son voisin, ce dernier la remerciant pour ce qu'elle avait dit. Tournant la tête vers lui, elle répondit timidement au sourire que lui offrit Nicolas mais se détourna rapidement, réellement gênée de la situation. Bon sang...vivement qu'elle sorte de la bibliothèque, c'est pas possible qu'elle continue de se comporter comme une petite fille! Elle entendit alors le jeune homme lui demander si elle avait d'autres questions. Elle prit le temps de réfléchir à un moment à cette question, sachant qu'elle aurait forcément des choses à lui demander et que malgré sa gêne, sa curiosité était toujours présente, ce qui expliquait pourquoi elle ne partait pas maintenant. Pensant alors à un point que son camarade avait écrit dans un de ses messages, l'adolescente se tourna une nouvelle fois vers Nicolas avant de lui demander:

" Tu m'avais dit que tu avais été initié récemment. Tu es tombé sur quoi pour ton initiation? Je suis une Air Solaire, pour ma part, donc une Guérisseuse. "

Et alors qu'elle finissait sa phrase, une nouvelle pensée traversa l'esprit de la brune, qui reprit aussitôt.

" Et par pitié, dis moi que tu n'es pas un Tonnerre. Je n'ai rien contre ceux possédant cette affinité mais à chaque fois que je suis tombée sur une de ces personnes, il y a toujours eu quelque chose d'étrange ou qui sortait complètement de mon quotidien. Même si vu comment c'est parti, je ne serai pas étonnée que tu me dises que tu en es un... "  



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Jeu 5 Nov 2015 - 18:25

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? : Mekaro Kre - Jérémy Bonnet
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 907
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 24
Humeur : En pleine réparation...

Le silence... C'est terrible que le silence entre deux personnes. On les entend presque penser, on peut voir le moindre de leurs mouvements nerveux. A croire que, lorsque l'ouïe n'est pas utilisée, l'humain développe tous ses autres sens dans la compréhension de l'autre. Malheureusement pour Nicolas, ses autres sens comptait aussi ce pouvoir intrusif qu'il détestait par dessus tout. Frustration. Gêne. Méfiance. Chut. Ces émotions faisaient écho aux siennes mais il refusait d'y prêter plus d'attention que ça, sinon il allait devoir suivre deux dialogues à la fois, de ce qu'il voit et entend de ce qu'il pressent. Et la situation lui paraissait déjà bien assez compliquée pour y ajouter du délire, même s'il avait l'habitude de parler dans sa tête, ce cinglé.

C'était tout ce qui l'avait traversé avant de pouvoir enfin la remercier et d'engager la conversation... De manière bancale, certes, mais ça donnait au moins le moyen à Tahia de rebondir. Ouais, voilà, y'a qu'à imaginer qu'on se fait un tennis, tranquille. Sauf que la balle qu'elle lui renvoya était une bombe... Et elle visait plutôt bien en plus, puisqu'il se prit une claque mentale telle qu'il crut un instant l'entendre résonner dans son crâne.

Les Tonnerres sont-ils tous aussi bizarres ?... J'ai rencontré Ludmi en courant mais elle m'avait l'air... cool. Bon c'est souvent le bordel à notre étage mais, on s'en sort encore je trouve... Enfin... Merde... Je suis bizarre moi aussi ?

Pensée retranscrite à l'oral dans un magnifique :

-Euuuuuuuh...

Quel... charisme. Les joues aussi rouges que possible, il ne savait plus où se mettre. En fait, il était gêné de la décevoir sur ce point... même s'il avait pas demandé à être comme ça. Il gratta son arcade blessée, mal à l'aise. J'aurais bien voulu faire la blague du "Bon ok, je te le dis pas" mais là... :

-Euh... Désolé. Je suis Tonnerre Solaire... Un Sensitif.

Il se serait bien excusé une fois de plus mais Huo lui avait demandé de calmer ses ardeurs à ce sujet... Donc, autant que faire se peut, il allait essayer de prendre de bonnes habitudes.



#   Dim 8 Nov 2015 - 4:17

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 395
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

C'était un Tonnerre... La simple hésitation de Nicolas avait suffi pour que Tahia en vienne à cette conclusion, à son plus grand damne et sans que le jeune homme n'ait eu besoin de lui répondre. L'envie ne manquait pas à la brune de poser sa tête contre le bureau et de désespérer d'être encore une fois tombée sur quelqu'un ayant visiblement un lien avec tout ce qui se rapproche de près ou de loin à de l'électricité. Sauf que si elle faisait cela, pas de doute que son camarade pourrait s'imaginer qu'elle avait quelque chose contre les Tonnerre, ce qui était tout sauf le cas, donc elle se contenta de soupirer en posant une de ses mains sur ses yeux, se demandant encore et toujours ce qu'elle avait à rencontrer quasiment tout le temps des personnes ayant cette affinité. Est-ce que dans une vie antérieure, elle avait été une Tonnerre ou avait été en conflit permanent avec des Tonnerre? Parce que, mine de rien, sur toutes les personnes qu'elle a pu rencontrer jusqu'à présent, de son arrivée dans l'institut jusqu'aux vacances qu'elle avait passé, il lui semblait qu'elle s'était retrouvée principalement en compagnie de Tonnerre qu'avec d'autres éléments. Il y avait dont de quoi se poser sérieusement des questions. Certes, on pourrait dire que c'était simplement le hasard qui faisait que l'adolescente se retrouvait assez souvent avec l'un de ces derniers. Mais au bout d'un moment, cela commençait à devenir réellement étrange et cela ne l'aidait pas du tout à savoir si c'était vraiment du hasard ou si le destin faisait vraiment exprès de la mettre le plus souvent possible avec une autre personne possédant le contrôle du Tonnerre.

