Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Un truc à te dire ( Isis ! )
Jeu 31 Déc 2015 - 16:30
avatar
Masculin

Messages : 256
Date d'inscription : 16/09/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : getting datas...
Humeur : var humeur=meteo*identity/neuro_1

"-James, il... Il faut que je te dise quelque chose, j'ai... j'ai vraiment besoin de te parler, s'il te plaît.

Le beau vampire se retourna doucement vers elle, si fragile, et lui sourit tendrement en caressant sa joue du dos de la main. "Je t'écoute, Yuki, je t'écouterai toujours..."
La petite neko sourit faiblement en posant sa main sur celle du jeune homme et chercha son regard avec passion.

_James... Je... Je t'aime."


Haaaa, non, certainement pas ! Tu te crois toujours dans un roman, pauvre petit Astel. Lamentable. Comment. COMMENT LUI DIRE ? Et lui dire quoi ? Une déclaration, façon James & Yuki ? Très mauvaise idée... Premièrement je suis incapable de savoir si les manifestations physiques qui occurrent en sa présence sont vraiment des preuves d'"amour", de deux je me sens particulièrement ridicule quand je formule le mot "amour dans ma tête", de trois j'ai peur qu'elle m'évite à l'avenir si elle ne "partage pas mes sentiments" comme dirait James et qu'elle préfère éviter se retrouver avec moi pour ne pas être gênée.

Ok, calme-toi petit, reprends calmement.
Dis-lui, Astel ! Dis-lui que tu l'aimes, maintenant !

Là la seule chose dont j'ai envie c'est de m'isoler un moment, de me prendre la tête entre les mains et de me demander quoi faire, de préférence très longtemps, mais tout pour éviter cette situation gênante. Le problème, c'est que j'ai déjà fait ça plusieurs fois aujourd'hui et que ça n'a jamais rien donné ou changé.
Le problème, c'est Isis, enfin moi.
Cela fait près d'une semaine que je lui ai proposé d'aller en ville ensemble et aujourd'hui, enfin, nous y sommes allés. En ville c'est-à-dire au cinéma voir un dessin animé (pendant lequel j'ai passé mon temps à hésiter à prendre sa main ou non), faire un tour autour du lac ( là j'ai essayé de le lui dire, mais ce n'était jamais le bon moment), faire des boutiques (j'aurais aimé lui acheter quelque chose mais rien de particulier n'a semblé lui plaire et je n'ai pas osé lui demander ce qu'elle voudrait) et manger des gaufres (là encore, le visage plein de nutella et de chantilly, je ne me suis pas senti assez sûr de moi pour lui dire).
Il est près des 18 heures et nous sommes de retour à l'Institut, après une longue journée de silences gênés.
Et durant tout ce temps-là tu as tout fait pour éviter de lui parler de tes hormones. Et permets-moi de te dire que toutes tes excuses étaient très discutables, au point de vue qualitatif.

Je dévore du regard - du coin de l'oeil - Isis, resplendissante avec ses cheveux blancs qui semblent luire dans le soir qui tombe. C'est elle mon soutien et ma joie depuis mon arrivée ici et je ne pourrais même pas envisager de ne plus la voir.

Pas sans sombrer à nouveau dans le désespoir en tout cas...
Allez, lance-toi Astel ! Tu en es capable !

Je prends une grande inspiration -pour la trentième fois au moins aujourd'hui- et prends ma plus belle voix pour commencer :

_Isis, heu... Il faut que je te dise un truc...

J'ai l'impression que les moments les plus gênants s'étirent volontairement pour m'embêter. Au ralenti, je la vois tourner la tête avec comme un petit air d'espoir et plonger ses yeux dans les miens. Et là, d'un coup, j'ai envie de... J'ai envie de l'embrasser.

Voyez-vous ça, le petit Astel sent ses hormones qui se réveillent !

Oh tais-toi, idiot, conscience cynique... Je me sens rougir d'un coup tandis que j'ai de plus en plus chaud. Le temps semble reprendre son cours normal et même plus, et je suis d'un coup incroyablement lent et maladroit. Je m'empourpre plus encore, de honte et de gêne, et détourne la tête.

