Partagez
Un petit coup avec une inconnue? (Kurei)
##   Dim 19 Juin 2016 - 18:18

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Je n'avais pas été dans un bar depuis un petit moment maintenant. Alors que j'avançais dans ma robe au corset serré, comme celles que je portais en Écosse, complètement décalée par rapport au lieu, je sentis le regard pesant des gars autour de moi. En effet, si elle était longue, son décolleté était plongeant. Cependant, cela avait quelque chose de rassurant de voir que mon corps, ici aussi, attirait les regards.

Eh oui Hamilton, dans les Highlands ou au Japon, tu plais.

Ce n'était même pas tant les sourires appréciateurs que me lançaient les hommes qui me rassuraient, mais le fait qu'ils pensent tous que j'étais majeure. Aucun d'entre eux n'aurait eu dans l'idée de me demander une carte d'identité. Du haut de mes 17 ans, j'en faisais facilement 22. C'est donc avec une parfaite aisance que je poussai la porte du bar et y rentrai.

Je détaillai la pièce durant quelques secondes. Toutes les places étaient prises, y compris au comptoir. Je repérais cependant, dans un coin, tout au fond, un jeune homme seul. M'approchant un peu, je pus alors voir à quoi il ressemblait. Et ma foi, il n'était pas désagréable. Ses cheveux bruns vaguement attachés en chignon lui donnaient l'air naturellement décontracté, les traits de son visage certes étaient légèrement féminin, mais la chemise blanche qu'il portait laissait deviner une musculature bien développée. Je fis encore quelques pas pour me retrouver devant sa table. D'une voix douce et aimable, je ne voulais pas le faire fuir, j'entamai la discussion.

" Bonsoir... Il n'y a à vrai dire plus une place de libre. Me laisserais-tu une petite place? "


Un sourire charmeur aux lèvres je continuai.

" Peut être même serais-tu assez gentlemen pour m'offrir un verre? "

Mes yeux aux paupières lourdes se posèrent dans les siens de tempête. Tout en parlant, j'avais légèrement appuyé mes mains sur la table, rendant mon décolleté encore un peu plus plongeant. Mais ça ce n'était pas voulu, c'était une position assez naturelle chez moi depuis que j'avais adopté les uniformes. Simplement, j'avais oublié que je n'étais pas en uniforme, et de ce fait, le jeune homme avait une vue directe sur ma poitrine.



Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Dim 19 Juin 2016 - 19:27

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kurei Yataro
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 26
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Ceci doit être la première fois que je me suis décidé à aller dans un bar. Ce n’est pas le type d’endroit que je fréquente. Mais ce soir, un verre de quelque chose d’alcoolisé semblait comme une bonne idée et puis, ce n’est pas comme si je me connais en alcool aussi bien que, par exemple, mon père. Lui, c’était un vrai connaisseur et je me rappelle qu’il voulait me donner toute une éducation sur les vins, les whiskies, les sakés et tout le reste. Mais il n’en a pas eu le temps. Peut-être il en est mieux ainsi, d’ailleurs. Au moins je ne cherche pas trop des choses trop sophistiques à boire comme il l’aurait fait. Une petite carafe de saké pour une personne me suffit largement.

Le plus grand problème, comme j’ai pu m’y attendre, c’était de trouver une partie du bar pas trop peuplé. Mais heureusement il y avait une petite table libre dans le coin tout au fond. Parfait. Normalement, personne ne devrait me déranger là. Du moins ce que j’ai pensé au début, mais quelques minutes après que je me sois installé, quelqu’un d’autre entre dans le bar. Une fille difficile à ignorer vu la couleur de ses cheveux : un roux comme le feu. Mais même si je n’aurais pas regardé dans sa direction, j’aurais remarqué son entré vu la réaction des gens autours. Les hommes, surtout, qui ont commencé à la regarder un peu comme un bout de viande sur une assiette. J’imagine qu’elle l’a remarqué, mais cela ne semble pas la perturber.

Ce qui me surprends un peu, ce qu’elle se dirige vers ma table, mais les premiers mots qu’elle m’adresse expliquent pourquoi elle s’est approchée. Je n’ai pas besoin de regarder autour de moi pour savoir qu’elle a raison. Enfin, presque. Par ci et par là il y a déjà des gens qui essaient de bouger pour faire de la place, probablement en espérant qu’elle viendra vers eux. Pour parler. Boire un verre. Et autre chose ensuite, si elle en a envie.

Quand nos yeux se croisent, j’ai besoin juste d’une seconde pour réaliser qu’en face de moi est une noble. Est-ce quelque chose dans sa voix, dans son regard ou dans son comportement général qui me l’indique ? A vrai dire, je n’en ai aucune idée de ce qui me fait penser qu’elle est noble, mais je crois cette intuition. Et je me comporte adéquatement, comme le gentleman qu’elle veut… comme le fils d’une riche famille japonaise que mon père voulait que je sois.

« Je vous en prie, asseyez-vous. »

Je lui dis gentiment en me levant et indiquant la place libre en face de moi à la table, tout en m’assurant que je regarde dans ses yeux et non pas l’autre vue qu’elle propose. Si j’ai vraiment raison à penser qu’elle est une noble, alors j’imagine qu’elle ne le fait pas exprès… sinon, mon intuition s’est bien plantée.

Je décide quand même de ne pas commenter sur la vue sur sa poitrine que sa position m’a offerte, me contentant juste de m’assurer que mes yeux ne partent pas dans cette direction. Si elle l’a fait exprès, elle comprendra que cela ne fonctionne pas sur moi. Sinon, au moins, elle ne va pas me prendre pour un pervers exploiteur.

En ce qui concerne lui offrir un verre, normalement, j’aurais refusé. Mais bon, première chose, un fils de la famille Yataro doit savoir se comporter correctement avec des femmes, surtout celles du même statut social que lui. Et deuxièmement, vu les regards des gens autour, je pense qu’il sera mieux pour elle de rester avec moi. Ce n’est pas qu’elle a l’air de ne pas savoir se débrouiller en cas d’ennuis, mais j’imagine que même si elle sait se débrouiller, elle préfère ne pas avoir à le faire en premier lieu.

« Que puis-je offrir à une jolie demoiselle comme vous ? »

J’ai l’impression que c’est la première fois depuis des années que mon visage change d’expression quand j’adopte un gentil sourire en posant cette question. C’est probablement le cas, d’ailleurs. Mon expression n’a rien à voir avec mes sentiments réels. Je ne fais que copier l’expression que mon père portait toujours en parlant avec des femmes de haut rang.


Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signat11
##   Dim 19 Juin 2016 - 20:46

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Tout en m'asseyant j'observai le jeune homme, un sourire en coin aux lèvres. Je reconnaissais ces mimiques, cette manière de parler, de se comporter. Il était aussi faux que je l'étais. Un jeu intéressant commençait à se construire dans mon esprit.

Hamilton, fais gaffe. Selon ce que tu fais, je ne suis plus.


Je fis taire la voix dans ma tête et adoptai soudain un visage beaucoup plus... naïf.

" Merci beaucoup! Tu sais... je me sens vraiment observée... "


Je regardai à droite et à gauche, puis me penchai un peu vers le jeune homme en parlant plus bas, comme si je ne voulais pas qu'on nous entende.

" Je crois que certains de ces garçons ne seraient pas très gentils avec moi... Mais bon, peut être que je suis un peu paranoïaque... "


Je me redressai vivement et lui adressai un grand sourire.

" Quoi qu'il en soit, maintenant je suis avec toi! Je m'appelle April. April O'Brian! Et toi, tu es?"

