Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Un début à toutes choses | Eleanor
#   Dim 13 Mar 2016 - 20:35

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1876
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Drôle de journée.


Feat Eleanor.


_________________________________________________

Retour en arrière sur ta journée qui a été bien trop chargée à ton goût. Déjà tu as entamé avec quarante minutes de rééducations, autant dire que ce n’était pas la matinée la plus agréable qu’il soit. On avait essayé de t’apprendre à poser correctement ton pied sur le sol. Ce dernier refusait depuis des jours de se plier, il était coincé en extension. Etrangement le droit écoutait un peu plus tes sollicitations et tu arrivais à lui faire prendre une allure normale en appuyant sur ton genou.
Outre l’aspect disgracieux d’avoir le pied en extension les médecins semblaient s’inquiéter qu’il se fige dans cette position.
La séance avait été des plus désagréables, tu n’avais aucune sensation ni possibilité de mouvement dans ton membre inférieur et pourtant il l’avait mobilisé pour vaincre cette rigidité. Toi tu avais juste eu une sensation désagréable au niveau de l’aine tout le temps que cela avait duré. C’était parfois vexant et décourageant d’être ainsi traitée, tu avais l’impression que ton corps ne t’appartenait plus.

Tu soupires à ce souvenir, tu es rentrée pour te changer avant de partir travailler, mais il est encore tôt. Un peu moins de midi, la grande majorité des étudiants se dirigeait vers la cantine, tu avais personnellement rendez-vous avec des nouilles instantanées, tu n’avais pas envie de perdre de temps à forcer le passage et encore moins envie qu’on te regarde avec compassion, donc tu prenais tes repas en chambre. Tu devenais jour après jours plus associable, ou pas. Tu te forçais à manger à la cantine le soir pour côtoyer d’autres bipèdes… Sauf bien entendu quand tu décidais de partager le repas avec un mai. Cela arrivait quelques fois, même si tu avais alors plus l’impression de te faire inviter que de partager. T’avais du mal avec la dépendance, il fallait que tu apprennes à prendre sur toi et que tu te rendes compte qu’encore nombre d’activités étaient à ta portée… même si cuisiner n’en faisait pour l’instant plus partie. T’avais manqué de te cramer un sourcil la dernière fois que t’avais allumé une gazinière et tu avais définitivement élagué les pointes de la mèche qui te tombait à présent sur les yeux. Cela t’énervait et tu pensais de plus en plus à investir dans des barrettes ou dans un bandeau.

Tu passais dans les couloirs en direction de l’ascenseur pour t’élever jusqu’à l’étage où se situait ta chambre. Ton regard se posa sur une soyeuse chevelure. Ta première réflexion fut que la demoiselle a qui elle appartenait avait bien du courage de les garder si longs. Tu eux un peu de compassion en passant au temps qu’il devait lui falloir pour bien les dompter. Ta seconde réflexion vint du recoupement de donnés que tu fis, tu ne l’avais jamais vue. Certes tu avais été absente quelques mois en début d’année, mais tu avais eu le temps depuis ta sortie du coma de faire le tour des nouveaux visages, ensuite elle donnait cette sensation d’être perdue.

Tu roulas vers elle dans ton fauteuil et lui adressa l’un des sourires que tu voulais réconfortants et accueillants, ceux qui arrivaient ici étaient tous cassés à leur façon, alors t’essayait d’être sympa avec eux.

« Serais-tu perdue ? »
lui demandes-tu.


Todo aquel que piense que la vida siempre es cruel,
Tiene que saber que no es asi,
Que tan solo hay momentos malos, y todo pasa.

#   Dim 13 Mar 2016 - 21:37

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2016
Emploi/loisirs : Découvrir le monde que je n'avais jamais vu...
Humeur : Elle dépend de toi ~

Egarée. Je suis complètement perdue.

A l’origine, je comptais me rendre à la cantine, ou à tout endroit qui fournissait de la nourriture. Cela fait plus d’une heure que je tâche d’ignorer les grognements mécontents de mon estomac. Les premiers jours où j’étais arrivée ici, tout était tellement nouveau que, sous le stress, j’avais eu l’estomac tellement noué que j’avais tout au plus pu avaler un peu de pâtes. Par conséquent, dans l’immédiat, j’avais la vague impression que mon corps redécouvrait l’instinct de survie de base qu’est « se nourrir ».

Enfin. Ces couloirs sont vraiment trop grands, et vraiment trop nombreux, ici. Je n’avais jamais vécu ailleurs que dans la maison familiale ou dans mon petit studio à Londres, alors j’avais un temps d’adaptation aux nouveaux lieux un peu plus long que la normale. Bref, je suis perdue.

Un faible soupir franchit mes lèvres tandis que je passe une main dans mes cheveux. Tout était si nouveau, ici. Ma décision de prendre la main qu’un inconnu me tendait pouvait passer pour un coup de tête, un caprice d’étudiant qui veut découvrir le monde. Peut-être était-ce le cas… mais toujours est-il que je ne regrettais nullement mon choix. J’étais loin de mes parents, perdue au cœur de Tokyo. Loin de tout ce qui me faisait peur, avec la possibilité de reprendre ma vie en main. C’était effrayant, bien sûr, de s’éloigner ainsi de tout ce que l’on connait. Mais au point où j’en étais, ça ne pouvait m’être que bénéfique. Un nouvel endroit, de nouveaux gens, une nouvelle vie. Parfait, non ?

Un bruit me fait tourner la tête. Je me retrouve alors face à une jeune femme en fauteuil roulant, qui s’avance vers moi en souriant.

— Serais-tu perdue ?

Oh, si elle peut m’aider, ce serait ma sauveuse !

Je passe une main dans mes cheveux à l’arrière de mon crâne, un peu embarrassée, avant de dire :

Je crois bien, oui… je ne me suis pas encore bien faite aux lieux, ahah ! C’est plutôt grand ici, mon cerveau a eu trop de choses à assimiler en quelques jours… !

Vas-y Eleanor, enfonce-toi encore plus. Tu ferais mieux de te taire et de chercher cette cafétéria…

Euh… s'il vous plaît, vous ne pourriez pas m’indiquer où je pourrais trouver quelque chose à manger ? Parce que ce n’est pas qu’il est midi et que je suis vraiment affamée, mais…

Je jette un œil à la montre à mon poignet.