Encore raté.  Je m'en veux... Et elle, qui continue impassiblement d'avancer dans son fauteuil...

Fail, Astel.
Tu es une catastrophe...

Pour une fois, tout le monde est d'accord.
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

Ven 1 Jan 2016 - 12:38
avatar
Féminin

Messages : 459
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Un mélange d'otarie et de sudoku impossible... Vous voyez ?

Aujourd'hui, j'avais décidé de lui dire.
C'était l'occasion rêvée, parfaite même, il m'avait invité à sortir l'après midi et j'avais imaginé au moins 5 parcours possibles pour qu'on ne soient pas gênés par mon fauteuil... Avant de les supprimer, de les refaire encore et encore en cherchant un petit temps dans ce planning serré pour... Ben pour parler.
C'était excitant et totalement terrifiant à la fois. Parce que me rendre compte de mes sentiments, ça m'avait pris en tout et pour tout 3 minutes de profonde réflexion. Mais de là à le dire, vous ne vous rendez pas compte du fossé. Rien que d'y penser, je me rends compte que pendant toutes ces années les films romantiques se sont vraiment foutus de notre gueule, et leur emprunter ne serait-ce qu'une seule phrase reviendrait à me faire passer soit pour une dragueuse soit pour la femme avec le moins de tact du monde.
Et bizarrement, préparer une déclaration ça se fabrique moins bien que préparer un plan pour un hélicoptère en boîte de conserve. D'ordinaire je ne me sens pas malhabile avec les mots pourtant, mais aujourd'hui c'est un peu comme si mon dictionnaire des synonymes se transformaient en lame tranchante d'évidence. Même un "je" semble inapproprié en de telles circonstance.
Et je n'aime pas me prendre la tête à ce point là, c'est absolument abominable. Sans compter qu'il est télépathe, c'est même un peu pour ça que je veux le faire moi même, s'il le voit dans ma tête... Ça serait trop étrange, même si ça simplifierait pas mal la tâche. Ça tomberait pas au bon moment en plus je suis sûr.
Bon, allez !
On y va !

(ceci est une ellipse narrative)

C'est une catastrophe.
Je n'aime pas dire de gros mots généralement mais putain, c'est une catastrophe. Il n'est pas dans son assiette et aucun moment ne semble convenir. J'ai essayé hein, plusieurs fois promis ! Mais je sentais qu'il avait quelque chose à dire et j'ai l'impression que si je le coupe dans son élan ça ne sortira jamais.
En plus, c'est sûrement quelque chose qui n'a rien à voir. Imaginez qu'il veuille m'annoncer quelque chose de triste ou d'important à ses yeux comme je sais pas moi, une grande résolution ou une nouvelle direction à sa vie ! Et que je détruis tout avec un "Hey Astel, tu sais quoi je t'aime !", à mon avis un poussin en tutu serait moins choquant.
Et finalement la journée passe comme ça, on a tous les deux quelque chose à dire sans pouvoir le dire, avec nos têtes de génies concentrés, on doit sûrement avoir des têtes de déterrés. J'ai presque envie de lancer des signaux d'alerte en mode "Astel, je t'autorise à regarder dans ma tête ! Mais vas y, puisque je te dis que tu peux ! Abrège mes souffrances, fais leeeeeeeeee..."
...
Mais non. Parce que c'est de la triche et c'est complètement égoïste. Je ne peux pas me concentrer uniquement sur mes sentiments maintenant... Et ignorer complètement les siens, quels qu'ils soient.
On arrive dans la cour. Il n'y a pas énormément de monde à cette heure là et j'ai l'impression que c'est fini, je ne pourrais plus lui dire. Mais il s'arrête. Il inspire doucement et...

_Isis, heu... Il faut que je te dise un truc...