Ok débrouille toi toute seule.


Hamilton était trop connu. Il aurait tout de suite su que j'étais noble. April O'Brian était un des noms Irlandais les plus répandus, et mon apparence pouvait laisser supposer que j'étais justement irlandaise.

" Je prendrais bien un.. Hum... Comment ça s'appelle déjà? Tu sais, on en voit toujours dans les séries américaines! Un cosmo... un cosmo... "

Le serveur qui s'était approché de notre table termina le mot pour moi: "Un cosmopolitan madame?"

" Ouiii! C'est ça! "

J'adressai un grand sourire au jeune homme puis au serveur.

" Un cosmopolitan s'il vous plait! "

Je laissai échapper un rire.

" Ah... Que je suis bête! Et toi, tu bois quoi?"

Je posai mes deux coudes sur la table, ma tête entre mes mains.

" Je voulais m'excuser des mes manières apprêtées de tout à l'heure. Je suis un peu timide tu sais... Mais là ça va beaucoup mieux! "

J'avais envie de tester. De voir où étaient les limites de ce garçon dans sa politesse exagérée. Je ne comptais pas lui mentir longtemps, juste assez pour voir ce que cela faisait de se retrouver en face de quelqu'un comme moi.



Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Dim 19 Juin 2016 - 22:54

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kurei Yataro
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 26
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Les changements de comportement de la jeune fille en face de moi sont aussi surprenants qu’elles sont louches. D’un instant à l’autre, elle est passée d’un comportement digne d’une noble à celui de n’importe quelle fille de la ville ou même d’une ferme. Mais plus que me déstabiliser, cela m’intrigue. Contrairement à elle, je ne change pas de comportement, je ne me relaxe pas. Une fois dans le rôle, je n’en ressort pas si facilement, c’est tout. Et puis de toute façon, quand je parle aux gens, je me tiens toujours plus comme un noble qu’un jeune homme de classe moyenne, je suis toujours plus poli et distant. Je ne sais pas me comporter différemment, d’ailleurs. Je suis soit un noble, soit un enfant des rues, et dans mes propres pensées un mixe des deux. Mais le ‘juste milieu’ ? Je ne le connais pas, à vrai dire. C’est une des raisons pourquoi interagir avec les gens ici est d’habitude plus difficile que d’habitude, d’ailleurs. Ceci dit, interagir avec d’autres humains n’étais jamais mon point fort, alors…

« Effectivement, une jeune fille jolie comme vous devrait faire attention et ne peut jamais être assez prudente. Mais dites-moi, qu’est-ce qu’il vous fait penser que je ne suis pas un de ces hommes ? Qu’est-ce qu’il vous fait penser que vous pouvez me faire confiance, alors que vous n’êtes pas rassuré par certains autres clients qui fréquent cet endroit en ce moment ?»

Ha ! Comme si elle était vraiment si naïve. C’était bien visible quand elle était entrée qu’elle sait se débrouiller. Et en plus, uniquement une idiote n’aurait pas remarqué certains de ces regards, et une idiote elle ne semble pas être. Elle est une trop bonne actrice pour cela. Si je n’avais pas vu son comportement quand elle est rentrée, j’aurais probablement pris son comportement actuel pour son comportement normal, mais pas dans ces conditions.

April O’Brian. Je doute que cela soit son vrai nom. Une noble comme elle devrait avoir un nom que je reconnaitrai. En tout cas, cela serait le cas si je serais entouré par des nobles pour la grande partie de ma vie. Ceci n’est pas le cas, certes, mais je reconnais quand même des noms des familles nobles la plupart du temps. Mais elle ne sait pas cela, tout comme elle semble ne pas savoir que j’ai déjà remarqué de quelle caste sociale elle vient. Mais ceci n’est pas une raison pour que je mente moi-même. Voyons sa réaction quand je dévoile mon nom. A-t-elle entendu de ma famille, même si elle n’est pas du Japon ? A-t-elle entendu de meurtre qui a apparemment eu lieu il y a dix ans auquel personne de la famille n’étais censé survivre ? Il est possible que je le découvre, mais peut-être non. Après tout, elle est une noble, et donc tout comme moi, elle sait cacher ses vrai sentiments, de jouer la comédie. D’ailleurs, je dois corriger mes propres pensées. Son comportement n’est pas celui d’une excellente actrice, mais justement d’une noble parfaite. C’est juste que pour une fois, la noble en question essaie de prétendre de ne pas être une au lieu de prétendre d’être au-dessus de tous les autres.

Mais au fond, je me pose toujours la question : pourquoi ce changement de comportement brusque ? Cela ne fait aucun sens…

« Mon nom est Yataro Kurei. C’est un plaisir de faire votre connaissance, mademoiselle O’Brian. »

J’incline la tête en me présentant en signe de respect, mais je décide d’abandonner la précision sur les caractères utilisés pour écrire mon nom. Bien que la politesse veuille que je dise les kanji nécessaires, elle n’est pas Japonaise, donc il est peu probable qu’elle essaie d’écrire mon nom avec les caractères japonais. Les lettres latines vont devoir faire l’affaire et ce n’est pas dur de deviner l’orthographe dans ce cas.

Quand elle essaye de commander ce qu’elle voudrais, elle hésite un peu, comme si elle ne connaissait pas le nom de ce qu’elle voudrait boire. Heureusement qu’il y avait le serveur qui passait, sinon, ce serait mal parti, vu que j’y connais rien en alcool. Le cocktail qu’elle a commandé ne me dit rien non plus, d’ailleurs, mais ce n’est pas grave. A sa question sur ma boisson, je réponds poliment :

« Il s’agit d’un o-saké, mademoiselle. Ou nichonchou, comme je l’aurais appelé en parlant avec mes confrères japonais. C’est un alcool à base de riz. »

Je réfléchis une seconde avant de poser la carafe bien au milieu de la table et demander au serveur une deuxième tasse pour la boisson. Puis, je regarde à nouveau ‘mademoiselle O’Brian’.

« Si vous en avez envie, ne vous gênez pas et goûtez. »

Une seconde après, j’entends des mots qui expliquent le changement brusque du comportement de la fille en face de moi. Une explication qui fait que je suis content d’avoir continué à me comporter plus comme un noble que je le fais d’habitude. Alors elle dit qu’elle était juste timide ? La bonne blague. La façon dont elle se comportait tout à l’heure n’était pas celle d’une fille quelconque qui était timide. C’était le comportement qu’on doit apprendre, de quelqu’un qui est sûr de soi même. Je le remarque qu’en y réfléchissant un peu, mais je l’ai su instinctivement quand elle s’est approché. Surtout que son comportement n’était pas timide du tout. C’était plutôt le comportement d’un succube qui sait qu’elle est belle et a toute l’intention de l’utiliser.

Elle veut jouer de la comédie, alors ? Je ne vois pas trop pourquoi. Elle a dû remarquer que je suis comme elle, alors pourquoi prétendre que ceci n’est pas le cas ?

Pour la première fois depuis très longtemps, je me sens intrigué par quelqu’un. Je ne comprends pas son comportement ni ses raisons, mais cela m’intrigue. Elle veut jouer, alors ? D’accord. On verra où est-ce que ce jeu nous amènera. En plus, ça me ferait voir combien des leçons en manières de mon enfance son réellement restés dans ma mémoire. Il est temps de redevenir noble à nouveau. Pour une soirée, en tout cas. Mais pas en tant qu’un botchan, vu que je ne suis plus un enfant ou un adolescent.

Cela promet d’être bien intéressant.

