Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
On a des choses à se dire je crois {Princesse ♥}
#   Mer 9 Déc 2015 - 0:02

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 927
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je l'avoue je crois que j'ai abusé. Et en plus j'ai même pas l'excuse du "je savais pas que ça ferait ça" parce que... Ben en fait je l'avais déjà fait. Donc je le savais. Ce qui explique que je me suis retrouvé dans une foutue tornade enflammée.

Sinon moi ça va hein... Enfin presque. J'ai juste la jambe pétée (oui encore) et j'entends rien. Enfin si maintenant j'entends un peu. Les Guérisseurs m'ont bien rafistolé les tympans au final. Il vaut juste mieux ne pas me hurler à côté ni parler trop doucement sinon j'entends pas. J'avoue que c'est reposant en vrai. Le temps qu'on m'envoie à l'hosto, qu'on me rafistole et que je puisse enfin dormir. Non parce qu'en vrai j'en avais besoin je crois. Et la morphine on peut dire ce qu'on veut mais quand on a besoin de pioncer ça soulage.

J'suis pas dans le gaz, juré ! J'ai atterri là même si le réveil a été dur. Mais ils veulent pas me donner trop d'anti-douleur ces méchants. Genre ! J'suis sur que c'est pour me punir en vrai. M'en fous, je me plaindrai. A qui je sais pas mais je me plaindrai.

Je m'ennuie aussi. Personne est encore venu me voir. Puis moi... Enfin je sais pas. Je voulais voir ma Princesse et on est pas dans la même chambre voilà. Nan mais après je comprends. Pas de risques et tout. Mais quand même je veux la voir. Je veux savoir si elle va bien. Et j'en ai besoin. Pour me rendre compte que c'est... Fini ?

Je me suis levé et j'ai attrapé ces foutues béquilles que je hais. Dire que je pensais en être débarrassé après avoir guéri ma cheville. Je crois que l'infirmière a failli faire une crise cardiaque quand je me suis pointé d'ailleurs. J'ai une tête si horrible que ça ? Je pensais pas que c'était à ce point mais j'ai du lui faire pitié au final parce qu'elle m'a donné le numéro de la chambre.

Je clopine doucement jusqu'à la porte et toque doucement avant d'entrer. Elle est là, assise sur le lit, et je lui lance un sourire un peu faible.

-Bonjour Aoi.


#   Mer 9 Déc 2015 - 14:27

Personnage ~
► Âge : Vingt-deux.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Tout mon corps me lance. Je suis restée, durant un moment, dans une inconscience bienfaisante. Ca m'a fait du bien, je l'admets, après toutes cette rage et cette énergie déversée dans l'arène. Mes rêves et cauchemars m'on laissée seule pour la nuit. La nuit qui a duré très, très longtemps, semble-t-il. J'aperçois le soleil du matin à travers les rideaux de ma chambre d'hôpital. De la morphine coule jusque dans mes veines, et je me sens…apaisée, un peu. Pourtant, j'ai encore mal. Chaque mouvement est difficile à m'arracher. Sûrement l'ai-je mérité...

Norah est venue me voir et m'a gentiment rapporté mes cours. Je l'ai tannée un moment pour ça. Pourtant ils sont posés là, devant moi, éparpillés sur les draps, et je fixe la course du soleil d'un air vite, en tentant d'y trouver une forme d'apaisement. C'est à cause d'eux si on en est arrivés-là, hein… À cause de moi, aussi. Il ne faut pas se leurrer. Cette constatation amère me serre la gorge. Je ne vex pas repenser à tout ça.

Machinalement, je veux triturer mes cheveux. Mais ils sont plus courts, trop, peut-être. Mes mèches ont brûlé et sont encore roussis. Il faut que je me les recoupe. Je me sens amputée de quelque chose d'important. C'est stupide. C'est que des cheveux, après tout. C'est stupide, mais ça me fait mal. Comme tout le reste. Tout ce qu'il s'est passé.

Tout à l'heure, je me suis levée pour me débarbouiller. J'ai été intensément choquée par le reflet que j'ai aperçu dans la glace. Mon visage brûlé. On dirait un monstre. Un monstre de laideur et d'infirmité...

Quelqu'un toque à la porte. Je suppose que ce doit être Norah, ou Yuuna, Tomoe ; Mitsuki peut-être - j'aimerais que ce soit elle j'ai besoin de pleurer dans les bras de quelqu'un qui ne me jugera pas avec trop de violence.