Heuuuuuu non. Non non non, ho pétard je suis pas prête là, je sais pas ce qu'il a à dire mais merde non je suis pas prête à écouter non non non... Je le regarde avec un faux petit sourire maternelle. Bordel, il a l'air de paniquer, il baisse les yeux, pourquoi il fait ça ? Bon en même temps c'est vrai que je suis plus basse que lui mais bon...
Il parle ? Il parle pas ? Bon Dieu Astel décide toi là c'est de la torture à ce stade ! Il baisse les épaules. Les bras, en quelque sorte. Quoi, il veut me dire qu'il passera plus de temps avec moi ? Qu'il va quitter Terrae ? Qu'il a une copine ?! Ho merde. Merde merde merde...

_ Non attends, moi d'abord.

Ok. Pourquoi j'ai fait ça ? Je sais pas, ok j'ai donc définitivement plus de contrôle sur mon cerveau, cool. Quoique je n'ai juste plus de filtre quoi. Je reste un instant immobile, un peu en train de me rendre compte de ce que je viens de dire et de ce que je veux dire. Haha. Bon allez fonce maintenant, vas y sans réfléchir sinon tu y arriveras jamais.

_ Je voulais pas- enfin bref désolée, mais il faut aussi que je te dise un truc et je sens que je vais jamais y arriver, alors même si c'est maladroit ou un peu lent, je vais y arriver.

Bah oui bien sûr, maintenant il te regarde, ça va être tellement plus facile ! Paye ta crédibilité, paye ton intelligence, mais t'es terre ou tonnerre au juste ?! J'ai du mal à comprendre comment ça peut plus me faire stresser qu'une chute dans le vide. No stress, no stress...

_ Je t'aime.

Ok, non c'est clairement pas crédible, j'emmerde les comédies romantiques. Je me mets à rougir un peu.

_ Ha non, ça c'est ce qu'il fallait dire à la fin- enfin... Je veux dire, je t'apprécie beaucoup -non je peux pas dire ça c'est plus que beaucoup, enfin pas comme un ami, comme... Tu vois, pas besoin de préciser je pense. J'aime... Passer du temps avec toi, et sortir comme ça et parler et... Et, du coup... Enfin voilà, je sais même pas pourquoi je te le dis, j'attends rien je sais que... Bref, je... Ouais voilà.

Si je parle encore je m'enfonce c'est ça ? Ouais, c'est ça.

_ Désolée, à toi.

Bah oui voilà, maintenant soit il va se sentir obligé de répondre soit il va pas vouloir me dire ce qu'il avait sur le cœur.
Isis, tu es une handicapée sentimentale.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 1 Jan 2016 - 17:28
avatar
Masculin

Messages : 256
Date d'inscription : 16/09/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : getting datas...
Humeur : var humeur=meteo*identity/neuro_1

Elle n'a aucune expression particulière, aucune émotion sur le visage. Que pense-t-elle ? Est-ce qu'elle me trouve ridicule ? Peut-être qu'elle me méprise, ou qu'elle sort déjà avec Dunkan ? Je ne me pensais pas capable d'angoisser ainsi, vraiment.

Mais enfin Astel, elle t'adore, c'est évident !
N'angoisse pas pour des futilités, petit.

Quelque chose me dit que les petits commentaires dans ma tête commencent à m'agacer. Là, j'ai juste besoin d'être SEUL avec moi-mê-- euh seul avec Isis. Pas besoin d'un terre à terre cynique ni d'un imbécile romantique, l'empoté amoureux suffira.

Disparaissez, tous les deux.
Ohooo, le petit Astel se rebelle ? Mais tu sais tu ferais bien de ne pas perdre l'analyse de la situation...
Astel, écoute. Tu as besoin de quelqu'un pour te guider, te guider au travers de la tempête de tes sentimen--
Ca suffit, taisez-vous !
Mai--
STOP !



...
Selon toute évidence, ça a fonctionné.

_ Non attends, moi d'abord.

