Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Déclaration surprise [Wyatt]
Mer 17 Fév 2016 - 2:13
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 05/02/2016

Je resserrais ma veste autour de moi, le vent était encore bien froid en cette période de l'année, et levais les yeux vers le ciel étoilé tout en tirant une longue bouffée sur ma cigarette. Le grésillement du papier qui se consumais, le sentiment de solitude à cette heure avancée de la nuit, les petites rafales de vent qui soulevaient mes cheveux... J'étais bien. Cet endroit me reposait et me permettait de me retrouver seul avec moi même.

Après un long moment de contemplation, je plongeais une main dans mon manteau pour en sortir le livre que j'avais emprunté à la bibliothèque quelques jours plus tôt. Hamlet... Rien que le titre me faisait ressentir des vagues de nostalgie, je l'ouvris lentement et en parcourus les lignes avidement en faisant les cents pas.

Une bien triste tragédie encore une fois, je n'arrivais toujours pas à savoir pourquoi ce type de pièce m'attirait en particulier. Y voyais-je un reflet de moi-même ? Aurais-je aimé faire partie de ces intrigues et joutes verbales ? La réponse ne souhaitait pas se faire connaître peu importe mes efforts pour l’amener au grand jour. Elle restait cachée dans un coin de mon esprit, me narguant de sa présence mais sans se laisser attraper.

Mes pas s'arrêtèrent au milieu du toit, face à la porte, tandis que mon regard se stoppa sur un passage particulier. Une idée folle me traversa alors l'esprit, me tirant un fin sourire. Pourquoi pas après tout.

Je posais une main sur mon cœur et m'éclaircis la gorge en fixant mes yeux sur la forme qui passait le pas de la porte désormais ouverte. Trop tard, le temps que je me rende compte que je n'étais plus seul, les paroles étaient déjà sorties.

- Quarante mille frères ne pourraient pas, avec tous leur amours réunis, parfaire la somme du mien.

Et je restais figé là, les cheveux soulevés par le vent, ignorant le froid qui revenait à l'assaut de mon visage tandis qu'un silence gênant s'installait.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mer 17 Fév 2016 - 13:53
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

Impossible. Dormir était devenu impossible. J’avais beau tenter de me fatiguer. Courir. Lire. Prendre un bain brûlant. Rien. Le sommeil ne venait pas. Le sommeil venait de moins en moins. Cette nuit ne fait pas exception. Je n’ai rien à faire. Plus de livres. Pas envie de courir à une heure aussi tardive. Rien à faire. De quoi s’ennuyer encore plus. Dormir encore moins. Je descends jusqu’en salle commune. Fermée. Dommage. La nuit c’est un peu mort. Tout le monde dort. Enfin presque. Trop peu d’insomniaques. Je serai tenté d’aller à l’atelier. Ou bien la salle de sciences. Je doute qu’elle soit ouverte. Trop de produits dangereux. Je soupire. Que faire ?

Je me retrouve à monter les escaliers. Direction le toit. Presque une garantie d’être tranquille. Enfin. C’est ce que je me dis au début. Avant de sentir l’odeur du tabac. J’aurai du prendre un livre avec moi. Histoire de passer inaperçu. Tant pis. Trop tard. J’arrive au niveau de la porte. Hamlet hein. Peut-être qu’il fait du théâtre ? Moi je me souviens vaguement de ces pièces. Shakespeare. Un auteur dont on ne cite plus le nom. Un inconditionnel quand on vient de Londres. Le théâtre du Globe. J’ai du y aller. Une ou deux fois.

_ Qu’es-tu prêt à faire pour elle ?

Je le fixe. Pas plus grand que moi. Peut-être un peu moins. Mais de quelques centimètres. Pas plus de cinq. Le cache-oeil m’intrigue. C’est inhabituel. Même à Terrae. Enfin. Moins que les couleurs de cheveux chimiques. C’est la cigarette entre ses dents qui me répond. Il est seul sur le toit. Donc il ne révisait probablement pas son texte. Enfin. Peut-être que quelqu’un se cache dans un coin.

