Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Maitre guérisseur recherché désespérément ! (PV Aoi)
Dim 5 Juin 2016 - 2:39
avatar
Féminin

Messages : 148
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Je regarde le bâtiment devant moi, mon regard neutre mais mon cœur rempli d’inquiétude. Me voilà devant l’entrée de l’hôpital, cette fois-ci bien exprès et non parce que je suis trop perdu dans mes pensées pour voir où est-ce que je vais. Je n’aurais jamais pensé que j’y viendrais de mon propre grès, mais la situation le demande. Je n’ai plus le temps. Ou plus exactement, je crains que Liryo n’ait plus beaucoup de temps.

C’est uniquement parce que c’est le seul endroit où je devrais pouvoir trouver de l’aide facilement que je suis venu ici. Bien évidemment, ce n’est toujours pas certain que j’y trouve quelqu’un capable de m’aider, mais j’ai cherché de long en large dans le village entourant l’établissement et je n’ai rien trouvé de mieux. Après, il faut encore se demander si obtenir de l’aide est faisable, vu que tout mon espoir repose sur cette idée vague et incroyable de l'existence de pouvoirs qui peuvent guérir. Mais en ce moment, tous les doutes que j’avais à ce sujet et toute la logique qui me faisait avoir ces doutes m’ont quitté. Ils sont négligeables face à mon besoin de croire que la magie puisse faire partie de la réalité, parce qu’elle est la seule chose qui puisse m’aider.

Liryo allait pire ces derniers jours. Pire que je n’avais jamais vu. Voilà pourquoi je ne peux plus attendre et me permettre de faire des recherches, voilà pourquoi je me suis décidé à faire cet acte de foi, voilà pourquoi je suis prêt à croire, ne serait-ce que pour aujourd’hui, que la magie puisse exister. Et si je trouve de l’aide pour Liryo, si quelqu’un le soigne ou au moins diminue ses souffrances, alors je ne douterais plus jamais.

C’est avec ces pensées que j’avale mon horreur et ma haine pour le bâtiment devant moi et, contre toute attende, entre par l’entrée principale sans plus hésiter. D’un pas rapide, je me dirige vers l’accueil où une secrétaire parle au téléphone, probablement avec un autre patient qui arrivera dans quelques jours ou quelques heures, ou encore avec sa famille. Bien qu’agité intérieurement, je reste calme et attends patiemment qu’elle finisse avant de m’adresser à elle pour lui dire que je suis à la recherche d’un maitre guérisseur. La secrétaire semble surprise au début, puis me dit qu’une personne comme ça est en effet de garde aujourd’hui. Elle me donne son nom et me demande si c’est la personne que je cherche. Le nom ne me dit rien du tout, mais je ne l’avoue pas. Il faut absolument que je le voie et que je lui parle à ce docteur qui utilise des pouvoirs magiques.

« Avez-vous un rendez-vous avec madame Amazaki ? »

Sur le moment, j’ai envie de dire oui, même si ce n’est pas du tout vrai, juste pour être sûr que je puisse la voir le plus vite possible, mais je me retiens. Je veux lui demander son aide, après tout, et il est très peu probable qu’elle veuille m’aider si je lui mets le bordel dans son planning.

« Non. »

Je dis finalement et la secrétaire me regarde un instant, puis sourit légèrement et se retourne vers son ordinateur.

« Vous avez de la chance. Normalement, son planning est terminé pour aujourd’hui. Vous devriez la trouver dans son cabinet. »

Je remercie la secrétaire et m’incline brièvement avant de partir d’un pas rapide dans la direction qu’elle m’a indiquée. Arrivé à la porte qui sépare le cabinet de madame Amazaki du reste de l’hôpital, j’inspire profondément pour me calmer d’avantage et frappe à la porte, en espérant de tout mon cœur qu’elle voudra au moins écouter la raison pour laquelle je suis venu la voir.
Voir le profil de l'utilisateur




Dernière édition par Kurei Yataro le Mer 8 Juin 2016 - 23:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Dim 5 Juin 2016 - 12:02
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Vous savez ce qu'il y a de bien, avec les stages en hôpitaux ? On n'a pas cours. Ou beaucoup moins, en tout cas. Ce qui implique plusieurs choses, du moins de mon côté : les heures que je passe quotidiennement à l'hôpital me sont décomptées du stage ; j'ai donc plus de temps libre ; je suis donc beaucoup plus détendue. Vous voyez, il m'arrive parfois de me poser de ne pas savoir quoi faire, même lors de mes heures à l'hôpital. Bon, je triche un peu, parce qu'habituellement les étudiants n'ont pas vraiment de responsabilités, mais je suis de toute manière sous la supervision des médecins, alors tout va bien.

