Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
In the warmth of embrace (Aoi ♥)
##   Ven 15 Jan 2016 - 20:36

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Huo Zhang
Master Feu Lunaire
Messages : 1323
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je soupire doucement, fourre mes mains dans mes poches. Il fait froid dehors en fait. Et j’ai failli lui prendre la main par réflexe. C’est toujours trop compliqué. Pourquoi il faut que ça le soit ? C’est pourtant pas la Lune de- Enfin. C’est pas supposé l’être. Je suis doué pour ça, embrouiller les choses, les compliquer. Pourtant ça devrait être tellement simple. Ça l’était entre nous deux au début. Voilà que je me met à parler comme un vieux.

Je frissonne un peu et souffle un nuage de vapeur avant de me décider à enclencher mon petit radiateur perso. Ha c’est tout de suite mieux quand on peut produire de la chaleur. Je lui jette un regard un biais. J’ai déjà froid pour elle, ses joues et son nez sont rouges un peu. Je me passe une main dans les cheveux, un peu nerveux.

- …

J’ai failli dire quelque chose puis j’ai fermé ma gueule. Je ne sais pas quoi dire.

- Merci d’être venue.

A vrai dire je savais pas trop si elle voudrait. Je pensais qu’elle aurait besoin d’encore un peu de temps. Un peu de distance avant de pouvoir refaire une conversation… Normale ? Y a rien de normal là dedans putain. C’est juste que je l’aime. Y a rien d’autre. Même si c’est sûrement trop tard.

- J’pensais que tu voudrais pas me voir.

Je détourne les yeux, un peu gêné. Je n’aime pas ma nouvelle voix. Je n’ai aucun contrôle dessus et elle est trop… Parfaite. Ce n’est pas vraiment la mienne. Il n’y a pas cet espèce de ton rauque que j’ai à cause de la cigarette parfois, l’accent du mandarin chante trop. Je me mordille un peu la lèvre nerveusement. Ce n’est pas constructif. Je le suis rarement avec elle j’ai l’impression. Gros trouillard que je suis. Il est beau le Marionnettiste tiens. C’est pas devenir Master qui va m’empêcher de flipper à l’idée d’un râteau par la fille que j’aime. Pourtant j’suis sensé avoir mûri un peu. Je crois. Ça m’a au moins éclairci les idées sur ce que je veux. Ce que je devrais faire.

- Dis Princesse… Je t’ai déjà dit que je t’aimais ?

Parce que ça aussi c’est une connerie je crois. Je suis même plus certain de le lui avoir déjà réellement dit. Je l’ai montré ça c’est certain. Et je l’ai pas mal sous-entendu aussi. Mais dit cash comme ça j’en doute. Pourtant c’est vrai. Et qu’est-ce que je me sens con en y repensant.


##   Dim 17 Jan 2016 - 16:56

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1343
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Pourquoi est-ce que je suis sortie de l’appartement avec lui ? Un besoin de calme, certainement ? J’ai un peu bu, et je n’ai pas l’habitude ; il y a les sons qui sont à la fois étouffés et amplifiés, qui résonnent dans ma tête qui plane un peu. Je sens mes mouvements ; ils ne sont pas maladroits, mais le moindre geste se répercute dans tout mon corps. C’est un peu reposant, quelque part. Ce n’est pas vraiment de l’euphorie, mais on se sent bien. Pas de contrainte… Si ce n’est celle de sa présence, de son regard qui se porte sur moi. Je suis emmitouflée dans ma veste et mon écharpe, et mes mains se sont plantées bien profondément dans mes poches lorsque je l’ai senti faire un pas involontaire dans ma direction.

Je ne comprends pas bien. Il est à la fois difficile de le regarder et de détacher son regard de lui ; il est changé, différent, il a grandi. Une voix dans ma tête me siffle cyniquement qu’il est parfait. Bien plus parfait que je ne l’ai jamais été, pour sûr ; il y a comme un fossé qui s’est à nouveau creusé, celui qui me fait comprendre que je suis ridicule et que je n’ai rien à faire ici. Au fond, si je suis là, c’est bien parce que je le souhaite ; si je ne l’avais pas voulu, si je n’avais pas voulu le voir, lui parler, il aurait été tellement plus simple de le fuir. Fuir aurait certainement été une meilleure solution, d’ailleurs. Abandonner. Laisser tomber. Arrêter de s’accrocher à quelque chose qu’on désire de toute notre âme mais qu’on refuse de s’accorder… par vanité ?

Je n’ai jamais été vaniteuse, je crois. Pourtant j’ai conscience de ne faire aucun effort. Mon égo a été salement piétiné, et s’il m’est si difficile de trouver une solution à ce conflit interne, c’est bien parce que mon amertume est bien plus forte que ma capacité à encaisser. C’est pour ça que je suis là, je crois.

Au fond, c’est peut-être mieux comme ça, me suis-je déjà dit de nombreuses fois. Si je lâchais prise, il pourrait peut-être laisser tomber lui aussi, il pourrait trouver quelqu’un et être heureux, non ? Je ne culpabiliserais plus autant. Je serais triste un moment, mais, comme tout, ça passerait au bout d’un temps… On s’y ferait. On se fait à tout, non ?

Huo prend la parole et je lève les yeux vers lui. Nos regards se croisent, s’entrechoquent ; la glace m’emprisonne et je suis prise d’un long frisson. Ridicule. Il faudra t’y habituer, ma pauvre fille. Tu le verras et tu l’entendras souvent en salle des Masters, maintenant.

Détourner les yeux, par pudeur. Mes épaules se haussent.

— Tout arrive, tu vois… je souffle. Moi non plus, je ne pensais pas accepter.

Mon regard navigue autour de nous, et je cherche un endroit pour me poser, légèrement dans les nuages. J’étire un sourire doux mais triste, m’appuie dos contre le mur d’un bâtiment. Maintenant, il faut essayer de trouver quelque chose à dire. Lui aussi hésite sur la marche à suivre et je le vois aussi hésitant que moi. Au fond, nous sommes deux idiots. Deux idiots qui ne savent pas ce qu’ils veulent.