…mais il est réellement midi et je suis réellement vraiment affamée.

Mes joues piquées de taches de rousseur se teintent de rouge et je lui adresse un petit sourire gêné lorsque mon estomac s’empresse de confirmer mes dires.
#   Dim 13 Mar 2016 - 22:48

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1876
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Drôle de journée.


Feat Eleanor.


_________________________________________________

Elle n’a pas vraiment besoin de répondre pour te convaincre qu’elle est paumée. Certains diraient que t’es une bonne sensitive. D’autres que t’as le sens de l’observation. D’autres encore diraient que tu as une bonne ouïe car avant même qu’elle te réponde un grondement en provenance de son estomac te renseigne. Enfin grognement, j’y vais un peu fort, c’est juste un murmure en vrai, mais elle l’a entendu. Dans son regard tu vois qu’il te pousse un masque et une cape de super héroïne. C’est tout à fait la sensation qui te saisit toi quand tu es paumé et que quelqu’un te vient en aide. Bien entendu tu es là depuis presque trois ans, donc tu te paumes plus ici. Tu connais ces lieux comme ta poche.

Elle est grande pour le pays où vous vous trouvez, elle dépassera sans doute beaucoup de vos concitoyennes japonaises. Pourtant elle ne l’est pas, ou du moins elle n’est pas de cette ethnie. Elle jolie et féminine, mais certainement pas asiatique. Elle devait être dans la norme basse dans le pays d’où elle vient. Elle parle anglais c’est un signe. Tu ne prends pas le temps de chercher les autres.

Elle verbalise ce que tu avais deviné, elle n’est pas là depuis longtemps et elle meurt de faim. Tu souries amusée :

« C’est clair c’est un vrai labyrinthe ici. »

Tu la voies jeter un coup d’œil à sa montre, et elle t’apprend quelle est l’heure. Alors c’est au tour de ton ventre de s’exprimer en un gargouillis grossier. Ce coquin te rappelle à l’ordre. Tu hésites un instant auras-tu le temps de manger à la cantine et de te changer avant d’aller à la bibliothèque ? Le pari est risqué, mais qui ne tente rien n’a rien. Si on ne jette pas les dés comment pourrait-on gagner ?

« Je t’accompagne à la cantine si tu veux… j’crois que moi aussi j’meurs de faim. »

C’est clairement le cas. Tu crèves de faim, faut pas croire mais ce n’est pas parce que tu ne la mobilises pas volontairement que cela n’est pas sportif pour toi. Ton jogging est plié dans le sac sur tes genoux, tu t’es changée comme souvent. T’as encore plus l’impression d’être une grabataire quand tu te ballades en survêtement, ça te donne la sensation étrange et désagréable de te promener en pyjama. T’as déjà pas l’impression d’être toi-même ces derniers temps, si en plus tu ressembles à rien ça ne t’aidera pas.

« Tu es arrivée il y a longtemps ? »
tu demandes pour lancer la conversation. Ici on ne demande pas pourquoi on est là, mais depuis combien de temps. C’est moins risqué. Tu risques moins d’ramasser quelqu’un en pleur avec cette question.


Todo aquel que piense que la vida siempre es cruel,
Tiene que saber que no es asi,
Que tan solo hay momentos malos, y todo pasa.

#   Mar 15 Mar 2016 - 20:56

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2016
Emploi/loisirs : Découvrir le monde que je n'avais jamais vu...
Humeur : Elle dépend de toi ~



Son sourire amusé me rassure un peu. Je n’ai guère trop l’habitude de me retrouver dans des situations embarrassantes –bien que celle-ci soit banale- face à des inconnus. En fait, je n’ai guère tellement l’habitude de me retrouver face à des inconnus tout court… Tout ceci est tellement… tellement nouveau…

— Je t’accompagne à la cantine si tu veux… j’crois que moi aussi j’meurs de faim.

Un grand sourire fend mon visage. Oh ! Super ! Je n’aime pas manger toute seule… et j’avoue que je ne suis pas encore assez à l’aise pour m’incruster à la table des gens…

Ce serait avec plaisir, miss !

…Oh. Tic de langage dont je n’ai pas encore réussi à me défaire, ça… chez moi, on devait appeler les demoiselles « miss » et les messieurs « sir »… Mes joues se colorent à nouveau de rouge –je crois qu’en réalité je possède une peau de rousse, ce n’est pas possible de rougir autant autrement…-. A dire vrai, je m’inquiète pas mal de l’image que je renvoie. Je ne veux pas paraître différente, en ayant des habitudes de langage qui peuvent peut-être paraître déplacées pour l’époque –il va falloir que je retienne que le mot « guère » ne s’utilisait plus à l’oral-, et de par ma manière de me tenir aussi. Il faudrait que j’essaie de me défaire de tout ça, je suppose… Ah, j’ai l’impression de parler comme si j’étais très âgée ! Alors que nous avons juste été élevés comme ça, mon frère et moi…

Je la suis en direction de la cantine, tâchant mentalement de retenir le chemin pour une prochaine fois.

— Tu es arrivée il y a longtemps ?

Pas tellement, une semaine tout au plus… enfin, j’ai passé le premier week-end à me remettre du décalage horaire à dire vrai…

Je laisse passer un petit temps de silence, avant de reprendre :

Et vous, vous êtes là depuis longtemps ? Je veux dire… cet endroit est bien plus qu’une école, n’est-ce pas ? Enfin… je suis venue parce que je n’avais pas d’autre endroit où aller, et j’ai eu le sentiment que c’était pour cela que j’avais le droit d’être là, mais au fond je n’ai pas tellement compris…

Ç’avait été très confus dans mon esprit. On m’avait parlé de vide, d’appel et de je ne sais quoi d’autre, et franchement je n’ai pas compris en quoi ça pouvait me pousser à me rendre dans une école à l’autre bout de la Terre… Mis à part que je n’avais pas d’autre endroit où aller. Si ça se trouve, je n’étais entrée que dans une immense supercherie… enfin, étrangement, je me sens malgré tout en confiance ici. Même si je suis complètement perdue.