Voilà un moment que nous sommes de retour de mission, Huo, Nicolas et moi. Ca m'a fait tout drôle de pouvoir revenir sur Terrae, de reprendre le train-train quotidien en tant qu'Aoi Amazaki, et non plus Aoi Zhang. Comme à chaque fois que j'y pense, j'esquisse un petit sourire. C'était tout drôle, mais quelque part, cette expérience n'a pas été désagréable. Au contraire. Sinon, on n'aurait peut-être pas emménagé ensemble, Huo et moi, hein ...?

Ca fait du bien de se dire qu'on a enfin retrouvé un rythme un peu normal. Savoir qu'on se verra le soir, au moins, pour les repas... Plus que de se donner rendez-vous, c'est une routine. Pas désagréable, en soi. J'en viens même à me demander comment faire pour m'améliorer en cuisine, histoire qu'il ne soit pas tout le temps le seul à me donner ses directives, à corriger mes erreurs… C'est fou, j'aimerais être médecin mais je suis pas foutue de faire un plat en sauce, vous y croyez ?

Je suis interrompue dans mes pensées quand quelqu'un frappe à la porte de la petite pièce  qu'on m'a assignée, où se trouve un bureau. C'est techniquement la salle de consultation des Guérisseurs de garde ; pas une mauvaise idée de la part d'Hideko, hein ?

Ce faisant, je me lève et vais ouvrir la porte, après avoir machinalement effleuré le cristal au bout de mon pic à cheveux. Un garçon d'une vingtaine d'année me fait face, le visage fermé. Je lui souris malgré tout et le salue d'une voix bienveillante :

— Bonjour, je suis Aoi. Vous avez besoin de quelque chose ?

Je me pousse un peu pour le laisser entrer s'il le souhaite et me dis qu'encore une fois, je ne comprends pas pourquoi je vouvoie toujours mes patients… Surtout quand ils ont l'air d'avoir le même âge que moi.

— Venez, entrez ! Enfin... ça ne te gêne pas si je te tutoie, plutôt ? J'ai un peu de mal, et j'aimerais éviter qu'on m'appelle encore docteur aujourd'hui, je ris doucement.

Bon, c'était un petit garçon ce matin, mais voilà... Dans le doute ! Pour le moment, je n'ai plus de rendez-vous et j'ai un peu de temps libre avant de terminer pour aujourd'hui. Je crois que ma bonne humeur est un peu trop visible ?
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Ven 10 Juin 2016 - 23:55
avatar
Féminin

Messages : 148
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

C’est une jeune femme qui semble avoir à peu près le même âge que moi qui m’ouvre la porte, toute souriante. Elle doit être d’une très bonne humeur. Un petite partie de moi espère que ma visite, et surtout la raison de ma visite, ne gâche pas son humeur, mais je suis tellement désespéré que je ne me laisse pas penser de ça longtemps. Je dois lui expliquer pourquoi je suis venu et lui demander de l’aide. J’espère bien qu’elle sera capable de m’aider. Que ses pouvoirs peuvent soigner Liryo. Parce que sinon… sinon… je ne sais même pas. Je ne peux même pas imaginer ce que je ferais si je le perdrais.

Je soupire un peu en entrant, gêné par sa question, et une de mes mains pas dans mes cheveux sans que je ne m’en rende compte.

« Si cela ne vous dérange pas, je me sens plus à l’aise avec le vouvoiement. Mais j’éviterais de vous appeler ‘docteur’ si cela vous gêne. »

Je dis doucement. En même temps, je réfléchis à la meilleure façon d’aborder le sujet. Bien que je sois désespéré et même un peu effrayé par la possibilité que même un maître guérisseur ne puisse m’aider, je ne veux pas être impoli avec la jeune femme en face de moi.

« En ce qui concerne la raison pour laquelle je suis venu vous voir… j’ai besoin de votre aide, si mon cas est tel que vous serrez capable de m’aider. Je suis bien conscient que vous travaillez dans un hôpital, donc un endroit où on soigne des humains, mais est-ce que par hasard vos pouvoirs de guérison seraient capables de soigner un animal tel qu’un chat ? »

Je me décide de commencer par cette question-là, qui est quand même fondamentale pour mon situation. Si les pouvoirs dont l’existence je crois uniquement parce que je ne vois pas d’autre possibilité de soigner Liryo ne peuvent pas être appliqués sur des animaux, alors autant que je parte de suite. Mais même avec mes doutes que la magie existe réellement, même avec mon scepticisme que dans le cas où elle existe elle peut être appliquée sur des animaux, j’ai l’espoir. J’ai l’espoir car il ne me reste rien d’autre. Juste un espoir sans fondement, qui en même temps pourrait devenir la preuve que j’ai cherché pour l’existence de la magie.