Je rassemble mon courage pour lui dire ce que j’ai à lui dire. Qu’il vaut mieux arrêter les frais là, qu’il y a mieux à faire que de se prendre la tête pour des broutilles pareilles. Mettre de la distance, une distance qui fait moins mal que cette proximité destructrice. Cette proximité qui l’interdit de venir plus près encore, mon orgueil qui m’intime de ne pas céder d’un pouce. Je m’apprête à reprendre la parole lorsque sa voix me coupe nette. Mes mots se bloquent dans ma gorge et mes yeux s’humidifient sans que je ne puisse les retenir. Un rire sans joie m’échappe, un peu étranglé, alors que je me cache les yeux de la main, tête baissée.

— Non, tu ne me l’as jamais dit, j’arrive à prononcer tant bien que mal. Il a vraiment fallu qu’on en arrive là pour que tu daignes-...

Je me mords la lèvre, relève des yeux mouillés vers lui avant de les baisser vers le sol, cachant mon nez dans mon écharpe. Ce ne sont que des mots. Ce ne sont que des mots, et pourtant... Pourtant ils signifient tout...

— Dis-moi de quoi tu voulais qu’on parle, qu’on mette fin à ça tout de suite.

Si j’avais un peu plus de courage, peut-être que j’arriverais à lui dire que c’est aussi mon cas ?



Je vole en #F54759
##   Jeu 21 Jan 2016 - 22:42

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Huo Zhang
Master Feu Lunaire
Messages : 1323
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Nos regard se croisent. J’ai encore l’impression de la redécouvrir. Est-ce qu’elle a toujours eu ces yeux ? Je frissonne doucement. Elle détourne les yeux presque en même temps que moi. Comme si on s’était brûlé. La pensée me tire un début de sourire. Tout ça est juste une histoire d’ego blessé et de confiance malmenée.

Dire qu’on ne pourra plus s’éviter maintenant. J’ai pas envie que ça finisse comme ces histoires mélodramatiques. Quand la fille et le gars passent leur temps à rompre et se remettre ensembles. Parce qu’ils s’aiment mais qu’ils ne se supportent plus assez. J’veux pas vivre ça. Admettre que j’ai eu mal c’est dur. Mais pas autant que de me dire que je pourrais la perdre comme ça.

Elle est un peu cynique, ou juste amère ? Je ne sais pas comment interpréter ça. Elle ne me regarde pas. Elle s’écarte un peu pour s’appuyer contre le mur de l’immeuble. Tellement proche et tellement loin en même temps. J’ai encore mal.

J’ai parlé un peu vite. La gorge serrée parce que j’avais envie de lui dire comme on arrache un sparadrap. Vite et propre. Ça ne fait qu’encore plus mal. Quelle que soit la langue. Je ne sait pas dire ça en japonais. Ma langue a buté sur les phrases. Et je l’ai dit au passé. Alors que je le pense au présent. Elle relève les yeux vers moi brièvement, le regard un peu brillant. Les larmes. Wo ai ni Aoi. J’ai envie de le répéter mais je me retiens. Par pudeur.

- Pourquoi est-ce que ça devrait forcément finir ? Pourquoi on pourrait pas plutôt commencer ?

Je me mord la lèvre et détourne les yeux. J’ai l’impression de me faire du mal. A elle aussi un peu. Elle n’y croit plus. C’est trop tard. Mais je ne veux pas laisser tomber. Pas cette fois.

- Je t’aime encore. J’ai pas envie de tout laisser comme ça. Je veux pas regarder cette histoire se déliter sans rien faire. La notre Aoi. Je m’en fous si tu veux pas me donner une autre chance, à moi. C’est pour nous que je la veux.

Je souffle doucement. Je veux retourner en arrière. Il y a trois mois. M’empêcher de faire tout ça. Débile. Bordel y a pas un moyen de dire ça sans être complètement niais et mélo ? Je soupire un peu.

- Reviens s’il te plaît.

Je suis vraiment le pire des connards mais je t’en prie reviens. Je peux tout te pardonner aussi. Je m’en fous mais reviens.


##   Sam 30 Jan 2016 - 12:35

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1343
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Ses mots me font mal. Ils sont comme un espoir qu’on te donne et dont on te prive aussitôt ; il le dit de telle manière qu’on pourrait croire qu’il ne le pense pas, mais il est pudique. Il n’est pas très expansif dans ses sentiments, contrairement à ses gestes, et il faut toujours décrypter ce qu’il a à dire. J’en ai assez du décryptage. Je ne suis pas spécialiste en langues mortes, et encore moins en réparation de cœurs brisés. Je prends une longue inspiration légèrement tremblante, ferme les yeux quelques courts instants pour pouvoir mieux supporter son regard. Si encore il me regardait. Es-tu vraiment un feu, Huo ? Ne sont-ils pas censés être courageux ? Nous les airs pouvons nous permettre d’être faibles. Silencieux, toujours dans votre ombre. On vous alimente, parce que c’est notre travail - mais quand l’air en a assez de se faire consumer, que se passe-t-il ?

J’aimerais tellement croire que c’est encore possible mais je nous trouve tellement ridicules. Nous n’avons toujours pas trouvé de solutions aux problèmes qui nous taraudent. Nous sommes stupides, l’un tout autant que l’autre. Moi certainement plus, avec mon coeur qui s’emballe et mes larmes qui ne veulent jamais laisser tomber, et qui font leur apparition en plein milieu de la discussion. Ces larmes traîtresses qui assaisonnent ma tristesse d’amertume.

Soudainement, je me crispe un peu. Pourquoi on ne pourrait pas commencer, c’est vrai ? Peut-être parce que cette discussion ne réglera pas cette dispute-là. Je ne sais même plus vraiment ce qu’on se reproche. Notre manque de confiance, de présence ; notre réaction lors de la Masterisation d’Huo ? Un frisson remonte dans mon dos et je me mords l’intérieur de la joue. Ça me fait mal, mais au moins j’ai le mérite de rester concentrée sur le fil de la discussion. Si on peut appeler ça une discussion.

