Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Et le vilain petit canard devint un cygne. (PV Joyce)
#   Mar 22 Nov 2016 - 12:08

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 533
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

J'étais en colère. Le plus fou, c'est que je l'étais depuis si longtemps que je ne savais même plus ce que ça faisait de ne pas l'être. Je l'étais depuis mes dix ans, pour la mort de mon père, puis celles de ma mère et de mon frère. Et enfin bien sûr, pour cette stupide maladie qui affaiblissait mon cœur et qui m'empêchait parfois de me lever le matin. Étrangement pourtant, depuis quelques temps, c'était envers mes amis que j'étais en colère. Ils m'apportaient un espoir dont je ne voulais pas croire, car s'il ne s'avérait pas être mon salut, alors je me serais battue pour rien. Je leurs en voulais énormément pour cela, bien qu'ils ne le méritaient pas, bien au contraire.

Quand Ys voulut me relever, malgré le fait qu'il sache combien j'allais lui en vouloir, je n'ai pas pu m'empêcher de craquer. Et l'espace d'un instant, aussi infime et futile soit-il, je me suis battue et je suis redevenue cette fille qu'il avait connu dans les sous-sol, la première fois que l'on s'était rencontré.
Je l'entendis murmuré, sans comprendre le sens de ces mots, trop bas. Le moment d'après, il était en face de moi, à genoux, les cadavres de nos prouesses entre nous.

"Tu ne dois pas avoir confiance en moi pour penser que j'ai aucune foi en toi. Ou du moins, tu ne fais confiance en personne, pas même en toi..."


Il avait raison, je le savais. Et il apaisait doucement la colère qui grondait, même si je lui en voulais de toujours attiser ma haine pour me relever. A croire qu'il n'y avait que ça qui marchait avec moi.
Il sourit et je relevai un regard criant de terreur. Oui j'avais peur. Peur que mes efforts soient vain et peur que tout se termine. J'étais enfin heureuse, était-ce trop demandé que de rester auprès de cette famille d'écorchés vifs qui m'avait accepter?

"Tu sais, ce n'est pas tant le fait que ça se dégrade. Mais que tu puisses ne rien dire, me mentir aussi longtemps, c'est ce qui dérange vraiment. Je suis en colère pour ça, je suis fâché. Parce que... Parce que j'ai mal de savoir que tu souffres toute seule, sans personne à qui parler, avec ça, sur tes épaules... Tu n'es plus toute seule Joyce, et ça fait longtemps."


- Je ne pouvais rien te dire Ys... Quand je t'en ai parlé pour la première fois, j'ai vu ta réaction et ton regard. Putain... Tu m'as jamais pris dans tes bras avant ça. Ça m'a fait mal de te voir comme ça, parce que bordel, j'ai pas le droit de t'infliger ça. De vous infliger ça. Je ne suis peut-être plus toute seule, mais je refuse de vous faire du mal. Pas à ce point, et pas comme ça.

Un autre sourire, un autre regard terrifié, il me prit les mains et j'eus presque l'envie de les retirer, tant ce genre de comportements nous étaient étrangers. Il était loin le temps où notre seul préoccupation était de se battre. Bien sûr, il nous arrivait encore de nous chamailler, mais moins qu'avant, pour la simple et bonne raison que j'étais faible.

"Pendant un moment, j'ai reconnu la Joyce, la toute première fois que je l'ai rencontrée. C'est pour ça que je crois en toi, tu n'as pas tant changé. Tu réclames toujours ton droit de vivre. Et si par moment, il faudra de botter pour te faire réagir, au point que tu me haïsses, alors soit: je deviendrais ton pire ennemi."


Un sourire amusé mais horriblement triste traversa mon visage. Il s'était adoucit, mais ses mots étaient toujours aussi chiants. Un vrai papy gâteau!
Il se releva, la voix éclaircie.

"Mitsuki m'avait dit que tu fatiguais plus vite. Je me doutais bien de ce que ça pouvait être, j’attendais juste que tu viennes me le dire. Mais ne t'en fais pas, Mitsu ira à ton rythme. Tu vas à l'allure qui te va tant que tu finis par gagner...Et tant puis si me tu détestes, je pourrais pas trahir une promesse..."

Je ne lui dis pas que je pourrai travailler tant que je voulais, la crainte restait de ne pas avoir le temps de gagner. Terrae faisait des miracles, mais impossible de faire d'un corps à moitié mort quoique ce soit d'autres qu'un futur cadavre. Je n'étais pas dupe.
Il me tendit une main, que je déclinai, par pure fierté, et parce que je me refusais à ne pas agir comme d'habitude avec lui. Je n'étais pas encore morte putain!

