Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Twinkle, twinkle, little star [Nathanaël]
Sam 3 Sep 2016 - 22:49
avatar
Masculin

Messages : 29
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 25

Retrouver un nouveau souffle de vie. C'était à peine si j'y croyais réellement. Pourtant, j'avais suivi cette personne qui était venue à mon secours, cette personne qui avait ressenti la détresse en moi, cette personne qui m'avait offert l'occasion de pouvoir sourire de nouveau. Je n'étais plus rien, juste l'ombre de moi-même, je ne ressentais plus grand-chose à part un remords constant venant d'un souvenir douloureux qui restera à jamais gravé dans ma mémoire. Comment pourrais-je l'oublier après tout ? J'étais responsable de la mort de ma mère et mon père allait sans doute mieux vivre sans me voir tous les jours à ses côtés. Par contre, je savais très bien ce que me dirait ma mère si jamais j'étais capable de lui parler, elle me dirait tendrement que ce n'était pas ma faute, que ce genre de choses arrivait et qu'il fallait que je continue à vivre pour tout lui raconter lorsque nous nous retrouverons. Était-ce pour cette raison que j'avais accompagné cette mystérieuse personne qui ne s'était même présentée à moi ? J'avais beau tenter de me méfier d'elle, quelque chose en moi voulait croire ce qu'elle racontait et c'était pour cette raison que je l'avais suivie... jusqu'au Japon. Oui, à l'autre bout de la Terre, à un endroit où j'étais certain de ne connaître personne, où je pourrais disparaître aux yeux de tous les autres et tenter de vivre de nouveau normalement avec mon fardeau.

Il était assez tard lorsque nous arrivâmes enfin à l'endroit tant attendu, il s'agissait d'une sorte de bâtiment scolaire, ce qui ne me changeait pas de l'école au final, mais l'ambiance semblait y être différente. Je ne savais pas exactement ce que c'était, mais j'allais sans doute le découvrir plus tard. Pour le moment, il fallait trouver un coin où dormir et je supposais qu'ils avaient dû préparer une chambre puisque mon arrivée semblait prévue. Je parvins à demander la direction à la personne qui m'avait emmené avant que celle-ci ne disparaisse au loin, me laissant me débrouiller seul. Après tout, j'avais l'habitude et les indications étaient claires, ce n'était pas bien compliqué de suivre un couloir et de trouver la bonne porte. Je traînais ma valise derrière moi tout en suivant le chemin que l'on m'avait indiqué et je finissais par arriver devant ce qui semblait être la bonne porte. Je l'ouvris lentement avant de passer ma tête par l’entrebâillement que je venais de créer pour être sûr que j'étais au bon endroit. Visiblement, je ne m'étais pas trompé puisque je voyais bel et bien des lits vides qui semblaient prêts à accueillir de nouveaux arrivants. Euh... des lits ? En effet, il y en avait plusieurs et je remarquais alors que certains étaient déjà occupés par d'autres jeunes adolescents qui devaient avoir plus ou moins mon âge. En ayant cette vision, je me figeai sur place. C'était... juste... impossible ! J'allais devoir dormir à côté de parfaits étrangers ?! En plus, je ne savais absolument rien d'eux, si cela se trouvait, ils étaient de vrais brutes qui aimaient maltraiter les nouveaux. Non, c'était juste trop me demander. Hors de question que je dorme avec quelqu'un ! Je n'avais aucune confiance à accorder aux gens, ils étaient tous traîtres, à s'approcher de soi apprenant à nous connaître avant de nous poignarder dans le dos et de nous abandonner. J'avais déjà assez donné, je ne recommencerais pas ici alors que j'avais l'occasion de vivre un nouveau départ.

Voyant l'ascenseur, je pris sa direction tout en vérifiant que personne ne m'observait et je montais au dernier étage. Pourquoi cette réaction ? Tout simplement parce que le seul endroit que je savais tranquille pour la nuit dans un endroit inconnu était bien évidemment le toit. En plus, j'allais pouvoir rester sous le ciel étoilé et en profiter pour observer une énième fois les étoiles sur la voûte céleste. Une fois arrivé à ma destination, je m'installais le plus confortablement possible, allongé sur le sol tout en laissant mes yeux s'habituer à la nouvelle source de lumière. La lune était dans son premier quartier et n'avait pas atteint la moitié encore, ce qui permettait de pouvoir observer les étoiles sans être ébloui. Le silence nocturne était quelque chose que j'avais toujours apprécié et j'en profitais pleinement pour réfléchir à ce que j'allais faire à partir de maintenant. Quels étaient les choix qui allaient s'offrir à moi ? Sans doute que l'administration de ce lieu allait vouloir me voir pour m'expliquer ce qui allait se passer maintenant que je les avais rejoints. Perdu dans mes pensées et persuadé d'être seul, je me mis à chantonner sans retenue une chanson que j'avais apprise étant plus jeune :

Twinkle, twinkle, little star,
How I wonder what you are!
Up above the world so high,
Like a diamond in the sky.
Twinkle, twinkle, little star,
How I wonder what you are!