Je t’aime. Nous. Il parle et ses mots s’envole un peu dans l’air du soir, en même temps que la vapeur que produit nos souffles. J’essaie de ne pas m’essuyer les yeux de manière barbare, du bout des doigts, pour ne pas étaler mon maquillage partout. Un peu de décence, que diable…

— Moi aussi j’aimerais nous redonner une chance, je souffle, défaite. Mais je ne sais plus comment faire.

Un sourire tremblotant. J’inspire, et je déballe.

— On a rien réglé du tout. Je continue mes études et je n’aurai pas plus de temps à t’accorder avant des mois. Toi, tu vas t’énerver, et tu vas encore me rappeler tous les jours à quel point je t’ignore et à quel point je passe ma vie sur mes cours. Alors au fond, ce n’est pas si grave si on laisse tomber, toi tu te trouveras quelqu’un, tu feras ta vie avec, moi je me marierai avec mon classeur et mes surligneurs, tout le monde sera content et je…

Ma voix se brise. Mes larmes se mettent à couler, lentement, encore contenues. J’ai déjà tellement sangloté que je crois que ce n’est plus vraiment possible, maintenant. Une nouvelle inspiration, je me décolle du mur et me rapproche de lui. En fait, je ne crois même pas en mes propres mots. Dire ça me fait mal.

— Tu… me manques, d’accord ? murmuré-je en effleurant son épaule du bout des doigts et en me retenant de renifler. Mais là, pour le moment, je ne sais vraiment plus quoi faire. Je t’en veux encore, c’est sûr, je veux dire… Je suis fautive aussi. Mais… C’était beaucoup. Beaucoup trop. C'était violent. J’aimerais juste… Je préfère autant qu’on ne se voit plus du tout si c’est pour reprendre là où on l’a laissé. Avec les reproches et les disputes… Ce serait pas si grave...

Comment avoir l’air moins convaincu par ses propres paroles ? Prenez ma tête actuellement, ajoutez-lui un ton désespéré et larmoyant, mixez le tout et obtenez un discours sans queue ni tête. Je ne veux pas qu'il me dise que ce n'est pas si grave.

Ma main retombe le long de mon corps et j’essuie mes joues encore une fois. Un regard défait.

— Est-ce que tu peux me prendre dans tes bras ? je lui demande la permission à voix basse, encore figée dans la même position par peur de me faire remballer.



Je vole en #F54759
##   Sam 30 Jan 2016 - 17:45

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Huo Zhang
Master Feu Lunaire
Messages : 1323
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J’esquisse un sourire faiblement. Ne pleure pas encore s’il te plaît. Tu vas ruiner ton maquillage. Déjà que pour une fois j’essayais de pas la déprimer c’est réussi. Je soupire un peu. J’ai envie de me rapprocher, d’essuyer ses larmes et de la prendre dans mes bras. Je ne bouge pas. La dernière fois c’était à l’hôpital. On voit encore un peu les endroits où sa peau a brûlé sur son visage. C’est légèrement plus rose.

Parfois je ne nous comprends pas. On est là à s’acharner malgré… Tout en fait. Un vrai remake de Roméo et Juliette. Sauf que là l’obstacle insurmontable c’est juste nous. Elle s’essuie un peu les joues. Son maquillage part un peu, elle a des paillette sur les mains. Pourquoi c’est toujours à ce genre de moment que je me dis que j’ai envie de l’embrasser ?

Je frémis, touché. Je n’ose plus la regarder. Je n’ai pas envie d’espérer si c’est pour me ramasser par terre juste après. Ça faisait un peu mal. Mais j’ai envie d’y croire. Tellement envie. Et besoin aussi. Je veux changer, réussir à dépasser ça. Et ça ira mieux. Je la laisse parler, résiste à mon envie de la prendre dans mes bras. Parce que là il faut qu’elle parle pour que ça aille mieux. Et moi aussi je veux entendre ce qu’elle a à me dire.

J’acquiesce lentement, lui ouvre mes bras et elle vient se blottir contre mon torse. Je l’étreins doucement, caresse son dos. Son souffle est un peu chaud contre mon épaule. J’enfouis un peu mon front contre la sienne. C’est doux et chaud.

- Toi aussi tu me manques.

Je caresse son dos doucement.

- J’ai pas envie de te faire une fausse promesse mais je veux pas refaire la même erreur. Juste… N’abandonne pas. Je te laisse tes surligneurs et tes classeurs si tu veux. Moi c’est toi que je veux, j‘ai pas envie de refaire ma vie avec quelqu’un d’autre comme tu dis.

Je me recule légèrement et essuie une larme du pouce sur sa joue.

- J’peux survivre un peu. Je- On est pas obligés de tout faire d’un coup mais juste… Un petit peu ? Je garde mes reproches et tu pourras venir dormir dans ma chambre si tu veux. Il parait que je vais avoir un joli appart comme ça je laisserais la fenêtre ouverte.

C’est que quelques mois. Je peux encaisser ça. Je peux me contrôler. J’ai juste besoin qu’elle soit un petit peu là de temps en temps non ? Pour dormir.

- S’il te plaît, dis oui. J’suis fatigué quand tu me manques. Je suis même prêt à aller chercher des croissants tous les matins pour t’obliger à me pardonner, je fais avec un petit sourire.

Humour pourri. Enfin il vaut mieux ça que pas d’humour du tout. Je me recale contre elle, lui refait un câlin. Je suis bien comme ça.