Si seulement elle dit oui… si elle peut m’aider… Je vous en prie, les dieux de la terre et des cieux, faites qu’elle soit capable de m’aider… de soigner Liryo… Je vous en prie !
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 19 Juin 2016 - 14:36
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

D'accord... Je suis un peu arrêtée en plein élan par la réponse un peu distante que je me reçois. On va dire que ce n'est pas habituel... D'autant que je me sens mal de l'ambiance un peu naze que ça a mis dans la pièce. En face, l'homme semble assez indifférent à la situation - imperturbable, plutôt ? La manière qu'il a de se tenir, son visage plat... Je me contente de sourire, gênée moi aussi, et acquiesce simplement. Ce serait bien si j'arrivais à le mettre un peu plus à l'aise, par la suite, mais on dirait que ce n'est pas gagné...

— Pas de souci, désolée, je ne voulais pas vous gêner. C'est simplement qu'on a l'air d'avoir le même âge, et comme j'étais encore élève il y a deux ans… Je ne suis pas médecin, je travaille simplement ici après les cours.

Il ne semble pourtant pas vouloir entrer de suite, préférant visiblement m'exposer directement la raison de sa visite. J'acquiesce doucement pour l'inviter à continuer, sans me départir de mon sourire, et incline la tête sur le côté lorsqu'il s'étend sur le fait que je travaille dans un hôpital… Oh !

— Un chat ? je souffle simplement. Oui, bien sûr.

J'approche ma main doucement pour la poser sur son bras, pour essayer de lui transmettre un peu d'apaisement.

— Le pouvoir des guérisseurs peut agir sur n'importe quel être vivant ; l'année dernière, j'ai travaillé sur un nerf optique… On apprend aussi à soigner avec des animaux, en général ; des oiseaux blessés, ce genre de choses.

Puis je retire ma main et me recule un peu. Je réfléchis en même temps que je parle.

— Venez, installez-vous. Vous voulez bien me dire ce qu'a votre chat ? Je ne peux pas garantir de le soigner sans l'avoir vu ; s'il est blessé je peux tenter de faire quelque chose, bien sûr, mais s'il est malade, je pense que ça dépendra de sa maladie… Cela dit, il n'y a pas de raison que je ne le fasse pas, je ne suis pas aussi occupée que ça, souris-je.

Et surtout, je ne vais pas laisser un animal mourrir si on me le met entre les bras, il ne faut pas rêver non plus.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Dim 19 Juin 2016 - 16:59
avatar
Féminin

Messages : 148
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Ma réponse semble avoir gêné la demoiselle devant moi. Aoi… non, ça, c’est son prénom, son nom de famille c’était… ah, oui, Amazaki. Mademoiselle Amazaki.

Je me raidis quand elle pose sa main sur mon bras. Je ne suis plus trop habitué à ce qu’on me touche. Enfin, pas sans vouloir m’en taper une pour me voler quelque chose ou parce que j’ai volé quelque chose. C’étaient les seuls raisons pour que quelqu’un essaie de me toucher dans mon passé proche. Mais je me force à ne pas réagir et je me focalise sur ce qu’elle dit. Alors ses pouvoirs peuvent aider Liryo, même dans un cas de maladie. Dieu soit loué. Elle peut lui aider. Bordel de merde, j’aurais dû venir ici beaucoup plus tôt que ça !

« Non, il n’est pas blessé, il est malade. De plus, c’est une maladie qu’il a eu même avant que je n’ai commencé à m’occuper de lui. »

Je dis quand je m’assoie sur une des chaises libres en face de mademoiselle Amazaki, les bras posés sur le bureau. Sa question sur ce qu’a Liryo est plus difficile à aborder, pour la simple et bonne raison que j’en ai aucune idée. Malheureusement, je n’y connais rien aux chats niveau santé et maladie. On pourrait bien évidemment poser la question comment je sais que Liryo est malade dans ce cas, mais il ne faut pas s’y connaitre pour voir cela.

« Malheureusement, je ne sais pas vous dire ce qu’il a. Tous ce que je peux vous dire, ce sont les symptômes que j’ai remarqué chez lui. »

C’est déjà quelque chose, non ? Et puis, elle a dit clairement qu’elle ne peut rien promettre sans le voir. J’aurais dû l’emmener avec moi, mais comme je n’étais pas sure si je trouverais de l’aide, j’ai préféré le laisser au dortoir. Liryo est déjà assez peureux de base et je ne voulais pas le stresser pour rien.