Aussi étrange que cela puisse être, j'avais l'impression de me parler à moi-même en chantant ces quelques paroles. J'avais envie de découvrir la personne que j'allais devenir en restant ici. Est-ce que j'allais briller et rayonner de vie comme la petite étoile de la chanson ? Je n'en savais encore rien et j'en doutais fortement en ce moment même. Néanmoins, j'étais convaincu d'une chose : l'avenir n'était pas encore écrit, je pouvais encore changer l'image que j'avais de moi. Personne ne pouvait le dire.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Dim 4 Sep 2016 - 19:39
avatar
Masculin

Messages : 269
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : Mmmh, en pleine remise en question

Nathanaël avait été courir en forêt ce soir-là, puis il était revenu à sa chambre et avait pris une douche bien méritée. Il arpentait sa chambre en caleçon, se séchant les cheveux avec un petit linge, tout en réfléchissant à ce qu'il allait faire ensuite. Généralement, il ne tardait pas trop à aller se coucher, mais ce soir-là, il n'était pas fatigué et avait envie de veiller un peu plus tard qu'à l'accoutumée. Soudain, il eut une idée. Il enfila un training, des chaussettes et ses chaussures, et prit la direction du toit. En courant, il avait pu assister à un magnifique coucher de soleil, le ciel était si clair, regarder les étoiles ce soir seraient un spectacle splendide. En chemin, le Terre marqua une courte pause au cinquième étage. Il avisa la porte de l'observatoire au bout du couloir, hésita. Cela faisait un an, au moins, qu'il n'y était pas retourné et qu'il n'avait pas revu Mme Lindley, sa professeure d'astronomie. Étant à présent étudiant à l'université de Tokyo, il ne suivait plus les cours à Terrae et cela lui manquait un peu. Oh, ce n'était pas de passer du temps avec ses camarades ou voir ses profs, non... c'était la diversité de l'enseignement. En passant à l'étape suivante de sa formation, il avait dû restreindre drastiquement la variété de ses cours, se limitant aux sciences : math, physique, chimie et biologie. Il lui arrivait, bien entendu, encore de faire des recherches de son côté, de s'instruire sur plein de sujets, mais moins souvent. Le niveau demandé avait augmenté et, même si la première année ne lui avait pas demandé un grand effort, il savait que cela allait changer pour la suite.

Le Titan décida finalement de continuer sa route jusqu'au toit. Il n'y avait, à sa connaissance, aucun phénomène marquant à observer ce soir-là. Il irait simplement observer les constellations, un moment de paix. En arrivant à l'endroit voulu, il remarqua que la porte n'était pas fermée correctement. Il la poussa doucement et aperçut un jeune homme allongé à même le sol. Avant qu'il n'aie pu se manifester, l'inconnu entonna un chant. C'était doux, un peu enfantin, fragile peut-être. Nathanaël n'osa pas bouger, conscient de ne pas avoir le droit d'être là, de lui voler cet instant. Que faire à présent ? La comptine se termina et il était toujours figé sur le pas de la porte qui n'avait pas grincé en s'ouvrant. Loi de Murphy oblige, il savait qu'elle ferait un boucan énorme s'il cherchait à la refermer discrètement. Il décida donc d'attendre quelques instants de plus en silence, puis il passa enfin le seuil et referma la porte derrière lui. Un long son strident vint lui percer les tympans, puis un claquement, fermée.

La Terre avisa alors une valise dans son champ de vision. Ainsi, le chanteur était nouveau à Terrae ? Il venait sans doute d'arriver, mais pourquoi ne pas avoir laissé l'objet dans le dortoir ? Peut-être souhaitait-il être un peu seul avant de se jeter dans la gueule du loup ? Oui, certaines personnes voyaient d'un très mauvais œil le fait de devoir subir les dortoirs communs au départ... et cela pouvait se comprendre. En fonction de l'histoire qu'on traînait derrière soi, devoir dormir avec d'autres personnes, le simple fait de côtoyer des gens pouvait être une épreuve. Étonnamment, le Titan n'avait pas ressenti ce genre de gêne. Ses camarades de chambre par contre... ils n'avaient pas été très bavards, évitant un maximum les discussions. Il s'avança de quelques pas, mais resta à une distance raisonnable pour ne pas gêner l'inconnu.

Bonsoir, je m'appelle Nathanaël. Tu viens d'arriver, c'est ça ?

Son sourire doux ne pouvait sans doute pas se voir sur son visage à cause de l'obscurité, mais il se sentait dans sa voix calme et posée, douce elle aussi. Ne pas l'effrayer, ne pas le brusquer.

Tu aimes aussi observer les étoiles ?

Sa vue ne s'était pas encore vraiment habituée au manque de luminosité. Il leva pourtant les yeux et repéra aisément l’Étoile Polaire, puis les habituelles Cassiopée et Céphée, côte à côte, ainsi que Pégase avec Andromède,... Il les connaissait presque toutes. Nathanaël baissa à nouveau les yeux. Il avait délibérément choisi de ne pas parler de la chanson du jeune homme. Il ne le connaissait pas et ne souhaitait pas le mettre mal à l'aise par ignorance.
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ipiu <3
Revenir en haut Aller en bas