« Ne vous en faites pas pour cela, mademoiselle. Vous n’avez aucun besoin de vous excuser auprès de moi. »

Je dis en réponse à ses excuses.


Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signat11
##   Lun 20 Juin 2016 - 14:43

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Le serveur m'apporte mon verre. Je trempe mes lèvres dans ce cocktail rouge fluo.

...

Dégueulasse. Sucré. Trop sucré. Mais c'est le genre de boisson que la jeune fille que je joue aime. C'est donc avec un grand sourire que je m'exclame:

" Un dé-li-ce! "


Je ne réponds pas tout de suite à sa question. Je n'en savais rien. Ce n'était pas en lui que j'avais confiance, mais en moi. Je savais que s'il avait tenté quoi que ce soit j'aurais pu me défendre. Jouer la fille sans défense attire souvent pas mal de gros bras bien plus musclé que ce... YATARO KUREI? Là la surprise s'affiche sur mon visage. Pour ne pas qu'il comprenne que je sais qui il est, je dis d'un ton épaté:

" Yataro?? Il n'y a pas ce supeeeer bel acteur japonais dans ta famille? "

Petit rire niais glissé avant la suite de ma phrase.

" Vu ton physique... ça pourrait être ton frère même! "

Arg... Que je me dégoûte... Mais je n'en reviens pas. Yataro Kurei. Le survivant. Si j'étais un peu superstitieuse, je suis à peu près sûre qu'il me ferait un peu peur. Néanmoins, heureusement pour moi je ne le suis pas!

Le "survivant", après m'avoir dit ce qu'il boit, pose la carafe entre nous. Je fais exprès de rire au nom qu'il emploie pour sa boisson.

" Nichonchon? C'est rigolo comme nom! Mmh.. Oui je vais goûter tiens!"


Je me sers le fond de ma tasse et en avale une gorgée. L'amertume se sent immédiatement. J'aime énormément cela. Mais encore une fois, mon personnage doit aimer les boissons sucrées. C'est donc une mine dégoûtée que j'affiche.

" Qu'est-ce que c'est amer! ce n'est vraiment pas bon! "


Comme pour faire passer le goût, j'avale une bonne gorgée de mon cosmopolitan. Ah c'est plus fort que ce que je pensais. En même temps de la vodka et du grand marnier mélangés à des jus plus sucrés les uns que les autres, ça aide à faire monter l'alcool. Cependant, je tiens bien et mets du temps à finir pompette ou saoule, il ne faut juste pas que j'en boive trop.

J'écoute le jeune homme parler. Ah, qu'est-ce qu'il est pompeux! On ne s'en rend pas compte quand on le fait, mais c'est insupportable. D'accord, le rôle d'April n'est pas super au niveau des goûts gustatifs, en revanche elle est tellement libre! Mais ce n'est pas le moment de se relâcher, Kurei attend une réponse.

" Si je sais que je peux m'assoir là sans rien craindre..."


Qu'est-ce que dirait ce genre de fille?
...c'est parce qu'au premier regard j'ai senti quelque chose entre nous.
Non. Non. ET NON.
...c'est parce que je l'ai su, tout simplement.
Toujours pas. Tant pis. Partons dans un autre registre.

Un regard hésitant, les joues légèrement roses mais d'une manière mignonne, les mains fébriles faisant tourner la tasse vide devant moi, je finis ma phrase d'une voix douce un peu timide.

" ...c'est tout simplement parce que tu n'as pas regardé ma poitrine une seule fois depuis que je suis là. "


Oui! là ça fait bien fille perdue qui ne sait plus comment faire pour ne pas être transformée en objet par les hommes! Je relève lentement mon regard et plante mes yeux dans ceux de Kurei. Je me demande s'il devine que je joue. Mais même s'il devine, cela m'amuse trop, et lui aussi joue. D'ailleurs, s'il joue bien, son regard restera droit sur mon visage, alors que n'importe qui, fille ou garçon, attiré ou non, en entendant le mot "poitrine" regarderait instinctivement la mienne. C'est humain. C'est comme dire à quelqu'un qui a le vertige et qui est en haut d'une montagne, "Ne regarde pas en bas". Vous pouvez être sûr qu'il regardera. Alors j'arrête de me demander, et continue de jouer.

" Enfin! parle moi de toi. Raconte moi ta vie, tes passions, ton histoire! "

En fait, être noble, c'est savoir recopier à la perfection une attitude. Juste derrière Kurei, une fille fait exactement la même chose que moi. Simplement, elle c'est naturel. Je la vois poser une question, puis glisser sa main sur le bras posé sur la table du jeune homme en face d'elle. Avec un sourire un peu idiot, je fais la même chose, répétant les mêmes mots qu'elle.

" Je veux tout savoir de toi! "


Puis retire ma main, reposant une nouvelle fois ma tête entre mes mains. Arg. Le contact comme ça je n'aime pas trop. Et à mon avis, lui non plus.



Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Lun 20 Juin 2016 - 17:40

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kurei Yataro
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 26
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Quand elle entend mon nom, je vois la surprise sur son visage. Ah, alors elle reconnait mon nom de famille ? Certes, elle tâche de cacher sa surprise sous le prétexte de connaitre un acteur du même nom, mais je doute que ce soit ça la vraie raison. Mais j’accepte sa réplique. Ce n’est pas comme si je pouvais faire autre chose.

« Ah, vous devez parler de Kurokawa Yataro. Non, il n’est pas de ma famille, mais je vois pourquoi vous le croiriez. Dans son cas, cependant, Yataro est son prénom, pas le nom de sa famille. »

Je lui explique gentiment, toujours avec un petit sourire aux lèvres. Qu’est-ce que ça fait drôle de sourire, même si ce n’est pas une expression vraie. Et les surprises continuent quand, perdu dans mon propre ‘rôle’ d’un noble, je laisse échapper un petit rire amusé à sa réaction quand elle goûte le saké.

« Oui, c’est vrai qu’il a un goût assez spécifique qui ne plais pas à tout le monde, n’est-ce pas ? »

Si elle se comportait comme la noble qu’elle est, si elle ne jouerait pas, elle aurait dit quoi ? Elle aurait réagi comment ? Je me pose ces questions presque à chacune de ces réponses, me demandant combien de ce qu’elle dit est vrai, est combien est inventé pour continuer ce petit jeu qu’elle a commencé. Je me demande toujours pourquoi elle l’a fait, d’ailleurs…

"Si je sais que je peux m'assoir là sans rien craindre, c'est tout simplement parce que tu n'as pas regardé ma poitrine une seule fois depuis que je suis là."

Elle me regarde droit dans les yeux en disant cela et je dois avouer que cela prend tout ma volonté de garder mes yeux sur son visage et ne pas les faire descendre. Mais j’y arrive. A peine, mais j’y arrive, et je n’ai même pas à réfléchir sur une réplique adéquat à un commentaire comme celui-ci.

« Avec une fille aussi jolie que vous, il n’y a pas besoin de regarder ailleurs que votre visage souriant, voyons. Alors pourquoi regarderais-je plus bas que ça ? »

Ouais, c’est clair, je n’ai pas réfléchit du tout. Certes, c’est une bonne réplique à ce qu’elle dit, mais je ne peux vraiment pas croire que je viens de le dire. Même si c’est avec un air poli, même si je me comporte comme un jeune noble comme mon père… je flirte, bordel ! Je flirte avec une inconnue ! Je n’en crois pas moi-même. Et la cerise sur le gâteau est qu’elle joue le jeu. Bavo, Kurei. Vraiment, bravo. Et comment tu penses t’en sortir après, bordel de merde ?