_ Désolé.

Je m’écarte. Au cas où il voudrait partir. On ne sait jamais. Il doit se sentir un peu mal à l’aise. Humilié peut-être ? Je hausse les épaules. Il me semble qu’il y a une échelle pas loin pour monter encore. Je la trouve et hésite. Peut-être… Non. Rien.

_ Il ne s’est rien passé. Promis.

Au moins. Il se détendra peut-être. Et ça ne m’amènera à rien de raconter ça. Surtout que j’ai répondu spontanément. J’ai continué sa tirade. C’est presque aussi ridicule pour moi que pour lui. Je me hisse sur la partie au-dessus de la porte. Homme ou femme ? Question stupide. Homme. Il a clairement pas une voix de femme. Et s’il était une femme… Pourquoi Hamlet et pas la Reine ? Je soupire. J’ai l’air de me prendre la tête pour rien. Qu’est-ce que ça peut me faire de toute façon ?
Voir le profil de l'utilisateur



Compose en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas

Mer 17 Fév 2016 - 16:01
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 05/02/2016

Je regardais l'homme d'un air surpris alors qu'il terminait ma réplique. Adepte de Shakespeare ? Non pas que la réponse m’intéressait, juste une constatation. Il m'étonna de nouveau en s'excusant et promettant de n'avoir rien entendu. Je ne pensais avoir affiché d'air embarrassé... Surtout que je ne l'étais pas le moins du monde, seulement prit au dépourvut de croiser quelqu'un sans m'y attendre.

Je le suivis du regard alors qu'il montait l'échelle et s'installait la-haut. J'avais l'impression qu'il se trouvait là pour la même raison que moi, aussi je choisis de l'ignorer et de poursuivre ma lecture en silence, continuant de déambuler sur le toit.

Je refermais le livre et détaillais la couverture d'un air songeur. La réflexion de cet inconnu me trottait dans la tête, je n'arrivais pas à comprendre son but. Était-il gêné d'avoir assisté à ça ? Ou bien faisait-il montre de simple sympathie envers moi parce qu’il m'avait surpris alors que je me pensais seul...
La question se fraya un chemin jusqu'à mes lèvres, frustré que j'étais de ne pas y répondre.

- Excusez-moi ? Mais je ne comprend pas pourquoi vous avez dit ça, je devrais me sentir honteux d'avoir été vu ?


Droit au but, aucune envie de m’embarrasser de formules de politesses interminables surtout qu'il ne me donnait pas l'impression d'être très bavard. Alors autant ne pas prendre de détour. Il me répond, je suis satisfait, la vie reprend son cours.

C'était assez étrange de se retrouver avec une personne qui semblait me ressembler dans son caractère. Enfin juste un pressentiment qui me faisait ressentir ça, rien de concret. Mais je le sentais, l'aura de cet homme dégageait cette impression.
Et s'il m'ignorait ? J'insisterais alors ou bien laisserais couler... Non, il me répondrait sinon il n'y avait aucun intérêt dans sa tirade à son arrivée.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mer 17 Fév 2016 - 17:07
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

Son absence de réponse me va. Je n’en cherchais pas de toute façon. Je l’observe. Un coup d’oeil. Il reprend sa lecture. Enfin. Il s’arrête vite. Il faut croire que ça n’est pas si passionnant que ça. Je me réinstalle. Mes pensées sont vite parasitées. Je soupire. J’aurai préféré qu’il n’y ait personne en fait. Surtout après le petit spectacle que j’ai donné. Je me sens ridicule. Tant pis. Je me tourne sur le côté. Les bras pendant dans le vide. Le vouvoiement me paraît étrange. Parce qu’il est inhabituel.

_ Pas forcément. C’est mieux si ce n’est pas le cas.