#   Sam 19 Mar 2016 - 13:59

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1876
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Drôle de journée.


Feat Eleanor.


_________________________________________________

Tu ne te trompes que rarement en jaugeant les gens. Je ne sais pas si c’est une bonne chose ou pas, mais la jeune fille, femme peut-être, meurt autant que toi de faim. Tu réfléchis et tu décides que tu as le temps, ou du moins que tu le prendras. Tu feras une brève toilette, tu décaleras d’une demi-heure ton sondage et ça ira bien. Du moins tant que le personnel soignant qui t’encadre ne s’en rend pas compte. Tu joues avec ta santé, et tu le fais en toute connaissance de cause. Tu as jugé que pour une fois cela n’allait pas te tuer. Ce sont ces mauvaises habitudes qui accumulées auront un jour ta peau, mais tu n’en es pas encore là.

La jeune femme accepte que tu l’accompagnes, et tu crois déceler en elle un léger soulagement. Tu ne te permets pas de présumer de sa raison, peut-être avait-elle juste peur de ne pas trouver la sortie du labyrinthe de couloirs. Elle ne serait pas la première à s’y perdre. Par cycle reviennent les rumeurs d’élèves retrouvés desséchés dans un coin car ils n’auraient soi-disant pas trouvé la sortie. Tu les trouves assez absurdes ces rumeurs en fait, car tu sais que ces couloirs sont assez arpentés pour que chacun y trouve un guide.
C’est leur absurdité qui te donne plaisir à les entendre, elles ne sont pas crédibles mais elles continuent de circuler. C’est pour cela que tu souris quand tu en ouïes parler, car à ce moment-là tu sais que la personne qui la rencontre a erré pendant plusieurs heures dans le dédale, et que la crainte de ne pas retrouver son chemin est né en elle le sentiment qu’il était possible de s’y perdre définitivement.

Tu notes le « miss » mais ne le souligne pas. C’est une manière amicale de s’exprimer qui ne te gène aucunement. Tu trouves que ça la rend sympathique, tu as du mal à imaginer quelqu’un de froid et distant employer de telles locutions. Tu ne comprends qu’à son rougissement que c’est un tic de langage propre à la langue parlée de la jeune femme dont la puce n’a pas su capter le sens réel. Sacré traducteur, tu ne te permets pas de souligner ce trait. Mieux vaut faire comme si tu ne l’avais pas noté du tout pour ne pas grandir le trouble de la jeune femme.

Quand tu demandes depuis quand les gens sont là, à Terrae tu t’engages implicitement à leur expliquer ce qu’il ne comprenne pas. A leur parler des pouvoirs, du vide, de lendemain. Peut-être pas tout à la fois, mais souvent ceux qui arrivent ici ne sont pas au courant du comment du pourquoi. Ils ont suivi un master qui ne leur a pas expliqué ce qu’il se passait ici… en même temps personne ne croirait à une école où on te refile des pouvoirs… Tu as fini par le comprendre, mais tu n’en juge pas moins dangereux de lâcher des personnes ici sans les prévenir. Imaginez un nouvel arrivant qui se paumerait dans le dortoir des tonnerres, il ne comprendrait pas ce qu’il lui arrive le pauvre ! Entre les appareils électroniques qui foutent la merde, les ampoules électriques qui clignotent à rendre épileptique n’importe qui… Et les habitants qui sont quand même de sacrés cons quand ils s’y mettent.

« Je suis là depuis presque… trois ans je crois ? »
bon t’as plus la date exacte en tête, tu as l’impression que celle que tu étais alors a disparu quand tu es devenue toi et ses souvenirs sont assez flous.

« Tu as raison, tu as le droit d’être là, Terrae est une école, mais pas seulement… c’est une ville, une ville au sein de Tokyo en fait… C’est compliqué j’imagine que le meilleur moyen de comprendre c’est de visiter les lieux. »
Tu souris avec douceur. « Ici c’est bizarre mais on accueille tous ceux qui se sentent « vides » c’est le terme que l’on emploie, mais chacun le ressent différemment… C’est une utopie, mais on aide les gens à se reconstruire à aller mieux… » C’est le moment où tu passes pour une folle, foutus masters qui expliquent rien !

« Est-ce que tu as déjà vu quelque chose que tu n’as pas compris mais en quoi tu n’as jamais douté ? »


Todo aquel que piense que la vida siempre es cruel,
Tiene que saber que no es asi,
Que tan solo hay momentos malos, y todo pasa.

#   Lun 21 Mar 2016 - 21:04

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2016
Emploi/loisirs : Découvrir le monde que je n'avais jamais vu...
Humeur : Elle dépend de toi ~

La jeune femme m’indique être ici depuis presque trois ans. Trois ans, à rester dans une école, alors qu’elle semble plus âgée que moi… n’était-ce pas un peu ennuyant pour elle ? N’avait-elle pas envie de partir ? Ou alors cet endroit, Terrae, fournissait-il un diplôme et une formation spécifique ? Pour l’instant j’avais surtout eu l’impression que c’était un peu comme des cours de lycée normaux, en plus ou moins compliqués peut-être en fonction du niveau bien sûr…

Je l’écoute, silencieusement, le regard fixé devant moi, m’expliquer quel était cet endroit. Une ville, oui, ça en avait l’air… des dortoirs, des logements, des salles de cours… je n’avais pas encore eu l’occasion de tout parcourir, mais j’avais bien cru comprendre qu’il y avait une forêt et même un lac… au sein même de Terrae ! N’était-ce pas incroyable ?! Père et mère resteraient cois d’apprendre qu’un tel domaine existait !

Je redresse un peu plus la tête l’entendant parler de vide. Il était vrai que je ne me sentais pas bien quand cette personne encapuchonnée était venue me voir. Dans une espèce de grande lassitude, à dire vrai.

— …C’est une utopie, mais on aide les gens à se reconstruire à aller mieux…

Un peu comme un endroit pour les gens mal dans leur peau ? interprété-je en haussant les sourcils, surprise.

Je ne sais pas pourquoi, mais je ne m’attendais pas à ça. Je ne sais pas à quoi je m’attendais… en fait… ah, tout est si étrange !