Dim 4 Sep 2016 - 21:00
avatar
Masculin

Messages : 29
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 25

Les paroles de cette chanson avaient un sens bien plus profond que je le croyais au départ. Enfant, je me disais qu'il s'agissait juste d'une étoile dans le ciel parmi tant d'autres, mais à présent, j'avais l'impression de comprendre ce qui se disait implicitement. L'étoile n'était qu'un être qui voulait trouver un sens à sa vie, qui voulait découvrir qui elle était réellement au fond d'elle afin de pouvoir devenir plus brillante... plus vivante en fait. C'était étrange la sensation que je venais d'avoir. Pourquoi cette chanson à ce moment de ma vie ? J'étais en plein tournant et voilà que je me mettais à philosopher sur les paroles d'une comptine pour enfants. Était-ce un signe ? Une inspiration pour me faire comprendre qu'il était temps de reprendre goût à la vie ? Déjà, je me sentais vivant ici, même si je n'avais pas l'impression d'être à ma place, c'était un bon début puisque j'avais tout perdu avant. J'entendais de nouveau les battements de cœur, cette mélodie qui m'avait quitté, me donnant encore plus la sensation d'être vivant sans vraiment l'être. Je soupirais longuement en me demandant ce qui me passait par la tête ; ma mère m'aurait très certainement observé d'un air amusé avant de déclarer que je voyais toujours plus loin que le bout de mon nez. Comme tu avais tort Maman... J'étais aveugle depuis bien longtemps maintenant, plus rien ne m'attirait. Enfin... c'était ce que je pensais avant de rencontrer cette personne qui m'avait emmené ici. Un bruit strident me sortit brutalement de mes pensées et je me retournai vivement pour me rendre compte que je n'étais pas seul. Vu que je m'étais habitué à la luminosité, je parvenais à discerner qu'il s'agissait d'un jeune homme, tout comme moi, mais je ne m'attardais pas trop sur les détails. Mince ! Qui était-il ? Un surveillant dans l'établissement ? Un simple résident venu observer également les étoiles ? Moi qui pensais pouvoir passer la nuit tranquille, je m'étais bel et bien fourvoyé... Une pensée bien pire encore me traversa l'esprit : est-ce qu'il m'avait entendu chanter ? Je rougissais fortement sur le coup, bien qu'il ne puisse pas le voir, et je me raidis en remarquant qu'il marchait dans ma direction avant de se stopper à une distance que je qualifierais d'acceptable.

Bonsoir, je m'appelle Nathanaël. Tu viens d'arriver, c'est ça ?

Si je me fiais à sa voix, il me donnait l'image de quelqu'un de calme et doux. Sans doute qu'il ne voulait pas m'effrayer et qu'il tentait de passer pour quelqu'un d'inoffensif pour pouvoir se rapprocher de moi. Néanmoins, je savais que je ne pouvais plus faire confiance à qui que ce soit, les gens étaient tous pareils, ils utilisaient les autres avant de s'en débarrasser, ils les rabaissaient pour se sentir supérieurs et se servaient de n'importe quel moyen et ouverture pour parvenir à leurs fins. C'était la triste réalité de mon passé.

Tu aimes aussi observer les étoiles ?

S'il posait cette question, c'est qu'il aimait le faire lui aussi et qu'il m'avait vu observer le ciel nocturne pendant un moment avant de se manifester. Ce qui signifiait qu'il y avait des chances qu'il m'ait entendu chanter, même si j'espérais fortement que non. Que faire ? Lui répondre et engager la conversation ou bien garder mon mutisme intact pour être tranquille ? Je ne pouvais pas lui faire confiance, mais il pourrait sûrement répondre à mes questions, ce qui m'arrangeait grandement. Prenant mon courage à deux mains, bien que le volume sonore de ma voix fut assez bas, je décidais de me lancer.

Oui... mais je ne sais pas où j'ai atterri et... oui aussi pour les étoiles. Est-ce que vous... vous pouvez me dire ce que je fais là ? Je... J'ai besoin de savoir et aussi... vous... vous m'avez entendu ?

L'une des rares raisons qui me forçait à poursuivre une conversation était ma curiosité. En effet, j'avais vraiment besoin de savoir le maximum de choses, ensuite, je triais les informations reçues pour savoir si elles étaient dignes d'intérêt pour que je les retienne ou si je devais tout simplement oublier. Après, ce n'était pas ma réserve naturelle et le ton faible de ma voix qui allaient m'aider à continuer la conversation. J'espérais d'ailleurs que le dénommé Nathanaël était parvenu à comprendre ce que je disais, mais comme il n'y avait aucun bruit alentour, cela ne devait pas lui poser de problèmes. Par contre, j'étais toujours aussi rouge dans l'attente de savoir s'il m'avait entendu chantonner ces quelques vers, il pourrait me mentir pour me rassurer, mais je sentais bien qu'il était présent depuis ce moment. Les coïncidences étaient vraiment faites pour nuire aux gens qui voulaient garder leur jardin secret.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Lun 5 Sep 2016 - 17:39
avatar
Masculin

Messages : 269
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : Mmmh, en pleine remise en question

Le jeune homme s'était, évidemment, retourné brusquement en entendant le bruit de la porte se refermant. Il fixait Nathanaël lorsque ce dernier s'était approché, tout en gardant une distance suffisante pour ne pas le mettre mal à l'aise. Après s'être présenté et lui avoir posé ses questions, le Terre s'assit à l'endroit où il s'était arrêté. Il était grand, un peu trop à son goût, et il n'aimait pas toiser les gens, cela le faisait passer pour plus arrogant qu'il ne l'était. Il s'accroupissait même lorsqu'il parlait avec Ipiu, pour être à sa hauteur, mais elle finissait toujours par bougonner qu'elle n'était plus une gamine, alors il se relevait, en souriant tendrement devant son air grognon.