« Il se fatigue rapidement et il semble abattu, du coup il ne sort que rarement par lui-même. I était toujours un peu faible, mais jamais comme maintenant. Il a perdu de poids de nouveau, mais j’imagine que c’est lié au fait qu’il mange moins aussi. C’est surtout ceci qui m’a fait remarquer que quelque chose ne va plus. Sinon, puisque vous dites que vous préfériez le voir, je peux aller le chercher rapidement. Je ne pense pas qu’il soit sorti. »
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 19 Juin 2016 - 23:20
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Bon, je sens que ça ne va pas être de la tarte pour discuter avec lui. Il s'arrête totalement de bouger lorsque je touche son bras, et je vois les muscles de son cou se tendre. Heureusement qu'il ne vient pas pour lui, ça aurait été difficile de l'ausculter, autrement… Je retiens un petit soupir et l'invite à m'expliquer tout ça tout en faisant le tour de mon petit bureau. Tout ceci a un côté extrêmement formel que je déteste tout particulièrement. Je sais qu'en tant que médecin, plus tard, il faudra que je m'y fasse, mais je n'aime pas. Surtout pas à Terrae, où nous sommes tout de même une petite communauté.

Malade alors... Je prends une feuille de papier vierge et commence à noter rapidement, pour ne rien oublier et me guider dans le diagnostic. J'acquiesce pour l'encourager à continuer, puis entoure les mots fatigue et perte de poids que je viens de noter.

— Je vois oui... Il doit être malade, possiblement. Je vous avoue que je n'ai jamais réellement suivi de chats malades, du coup je pense qu'il serait plus simple de l'envoyer chez un vétérinaire dans Tokyo.

Doucement, je repose mon stylo et relève les yeux vers… je ne connais pas son nom, en fait ?

— Ce serait bien que je le voie avant, oui ; pour savoir si je peux faire quelque chose avant de vous renvoyer. Par contre, avant de le chercher, je pourrais quand même connaître votre nom ?

Je reprends mon stylo pour pouvoir le noter en haut à droite de la feuille.

— Je vous attends ici, ou sinon je peux venir avec vous, comme vous voulez. Je n'ai pas de consultation par la suite. Et si quelqu'un a besoin de moi, il y a d'autres guérisseurs sur place, je lui souris pour le rassurer.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Lun 20 Juin 2016 - 13:47
avatar
Féminin

Messages : 148
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Un vétérinaire à Tokyo. Alors j’avais bien raison de penser qu’il n’y ait pas de vétérinaire sur Terrae. En même temps, je pense que je l’aurais déjà trouvé s’il y était.

Le seul problème avec cela, est que pour visiter un vétérinaire à Tokyo (ou n’importe quelle autre ville d’ailleurs), il me faut de l’argent pour lui payer. Et si j’avais de l’argent, j’y serais allé bien avant que j’arrive sur Terrae. Mais peut-être cela est un problème arrangeable. Après tout, n’ayant même pas eu un toit par-dessus ma tête avant de venir ici, il était normal que je n’aie pas d’argent. Mais maintenant, je pourrais peut-être trouver un travail quelque part pour gagner un peu de sous. Assez pour un vétérinaire. Il va falloir que j’essaie.

Je suis sur le point de me lever pour aller chercher Liryo quand mademoiselle Amazaki me demande mon nom. Ah merde, c’est vrai… j’étais tellement focalisé sur Liryo et sur la tentative de lui trouver de l’aide chez mademoiselle Amazaki que j’ai complétement oublié de lui donner mon nom. Je m’incline devant elle en pardon.

« Veuillez excuser mon manque de politesse, Mademoiselle Amazaki. Je m’appelle Yataro Kurei. »

Son sourire n’a pas trop changé depuis qu’elle m’a ouverte la porte, mais… il me semble un peu plus forcé qu’avant. Se sent-elle insultée ? Ou peut-être elle est juste gênée par ma formalité, vu qu’elle tentait de me tutoyer d’abord. Il est même possible que c’est un peu des deux, mais je n’y peux rien faire à l’exception de m’excuser, ce que j’ai déjà fait.

Je réfléchis un moment quand elle me propose de venir avec moi pour récupérer Liryo. D’un côté, ce serait probablement mieux pour lui si elle pouvait l’examiner au dortoir. Mais d’un autre, Liryo est encore et toujours très craintif et méfiant des inconnus. Si mademoiselle Amazaki vient avec moi, il y a des fortes chances que Liryo se cache quelque part et refuse de sortir de sa cachette pendant des heures. Non, il serait plus simple si je vais le chercher seul.