##   Sam 30 Jan 2016 - 18:35

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1343
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Son étreinte me libère. Elle n’est pas comme celle que nous avons échangée à l’hôpital, après notre combat ; elle est plus douce, plus tendre, terriblement chaleureuse. Le froid s’envole et ses bras me réchauffent le coeur en même temps que le corps ; c’est injuste. Lui n’aura plus jamais froid, je songe en blottissant mon nez dans son cou, les yeux clos. Je réprime un semblant de sourire, encore tordu mais néanmoins plus sincère. Ce n’est pas l’une de ces grimaces que je lui lance depuis un mois dès qu’on se croise ou qu’on échange deux mots sans aucun sens. C’est plus… Je ne sais pas. Du soulagement, je crois ? Je ne mérite pas vraiment d’être ici. Alors quelque part ça me fait du bien qu’on me dise que j’ai peut-être encore ma place...

Mon visage reste appuyé contre son épaule et je me mords la lèvre et l’entendant parler. Mettre de côté mon égo, je peux aussi le faire, non ? Ce n’est pas si compliqué, au final. Lui aussi le fait bien. Sinon il ne serait pas là à me demander pardon, de revenir, de… juste de rester avec lui. Je dois être injuste, quelque part. Mais là, j’ai envie de tout envoyer balader, simplement de laisser tomber cette idée stupide à laquelle je me raccroche depuis des semaines et qui me dit que ce n’est plus possible. Si je suis là et qu’il est là… C’est que c’est encore possible, non ?

Alors j’acquiesce, parce que je ne peux de toute manière rien faire d’autre. Moi aussi je dors mieux quand il est là. Je m’inquiète moins. Il y a de la chaleur, une présence rassurante, je n’ai besoin de rien d’autre en fait. J’ai beau chercher autrement, c’est tout ce que je désire actuellement.

Il se recule, me regarde.

— Ne laisse pas la fenêtre de la chambre ouverte en hiver alors, je n’ai pas de chauffage intégré, moi, je souffle avec un demi rire.

Ma main se glisse sur la sienne, toujours sur ma joue, et je me blottis à nouveau contre lui en fermant les yeux. Profite de l’instant quelques minutes.

— C’est mal de me tenter avec des croissants, tu sais très bien que je ne sais pas dire non.

Puis je me mordille la lèvre, relève les yeux vers lui. Les mots ont un peu de mal à sortir, pas parce que je ne souhaite pas les dire, mais parce que je me sens déjà profondément ridicule. Tout ce temps passé, et là...

— Je suis désolée, Huo, je souffle. Ça va mettre un peu de temps pour que tout se tasse et redevienne vraiment comme avant, mais… Je resterai, d’accord ?

Doucement, je dépose un baiser chaste sur ses lèvres, avant de reposer mon front contre son épaule.

— Moi aussi je suis fatiguée quand tu n’es pas là, je grommelle, embarrassée.

C’est parce qu’on s’inquiète trop, je crois… Mine de rien ça pompe pas mal de temps.



Je vole en #F54759
##   Mar 9 Fév 2016 - 18:09

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Huo Zhang
Master Feu Lunaire
Messages : 1323
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J’ai dû être un bisounours dans une vie antérieure. Ou un chat. Enfin un truc à câlin quoi. C’est sûrement parce que c’est elle. Même sans parler de truc sexuel ou juste de câlin j’aime la toucher, simplement sentir sa présence, avoir un contact. Tout ça m’avait énormément manqué, probablement plus que je ne l’avouerais jamais. Et cette étreinte me fait du bien. C’est apaisant, calme et doux. Ce que j’aime chez elle c’est cette douceur, cette sensation qui fait que je me sens moins brute quand je suis avec elle.

Je souris en coin quand elle me dit de ne pas laisser la fenêtre ouverte en hiver. Pas que ça me gêne personnellement il faut l’avouer mais je n’aimerais pas qu’elle tombe malade. Je crois que je vais souvent oublier de fermer les fenêtres de ma chambre maintenant. Ipiu va sûrement me râler dessus comme quoi ça caille après ça.

Elle pose sa main sur la mienne, sourit un peu, avant de se blottir de nouveau contre moi. Qu’est-ce que j’aime ça. Je glisse un doigt sur le bord de son oreille avec un sourire amusé. C’est glacé. Elle a tout le temps froid. Quand on dort ensemble elle prend toujours la couette pendant la nuit. Souvent ça me réveille parce que j’ai froid. Du coup je suis obligé de venir me mettre contre elle pour faire la bouillotte.

- Du temps c’est pas ce qui nous manque. Enfin un peu mais ça viendra. Je serai plus patient.

Je frémit légèrement en sentant ses lèvres sur les miennes. Trop brièvement. Bon sang, embrasse moi ! C’est pas que j’ose pas le faire moi-même, ce serait mal me connaître, mais pour une fois j’aurais aimé qu’elle prenne l’initiative. Même si je sais que elle son truc c’est les petits bisous chastes c’est pas mon cas. Pour parler technique, moi j’aime sa langue. C’est très cru dis comme ça mais c’est vrai.

- Et là, tu es fatiguée ?

Moi pas vraiment à vrai dire. Mais je serais pas contre de se caler tranquilles à un endroit calme où on se ferait pas déranger. Juste pour… Je ne sais pas se faire un câlin. Discuter. Avec un peu de chance je pourrais la convaincre de venir dormir avec moi - j’ai dit dormir ! - même si j’ai la moitié de mes affaires dans des cartons qui traînent j’ai toujours mon lit. Et une couette qu’elle pourra me piquer si elle veut.


##   Mar 9 Fév 2016 - 18:53

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1343
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Un long frisson remonte le long de mon échine lorsqu’il effleure mon oreille. Pas touche, tu sais bien que c’est sensible ! Idiot… Heureusement qu’il fait nuit, tiens.

Quelque part, cependant, je suis... heureuse de l’entendre dire qu’on a du temps pour reprendre nos marques, qu’il sera plus patient avec moi. J’ai conscience que ce n’est pas simple tous les jours pour lui ; et ce n’est pas grave si on se dispute un peu, parfois, c’est normal. Ça arrive à tout le monde, n’est-ce pas ? Il faut juste que je me remette ça dans la tête. Que j’évite de penser à notre combat, aussi, sûrement… On a tout notre temps, hein, c’est ça ?

