Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Je suis un prof, tu es un prof, c'est nickel, on se comprendra mieux maintenant... non ? (Ys! <3)
#   Sam 20 Aoû 2016 - 0:06

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Le gymnase est complètement désert quand j'y arrive. Ceci ne m'étonne pas. Il est déjà le soir, la plupart des gens sont soit en train de se préparer pour une soirée qui commence dans trois, quatre heures, soit tout simplement pour profiter du beau temps. Certains bien rigoureux sont pet-être en train de travailler sur quelque chose. Mais en tout cas, le gymnase est vide.

Tant mieux. Je vais pouvoir m’entraîner tranquillement sans devoir me soucier de la possibilité que quelqu'un me cours sous une flèche. Certes, ça aurait été mieux si il y avait quelqu'un d’intéressé pour les cours (ça aurait été mieux surtout pour mon porte-feuille), mais bon. Comme on dit il y a toujours des avantages et des inconvénients.

Une vingtaine des minutes plus tard tout est mis en place et je peux commencer. De là, je ne compte plus le temps qui passe, uniquement mes flèches. De temps en temps, je ressens comme une accélération extrêmement brève et faible de l'air autour de moi au moment ou je laisse la flèche voler. Et et même temps, je vois l'air bouger.

Dommage que ce soit si déconcentrant. Bien que cela prouve uniquement que mon focus doit être amélioré. Certes, le fait que je vois ces lignes a nécessité un certain temps d'adaptation, mais maintenant que je m'y suis plus ou moins habitué, ces lignes ne doivent pas me distraire. Un vrai kyudojin ne se laisse distraire par rien quand il tire. Pour un vrai kyudojin, à cet instant précis, il n'y a que lui et la flèche. Rien d'autre.

Bon, en même temps, faut avouer qu'être capable de voir l'air est assez bizarre comme capacité. Mais sachant que je vais encore apprendre à le contrôler pour qu'il fasse ce que je veux... mouais. Brèf.

Ceci me rappelle encore une fois la rencontre entre moi et le jeune homme dans la forêt. La rencontre qui, en quelque sorte, est à l'origine de tous ce qui s'est passé après. C'est ce jeune homme qui m'a parlé des pouvoirs. A cause de ça, j'ai commencé à faire des recherches avant de me mettre en contact avec un master guérisseur. Et de là, c'était la ligne droite pour l'initiation. Quand j'y réfléchis, tout cela ne serait peut-être pas arrivé si je n'avait pas rencontré ce jeune homme. C'est assez impressionnant comment une seule rencontre peut changer une personne. D'autant plus qu'on a même pas échangés nos noms. J'espère bien le rencontrer une nouvelle fois pour corriger ça. Et pour lui remercier, bien qu'il ne sait probablement même pas à quel point il m'a aidé.


#   Dim 21 Aoû 2016 - 19:00

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2020
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

« Non , désolé. »

« Impossible. »

« Pas ici, non .»

« NOOONNNN !!! »

Et après on vous parle de solidarité et tout le tintouin…. Assit sur les marches de l’entrée du bâtiment, avec tous ses cartons aux pieds, Ys se sentit comme anéanti après tant de rejets. Aucun des responsables n’avaient voulu lui louer sa salle le temps qu’il aurait fallu. Il ne s’agissait pas de journées, seulement de quelques heures. Tous des égoïstes !

« C’est pas grave… j’irai pourrir leurs salles une fois le dos tourné… »

Fit-il d’un air vengeur. Il faut dire que ces derniers temps, il fait beaucoup dans la décoration. Cependant, rien de tout ça n’arrange son histoire. IL est coincé. Il se remet en route, avec ses cartons sous les bras, marchant vaguement sans savoir quoi chercher. Allen avait eu cette merveilleuse idée de monter un groupe de supers héros. Il avait également confié le rôle au Tonnerre de recruter les meilleurs guerriers. Ce qui, à la base, rendait le jeune homme émerveillé. Jusqu’à ce qu’il se rend compte du travail que ça représenté. Il devait posté des affiches un peu partout dans Terrae, afin qu’un maximum de monde se présente en tant que candidat. Mais il fallait aussi les recevoir ces types, et pour ça, il lui fallait une salle. C’est surement la tâche la plus compliquée dans cette affaire. Où allait-il dresser son bureau et ses banderoles. Oui, parce que récemment, il s'investit dans la décoration, il avait préparé tout un accueil.

Ses pas le dirigeaient finalement vers un endroit qui paraissait être évident : le gymnase. Là bas, personne ne lui claquerait la porte au nez. Un grand sourire béat se dessina sur ses lèvres tandis qu’il accélérait le pas.

« Pourquoi je n’y ai pas pensé plutôt !! »

Empressant le pas, Ys s’activa et arriva très vite au bâtiment. Tellement vite, qu’une fois rentrée tel un sauvage, une flèche lui passa sous le menton, manquant de lui trancher la gorge.

« …GNE ?! 0.o »

Ça a le don de vous refroidir. N’osant ne plus faire un geste, il est comme immobile sur un pied, cartons sous les bras, au centre d’un terrain de tirs, le visage pâle. Même ici, il allait se faire recaler. Lentement, avalant de travers, décomposé, il détourna son regard sur qui était son agresseur. Enfin agresseur, ce n’était qu’un pur hasard. Et en parlant d’hasard, voilà de qui il s’agissait :

« TOI ! »

Belle surprise effectivement. Kurei était l’auteur de ce qui aurait du être un accident. Apparemment ce dernier cherchait à s’entraîner au calme. Même là encore, il n’exprime rien, son regard est ….vide.

« Mais tu te rend compte que c’est dangereux ! T’as faillis me tuer !! »

Ce doit être la peur qui parle. Et dire que ça aurait du être une super journée, voilà qui’il tombe sur ce gars.


#   Dim 21 Aoû 2016 - 22:31

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Justement au moment où je tire une autre flèche, la porte du gymnase s'ouvre et je vois quelqu'un entrer comme un brut sans faire gaffe. Je n'ai même pas le temps de réagir pour lui hurler dessus que la flèche l'atteint, mais heureusement ne le blesse pas. Lui passant sous le menton, elle continue sa ligne droite pour s'enfoncer dans la partie basse de la cible au bout de son chemin. Je relâche un soupir et me focalise sur le nouveau arrivé en baissant mon arc. Tout ceci s'est passé en à peine trois, quatre secondes, j'ai donc à peine le temps de regarder qui est entré que cette personne me hurle dessus... et tente de me donner la faute pour le presque-accident.

« Pourquoi croyez vous qu'il y a une grande affiche devant la porte ? »

Et je sais bien qu'il y en a une. Je place toujours une affiche devant la porte du gymnase quand je commence à m’entraîner justement parce que je veux éviter ce genre d'accidents. Normalement, si les gens voient une grosse affiche blanche avec des gros lettres rouges disant 'ATTENTION', ils s'arrêtent pour lire le reste. Ou du moins c'est ce qu'ils devraient faire. Mais apparemment, monsieur Onizuka a complètement ignoré la mise en garde. Il a vraiment eu de la chance que ma flèche n'est pas partie plus haut, d'ailleurs. Quelque chose me dits que même si j'étais un master, ce qui n'est définitivement pas le cas, je n'aurais pu utiliser mon contrôle d'air pour changer la trajectoire de la flèche. Pas avec la vitesse du projectile, en tout cas.