« Merci, mais attendez-moi ici, s’il vous plaît. Liryo est très craintif comme chat, il risque de se cacher et ne pas sortir s’il me voit arriver avec quelqu’un. Je reviens tout de suite avec lui. »

Quand elle me donne son accord, je quitte son bureau et ensuite l’hôpital et me dirige rapidement vers les dortoirs. Comme je l’aurais dû prévoir, Liryo s’est caché de toute façon pour éviter tous les autres gens que je partage le dortoir avec, mais il sort quand je l’appelle et se laisse prendre dans mes bras.

« Allez, viens. Je t’emmène chez quelqu’un qui peut t’aider. »

Je lui dis doucement en sortant du dortoir et me redirigeant d’un pas rapide vers l’hôpital. Liryo miaule doucement dans mes bras comme pour protester, mais il ne se débats pas. Je pense qu’il est trop faible pour et il le sait. Même avant que j’arrive devant la porte de mademoiselle Amazaki à nouveau, il se tait complètement, l’air défait. Il a dû comprendre que je ne prendrais pas ‘non’ comme réponse. Surtout que je le fais pour son bien de toute manière.

Je frappe encore une fois à la porte pour annoncer mon retour puis rentre et referme la porte derrière moi.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 8 Juil 2016 - 20:02
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Il est pressé, hein… Compréhensible, en même temps. Mais pourquoi n'est-il pas venu s'adresser à nous ou à Hideko dès le début ? Pourquoi attendre encore ? Enfin… J'essaie de le retenir quelques secondes, juste le temps qu'il me dise son nom que je note dans un coin de ma feuille. Avec un sourire, je relève ensuite le nez vers lui et tente de lui présenter un visage avenant, après avoir acquiescé suite à son refus.

— Pas de souci, ça arrive dans la précipitation. Puis, je comprends pour ton- votre chat. Je vous attends ici.

Sur ce, il sort. Je pousse un très long soupir et me masse les tempes. Sincèrement, je sens que ça va être très compliqué avec lui. Ce n'est pas qu'il soit récalcitrant ou quoi, mais il est froid, distant, pas du tout ouvert. Si je me suis améliorée, socialement parlant, j'ai toujours du mal avec les personnes de ce genre-là - et quelque part, peut-être, cela me rappelle ma rencontre avec Math l'année dernière.

Un goût amer se glisse dans ma bouche et je tente de refouler cette pensée immédiatement. Bon, concentrons-nous un instant. Je retourne sur mon ordinateur et le sors de sa veille pour chercher des vétérinaires en ville. J'en note quelques-uns avec leur numéro de téléphone et leur adresse sur une nouvelle feuille blanche, en marquant les plus proches de Terrae en haut de la liste. Je note aussi mon numéro de téléphone personnel en bas de la page, puis passe un coup de fil. A priori, si Kurei prévient de son absence et en obtient l'autorisation auprès d'Hideko, il est possible de le laisser sortir seul de Terrae pour les rendez-vous. Nous en parlerons plus tard...

Une fois raccroché, j'attends un peu en répondant à un message d'Huo, puis de ma mère, et une infirmière passe la tête par la porte pour savoir si j'en ai terminé. Je secoue la tête et continue à attendre le retour de Kurei, qui ne tarde pas à arriver avec le chat. Un sourire éclaire mon visage.

— Voilà le petit monstre ! Tu peux le poser sur la table ?

Oups... Le tutoiement est sorti tout seul... Mais bon, tant pis, hein, ne faisons pas du cinéma ! Je m'approche lentement et me baisse légèrement pour me mettre à la hauteur du joli félin. J'approche ma main doucement pour qu'il la sente et s'habitue un peu à ma présence, avant de finalement le grattouiller derrière l'oreille. Il n'a d'abord pas l'air très rassuré, mais il se laisse faire au final.

— Liryo, c'est ça ? interrogé-je Kurei.

Je relève les yeux vers lui et m'approche de mon bureau pour prendre un stéthoscope et attends qu'il installe le chat sur le bureau. Ce n'est pas courant mais bon, tant pis.

— J'ai pris soin de noter quelques numéros et adresses de vétérinaires pendant que tu étais parti. J'ai rajouté mon numéro aussi, s'il y a un problème urgent.

Enfin, je me frotte les mains et analyse d'abord l'aura de l'animal. Il a l'air épuisé, et semble avoir du mal à respirer. Je fronce les sourcils et approche mes mains doucement, qui se guident naturellement au-dessus et au-dessous de son corps.

— Le rythme cardiaque est étrange… je fais avant d'attraper mon stéthoscope pour l'écouter de plus près.