Attends... Quoi ?! Elle... D'abord ? Mais quoi ? Elle aussi aurait quelque chose à me dire ? Quelque chose d'important sans doute... Est-ce qu'elle va passer Master, est-ce qu'elle va m'annoncer qu'elle a déjà quelqu'un ou quelque chose de triste... Une mort ? Et dire que je ne pensais qu'à moi et à mes petits sentiments égoïstes sans essayer de savoir ce qu'elle est en train de vivre... Ok ok, là c'est le moment d'écouter... On verra plus tard pour le romantisme, d'accord ? N'empêche, elle est vraiment jolie quand même...

_ Je t'aime.

Mes yeux s'ouvrent en grand, d'un coup, et j'ai chaud... Oh non, je suis encore en train de rougir je parie... Quoi, elle aussi ?! Elle, si parfaite et si forte, elle... m'aime, moi ? Le petit blond introverti et perdu dans son monde ? Hep hep hep hep hep... Ok, j'ai juste besoin de deux minutes pour réfléchir.

Ca... ça doit pas être ce que je crois. Les filles se disent ça entre elles parfois, bien qu'elles soient juste amies. D'accord, je m'excite pas... Si ma conscience avait voix au chapitre elle m'aurait déjà administré une belle douche froide, là. D'accord. Calme, Astel. Ne te penche pas vers elle pour l'embrasser, ne fous pas tout en l'air...

Elle rougit un peu et s'explique avec un air adorable. Elle est très confuse, est-ce que ça signifie qu'elle est gênée, elle aussi ? Son visage paraissait si impénétrable l'instant d'avant que je ne sais pas quoi penser.
Attends. Elle a bien dit "pas comme un ami" là ? Genre elle m'aime... elle est amoureuse de moi ?! Vraiment ? Pour de vrai ? Eeeeeet elle me le dit comme ça ! "je t'aime", pouf, ça y est c'est dit ? Et alors... Elle aussi a essayé de le dire toute la journée ?

Mon cerveau tourne à toute vitesse et je ne peux que rire des deux handicapés sentimentaux que nous formons. Sérieusement, pas un pour rattraper l'autre...

Je croyais avoir dit dehors. Et tant qu'à faire, autant abandonner le contrôle de mes pensées totalement. J'en rêve depuis longtemps maintenant, mais j'ai peur de le faire ; seulement là c'est plus que nécessaire.
Ok, adios my brain !

Je dois être rouge. J'hésite. Mais je m'en fous après tout, c'est qu'un mauvais moment à passer, et puis c'est cool en même temps. Allez, j'y vais.
N'empêche, elle a dit ce que je voulais dire à ma place, ça m'énerve.

_Heu, ok, attends... Je... Moi aussi j'aime être avec toi et t'écouter, et aussi te parler, et te regarder, etttt je... Enfin, c'est la première fois que je pense à quelqu'un comme à toi, heu non non ! Enfin si c'est ça mais heuu... Je pensais pas que tu... que toi aussi tu...Je me sentais tellement... On pourrait... Oh, non, laisse tomber, c'est, enfin c'est super que... toi, et moi, on... Et tu sais, quand je te regarde j'ai envie de... de...

Je m'arrête, l'air grave, le visage en feu. J'éloigne définitivement toute pensée parasite de moi et me penche vers elle. Vraiment... Vraiment très belle.
Je pose une main sur son épaule, et je l'embrasse.

C'est comme si tout le bruit revenait d'un coup.

...Mais qu'est-ce que je fais ?! Je... Je l'embrasse, là ? Attends, c'est vraiment... Je veux dire, c'est doux, sa peau est douce, ses cheveux sentent bon, mais je suis trop gêné...
Je ferme les yeux. Je me concentre sur cette sensation. Qu'ai-je fait... Elle ne s'attendait sûrement pas à ça et... Peut-être que je vais trop vite ? Et si j'embrassais mal ? Non, non, ça suffit, j'avais dit pas de pensées !
Juste... Ses lèvres, et les miennes.
Ok, il faut que je me reprenne... Il faut que j'arrête ça, mais en même temps je n'ai pas envie... Allez.
Je m'éloigne un peu de son visage, rompant ce contact avec regrets. Ose un sourire maladroit.