Je me tourne à nouveau. Dos contre le sol froid. Je n’ai aucune idée de l’heure. Mais il doit être tard. Quelque chose comme le milieu de la nuit. J’aurai dû prendre un livre en fait. J’ai strictement rien à faire. Enfin. Je peux toujours m’amuser avec mes pouvoirs. M’entraîner un peu. Je l’ai pas fait depuis un moment.

Je commence avec l’air. Des petits coups de vents. J’arrive presque à former un petit tourbillon au creux de ma main. Mais j’arrive pas à le garder longtemps. Pas assez de concentration. Il finit par m’échapper. La capuche de Hamlet en tombe. Zut. De toute façon. Il ne peux pas savoir que c’est moi. Ça aurait été un problème à l’intérieur. Là. Le vent va et vient. C’est pas ma faute. De toute façon. Entraîner mon ouïe ne me servira à rien. Il n’y a pas de bruit à une heure pareille.

_ Hey Hamlet. Tu peux me tutoyer tu sais. Je suis pas si vieux que ça.

Okay. D’accord. J’ai le quart de siècle. Je vais le dépasser d’ailleurs. Mais quand même. C’est le début d’une vie. Bref. Je sais pas pourquoi j’ai voulu clarifier ça. Si ça se trouve on ne se parlera pas. On ne se recroisera peut-être pas non plus. Quoi que ça ne m’ennuierait pas. Il n’est pas gênant. Pas bruyant non plus. Peut-être timide. Qui sait ? Je croise les bras derrière ma tête. S’il continue de faire frais comme ça. Je vais regretter mon écharpe.
Voir le profil de l'utilisateur



Compose en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas

Mer 17 Fév 2016 - 18:24
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 05/02/2016

Si c'était mieux que je ne le sois pas, cela voulait probablement signifier qu'il n'appréciait pas spécialement les sentiments exagérés. Parfait. Ça me convenait tout à fait.
Je me retournais dans sa direction et le détaillais rapidement. Difficile de discerner quoi que ce soit dans le noir. Plus vieux que moi de quelques années, des habits sobres... Suffisant pour moi, il ne m'intéressait pas spécialement c'est pourquoi je reportais mon attention sur autre chose.

Il semblait concentré sur quelque chose que je ne parvenais pas à voir ni deviner. Étrange... Tous les habitants de cet institut me semblaient plus ou moins excentriques et il ne faisait pas exception. Que diable bidouillait-il dans son coin ?

Un rafale plus puissante que les autres rabattit ma capuche dans mon dos et l'inconnu reporta son attention sur moi au même moment.
Je plissais les yeux. C'était lui n'est-ce pas ? En tenant compte de la direction d'où le vent était venu, le fait qu'il m'adresse la parole juste après alors qu'il semblait absorbé dans ses pensées juste avant et sans oublier de ce que Ipiu avait eu la bonté de m'expliquer...

- Le vouvoiement n'a strictement aucun lien avec l'âge de la personne à laquelle il s'adresse. Il est là pour mettre des distances entre mon interlocuteur et moi même.

Maintenant que c'est clarifié, il est l'heure de vérifier mon raisonnement.

- Vous contrôlez l'air c'est ça ? Cette bourrasque ne s'explique que de cette manière. Ma façon de m'adresser à vous ne vous a pas plut donc vous me le signifiez de cette manière ?

Une accusation. Ou plutôt une demande de confirmation, je n'affirmais rien mais demandais des explications quand à son action à mon encontre. Si c'était dû au hasard ou sans lien aucun avec lui je devrais probablement m'excuser... Ou au moins retirer le vouvoiement pour signifier mon tort.