Lorsqu'on est Master Air, l'avantage est que l'on peut entendre le moindre minuscule petit son. C'est à la fois une bénédiction et une malédiction, à vrai dire. Un petit supplément pas toujours agréable qui nous réveille parfois au milieu de la nuit mais qui me permet de distinguer un son légèrement différent des battements de coeur habituel… Un sifflement ? Je fais la moue en palpant le chat doucement, et en faisant attention à ne pas lui faire mal.

— Je ne saurais pas dire quoi exactement, mais je pense qu'il y a un problème cardiaque. Il faudra demander au vétérinaire de faire une radio du thorax et le mettre sous électrocardiogramme. Je me demande aussi s'il n'y a pas un oedème pulmonaire...

Je me mordille la lèvre. Rien de très rassurant en soi, mais le vétérinaire pourra confirmer.

— Tu devrais y aller en urgence. Je peux essayer de lui procurer quelques soins mais il lui faudra sûrement un traitement médicamenteux.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Sam 6 Aoû 2016 - 13:33
avatar
Féminin

Messages : 148
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Quand je reviens avec Liryo dans mes bras, Mademoiselle Amazaki me sourit à nouveau. Quand elle s’approche de nous, et plus exactement quand sa main s’approche de Liryo, je resserre mes mains un peu plus autour de lui pour qu’il ne se barre pas au plus vite. Il a beau être malade et épuisé, mais s’il a peur, il fuit toujours à toute vitesse et je crains ne pas pouvoir le trouver s’il se cache quelque part.

« Si vous préférez me tutoyer, allez-y. Je ne vais pas vous en vouloir pour ça. »

Je lui dis après qu’un tutoiement lui échappe, son expression me disant que c’était malgré elle. Après tout le temps que j’ai passé à Terrae, j’ai déjà remarqué que les gens qui vouvoient sont plus que rares. Mais je n’arrive pas à m’adapter moi-même et laisser tomber. Tutoyer quelqu’un… Je n’ai jamais tutoyé qui que ce soit même dans ma propre famille, alors tutoyer des gens que je viens tout juste de rencontrer m’est carrément impossible. J’espère qu’elle ne m’en voudra pas à cause de ça.

Non, correction. Ça m’est arrivé de tutoyer des gens. Même souvent. On ne vouvoie pas quand on est un gamin de rue, après tout. Mais à l’époque, j’ai vu le tutoiement comme la meilleure preuve comme quoi je ne respecte pas les gens auxquels je parlais. Et qu’eux aussi ne me respectent pas. Je crois que cette impression m’est restée et c’est pour ça qu’il m’est incapable de tutoyer quelqu’un que je respecte, mais quo je ne connais pas bien. Je m’habitue à être tutoyé, certes… mais pas à être celui qui tutoie. Avec quelqu’un qui m’est proche, qui sait. Mais avec une personne que j’ai rencontrée à peine ? Impossible.

Je remarque vite que la décision de retenir Liryo était la bonne. Son premier réflexe est essayer de s’enfuir, mais je ne le lui permets pas et il finit par me jeter un coup d’œil, comme pour me faire comprendre qu’il se sent trahi.

« C’est pour ton bien. »

Je lui dis simplement et il finit par accepter la main de la jeune guérisseuse sans continuer des tentatives de fuite, bien qu’il soit encore visiblement sur ses gardes. Bon. J’imagine  que c’est le mieux que je peux espérer. Regardant à nouveau mademoiselle Amazaki, je lui confirme qu’elle s’est bien rappelée du nom de mon chat quand je l’installe sur la table comme elle m’a demandé, mais mes mains restent toujours autour de lui pour la même raison qu’avant. Au moins il ne tente plus de s’enfuir, mais je préfère ne pas lui donner la chance. Je le relâche uniquement quand Mademoiselle Amazaki commence à l’examiner.

Tout en écoutant, je passe mes yeux sur la feuille qu’elle m’avait indiqué avec les adresses et numéros de téléphone, le sien inclus. Elle m’avait dit qu’elle ne peut pas promettre de pouvoir faire quoi que ce soit pour Liryo, que cela dépendra de sa maladie. Mais du coup, elle a cherché des vétérinaires. C’est plus que ce qu’elle n’avait à faire. Elle aurait aussi bien pu me dire qu’il faut que je trouve un vétérinaire moi-même. Le fait qu’elle n’a pas fait ça me touche, quelque part. Ça faisait bien longtemps que quelqu’un avait fait quelque chose pour m’aider sans que je doive le demander avec des mots décrivant exactement ce que je voudrais qu’ils fassent pour m’aider. Sans parler du fait qu’elle n’a pas encore demandé de récompense. Par moment, je dois me retenir pour ne pas lui demander ce qu’elle veut en échange tellement je n’y suis plus habitué. La vie dans les rues m’a forgé comme ça.