En attendant que l'inconnu veuille bien parler, le Titan observa à nouveau le ciel. Que ferait-il si le silence persistait, s'il ne recevait aucune réponse ? Rien sans doute... Il était plutôt gentil et sympa, mais si la personne en face ne voulait pas communiquer, il n'allait pas insister. Après tout, il n'était pas venu dans le but de discuter avec quelqu'un. Il aura appelé Ipiu ou se serait rendu à la salle commune, si cela avait été le cas. Non, il était venu pour contempler l'infini du ciel... qui n'était soi dit en passant pas infini. Nathanaël se demandait combien de personnes sur cette planète se rendait vraiment compte de ce qu'ils avaient autour d'eux, de la taille de l'univers, du nombre de planètes, d'étoiles qu'on pouvait y trouver... même lui et les plus grands scientifiques n'en avaient aucune idée, en fin de compte. C'était tellement gigantesque !

Le nouveau finit par briser le silence, d'une voix faible et hésitante, mais tout de même audible. Il lui confirma qu'il était nouveau et qu'il aimait les étoiles, mais qu'il ne savait pas trop où il était et ce qu'il faisait là. Il lui demanda aussi, sans détour, s'il l'avait entendu chanter. Le Terre se passa la main dans les cheveux tout en réfléchissant. Il était un peu gêné que le jeune homme lui pose la question aussi directement. Il ne pouvait décemment pas éluder la vérité et il se refusait de mentir. Oh, il n'était pas parfait, il lui arrivait de mentir, mais pas pour ce genre de choses et pas pour des choses importantes... Le Titan décida d'avancer par petits pas.

Tout d'abord, j'aimerais juste que tu ne te sentes pas obligé de me vouvoyer. J'ai dix-sept ans, je ne suis même pas majeur et je suis encore un étudiant, alors ce n'est pas nécessaire.

Son sourire doux s'estompa un peu pour la suite.

Et pour répondre à tes premières questions, je ne sais pas ce que le Master qui t'a amené ici t'a dit, mais cet endroit s'appelle Terrae et c'est une école. En fait, c'est avant tout un lieu où les gens qui ont vécu un événement grave dans leur vie et ont ressenti un vide peuvent venir se reconstruire.

Nathanaël marqua une courte pause et reposa son regard sur la silhouette de l'inconnu.

Chaque personne, ici, à une histoire tragique dans son passé. On essaie tous de surmonter ça à notre manière.

Il se tut un instant. Il n'était pas certain qu'il devait dire ce genre de choses à son interlocuteur, mais il était trop tard à présent, les mots étaient sortis. Il se rappela sa propre arrivée, Nariwen et tout ce qu'il avait appris. Il eut un petit rire en repensant au fait qu'il croyait être arrivé dans une secte et à sa réaction. Finalement, cela n'avait pas été si difficile pour lui, au début. C'était par la suite que les choses s'étaient gâtées. On pouvait repousser son passé un moment, mais pas indéfiniment. Il finissait toujours par nous rattraper. Alors, le mieux à faire était d'accepter et de vivre avec. Il était heureux d'avoir surmonté ses démons, au moins en partie. Il se rappela sa rencontre avec Ipiu, le moment où elle lui avait demandé d'où il venait et le choc que ses souvenirs lui avaient créé. Il espérait ne pas avoir ravivé des émotions trop fortes au jeune homme avec son allusion à une histoire tragique et au vide.

Excuse-moi, je m'étais perdu dans mes pensées.

Le Terre espérait que son petit rire n'avait pas perturbé le nouveau. Comme il faisait sombre, ce dernier ne pouvait pas voir les expressions de son visage, ce qui compliquait fortement les choses. Le Titan prit soudain un air très sérieux. Il ne pouvait repousser plus longtemps la suite.

Et je dois t'avouer que je t'ai entendu chanter. Je suis sincèrement désolé de t'avoir volé cet instant. Je n'ai pas eu le temps de me manifester lorsque je suis arrivé ici.

Ceci était une piètre excuse, il en avait conscience, mais c'était aussi la vérité. Il espérait seulement que l'inconnu ne serait pas trop troublé par cette révélation. A la manière dont il lui avait posé la question, ce devait être très gênant pour lui.
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ipiu <3
Revenir en haut Aller en bas