- Pourquoi m'appelez-vous Hamlet d'ailleurs ? Je n'ai aucune vengeance à accomplir et ne pense pas interpréter la folie.
Voir le profil de l'utilisateur




Dernière édition par Kali Aconite le Mer 17 Fév 2016 - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Mer 17 Fév 2016 - 19:39
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

Bon. Je suppose qu’il n’y a pas de surprises. Il a deviné. C’est inutile de tenter de le nier. C’est moi oui. C’est susceptible de passer. Enfin s’il est là depuis plus de trois heures… On doit avoir l’air de tarés pour lui. Je me souviens à peine de ce que j’en pensais. Il déduit vite. C’est agréable. Pas besoin de lui expliquer. Il comprend tout seul. Par contre. Une partie est faussée. C’est dommage. Mais raisonnable.

_ Exact. Enfin, en ce qui concerne l’air. Ça m’a échappé. Navré.

Je lui laisse le vouvoiement. C’est son choix. S’il préfère. Okay. Je peux le faire aussi. D’un côté. C’est un respect plus visible oui. Je le comprends. Mais je n’en ai pas l’habitude. Je retiens un léger rire. Ah, Hamlet. S’il savait seulement. Je me suis endormi devant. Au théâtre. C’est dire à quel point j’ai été passionné. Moi qui ne dort jamais devant rien. Ni film. Ni pièce. Rien. Il a fallut Shakespeare. Une réussite je dois dire. Je me souviens seulement que tout le monde meurt. Une vraie hécatombe.

_ Comment voulez-vous que je vous appelle alors ? Je ne connais pas votre nom.

En fait. C’est plutôt agréable. Le vouvoiement. J’ai l’impression d’être plus sérieux encore. Bon. Vraiment. J’ai envie de rire. Parce que ça fait aussi très victorien. Je me souviens de ces anciens films. Français il me semble. Ma mère aimait nous les montrer. Elle adorait cette culture. Cette prestance de l’aristocratie française. J’ai toujours eu du mal. Peut-être parce que je connais les français aujourd’hui. Ces êtres arrogants. Irrespectueux parfois. De mauvaise humeur, toujours.

_ Pourquoi avoir choisit Hamlet d’ailleurs ?

Oui. Je suis intrigué. Ce n’est pas le livre que je recommanderai. Enfin. Tout dépend de ce qu’il aime lire. Je sais que je préfère Sir Conan Doyle. Tous ses romans font partis de ma bibliothèque personnelle. Sherlock Holmes est un personnage que j’admire. Il a une telle flexibilité d’esprit. Une énergie bouillonnante. Et son acolite. Ce cher Watson. La raison. Le calme. Ensemble, c’est un équilibre. Une complémentarité que j’ai longtemps rêvé de vivre. Ce temps est révolu. Heureusement.
Voir le profil de l'utilisateur



Compose en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas

Ven 19 Fév 2016 - 15:33
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 05/02/2016

Il avoue son erreur je n'insistais donc pas, mon but n'étant pas le conflit. Même s'il a fallut que je lui en fasse la remarque pour qu'il s'excuse. Non pas que je m'en formalise au final. Toujours cette manie de vérifier mes déductions...

- Ça m’intéresserait de voir comment vous faites. Ces pouvoirs que les gens d'ici possèdent m'intriguent.


Il c'est mit à me vouvoyer, étrange personne que voici. Habituellement c'est l'inverse, on commence au vouvoiement et termine par le tutoiement.
Il voulait connaître mon nom... Pourquoi était-ce si important ? Le fait de pouvoir mettre un nom sur quelqu'un ne donne aucun pouvoir sur cette personne, il est rare d'utiliser le prénom de l'interlocuteur dans une phrase. Rare et étrange. En y repensant d'ailleurs toutes mes rencontres ici ont y eu droit à cette demande.

- Kali je suppose. Mais en quoi mon nom est-il d'une quelconque utilité ? Il ne rajoute pas plus de complicité à la conversation.


Une nouvelle question et sur le choix de ma lecture cette fois. De ce que je pouvais deviner, il ne semblait pas très emballé par cet ouvrage. Je n’eus pas besoin de réfléchir longtemps pour lui répondre.