Je me refocalise sur Mademoiselle Amazaki quand elle me dit ce qu’elle pense et dans ma tête, c’est de suite la panique. Un problème cardiaque ? Un possible œdème pulmonaire ? Merde ! Je n’y connais rien en médecine, mais même moi je sais que ceci est loin de ne pas être grave. Et quand j’entends qu’il faut aller chez un vétérinaire en urgence, ce n’est que plus clair. Merde. Merde. Merde !

« Comment peux-je faire ? On m’avait dit qu’il est interdit de quitter l’établissement seul et je ne pense pas qu’un des masters aurait le temps de m’accompagner tellement en dernière minute… »

Du moins je pense que ce sont les ‘masters’ qui doivent accompagner toute personne qui veut sortir…

Je surprends moi-même avec le calme de moi voix vu la panique que je ressens intérieurement. C’est la première fois que le fait de ne pas pouvoir quitter Terrae tout seul m’est un problème. Jusqu’à maintenant, je ne voulais même pas quitter l’établissement (bien que par moment j’étais plus que sûr d’être dans une maison des fous), puisque je n’en avais aucun besoin. Tout ce dont j’avais besoin était dans les lieux. Mais malheureusement, ni dans tout le village autour Terrae, ni dans l’établissement lui-même y-a-t-il un seul vétérinaire. Pour ça, je dois aller en ville. Je dois aller à Tokyo. Mais putain, comment je vais faire ?!
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 22 Aoû 2016 - 15:46
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Ouf... Ca n'a pas l'air de trop le déranger que je repasse au tutoiement, tant mieux. C'était tellement automatique que j'y ai à peine fait attention, mais bon... On a plus important sous les bras ! À savoir ce gentil petit chat, qui a l'air vaguement effrayé de me voir. Je peux le comprendre. J'essaie de rester lente et douce dans mes gestes pour ne pas lui donner envie de fuir. Pour autant, je sais qu'il faut être ferme, sinon il ne se laissera jamais faire... Heureusement que Kurei le retient au début.

Il s'éloigne au final et lit la feuille que je lui ai confiée, certainement pour vérifier les indications dessus. Pour autant, je vois bien que le constat le panique un peu... Et j'admets ne pas être très tranquille moi non plus. Doucement, je secoue la tête.

— Si tu vas demander une autorisation à Hideko, il est probable qu'elle te laisse y aller. Sinon, elle te confiera à la garde d'un Master volontaire...

J'hésite un peu. Je n'ai pas non plus énormément de temps libre, mais si ça peut aider...

— Si jamais les choses prennent trop de temps, tu peux revenir me voir, nous irons ensemble, d'accord ? Je ne pense pas qu'elle mette des heures ou des jours à accepter de te laisser sortir. En revanche, il faudra bien attendre demain, les vétérinaires doivent sûrement fermer… À moins que tu n'ailles chez le vétérinaire de garde, mais il faut appeler… Ça ne t'empêche pas de voir Hideko dans son bureau pour le lui demander. Ou lui laisser un mot. Si ce n'est pas fait ce soir, je peux toujours aller la voir demain matin avant de partir, je réfléchis en même temps que je parle.

Oui, ça devra certainement le faire de cette manière. J'ai confiance en elle de toute manière, elle ne laisserait pas qui que ce soit dans une situation telle que celle-ci. C'est elle qui a créé cet endroit ; on ne peut pas vraiment s'attendre à tomber face à une directrice je-m'en-foutiste. Sinon, c'est vraiment qu'on n'a pas compris comment est fait l'endroit...

— Tu t'en sortiras ? je lance finalement à Kurei, désireuse de lui donner toutes les clés en main avant qu'il ne s'en aille. Je ne sais pas trop ce que je suis censée faire pour le moment, mes pouvoirs peuvent me guider mais je préfère qu'un professionnel voie la chose avant...

Et je me doute qu'il est pressé d'y aller ; en même temps, je le serais aussi, à sa place... Pauvre animal... Je caresse doucement sa tête, sans le forcer à accepter s'il ne le souhaite pas, et soupire.