Mar 6 Sep 2016 - 11:48
avatar
Masculin

Messages : 29
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 25

Je sentais le feu de la gêne envahir mes joues si bien que je savais que j'étais rouge, mais heureusement pour moi, la luminosité actuelle permettait juste d'apercevoir la silhouette et non les détails si bien que mon interlocuteur n'allait pas s'en rendre compte. D'ailleurs, ce dernier semblait avoir compris qu'il était préférable de ne pas s'approcher davantage puisqu'il s'installa tout simplement. Je le vis lever sa main pour qu'elle aille se poser sur ses cheveux et vu le silence qui suivit, je me doutais qu'il était en train de réfléchir à ses réponses. Allait-il me mentir pour essayer de me tromper et de se rapprocher de moi pour mieux me trahir derrière ou allait-il être sincère ? Je n'en savais trop rien. Même si j'avais été capable de lancer la conversation pour en savoir un peu plus sur cet endroit parce que j'en ressentais le besoin, je n'étais pas obligé de croire ce qu'il allait me raconter. Et c'était bien là mon problème ! Selon ses réponses, j'allais devoir aviser et me faire une idée de lui, le rangeant ensuite dans la catégorie des gens à éviter – comme la plupart des personnes d'ailleurs – ou ceux qui méritaient une chance de m'approcher. Il finit par débuter ses explications, mais avant cela, il me demanda d'éviter de le vouvoyer puisqu'il n'était même pas majeur et qu'il restait un étudiant. Vu sa taille et comme je ne le connaissais pas, il m'avait semblé judicieux de le vouvoyer afin d'éviter une familiarité déplacée, mais cela semblait le déranger, j'allais donc y penser lorsque je reprendrais la parole.

Et pour répondre à tes premières questions, je ne sais pas ce que le Master qui t'a amené ici t'a dit, mais cet endroit s'appelle Terrae et c'est une école. En fait, c'est avant tout un lieu où les gens qui ont vécu un événement grave dans leur vie et ont ressenti un vide peuvent venir se reconstruire. Chaque personne, ici, à une histoire tragique dans son passé. On essaie tous de surmonter ça à notre manière.

Terrae... Une école pour toutes les personnes qui avaient eu dans leur vie un moment qu'ils n'avaient pas réussi à gérer et qui les empoisonnait petit à petit jusqu'à ne plus rien ressentir du tout. Comme je comprenais très bien cette sensation. Elle n'était pas arrivée tout de suite pour ma part, elle s'était faite progressivement, me dévorant tel un poison voulant atteindre mon cœur pour en finir avec moi le plus lentement possible. Une fois l'organe de vie atteint, il n'y avait plus rien qui permettait de vivre, toutes les sensations disparaissaient, aucune activité ne donnait d'émotions, c'était semblable à une mort, même si nous étions toujours en vie. Alors ainsi, toutes les personnes dans ce lieu avaient vécu ce quelque chose qui les avait conduits à ne plus rien ressentir et ils étaient amenés dans ce bâtiment pour pouvoir se reconstruire pleinement. Instinctivement, je me mis à me frotter le lobe d'oreille, montrant ainsi que j'étais en intense réflexion, même si le dénommé Nathanaël ne pouvait pas interpréter ce geste de cette façon. Aussi étrange que cela puisse être, j'avais envie de le croire. Il y avait quelque chose dans sa voix qui montrait qu'il parlait en connaissance de cause et vu qu'il semblait aller très bien, cela me prouvait que Terrae était vraiment un endroit pour le renouveau. Par contre, une quantité impressionnantes de questions tourbillonnait dans mon esprit. La personne qui m'avait amené ici était donc un Master, mais quel était véritablement son rôle dans cette histoire ? Pourquoi s'appeler ainsi ? Comment les gens d'ici savaient-ils que d'autres ressentaient ce fameux vide et qu'ils avaient besoin d'aide ? Nous étions tout de même à l'opposé du globe comparé à mon pays natal, cela paraissait impossible... Un rire me sortit de mes pensées et j'entendis Nathanaël s'excuser, qu'il s'était plongé dans ses souvenirs. Parler de cela lui avait sûrement remémoré son arrivée ici et je m'en voulais un peu de lui faire subir cela.

Et je dois t'avouer que je t'ai entendu chanter. Je suis sincèrement désolé de t'avoir volé cet instant. Je n'ai pas eu le temps de me manifester lorsque je suis arrivé ici.

P-p-pas grave... C'est pas comme si j'avais le moindre talent de toute façon...

La deuxième phrase était plus pour moi-même, mais l'étudiant de Terrae avait dû l'entendre également. Avant, je considérais que j'avais du talent pour les études, j'avais de formidables capacités d'apprentissage et d'adaptation si bien que l'enseignement me plaisait énormément. Dès qu'un sujet suscitait mon attention, je me plongeais corps et âme à l'intérieur avant de voir si cela méritait vraiment que je poursuive l'apprentissage. Ce fut ainsi que je m'étais passionné pour l'astronomie ainsi que le chant. Mais tout ceci n'était que le passé... J'avais cessé depuis un moment d'apprendre quoi que ce soit, les étoiles ne m'apportaient plus aucun réconfort, c'était juste un réflexe que j'avais d'aller les voir. Et le chant ne faisait que combler ce silence incessant dans mon cœur, même si dernièrement, les mélodies me revenaient petit à petit. Était-ce dû à l'apparition de ce fameux Master ? Sans doute, je ne saurai l'affirmer. Dans tous les cas, Nathanaël avait attisé ma curiosité, si bien que, sans le savoir, il venait de briser une partie de ma carapace tant que je pouvais obtenir des réponses de sa part. C'était cruel écrit ainsi, mais lorsque toutes les personnes à qui vous aviez fait confiance vous abandonnaient au moment où vous aviez le plus besoin d'elles, il était normal de réagir de cette manière pour ne plus souffrir.

Au final, ça ressemble plutôt à un asile ici... c'est triste... Au fait... je... je m'appelle Antoine... Je voulais pas... enfin... je...