Mes joues se colorent un peu alors que je me recule pour l’embrasser. Tssk. Il n’est vraiment jamais content. Je vois bien qu’il boude. Il me lance son regard de frustré habituel - même celui-là m’a manqué, ça a un côté mignon, même s’il déteste quand je le lui dis. J’effleure son nez du mien en lâchant un demi rire. Nos souffles se mêlent mais je le laisse languir un peu, malicieuse. Pas maintenant. J'aurais envie de dire "est-ce qu'il croit que ce sera si facile ?" mais je n'ai pas envie de me prendre plus la tête... Je ne suis plus en état de toute manière.

— C’est une proposition ? je murmure en caressant sa joue doucement, un sourire taquin se glissant sur mes lèvres.

Nous nous séparons et je frissonne encore une fois en sentant le froid s’insinuer sous mes vêtements. Mon manteau est assez épais, mais être en robe-collants en plein hiver ce n’est pas vraiment l’idéal. Je ramène mon bras contre ma poitrine et essaie de garder la chaleur qu’il m’a transmise. De l’autre main, j’attrape le bout de ses doigts, comme une enfant, pour le tirer légèrement vers moi, dans une invitation discrète à me suivre. J’ai un peu peur d’avoir mal compris le message qu’il a essayé de me faire passer tout à l’heure, mais qui ne tente rien n’a rien, hein. Avec hésitation, j’ajoute :

— Tu veux rentrer avec moi ? J’ai un peu froid, ici. Sauf si… enfin tu avais peut-être autre chose à faire ce soir, je rajoute dans un soupir. Avec la fête, tout ça. C’est pas très cool de les laisser, mais…

On sera plus au calme, et au chaud surtout. On pourrait se faire un petit thé, discuter un peu… Rattraper le temps que je n’ai pas voulu lui accorder ces dernières semaines ? Même si c’est pour regarder un film nul, se blottir sous la couette, tout me va. Là j’ai juste… envie de passer du temps avec lui. Maintenant, qui est le plus dépendant de l’autre, hein… On se le demande même plus à force.



Je vole en #F54759
##   Mer 10 Fév 2016 - 9:36

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Huo Zhang
Master Feu Lunaire
Messages : 1323
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je retiens un petit rire satisfait en la sentant frémir quand je lui touche l’oreille. Je suis un peu rassuré de voir que je lui fait cet effet là. Et oui sinon ça s’appelle profiter de ses faiblesses. Je l’assume totalement. J’aime savoir que je lui fait de l’effet. Disons que ça me donne un peu d’ego. Elle effleure mon nez avec le sien, presque un bisou esquimau, son souffle est tout contre mes lèvres. Elle sourit. Saleté. Ça l’amuse de me frustrer avec ça je le sais. Je frissonne un peu et ferme les yeux à demi quand elle me caresse la joue, appréciant la sensation.

- Hm, peut-être bien que c’en est une oui, je réponds avec un sourire en coin.

J’ai envie de soupirer de frustration quand elle se détache de moi mais je me contiens. Je suis pire qu’un accro sans son fix parfois c’est grave. Je la vois qui frissonne et je résiste à l’idée de la prendre dans mes bras. Ça va nous ralentir et il faut bien qu’on bouge au bout d’un moment. J’entrelace doucement nos doigts avec un sourire amusé. Elle est aussi hésitante que moi.

- J’étais juste là pour faire le paparazzi, je rigole. J’ai bien envie de rentrer avec toi pour prendre un thé chaud. On pourra profiter de la soirée.

Oui ça me tente définitivement. Et ça me fera du bien. Même si c’est juste pour parler de tout et rien. J’ai pas envie de gâcher ce moment avec des idées noires. Ou peut-être qu’elles ne le sont plus tant que ça. Depuis la Masterisation je me sens tellement lucide et… Serein ? Je ne sais pas bien définir cette sensation. Mais je me souviens qu’elle m’avait dit qu’on trouvait des réponses à nos questions. Et c’est vrai. Je crois que c’est ça plus que tout le reste qui me fait sentir aussi bien. Ça ne durera sûrement pas éternellement mais je profite pour le moment. Parce que c’est agréable de se sentir en contrôle et apaisé.

- Est-ce que je pourrais rester dormir ?

Je serre doucement sa main, partageant la chaleur. Ce n’est pas vraiment innocent. Si je reste dormir il y a même de grandes chances que je me retrouve dans la salle de bain demain matin à faire passer un petit problème matinal. Je ne sais pas toujours comment m’y prendre avec elle. Parce que même si elle est quand même moins réticente qu’au début avec ça je reste prudent. Par peur de la braquer j’imagine. Je ne lui demanderais pas de faire quoi que ce soit pour ce genre de chose. Pas par gêne. Pour moi le sexe n’est pas un truc gênant. Mais je ne veux pas avoir l’impression de la forcer simplement. Et je ne la sens pas forcément d’humeur à ça alors qu’on vient de se réconcilier.

- Enfin si ça te gêne pas…

Huo. Ta gueule.


##   Mer 10 Fév 2016 - 18:08

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1343
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Il a un sourire amusé lorsqu’il entrelace nos doigts, et quelque part ce seul geste me rassure. Il est doux et sincère, ce qui change plutôt des dernières marques de non-affection que nous avons eues l’un à l’égard de l’autre ces dernières semaines. Certes, j’y suis pour beaucoup, et je le regrette. En même temps, je pense qu’on avait besoin d’un peu de distance. Tout devenait trop étouffant, trop douloureux ; nous sommes comme emprisonnés dans notre mal-être depuis des mois. Maintenant, j’ai espoir que les choses s’arrangeront ; c’est un petit peu utopique, je l’admets, mais je ne reste pas moins convaincue que nous pouvons rattraper les choses. Si nous faisons des efforts, tous les deux. Il ne s’agira pas d’attendre que les choses se passent d’un côté ou de l’autre ; il s’agira plutôt de voir ce que nous pourrons faire pour que les choses s’améliorent, ou stagnent tout du moins, jusqu’à ce que cette situation détestable cesse. À présent, je sais qu’il ne reste plus que quelques mois, quatre peut-être, jusqu’à la fin de ma première année ; et cette constatation me fait beaucoup de bien. Il n’y a rien de pire que de se dire qu’on restera bloqués dans cette situation sans rien faire pour s’en sortir.