« Bon. Heureusement vous n'avez rien. C'est le plus important. »

J'ai beau dire ça, ça ne change pas le fait qu'il a parfaitement raison. J'aurais pu le tuer. Avec un peu de chance (ou malchance, dans ce cas), il pourrait se prendre la flèche au visage ou dans la gorge et dans les deux cas, c'est mort. Même si j'aurais appelé les secours, ça n'aurait pas vraiment aidé je pense. Enfin, ça dépendrait de la vitesse de la flèche, de la profondeur d'entré, de la position exacte d'impact, mais quand même. Sérieusement... S'il m'aurait pas crié dessus j'aurais pensé qu'il est suicidaire. Quoi que, vu la pâleur de son visage, il est aussi assez facile de voir qu'il a vraiment eu la trouille. Compréhensible. Mais quelque parts, c'est sa propre faute.

« Faites plus attention la prochaine fois. S'il y a une mise en garde devant la porte du gymnase, elle doit bien être là pour une raison. »


#   Lun 22 Aoû 2016 - 21:09

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2020
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Généralement, le premier réflexe après avoir manqué de peu de mourir aussi bêtement, aurait été de s’éloigner de cette zone. Que se soit en reculant ou pas, il faut ne faudrait pas resté planter là. Malheureusement, Ys n’a jamais eu tendance à agir comme la plupart des gens. Il reste planté en pleine milieu, fixant le jeune homme. Cette flèche l’avait totalement décomposé sur place. C’est pas tous les jours qu’on manque de se faire trancher la gorge. Mais du moins, ce qu’il ne ferait pas apparaître, cette excitation, avoir frôler la mort, ça a tout de même son charme.

Tenant à bout de bras ses cartons, Ys trouve le moyen de se calmer. Enfin pas vraiment, c’est surtout les paroles de Kurei qui le calment.


« Une affiche ?! »

Répète-t’il tout peu no. Lentement son regard quitte celui du garçon pour vérifier ce qu’il se trouvait à l’entrée. Et effectivement, il y a bien une grande affiche. De quoi vous rendre encore plus stupide. C’est comme si une grande flèche indiquait la fin d’une falaise et danger de mort, que d’un haussement d’épaules, vous admettez l’évidence mais que vous y allez quand même. C’est un pe u près la même chose à cet instant.

« Fait chier… c’est encore plus con. »

Marmonna-t’il dans sa barbe. On peut pas dire que les rares fois où il rencontre Kurei, il est au milieu de sa forme. Il passe pour un bel idiot. Bref Kurei n’était pas en tord, bien que le Tonnerre n’était pas de nature à accepter si facilement.

« Ouais bah c’était pas assez grand ! »

En revanche, il n’en rajouterait rien sur le fait que Kurei soit rassuré de son état. En même temps, quelle mort stupide ! Même sur la pierre tombale, on aurait rien inscrit tant c’était idiot. Bref ! Ys se rend à l’évidence : cette salle est aussi prise. Il devait l’admettre, il allait devoir se montrer patient.

« Oh je bouges alors ne tires pas encore… »

D’un air tout de même méfiant, préférant resté sur sa défensive, Ys s’éloigne doucement, sans quitter du regard le brun. Calmement, il posa ses affaires au sol et s’y installa. Posé sur le plus gros des cartons, il devait alors attendre la fin de cet entrainement. Étrangement, il se fit calme. Il ne bougerait pas de sa place tant que Kurei n’aurait pas rangé son arc. Après tout, il était le premier arrivé… mais surtout parce que :

« Yo ?! Fais gaffes, fixes bien ta cible ! Etant donné que t’es nouveau, je suis certain que tu maîtrise pas tant bien que ça tes pouvoirs. Mais t’inquiètes pas. Je te dérangerais pas. Je vais attendre tranquillement que tu termines. »

Et le silence se fit après cette petite provocation. Non, dire « pardon » ou encore « merci » ne fait pas partit de son vocabulaire. Sagement, il observe Kurei se préparait à s’excercer. Calmement ? Rien ne dure chez un Tonnerre. Et quelques minutes plus tard, on pouvait entendre le craquement de chips. Même ça, il ne sait pas le faire sans bruit.


#   Mer 24 Aoû 2016 - 21:00

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Je fixe monsieur Onizuka quand il me dit que la fiche n’est pas assez grand. D’accord… ? Elle fait juste au moins la moitié de la porte. Apparemment, quelqu’un n’aime pas trop admettre qu’il a fait une connerie. Ou qu’il n’a tout simplement pas fait gaffe quand il le devrait.

Je secoue légèrement la tête quand il se décale, trouvant une place derrière moi où les flèches ne peuvent pas l’atteindre. Croit-il que je vais vraiment tirer quand il est sur ma ligne de tir ? Sans parler du fait que mon arc est toujours déposé au sol, alors il pourrait m’être difficile de tirer comme ça. Mais bref.

Une fois que ma ligne de tir est libre à nouveau, je lève mon arc et recommence la séquence du tir tranquillement. On dirait que monsieur Onizuka n’a rien contre attendre que je finisse. C’est gentil de sa part.

C’est au moment où je suis en extension totale, juste avant le tir, que mon observateur me parle à nouveau. Je l’ignore. Enfin, j’entends très bien ce qu’il dit, mais je ne me focalise pas dessus. Un apprenti l’aurait peut-être fait, mais moi, ça fait des années que je me suis entrainée. Certes, des années dans mon enfance et don j’ai bien eu une longue pause, mais quand même, je n’ai pas vraiment oublié ce que j’avais appris en tant que gosse. Ni de la pratique, ni de la théorie de la technique, bien que j’ai eu besoins de quelques heures pour vraiment bien m’y remettre quand j’ai recommencé début printemps.

Le bruit typique de la corde qui reviens à sa position initiale résonne dans mes oreilles un instant après, me semblant un peu plus fort que d’habitude dans le silence qui règne après les mots de mon observateur. Comme pour se moquer de monsieur Onizuka, la flèche s’enfonce plein dans le mille. C’est rare que cela arrive, quand même, parce que le moindre mouvement peut tout changer dans la trajectoire. Pas mal, bien que j’aimerais pouvoir tirer des flèches comme celle-là plus souvent.