Pourtant, ce n'est pas elles. C'est Huo qui apparaît sur le seuil. Ma gorge se serre et refuse de me laisser lui répondre. Je me contente de détourner le regard, garde le silence le temps que mon ventre ait fini de jouer à faire des looping.

— Bonjour, je souffle.

J'essaie de ne pas me concentrer sur ses blessures. Je sais que lui se concentrera sûrement sur les miennes. Norah préfère attendre avant de soigner le reste, effacer les marques. Mon corps s'est régénéré trop rapidement et de trop de fois aux mêmes endroits. C'est dangereux.

— Tu es venu pour me faire culpabiliser ?

Je dois être injuste, certainement. Mais lui aussi l'est. Je ne veux pas qu'il me dévisage. Je me sens horrible. Laide. Je ne reconnais plus ni mes pensées, ni mon corps.



Je vole en #F54759
#   Mer 9 Déc 2015 - 20:01

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 927
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J'essaye de ne pas trop la détailler. Mais c'est dur. Elle est là et je n'arrive pas à la regarder dans les yeux. Je ne vois que sa peau rougie, brûlée. Et c'est ma faute. J'aurais pu choisir quelqu'un d'autre en définitive. Faire en sorte que ce soit... Moins difficile ? Quelque chose du genre. Mais non. J'ai juste foncé comme le débile que je suis. Je lui ai encore fait du mal. Surement plus psychologiquement qu'autre chose.

Je repense à tout ce qu'on s'est dit dans l'arène. Ces phrases que je lui ai jeté à la gueule - craché. Peut-être que je ne le pensais pas. Mais je l'ai dit. Et elle ne me le pardonnera surement jamais en définitive.

-Culpabiliser... Pour me punir plutôt ?

J'esquisse un sourire sans joie, resserre ma main sur la poignée de ma béquille. C'est bien ça. Me punir. Me faire encore du mal à moi-même. On en revient toujours à ça. Je m'empêche d'être heureux parce que je pense ne pas le mériter. Quel con ! Pourquoi j'avais besoin de l'impliquer ? Huo tu es con.

-C'est juste que je voulais- Je sais plus bien. J'crois que je voulais qu'on parle. Mais je vois pas bien par où commencer.

M'excuser peut-être ? Je pense pas que ça servirait. A quoi bon de toute manière ? Si elle décide de ne pas me pardonner toutes les excuses du monde n'y changeront rien. Je m'avance un peu et referme la porte derrière moi. Je n'ose pas vraiment avancer. Pourtant je meurs d'envie de la prendre dans mes bras, de juste caresser sa joue ou de l'embrasser. Putain qu'est-ce que je suis con parfois.

-C'était pas ta faute.

Je crois que ça par contre c'est vrai. Plus que tout le reste. C'est moi qui a déconné plein tube. De bout en bout. Et je veux pas qu'elle se reproche ce qu'il s'est passé parce qu'au fond ça reste moi qui ait amené la situation à ce qu'elle est.


#   Mer 9 Déc 2015 - 22:35

Personnage ~
► Âge : Vingt-deux.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Il ne regarde pas mes yeux. Évidemment. Je ne m'y attendais pas vraiment, pour être honnête. Ce doit être plaisant à observer, mon état. Est-ce que ça lui apporte quelque chose ? Du bonheur ? De la fierté ? Sûrement pas. Je sais que je me fourvoie. Que j'abuse, que j'pense à des stupidités ; mais mon cœur se serre, ma respiration est plus douloureuse.

Mes yeux se ferment. Du calme, Aoi. Arrête de penser à tout ça. Tu connais Huo, il n'est pas... comme ça. Une boule se loge dans ma gorge à cette pensée, et je repense à ce qu'on s'est dit dans l'arène. Est-ce que c'était vraiment que des mots en l'air ? Je sais pas trop quoi en penser...

Une punition ? Un sourire neutre se glisse sur mes lèvres. Parce que c'est une punition de venir me voir, maintenant ? Ahh... Où est-ce qu'on en est arrivés, au juste ?

Il parle et je ne le regarde pas plus lorsqu'il le fait. Parler. Me dire que ce n'est pas ma faute. S'il savait à quel point ça me rend indifférente, à l'instant. À quel point ce qu'il me dit me passe au-dessus. Parce que je ne sais plus de quoi parler avec lui, il n'y a plus rien à expliquer. C'est ce que j'aimerais croire, pour que ce soit plus simple. Mais j'aimerais tellement qu'il n'y ait pas cette tension et cette tristesse entre nous.