Mes yeux se détournent et je gonfle une joue. Je serais presque tentée de lui dire d’aller se faire voir devant tant d’audace de sa part, mais quelque part ça me fait aussi rire. J’hésite un peu, étire par la suite un sourire amusé. Hmm. Je ne répondrai pas à ça. Il n’aura qu’à rager dans son coin.

— On verra ça, je lâche simplement avant de l’entraîner à ma suite. Allez, viens. Tant pis pour les photos, ils demanderont à quelqu’un d’autre.

Il commence à neiger un peu et je frissonne encore. Sa main est vraiment chaude, c’est injuste. Comment veut-il que j’arrive à me faire croire que je n’ai pas besoin de lui lorsqu’il se met à jouer à la bouillotte de cette manière ? C’est vraiment injuste. Et je me sens d’autant plus pitoyable.

Nous arrivons rapidement en vue de ma petite maison et je lâche sa main pour passer la mienne dans mes cheveux et enlever les flocons qui s’y sont accrochés. Puis je vais chercher mes clés dans mon sac, en bandoulière autour de mon épaule. Je le laisse entrer en premier et m’avance pour refermer la porte derrière nous. La chaleur de l’endroit se répand dans mon corps et je sens mon visage reprendre des couleurs. Un soupir de contentement m’échappe. Je me retourne vers Huo, effleure à nouveau sa main. Il y a un instant de flottement.

— Tu sais… Je ne te l’ai pas vraiment dit, en salle des Masters, mais... je suis vraiment fière de toi, je souffle.

Ma gorge se serre et j’effleure sa joue à nouveau, effleure son nez du mien. Je l’embrasse doucement. Tant pis. Pensez ce que vous voulez. Mais j’en ai assez de faire comme si je ne ressentais rien.



Je vole en #F54759
##   Mer 10 Fév 2016 - 19:57

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Huo Zhang
Master Feu Lunaire
Messages : 1323
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Elle fais une petite moue indignée à ma proposition et je rigole doucement. On verra hein… Pfeuh espèce de méchante. J’aurais bien aimé être fixé mais j’imagine qu’il faut pas trop pousser ma chance. Je suis déjà content qu’on puisse passer un peu de temps ensemble.

-Si Piu récupère un appareil quelque part je préfère pas trop voir le résultat. Elle va prendre des photos bizarres je suis sûr.

Quoi qu’une photo de Houston ou Nico bourré… Bien que je doute que ça arrive un jour ça serait très drôle à voir je pense. Je regrette un peu de rater une occasion de les embêter tous mais ma Princesse passe avant.

Je lève la tête et sourit un peu. Il neige. C’est bientôt l’anniversaire d’Aoi aussi. Il faudra que je lui trouve un cadeau. Un truc sympa pour ses 21 ans, pour marquer un peu le coup. Je me sentirais pas forcément de lui offrir un bijou, je préfère un truc utile. Ou quelque chose de rigolo comme un livre de cuisine. Je sais qu’elle a du mal avec ça. A part le thé et les onigiris peut-être…

On arrive finalement chez elle et je soupire de bonheur en entrant devant elle. La chaleur de la maison me tire un sourire de contentement. C’est toujours tellement plus agréable de se réchauffer comme ça. Je frémit quand elle effleure ma main et me tourne vers elle. Je rougis légèrement, heureux.

-Merci Princesse.

Je frissonne un peu quand elle m’embrasse, glisse une main sur sa taille, caresse son dos avec douceur. Pas envie de la brusquer ou d’aller trop vite. Je ne l’ai pas… Non c’est faux. Je l’ai aussi fait pour elle, parce que je voulais qu’elle soit fière de moi. Et l’entendre me le dire me fait tellement plaisir aussi.

-Tu me croiras peut-être pas, mais c’est aussi pour te rendre fière que je l’ai fait.

Je caresse sa joue lentement, pose mon front contre le sien. Il faut que je me contrôle. C’est un peu dur parce que j’ai du mal à mesurer mes réactions. Est-ce que je vais trop loin, est-ce que ça va si je réponds seulement ? Qu’on se soit réconciliés me fait l’effet d’avoir un peu trop bu. J’ai aussi pris un ou deux verres, ça n’aide pas, mais surtout j’ai comme une énergie de dingue dans les veines. Comme si j’allais hurler à la fenêtre que je suis heureux comme ça. Et là maintenant j’aurais très envie de l’embrasser encore, peut-être de lui faire l’amour ce soir même. Mais je dois être raisonnable et ne pas précipiter les choses. Je tremble un peu, son souffle contre mes lèvres, un chuchotement.

-Je t’aime.


##   Jeu 11 Fév 2016 - 10:35

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1343
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

C'est rare de voir Huo rougir de cette manière. Il a l'air, je ne sais pas... Heureux, peut-être ? Heureux parce que je l'ai félicité ? Ce fait me tire un léger sourire, mais je ne ris pas. Peut-être parce que ce n'est pas amusant, simplement touchant. Ses mots sont sincères, émus, et je me surprends moi-même en allant quérir un baiser auprès de lui. Sa main se glisse dans mon dos, l'autre reste sur ma taille. J'ai l'impression de ressentir sa chaleur à travers ma veste, la douceur de son contact. Mes yeux brillent un peu, juste un peu, lorsqu'il reprend la parole et que ma main s'échoue sur sa nuque.