« Vous avez raison, mon contrôle de mes pouvoirs est encore assez minable. Mais je n’en ai pas besoin pour tirer. La vitesse et la force de mes flèches ne viens que de deux choses : ma technique et la puissance de mon arc. Il n’y a pas besoin de plus. »

Je réponds calmement une fois la flèche tirée, puis me prépare pour en tirer une autre. Encore deux ou trois, après je vais devoir les reprendre pour avoir une cible vide. Le temps que j’en tire une, je commence à entendre un craquement de chips. Heureusement pour lui que je peux l’ignorer assez facilement. D’autres personnes n’y arriverons pas, je le sais. Même moi je ne peux faire ce genre de choses que quand je tire, et ça uniquement parce que quand je tire, il n’existe que deux choses : la flèche et moi, l’arc faisant partie de moi dans ce moment-même.

Sans un mot, je vais récupérer mes flèches. Au retour, je réfléchis à proposer quelque chose à mon observateur. Certes, je suis certain qu’il est venu pour une raison complètement différente, mais s’il ne fait qu’attendre, il va s’ennuyer comme c’est pas possible. Surtout que je viens à peine de commencer il y a une heure, je voudrais bien rester encore trois de plus, au moins. Sans parler du fait que je gagnerai peut-être un élève. Pas dans monsieur Onizuka non, je ne pense pas que le tir à l’arc soit un sport pour lui. Mais s’il en parle à d’autres, peut-être que quelqu’un sera intéressé.

« Vous voulez essayer d’en tirer une, peut-être ? »

Normalement, s’i veut tenter, je l’aurais fait tirer sur une cible pas aussi éloignée que la mienne. Je tire sur 28 mètres, les débutant sur à peine 2 pour apprendre d’abord la technique. Mais bon, je pense que je peux faire une exception éventuellement. De toute façon, la pire chose qui peut arriver, c’est qu’il tire sur le mur et y fait un trou. Ou brise ma flèche. Dans les deux cas, je me demerderais.


#   Mer 24 Aoû 2016 - 21:59

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2020
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Okayyyyy ! C’est noter : Kurei n’est pas e type dont on peut provoquer aussi facilement. Disons que ce dernier fait preuve d’une incroyable concentration. Sérieusement , il le démontre même au travers de son tir. Sa flèche vient mourir immédiatement au centre de sa cible comme si elle était aimantée par cette dernière. Très bien, s’il n’était pas d’une si mauvaise foie, Ys le féliciterait mais là,il ne s’amuse pas. C’est pas drôle…

« Mouais, j’aurai dis la chance du débutant. Enfin, t’as raison, c’est pas du aux pouvoirs. Tu dois pratiquer depuis un bail… »

L’arc est une discipline assez complexe. Pour quelqu’un comme Kurei, ça correspondait avec son caractère. Tandis qu’Ys, lui, c’était surtout pour des activités plus brutale. Le combat corps à corps par exemple. Les arts martiaux, ça c’était sa discipline. Mais l’arc, pour lui, c’était ennuyeux, trop long… Ce qui en soit, ne pouvait être qu’une bonne technique à maîtriser n cas d’attaque. Mais il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis.

Et lorsque Kurei est plongé dedans, rien d’autres ne l’atteint. Pas même lorsqu’Ys dévore un paquet de chips. C’est vraiment pas drôle…. Cependant, même s’il la joue indifférent, il ne le reste pas tant que ça quand il observe du coin de l’œil tout le travail que fournit le garçon. Se plongeant sur une page de Sodoku, voilà que Kurei le tire de ses rêveries..


« Hein ? Tu veux vraiment me laisser essayer ? »

Non parce que vraiment, il n’est pas bon. Il n’en a jamais fait. Mais peut être que cette invitation est une provocation, montrer qui est le meilleur. Ouais, le tester psychologiquement comme ce jour devant ce tableau couvert de leçons et cette question…. Cette question qui l’avait rendu fou. Ouais c’est ça, il le teste encore ! Pas question de se faire humilier une nouvelle fois ! Ys se relève soudainement et saisit l’arc du garçon sans le brutaliser pour autant.

« Écartes toi ! Je vais te montrer de quoi est capable une étoile ! »

Comme si le rang pouvait le différencier…. C’est juste une réaction primaire sur la fierté. Enfin, Ys ne se dégonfle pas. Pourtant l’invitation de Kurei n’a rien de provocant, mais ça, Ys ne s’en rend pas compte de suite . Et une fois en place, il se met au travail. Un large sourire aux lèvres. Un sourire qui peu à peu que les flèches ne soient décochées, finit par s’effacer. Après un moment, l’arc au bout de bras, dépité, Ys observe toutes ses flèches qui se sont écrasées au sol. Pas une seule n’est allé droit au but.

« Mais c’est nul comme sport !! Raaaahhh ! Mais elles vont aller dedans !!! »

Rageur, Ys lança une flèche mais différente. Une flèche électrifiée, sortant tout droit de sa main. Cette dernière avait explosé la cible. Il faut croire qu’il est plus doué avec ses pouvoirs même sous une forme de flèche, qu’avec un véritable arc. Et fier, voire même le démon se lisant dans ses yeux, il lança :

« Et voilà le travail ! Non mais c’est pas quelques flèches de nénettes qui vont me prendre la tête ! ET BOUM LA CIBLE ! HAHAHA !!! »

Une fois la fumée dispersée, ils purent constaté l’état des dégâts et virent que son lancement n'avait pas seulement détruire la cible, mais également troué le mur de derrière.

« Gné…. ?? ... Merde ! Je suis encore bon pour péter la tirelire ! »

Pour sûr, après l’accident au Dojo, les Masters et Hideko n’allaient pas le laisser s’en sortir aussi facilement. Quel idiot ! Il ne pouvait pas mieux maîtriser sa force au lieu de se laisser emporter par ses sentiments ?!


#   Jeu 25 Aoû 2016 - 23:49

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Je hoche légèrement la tête en réponse aux mots de monsieur Onizuka. Effectivement, cela fait un assez long moment que je m’entraine. Enfin, cela fait des années que je le fais, mais j’ai eu aussi une sacrée pause. Je suis content que cela ne s’oublie pas facilement.

Quand le roux ne semble pas me croire que je puisse vouloir le laisser essayer der tirer, je hausse les épaules.

« Et pourquoi je ne vous laisserais pas ? C’est quand même mieux que rester là sans rien faire en attendant, non ? »

Cela semble être bien plus qu’assez pour me motiver. Il me reprends mon arc avec beaucoup de confiance et je me retrouve confus à sa réponse. Pourquoi il parle des étoiles, là ? Hum… Peut-être que cela a un rapport avec les pouvoirs ? Comme moi, je suis un Air, mademoiselle Hamilton un Feu etc. ? Mais dans ce cas, quel type de pouvoirs aurait une ‘étoile’ ? La lumière ? Mais cela n’au aucun sens. Bon, dans le doute, il fait lieux demander.

« Une étoile ? De quoi parlez-vous ? »

La réponse doit attendre la fin de tentative des tirs. Comme prévu, il y arrive as bien. Je m’y attendais, la technique ne peut pas s’apprendre juste en regardant, après tout. Une ou deux fois, je tente de lui donner des conseils, mais monsieur Onizuka m’ignore. On pourrait presque dire qu’il m’entends pas à cause de sa concentration, sauf que je vois bien que ce n’est pas le cas. C’est juste qu’il n’est pas du genre à se laisser expliquer des choses facilement. Il est très facilement emporté par ses émotions.