Un regard vers Huo. Puis je rassemble mes cours, les prends et les balance à côté du lit. La pile s'étale au sol dans un bruissement. Mes yeux dans les siens. Il va se fatiguer sur sa béquille.

— Viens t'asseoir. Comment va ta jambe ?

Les mots s'échappent, légers, prononcés les uns après les autres sur un ton qui n'exprime que de la lassitude. Un peu d'inquiétude, peut-être. Un peu de remord, sûrement.

Je ramène mes jambes contre moi. Grimace. Il me faut quelques secondes pour pouvoir lui répondre réellement. Un soupir, et j'appuie mon menton sur mes genoux, les yeux perdus dans le vide. Parce que je refuse de le regarder.

— Si ce n'est pas ma faute, qui est fautif ?

Un sourire désabusé.

— L'un et l'autre. Et ces trucs.

Un geste de la tête vers mes cours.

— Ça sert à rien. C'est tellement vain. J'en ai marre de m'acharner. Avec toi aussi, j'en ai marre de m'acharner. C'est pas comme si ça changeait quelque chose.

Un rire, et je cache mon visage dans mes bras, les yeux humides.

— J'espère que le combat t'a fait du bien. Félicitations, d'ailleurs. Tu vas devenir Master. Ce sera bien. Tu le mérites.



Je vole en #F54759
#   Mer 9 Déc 2015 - 23:00

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 927
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Ca la fait sourire. Pourtant je le pense. Mais je commence à la connaitre. Elle veut toujours croire que c'est de sa faute quand il se passe quelque chose. Je ne comprends pas bien d'où ça vient cette volonté de toujours se faire culpabiliser. Elle rassemble les papiers qui traînent sur son lit et les jette par terre. Ses cours surement. Je me sens tellement stupide qu'on se soit disputé pour ça au final. Est-ce que ça en valait la peine ?

J'hésite un peu, finis par m'avancer lentement, je m’assois sur le bord de son lit, les jambes dans le vide. Elle ne me regarde pas. J'aimerai qu'on arrête de fuir pourtant. Je sais qu'elle aussi elle doit voir ds choses à me dire même si elle ne semble pas le croire. Tout ce qu'on est... Notre relation même est basée sur des non-dit. Des choses qu'on devine, qu'on tait. Au bout d'un moment je pense qu'il faut aussi des certitudes pour que ça marche, qu'au moins ça aille mieux

Ses paroles me font mal aussi quelque part. Et ça prouve aussi que c'est ma faute. Si j'avais donné plus, que je lui avais fait confiance. On en serait pas là. Avec toute cette tension, cette tristesse enfouie.

-Ca m'a pas fait du bien non. C'était même carrément horrible. Je veux plus devoir me battre contre toi Aoi. Pas comme ça. Même... Devenir Master. J'm'en fous.

Je m'en fous si c'est sans toi. Ca a plus aucun sens de faire ça. Je voulais changer. Mais au final j'ai fait que tourner en rond. Je veux que ça s'arrête.

-Ca aurait pas dû arriver. Pas comme ça. J'aurais pas dû avoir besoin de ça pour réaliser que je- A quel point t'es importante pour moi.

J'ai la gorge serrée et je renifle un peu. Ho non c'est pas le moment de craquer vraiment. Pas que l'envie m'en manque mais si je me met à chialer ça va pas nous aider là vraiment. Je pince les lèvres et respire lentement pour me contenir.

-J'ai été stupide de rejeter la faute sur toi. Je suis désolé.


#   Jeu 10 Déc 2015 - 11:44

Personnage ~
► Âge : Vingt-deux.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

L'émotion se lit dans sa voix ; elle vacille dans ses yeux, dans sa gorge, et je ne peux que la contempler, de loin. Pourtant, elle devrait me toucher, au moins un peu ; je ne sais même plus ce que je ressens, j'ai simplement l'impression que tout est vide, que tout est plat. Ce serait tellement plus simple de dépasser ma colère et ma rancune pour lui dire "Eh, oublions tout ça, tu veux ? Moi aussi je t'aime."

Pourtant, je ne le fais pas. Je reste la tête entre les bras en luttant pour ne pas pleurer, en refusant le contact visuel, parce qu'il est trop douloureux. Je ne sais pas si c'est parce que je ne veux pas qu'il me regarde, ou si c'est parce que je ne peux pas le regarder ; dans tous les cas, le résultat est le même. Il ne se passe rien. J'ai envie de tout laisser tomber. De toute manière, ce n'est pas comme si quelqu'un s'en plaindrait, ici. J'ai probablement perdu Mitsuki, j'ai perdu Allen. J'ai perdu Huo. Au fond, j'essaie de me dire qu'y a encore un espoir, que le fait qu'il soit ici est une preuve qu'on peut continuer à avancer. Mais je me souviens de l'arène, je me souviens du couloir et de la salle d'entraînement, et j'abandonne. Mon cœur se serre à cette pensée douloureuse.