Bon, trop tard. Les dés sont lancés. Maintenant, il ne reste que continuer le jeu ou abandonner. Ce qui veut dire que je ne peux que continuer, en fait. Je la laisse caresser mon bras, sans reculer jusqu’à ce qu’elle le retire elle-même. Ouf. J’espère qu’elle ne tentera pas ce genre de coup tout le temps. Déjà, je ne suis pas à l’aise quand on me touche tout court, alors ne parlons même pas d’un  toucher comme celui-là.

Un autre problème se présente de suite quand ‘Mademoiselle O’Brian’ me demande que je lui parle de moi. Oh non. Pas question. Le passé est dans le passé. Je ne veux pas y repenser et encore moins d’en parler. Ceci dit, logiquement, je ne peux pas le dire comme ça. Certes, ma réaction ne serait pas beaucoup plus différente que ça si je la connaissais, mais il faut tout de même trouver une meilleure façon de le dire.

« Je vais devoir vous décevoir, mais mon histoire n’est pas très intéressante et je ne pense pas qu’elle serait un sujet adéquat pour une si belle soirée avec une fille comme vous. Je ne voudrais pas vous ennuyer avec cela. »

Oui, cela devrait aller. Tant qu’elle n’insiste pas. Et qu’elle continue à jouer ou non, je ne pense pas qu’elle continuerait sur cette voie-là. Si j’ai remarqué une chose ici à Terrae, c’est que les gens qui te rencontrent souvent ne veulent pas parler de leur passé. Et cela me va. Après tout, je veux laisser mon passé derrière moi, moi aussi. Ce concernant, il est fort probable qu’il en est de même pour elle. Et donc, j’imagine qu’elle n’insistera pas. Du moins je l’espère bien. Sinon, bah, je vais devoir improviser.

Bien évidemment, une autre tactique serait de détourner directement le sujet. Voyons… De quoi parler… Je ne peux pas la demander de parler d’elle-même, évidemment, cela serait mal poli vu que je ne voulais pas parler de moi. Alors quoi d’autre. Hmmm… Ah, voilà ce qui marchera bien.

« Mais je me trouve intrigué par vous aussi, je dois avouer. Vous n’êtes pas Japonaise, cela se voit. Vous n’êtes pas non plus de quelque part d’autre en Asie. Ce qui me pousse à essayer de deviner d’où vous venez. Seriez-vous en humeur de me parler un peu de votre pays d’origine ? »


Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signat11
##   Lun 20 Juin 2016 - 18:15

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Oula. Il a une culture générale qui dépasse mes connaissances. Je le suis quand même.

" Ah mais oui! Dommage, il y avait comme un air de ressemblance... " je réponds avec une mine dépitée.


Un sourire sincère illumine mon visage quand il laisse échapper un rire. Je souris car je sais qu'un noble rieur, c'est rare. Si j'ai personnellement toujours laissé ce genre d'émotions se montrer, ce n'est pas le cas de tout le monde!

« Avec une fille aussi jolie que vous, il n’y a pas besoin de regarder ailleurs que votre visage souriant, voyons. Alors pourquoi regarderais-je plus bas que ça ? »

Alors là! Vu son regard auparavant, je peux vous assurer qu'il est bon menteur. Si ses yeux sont restés rivés dans les miens, j'y ai tout même lu la tentation. Je me retiens de sortir de mon rôle, les seules répliques me venant là étant celles d'une noble. "Parce qu'elle est là pour vos beaux yeux monsieur..." aurait typiquement été une phrase que j'aurais sorti dans le but de mettre le monsieur en question dans mon lit. Je choisis donc la solution la plus simple: un petit rire de gamine accompagné du geste typique des mains dont on se sert comme éventail.

" Ooooh! arrête tu me gênes! "

Arg. Cette April, si elle n'était pas si amusante à jouer, me donnerait la nausée. Mais, en plus de vomir donc, je retiens un rire amusé. Kurei se retrouve à flirter avec moi. Il est lancé, et ne peut plus reculer. En tant que noble, les coups d'un soir, il n'est pas censé connaitre. N'étant pas marié, il est même censé ne rien savoir à propos du sexe. Ce dont je doute fort.

Le jeune noble évite adroitement la question de son passé. Je ne peux pas lui enlever ça, il a bien retenu les codes: ne pas ennuyer les jeunes demoiselles naïves et idiotes avec les histoires des grands. Il contourne donc le sujet et me lance sur mon pays d'origine.

Mon pays d'origine. Je suis April, pas Hamilton. C'est donc l'Irlande. Dont je ne connais que la Saint Patrick et la Guiness. A mon tour de devoir éviter le sujet.

" Aha nooon! ça vous ennuierait! que des histoires de famille, d'alcool, et de petits copains peu aimables. La vie d'à peu près plein de gens en fait! "

Je ris puis attrape mon verre pour en boire une gorgée. Combien de temps allons nous pouvoir nous renvoyer la balle ainsi? Aaah... Je n'ai pas envie d'abandonner le costume d'April, il est si confortable.

Oui mais il va le falloir à un moment Hamilton...

Je sais, je sais. Mais pas maintenant. Au lieu de lui dire la vérité, je passe un doigt dans une de mes boucles et joue avec, l'enroulant et la déroulant.

" Mais dis moi... Que vient faire un jeune homme aussi beau que toi dans un bar, tout seul?"


Petit sourire charmeur.

" Je veux dire... Les garçons me regardent.... mais les filles te regardent aussi!"


Et pour une fois je ne mens pas. En plus des regards insistants des hommes, il y a pas mal de femmes qui passent en me jetant un regard noir ou d'autres qui observent Kurei de loin, à la limite de baver. Je ris.

" Mais ce soir elles ne t'auront pas. C'est avec moi que tu passes la soirée!"

Cette dernière phrase est de trop. Il ne va plus suivre. Il va soit cesser de se comporter en parfait noble, soit me demander clairement ce que je veux. Mais quoi qu'il en soit, je crois qu'il va me falloir redevenir Adélaïde Hamilton.

Eh bien enfin... Parce que la petite garce d'April, personnellement, elle m'énerve!



Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Lun 20 Juin 2016 - 19:51

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kurei Yataro
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 26
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Tout comme il se faut, mon sourire gentil devient un peu plus doux quand ‘Mademoiselle O’Briant’ me dit que ma flatterie la gêne. Quand est-ce que c’était la dernière fois que j’ai souri autant ? Enfin, cela n’a pas d’importance. Après tout, mon sourire est aussi faux que celui de mon père ne l’a jamais été. Et il en de même à chaque fois que je ris. Rien n’est réel et quand je sortirais de ce bar, de ce rôle d’un jeune homme noble que j’aurais pu être mais que je ne suis pas, mon visage serait à nouveau neutre et inexpressif.

C’est impressionnant jusqu’où on peut aller juste pour jouer un rôle…

« Pourquoi cela vous gêne ? Ce que je dis n’est que la vérité. »

Bon, j’avoue, ceci n’est pas un mensonge. Elle n’a peut-être pas une beauté d’une femme Japonaise, mais elle est tout de même belle, je ne peux pas le nier. Et si je tenterais, il y a au moins vingt autres hommes dans le coin qui contesteraient cet avis.

Ma question sur son pays d’origine, une question qui m’intéresse réellement, trouve la même réponse que sa question sur mon passé auparavant. Je n’insiste pas. Cela n’aurait pas d’intérêt. Et ce serait hypocrite, vu qu’elle utilise la même excuse pour s’échapper au sujet que moi avant elle.