— Est-ce que tu as déjà vu quelque chose que tu n’as pas compris mais en quoi tu n’as jamais douté ?

Je lui lance un regard un peu confus.

Je ne suis pas sûre de comprendre à quoi vous faites allusion, miss… Il y a bien une fois où mon livre préféré avait disparu quand j’étais plus petite, ma mère avait assuré que c’était probablement mon frère qui l’avait pris, mais personnellement j’avais cru que c’était des fées qui voulaient jouer avec moi. Enfin c’est vieux, et puis c’était aussi dû à mon imagination, ça ne peut pas avoir un rapport avec tout ceci non ?

Non… non ça n’avait pas de rapport. Mes joues se teintent à nouveau de rouge lorsque je comprends que je ne fais que me ridiculiser.

Ah, oubliez ce que je viens de dire, c’était stupide. C’est juste que je ne comprends pas… quel genre de choses aurais-je pu voir ? Si vous me donniez un exemple, cela me reviendrait peut-être…

Je laisse passer un temps de silence, avant de demander :

Oh, comment vous appelez-vous, d’ailleurs ? Moi c’est Eleanor Aalis, enchantée !

#   Ven 25 Mar 2016 - 22:37

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1876
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Drôle de journée.


Feat Eleanor.


_________________________________________________

Des fois faudrait juste que tu sautes la case où tu expliques ce qu’il se passe ici pour montrer tout simplement. C’est tellement galère ce n’est pas comme si tu pouvais dire « hey coucou, en fait ici on te file des pouvoirs pour combler ton vide et c’est carrément génial » sans passer pour une folle… Et encore ceci dans le meilleur des cas, dans les pires la fuite semblait le comportement adapté face à une personne tenant des propos absurdes. Ta lèvre est mordue alors que tu cherches tes mots, tu l’as pourtant fait plusieurs fois… Mais c’est toujours un défi pour toi d’expliquer Terrae.
C’est Terrae, faut-il expliquer ce qu’est une chaise ? Non, elle existe et rien ne la remplace. C’est un mot simple que tout le monde comprend, ce n’est ni un fauteuil ni un tabouret, c’est une chaise. Les choses parfois sont si simple qu’un simple mot les résume. Pour toi, andouille conviendrait parfaitement mais par respect pour toi je m’abstiendrais.
Elle te demande si c’est un endroit pour aider les gens mal dans leur peau. Ce n’est pas bien loin de cela, au croisement entre l’asile et la maison de repos, en mettant quelques gouttes de chaleur humaine et un brin de bienveillance, on obtient Terrae. Ce lieu que tu chéris tant.

« C’est ça, et… c’est plus que ça… »

Terrae c’est un mot qui t’a transcendée, qui t’as rendue à toi-même. Tu chéris ce lieu et ces habitants, même si tu dois reconnaitre que les feux en tiennent une sacrée couche. Heureusement qu’il y a Huo pour relever le niveau… Quoi que ton compère journaliste, n’est peut-être pas l’exemple à suivre non plus… Trop compliqué comme garçon, mais tu es vraiment la dernière à pouvoir en juger.

L’histoire de la jeune femme est charmante, même si tu as du mal à la rattacher avec votre situation. Non, en fait elle est tout à fait appropriée à tes propos mais ne t’aide en rien dans ta démonstration. Cela t’ennuie un peu. Tu aimerais tellement expliquer les choses sans t’emmêler les pinceaux. Tu t’apprêtes à lui donner l’exemple demandé plus tôt quand elle te donne une grande leçon de savoir-vivre.
Pauvre guenon, tu manques à tout tes devoirs et tu as oublié de te présenter. Ici, tu es habituée à ce que les gens te connaissent plus ou moins de loin. Tu es après tout, au même titre que les enseignants un adulte au rôle défini dans le paysage de Terrae :

« Je m’appelle Ipiu Raspberry, je suis bibliothécaire, si un jour tu as besoin de lecture n’hésites pas ! »


Ceci est une bonne chose de faite, d’ailleurs tu as de plus en plus de facilité à te présenter sous ce nom. A défaut de savoir qui tu es, tu as décidé de qui te voulait être. Tu es plus sereine ces derniers temps. Tu arrêtes ton fauteuil et regarde la jeune femme suivre ton mouvement, ou du moins ton absence de mouvement.

« Je vais te montrer quelque chose que tu ne vas pas comprendre, mais que je maitrise n’ai pas peur, je répondrais à toutes tes questions par la suite. »
dis-tu alors que tu lèves la paume de ta main vers le ciel et y fait apparaitre une petite boule lumineuse à quelques centimètres de ta peau. Tu as emprisonné un peu d’électricité dans une boule que tu fais décoller de ta main et faire un tour dans les airs avant de la faire disparaitre dans un parfait silence.


Todo aquel que piense que la vida siempre es cruel,
Tiene que saber que no es asi,
Que tan solo hay momentos malos, y todo pasa.

#   Dim 17 Avr 2016 - 17:13

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2016
Emploi/loisirs : Découvrir le monde que je n'avais jamais vu...
Humeur : Elle dépend de toi ~

Je lui adresse un sourire. Ipiu, donc. D’accord. Mon sourire s’agrandit d’avantage lorsqu’elle me dit être bibliothécaire. Oh, mon dieu !

Vraiment ?! Vous êtes bibliothécaire ? Mais c’est génial ! Je suis sûre qu’il y a des tas d’ouvrages passionnants ici, super variés et puis d’origine très différentes au vu des nationalités très différentes représentées dans cet institut et…

Mes joues rosissent lorsque je me tus. Je me suis un peu emportée, je crois… Je me racle la gorge, tâchant de reprendre d’une voix –presque- normale :

Soyez sûre que je passerai volontiers par la case bibliothèque. Encore faudra-t-il que j’en trouve le chemin… vous n’auriez pas une boussole ? ajouté-je avec un faible sourire amusé.

Ahah… je crois que je n’ai jamais été très douée pour faire de l’humour.

J’arrête mes pas en même temps qu’elle. Je penche la tête sur le côté, une lueur interrogatrice dans le regard.

— Je vais te montrer quelque chose que tu ne vas pas comprendre, mais que je maitrise n’ai pas peur, je répondrais à toutes tes questions par la suite.

Ouhlà. Ouh lalalalala. Euh, j’ai peur, quand même. Elle va me montrer quelque chose que je ne vais pas comprendre ? Genre… genre peut-être qu’elle va siffler entre ses dents pour appeler et « contrôler » (si elle dit en être capable) un animal, peut-être dangereux ? Ah, j’espère que ce n’est pas une armée de criquets. J’ai horreur des criquets.

Elle tend alors sa main, paume vers le ciel, et… fait apparaître une bille de lumière. Elle la fait voltiger quelques instants, avant de la faire disparaître. Je… oh mon dieu. Etait-ce vraiment elle qui créait une telle chose ? Comment était-ce possible ? Non, ce n’est pas possible, c’est mon cerveau qui déraille… Je lève les yeux vers les siens, sidérée.

Qu’avez-vous fait ? Ou… comment… comment avez-vous fait ?

Je passe une main nerveuse dans les lourdes boucles de mes cheveux. Je savais que j’avais loupé beaucoup de choses en étant enfermée chez mes parents, mais ça ? C’est comme… de la magie.

La magie… n’existe pas pourtant, n’est-ce pas ? ajouté-je d’une voix mal assurée, où pourtant pointait comme une sorte d’excitation.

N’est-ce pas extraordinaire ?

#   Lun 18 Avr 2016 - 20:22

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1876
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !



Drôle de journée.


Feat Eleanor.


_________________________________________________

Etrangement de tous ceux que tu rencontres peu n’aiment pas les livres, faut-il savoir se réfugier dans le monde imaginaire d’un auteur pour un jour se sentir vide ? L’amour de la lecture prédisposait-il à aller à Terrae ? Tu savais bien que non, Lucky ton premier ami ici, enfin non… Son premier ami ici, n’aimait guère la lecture. Peu studieux le jeune homme avait été bien ennuyé quand vous vous étiez liguées avec sa sœur pour le faire réviser… C’était l’bon temps, mais cet exemple à lui seul démontait ta toute nouvelle théorie.

« C’est assez bien indiqué, et si tu ne trouves pas tu n’auras qu’à me le dire je t’y amènerais, par contre j’ai souvent des horaires scolaires… »
là il fallait traduire huit heure midi, treize heure dix-neuf heures. Bon, plus ou moins, les journées s’arrangeaient en fonction des plannings des différentes bibliothécaires. De plus mon mi-temps raccourcissait grandement mes journées.

Tu proposais toujours ton aide aux nouveaux arrivants car parfois tu aurais aimé que l’on te guide, et tu avais toujours apprécié ceux qui avaient pris le temps de le faire. Peut-être que le temps et l’inéluctable répétition des arrivées et des départs aurait tôt fait d’étouffer ta gentillesse, mais pour l’instant elle persiste.

Ta main vole dans un geste léger et mesuré, seule partie de ton anatomie que tu maitrises encore de manière si aguerrit. La sphère de lumière nait de ta paume et s’élève dans les airs avec douceur. J’crois que mon dérapage avec Nico m’a appris la prudence, j’pourrais faire l’idiote, aller plus vite, plus impressionnant… Sauf que j’ai la frousse d’accord ? Bref, on va passer sur les détails. La lueur est à peine plus épaisse que celle d’une luciole. Elle tournoie doucement dans les airs avant de regagner ma paume et de s’éteindre.
Il ne s’agit en réalité que d’un filet d’électricité que je fais tourner dans une sphère, assez vite pour enflammer l’air sur une petite distance, pas assez pour que ce soit dangereux mais assez pour être lumineux.

« C’est de la magie… Ici, tu y arrives parce que tu es… tu te sens vide. Ce vide est le terreau pour implanter en chacun des pouvoirs… Ils ne sont pas tous similaires au mien, et ton caractère détermine grandement ce pouvoir que tu maitriseras un jour si tu le veux… Un jour on te proposera de rester ou de partir… Et ce jour-là tu pourras décider de retourner à ta vie d’avant ou… D’apprendre à maitriser, l’air, l’eau, le feu, la terre ou comme moi l’électricité… »

Et non vous n’êtes pas dans Avatar le dernière maitre de l’air…


Todo aquel que piense que la vida siempre es cruel,
Tiene que saber que no es asi,
Que tan solo hay momentos malos, y todo pasa.

#   Lun 8 Aoû 2016 - 23:13

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2016
Emploi/loisirs : Découvrir le monde que je n'avais jamais vu...
Humeur : Elle dépend de toi ~

HRP : Désolée du retaaaaard ! T^T
La bille de lumière dégageait une lueur douce, apaisante. Eleanor la regarda briller tant qu’elle put, on aurait dit une enfant voyant pour la première fois les multiples couleurs de l’arc-en-ciel. Elle ne comprenait pas, en effet. Comment pourrait-elle comprendre une telle chose ? La magie, elle n’en avait qu’une vague idée. L’idée qu’elle pouvait en avoir en étudiant les civilisations anciennes, de celles qui voyaient en chaque phénomène une divinité. En fait, lorsque l’on ne comprend pas quelque chose, ne considère-t-on pas automatiquement cela comme une forme de magie ? Lorsque l’on connait « le truc », il n’y a plus vraiment cette magie, celle qui met des étoiles dans les yeux des enfants.

Mais là, la jeune femme avait beau réfléchir, retourner le problème dans tous les sens, chercher la solution dans tout ce qu’elle avait pu apprendre durant les dix-neuf ans de sa vie, elle ne trouvait pas le « truc », le petit quelque chose qui expliciterait tout. Elle n’avait pas tellement l’habitude d’être confrontée à un phénomène aussi inconnu, aussi était-elle nerveuse ; ses doigts se mirent à jouer avec l’une de ses mèches bouclées.

Elle écoute la dénommée Ipiu lui expliquer. Lui expliquer, au fond, pourquoi, comment elle était arrivée ici. C’est vrai, on ne lui avait jamais dit. La personne vêtue de cape lui avait juste énoncé le nom aux consonances anciennes, aux promesses si alléchantes. Mais pourquoi elle ? Jamais elle n’avait fourni son nom à quelque liste que ce soit. Peut-être que ses petits boulots avaient pu conduire cette personne à elle ? Mais non, impossible, pas une personne venant du Japon.

Plus elle y pensait, plus Eleanor était perdue.

C’est vrai que j’étais dans une mauvaise passe… oui, vide, c’est vrai que je me suis considérée comme tel à un moment donné, ajouta-t-elle avec un mince sourire. Pour ce qui est du pouvoir, je crois que je n’ai jamais ressenti de force nouvelle ou quoi que ce soit me traverser soudainement le corps. C’est un don que l’un d’entre vous attribue aux « petits nouveaux » alors ?

Elle eut un petit rire, lorsqu’elle se dit qu’elle aussi, elle trouverait ça super cool d’avoir un pouvoir. Au fond Eleanor restait une enfant. Ou plutôt elle commençait à vivre l’enfance qu’elle n’avait jamais vécue.

Quel est le but d’avoir un tel don, exactement ?

Malgré tout, Eleanor n’était pas naïve. Elle se doutait bien qu’on n’attribuait pas le control d’une force de la nature pour faire joli, et rendre des gens plus puissants et admirables aux yeux des simples mortels. Derrière, il devait probablement y avoir une demande. Un travail, une mission, qu’en savait-elle encore ?

Comment trouvez-vous ceux qui sont « aptes » à venir ici ? Parce que bon, du Japon à l’Angleterre ça fait une petite trotte tout de même, et puis ce n’est pas comme si j’avais agité un drapeau avec écrit « ohé je me sens vide venez me chercher », fit-elle avec un sourire amusé.

#   Lun 22 Aoû 2016 - 20:07

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1876
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

HRP:
 

En fait là j’ai deux possibilités qui s’offrent à moi… Expliquer que les pouvoirs sont donnés par les masters, enfin plus précisément par Hideko… Ou dire de la merde. Au fond je sais que c’est une connerie, mais après tout, c’est aux masters d’assurer ça… Faudrait qu’il y ait un guide du nouvel arrivant avec un plan de Terrae et les grandes lignes, l’initiation, l’étoilisation et tout le pataquès. Faudrait qu’ils prennent le temps et pas qu’ils se disent « ouai de toute manière ils finiront bien par comprendre quand ils verront des gens se balancer des boules de feux et d’autres répondre avec des pierres volantes. »
Je sais qu’elle n’a pas mérité ça, mais après tout… ça leur fera une bonne leçon. Vous savez quoi ? Il y en a marre de rattraper leurs merdes alors qu’il leur suffirait d’un petit quart d’heure de conversation dans l’avion pour survoler le sujet et éviter que certains se mettent en danger connement. Genre le non initié qui débarque comme une fleur dans l’Arène ou la salle d’entrainement et croit que ce sont des effets spéciaux. Ça a l’air con comme ça mais ça arrive assez souvent aussi… Enfin, en général on fait gaffe quoi, mais ça pourrait grave arriver !

« Bon. En fait, c’est là que les choses deviennent super bizarres et que tu arrêteras de me croire… Les pouvoirs tu ne choisis pas quand tu les reçois, on t’appelle et on te propose de les recevoir ou de rentrer chez toi. Si tu acceptes, bah… Tu rencontreras une sorte de poisson magique qui te les refilera… Si tu refuses, bah… tu reviendras à ton ancienne vie… Je t’avais dit que c’était bizarre… »

Bonjour madame Honda, vous voici un poisson. Le truc c’est que je suis douée pour le mensonge, d’une part cette histoire me vient aussi naturellement que si je la connaissais, d’autre part je fais en sorte de montrer mes doutes aussi sur le sujet.

« Le truc qui est le plus incompréhensible dans cette histoire, c’est que je suis persuadée qu’il y a un truc scientifique sous tout ça. Le poisson c’est un truc préhistorique super moche et super impressionnant… Même s’il a l’air con quand on y pense. Je suis pas certaine mais si faut il a des milliers d’années et les pouvoirs étaient chose commune avant… »

En fait, dans une autre vie la directrice était peut-être un poisson et je ne mens pas… Bon sauf pour l’air con et moche… Là j’pensais à Blobby.

Je fronce les sourcils… Le but d’un don ? Elle est sérieuse ? Manifestement oui. Les gens j’vous jure, plus aucun vocabulaire.

« Le sens premier de don, reste un cadeau. Alors t’as pas vraiment d’obligation si ce n’est d’apprendre à le maitriser… Après, comme tout don le mieux c’est de bien l’entretenir pour en faire profiter les autres… »

Genre si Mozart avait jamais travaillé son piano, personne n’en aurait jamais profité… Voilà quoi, t’as un don, tu le travailles pour pouvoir le partager. C’normal non ? Quand on te donne quelque chose, à toi d’apprendre à donner par la suite. Bon, après on a quelques missions mais c’est toujours sur la notion de volontariat. Si t’as pas envie de défendre Terrae quand il y a de la merde partout et que tout le monde est attaqué mais de rester te cacher sous ton lit, ça reste ton choix quoi.

Ses questions sont pertinentes je le reconnais. Il y en a plus d’un qui considèrent que tout leur est du et qui cherchent pas à voir plus loin. Si les pouvoirs magiques existent c’est pour qu’ils soient le nouvel Harry Potter vous voyez ? C’était leur destin d’arriver à Terrae… vous voyez le genre quoi ?

« En fait si, c’est un peu ce que t’as fait… Je saurais pas t’expliquer exactement comment ça se passe, mais la personne qui est venue te chercher, un master qui a totalement appris à maitriser ses pouvoirs, a ressenti ton vide. Je sais pas si c’est comme un email dans leur tête, un appel, une sensation physique… Mais il t’a sentie. »


Todo aquel que piense que la vida siempre es cruel,
Tiene que saber que no es asi,
Que tan solo hay momentos malos, y todo pasa.

#   Mer 24 Aoû 2016 - 15:06

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2016
Emploi/loisirs : Découvrir le monde que je n'avais jamais vu...
Humeur : Elle dépend de toi ~

Eleanor haussa un sourcil lorsqu’Ipiu lui raconta des histoires de poisson magique. Elle se demandait si elle n’était pas en train de lui raconter des salades. Non mais c’est vrai, Eleanor c’est une gamine encore dans sa tête, encore très naïve pour plein de choses, mais elle aimait pas non plus qu’on la prenne pour une conne, hein. Mais en même temps, si déjà l’histoire des super pouvoirs était vraie –après tout Ipiu venait de lui montrer, et Eleanor ne pensait pas être bigleuse à ce point-, pourquoi l’histoire d’un poisson magique serait plus fausse que celle-ci ? Oui mais c’était tellement bizarre en même temps. Eleanor haussa discrètement les épaules ; au pire, on verrait bien ?

Il existe tout un tas de créatures bizarres, en même temps. Il suffit de regarder un crabe de près pour trouver que ça a une tête étrange.

Eleanor n’était pas vraiment une experte concernant le règne animal. Du coup, elle préféra changer de sujet. Revenir sur les dons, enfin, les pouvoirs, et leur but. Parce que voilà, si un poisson ancestral magique veut bien vous accorder un pouvoir, à vous et pas à un autre humain, c’est qu’il y a une raison derrière tout ça, non ?

Mais apparemment non, pas particulièrement, à la surprise de la jeune fille. Il s’agit juste de le transmettre aux autres. Hm. Dans l’immédiat, Eleanor n’en voyait pas particulièrement l’intérêt. Enfin ! De toute manière, elle venait juste d’arriver, elle n’avait pas besoin de tout comprendre tout de suite.

Elle eut un petit rire lorsqu’Ipiu parla d’e-mail dans la tête des « masters », tout ça. Donc, tu te sentais vide, et pouf quelqu’un venait te chercher pour t’emmener dans un endroit où les gens ont des pouvoirs ? Non mais il fallait bien avouer que c’était très bizarre. La jeune femme restait assez sceptique. Elle avait toujours vécu dans un monde très droit et très carré, alors là ça dépassait carrément la limite de son entendement ; et justement c’était ce qui l’intriguait et la poussait à rester ici. Justement parce que c’était incompréhensible, elle voulait apprendre à connaître cet endroit.

Donc, vous n’êtes pas master, alors ? Qu’est-ce que vous êtes ?

Et en plus il y avait plusieurs niveaux de pratique de magie. Enfin, ce n’était pas forcément étonnant. Donc en fait, Terrae, c’était à la fois une école normale, et une école de magie. Perdue au milieu du Japon. Enfin non, pas perdue du tout, justement. Mais alors…

…mais comment ça se fait que personne n’en ai jamais entendu parler ? La magie, ça émerveille tout le monde, alors si ça existait vraiment, au sein d’un pays aussi développé et médiatisé que le Japon, comment avez-vous pu faire taire un tel phénomène ? Ce n’est pas comme si cet institut était petit, en plus.

Peut-être qu’ils ont des sortilèges repousse-Moldus, comme à Poudlard…

#   Jeu 1 Sep 2016 - 1:01

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1876
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

OH MON DIEU ELLE M’A CRUE ! Non en vrai c’est normal qu’elle m’ai crue, c’est la réalité vrai, tout le monde le saura d’ici quelques mois. Je vous jure, avec le nombre de novices désorientés que je croise, j’peux créer un mythe. Hm. C’est une mauvaise idée, je le sais mais merde j’en ai envie. Puis c’est drôle ? Vous trouvez pas ça drôle ? Moi je trouve ça drôle. C’est tout ce qui compte.

« Toi aussi tu trouves que les crabes ça a l’air con ? »

Cette conviction m’est venue en regardant Bob l’éponge pour la première fois il y a deux semaines. Cette série est complètement nulle mais étrangement fascinante en fait… Les personnages sont plus cons les uns que les autres, avouons-le. Pourtant on peut y perdre des heures, j’me suis demandée tout le temps ce que fumaient les scénaristes pour écrire tant de conneries, j’en suis venue à me demander s’ils n’avaient pas des plans de cannabis mutants… Ou alors il est possible qu’ils aient acheté un asile… Je sais pas, faudrait investiguer sur l’affaire et en faire un article dans le journal de Terrae, je suis centaine que ça intéresserait beaucoup de monde.

Je me sens officiellement coupable de mentir à une fille comme elle. Elle est trop intelligente, elle pause trop les bonnes questions en fait, genre j’aimerais que tous les novices que j’ai à guider soient comme ça… En vrai ce serait tellement trop bien, j’oublierais rien… En fait j’vais me faire un post-it sur mon téléphone pour faire face à ces rencontres sans rien oublier, j’crois que c’est le mieux. Ah la culpabilité sus-évoquée… Comment dire ? J’peux très bien vivre avec.

« En fait quand tu acquiers tes pouvoirs tu deviens initié, mais tu as très peu de pouvoirs en fait, c’est juste un début pour commencer à apprendre à les maitriser, ensuite tu brises une sorte de verrou magique et tu deviens étoile, tes pouvoirs vont crescendo mais tu gardes des limites, je suis étoile. Après je ne sais pas exactement comment ça se passe pour devenir master… Mais les masters n’ont pas vraiment de limites, enfin si celles qu’ils se mettent. Je sais pas trop en fait, je vis au jour le jour, donc ce qui est trop lointain ne m’intéresse pas. »

Je n’imagine pas passer master, jamais. Je suis tellement bien sans responsabilités, je le vis tellement bien ! Je laisse aux adultes la joie de se payer ça, moi je vis en racontant de la merde aux nouveaux. J’crée le mythe du saint Blobby, vous imaginez ? Si j’étais master ça craindrait tellement, alors que là… Actuellement. Ça craint juste un petit peu… Un tout petit peu !

« Euh, en fait depuis quelques années nombreux gouvernements sont au courant mais l’info ne semble pas se démocratiser… C’est un peu compliqué, je sais pas s’ils nous craignent ou pas… Après, pour dissimuler Terrae il suffit de faire en sorte que les gens qui s’approchent du mur ne ressentent pas l’envie de savoir ce qu’il y a derrière et vu que les tonnerres solaires comme moi peuvent influencer les sentiments, j’imagine que c’est sur le même système… Puis la clôture est électrifiée aussi… »

Et il y a pleins de trucs bidouillés par Mitsuki pour empêcher les gens de venir voir ce qu’on fait. C’est presque militaire comme institution.