— Courage petit chat, tu verras, tout ira bien pour toi.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mar 23 Aoû 2016 - 23:50
avatar
Féminin

Messages : 148
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Hideko ? Elle doit surement parler de la directrice. Il faut donc se mettre en contact avec elle directement. En même temps, cela a du sens. Après tout, la directrice est la seule qui pourrait réellement décider si je peux sortir ou non. Normalement, cela m’aurait mis mal à l’aise. Ce n’est d’habitude pas un bon signe pour moi si l’obtention de ce qu’il me faut dépends d’une seule personne. Mai étrangement, en écoutant mademoiselle Amazaki parler, je me calme et je ne suis pas appréhensif du tout. C’est bizarre, mais le fait qu’elle semble sûre que la directrice n’aurait rien contre me mets à l’aise, même si ce n’est qu’un petit peu.

« Je pense que je vais m’en sortir, oui. Si j’ai encore des problèmes, je vous demanderai votre aide si cela ne vous dérange pas. »

Je lui dit en prenant Liryo de la table pour qu’il ne fuit pas. Son corps et bien plus chaud que d’habitude. Il doit être vraiment stressé. Ça ne m’étonne pas à vrai dire. Je serais stressé aussi si j’étais dans sa peau.

« En tout cas, je vous remercie sincèrement pour tout. Si je peux faire quoi que ce soit pour vous remercier… ? »

Normalement, c’est le dernier moment pour me prouver qu’elle m’aide uniquement parce qu’elle y voit un intérêt pour elle même. Ceci dit, après avoir parlé avec elle aussi longtemps, elle ne me frappe pas tellement comme la genre de personne qui ferais ce genre des choses. Bien évidemment, les apparences peuvent être trompeuses, mais… j’ai envie de croire qu’il existe encore des gens au monde qui peuvent aider les autres juste pour leur aider et non pas parce qu’ils y voient leur propre intérêt. Et si de tels gens existent, alors mademoiselle Amazaki en fait certainement partie. Je ne sais pas ce qui me fait dire cela, mais j’en suis sur comme je n’étais pas sur de rien pendant longtemps.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 20 Sep 2016 - 17:06
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Bien... Visiblement, tout à l'air d'être au point. Je note encore deux trois choses dans le coin d'une feuille, pour me souvenir de prendre des nouvelles si jamais il ne venait pas le faire - je n'ai pas beaucoup de patients, alors je peux facilement m'occuper de ceux que j'ai, hé ! Pour autant, j'avoue être un peu inquiète à propos de ce chat. J'aurais aimé pouvoir faire plus, mais malheureusement, à part échaffauder quelques théories, je ne peux pas faire grand-chose de plus. Je ne suis pas vétérinaire, et je préfère autant déléguer à quelqu'un qui maîtrise la chose plutôt que de risquer de mettre l'animal en danger.

Doucement, j'acquiesce.

— Oui, faisons ça comme ça !

Kurei reprend son chat dans ses bras et je leur envoie un petit sourire, ne sachant plus trop quoi leur dire à part leur souhaiter bonne chance. Mon sourire se transforme en une mimique taquine alors que je reprends :

— Alors oui, tu peux faire quelque chose : emmener ton chat se faire soigner et bien t'occuper de lui. C'est suffisant, je ris. Oh ! Peut-être juste une chose ! La prochaine fois qu'on se voit, interdiction de me vouvoyer ! J'ai à peine vingt ans !

Je lui dis ça avec un sourire amusé, en espérant qu'il comprenne que c'est une plaisanterie. Je ne vais tout de même pas l'obliger à me tutoyer s'il se sent mal à l'aise à cette idée.

— N'hésite pas à repasser, d'accord ? Faites attention à vous, tous les deux, je reprends en leur adressant un signe.

Cela étant fait, je les raccompagne à la porte. C'était une bien curieuse consultation !


HRP : Je te laisse conclure ? :) Si tu veux qu'on se refasse un autre RP, pour voir l'évolution de Liryo ou autre, je suis ouverte à la proposition o/
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mar 20 Sep 2016 - 22:59
avatar
Féminin

Messages : 148
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

S’il y a une réponse à laquelle je ne m’attendais pas, c’est que mademoiselle Amazaki me demande de faire l’évident : que j’amène Liryo chez un spécialiste. Elle ne veut donc réellement rien en échange. Je ne m’y attendais pas. Pas vraiment en tout cas.

Je suis déjà moins surpris quand elle reprend et se corrige en me disant qu’il y a bien quelque chose que je puisse faire. Mais cela ne dure pas longtemps avant que je ne sois surpris de nouveau. La tutoyer… ? Est-elle sérieuse ? Honnêtement, je ne suis pas sur. Son expression semble dire qu’elle plaisante, mais je ne connais pas mademoiselle Amazaki assez bien pour juger cela. Au final, je ne réponds rien et m’incline juste une dernière fois.

« D’accord. Je vous remercie encore. Au revoir. »
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

 

Maitre guérisseur recherché désespérément ! (PV Aoi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.