Il s'assoit. Je dois être injuste avec lui, quelque part. Mais est-ce que je n'ai pas le droit d'en vouloir à quelqu'un qui m'a blessée à ce point ? Une voix dans ma tête me dit qu'il ne vient que pour faire bonne figure, mais je sais que c'est faux. J'aimerais que ce soit faux.

Il reprend la parole. Mon poing se serre à m'en faire mal. Je redresse la tête et lui adresse un regard vif, les joues mouillées. Je suis atterrée. Complètement atterrée.

— Pourtant, c'est arrivé, je siffle en coupant court à ses excuses. C'est sûr que c'était une idée de génie.

Huo a l'air triste. Ahah. J'aurais presque envie de dire tant mieux. Mais ce serait cruel. J'aurais envie d'être cruelle... Pourtant, je l'ai déjà été. Trop, peut-être. En même temps, mon cœur se serre une fois de plus.

Je m'essuie rageusement les joues du dos de la main et gémis de douleur. Cette constatation me donne envie de pleurer encore plus fort.

— J'en veux pas de tes excuses, je souffle, la voix brisée par un sanglot.

Là, je me recroqueville pour qu'il ne soit pas tenté de s'approcher. Je n'ai plus aucune force, plus aucune possibilité d'utiliser mon pouvoir, et je me sens démunie. Comme si j'avais fait entrer le loup dans la bergerie.

Je me dégoûte. Lui aussi. Mais il ne doit pas comprendre ma hargne soudaine. Il faut bien que je la lui explique, hein ? Je souffle pour reprendre mon calme. Impossible.

— Ne redis plus jamais que tu t'en fous.

Mes yeux se relèvent vers lui. Mes mots sont durs, mais encore teintés de mes pleurs.

— Ne redis plus jamais qu'on s'est mis dans cet état et qu'au final tu t'en fous d'être Master.

Et plus brusquement, je reprends :

— Tu n'as pas répondu au sujet de ta jambe.



Je vole en #F54759
#   Jeu 10 Déc 2015 - 20:06

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 927
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je ne bouge pas, les poing crispés je la regarde juste. Je devrais pas être là. J'aurais pas dû venir. Si elle ne veut pas de moi j'ai rien à faire ici. Peu importe à quel point je le veux les choses ne se passent pas comme ça. Je le savais. Et j'ai plus la force de prétendre que tout se passera bien si même elle n'y crois pas. Peut-être qu'elle n'y a jamais cru ? Il est là le problème. Quel que soit la force avec laquelle je voudrais que ce soit vrai, si elle n'y croit pas, comment ça peut marcher ?

Ses yeux me transpercent. Juste ses joues mouillées et elle renifle en écrasant ses larmes sur sa peau. Je sais qu'elle ne veut pas de mes excuses. Bien sûr que je le sais. Après tout ce que j'ai dit comment elle pourrait me pardonner ? Sa souffrance me touche tellement mais je- Elle ne veut pas que je la console. Parce que c'est ma faute. J'ai eu un mouvement mais elle s'est tellement tassé sur son lit que j'ai failli m'éloigner et me lever.

Ca fait tellement mal de se sentir rejeté comme ça. Mais je suppose que c'est aussi ce qu'elle a ressenti. J'ai juste ce que je mérite. Je me sens blessé encore. Je plante mes yeux dans les siens. Oui je m'en fous. Je m'en fous parce que j'ai pas fait ça juste pour le plaisir de te faire mal. Ni parce que je voulais me battre contre toi pour passer Master.

-Je m'en fous pas, je réponds d'une voix un peu dure. De toute façon j'ai pas le choix maintenant, pas vrai ? Tu sais je voulais te rendre... Fière. Je voulais que tu comprennes que j'ai changé. Même si c'est pas le cas, que tu vois que j'ai au moins essayé. Ma jambe on s'en fiche. C'est pas vraiment là que j'ai mal.

Ma lèvre tremble un peu. C'est dur de mettre des mots là dessus. J'ai tellement pas l'habitude de parler de ça. De ce que je ressens. Et mes mots sont surement pas les bons. Si ça se trouve ils font juste mal. A moi aussi.