Je ne ferme pas les yeux lorsque son front se pose contre le mien, préfère planter mon regard dans le sien en inclinant la tête, un peu, pour suivre le geste de sa main. Finalement, mes paupières s'abaissent. Pour moi… Il a eu une drôle de manière de me le montrer. Je ne veux pas répondre à ça, sans doute parce qu'il n'y a rien à répondre. Je ne veux plus de cette amertume, de cette colère que je ressens à son égard à chaque fois qu'on y repense, et qui est un peu anesthésiée par le froid et l'alcool, ce soir. Demain, j'aimerais pouvoir penser de la même manière…

L'appartement est silencieux, autour de nous. Son front est chaud, son souffle aussi. Ses yeux luisent doucement ; je connais ce regard. Il se contient, reste comme bloqué en me serrant entre ses bras, avec une force qu'il n'imagine peut-être pas. Il suffirait que je recule un peu pour lui intimer de me lâcher ; que je souffle un mot. Rien qu'un mot.

Cependant je ne dis rien, je ne bouge pas. Je m'accroche un peu plus à lui, comme on s'accrocherait à une bouée de sauvetage. Je ne veux pas couler encore une fois. Lui montrer, aussi, que je ne veux pas laisser tomber. Je crois qu'il fallait juste un peu de temps…

— Je t'aime aussi Huo, je souffle en blottissant mon nez dans son cou.

Je reste quelques secondes dans cette position, blottie contre lui. Terriblement droit, légèrement crispé… Ses muscles sont tendus. Je suis le tracé d'une veine dans son cou, jusqu'à sa mâchoire, sa joue ; un baiser de plus, puis un autre, ses lèvres… Je tremble un peu contre lui. M'éloigne finalement, reprends mon souffle.

— Merci de ne pas avoir laissé tomber, je murmure en baissant les yeux.

Puis finalement, je m'écarte réellement, préférant retirer ma veste pour l'accrocher au porte-manteaux avec mon écharpe ; pose mes chaussures sur le tapis. Je tangue un peu en descendant de mes chaussures, et en perdant un ou deux centimètres. Lorsqu'il s'est débarrassé des siennes, je lui attrape la main avec hésitation pour le tirer à ma suite. Je me souviens de cette fois, cet été, où nous avions passé la soirée dehors, seuls tous les deux. Il faisait beau et chaud, c'était un peu nos vacances à nous après l'Australie ; je ne sais plus trop pourquoi, nous nous chamaillions comme deux enfants, et j'ai fini par sauter sur son dos. Nous sommes entrés en riant comme des abrutis et j'ai failli me prendre le montant de la porte... J'ai un sourire doux en y repensant. J'aimerais tellement revenir à cette époque-là… Insouciante ?

Un regard en arrière, vers Huo.

— Tu veux que je fasse du thé ? J'en ai racheté la semaine dernière…

Du thé vert parfumé, comme il l'aime. J'ai pensé à lui quand je l'ai acheté, mais c'était plus avec tristesse… Ce n'était pas une si mauvaise idée, au final.



Je vole en #F54759
##   Ven 12 Fév 2016 - 11:25

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Huo Zhang
Master Feu Lunaire
Messages : 1323
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Ce regard bref, la lueur un peu amère dans ses yeux quand je lui dis que c’est aussi pour elle. Je ne relève pas, je n’ai pas envie qu’on se dispute à propos de ça. Avec un peu de recul, un peu de temps, je réalise que tout ça a été trop vite, trop précipité et que j’ai encore une fois fait n’importe quoi. Hideko a définitivement choisi le pire moment possible pour ça. Ou peut-être pas. Enfin si ça avait été un peu plus tard peut-être qu’on aurait pu se réconcilier un peu. Ça aurait été moins... Violent. Les sentiments ne sont pas comme les sparadraps. On ne peut pas juste tout arracher d’un coup pour que ce soit plus rapide. Certaines choses prennent du temps pour guérir, pour s’apaiser. Ce temps on l’a enfin.

Elle me rend mon étreinte, s’accroche à moi doucement mais avec force. Ses poings fermés, un peu crispé dans mon dos. Je suis trop droit, trop crispé et tendu sûrement. Mais c’est simplement nous. Je frissonne un peu, j’avais besoin d’entendre ça aussi je crois. Besoin de ces baisers, de cette étreinte pour me rassurer un peu.

-Je pouvais pas laisser tomber.

Pas cette fois, pas encore. Je ne voulais pas laisser passer cette chance de lui dire, d’être enfin honnête et un peu plus droit. Je la laisse s’éloigner un peu à regret. On est encore dans l’entrée après tout. J’enlève aussi mes chaussures et ma veste, un peu plus à l’aise. Je souris en coin.

-Je veux bien, merci.

J’ai juste bu un ou deux verres tout à l’heure, je me sens même pas joyeux. Mais bon elle tient moins l’alcool que moi et je pense pas que reprendre un verre maintenant soit une bonne idée. Le thé c’est très bien. Je la suit dans la cuisine et m’assoit sur une chaise. Que dire ? Le silence n’est pas forcément inconfortable mais je me sens pas d’humeur à le laisser s’installer.

-Tu fais quelque chose pour la nouvelle année ?

Oui c’est une façon détournée de lui demander si on pourrait faire un truc pour son anniversaire. Elle va quand même devenir majeure, c’est pas rien. Et moi j’ai envie de lui faire un cadeau, même si je sais pas encore quoi. Et puis on est pas obligés de passer toute la soirée ensemble, même juste un petit moment m’irait.