Cette dernière de mes observations est vite prouvé juste quand monsieur Onizuka perds son calme. La dernière flèche est jetée plus que tirée, mais elle part beaucoup plus vite que les autres. Beaucoup plus droit aussi, mais les lignes qui dessinent l’air à mes yeux ne changent pas trop. C’est plutôt la lumière qui change. Est-ce… de l’électricité ?

La façon dont la flèche explose en arrivant sur la cible semble prouver que oui. En tout cas, c’est la seule explication que je trouve. C’est définitivement pas de pouvoir de l’air ou eau ou terre. Ça ne peut pas être du feu non plus, ça serait parti en flammes dans ce cas. Mais du cou, qu’est-ce que cela fait de monsieur Onizuka ? Un Electrique ? Et quel rapport avec les étoiles ?

C’est questions sont vite poussées de côté quand la cible devient visible. Non, correction, quand elle DEVRAIS devenir visible, mais ne le fait pas parce qu’elle n’existe plus. La flèche probablement non plus, d’ailleurs. Bon… je vais devoir repasser par l’atelier après…

« Plein dans le mille, peut-être. Mais vous avez triché. »

Je remarque calmement avant que les yeux ne s’écarquillent alors que je remarque le trou dans le mur. Monsieur Onizuka ne tarde pas de le voir non plus et ça se voit que ce n’est pas une première fois que cela arrive. Enfin, concernant son réaction. Je soupire.

« Un trou dans le mûr n’était pas vraiment quelque chose à quoi je m’attendais, ceci dit. Respect. Vos pouvoirs sont bien puissants. »

Certes, le fait en soi que le trou soit fait est loin d’être une bonne nouvelle. N’empêche que la puissance était impressionnante. Il a vraiment fait ça avec une seule flèche, à une distance d’au moins trente mètres, et en plus il ne semble rien ressentir. C’est vraiment impressionnant.

« Pas que cela nous arrange… Que peut-on faire pour le mûr ? Vous avez une idée ? »


#   Ven 26 Aoû 2016 - 21:47

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2020
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Si seulement il n’avait pas aussi borné, il aurait pu écouter les précieux conseils que lui donnait tant bien que mal Kurei. Le garçon pourrait être un très bon prof, il avait beaucoup à offrir. Mais Ys avait un sale caractère qu’il n’assumait pas. Il n’entendit pas même la question du brun sur les étoiles. Et de ce fait, à force d’être entêté tel un enfant de dix ans, rien n’avait fonctionné comme prévu. Et encore une fois, c’est l’humiliation qui l’attend. Quoique, Kurei semble assez impressionné par cette dernière flèche tirée. Et une flèche digne d’une tricherie, ou d’une mauvaise foie.

« Mouais… je pense que le tire à l’arc, c’est pas fait pour moi. »

Les bras ballants, Ys préféra rendre l’arc au garçon avant qu’il ne commette d’autres erreurs. Bêtement, Ys se frotta la tête. Il devait bien avouer, Kurei ne lui voulait aucun mal. Et dire qu’il pensait être bon de contre attaquer. Mais contre attaquer qui, quoi ? Kurei serait bien mieux professeur que lui-même. D’ailleurs, son calme et sa maturité laisse une vaste différence entre lui et le Tonnerre. C’est le jour et la nuit. Ils ne se ressemblent pas, ils n’ont absolument pas le même caractère.

« Désolé, je te rembourserais pour les flèches. Et …merci. »

Peut être pour le compliment ou le fait d’avoir voulu honnêtement lui apprendre un sport inconnu. En vérité, depuis le début de leur rencontre, Kurei n’était pas une mauvaise personne. Il n’avait aucun mauvais fond, il cherchait juste à se rendre utile, d’une quelconque manière. Il complimentait assez facilement. En fait, d’une certaine manière, même si son regard n’exprime pas grand-chose, ses paroles le font pour lui. La raison pour laquelle il s’était braqué lors de leur dernier échange, relevé surement du fait qu’il respectait les femmes. Cette question sur sa privée était justement, un peu trop privé. Même dans la provocation. Ce doit être un garçon qu’on découvre doucement…


« Un trou ? Un mur ? Bah j’ai pas de licence en bâtiment mais… »

Affichant un large sourire béat, Ys lui fit un pouce levé, changeant d’humeur :

« Je trouve que ça aère un peu la salle. On est trop enfermé, non ? »

Toute excuse est bonne à prendre. Surtout quand Hideko apprendra la nouvelle. Faisant un signe de laisser tomber cette affaire de mur, Ys invita le garçon à venir s’asseoir sur les pierres restantes du mur pour y boire une canette de soda.

« Viens, après l’effort, c’est le réconfort. Même toi, tu dois profiter un peu . »

Ne perdant pas de temps pour s’y déshydrater, une fois suffisamment bien installé, le Tonnerre laissa échapper un long soupir. Quels dégâts !

« Dis moi, tu es un très bon tireur. Tu as finis par savoir de quelle affinité tu te trouvais ? »


#   Sam 27 Aoû 2016 - 16:29

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Je hoche la tête en réponse à l’observation de monsieur Onizuka. Effectivement, on dirait que le tir à l’arc n’est vraiment pas pour lui. Il n’a pas la patience pour, pas la concentration. Il se laisse emporter trop facilement. Il est en effet tout le contraire de moi. Je m’y attendais, à vrai dire, mais j’ai quand même voulu vérifier. Eh bien, j’ai vérifié.

« Ne vous en faites pas, il n’y a rien à rembourser. Je fais mes flèches moi-même. »

Bon, en théorie, il y a le bois, les plumes et tout le reste que monsieur Onizuka pourrait plus ou moins rembourses, mais bon. C’était aussi ma propre faute d’avoir proposé alors que je sentais que mes flèches ne survivent pas. Maintenant, il fait que j’assume.

« Et avec plaisir. »

Je crois qu’il me remercie pour l’avoir laissé essayer. C’est la seule chose qui fait du sens, en tout cas.

Le calme de monsieur Onizuka ne dure pas longtemps. En espace de quelques secondes, il semble déborder d’énergie à nouveau en me disant, plus ou moins, d’ignorer le trou en tant que nouvelle fenêtre. Je sens que ce n’est pas une bonne idée, mais en même temps, il n’y a rien que je puisse faire, vraiment. A part en parler à la directrice pour lui dire que je suis au moins en partie responsable. Ce n’est probablement pas vraiment une bonne idée, certes, mais au moins c’est honnête. Cependant, avant que je ne puisse y réfléchir plus longtemps, je me fais inviter à une petite pause.