-J'avais besoin que tu crois en moi Aoi. J'en avais tellement besoin putain. Parce que moi je sais pas le faire. Je sais plus même si je fais très bien semblant.

J'expire un peu, tremblant.

-Et j'sais que j'ai fait n'importe quoi. Et t'as toutes les raisons du monde de m'en vouloir et de pas me pardonner. Mais je veux que tu comprennes.

Je me mordille la lèvre. Comprendre quoi au fond ? Que je suis qu'un con ? Ca elle le sait déjà. Si ça se trouve y a pas d'autre raison. Elle a surement raison de laisser tomber.

-Je veux juste savoir si ça vaut le coup que je te parle de tout ça.


#   Jeu 10 Déc 2015 - 22:21

Personnage ~
► Âge : Vingt-deux.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Injuste. Je suis injuste. Mon coeur se serre à cette pensée et je tente de ne pas y penser. Difficile. Il est là, il est juste devant moi, et il m'observe avec cette infinie tristesse, ce remord qui doit le ronger autant qu'il me ronge. Mais je ne veux plus que l'on vive ce qu'on a déjà vécu auparavant. Les reproches, les engueulades perpétuelles ; je n'ai plus assez de force pour les subir constamment, pour supporter de les porter sur mes épaules. Je ne veux pas non plus oublier ce qu'il m'a dit. Parce que s'il n'y a pas de confiance entre nous, s'il est incapable de croire que je me fiais à lui, on ne peut pas avancer. Maintenant, je n'ai plus envie de me fier à lui. La confiance, ça se mérite. Il a perdu la mienne. Qu'il l'assume, à présent.

Mes yeux se détournent. Fière ? J'aurais été fière, dans d'autres circonstances. Je le suis, au moins un peu, bien entendu. Parce que je tiens toujours à lui, que... Plein de choses. Il est toujours le même, pour moi. "Le même, en mieux", comme on dit. Parce qu'il a évolué. Qu'il a toujours été conciliant avec moi. Mais ces derniers temps, il a été égoïste. Ca, je peux le supporter, le cautionner. Je l'ai aussi été. Mais je n'ai jamais été odieuse à ce point avant lui.

Je continue à pleurer, silencieusement. Je ne sais pas quoi répondre, en fait. Parce qu'il y a à la fois trop et pas assez à dire. Mon regard se fait argent l'espace d'un instant. Mais rien. Pas un tressaillement de l'air ne vient troubler l'ambiance de la pièce. J'ai envie de me jeter par la fenêtre.

— Ce que tu ne comprends pas c'est que j'ai toujours cru en toi. Après la salle de musique, et après l'hôpital ; après la salle d'entraînement, quand tu as joué au con, et après le parc, après Noël, après nouvel an, et après toutes ces autres fois. Après ma masterisation, plus fort encore, et même quand tu es parti jouer au héros à Hong-Kong. J'ai toujours cru en toi. Je t'ai toujours fait confiance. Mais toi tu continues à croire que je t'ai choisi par défaut, ou que je t'ignore parce que j'en ai envie. Ce que tu ne comprends pas, toi, c'est que moi aussi j'avais besoin que tu croies en moi. Mais le problème est que ce n'est pas moi qui ne t'ai pas fait confiance. C'est toi qui ne m'a jamais fait confiance. Et maintenant encore, tu continues.

Je renifle, essuie mes larmes trop abondantes avec un bord de mon drap.

— Je suis fière. Mais tu as été tellement méprisant que je n'arrive même pas à me réjouir pour toi.

Je secoue la tête, et mon mal de crâne s'intensifie.

— Tu demandes toujours aux autres de te faire confiance, mais c'est toi qui refuse de le faire. Tu ne crois en personne. Pas même en toi. Pas même en nous. J'ai espéré qu'on serait assez fort pour supporter une situation difficile pendant un peu moins d'un an, avec la certitude que ça s'arrangerait après. Parce que travailler, ça ne me plaît pas non plus. Ce que je fais, ça ne me plaît plus, parce que ça m'enlève tout ce que j'ai. Mais ce que tu ne comprends pas, c'est qu'il n'y a pas toi que j'ai cessé de pouvoir voir. Il y a Mitsuki, Selvi.

Ma gorge se serre, et un sanglot secoue mes épaules.

— Je n'ai même pas pu voir Allen. Alors que c'est à cause de Mitsuki et moi qu'il est dans cet hôpital, depuis des mois. Tout seul. Il est tout seul et- Et nous on est là.