##   Lun 22 Fév 2016 - 16:17

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1343
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Ne pas laisser tomber. Comment on aurait pu ? C’est stupide. Au fond, je n’avais pas non plus envie qu’il laisse tomber, dans la salle d’entraînement, ce jour-là. J’ai eu tellement mal quand nous avons rompu. Rompre par simple facilité, parce que nous étions incapables de faire des efforts l’un pour l’autre ? De nous comprendre ? Je ne sais pas, certainement. Maintenant, je crois qu’il faut juste laisser ça de côté. Pas l’oublier, mais apprendre. Avancer. Si on n’avance pas, comment allons-nous faire, hein ? Nous resterons bloqués toute notre vie sur les mots que nous avons prononcés l’un envers l’autre, nous resterons bloqués dans la colère que nous avons ressentis ? Ce serait tellement stupide…

Un sourire en coin ; oui, du thé. Je le laisse s’installer et vais chauffer l’eau, mais il me suit. Peut-être que j’aurais eu besoin de quelques secondes seule avec moi-même, juste quelques secondes pour me remettre l’esprit au clair, ne plus être aussi consciente de sa présence. C’est comme rester longtemps dans la même position ; dès qu’on bouge un peu, on a l’impression de sentir le moindre geste de manière amplifiée, plus forte, plus présente. Comme si le moindre tremblement était un cataclysme. Ici, je sens simplement son regard peser sur mon dos, le transpercer et le brûler. J’aurais voulu qu’il ne voie pas mes gestes hésitants, un peu ratés parfois à cause de l’alcool, qu’il ne me voie pas galérer à récupérer mes tasses au fond de mon placard, sur l’étage du haut.

Je manque de faire tomber la tasse que je viens de récupérer quand il reprend la parole. Le mug est déposé sur le plan de travail pendant que je prépare la théière.

— Je ne sais pas… Je pensais aller voir ma mère, je ne la vois pas souvent.

Un instant de pause, je lève les yeux vers lui. Hésitante. Je ne sais pas si ce serait une bonne idée de lui proposer de fêter Nouvel An avec ma mère avec tout ce qu’il s’est passé. En fait, je crois que je ne préfère rien prévoir pour le moment...

— On a pas vraiment prévu quoi que ce soit, en réalité. Donc… Enfin je pourrai te le dire quand on aura prévu le coup, je suppose, souris-je faiblement.

La bouilloire siffle et je reporte mon attention sur elle. Avec précaution, je verse l’eau chaude dans la théière et n’ose pas reporter mon attention vers Huo. Tss… Trop stressée.

— On peut s’installer au salon, tu viens ?

J’attrape la théière en tentant de ne pas la renverser ou la faire tomber, et fais suivre les tasses derrière moi en volant. Maintenant, j’espère que je ne les exploserai pas contre le mur en passant la porte jusqu’au salon, ahah.

— Si tu veux grignoter un peu, il doit me rester quelques trucs dans les placards… D’ailleurs, désolée pour le désordre, Ariana et moi avons fait un gâteau tout à l’heure. Je pense que ça se remarque, ris-je.

En même temps, il y a de la farine partout sur le sol encore… Le plan de travail est encore encombré par la vaisselle, il faudrait que je range tout ça. Demain…



Je vole en #F54759
##   Lun 22 Fév 2016 - 16:51

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Huo Zhang
Master Feu Lunaire
Messages : 1323
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Elle est un peu maladroite avec les tasses, la bouilloire. L’alcool peut-être. C’est vrai qu’elle n’a pas l’habitude de boire. Parfois ma condition de Master me saute aux yeux comme une mauvaise blague. L’autre jour j’ai fait un truc à la poêle pour cuisiner et une giclure d’huile a sauté sur mon bras. Je crois que j’ai mis au moins cinq minutes à réaliser que je m’étais brûlé. Parce que je n’ai pas senti la douleur tout de suite. Résultat j’ai une tache rouge sur l’avant bras.

Je ne sais pas si c’est dû à ça mais je ressens tellement sa présence. J’ai l’impression de toute voir en amplifié. Mais c’est sûrement parce que j’ai un peu bu. J’acquiesce doucement sans rien ajouter. Sa mère… Je sais qu’elle tient beaucoup à elle. Je pense pas qu’elle approuvera son choix. Ou j’en ai peur. Ça ne change pas tant que ça pour moi au fond. Simplement je ne veux pas qu’elle se sente tiraillée. Et en y repensant je me sens un peu triste de me dire que je ne lui présenterai probablement jamais mes parents. Pas que j’ai jamais voulu le faire. Mais c’est un peu quelque chose de normal auquel elle aurait pu avoir droit. Pas avec moi.

-Tu me diras.

C’est neutre. Mais bon je ne vais pas lui monopoliser cette soirée là, surtout si elle veut voir sa mère alors qu’elles ne se voient pas si souvent. Je l’observe faire le thé avec un sourire amusé et la suit finalement dans le salon.

-J’ai déjà mangé c’est gentil.

Je souris en coin. J’ai remarqué la farine un peu étalée partout. Ce doit être pour ça qu’elle est arrivée en retard par rapport aux autres. Je n’aurais pas goûté son gâteau du coup, dommage. Je vais m'asseoir dans le canapé en l’entraînant avec moi en douceur. Pas pour un câlin. Juste se poser tous les deux. Je prend une tasse et souffle dessus prudemment. C’est un peu chaud. Une gorgée de thé brûlante après je la repose. Je crois que je suis un peu stressé. J’évite de trop croiser son regard depuis tout à l’heure. Pas vraiment par gêne. Je ne veux pas qu’elle se sente oppressée je crois.

-On est bien comme ça.

Je prend sa main doucement pour ne pas trop la surprendre, entrelace nos doigts.

-Aoi. Est-ce que tu crois qu’on pourra-

Je me mord la lèvre, expire doucement. Ne pas sonner comme une coquille brisée. Je ne suis plus comme ça.

-On pourra faire quelque chose de ça ?

La question n’est pas claire mais pour moi ça veut dire beaucoup de choses. Est-ce que j’ai le droit de regarder plus loin, de me projeter ? Est-ce que je peux espérer un vrai futur ? C’est quelque chose auquel je ne me suis jamais autorisé à penser réellement. Mais maintenant j’en ai envie. Pour nous. Pour Terrae. Pour ce que je veux que ma vie devienne, que notre vie devienne.


##   
Contenu sponsorisé

 

In the warmth of embrace (Aoi ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Logements Masters. :: Maisonnette d'Aoi et Huo.
Aller à la page : 1, 2  Suivant