- Hamlet, La tempête, Othello, Le roi Lear... Autant me demander pour Shakespeare en général. Je vous répondrais alors pourquoi pas ? Grand dramaturge, sa façon de représenter les différents aspects de l'humain me fascine. Il fait partie intégrante de mon enfance et peut-être façonné tel que je suis aujourd'hui. Sans oublier cette inexplicable attirance que j'ai envers les tragédies...

Je le jugeais du regard, tentant de savoir ce qu'il préférait lire. Caractère d'apparence calme, de la répartie, ne se laisse pas démonter par des accusations et cette impression de suivre le courant.
J'optais pour les romans policiers et éventuellement un brin de comédies.

- Quelle est votre préférence à vous ?
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 19 Fév 2016 - 17:13
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

Un personnage étrange que cet homme longiligne. Nouveau ici. Je me demande bien ce qu’il deviendra. Terre peut-être ? J’ai entendu dire qu’ils étaient calmes. Un peu introvertis. Quoi que. Je ne suis pas un exemple d’énergie. Et je suis Air. Peut-être qu’il le sera aussi. Certainement pas Feu, ni Tonnerre. Je ne sais pas. Il n’en a juste pas l’air.

_ Je pourrais vous montrer. Au moins essayer.

Il a l’air perplexe. Comme peu habitué. Je m’attends presque à ce qu’il ne me réponde pas. Ne pas avoir son nom ne me dérangerai pas plus que cela. Tant pis. D’ailleurs. C’est sa réponse qui m’intrigue. Peut-être que d’où il vient ça ne se fait pas. Qui sait ?

_ En effet. Mais il me permet de placer un mot sur votre visage. Je m’en souviendrais.

Un grand admirateur de Shakespeare. Il a de bons arguments. Mais je ne changerai pas d’avis. Je n’aime que moyennement ce genre de pièces. La tragédie. Très peu pour moi. Déjà à l’époque, cela ne passionnait que Maman. Warren préférait les encyclopédies. Sa grande passion. L’Atlas d’Anatomie. Il était bien destiné à devenir médecin. Papa ne lisait pas. Et Drew, juste des bandes-dessinées.

_ Les romans policiers. Ou bien, parfois, les dystopies. C’est intéressant et la plupart du temps, ça demande de la réflexion pour pouvoir comprendre la totalité de l’histoire. J’aime m’impliquer dans ma lecture.

Il allait falloir que je commande de nouveaux livres d’ailleurs. La bibliothèque ne regorge pas tant que ça de dystopie. C’est encore neuf. La littérature se renouvelle. Je pourrais toujours lire de l’érotique en attendant. Même si je préférerai trouver une autre série policière. Ou je pourrais me mettre aux BDs ? Peut-être… Les dessins ne m’attirent pas tant que ça.

Je me redresse. Les jambes pendant dans le vide. Ce sera plus simple pour lui montrer. Je place ma main devant moi. Je commence à juste faire tourbillonner un courant d’air. Former une petite tornade est plus complexe. Je laisse le courant d’air filer. Il fait un simple tour autour de Kali. Je me demande si c’est possible de faire une sorte de mur. Je ne vois pas encore comment faire ça. Les coussins d’air. Parfois j’y arrive. Mais quand ce que je soulève est léger.

_ Vous verrez. C’est fascinant.

Je souris légèrement. Un nouveau tourbillon au creux de ma main.
Voir le profil de l'utilisateur



Compose en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas

Sam 20 Fév 2016 - 17:50
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 05/02/2016

Il accepte. Mon intérêt n'en est que grandit. Je vais avoir une démonstration d'un nouveau pouvoir, je ne devais pas en rater une miette.

- Cela me réjouirait grandement !