J'essaie de me retenir mais c'est tellement difficile. J'essaie de respirer. Juste respirer. Mon souffle se bloque un instant dans ma gorge.

— Moi aussi, je me sens seule. Je me suis pas sentie soutenue, et ça fait des mois que ça dure. Et après… Ce combat ? Sérieusement… Qu'est-ce que tu espérais ? Que j'allais me jeter dans tes bras en te suppliant de me pardonner ? Je sais jusqu'à quel point je suis fautive, et quelles excuses j'ai à te faire. Et je te les ferai, quand je serai en mesure de penser correctement. Plus tard… Pour le moment, je ne sais juste pas quoi te dire. Parce que toi, tu ne comprends pas où est le problème.



Je vole en #F54759
#   Jeu 10 Déc 2015 - 22:58

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 927
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je crois que je n'ai jamais compris. Je n'ai pas cherché à comprendre. J'ai été trop égoïste, trop confiant. J'ai agi comme une tête brûlée en fonçant sans penser aux conséquences comme toujours. Je me suis dit que ce n'était pas grave à chaque fois. Que ça passerait et qu'on continuais. Sauf que ça ne marche pas comme ça. Quand je la blesse elle n'oublie pas même si elle pardonne. Quand je refuse de lui faire confiance elle s'en rappelle. Quand je l'oublie elle le sait. Et aimer ne pardonne pas tout, c'est même le contraire.

Alors je l'écoute. Et elle pleure. Combien de fois je l'ai fait pleurer ? Trop. Une seule fois c'était déjà trop mais j'ai pas compris que je devais réfléchir, m'arrêter pour penser en prenant vraiment le temps de le faire. Mais toutes les justifications du monde ne servent à rien quand on est pas sincère. Et même si on l'est ça ne suffit pas toujours.

Je tremble. J'encaisse. Ca fait mal de se faire jeter ses tords et ses travers à la gueule. Mais je crois que je l'ai aussi amplement mérité. Je suis allé trop loin. J'ai été égoïste, méchant, méprisant. Mais quelque part j'avais besoin qu'elle me dise tout ça. Qu'elle vide son sac. Je suis comme ça. Si on ne me dit pas clairement les choses je suis trop con et trop nombriliste pour le remarquer.

Je glisse doucement ma main sur sa joue intacte, essuie une larme. Je me sens pathétique. Elle va me repousser.

-Pardon. Ca suffira jamais mais pardon d'avoir été aussi con. Je comprends maintenant. J'dis pas que je le ferai plus parce que j'en sais rien. Mais je vais essayer.

Je retire ma main. J'ai la gorge serrée.

-Toi aussi t'avais besoin de moi et je m'en suis pas rendu compte. Je suis trop fier pour- Non c'est pas pour ça. J'ai tellement trop vécu seul. Je voulais te faire confiance mais j'ai pas grandi- on m'a pas éduqué comme ça. Ca justifie rien.

Mes yeux me brûlent et je renifle encore. Ho et puis merde. Je plaque une main sur ma bouche pour contenir un sanglot nerveux. Je crois bien que la dernière fois que j'ai pleuré c'est quand j'ai revu Jun à son arrivé à Terrae. Un an ? Deux ? Je tente de me reprendre un peu, de respirer pour que ça passe. Je n'aime pas me sentir aussi faible même si c'est humain.

-J'voulais te parler Aoi. Mais j'avais juste tellement mal que je savais pas comment faire. Je joue toujours au dur, à l'insensible mais je suis juste brisé et je sais toujours pas si c'est réparable. Encore une fois ça justifie pas de t'avoir fait du mal comme je l'ai fait. T'as le droit de pas me pardonner. Si j'étais à ta place je le ferais pas. Mais ça n'empêche pas que je suis désolé.

Je glisse ma main au coin de mes yeux pour empêcher mes larmes de couler. De quoi j'ai l'air là, à essayer de me justifier comme ça sans en avoir l'air ? Elle va encore culpabiliser et c'est pas ça que je veux. Même si c'est trop tard pour ça je veux qu'elle sache que maintenant j'ai enfin compris.

-Maintenant j'ai compris. Et même si tu me pardonnes pas au moins je crois que je voulais comprendre.