Je ramasse les flèches tirées par monsieur Onizuka avant de lui rejoindre. Il y a une ou deux qui se sont un peu cassés, mais la plupart n’a rien. Tant mieux. Ça me fait moins des flèches à reproduire. Une fois cela fait et une fois que j’ai remis les flèches et l’arc à leur places respectives, je lui rejoins sur une des pierres devant la nouvelle sortie du gymnase. Quoi que, c’est peut-être un peu trop petit comme trou pour servir de sortie…

« Je suis un Air. »

Je dis sans vraiment refléchir au fait si cette information peut être consideré comme privé ou non. C’est probablement le cas, mais vu que je viens à peine de les recevoir et que déjà tous les masters le savent de tout manière, une ou deux personnes de plus ne font vraiment pas la différence pour moi. Surtout qu’il suffit d’utiliser les pouvoirs une fois pour que tout le monde autour sache au moins l’élément, alors pourquoi tenter de le cacher ?

Et tant que j’y pense, monsieur Onizuka a utilisé ses pouvoirs aussi tout à l’heure. Sa dernière flèche était bel et bien électrique. Au début, je me demandais qu’est-ce que pourrait être son affinité, mais maintenant ça me revient. Le jeune homme que j’ai rencontré dans la forêt m’en a parlé quand il m’expliquait tout cela, il me semble, bien que je ne lui ai pas vraiment cru. Et si ce n’est pas le cas, alors j’ai dû le lire quelque part.

« Et vous, vous êtes un Tonerre, n’est-ce pas, monsieur Onizuka ? »

Je préfère quand même m’assurer, pour être sûr que je l’ai bien dans la tête. Air, Feu, Eau, Terre et Tonerre… c’était bien ça les cinq affinités, non ?


#   Dim 28 Aoû 2016 - 21:47

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2020
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

« Gné ? »

Stupéfait, Ys resta ahuris quand Kurei annonça qu’il préparait lui-même ses flèches. Non mais ce type a combien de vies ? Bon d’accord, il était passionné par ce sport, ce pourquoi il prenait le temps de faire les choses correctement. Ys aussi était passionné. Il pouvait comprendre. Mais c’est tout de même minutieux comme instrument. Bah, il ne pourrait pas le laisser comme ça. Il fera un geste à sa façon mais sans son autorisation. Kurei ne semble pas être ce genre de gars qui se plaint facilement.

Une fois tous deux installés sur ce qui reste du mur, ils purent boire leur soda sans plus se poser de question sur cet accident… Ouais enfin, jusqu’à ce qu’Ys parte voir Hideko, la queue entre les jambes. Dommage, cette journée aurait pu mieux se terminé. Mais pour le moment, il fallait passer outre. Kurei se livra sur lui-même, ou du moins, sur son affinité. Air.


« Mais évidemment ! » Fit le Tonnerre en plantant son poing dans son autre main « J’aurai du le deviner ! Vous avez pratiquement les mêmes caractères. Enfin, je veux pas dire que t’es pas unique, hein ?! Te m'éprends pas. C’est juste que à chaque affinité, on se ressemble plus ou moins. »

Mathéo, Allen et maintenant Kurei. Ils se ressemblaient étroitement. Calmes et quelque peu sarcastique, ils savaient se montrer aimables. Ouais, il aurait pu le deviner. Sirotant de nouveau son soda, l’esprit un peu ailleurs après cette révélation, Ys répondit du tac au tac à la question de son voisin.

« Ouais. »

Quand on y depuis un moment, tout cela nous semble évident. Mais quand on est là depuis quelques semaines, on doit encore se familiariser. Et en parlant de familiariser, Kurei continue de le vouvoyer et sa réponse fut aussitôt lever : Onizuka.

*Merde…*

C’est vrai, il pense toujours qu’Ys est un professeur stagiaire. Même lui avait oublier son imposture. Il n’allait pas se payer sa tête encore plus longtemps. De toute manière, Kurei finirait par l’ apprendre et surement par la bouche d’un autre. Ce qui sen soit, pourrait causer bien plus de problèmes. Tout ça pour une simple blague faite à Haley. Quel carnage !
Intérieurement, démêlant comment s’en sortir pour ne pas mourir crucifié au mur, Ys suffoqué. Ben il faut pas oublier que Kurei est un excellent tireur à l’arc. Si c’est pour mourir de ses mains, autant regretter de ne s’être pas pris la flèche en entrant tout à l’heure. Mais Ok ! Ys se détendit, de toute manière, il y a pire comme un aveux. Croisant des jambes, Ys prit un air mystérieux et une voix grave.


« Tu as du mal entendre mais ce n’est pas Onizuka mais Ochikawa, mon nom. »

Première tentative d’évasion. Faire croire au sain d’esprit qu’il est fou.

« Et tu sais ? Il s’est passé un truc totalement dingue. Mon stage s’est arrêté même avant de commencer. Du coup, je ne deviendrais jamais professeur. Ils n’ont pas voulu de moi surement parce que je suis encore trop jeune et aussi parce que j’ai pas eu mes diplômes. Pourtant, j’étais élève ici aussi… y a quoi ? Un an et demie si ce n’est pas plus. C’est fou cette histoire, hein ? ! »

Ouais c’est allez au culot finalement. Et une fois ses explications données, Ys boit de nouveau tout en faisant énormément de bruit avec sa paille. Très détendu sans jamais croiser le regard de son voisin, juste en fixant droit devant lui sans aucun but précis. Mais ne dit-on pas mensonge à moitié avoué est à moitié pardonné ? C’est l’heure des vérités.


#   Lun 29 Aoû 2016 - 19:25

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Monsieur Onizuka semble assez surpris quand j’avoue que je fais mes flèches moi-même. Cela ne me surprends pas. Il ne semble vraiment pas du genre à pouvoir se concentrer longtemps sur quoi que ce soit, alors fabriquer des flèches doit lui sembler comme une perte de temps massive. Je me demande comment il aurait réagit si je lui dirait que j’ai fait mon arc aussi ? Quelque chose me dit que cela pourrait être assez marrant, en fait. Mais je m’abstiens. De toute façon, je ne rigolerait qu’intérieurement à sa réaction (ce qui n’est pas forcément plus gentil en fait), alors autant le laisser tranquille.

La prochaine chose qui me frappe, c’est la réaction de monsieur Onizuka quand je prononce son nom. Il semble gêné… presque comme s’il se pensait dans le pétrin. Bizarre. Je n’ai rien dit qui pourrait le faire se sentir autant, si ? Et puis, la réaction n’était pas immédiate non plus. Mais il n’y a rien et personne d’autre autour, alors il n’y a pas grand chose qui pourrait être à l’origine de son regard presque inquiet.

Pourtant, je ne demande pas pour la raison de son changement d’humeur. Si je le ferait à chaque fois, je devrais demander tout les vingt secondes il me semble. Sans parler du fait que je ne devrais pas me mêler des oignons des autres, tout comme je veux que les autres se mêlent des siennes.