J'aurais voulu lui dire qu'il venait d'être un privilégié, que je le croyais, même si je ne lui faisais pas encore confiance. Les derniers mots perdirent en intensité dans ma voix et je n'étais même pas sûr qu'il était parvenu à les entendre, même si le silence qui régnait durant cette soirée allait grandement l'aider.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Mer 7 Sep 2016 - 23:59
avatar
Masculin

Messages : 269
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : Mmmh, en pleine remise en question

Nathanaël observa le nouveau se frotter le lobe de l'oreille et se demanda ce que signifiait ce tic, mais il ne posa pas de questions. Lorsqu'il parla du chant à l'inconnu, ce dernier lui dit que ce n'était pas grave, mais il n'était pas certain que cela soit vraiment sincère. Sa remarque suivante tira une grimace au Terre. Il se dépréciait, n'était pas objectif, c'était évident, mais pouvait-il lui faire changer d'avis ?

Pourtant, je trouve que tu en as.

Le Titan était sincère, mais il n'était pas certain que son interlocuteur l'écoute. Ce n'était peut-être pas encore le moment. Il espérait simplement que cette idée resterait dans son esprit pour pouvoir la ressortir le moment venu, lorsqu'il serait prêt. Lorsqu'Antoine parla de l'asile, Nathanaël eut un petit rire gêné. Il s'était lui-même fait cette réflexion avant que Nariwen ne lui explique tout. Il réfléchit un instant avant de répondre.

Enchanté, Antoine. Ne t'excuse pas. J'y ai aussi pensé lorsque je suis arrivé, tu sais.

Il releva les yeux vers le ciel étoilé, juste à temps pour voir une étoile filante. Certaines personnes aimaient faire des vœux, mais il ne comprenait pas trop pourquoi. Après tout, ce n'était qu'un petit morceau de météorite entrant dans l'atmosphère. Sa vaporisation et l'ionisation de l'air provoquait le signal lumineux visible. Il n'y avait rien de mystique là-dedans, alors pourquoi croire qu'un souhait allait se réaliser. Peut-être était-ce simplement un peu d'espoir ? Oui, de la poussière d'espoir.

En fait, je vois une différence essentielle entre un asile et Terrae, bien qu'il y en ait plein d'autres. Ici, il n'y a pas de personnel soignant, pas de traitement, pas de malade. Nous sommes simplement des personnes ayant vécu un drame et ayant besoin de plus de temps que les autres pour se remettre du choc. Et puis, beaucoup de gens ici ont perdu leur famille, alors, ils ont pu en retrouver une ici.

Le nez toujours en l'air, il n'avait pas bougé pendant son discours, pensif. Avait-il retrouvé une nouvelle famille ici ? En deux ans, quels liens avaient-ils vraiment créés ? Mise à part Ipiu, qui pouvait prétendre être un ami, un proche ? De toutes les personnes qu'il avait croisées, aucune n'était vraiment sortie du lot, aucune n'avait suffisamment persévéré pour qu'il veuille garder un contact. Il eut une pensée pour toutes ces âmes croisées. Le Terre savait qu'il était, bien entendu, lui aussi responsable de la situation. Il n'avait pas cherché à se faire des amis. Sans doute la perte de sa famille y était pour quelque chose, sans doute que s'il n'avait pas aimé Ipiu... serait-il seul aujourd'hui ? Cela aurait été très probable. Pourtant, il n'était pas quelqu'un d’asociale, au contraire. Il était plutôt d'un contact facile, n'étant pas timide et ne cherchant pas la solitude. Avant le drame, il avait de nombreux amis, aimait passer du temps avec eux, mais les choses avaient changé. Sans doute se protégeait-il ainsi. Ne pas s'attacher pour ne pas souffrir. Il savait cependant que ce n'était pas la solution, car ce n'était pas vivre que d'agir ainsi. Il fallait qu'il s'ouvre un peu plus aux gens, qu'il fasse cet effort, qu'il retrouve cette part de lui qui avait disparu. Le Titan allait beaucoup mieux, mais ce n'était pas suffisant, pas encore.

As-tu d'autres questions ? N'hésite pas, surtout.

Nathanaël souriait, n'ayant toujours pas bougé, sa voix n'était que douceur. Le silence qu'il avait laissé s'installer l'avait plongé dans une certaine nostalgie.
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ipiu <3
Revenir en haut Aller en bas

Sam 10 Sep 2016 - 17:55
avatar
Masculin

Messages : 29
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 25

Nathanaël avait répliqué sur mon murmure comme quoi je me trompais et qu'il trouvait que j'avais tout de même du talent. Disait-il cela pour me faire plaisir ou était-il vraiment sincère dans ses mots ? Je n'en savais rien... Est-ce que je pouvais vraiment lui faire confiance ou allais-je retomber dans le même piège que d'habitude ? Je n'en savais rien... Il y avait tant de choses que j'ignorais que mes connaissances dont j'étais si fier auparavant me semblaient bien fades en contemplant le monde à présent. Un élève modèle qui travaillait excellemment bien si l'on parvenait à attiser sa curiosité, voilà ce que j'avais été. À présent, c'était plutôt un jeune homme replié sur lui-même, incapable de s'ouvrir aux autres, préférant la solitude avant tout pour ne plus souffrir davantage. J'étais lamentable... Et dire que mon interlocuteur pensait que j'avais du talent... il ne devait pas avoir entendu beaucoup de gens chanter avant moi dans ce cas. Quoi qu'il en soit, ma réflexion sur Terrae le fit rire subitement avant qu'il explique qu'il avait pensé exactement de la même manière que moi lorsqu'il était arrivé ici et que je n'avais pas à m'excuser. Je me mordis les lèvres en le voyant lever la tête vers le ciel. Il s'était fourvoyé sur le sens de ma phrase : je ne m'excusais pas pour le fait d'avoir dit que nous étions dans un asile, je voulais lui présenter mes excuses pour ne pas m'être présenté lorsqu'il l'avait fait sous prétexte que j'étais trop méfiant envers les gens. Alors que je l'observais tandis qu'il avait toujours la tête orientée vers le ciel étoilé, il finit par reprendre la parole pour exprimer le fond de ses pensées.

En fait, je vois une différence essentielle entre un asile et Terrae, bien qu'il y en ait plein d'autres. Ici, il n'y a pas de personnel soignant, pas de traitement, pas de malade. Nous sommes simplement des personnes ayant vécu un drame et ayant besoin de plus de temps que les autres pour se remettre du choc. Et puis, beaucoup de gens ici ont perdu leur famille, alors, ils ont pu en retrouver une ici.

Je comprenais la nuance dont il voulait parler. Contrairement à un asile, il n'y avait pas de suivi continu avec toutes les personnes résidant à Terrae. Ici, chacun se soignait à son rythme, selon sa propre méthode, son propre temps, ses propres besoins... Chacun d'entre nous avait un passé dont il ne voulait pas parler, chacun d'entre nous faisait tout ce qu'il pouvait pour l'oublier ou grandir avec en faisant en sorte de revivre de nouveau. Je pouvais tout à fait me rendre compte du travail que cela demandait et du temps nécessaire à une telle guérison. Néanmoins, le terme utilisé par Nathanaël fut trop puissant pour moi. Une famille... La mienne était morte le jour où l'Incident s'était produit. J'avais perdu ma mère et mon père ne me voyait plus comme un fils, le reste de la famille s'était éloigné de nous et je m'étais retrouvé seul. Seul avec une haine envers moi-même qui m'empoisonnait le cœur, seul avec une obscurité grandissante qui obstruait toute lumière, seul au milieu du vide qui s'était formé sans même que je m'en rende compte... Retrouver une famille à Terrae... pourquoi faire ? Pour souffrir de nouveau et laisser le vide s'emparer de moi encore une fois ? Jamais ! Je préférais rester seul jusqu'à la fin de mes jours plutôt que de revivre une situation pareille. Une famille... j'avais aimé la mienne... je l'avais détruite également... et mon corps était marqué d'une cicatrice au genou pour me rappeler que c'était bel et bien ce jour-là que tout était terminé. Oui, le terme famille faisait remonter en moi trop de souffrance, si bien que les larmes commencèrent à perler à mes yeux et qu'elles s'écoulaient le long de mes joues pour finir par s'écraser plus bas. Nathanaël avait toujours les yeux rivés sur le ciel tandis que je me recroquevillais pour poser mon visage sur mes genoux et dissimuler les larmes qui venaient de naître. Allait-il entendre ma respiration plus prononcée et saccadée ? Peut-être, en tout cas, je remerciais le fait qu'il n'y ait pas assez de lumière pour qu'il puisse m'observer avec précision. Quoique... depuis le temps que nous étions sur le toit, nos visions étaient plus habituées au manque de luminosité et nous devrions être capable de voir le visage de l'autre. Enfin, si jamais il décidait de redescendre son regard et si je remontais le mien. Au lieu de cela, Nathanaël me demanda de ne pas hésiter si j'avais d'autres questions, le problème, c'était que j'en avais plein qui tournaient plus ou moins autour du même sujet.

Pourquoi les Masters s'appellent ainsi ? Qu'est-ce qu'ils maîtrisent ?

J'avais pris le temps de calmer ma respiration pour éviter qu'il puisse percevoir mes sanglots à travers le ton de ma voix, mais cette dernière était encore trop faible et hésitante. Il pourrait mettre cela sur le compte de la timidité, cela m'arrangerait bien en réalité. S'il me proposait de répondre à mes questions, je voulais surtout obtenir plus d'informations sur ces mystérieux Masters. Pourquoi utiliser un tel terme ? Comment faisaient-ils pour savoir que d'autres personnes ressentaient ce vide si caractéristique ? Quels moyens avaient-ils pour nous observer à l'autre bout de la Terre ? J'avais envie de poser toutes ces questions et bien plus encore, mais en restant sur une interrogation aussi ouverte que celle que je venais de poser, je m'arrangeais pour qu'il puisse répondre de n'importe quelle manière. Ainsi, cela allait obligatoirement éclairer mes lanternes, peut-être pas sur tous les sujets, mais sur une bonne partie... du moins, je l'espérais.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Mar 13 Sep 2016 - 14:00
avatar
Masculin

Messages : 269
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : Mmmh, en pleine remise en question

