Partagez | 
Sais-tu seulement, qui je suis ?
##   Lun 13 Juin 2011 - 18:32
avatar
Invité

Ca pue la merde ici. C’est laid, je me fais chier, et j’ai envie de crever quelqu’un. Pourquoi ce langage ? Parce que je suis de mauvais poil et j’ai envie de massacrer quelqu’un.

Me baladant dans Terrae à la recherche d’une occupation, je jouais avec mon sabre sans vraiment faire attention aux personnes qui me regardaient. Depuis que j’avais changé de coiffures et tout, plus personne ne savait qui j’étais. A une exception près. Je me demande justement la tête de Ma-Chan quand elle me verra. Elle me prendra pour une folle qui a kidnappé sa chère Miya tout sourire aux lèvres et si gentille.

Je n’avais pas envie de la croiser d’abord, j’avais autre chose à faire … Ouais, je sais, j’ai rien à faire, mais quand même. Me couchant sur l’herbe de la praire de Terrae, je regardais le ciel couvert de nuage. D’ici dix minutes, ils allaient pleuvoir sans doute.

Fermant les yeux, je jouais avec l’air m’entourant pour faire une barrière protectrice si jamais une averse se préparait. Me laissant aller dans mes pensées, je me demandais quelle serait la réaction de mon entourage.

Je voulais arrêter d’être faussement gentille, mais en même temps … Cela n’était pas vraiment possible n’est ce pas ? J’avais appris à sourire ainsi c’était acquis … Mais je ne pouvais plus faire semblant non plus, j’étais une nouvelle personne, de A à Z.

##   Lun 13 Juin 2011 - 18:46
avatar
Invité

Enfin, je pouvais enfin marcher à nouveau. Cela faisait près d’un mois que je ne savais plus me déplacer sans ma chaise roulante, mais aujourd’hui, je pouvais, je sentais mes jambes vivre en touchant le sol. Laissant ma chaise de côté, je sortis de mon lit avant d’aller prendre ma douche. M’habillant rapidement de mon uniforme, je regardais une photo de Miya et moi dans son appartement.

Elle n’était pas rentrée depuis un long moment déjà, je me demandais où elle avait disparue. La dernière fois que je l’avais vu, c’était le jour avant que son appartement devienne un Bazard monstre. Tous avaient explosé, son mobilier, ses affaires, ses miroirs. Je ne savais pas ce qui s’était passé, la seule chose que j’avais découvert était sa perruque mauve. Avait-elle décidé d’arrêter de jouer les comédiennes ?

Sortant de sa maison, je me dirigeais vers Terrae à sa rechercher, questionnant quelques personnes, tous me dire « Miya ? On ne l’a pas vu depuis un moment ! ».

Saisissant mon portable, je composais son numéro. Entendant le bip sonore marquant que le cellulaire de celle que je voulais contacter était soit hors de porté ou éteint, je soupirais de lassitude.

Levant les yeux au ciel, je me disais qu’il allait pleuvoir dans peu, celui-ci était recouvert de gros nuage gris. J’aimais la pluie, je me disais souvent que quand il pleut, je ne suis pas la seule à être triste. Stupide n’est ce pas ?


Allant vers la prairie, je me demandais si elle était là bas, en train de s’entrainée ou encore à dormir sur l’herbe fraichement coupée. Voyant au loin une boule d’air, je souriais en me disant que c’était elle.

Approchant, je ne fus pas vraiment surprise par ce que je voyais. Ce n’était pas la Miya que je connaissais sur le sol, non, c’était … ma chère et tendre Tomoe qui m’avait rendu visite il y a peu.

- Ara, il est rare de te voir au naturel, Tomoe.
##   Lun 13 Juin 2011 - 18:53
avatar
Invité

- Ara, il est rare de te voir au naturel, Tomoe.

Me redressant tout en ouvrant les yeux en reconnaissant cet accent de Kyoto qui n’appartenait qu’à une seule personne, je regardais la jeune femme de ma position. Laissant l’air protecteur se dissiper autour de moi, je l’invitais à venir s’asseoir.

- Tu t’en doutais hein ? J’en avais marre de jouer les saintes, Shizu-Chan.

« Shizu-Chan », c’était comme ça que je l’appelais que je me faisais encore appeler « Miya Asama », sinon, c’était mon « Shizuru-Sama » habituel. Je savais que cela n’allait pas l’offusquer que je l’appelle ainsi avec cette apparence, après tout, ce n’était pas comme si j’étais deux personnes distinctes n’est ce pas ?

Regardant les jambes de celle-ci, je vis qu’elle avait l’air d’aller bien.

- Tu sais enfin marcher, il t’a fallut quand même un long moment pour te remettre sur pied.

Si je pouvais utiliser cette expression aussi. Du moins elle concordait à merveille après tout.

- Tu me voulais quelque chose en fait ?
##   Lun 13 Juin 2011 - 19:03
avatar
Invité


- Tu t’en doutais hein ? J’en avais marre de jouer les saintes, Shizu-Chan.

Il était vrai que je m’en doutais, mais je me demandais aussi les conséquences de cela. Miya et Tomoe … deux personnes vraiment différentes pour moi. Une que je considérais comme une amie et l’autre comme … une personne intéressante. Mais la folie de Tomoe m’avait toujours fait peur et Miya avait pris garde à ne pas laisser paraître cette chose en elle, cette femme que personne ne portait dans son cœur, sa vraie apparence peut être ?

- Tu sais enfin marcher, il t’a fallut quand même un long moment pour te remettre sur pied.

Prenant place à côté d’elle, je lui souriais à ca réplique. Oui, je pouvais enfin marcher mais pas de trop non plus, il n’était pas utile de se fatiguer pour rien, j’utiliserai sans doute encore ma chaise ou des béquilles de temps en temps.

- Tu me voulais quelque chose en fait ?

Me fallait-il une raison pour venir lui parler ? Si c’était Tomoe oui, mais pas Miya mais bon … j’en deviendrai presque folle et m’embrouillerait avec cette ou plutôt, ces personnes. Je pourrai presque dire que celle-ci est schizophrène … Cela fait peut n’est ce pas ? Je ne parle pas de ceux qui se parle à eux même, mais ceux qui ont un dédoublement de personnalités.

- Rien de particuliers, je m’inquiétais juste à ton sujet …

Regardant le ciel, je me dis qu’il serait peut être préférable de rentrer. Et continuer cette discussion, à l’intérieur.

- Tu ne veux pas qu’on rentre chez toi à deux, Tomoe ?
##   Lun 13 Juin 2011 - 19:13
avatar
Invité


- Rien de particuliers, je m’inquiétais juste à ton sujet …

S’inquiéter pour moi, c’était tellement gentil de sa part … Shizuru, tu es vraiment la seule que je peux aimer dans ce monde. Tu est vraiment la seule à qui je peux me confier, tu ne me juges pas, peut être que si ? Mais tu te reteins de me le dire … Tu te retiens de me blesser, tu es gentille, tellement gentille …

- Tu ne veux pas qu’on rentre chez toi à deux, Tomoe ?

Attrapant sa main, j’attrais son corps entier vers moi. Déposant mes lèvres sur les siennes, je fermais les yeux en sentant ce doux toucher. Me reculant après un court instant, je regardais les rubis de feu de ma chère Shizuru.

- Tu savais qui j’étais depuis le début … Avant … la première fois qu’on s’est vue à Terrae ?

Je ne savais pas ce qu’elle allait répondre, j’avais peur en même temps. Si elle disait oui, cela voulait dire qu’elle était vraiment la personne qui me fallait, mais si elle disait non, je pouvais aussi me réjouir de savoir encore la surprendre. N’attendant pas sa réponse, je pris un air nostalgique pour continuer mon monologue.

- Tu sais pourquoi j’ai décidé d’arrêter de faire semblant ? C’est pare qu’il est parti lui aussi … Ogami m’a laissé à Terrae … Je croyais qu’il allait me prendre avec, mais non … C’était pour lui et maman que j’étais devenue Miya … Y a que toi qui a bien voulu m’accepter en tant que Tomoe en fait … Même Père … Il m’a aussi abandonné …

Il était mort, il était mort et m’avait laissée seule dans ce monde si terrifiant.
##   Lun 13 Juin 2011 - 19:31
avatar
Invité

- Tu savais qui j’étais depuis le début … Avant … la première fois qu’on s’est vue à Terrae ?

Après se doux baiser, elle me posa une question qui me laissait perplexe. Je dois l’avouer, jamais je n’aurai cru que Miya et Tomoe était la même personne le jour où je l’ai rencontrée à Terrae. Elle était si différente de la Tomoe qui me rendait visite à ma demeure et elle n’était pas la Miya qui se présentait au réception des Fujino avec sa famille.

- Tu sais pourquoi j’ai décidé d’arrêter de faire semblant ? C’est pare qu’il est parti lui aussi … Ogami m’a laissé à Terrae … Je croyais qu’il allait me prendre avec, mais non … C’était pour lui et maman que j’étais devenue Miya … Y a que toi qui a bien voulu m’accepter en tant que Tomoe en fait … Même Père … Il m’a aussi abandonné …

L’écoutant, j’étais peinée par ses dires, je ne savais pas vraiment tout cela à son sujet. Je ne savais pas pourquoi elle se déguisait et ainsi de suite, je savais juste qu’elle le faisait et j’avais respecté son choix.

- Tu sais, la vie n’est pas rose, mais elle n’est pas noire non plus. On vit comme on le peut après tout.

Attrapant sa main, je l’aidais à se relever tant bien que mal. Sentant quelques goutes tomber, je soupirais avant de continuer sur ma lancée.

- Qui que tu es, c’est la personne au fond de ton cœur qui m’intéresse, ton apparence, tu es toujours aussi belle après tout.
##   Lun 13 Juin 2011 - 19:39
avatar
Invité

- Tu sais, la vie n’est pas rose, mais elle n’est pas noire non plus. On vit comme on le peut après tout.

Vivre … Oui, vivre et plus survivre avec de faux semblant. C’est comme ça que maintenant je voix les choses. Mais je ne pouvais pas non plus renier les autres personnes que j’ai connues ici, je devais aller voir Hideko, aller voir Antonio aussi, et Aoi-Chan. Pour leurs montrer … mon nouveau visage.

- Qui que tu es, c’est la personne au fond de ton cœur qui m’intéresse, ton apparence, tu es toujours aussi belle après tout.

Ne répondant pas à ma question précédente, elle me complimenta. Rougissant légèrement, je la pris dans une étreinte avant de la porter comme une mariée. Lui adressant un sourire, je lui demandais :

- Reste avec moi … Reste avec moi pour toujours Shizuru.

C’était la première fois que je l’appelais sans suffixe, et sérieusement, ca me faisait trop bizarre.

Commençant à léviter, je regardais le ciel avant de le pourfendre d’un coup en m’envolant. Faisant un cercle dans le ciel nuageux, je laissais les rayons sur soleil traverser mon trou en regardant vers le bas.

- Ce monde, ensemble, je sais que l’on peut être heureuse …

##   Lun 13 Juin 2011 - 19:48
avatar
Invité


- Reste avec moi … Reste avec moi pour toujours Shizuru.

Me retrouvant dans les airs, je regardais d’au-dessus des nuages la plaine sur laquelle nous étions il y a même pas une seconde. M’accrochant fortement à Tomoe, je me maudissais d’avoir le vertige ainsi. Fermant presque les yeux, je dus les rouvrir en l’entendant parler.

- Ce monde, ensemble, je sais que l’on peut être heureuse …

Elle avait peut être raison, je devais oublier Natsuki et elle devait oublier Ogami, on devait construire notre futur sans eux. Que ca fasse mal ou pas … Nous n’avions pas le choix.

- Tu as raison … vivons … soyons enfin heureuse, Tomoe.

Posant mes lèvres sur sa joue, je lui fis un câlin tout en coinçant ma tête sans son cou. Humant son parfum, je fermais les yeux quand je sentis que nous bougions. Il était temps, temps d’oublier sa peine.

Je n’avais imaginé que cela pouvait être si amusant de se sentir comme un oiseau, libre dans le vaste ciel. Ne plus être en cage, ne plus être enfermer et tenue par des menottes, je pouvais enfin jouir de ma liberté, du moins, ce que j’espérais. Et j’espérais aussi, que Tomoe … Un jour, trouvera l’amour à son tour.


END
##   
Contenu sponsorisé

 

Sais-tu seulement, qui je suis ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Espace vert.