#   Jeu 10 Déc 2015 - 23:35

Personnage ~
► Âge : Vingt-deux.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Il se prend mes mots, parfois violents mais toujours désespérés, en plein visage. Ma voix se fait parfois plus pâteuse, mes mots se chevauchent par moment. J'ai du mal à parler, surtout lorsque je parle d'Allen. Mais je ne m'arrête pas. J'ai l'impression que si je m'arrêtais, je n'arriverais jamais à lui pardonner tout ça. Alors je continue, je relâche tout, ouvre les vannes, les vannes de mon coeur et de mes yeux, et je le fais souffrir. Ce n'est pas ce que je veux, mais je veux qu'il comprenne. Il faut qu'il comprenne, sinon on y arrivera jamais. Oui, Huo, oui je veux que ça en vaille la peine. Il faut que ça en vaille la peine. Il faut que ça marche. Qu'on se retrouve, petit à petit, un jour. Je ne veux pas partir, je ne veux pas te laisser partir non plus. Est-ce que tu le comprends, ça ? C'est trop dur. J'ai été tellement blessée, même mon corps en porte les stigmates. Pourtant je peux pas. C'est impossible.

Je sais que tu ne voulais pas me faire de mal.

Cette fois, ça y est. C'est lâché. Tout est dit, je crois. Mon souffle est irrégulier, j'ai l'impression que je vais me noyer dans mes propres larmes. Finalement, je tressaille. Sa main se pose sur ma joue, légère, pour essayer de réduire le flot de mes pleurs. Mais c'est une cascade, Huo ; on n'arrête pas une cascade avec les mains...

Je plante mes yeux dans les siens, ne bouge pas. Presque figée. J'ai un geste vers sa main pour poser la mienne dessus, mais il doit l'interpréter comme un geste de rejet. Il enlève la sienne. Je baisse les yeux. Acquiesce doucement.

Il a compris. Un poids s'enlève. Je ne pardonne pas pour autant, pas encore. Ca prendra du temps, peut-être beaucoup. Mais le voir dans cet état, je-

Je me mords la lèvre. Je ne l'ai jamais vu pleurer. Pas une seule fois en deux ans et demi. J'hésite, des larmes encore dans les yeux, coulant sur mes joues, inondant ma chemise. Ridicule. Ridicules...

Je me redresse et m'appuie sur le lit, me déplace un peu, difficilement. Je glisse ma main sur sa nuque que j'effleure, doucement, avant de chercher à me blottir dans ses bras en tremblants. Le contact me fait mal, mais je m'en fiche. Je m'en fiche...

— Je sais, je souffle. Pardon. Pardon…

Cette fois, j'éclate définitivement en sanglots, sans pouvoir me retenir plus longtemps.

— Plus jamais, je hoquète. Plus jamais… C'était horrible... Je veux plus vivre ça... Je veux plus vivre sans-… plus vivre de cette-...

Et je me remets à pleurer. Encore. Incapable de me calmer.

Je veux pas que tu partes.



Je vole en #F54759
#   Sam 12 Déc 2015 - 19:37

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 927
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je ne pleure presque jamais quand j'y pense. Peut-être parce qu'en général si ça arrive c'est que je me sens vraiment vraiment misérable et ça a tendance à empirer si je chiale. Enfin je dis ça... Pleurer est un grand mot. Ca ressemble à des espèces de hoquets nerveux, des sanglots violents qui me compressent la gorge. Les larmes me font mal, me brûlent les yeux. Pleurer ne m'a jamais été vraiment libérateur. C'est juste douloureux.

Je la sens bouger à côté de moi. Elle m'a écouté. J'en espérais pas autant. Et moi... Je me sens con de pas avoir compris plus tôt ce qu'elle essayait de me dire. Elle n'arrête pas de pleurer, les épaules tremblantes, et moi je ne suis pas vraiment mieux je dois dire. Sa main sur ma nuque est un peu fraîche et je frissonne. Je la prend doucement entre mes bras, pose mon front contre son épaule.

J'aimerais la rassurer, lui dire que ça va aller. Mais ce serait un mensonge. Elle comme moi je pense qu'on va mettre beaucoup de temps à s'en remettre. J'attends de me calmer un peu, de pouvoir à nouveau parler correctement. Ma main caresse son dos lentement. Je suis là.

-Plus jamais Princesse. Je te le promet.

Même si on se remet pas... Ensembles ? Même si on reste juste comme ça. Plus jamais je veux vivre ce déchirement, Cette impression de me couper en deux pour me regarder de l'extérieur. J'ai peur de lui faire trop mal en la serrant dans mes bras. Elle a l'air tellement fragile. Comme moi. Je glisse doucement une min sur sa nuque, esquisse un sourire un peu faible.

-Tes cheveux... Ils sont courts.

Je retiens un rire nerveux. Un juste retour des choses en sommes.