Et puis, c’est à mon tour d’être étonné, bien que j’en montre rien. J'ai... malentendu ? Apparemment, mon interlocuteur ne s'appelle pas Onizuka, mais Ochikawa. Étrange, j'étais persuadé que son nom était Onizuka. Et j'ai une bonne mémoire pour les noms, pourtant.

En y réfléchissant un peu plus, je me rends compte que c'est suspect plus qu'étrange. Après tout, ceci n'est pas la première fois que j'appelle monsieur Onizuka... ou Ochikawa, par son nom. Je l'ai fait à plusieurs reprises lors de notre première rencontre. Alors pourquoi ne pas m'avoir corrigé avant ? Quelque chose me dit que le jeune homme n'est pas tout à fait honnête, là.

J'en deviens plus sur lorsqu'il continue, évitant mon regard tout le long de son explication. Il semble détendu, mais il y a une certaine méfiance en lui. Méfiance de ma réaction sans doute, puisque je ne pense pas qu'il me prenne pour un idiot capable de croire à une histoire pareille.

« Donc, si j'ai bien compris, non seulement vous n'êtes pas un professeur, vous ne l'avez jamais été ni tenté de l'être. En plus clair, vous m'avez menti. Je me trompe ? »

Il faut des excuses bien plus croyables pour réussir à me tromper. Et je sais que monsieur Ochikawa en est capable, puisqu'il l'a déjà fait. Le fait qu'il tente de l'avouer, bien que d'une façon assez douteuse, alors qu'il pourrait continuer de me mentir, est assez pour que je veuille l'écouter au moins. Et puis, je ne suis pas vraiment innocent non plus, vu que je l'ai fait croire que je suis un des élèves fréquentant le cours dont il prétendait être le professeur. Bon, disons que cela explique pourquoi il ne s'en est pas rendu compte par lui-même.

« C'est assez intéressant, je dois l'avouer. Un faux professeur qui arrive à donner un vrai cours à un faux élève... parce que je ne pense pas que vous avez inventé le cours que vous m'avez donné.»

Je dis calmement, comme si je n'étais pas en train d'avouer mon propre mensonge accidentel. De plus, un mensonge que je n'avais aucune intention de révéler avant maintenant, pour la simple et bonne raison que je l'avais complètement oublié. Ayant avoué aussi, je reviens à ce que monsieur Ochikawa m'a dit. Bon, alors il a prétendu être prof. La prochaine question logique qui se pose est : pourquoi.

« Puis-je savoir la raison pour laquelle vous vous êtes passé pour un professeur, monsieur Ochikawa? »


#   Mar 30 Aoû 2016 - 22:13

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2020
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Aussi curieux que cela puisse paraître, Kurei ne s’énerva pas. Evidemment, il avait compris là toute la supercherie. Pourtant, il ne s’emporta pas, au grand soulagement du Tonnerre. Bon ce n’est pas tant qu’il avait peur du garçon mais ne jamais sous estimer son voisin, c’est une règle d’or. Malgré le ton que prit le jeune homme pour clarifier la chose ne laissait pas pour autant notre faux professeur confiant. Il perdit aussitôt ce faux sourire tranquille et afficha un air blasé.

« En somme : ouais. »

On ne va pas tourner autour du pot pendant des heures. De toute manière, même en passant par des explications farfelues pour tenter de préserver la vérité, Kurei n’était pas idiot et aurait finis par comprendre. De toute manière, ce rôle de professeur ne lui avait pas du tout. Il préfère laissé ça aux autres. Ceci dit, il fut reconnaissant que son voisin ne se fâche pas d’autant. Il est bien sympathique et extrêmement patient. On n’en fait plus des comme lui. Ouais enfin… il y a une raison pour tout. En vérité, si Kurei ne s’emporte pas pour autant, Ys finira par l’apprendre.

"Ouais je l’ai pas inventé. C’est surement le seul cours que j’ai retenu et pu…. UN FAUX ÉLÈVE ?! »

Détournant son regard de braise sur le jeune homme, Ys le dévisagea un instant. Non mais c’est qui le menteur là ?! C’était comme se faire manipuler…encore une fois bien sûr. Hilarant ! Ils se sauront dupés l’un l’autre. Ils auraient pu créer un monde d’illusion. Avec un peu de recul, ys pourrait en rire. Sur le moment, il parait surpris, voire même, il se sentait utilisé, piégé. A chacun sa pièce ! Se laissant retomber, le Tonnerre retrouva sa tranquillité avant de soupirer.

« Je vois. On se sera joué l’un de l’autre. Ca nous fera toujours un point commun. »

D’un haussement d’épaules, les deux hommes n’avaient en rien le même caractère, pas un seul trait. Mais leurs supercheries les avaient relié. Quelle bonne blague ! Il est très fort lui aussi. Dans un sens, il aurait pu joué le rôle du professeur avec son savoir. De son poing, le Tonnerre écrasa le restant de sa canette avant que son voisin n’attire son attention. Apparemment, Kurei semblait songeur à cette histoire. Il devait se poser des tas de questions. En y repensant, ce garçon se posait sans cesse des questions. Que se soit sur leur affinité, leur comédie ou encore sur de véritables cours, Kurei était de nature très curieuse. Même une fois ayant obtenu une réponse, il devait sans cesse en savoir d’avantage, même si le sujet est différent.

« Bah en fait, j’avais besoin d’aide. Et puis tu m’avais surpris, alors c’était la seule issue que j’avais trouvé. Mais ne m’appelle plus Monsieur Ochikawa. Je suis à peine plus vieux que toi. Appelles moi Ys. Ça sera moins bizarre."

Au moins, Kurei aurait la seule personne respectueuse qu’Ys n’aura jamais crisé. Enfin en ce qui concerne le langage du moins. Même une fois le mensonge levé, il continuait à le vouvoyer alors qu’ils devaient avoir un an maximum de différence. C’est assez dérangeant. Malgré tout, Kurei était nouveau… enfin il devait surement avoir des cours ? N’était-il pas vraiment un élève ? Et pourquoi s’être amusé à jouer ce rôle si ce n’est de vouloir nourrir sa curiosité encore et encore ?

« Et toi alors ? Pourquoi t’as joué à l’élève model ? Non parce que tu le ferais vraiment bien. T’as plus de cours ? »


#   Mer 7 Sep 2016 - 0:24

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

On dirait que monsieur Ochikawa ne s’attendait pas du tout à ce que je lui ai dit. Cela me surprend un peu, vu que la dernière fois qu’on s’est vus, je lui ai dit mon âge, alors j’avais pensé qu’il doive se douter de la vérité. Après tout, on n’est plus élève à vingt ans. Etudiant, peut-être, selon les gens, mais pas un élève, quand même. A moins qu’il pense que l’un et l’autre soit la même chose ? Enfin, peut-être ceci est le cas à Terrae aussi, qui sait ?