Tahia sortit de ses nombreuses pensées lorsqu'elle entendit Nicolas s'excuser avant de lui confirmer qu'il était un Tonnerre, plus exactement un Tonnerre Solaire, donc un Sensitif. Pendant un instant, l'étudiante se demanda pourquoi son camarade s'excusait et pourquoi il semblait aussi gêné avant de comprendre que la façon dont elle avait mentionné le fait qu'elle aurait voulu qu'il ne soit pas un Tonnerre n'avait pas dû être très rassurant. Maintenant, il ne manquerait plus qu'il s'imagine que tous les Tonnerre étaient des dingues ou vraiment bizarres... Et s'il se posait actuellement cette question de savoir s'il est bizarre ou non? La brune ne pouvait pas en être entièrement certaine, elle n'était pas Télépathe ni une Sensitive mais elle devait à l'expression du visage du jeune homme et à son excuse qu'il devait surement se poser la question.

" T'as pas à t'excuser de quoi que ce soit. On ne choisit pas l'élément et le pouvoir que nous apprenons à contrôler, c'est plutôt lui qui nous choisit, en fonction de ce que nous sommes. "

Autant le rassurer, plutôt que de râler sur le fait qu'elle avait encore affaire à un autre Tonnerre, d'autant plus que, comme elle l'avait dit, ce n'était pas la faute de l'adolescent si les choses ont voulu qu'il puisse avoir un contrôle sur l'électricité. Et puis, on ne pouvait pas dire qu'il possédait un pouvoir simple à contrôler, au contraire, Tahia se doutait qu'être Sensitif ne devait pas être amusant tous les jours, surtout en sachant que Nicolas avait été initié récemment. De ce qu'elle avait déjà lu sur ce pouvoir, une personne possédant ce dernier pouvait ressentir les sentiments des gens autour de lui et autant dire que si on ne parvenait pas à fermer son esprit à toutes ces émotions, cela aurait de quoi rendre fou. Comme quoi, l'adolescente était bien contente d'être Guérisseuse, même si cela signifiait qu'elle devait aussi apprendre à quelques idiots qu'il valait mieux pour eux qu'ils se soient blessés à cause d'un accident que parce qu'ils se sont battus entre eux. Et en voyant les livres posés sur le bureau, elle devina que le jeune homme était surement venu pour se renseigner sur le sujet des Sensitifs, ce qui était compréhensible. Elle avait fait de même quand elle avait été initiée, bien que cela ait été plus simple qu'elle ne l'aurait cru, vis à vis du fait qu'elle pouvait entendre et voir plus ou moins le vent autour d'elle et qu'elle pouvait désormais soigner "magiquement" les blessures, même si cela ne fonctionnait vraiment que pour les blessures légères.

Cependant, une petite chose commençait à embêter légèrement Tahia. Encore une fois, elle avait dû chuchoter à son camarade sauf que cela devenait vraiment handicapant et qu'il valait mieux pour eux qu'ils puissent parler plus librement. Elle ne voulait pas partir tout de suite de la bibliothèque, même si elle allait devoir reporter son travail pour plus tard, mais il fallait qu'ils puissent trouver un endroit où ils pourraient parler comme ils souhaitent, sans déranger qui que ce soit pour autant. Réfléchissant un moment, son regard passa de nouveau sur les livres qu'avait récupérés Nicolas avant qu'une idée lui vienne à l'esprit et qu'un petit sourire apparaisse sur son visage. Se redressant alors, l'adolescente reprit rapidement:

" Je dois aller demander quelque chose à la bibliothécaire. Cela ne sera surement pas long, tu peux m'attendre quelques minutes? Profite en pour réfléchir à si tu as des questions à me poser, toi aussi. "

Puis se détournant, la jeune fille partit en direction de l'accueil où se trouvait la bibliothécaire, lui demandant si elle pouvait avoir la clé de la réserve, étant donné qu'elle faisait des recherches concernant les Sensitifs mais ne trouvait rien qui puisse vraiment l'aider. En temps normal, on lui aurait surement interdit mais la bibliothécaire avait pris l'habitude de voir l'adolescente dans le bâtiment et savait que cette dernière était plutôt calme et ne venait demander quelque chose que parce que c'était réellement nécessaire et non pour une autre raison. Aussi, Tahia se retrouva rapidement avec la clé de la réserve en main et promit qu'elle la rendrait sitôt qu'elle aurait trouvé tout ce dont elle aurait besoin. Après quoi, elle retourna à la table où se trouvait encore Nicolas avant de déclarer, un sourire aux lèvres et en montrant la clé.

" On peut aller dans la réserve. C'est rare qu'on y trouve quelqu'un et on ne devrait déranger personne vu qu'on sera dans une autre pièce. Donc, tu viens? "  



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
 

Un morceau de papier pour laisser les maux s'écouler [PV Nico]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant