Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Une rivière, ce n'est pas un tronc. || Mekaro ♥
##   Ven 19 Mai 2017 - 21:57

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 09/05/2016
Age : 25

Mekaro a un doux sourire quand il voit sa pauvre petite sœur fuir, avant de revenir vers Petite Lumière. La peinture a l'air de l'intéresser et ça le touche beaucoup. :

-Mes peintures... Ah ! Mère, ce sont celles que tu me fais pour les chants des esprits ? D'accord alors... avec mes tatouages à la mâchoires, je dois avoir les dents des esprits jaguar, les chasseurs de la jungle, parce que je suis un grand Guerrier chasseur. Sur le cou, je dois avoir les symboles de l'eau, symbole de notre peuple et parce qu'il s'agit aussi d'un de mes prénoms. Et sur le front, les ombres de la forêt, comme tatoué sur mon bras. ajoute-t-il en lui montrant son biceps. Ils représentent... eh bien... Le prénom que j'ai gagné.

Le Mangeur d'Esprit. Mekaro est un peu amer rien qu'en y repensant, mais ça lui passe vite. Il a appris à vivre avec ce nom, il l'a gagné après tout, il doit être fier... et il l'est. Il répond à sa dernière question. :

-On dit "paraõ".

C'était une façon raccourcis de dire "merci beaucoup pour t'être obligé". :

-Ne sois pas nerveux. assure-t-il. Le chant est une fête, un rassemblement, même le Wayanga le sait, surtout lui en fait.

Le père lui tend soudain un grand collier de perle cliquetant. Mekaro grimace mais il se plie à la volonté du chef de famille et le met autour de son cou, ainsi que des bracelets munis de grelots dont il entoure ses chevilles. Du reste qu'il lui tend, il comprend qu'il doit les donner à Petite Lumière. Celui-ci regarde un étrange appareil dans lequel il a capturé l'image de son esprit. Un appareil photo donc... mais étrangement tout plat. La voix de son invité est toute pleine de bonheur quand il se voit, comme lorsque ses frères s'exclament. Il ne peut s'empêcher d'être attendri... Mais à l'idée de capture l'esprit de la lumière pour se regarder le met mal à l'aise. Il secoue les mains devant lui, respectueux malgré tout. :

-On a beau m'expliquer comment vos outils fonctionnent, je... enfin... c'est bizarre... Mais merci tout de même de proposer. Est-ce que tu veux de l'aide pour les bijoux ?

Il lui tend un collier plutôt simple, sans fioritures, fait de perles qui ne s'entrechoquent pas. Sur le coup, il l'envie un peu. :

-Ça, c'est pour le cou. Le reste ce sont des bracelets. Je vais te les serrer.

Comme les kubes ont les poignets fins ! Mekaro regarde sa main puis son invité... Il pourrait facilement cercler sa tête entre ses index et ses pouces avec. Pourtant, c'est avec délicatesse qu'il serre les liens, comme s'il s'occupait d'un être tout juste né. Peu avant qu'il ne termine, son père claqua sa langue alors qu'il se tenait à l'entrée de la hutte. Le chant va bientôt commencer, on entend la voix du Wayanga qui appelle avec des vocalises à la fois précises et harmonieuses. :

-C'est l'instant. Ne t'inquiètes pas d'accord ? Tu es très beau.

Mekaro sourit de toutes ses dents blanches avant de se lever et de tendre sa main vers le kube pour l'aider à se lever.

Devant la maisonnée, la mère compte ses petits. De 22 à 2 ans, une dizaine d'enfants réunis sagement... C'est le père qui mène jusqu'au feu où tous se réunissent en cercle. Le Wayanga passe devant chacun, jette une concoction liquide sur les torses comme une bénédiction. Il s'arrête devant Petite Lumière... Mekaro ne retient pas le petit sourire qui naît devant son air étonné. Le kube a respecté les coutumes à la lettre et ses peintures lui correspondent follement. Alors, restant digne, le Wayanga a un hochement de tête bref et lui jette le liquide aux odeurs sucrés, protection contre les esprits mauvais de la nuit, avant de passer au suivant. Il fait un autre tour pour la fumée et, de sa plus belle voix, lâche une note. Longue. Perçante. Qui trouve son écho au plus profond de la jungle. Le cercle se défait.

Si Mekaro s'empare de sa flûte, sa mère vient chercher l'invité pour l'éloigner du feu, le guidant un peu plus loin, juste à côté d'Ajo qui rougit de nouveau, n'arrivant plus à taper correctement dans ses mains pour marquer le rythme du chant. A la file indienne, le village danse derrière Mekaro qui guide et joue. La terre tremble à chaque pas dans cet unisson puissant, les voix se perdent et voyagent loin, en l'honneur des esprits, en l'honneur de Mekaro qui part les rejoindre, maintenant qu'ils sont protégés par la bénédiction du Wayanga, la fête peu rugir dans la nuit tombante.


HRP : J'ai perdu ma thèse sur la culture kayapo (bouh le nul) du coup j'ai inventé le "merci" XD !


##   Dim 27 Aoû 2017 - 14:57

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2942
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Mekaro m'explique longuement la signification de ses peintures, et je hoche fréquemment la tête pour lui montrer que je suis toujours ce qu'il me dit. C'est quelque chose de vraiment sacré et important, chez eux, ces peintures... Je me demande quand on a perdu ces traditions, ou même si on les avait déjà un jour. On a bien toujours nos tatouages aujourd'hui, et à Terrae ceux de nos Greffe, mais à part ça… Enfin. Qu'importe. Je me demande juste ce que signifierait le serpent, chez eux. Sans doute quelque chose de mauvais.

—"Paraôh" , je tente de l'imiter, sans savoir si l'accent est le bon. C'est ça ? Paraôh, Ajo ! je reprends après avoir cherché la jeune fille du regard, un grand sourire aux lèvres.

C'est un peu bizarre de parler avec la texture étrange de la peinture sur le visage, mais je me retiens de me frotter vigoureusement le menton pour me gratter. Je crois qu'ils le prendraient mal, si je détruisais le joli travail d'Ajo - mais en même temps, ça démaaange.

Puis je fais part de ma nervosité. Apparemment, pas de souci du côté du village. Mouiii. Mais c'est pas le problème en fait, j'ai surtout l'impression de squatter un moment qui leur est très personnel… Mekaro, de son côté, se fait décorer de bijoux qui font un bruit monstrueux quand il bouge, et... Ah, je crois que mon téléphone le perturbe.

—Pas de souci, je compren-... Attends, les bijoux ?

Ah, bah oui, je dois aussi en mettre... Bon, au moins, je ne vais pas cliqueter de partout comme lui, hum. J'attrape le collier pour le mettre en le remerciant, puis le laisse s'occuper, des hum, bracelets. Qui sont assez gigantesques, mais c'pas grave. Puis j'acquiesce et le remercie, encore plus perturbé. Je vais pas savoir quoi faire omg.

Dehors, quelqu'un chante ; je me lève avec l'aide du futur Terraen et sors à sa suite. Tous les enfants de la famille sont réunis, et ça fait une belle tripotée de gamins, quand même. L'image me tire un sourire doux. Nous rejoignons tout le monde en cercle, autour duquel passe le Wayanga. Il s'arrête devant moi comme devant tous les autres, complètement estomaqué. Ehwiii, tu t'y attendais pas, hein ? J'suis beau comme ça hé ? Héhé. Bref. Il me gicle un liquide odorant un peu chelou dessus, puis continue sa route. Le chant s'élève. Les villageois dansent au rythme du son créé par leurs voix mêlées, des paumes qui frappent l'une contre l'autre...

L'atmosphère est magique. La soirée avance, et, bien que je ne comprenne pas tout, je me laisse porter. Cette cérémonie restera sans doute très longtemps dans mes esprits.

Nous nous couchons tard, lorsque la nuit est avancée ; la nuit, cependant, est courte. Aux aurores, nous nous levons. Mekaro salue sa famille, les gens de son village qui viennent le saluer.

Puis, après que nous nous soyons éloignés, je lui explique par quel biais nous allons rentrer, et que ce n'est pas dangereux puisque je l'ai fait pour venir ici. Je lui demande de me faire confiance, et lui sourie.

Quelques secondes plus tard, il arrivait à Terrae.



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
 

Une rivière, ce n'est pas un tronc. || Mekaro ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Le Monde.
 :: L'Amérique du Sud et Centrale.
Aller à la page : Précédent  1, 2