- Fais gaffe tu te ramollis feu-follet.

J'avais un sourire moqueur au visage, amusée. Je me refusais à changer avec lui. J'avais compris et entendu ses mots et sa tristesse de me voir si loin de la battante d'autrefois. Je savais ce que tous attendaient de moi, ce que moi, j'attendais de moi-même. Il avait raison, je n'avais pas le droit d'abandonner. Pour autant, il n'avait pas le droit de changer de comportement avec moi. Je voulais qu'on se batte et qu'on se cherche. Je voulais lui piquer ses clopes et chanter dans notre groupes. Je voulais le charrier avec Mitsuki et lui mettre la misère avec mes entraînements. Il avait raison. Je devais gagner.

"Au fait, il faut que tu apprennes un truc essentiel. Tout bon motard qui se respecte connait cette tradition...enfin, du moins, ils devraient. Quand tu seras assez bonne, tu seras capable de le faire."

Je lui décochai un regard perplexe. De quoi il parlait encore?

"Je l'ai surnommé: l'envol!"

Je le suivis, une méfiance certaine à l'égard de son idée de "traditions". Avec Ys, on ne savait jamais à quoi s'attendre. Sauf pour les clopes, là, on savait. Toujours. Et j'étais toujours là pour le faire chier.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mar 22 Nov 2016 - 21:17

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1477
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Ce fut d’un sourire bienveillant qu’Ys observa sa jeune amie se redressait seule. Evidemment, il avait deviné ses attentions car il l’a connaissait que trop bien. Il se doutait bien de la raison qu’il l’avait pousser à mentir, à se taire, souffrant seule. Cependant, même s’il n’en fit rien, ses pensées étaient tout autres. Joyce n’étant plus seule, bien que ce genre de nouvelle blesse, jamais, ses amis auraient préférés la laisser seule mais souffrir avec elle. Il y avait là encore beaucoup de travail mais combien son évolution lui rendait sa fierté, qu’Ys ne préféra pas la réprimander d’avantage.

Et pour sûr, elle le provoqua comme autrefois, comme si les jours heureux n’étaient pas si loin derrière eux. Malgré son air malin, Ys n’afficha aucune mauvaise grimace mais au contraire, un large sourire.


« Non c’est juste que je deviens sage contrairement à toi sale gosse ! »

Rien ne changera en dépit de cette maladie et de sa progression. Ils resteront les mêmes, sans aucune contrainte. Marchant côte à côte, Ys prit aussitôt la première place. Prenant les commandes au bord de l’harley, l lança de nouveau à sa jeune sœur :

« C’est moi qui conduis pour le retour, au moins, pour une dernière fois. Et aussi parce que ce que je veux te montrer, tu dois d’abord savoir manipuler ta conduite et cet engin avant de le faire toute seule. »

Faisant gronder la bête, mettant son casque, Ys lança une dernière fois avant que le moteur ne couvre leurs voix :

« Tu verras, tu comprendras toute la signification de ce geste. »

Une fois que son amie fut installer à son tour, Ys put se lancer sur la route à toute vitesse. Aucune limite respectée, c’était le but. Personne sur ces grandes lignes, juste eux et leurs libertés. Juste eux et leurs précieux moments. C’était ainsi qu’ils laissaient tout derrière eux. Une fois la moto lancée, l’air battant leurs visages, une vue dégagée où l’on pouvait apercevoir la mer au loin, au bord de la falaise comme s’ils étaient des dieux, plus forts que mère nature, ils voyageaient.

Du mieux qu’il ne put, Ys attira l’attention de Joyce tout en élevant la voix, voire même, s’il ne criait pas pour se faire entendre.


« Maintenant Joyce, tu ouvres grand tes bras et pivotes un peu en arrière. »

HRP> On finit doucement? Je posterais le dernier rp ;)



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   Lun 5 Déc 2016 - 21:52

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 533
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

« Non c’est juste que je deviens sage contrairement à toi sale gosse ! »

- Ah c'est pas la même chose dans ton cas papy?

Je voulais retrouver cette complicité un peu trop facilement oublié entre nous. La nouvelle de ma maladie avait anéantie tout espoir d'être à nouveau nous-mêmes un jour, et cette pensée suffisait à me serrer le coeur. Mitsuki, Liam, Ys, Misao... Tous nous avions changer, comme si le fait d'être plus doux et plus proches allait pouvoir empêcher la vie de continuer. C'était faux. Mais c'était notre façon à nous de ne pas tomber.
Je savais qu'ils auraient voulu que je les implique plus, surtout Ys, avec qui j'avais des liens pratiquement fraternel, mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas leur en faire plus subir, c'était déjà trop. Bien trop.