N’empêche que la réflexion du Tonerre est juste, on s’est vraiment joué l’un l’autre. Je ne suis pas très convaincu que cela nous fasse un point en commun. Certes, on s’est joué tous les deux une comédie, mais j’imagine que nos raisons sont trop différentes. D’autre côté, la raison n’a pas vraiment d’importance dans ce cas-ci, alors peut-être il a raison. Je n’en sais rien. Je saurais uniquement si j’apprends à mieux le connaître. Et ça, uniquement le temps dira si cela arrive.

« Vous aviez besoin d’aide ? »

S’il y avait une raison à laquelle je ne m’attendais pas du tout, c’était bien celle-là. Encore le fait que je l’ai surpris, d’accord, surtout que je suis assez certain que c’était le vouvoiement de ma part qui lui a donné cette idée. Il y a très peu des gens qui vouvoient à Terrae, après tout. Il a du penser que je l’ai pris pour un prof, et du coup il m’a vraiment fait penser qu’il était un. Ça d’accord, c’est compréhensible. Mais le fait qu’il avait besoin d’aide ? Avec quoi ? J’essaye de me remémorer notre première rencontre à la salle d’Astronomie. Ah oui, effectivement, il travaillait sur quelque chose, non ? Et puis, il a voulu me faire faire du coloriage, je me rappelle. (En même temps, je l’ai tellement mal pris que je ne crois pas que je vais jamais l’oublier, bien qu’au final il ne s’agissait que d’un malentendu.)

« Avec ce que vous étiez en train de bricoler ? Une genre de guirlande, je crois ? Mais dans ce cas, pourquoi cette supercherie au lieu de demander tout simplement ? »

OK, j’avoue que ce n’est pas sûr que j’aurais dit oui. Mais en même temps, ça lui aurait épargné le cours que je l’ai plus ou moins forcé à me donner, puis que je ne l’attendrais pas de lui. En fait, s’il aurait dit la vérité dès le début, tout aurait été beaucoup plus simple. Mais bon, dans ce cas, je pourrais dire la même chose de moi même. On est coupables tous les deux, lui et moi, tout comme on l’est pour ce trou dans le mur du gymnase. Quelque chose me dit que madame la directrice ne va pas apprécier cette nouvelle, d’ailleurs. Pas que ça change le fait qu’il faut que j’aille la voir. Je ne voudrais pas que monsieur Ochikawa se prenne toute la faute…

Et tiens, en parlant de ça, il veut que je l’appelle ‘Ys’. J’imagine que c’est son prénom. Eh bien, voilà ce qui est embêtant. Autant que j’accepte être tutoyé, je n’arrive pas à le faire moi-même. Le vouvoiement est tout simplement plus fort que moi. L’idée d’appeler quelqu’un que je connais quand même à peine est encore pire. Je ne peux tout simplement pas le faire. Mais bon, d’après son nom, je crois que monsieur Ochikawa vient au moins d’une famille à racines asiatiques, voir japonaises, s’il n’est pas de cette origine lui-même, alors il devrait comprendre.

« Si je vous appelle ‘Ochikawa’ tout court, serais-ce acceptable ? »

Normalement, entre deux japonais, ça devrait aller. Je dis bien normalement. Faut pas oublier le fait qu’à Terrae, personne n’est vraiment respectueux comme je le suis habitué à l’être. Enfin, les gens se respectent, certes, mais ils ne le montrent pas de la même manière. Ils sont beaucoup moins distants que je ne suis capable de l’être et il est fort probable qu’Ochikawa soit pareil. Je suis persuadé qu’il est là depuis plus longtemps que moi, vu qu’il semble maîtriser ses pouvoirs beaucoup mieux que moi. Une telle maîtrise, bien que loin d’être parfaite encore, demande beaucoup d’investissement, je le sais. Je me demande combien de temps cela me prendrait à moi. Probablement des années entières. Pas que je n’aille pas le temps qu’il faut, à priori. Et heureusement d’ailleurs. Quoique, avec la fac que je vais reprendre dans peu de temps si je passe les examens d’entrée…

« A vrai dire, c’était surtout parce que je vous ai pris pour un professeur. Je me suis dit que si vous me prenez pour un élève, alors il faut mieux ne pas vous corriger. Et puis j’admets que j’ai voulu profiter de la possibilité de prendre un cours comme ça. Bien que j’étais sûr que vous allez vous poser des questions le moment quand je vous ai dit mon âge. »

Comme j’ai dit, qui serait encore élève à vingt ans ? Etudiant, oui, d’accords, mais pas un élève. A moins qu’à Terrae les choses marchent différemment. Ce qui est possible vu l’existence de la magie, déjà.

« Et effectivement, je n’avais pas des cours à ce moment là. Je suis en préparation de l’examen d’entrée à l’université en ce moment. »

La fac. Depuis mes onze ans, je n’ai jamais osé penser que je pourrais aller à une fac. Une fois passé mes dix-huit ans, je m’en foutais complètement, comme je me foutais de la vie en général. Cela ne fait que quelques mois à peine que j’y tiens à nouveau, et cela grâce à mademoiselle Hamilton. Il fait que je lui remercie.

Tiens, encore une personne à qui je dois remercier. Mais qu’est-ce qu’il m’arrive de ne pas pouvoir me débrouiller tout seul ces derniers temps ?

En même temps, qui ne socialise pas ne change pas. Du moins, je crois avoir entendu un truc comme ça quelque part. On change grâce à nos rencontres. Peut-être. Je le saurais si je deviens plus social, probablement. Mais quelque chose me dit que cela ne va pas arriver bientôt du tout.


#   Jeu 8 Sep 2016 - 22:57

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2020
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Finalement, le fait qu’ils se soient joué l’un de l’autre ne soit que le seul point commun qu’ils avaient et qu’ils auront. Kurei et ys étaient bien trop différents. Et ce parce qu’ils n’avaient pas non plus la même affinités, pouvoir trouver un terrain d’entente risquer de demander du temps. Du moins, peut être ne deviendront-ils pas les meilleurs amis du monde, mais ils arriveront à trouver un terrain d’entente. Comme ce qu’il se passe en ce moment même sur ce tas de débris. Kurei semble assez surpris par la raison pour laquelle Ys avait joué le rôle d’un professeur. Ce dernier se contenta d’hausser les épaules. Ouais, il avait eu besoin d’aide. Mais il n’avait jamais osé le demander directement surtout que cette idée de vouloir décorer une salle n’était autre que de saccager les prochains cours d’Haley. Bien sûr, personne ne devait connaitre la véritable raison, ce pourquoi il avait souhaité engagé un élève, lui faisant croire qu’il s’agissait là d’un cours d’art. Même ça, il n’était pas capable de réussir. L’école et lui, ils ne sauront jamais amis.

« Bah disons que je voulais que ça reste top secret… C’était pas pour décorer mais pour mettre les boules à une vieille amie. »

D’ailleurs, malgré tout, Ys avait réussi à réaliser son petit plan diabolique et étrangement, il n’avait rien reçu en retour. Pas un appel, pas de conséquences, pas de rumeurs… Est-ce qu’Haley donne encore des cours au moins ?! Bon bah il lui restait plus qu’à aller à la pêche aux infos directement à la source. Pensant comment se protéger lors de sa prochaine visite, Ys fut interrompu par la proposition du jeune homme.