_Pardon, c'est beaucoup trop soudain, j'aurais dû te demander, enfin c'est juste que...

Je réalise que je ne l'ai pas encore dit. Que je n'ai pas eu l'idée une seule fois aujourd'hui de lire dans sa tête ce qu'elle pouvait ressentir, malgré toutes ses mystérieuses allusions. Qu'elle essayait de me faire deviner, depuis longtemps.

_...Je crois que moi aussi, je t'aime.

HAAAAAAAAAAAAAAAAA QU'EST-CE QUE J'AI FAIT ?! Et si je n'étais pas vraiment amoureux d'elle ? Et si j'avais l'air ridicule, et si c'était une blague ?! Et maintenant, si c'est vrai, qu'est-ce qu'on est censés faire ? Je ne connais pas la suite du scénario, il y a toujours un écran noir après, dans les films de ma mère.

_Enfin je... Quand je te vois, j'ai des extrasystoles, plein, j'ai envie de te faire rire et je me sens maladroit, j'ai chaud, je rougis, je... Oh, je suis ridicule, mais quand je te regarde j'ai envie de... te toucher et de te prendre dans mes bras, et je n'arrête pas de penser à toi, tout le temps, ta voix et ton visage et...

D'accord, je n'ai jamais été aussi rouge je crois. Je scrute son visage et ses yeux en m'empêchant de détourner le regard malgré toute ma gêne.

_Enfin je veux dire... Est-ce que tu crois que... c'est ça ? Euh que je... enfin que je suis... Amoureux ? De toi ?

Je ferme les yeux pour ne plus voir son beau visage ou ses cheveux, et pour ne plus affronter cette gêne. Je suis perdu, je suis entièrement à sa merci, je viens de remettre toute ma vie entre ses mains... Mais c'est Isis, elle en usera avec sagesse, et puis, elle est gentille, non ?

Non ?
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas

Dim 17 Jan 2016 - 14:19
avatar
Féminin

Messages : 459
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Un mélange d'otarie et de sudoku impossible... Vous voyez ?