Mon sourcil se haussa. S'il promettait s'en souvenir c'est qu'il risquait d'y avoir une seconde rencontre non ? Pourquoi affirmer ça sans pouvoir le savoir d'avance. Surtout qu'il ne donnait pas le sien en retour, ce n'était pas une base de la courtoisie ? J'avais décidément un peu de mal à le cerner. Je ne relevais pas, je m'en souciais peu après tout.

- C'est convaincant, je devrais peut-être me laisser tenter un jour par de telles lectures.

J'avais vaguement entendu parler des dystopies et il est vrai que le concept était intéressant en soi. Une contre utopie... Un peu la raison pour laquelle je me retrouve ici non ?

Je le regardais pendant sa petite prestation ne sachant pas s'il se moquait de moi ou non. Il n'en avait pas l'air, je le laissais donc terminer son tour en prenant mon mal en patience.
Quelques courants d'air me frôlèrent mais ce fut là tout ce que je réussis à percevoir.
Je l'interpellais donc.

- Cela ne serait-il pas mieux que vous descendiez pour me montrer ? Il fait nuit, je me suis usé les yeux à lire dans cette pénombre, alors je vous avoue qu'il m'est bien difficile de discerner quoi que ce soit à cette distance. Surtout que le processus m'intéresse au plus haut point et que cela me décevrait énormément de ne pas y assister du début jusqu'à la fin.

Je parcourus de quelques pas la distance nous séparant et levais la tête vers lui pour lui prouver qu'il n'était pas à la bonne hauteur.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 21 Fév 2016 - 22:12
avatar
Messages : 217
Date d'inscription : 21/06/2013

Il fait sombre. Mais je n’y fais pas attention. J’ai mes lunettes. Et ma main est assez proche pour que je distingue ce que je fais. Mais je peux comprendre que ce ne soit pas son cas. Ce qui doit être frustrant. Vouloir voir. Sans voir. C’est un peu ce à quoi j’aurai pu être confronté. Mais de manière durable. Merci Aoi. Je sais pas si les médecins se seraient vraiment donné la peine de m’aider.

Je me laisse tomber. Oui. Je n’ai pas envie de me déplacer. Il me faudrait trois pas. Seulement pour atteindre l’échelle. Et ensuite descendre. Autant sauter. Même si. J’avoue. Rester comme ça. Surélevé par rapport à lui m’aurait fait rire. De toute façon. Même face à face. Je reste plus grand. Quelques centimètres. Mais c’est déjà ça.

_ Je peux essayer de vous expliquer en même temps aussi.

J’y pense. Pas que ce soit une mauvaise idée. Je l’ai proposé. Mais à force. Je ne fais plus attention au début. Donc l’expliquer… Ça va demander plus de concentration. C’est là que ça coince. Je sais pas si j’ai envie de faire cet effort. Quoi que. Ça ne peut pas me faire de mal de toute façon.

Je lui tends ma main. Je lui explique calmement. L’énergie à chercher. Le flux à sentir et diriger. L’idée en tête déjà de ce que je veux faire. Respirer. Calmement. Bon okay. J’y arrive pas. Laisse tomber les explications. Ça dénature tout. Le reste. Il a qu’à regarder. Ouvrir bien grand les yeux. Et basta. Sinon. J’y arriverai pas.

_ A partir de là. Il suffit de visualiser l’énergie et de la faire bouger comme bon vous semble. Le plus dur c’est de la contenir.

Et en effet. Quand on voit plus grand chose. Le plus dur. C’est de faire ce qu’on veut avec. Du coup. Forcément. Le petit tourbillon finit par s’évanouir dans l’air. Tant pis. J’essaierai de jour. Je verrai mieux où ça coince. Là. Y a quasi plus de lumière. Ça sert à rien d’insister. Autant rentrer et trouver une salle. Et encore. Si y a des salles ouvertes. Au pire… Ouais non. Au pire rien. Je rentrerai.
Voir le profil de l'utilisateur



Compose en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas

 

Déclaration surprise [Wyatt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Toit de l'institut