« O…Ochikawa tout court ? ! »

Répéta-t'il bêtement tout en fixant son voisin. Kurei avait de drôles de manières. En vérité, il avait des manières bien familières. Ce vouvoiement qui persiste et cette manie de vouloir l’appeler par son nom… Kurei avait reçu une éducation pointilleuse. Et il ne laissait rien au hasard. Ni dans sa posture, dans son langage, dans sa tenue ; tout était parfait. Il devait tenir une vie parfaite. Ou du moins, ce qu’on lui avait toujours enseigné, se maintenir ainsi. Ce qui étira un fin sourire chez le Tonnerre. Ces manières lui rappelaient bien des souvenirs, des règles auxquelles il prenait du plaisir à détourner, à se moquer.

« Bah on fera avec hein ?! Désolé, mais je suis pas prêt à t’appeler Yataro. Ne m’en veux pas mais je ne sais pas faire ça… »

Et puis ça serait contredire à ses principes. Maintenant il pouvait mieux saisir le personnage de Kurei et surtout comprendre cette distante qu’il avait imposé depuis leur rencontre. Bien qu’aujourd’hui, il soit plus disposé à partager.

« J’en étais sûr ! Je te l’ai dis en tant que professeur imposteur, un brillant avenir t’attend ! »

Que Kurei devient étudiant n’a rien de surprenant. Et il n’y a encore rien de plus surprenant qu’il se fasse passé pour un élève pour nourrir cette soif de connaissance. Se grattant le menton, Ys prit la peine de répondre à son interlocuteur sur cet âge qui aurait pu le mettre sur la voie :

« Bah t’aurais pu très bien redoublé… Enfin je me dis que ce jour là, t’aurais pu être le prof et moi l’élève. »

C’est le jour et la nuit. Il y aurait de quoi être frustré de discuter avec quelqu’un avec autant de savoirs. Qui de plus, est aussi doué en arc. En somme : Kurei est une personne minutieuse, réfléchie et patiente. Tandis qu’Ys est une brute qui fonce tête baissée. C’est assez ironique en y pensant. Se laissant tomber en arrière, bras croisés derrière la tête, Ys trouva là une position forte agréable pour demander un peu plus sur son voisin. Après tout, il était disposé à discuter, alors peut être qu’il allait pouvoir le découvrir bien mieux que la première fois.

« Dis moi Kurei… T’es japonais n’est ce pas ?! Tu serais pas issu d’une grande famille ? »



#   Mar 20 Sep 2016 - 15:25

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

‘’Mettre des boules à une vieillie amie’’ ? Alors pour faire simple, il était en train de jouer une blague à quelqu’un. Probablement la vraie prof d’astronomie. Dans ce cas, je comprends mieux pourquoi Ochikawa n’a pas demandé de l’aide directement, mais en même temps, il aurait pu prétendre qu’il faisait de la décoration, quand même. Quoique, cela serait chelou dans tous les cas, je crois. Quoi qu’il en soit, il est déjà trop tard. Mais une partie de moi est quand même un peu curieuse de savoir s’il a réussi à finir ses guirlandes…

Mes yeux tournent vers le roux quand il s’exclame, apparemment plus que surpris par mon offre de compromis. Etrange. Me suis-je trompé ? C’est possible, après tout, le nom tout seul peut-être trompeur, même s’il a une sonorité japonaise. Mais je vois quelques secondes plus tard que ce n’est pas le cas avec Ochikawa. Je l’ai juste surpris un peu, bien que je ne comprends pas de suite pourquoi. Certes, la plupart des gens à Terrae, voir tout le monde, ne sont pas vraiment du genre à vouvoyer, encore moins à appeler les autres par nom de famille, mais j’avais pensé qu’un autre japonais comprendra mieux. Apparemment non.

Au moins il accepte. Tant mieux. Parce que tout comme lui ne saurait pas m’appeler ‘Yataro’, moi, je ne saurais l’appeler… par son prénom. Ce qui est visible par le fait que je n’y arrive même pas dans ma propre tête. Ce n’est pas un peu anormal, en fait ? Peut-être. Mais comme je ne suis pas normal de toute façon…

« Ne vous en faites pas, je comprends bien. Il en est de même pour moi et le tutoiement. Ou pour appeler quelqu’un par son prénom. »

Je dis alors que mon regard retourne vers l’extérieur à nouveau. Etre assis comme ça sur un mur cassé me rappelle un peu ma vie avant Terrae. Manque juste Liryo sur mes genoux et une vue sur la ville. Et les entrailles qui tournent de faim. Et un bleu ou deux quelque part…

Je cligne les yeux quand Ochikawa reprends la parole, ses mots l’opposé parfait de la direction que mes pensées viennent de prendre à l’instant. Un brillant avenir, il dit ? Difficile à croire avec le passé obscur que j’ai vécu. Mais bon, passons. C’est le passé. Alors faut qu’il reste dans le passé, je n’ai pas à m’acharner dessus.

« Vous croyez vraiment ? Pourtant, c’est vous qui m’avez donné un cours d’astronomie. Et puis, je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit que je puisse vous apprendre. Vous ou n’importe qui d’autre. »

La seule exception serait peut-être des gamins de dix ans ou moins, vu que c’était l’âge où j’étais forcé à arrêter l’école…

Comme s’il savait que mes pensées virent vers le passé et le personnel de nouveau, Ochikawa m’adresse la parole encore un fois et enquête sur ma famille. Enfin, sur ma nationalité et ma famille en suite. J’aurais du m’y attendre. Tôt ou tard, les questions de ce style doivent toujours être posées.

« En effet. »

Cette réponse courte est valable pour ses deux questions. Et si je n’en dis pas plus, c’est parce que je ne vois aucune raison de le faire. Cela ne le regarde pas. Et puis, je ne veux pas en parler non plus. Alors je ne dis pas plus et je ne lui pose pas des questions en retour. Après tout, tout comme mon passé ne le regarde pas, le sien ne me regarde pas, moi. Alors je reste silencieux. Ochikawa peut bien jouer l’imbécile, mais il n’est pas un idiot, je le sais déjà. Alors il devrait comprendre sans que j’aie à lui dire que le sujet abordé n’est pas un sur lequel je vais élaborer plus que ça.

« Il en est de même pour vous, non ? Vous êtes japonais aussi, n’est-ce pas ? »

Bon, ça, c’est un truc que je peux demander. Surtout que je veux être sur si au final j’avais bien raison ou si son nom de famille a juste une sonorité qui m’a trompé et qu’il n’est pas, en fait, japonais.


#   
Contenu sponsorisé

 

Je suis un prof, tu es un prof, c'est nickel, on se comprendra mieux maintenant... non ? (Ys! <3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Gymnase.
Aller à la page : 1, 2  Suivant