Là où ça devient… intéressant, tout de même, c’est quand elle se relance dans le flirte. Elle me demande ce que je fais ici. Une bonne question, d’ailleurs, parce que je ne suis pas trop sûr moi-même. J’évite les lieux si peuplés normalement. A vrai dire, j’avais juste envie de boire un coup. Bien évidemment, j’ai aussi remarqué certains regards qui m’étaient jetés, mais aucune de ces femmes n’avait le temps de s’approcher, vu que ‘Mademoiselle O’Brian’ n’est venue que quelques minutes après moi.

Je suis sur le point de lui répondre quand elle ajoute une phrase de plus. Une phrase qui, je l’admets, aurait assuré que même mon père, un noble bien plus que je ne vais jamais l’être, ne pouvais plus suivre. Mais… je ne suis pas vraiment noble et je n’ai pas vécu une telle vie. J’ai connu la noblesse et j’ai connu la misère en vivant dans les rues. C’est arrivé bien plus d’une fois que j’ai vu des couples ivres (ou pire) en train de flirter et de s’inviter pour une ‘soirée à ne jamais oublier’ en train de sortir des bars comme celui-ci. Et que j’ai entendu ce qu’ils disent quand j’ai passé à côté pour ‘m’emprunter’ un des portefeuilles (ou les deux) pour les billets qu’il y avait à l’intérieur. Parce que j’ai vite appris que les gens ivres sont les cibles les plus faciles et j’ai dû survivre d’une façon ou d’une autre.

Maintenant, la seule chose que j’avais à faire était de me souvenir de ces choses que j’ai entendu et de les changer légèrement – les répéter dans un langage digne d’un noble. Ce n’était pas très difficile.

« C’est comme vous dites. D’autant plus que je pense qu’il me serait difficile de trouver une compagnie plus charmante que vous. Mais de ce fait, je ne suis pas seul, n’est-ce pas ? Alors la vraie question n’est pas ‘ce que je fais ici seul’, mais plutôt, ‘comment ai-je su que je rencontrerai une fille aussi aimable et belle que vous si je viens ici ce soir’ ? Malheuresement, la réponse est plutôt banale. Je l’avoue, je ne le savais pas. Mais cela fait cette rencontre d’autant plus intéressante, vous ne trouvez pas ? »


Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signat11
##   Lun 20 Juin 2016 - 21:27

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Là ça devient compliqué. Dans mes souvenirs, je n'ai jamais entendu une fille comme celle que je joue recevoir ce type de compliments, et je commence à être à court de réponse. Pour faire bonne figure, je m'apprête à boire une autre gorgée de mon cosmopolitan mais il est vide. Je rappelle donc le serveur et en commande un suivant. A Kurei je précise.

" Les prochains sont pour moi! ne t'inquiète pas! "


Je lui adresse un grand sourire et enchaîne.

" Mais pour être honnête, je n'ai aucune idée de ce que je pourrais te répondre! "

Mon visage change légèrement, je me redresse, le dos droit, les avants bras posés sur la table. Je suis à nouveau dans l'esprit d'une noble. Je suis à nouveau Adélaïde Hamilton.

Welcome home Hamilton...


Mon verre arrive. J'en bois une gorgée et reprends la parole, d'une voix posée, à la limite de la sensualité. Ton que j'ai toujours naturellement, c'est comme cela que l'on m'a appris à m'exprimer.

" Vous savez... On finirait presque à s'habituer à ce cocktail. Presque. "

Je lui souris calmement. Après quelques secondes de flottement, je reprends complètement ma place.

" Je m'appelle Hamilton. Je viens d’Écosse, qui est, pour répondre à votre question précédente, le plus beau pays au monde. Pluvieux, mais magnifique. "

Et me revoici moi. Adélaïde Hamilton. C'était pourtant reposant de s'en échapper un peu, de changer de peau. Peut être qu'un jour je ferai ça. Je partirai, je changerai de vie, de comportements. Les gens ne se souviendront plus de la petite Hamilton fille d'une prostituée française. Ils penseront qu'elle est morte en même temps que son père. Peut être même inventeront-ils une sombre histoire d'assassinat familial où le père tue son enfant pour ensuite se suicider. Un infanticide. La nouvelle légende des Highlands. Enfin bon, ce n'est pas pour tout de suite.

" Merci d'avoir suivi dans le jeu. Ce fut en effet une rencontre intéressante, monsieur Yataro. "

J'appuie bien sur son nom de famille. Je ne sais pas exactement pourquoi. Ainsi, s'il ne l'avait pas compris avant, il saura maintenant que je suis au courant d'une partie de son histoire. J'ajoute, cette fois-ci mon vraie sourire charmeur, plus discret que le précédent, aux lèvres, d'une voix basse, presque un murmure un peu moqueur.

" Et je sais que je suis belle, vous n'auriez pu ici trouver compagnie plus charmante. Merci du compliment. Simplement, sachez que je ne dis pas cela par pur narcissisme, même si je suis narcissique. Regardez autour de vous... Toutes ces filles pourraient être mignonnes, mais elles sont soules, droguées pour certaines. Elle, dis-je en montrant du menton une fille bien trop mince assise près de nous, souffre d'anorexie. Celle-ci, j'en désigne une autre, a pleuré toute la soirée car celui qu'elle croyait amoureux d'elle vient de la larguer et est parti vers une autre car elle ne voulait pas coucher avec lui. Ces filles, Kurei, n'ont aucun respect pour leur corps, pour elle-même. Et c'est pour cela qu'elles seraient prêtes à n'importe quoi pour se mettre en valeur, elles ont besoin que quelqu'un leur dise qu'elles sont belles alors elles font en sorte qu'on le leur dise. Je n'ai personnellement pas ce genre de besoin. Je suis sûre de ma beauté et cela se ressent. C'est ce qui fait que je suis belle finalement. Malgré ça, comme elles, je peux parfois coucher avec quelqu'un sans amour, mais contrairement à elles, pas avec n'importe qui, et pas parce que je pense ne rien valoir. Je le fais car j'en ai envie. "

Je m'arrête, l'observant. Le but de mon discours était double: le décontenancer, les nobles ne parlent habituellement pas de sexe, c'est évident, mais aussi continuer de voir si face à la vraie moi, il joue encore le jeu, voir ce dont il a envie. Je me fiche de l'issue de la soirée, ce que je souhaite, c'est m'amuser.



Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Mar 21 Juin 2016 - 16:07

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kurei Yataro
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 26
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

‘Mademoiselle O’Brian’ ne réponds pas un instant. Elle prend encore une gorgé de son cocktail, ou du moins elle le veut, mais son verre est vide. Quand elle commande le suivant, c’est avec une assurance vers moi qu’elle le paierait elle-même. Son expression, son comportement, sa voix, tout change subitement petit à petit. Au moment où elle m’avoue ne pas savoir quoi me répondre, je réalise que son jeu est terminé, que je suis sur le point de voir qui elle est vraiment. Je suis sur le point de voir la noble que j’ai su qu’elle était.

« Croyez-moi, si vous auriez trouvé une réponse, ce serait moi qui ne saurais plus vous suivre. Si j’ai réussi à m’en sortir avec ces dernières paroles, c’est uniquement parce que je n’ai pas vécu la vie parfaite d’un noble. Mais j’imagine que vous en savez assez pour imaginer le reste et pour pouvoir se passer des détails. »

Je lui dis aimablement avant de vider ma petite tasse de saké et de la remplir à l’aide de la carafe. Tiens, je vais devoir recommander une autre bientôt, moi aussi. Ou peut-être pas. On verra bien comment je me sentirais une fois la carafe terminée.