Ho, il a l'air confus.
Pourquoi j'ai parlé en premier, pourquoi tu l'as coupé pour parler en premier hein ?! Vive le respect dans ta tête Isis, merci merci... Vu sa tête super stressée et surprise, ça va être le bordel, pourquoi tu sens que tu vas ire un mot de trop... Et arrête avec ce trip de te parler à la deuxième personne, sérieux.
Il rougit ? Ho, bordel, il est tellement chou quand il régit comme ça ! Grand dadet va, t'as vu ta taille, tu rougis comme une fillette ! Ok ok zen, le fil de la conversation... Il me fait rougir ce con. Ok ok caaaaaalme, tout va bien se passer. Comment ça pourrait bien se passer c'est super bizarre ce que je viens de dire là ! Et c'est assez normal et naturel mais c'est... Il faut que je la ferme.
Silence. Silence. Ahem. Heu, Astel, là c'est le moment où tu es censé parler. Honnêtement, je sais pas ce que tu pourrais foutrement dire, certes, mais je sais pas, au moins "merci" quoi ! Enfin ça se trouve ça pourri le truc qu'il voulait me dire et... Ho je suis tellement con, il faut que je fasse taire ma tête et que j'écoute juste ce qu'il a à dire, il a en effet un truc à dire autre que de me fixer avec les joues rouges.
J'aurais pas du lui dire "à toi", en fait, j'aurais juste du me retourner et partir en mode "mais on s'en fout, tu viens ?" Parce que... Si il me dit qu'il ne peut pas me retourner mes sentiments ? Ho, ça serait hyper gênant. Pour lui. Et blessant, pour moi, sûrement. Et il passerait beaucoup moins me voir et il y aurait cette gêne et cette tristesse et... J'aurais pas du le dire.
Et il parle. Et mon Dieu, on sait tellement pas construire nos phrases c'est pitoyable. Et -ho god qu'il est mignon, j'ai envie de le prendre dans mes bras, là maintenant. Que lui et moi on- non Astel je veux pas savoir comment tu penses à moi, comme un ado de notre âge sûrement épargne moi ça s'il te plait. Quoi, oui je fais de l'humour étrange, ça m'aide à me détendre.
C'est le soulagement, sérieux. Il... Pense pareil ? Genre, moi et lui, ensemble, longtemps, pas comme des... amis ? Plus proches, plus... J'ai tellement du mal à y croire. Oui non je sais c'est moi qui ait demandé à la base mais... C'est surréaliste non ? C'est vraiment censé se passer aussi bien ? Je respire un grand coup. Je suis tellement soulagée. Je l'ai dit -enfin pas tout à fait- et il l'a dit -enfin pas tout à fait- et on pense pareil. Et...
Il se penche vers moi. Ho, je le vois venir à dix kilomètres, l'avantage d'être assise. Sa main sur mon épaule me fait frissonner et je ferme les yeux.
Contact. Nos lèvres se touchent fébrilement, avec l'adresse de débutants. Je sais pas embrasser, c'est la honte. Mais... Je profite. C'est tellement... Irréel. Ça va devenir normal, maintenant ? C'est doux, comme un câlin, mais avec ce petit plus qui n'appartient qu'à moi. Que pour moi.
Plus de contact. Je ré-ouvre les yeux. Je suis sur le point de piquer un fard lorsque je remarque qu'il rougit violemment. Et s'excuse. Et je rougis, et j'ai peur qu'il se rétracte, mais... Non. Ho mon Dieu qu'il est mignon, qu'il est sexy aussi bordel, il est au courant qu'une vie avec moi c'est une vie d’abstinence et de frustration sexuelle ?
Il me fait rire avec ses petites explications scientifiques. Il me fait craquer avec son mot "amoureux", sorti d'on ne sait quelle vieille cour de primaire, plus personne dit ça si ? Ho je m'en fous j'en sais rien...
Il ferme les yeux. Il a peur que je le tape ou quoi ? Je ne peux empêcher un rire nerveux de franchir mes lèvres. Alors je rigole, je me passe la main sur le visage et attrape doucement son manteau de l'autre. Je ne veux plus le lâcher. j'ai toujours trop peur pour lui. Parce qu'il a vécu des choses affreuses, chez les scientifiques et ailleurs, parce qu'il me fait toujours peur dans tout ce qu'il fait, qu'il serait capable de se blesser avec une feuille et parce qu'il m'a fait comme cadeau le parfum avec la meilleure odeur du monde et qu'il l'a fait lui même. Parce qu'il est juste adorable, mignon, et qu'il a grandit en le garçon le plus séduisant que je connaisse. Et qu'il rougit comme une fillette.
Je ris parce que je suis vraiment, tellement heureuse.

_ Je vais me vexer si tu m'associe uniquement à une de tes poussées d’hormones tu sais ?

Je tiens toujours sa veste. Ne t'enfuis pas, pitié.

_ Mais c'est aussi ce que je... ressens pour toi. Et si c'est ce qu'on a cherché à se dire toute la journée, on doit vraiment être des idiots.

Et un tout petit rire franchit mes lèvres alors que je me pince les lèvres avec un sourire.

_ Ce qui veut dire, qu'on soit clairs, que toi, et moi... On sort ensemble. Tu es... mon petit ami ?

Je le regarde dans les yeux. Je pensais pas dire ça une fois dans ma vie. Le plus drôle c'est qu'on le fait sûrement depuis plus longtemps que ça, et ça aussi, y penser c'est très étrange.
Mais si c'est le cas, pour lui comme pour moi, je suis heureuse. Vraiment heureuse.

_ Et... je suis jamais sortie avec un garçon, alors... Sois indulgent ?

J'ai vraiment dit ça ?
Et ça me fait rire, en plus.
Isis, tu es une idiote.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

 

Un truc à te dire ( Isis ! )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Cour.