Todo aquel que piense que la vida siempre es cruel,
Tiene que saber que no es asi,
Que tan solo hay momentos malos, y todo pasa.

#   Jeu 1 Sep 2016 - 13:49

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2016
Emploi/loisirs : Découvrir le monde que je n'avais jamais vu...
Humeur : Elle dépend de toi ~

Oui, les crabes ça a l’air bizarre. Quand tu les regardes de près, en tout cas. Non mais quand t’en vois un comme ça, tu sais que ça a des yeux, mais tu les vois pas ! Mais quand tu les regardes de près, tu les vois ces yeux tout petits, et c’est super perturbant ! [>cc c moi ! ♥<]

Je crois que la plupart des créatures, quand on les regarde de près, ont une tête étrange. Je suis certaine qu’un papillon ça doit être très… « flippant », à regarder dans les yeux.

C’est poilu en plus, non ? Ouais, c’est toujours mieux de loin, probablement.

Eleanor enchaîne ses questions, pour comprendre cet endroit. Des verrous magiques, étoile, master… c’est beaucoup de choses, du vocabulaire et des notions, à assimiler. Comme si on débarquait dans un nouveau monde. La jeune femme se sent juste un peu… stupide d’être aussi ignorante. Non pas que ce soit de sa faute, hein, mais elle ne peut pas s’en empêcher.

Vivre au jour le jour, oui, c’est ce qu’elle devrait faire, elle aussi. Mais elle ne peut pas s’en empêcher non plus, elle s’inquiète pour l’avenir, qui est d’autant plus flou maintenant. Ou plutôt, elle se pose des questions. Elle aura juste besoin de temps, histoire qu’elle s’habitue à cet endroit et qu’elle s’y sente à l’aise. Combien de temps ça pourrait prendre ? Pas trop longtemps, elle l’espérait, ce n’est jamais agréable de ne pas se sentir à l’aise quelque part.

Donc certains sont au courant mais vous arrivez à faire taire les informations ? C’est fou une telle influence.

Remarque ce ne serait pas étonnant qu’une telle communauté soit crainte. Des pouvoirs inexplicables et sans limites pour certains individus, des choses que l’homme considère comme une légende, pas étonnant que ce soit effrayant.

Eleanor lève la tête lorsqu’elles approchent d’une grande porte. Elle avait presque oublié qu’à la base elle cherchait de quoi se remplir l’estomac. Elle se retourne, un grand sourire amusé aux lèvres vers Ipiu.

Et alors, la nourriture elle apparaît par magie ici aussi ?

Passer aux questions sans sérieux et à l’humour, c’est sympa aussi.

#   Dim 4 Sep 2016 - 10:59

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1876
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Le papillon j’imagine que ça dépend s’il est passé chez l’esthéticienne à papillon avant ou pas. Bon après les papillons sont graves flippants de base, trop de couleurs pour être inoffensifs. Dans la nature ce qui ne peut pas se défendre est terne, sauf les fleurs, les fleurs c’est coloré parce qu’elles sont vaniteuses et n’ont pour seul désir que d’être butinées, en fait les fleurs ce sont de sacrées cochonnes si on y réfléchit bien. Enfin, tant qu’elles aiment ça moi j’y trouve rien à redire, juste c’est un peu dommage qu’elles ne le fassent que pour être fécondée vous voyez ? J’aurais trouvé ça plus cool si elle ne faisait que s’amuser, se détendre, passer le temps. Bref.

« Hm… Comment expliquer, certains pays sont dotés de l’arme nucléaire sans que tous les citoyens lambda soient au courant ? Ici c’est pareil je crois, notre existence remet en cause la logique universelle, la physique, et plus ou moins tout ce qui est certain et fonctionne selon des lois établies et partagées. Du coup j’pense que si la nouvelle se paupérisait on aurait deux types de réactions, ceux qui nous verrait comme une menace et ceux qui voudraient nous rejoindre. Dans un cas comme dans l’autre ça serait peu agréable à gérer… »

Si encore on était des super-héros comme les avengers je dis pas, on aurait des dons de naissance et personne pourrait chercher à devenir comme nous… Mais là, vous n’imaginez pas la merde qu’on pourrait foutre ! Des gens tueraient leurs amis pour se sentir vides et avoir des supers-pouvoirs, ce serait une hécatombe ! Dangereux pour la société autant que pour Terrae, ce serait grave la merde en vrai !
Bon après il y a sans doute pleins d’autres raisons qu’Hideko pourrait avancer pour justifier que Terrae reste un secret de Polichinelle. Bon après on s’ouvre au monde lentement… Huo gère les médias si j’ai bien compris… Tout ça s’organise, même si j’préfère en rester éloignée. J’ai le droit, je suis pas quelqu’un de responsable !

Je ne peux pas m’empêcher de rire franchement à sa blague… C’était une blague hein ? Un rapprochement voulu avec l’univers de J.K. Rowling non ? Elle était sérieuse ? J’ai pas l’impression mais avec les énergumènes qui traînent ici on peut s’attendre à tout. Surtout au pire diraient les mauvaises langues, mais j’ai toujours été félicitée pour mes cunis donc je ne le dirais pas. Bon dans le doute j’crois qu’il faut que je lui explique aussi comment on fait la cuisine ici… Ou pas hein ? Pour ceux qui ont toujours vécu chez maman la manière dont la bouffe arrive dans le frigo ou sur la table est une sorte de magie… Qui suis-je pour briser leurs rêves puérils ? Pour leur dire que le père noël n’existe pas ?
Personne.

« C’est une forme de magie oui… »


Je reste vague, ne voulant pas briser les rêves de la douce enfant.

« Mais un peu différente de celle de Poudlard… »

Je n’en rajoute pas plus de peur de sentir ma langue fourcher.


Todo aquel que piense que la vida siempre es cruel,
Tiene que saber que no es asi,
Que tan solo hay momentos malos, y todo pasa.

#   
Contenu sponsorisé

 

Un début à toutes choses | Eleanor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Couloirs.