« C’est moi qui conduis pour le retour, au moins, pour une dernière fois. Et aussi parce que ce que je veux te montrer, tu dois d’abord savoir manipuler ta conduite et cet engin avant de le faire toute seule. »

Il m'avait dépassé, prenant les devants avec ma nouvelle grande amie. Sagement, je récupérai mes affaires et m'installai derrière lui. Il mit le casque et je m'accrochai, sans aucune crainte. J'avais entièrement confiance, bien que je sache qu'il avait une idée derrière la tête. Il avait cette tête qui voulait dire qu'il allait me faire faire une connerie.

« Tu verras, tu comprendras toute la signification de ce geste. »


Je lui lançai un regard perplexe, mais il avait déjà mis les voiles, le moteur rugissant, la vitesse augmentant considérablement en un rien de temps. Je mentirai si je disais ne pas avoir aimé ce moment. Parce que l'espace d'un après-midi, l'espace de cette leçon avec mon frère, j'avais presque pu oublier tout le reste.

« Maintenant Joyce, tu ouvres grand tes bras et pivotes un peu en arrière. »

Il avait crié, peinant à recouvrir le hurlement du vent. Sans aucune hésitation, je fis exactement ce qu'il me dit et j'eus l'émotion la plus forte que je n'avais jamais ressentis. Ainsi, sentant le vent et la puissance de l'instant, je hurlai à m'en briser la mâchoire, un sourire conquis aux lèvres, le coeur battant à tout rompre. Un fou rire me prit juste après, et je me rendis compte à quel point j'appréciais ces instants de grâce. Ys et moi, nos conneries et notre relation un peu bizarre. La vitesse, le vent, l'adrénaline, le coeur battant à vous en déchirer la poitrine, les piques, les cris... Tout. J'aimais tout.

- Putain je veux jamais m'arrêter!


Et pour une fois, j'étais sincère. J'aurai voulu ne jamais cesser cette pause dans nos vies. Jamais. Pas même pour reprendre ma guitare. Juste rouler. Rouler jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de route. Jusqu'à atteindre la liberté.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Lun 5 Déc 2016 - 22:48

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1477
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

La vitesse du vent battait dans leurs chevelures. A aucun moment, Ys n’avait ralentit. La moto hurlait, on pouvait les entendre de loin. Il n’y avait qu’eux et plus personne d’autres. Plus rien n’existé autour d’eux. Depuis longtemps, les jeunes acteurs s’étaient découvertes, ils avaient évolués ensemble. Ils s’étaient apprivoisés l’un l’autre. Ils étaient eux, ils étaient vrais.

Sans l’ombre d’un doute, et parce qu’il le savait aussi, Joyce s’exécuta et fit exactement de ce que son grand frère lui avait demandé. Bras levés, légèrement en arrière, elle pouvait ressentir toute la puissance de la vitesse. Du vent qui fouettait son visage. Son diaphragme qui se soulevait sous la pression. Et quelle autre merveille que de pouvoir ressentir toute la puissance de son envol…

La petite blonde en rit, elle est heureuse. Elle se libère enfin, le temps d’une route, le temps d’un échappatoire. Et autant qui lui faudra, elle n’aurait qu’à chevaucher son harley pour fuir ses démons. Suffisamment pour se remettre en scelle. Ys sourit aussi. Du coin de l’œil, il vit sa sœur heureuse. Son cœur n’en fit qu’un bon car il vit bien que ce regard, ce sourire, tout lui était étranger. Et combien, il garderait ce souvenir gravé.

Une fois la vue dégagée, Ys lâcha délicatement le guidon et à son tour, il put écarter grand ses bras. Il connaissait cette sensation. Cette sensation autrefois qui l’avait sauvé, qui l’avait évadé loin de son père, de cette violence, de cette colère. Arpentant les routes le long du port, il n’y avait que dans ces rares moments qu’il pouvait se sentir vivant. Aujourd’hui, il avait pu le faire découvrir à une personne qui lui était chère. Une personne qui depuis leur rencontre s’était promis de lui montrer le meilleur chemin afin qu’elle ne se perde pas en route. Qu’elle devienne meilleure que lui, avant lui.

Et aujourd’hui, ils roulaient à toute vitesse, prenant leur envol jusqu’à Terrea , libres d’être vrais. Ils ne laisseront derrière eux que deux petites tombes à l’effigie des souffrances laissées. Des démons qu’ils combattront encore et encore, et à chaque fois, ils se relèveront ensemble. Ils avanceront ensemble.


HAPPY END



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
 

Et le vilain petit canard devint un cygne. (PV Joyce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cour.
Aller à la page : Précédent  1, 2