#   Dim 20 Déc 2015 - 21:35

Personnage ~
► Âge : Vingt-deux.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Il me faut un moment pour me calmer. Mes sanglots me brûlent la gorge et les joues, les poumons aussi ; j'ai du mal à respirer, j'arrive à rien, tout est comprimé dans ma poitrine. Huo n'est pas dans un meilleur état que moi, et je crois que je peux dire que je suis… heureuse ? lorsqu'il m'entoure de ses bras. Je m'accroche à son haut en essayant de réfréner mes larmes, sans grand succès. Un nouvel accès de larmes me surprend lorsqu'il me caresse le dos et me promettant que ça ne se reproduirait pas. Comment ça pourrait se reproduire, de toute manière ? Maintenant, si on fait des conneries, on va détruire la moitié de l'institut avec nous, ahah. J'essaie de me raccrocher à ça, cette mini touche d'humour, pour essayer de pas totalement péter les plombs.

Mais en même temps, je parlais pas que de ça. Je parlais de devoir faire le choix entre ce que je dois faire et ma santé mentale. Je n'aime pas ce genre de choix, je n'aime pas avoir à me dire… encore… que tout ça ne serait pas grave. Parce que si, si, c'était grave, c'était juste horrible. Je ne veux plus vivre ça. Je ne veux plus...

Sa main dans mon dos me fait mal. Pourtant, il est doux. Précautionneux. Il fait attention, je crois. Je n'ai pas relevé le visage vers lui. Le voir le visage baigné de larmes me choque encore trop. Mais j'essaie d'y croire, de m'y raccrocher comme je peux. J'aimerais que tout soit comme avant.

Ses doigts sur ma nuque, je frissonne. J'ai encore mal mais je relève les yeux vers lui cette fois. Ne souris pas, de mon côté. Ce n'est pas drôle.

— Je sais.

C'est un souffle, mais c'est un souffle agacé. Je m'éloigne un peu, sèche mes larmes. Effacé le moment de faiblesse. Je détourne les yeux. Encore. J'ai l'impression que rien ne changera.

— Avec un peu de chance, ça repoussera vite. Que je puisse me cacher derrière.

Dit-elle avec amertume, en songeant aux marques sur son visage. Ahah. Aoi, tellement pitoyable.

Sans rien dire, les yeux gonflés et les joues encore humides, je renifle et me mets sur mes jambes pour me servir de l'eau. J'interromps mon geste avant de boire, repose le verre pour m'appuyer contre la petite table, des larmes à nouveau plein les yeux. Mon autre main se plaque sur mes lèvres pour contenir un sanglot.

— Tu devrais sortir...

Il ne faut plus qu'il me voie pleurer.



Je vole en #F54759
#   Mer 30 Déc 2015 - 18:10

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 927
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Agacée... J'ai encore déconné. Pourquoi il faut que dès que ça se passe un peu mieux je fasse tout foirer ? Ce doit être un genre de malédiction, la poisse quoi. Elle n'a pas envie de se montrer en situation de faiblesse. Plus avec moi. Elle s'éloigne, sèche ses larmes. Je passe ma main au coin de mes yeux, sur mes joues. Je n'aime pas pleurer. Mes yeux me brûlent. Je détourne un peu les yeux, mal à l'aise.

Je me sens pitoyable. Elle a les yeux rougis et gonflés et moi... J'ai envie de m'excuser. Ca ne servirait à rien. Elle est vexée, ou agacée ? Encore une fois j'ai fais de la merde. Elle se lève, va se servir un verre d'eau. Mon regard glisse furtivement sur son corps, sur ses blessures. Elle ne va pas guérir de ça avant un moment. Et c'est ma faute si elle est comme ça maintenant. Je baisse les yeux.

Elle me demande de sortir. Je relève la tête et lui lance un regard un peu triste. Elle s'est appuyée sur sa petite table sans boire son verre. Elle va encore pleurer et elle ne veut pas que je le vois. Je me lève lentement, récupère ma béquille. J'hésite un instant à rester mais... Je crois que ce serait malvenu. Ce n'est pas de moi qu'elle a besoin maintenant. Je devrais peut-être appeler Mitsu pour qu'elle passe la voir. C'est du temps et du repos qu'il lui faut. Pas ma présence.

-Je- Pardon Aoi. Je m'en vais.

Ma main tremble un peu sur ma béquille et je sors lentement, en boitant. Mais ce n'est pas à la jambe que j'ai mal.


 

On a des choses à se dire je crois {Princesse ♥}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.