Elle est donc Ecossaise. Malheureusement, je ne connais rien de ce pays. J’en ai pas beaucoup entendu parler non plus, et même si mes parents ou un de leurs invités en parlaient à un moment ou un autre quand j’aurais pu y assister, je ne m’en souviens pas. Elle n’en dit pas beaucoup niveau explication ou description non plus, mais de ce qu’elle dit, il est bien clair qu’elle aime son pays.

Et elle trouve notre rencontre intéressante ? Voilà un avis qu’on partage.

« Je suis d’accords avec vous, cette rencontre fut certainement très intéressante. D’autant plus qu’il m’est permis de savoir qui vous êtes vraiment, mademoiselle Hamilton. Je vous avoue que sur le moment, je n’étais pas sur si vous me révélerez votre vrai nom. Mais j’ai bien peur que la fin de notre jeu va vous décevoir, puisque mon comportement habituel n’est pas si loin de ce que vous avez pu voir et entendre jusque-là. Il est même probable que vous me trouverez plus agréable à interagir avec quand je prétends être un vrai, parfait noble que quand je ne le fais pas. C’est une des raisons pour lesquelles je suis ici seul, pour répondre à votre question d’auparavant. »

J’imagine qu’elle l’a déjà remarqué par elle-même, d’ailleurs, vu que mes muscles facials ne se sentent plus tendu d’une façon à laquelle je ne suis plus du tout habitué. Le sourire d’avant n’est qu’un souvenir maintenant et mon visage est à nouveau complètement neutre. J’ai même entendu des gens dire des fois que je semble même blasé. D’autres pensent que je suis apathique. Mais bon, voilà. C’est comme ça que je suis et à part jouer un rôle que je ne pourrais pas tenir longtemps de toute manière, il n’y a pas grand-chose que je puisse y faire.

Mais mademoiselle Hamilton, il se trouve, n’est pas une noble parfaite non plus, vu le sujet qu’elle aborde ensuite. Pas explicitement, non (enfin, pas au début), mais la façon dont elle parle de sa propre beauté et surtout des autres filles qui nous entourent. Sur le moment, je ne sais pas trop comment réagir ni quoi lui dire. Alors je finis par répondre en me focalisant sur la première raison possible qu’elle dise ces mots aussi improbables dans la bouche d’une jeune noble, même si son langage est impeccable. Certes, je ne crois pas que cette raison est la vraie raison pour qu’elle me dise ce qu’elle dit. Je ne pense pas qu’elle croit que je n’ai pas remarqué qu’elle n’a pas besoin d’entendre la vérité, mais je ne vois vraiment pas comment lui répondre autrement.

C’est ironique quand j’y pense. Je viens de lui dire qu’elle me trouvera probablement plus agréable à interagir avec en tant qu’un noble parfait comme dans notre petit jeu, mais ce n’est pas si différent pour moi non plus. Au moins, il m’était plus facile de savoir quoi lui répondre quand elle était ‘mademoiselle O’Brian’. Mais même dans ces conditions, mon visage reste complétement neutre. Inexpressif. Mouais, je suis vraiment moi-même de nouveau, Kurei Yataro, le mix étrange entre un noble et un enfant de rue qui refuse de montrer au monde ce qu’il ressent.

« Certes, les règles du comportement d’un jeune homme noble envers une femme disent que qu’elle soit réellement belle ou non, il faut lui dire qu’elle est magnifique. Que ce soit une mademoiselle comme vous, qui n’a pas besoin d’entendre ce genre de commentaires, ou une mademoiselle comme celles qui nous entourent, un jeune homme noble doit les complimenter. Cependant, mademoiselle Hamilton, le simple mot ‘compliment’ implique que le commentaire en question peut être vrai ou juste un mensonge pour garder les apparences. J’avoue, il est vrai que j’ai dit ces commentaires partiellement à cause de notre petit jeu. Mais je tiens à préciser que je ne vous ai pas menti, et donc même si je sais que vous n’avez pas besoin de l’entendre, je le dirais : je ne vous ai pas complimenté, mademoiselle Hamilton. Je n’ai que constaté un fait. Sans arrière-pensées primitives que peuvent avoir les autres hommes qui nous entourent. »

Je me demande qu’est-ce qu’elle fera de cette réponse. Comment va-t-elle réagir ? Si je la lis bien, elle ne partira pas de suite. Elle vient de le dire elle-même, elle n’est pas comme la plus part des jeunes filles dans ce bar, et pas uniquement parce qu’elle connait sa valeur et se respecte elle-même. Et pas non plus uniquement parce qu’elle est noble. Elle est différente pour d’autres raisons aussi. Raisons que je ne connais pas, à vrai dire. Mais je me trouve intriguée par elle, par ces différences visibles et invisibles entre elle et les autres filles du coin. Elle m’intrigue vraiment. Et ça, ce n’est pas souvent que ça arrive.

« Ayant remis cela au clair, il y a une question que je voudrais vous poser. Pourquoi ce petit jeu de toute à l’heure ? »


Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signat11
##   Sam 25 Juin 2016 - 12:01

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Je prends le temps de réfléchir à tout ce que Kurei me dit. A vrai dire, je ne suis pas certaine de vouloir répondre à sa question tout de suite. Un sourire taquin aux lèvres, je prends la parole.

" Mais si, Kurei, notre rencontre reste intéressante. Nous sommes des acteurs, vous et moi. C'est cela, être noble. Et si nous jouons bien, nous découvrons à chaque phrase une personne différente, sans jamais découvrir la vraie personne. Peut être même ne savons nous pas nous mêmes qui nous sommes... "

C'est rare mais je réfléchis en même temps que je parle ce soir, tandis qu'habituellement j'étudie toutes les possibilités avant d'ouvrir la bouche. Cela a pour conséquence de faire trainer ma réponse en longueur.

" Enfin... Ni l'un ni l'autre n'est juste un "parfait noble". Nous avons chacun vécu quelque chose de différent de cela, j'en suis sûre. Simplement, il est difficile d'abandonner le costume que nous endossons chaque jour, n'est-ce pas? "

Je bois une gorgée de mon verre puis en observe le contenu un moment. Mon regard se fait moins vif, un peu plus vague l'espace de quelques secondes.

" Cela est libérateur, vous savez... Parler sans se soucier des autres, dire ce que l'on pense, faire des écarts... Ne pas être soi-même, ne serait-ce que pour quelques minutes, cela fait du bien, tellement de bien... "

Je relève les yeux, à nouveaux animés, et les plonge dans ceux de Kurei.

" N'avez-vous jamais rêvé de changer du jour au lendemain? De démarrer une nouvelle vie où l'ancien vous ne serait plus rien, pas même un souvenir? N'avez-vous jamais eu envie de simplement, lorsqu'une personne vous intéresse, aller la voir et lui offrir un verre au lieu de réfléchir à la meilleure manière de la manipuler? Ne souhaitez-vous jamais ne plus trouver les relations humaines insignifiantes, en voir enfin le but, l'intérêt? "

Je m'arrête quelques secondes et laisse échapper un soupir.

" Parfois, je me dis que c'est trop. Pourquoi jouons-nous comme nous le faisons? Pourquoi sommes-nous incapables de simplement se faire des amis, comme les autres? Pourquoi sommes-nous si... anormaux? Je nous sens à la marge, et de temps en temps, cela me pèse. La plupart du temps, cela m'amuse, mais de temps en temps, cela me pèse. "

J'ai la sensation d'avoir déballé ma vie, d'être allée trop loin dans mes "confessions". Je n'ajoute plus rien et finit mon verre d'une traite, peut être que si je suis saoule j'oublierai que je viens de vider mon cœur à un inconnu.



Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Lun 27 Juin 2016 - 19:35

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kurei Yataro
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 26
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Etre noble, c’est comme être acteur. Hum. Elle n’a pas si tort que ça. En fait, elle n’a pas tort du tout, elle a tout à fait raison. Notre jeu de toute à l’heure le prouve parfaitement. Je n’ai jamais vu cela d’un tel angle, mais cela a du sens. Seulement, si mon comportement habituel est vraiment un ‘costume’, comme elle le dit, alors je dirai qu’un vrai moi n’existe même pas. Parce que bien que je me comporte comme je le fais parce qu’on me l’a appris il y a des années, je ne réfléchis plus pour le faire. Quand j’essaye de pousser mon acte à fond comme toute à l’heure, je suis obligé de réfléchir rapidement pour ne pas dire quelque chose qu’un noble n’aurait jamais dit. Mais quand je suis ‘moi-même’, cela n’est pas le cas. Alors pour moi, cela n’est pas un costume. Certes, c’est un masque, puisqu’il cache mes sentiments et mes pensées, mais en même temps, c’est un masque qui est déjà devenu mon vrai visage.

Je ne dis toujours rien quand elle continue à parler, ses yeux retrouvant les miens quand elle commence à me poser toute une rafale des questions. Je ne lui réponds pas de suite, préférant la laisser finir de dire tout ce qu’elle voudrait me dire (si je suis bon en quelque chose concernant l’interaction humaine, c’est écouter les autres, cela est sûr), mais je me retrouve intéressé par des réponses que je pourrais lui donner.

Est-ce que j’ai jamais pensé de changer ? D’avoir une toute nouvelle vie et oublier l’ancienne, comme si je ne l’avais jamais eu ? Pour être honnête… oui et non. Quand je suis arrivé sur Terrae, j’ai considéré que ceci sera le début d’une nouvelle vie pour moi, certes. Mais je n’ai jamais voulu oublier mon passé. Je n’y repense pas avec une grande joie non plus, évidemment, j’essaye même ne pas y penser du tout, mais cela ne veut pas autant dire que je veux oublier. Je repousse les souvenir à chaque tour parce qu’elles me font de la peine, mais je suis certain que ça serait encore plus douloureux d’oublier. Alors non, je ne veux pas devenir quelqu’un d’autre, je ne veux pas que mon ancienne vie, aussi douloureuse qu’elle soit par moment, disparaisse dans l’oubli.

Est-ce que cela m’est arrivé de tout simplement aller voir une personne qui m’intéresse au lieu de réfléchir à comment la manipuler ? Eh bien, encore une fois, oui et non à la fois. Je ne pense pas que j’ai voulu manipuler quelqu’un le moment où je l’ai vu même une seule fois. Je ne vois pas l’intérêt de quelque chose comme ça. Cela ne veut pas dire que je n’ai jamais manipulé quelqu’un, si, c’est arrivé, mais ce n’était jamais ma première pensée en le voyant. Ceci dit, ce n’est pas comme si ça arrive souvent que quelqu’un m’intéresse non plus. En fait, mademoiselle Hamilton est bien la première personne depuis des années qui a capté mon intérêt, mais même dans son cas, ce n’étais pas la seconde que je l’ai vu. Et puis, ce n’est pas moi qui suis venu la voir pour lui offrir un verre, c’est elle qui est venue me voir en premier, donc je ne pense pas que cela compte vraiment.

Est-ce que je voudrais voir de l’intérêt dans les relations humaines ? Je dois avouer que ça, c’est une question difficile. D’un côté, c’est comme elle dit, les relations entre les gens n’ont pas trop d’intérêt à mes yeux, et c’est une des raisons pour lesquels j’évite les gens. Mais est-ce que j’ai voulu, même pour un instant bref, comprendre ce que les autres y voient ? Je pense que non, ou j’aurais déjà essayé de trouver la réponse au lieu de rester reclus, mais en même temps…

Je pense que cette question mérite un peu plus de réflexion quand je serais seul à nouveau, à vraie dire.

En face de moi, mademoiselle Hamilton finit son cocktail après avoir fini de parler. Elle avait bien raison, chez un noble, on découvre à chaque phrase une personne différente. La personne que je viens de voir à l’instant est complètement différente de celle que j’ai vu il y a cinq minutes. Est-ce le vrai visage de mademoiselle Hamilton ? Ça, je n’ai aucun moyen de le savoir, mais quoi qu’il en soit, je prends ses paroles au sérieux.

« Sommes-nous vraiment anormaux à vôtres yeux ? Certes, on est différents, mais est-ce que ‘différent’ équivaut ‘anormal’, mademoiselle Hamilton ? »

Je lui pose la question calmement, non pas parce que je juge ses mots, mais parce que maintenant c’est moi qui veux la faire réfléchir. Est-ce pour lui remonter la morale pour qu’elle se sente mieux ? Ou pour une raison complétement différente de cela ? Même moi je ne sais pas vraiment le dire. Tout ce que je sais, c’est que je n’essaye pas de juger mademoiselle Hamilton. Que ses mots soient ce qu’elle pense vraiment ou non, j’y réponds sérieusement, calmement, mais sans jugement derrière.

« Regardez autour de vous, mademoiselle Hamilton. Que voyez-vous ? Personnellement, je vois une foule des idiots et pire avec un déguisement humain, avec uniquement quelques-uns qui sont vraiment des êtres humains décents. Je vois une foule dans laquelle il y a des gens bien différent les uns des autres. Par exemple, la jeune fille que vous m’avez montré tout à l’heure, je montre vaguement dans la direction de la fine demoiselle anorexique, est bien visiblement malade. Cela la rends différente des toutes les autres demoiselles autour de nous. Mais est-ce que cela la rends anormale ? Non. Ou ce jeune homme là-bas, je désigne un monsieur assis à côté de l’entré dont la table était remplie de bouteilles vides, qui est visiblement venu ici pour se noyer dans de l’alcool pour une raison ou une autre. Il est différents des autres jeunes hommes ici parce qu’il n’essaye pas de s’approcher des filles, mais est-ce qu’il est anormal à cause de ça ? Non plus, pas vrai ? Si vous regardez les gens autour de nous, mademoiselle Hamilton, vous trouverez qu’ils sont tous différents pour une raison ou une autre. Mais aucun d’eux n’est anormal. Et vous ne l’êtes pas non plus. Ni vous, ni moi. »

Je fini le saké dans ma tasse et commande une deuxième carafe avec un signe de la main avant de continuer.

« Certes, mademoiselle Hamilton, notre comportement en tant que nobles est peut-être une des raisons pour laquelle les gens autour de nous nous évitent ou se sentent mal à l’aise. Mais est-ce que cela signifie que ça doit être nous qui changeons notre comportement ? Non. Ce n’est pas qu’à nous. Ce sont les autres aussi. Parce qu’aucune amitié ne peut exister sans compréhension et acceptation, vous ne trouvez pas ? Il y a peut-être très peu des gens qui peuvent comprendre ou au moins accepter pourquoi nous nous comportons comme nous le faisons, mais ils existent. C’est peut-être plus difficile de les trouver, mais une fois trouvés, les amitiés qui s’en suivent sont des vraies. Alors certes, les autres se font des ‘amis’ plus facilement que vous ou moi. Mais pensez-vous vraiment que toutes ces amitiés sont pour de vrai, sans aucune arrière-pensée questionnable ? Personnellement, je le doute. »

Je prends une nouvelle gorgée de mon saké après avoir remplie ma tasse. Mon avis à ce sujet est peut-être assez pessimiste (il l’est même certainement), mais je suis aussi certain qu’il est vrai. Aussi triste que cela ne peut paraître.


Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signat11
##   Lun 4 Juil 2016 - 18:33

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

J'observe longuement Kurei. J'apprécie qu'il m'ait laissé aller jusqu'au bout de mon idée sans m'interrompre et le laisse donc faire de même. Il faut avouer que si je suis parvenue à le plonger dans une profonde réflexion, il en est de même de sa part. Ainsi nous ne serions pas anormaux? Simplement différents? Je ne réponds pas et commande un verre. Un scotch sec cette fois-ci, le sucre fait trop vite monter l'alcool et je sens ma tête commencer à tourner. Enfin, ce n'est pas du whisky qui va aider...

Kurei me fait regarder plus attentivement les gens autour de nous. Il me les montre différents eux aussi apparemment. Mais à mes yeux ils se ressemblent tous. Je ne parviens jamais à ne pas trouver qu'ils sont tous les mêmes au fond d'eux. Je soupire. Le jeune homme se commande une seconde carafe. Je souris légèrement. Peut être ne vais pas être la seule à trop boire ce soir.

Il continue dans sa lancée. Quelqu'un qui comprenne? Une pensée idiote me traverse l'esprit: Kurei est la première personne que je rencontre et qui, à mon regard, soit en position de me comprendre. Il doit savoir ce que je ressens, il vit la même chose que moi chaque jour. Cet éloignement respectif entre "les autres", "eux", et "nous".

Mon verre arrive. J'en bois une bonne gorgée. Le liquide me brûle la gorge ainsi que la trachée, et je frissonne. C'est fort. Enfin, je finis par prendre la parole:

" Certes, chaque humain est censé être différent des autres, mais parfois il est dur d'en différencier l'un de l'autre. En revanche, il est vrai qu'au fond de moi, je refuse peut être d'accepter l'idée "d'être comme les autres". C'est en quelque sorte une idée que je trouve repoussante... Être mêlée aux autres, à ces milliards de personnes, a quelque chose de dégoûtant, comme lorsque l'on voit une fourmilière de trop près. Vous savez, une fourmi seule, ce n'est rien... Mais mettez là au milieu des milliards d'autres fourmis et vous verrez qu'en fait cela grouille et cela vous mettra mal à l'aise, vous n'aurez pas du tout envie de rester là à les regarder, et encore moins d'être une fourmi... "


Hamilton tu vas chercher trop loin...

Je hausse les épaules. Après réflexion, je décide de répondre aussi à son petit discours sur l'amitié.

" A ce moment là, il n'y a finalement que les nobles de notre âge qui peuvent nous comprendre. Les autres personnes auront beau dire le contraire, ils ne l'auront pas vécu de la même manière.. Sommes-nous donc condamnés à ne rester qu'avec des nobles?"


Un sourire amer s'affiche sur mon visage et je finis mon verre. Regardant autour de moi, je m'aperçois soudain que la bar s'est peu à peu vidé. Je regarde l'heure: 1h10.

" Ah... Le bar va fermer... "


Je n'ai pas particulièrement envie de couper court à notre discutions comme ça. Je pose quelques instants mes yeux sur le visage de Kurei et lui fais un grand sourire.

" J'ai une idée! Je ne sais pas toi, mais personnellement je continuerais bien notre conversation. Que dirais-tu d'aller faire un tour au lac avec moi? J'ai bien envie d'aller me poser dans un coin calme, et en plus je pourrai te forcer à faire un saut dans l'eau! "

Mon regard se fait taquin. L'alcool aide à garder la bonne humeur, il faut l'avouer. D'ailleurs je me rends soudain compte que le vouvoiement est passé à la trappe, peut être est-ce parce que je me sens plus proche de Kurei, que je ne connais que depuis une ou deux heures, que de n'importe qui d'autre, ou peut être est-ce parce que je suis saoule. Mais au fond, c'est aussi une envie que j'ai là, me baigner, me rafraichir les idées. L'été est arrivé, et même le soir il fait chaud. Ce serait donc apaisant, un petit tour avec les poissons!



Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Ven 29 Juil 2016 - 16:51

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kurei Yataro
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 26
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Je prends encore une gorgée de saké en écoutant la réponse de mademoiselle Hamilton. Sa métaphore comparant les humains aux fourmis est peut-être un peu bizarre, mais je dois avouer qu’elle n’a pas tout à fait tort. Chaque humain est différent, mais en même temps, dans le font, ils ont tous pareils. Ou du moins ils se ressemblent beaucoup. Mademoiselle Hamilton est moi ne font certainement pas exception à la règle. C’est juste que nous appartenions à une fourmilière différente : la fourmilière des nobles.

Mais plus mademoiselle Hamilton parle, plus je remarque que ses pensées et ses sentiments semblent contradictoires. D’un côté, elle se sent différente des autres et admets que parfois, cela lui pèse puisqu’elle voudrait se faire des amis. Mais d’un autre, elle ne veut pas être comme tous les gens autour d’elle. De ce côté, elle semble comme moi qui suis un solitaire. Je fuis les gens, les foules le plus que je peux. La différence, c’est qu’il ne m’est jamais arrivé d’avoir des pensées différent. Je n’ai jamais voulu d’amis. Ou en tout cas, je n’en ai jamais ressenti le manque. Peut-être bien que cela est dû au fait que les gens autour de moi, pour la plupart, sont si différents. Je ne suis pas un d’eux. Je ne le suis jamais été. Par ce fait, je ne les comprends pas, tout comme eux ne me comprennent pas moi. Et cela me va parfaitement.

Mais mademoiselle Hamilton est différente à ce regard. Elle semble ne pas vouloir rester entouré que des nobles ou rester seule à jamais. Bien qu’elle dise ne pas vouloir être comme les gens autours, d’un côté, elle l’est déjà, puisqu’elle cherche à socialiser avec les autres. Plus ou moins.

Ou peut-être c’est juste moi qui suis anormal de ce côté, qui sait ?

Je suis son regard quand elle regarde autour de nous, remarquant l’heure et le fait que le bar se vide. Effectivement, il est sur le point de fermer. On dirait que notre conversation s’arrêta là…

Ou pas vu ce que mademoiselle Hamilton me propose. Je la dévisage un moment, puis finit par hocher la tête avec un petit sourire. Un tour au lac dans la nuit, effectivement, ça me semble être une bonne idée. Je prétends ne pas remarquer son abandonnement du vouvoiement. A vrai dire, j’ai eu le temps de m’habituer au fait que les gens ne me vouvoieront pas ici.

« Pourquoi pas ? Je vous accompagnerais si vous le souhaiter. Le lac sera effectivement un endroit calme. Et j’imagine qu’avec les étoiles, la vue sera magnifique. »

Je me lève lentement et sors mon portefeuille. Puis, je regarde mademoiselle Hamilton et pose l’argent sur la table.

« Vous m’avez dit que vous payerez pour vos verres excepté le premier. Mais permettez-moi de vous inviter ce soir, comme le gentleman qu’avait envisagé mademoiselle O’Briant. »

Ayant dit ça, je remets mon portefeuille à sa place, puis offre une main à mademoiselle Hamilton.

« Si vous me permettez de vous escorter, mademoiselle Hamilton? »


Un petit coup avec une inconnue? (Kurei) Signat11
##   
Contenu sponsorisé

 

Un petit coup avec une inconnue? (Kurei)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bar.