Toujours le nez dans les étoiles, Nathanaël ne sentit pas le trouble d'Antoine. Sans doute, s'en serait-il un peu voulu s'il l'avait remarqué. Il se serait souvenu de la première fois que son passé lui était revenu en pleine figure, alors qu'il n'était pas seul. C'était avec Ipiu, la première fois, dans le sous-sol de l'école. Elle lui avait simplement demandé d'où il venait. Rien qu'à l'évocation mentale de Londres, il avait vacillé. Il lui avait fallu du temps pour y penser sans ressentir de trop vives émotions. Le Terre aurait aussi, sans doute, compris que c'était le terme « famille » qui avait déclenché cette réaction. N'aurait-il pas, lui aussi, réagit de la sorte ? Après tout, il avait perdu sa famille, c'était ce qui avait créé son vide. Il n'aurait pu que deviner, imaginer ce qui avait amené le nouveau ici, à Terrae, mais il aurait compris la douleur. Sauf que tout cela, il n'en eut pas conscience, trop perdu dans ses pensées, un peu trop replié sur lui-même, perdu parmi les lumières du ciel.

Le Titan quitta sa contemplation lorsque son interlocuteur lui posa d'autres questions. Son regard vint se poser sur lui. Son sourire fut chassé par un air surpris, mais revint, doux et empli d'empathie lorsqu'il constata, enfin, l'état du jeune homme. Il comprit que son discours avait éveillé de vives émotions chez Antoine.

Je suis navré.

Il ne dit rien de plus. En soi, il ne s'excusait pas vraiment d'avoir dit les mots qu'il avait prononcés, ni, non plus, de l'avoir troublé, parce qu'il ne le connaissait pas suffisamment pour savoir quels étaient les thèmes sensibles. Non, il s'excusait comme le faisaient les gens lorsqu'ils compatissaient à la douleur de quelqu'un. Nathanaël attendit un instant encore, pensant à la question de son interlocuteur. Évidemment, le sujet devait être abordé, il l'avait toujours su, mais espérait peut-être qu'il arrive plus tard. Il désirait présenter les choses en douceur, mais n'était pas certain que cela soit vraiment possible, alors autant ne pas tourner autour du pot.

On peut dire que les gens, ici à Terrae, sont divisés en quatre groupes distincts : les Novices, les Initiés, les Étoiles et les Masters. Mais tu n'es pas arrivé dans une secte, je te rassure tout de suite, si cela a effleuré ton esprit.

Le Terre marqua une brève pause, riant intérieurement en pensant qu'il y avait pensé, lui, lorsque Nariwen lui avait expliqué ce qu'était Terrae.

Il y a une information que je ne t'ai pas encore donnée, une donnée importante concernant Terrae. La magie existe réellement.

Il laissa un court silence, le temps qu'Antoine assimile cette nouveauté.

Après quelques temps passés ici, les nouveaux ont la possibilité, s'ils le désirent, de passer ce qu'on appelle l'initiation. Lors de cette cérémonie, nous recevons nos pouvoirs. Pour ma part, je suis lié à la terre, aux plantes, au monde végétal et minéral d'une manière générale et, associé à ce don, je possède aussi une force surhumaine.

Le Titan observait son interlocuteur pour essayer de déceler un indice sur ce qu'il pensait. Allait-il le croire ou le prendre pour un fou ? Lui-même n'y avait pas cru au début et puis, il s'était rendu compte qu'au fond de lui, il le savait, sans s'en être rendu compte.

Je sais que tout ceci paraît fou, surréaliste, mais c'est la vérité. Je ne suis pas en train de me moquer de toi et je suis sain d'esprit. Je peux te montrer ce que je sais faire, si tu le souhaites.

Il avait anticipé, peut-être trop. Après tout, Antoine n'allait pas nécessairement se poser les mêmes questions que lui, ne réagirait sans doute pas de la même manière. Nathanaël décida d'interrompre son explication pour le moment et d'attendre que le nouveau intègre ce qu'il venait de lui révéler. Ils avaient du temps, rien ne servait de précipiter les choses. Il en avait déjà bien assez dit pour le moment.

Donc pour répondre à ta question, un master s'appelle ainsi parce qu'il maîtrise pleinement les pouvoirs qu'il a reçus lors de son initiation.
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ipiu <3
Revenir en haut Aller en bas

Ven 16 Sep 2016 - 23:55
avatar
Masculin

Messages : 29
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 25

En entendant le ton de ma voix, Nathanaël avait fini par comprendre que de sombres souvenirs m'étaient revenus et il compatissait comme il le pouvait. Enfin, d'après ce qu'il m'avait dit, il pouvait tout à fait comprendre la douleur qui était mienne en ce moment puisqu'il avait dû vivre la même lorsqu'il était arrivé à Terrae. Après, il ne pouvait pas savoir que cela allait me rendre dans cet état, le vide que tout le monde ressentait pouvait provenir d'autre chose, néanmoins, ma réaction m'avait trahi et maintenant, il savait que le sujet sensible était la famille pour moi. Néanmoins, cela ne l'empêcha pas de trouver pour me répondre et je devais avouer que cette histoire devenait de plus en plus louche.

On peut dire que les gens, ici à Terrae, sont divisés en quatre groupes distincts : les Novices, les Initiés, les Étoiles et les Masters. Mais tu n'es pas arrivé dans une secte, je te rassure tout de suite, si cela a effleuré ton esprit.

Effleuré n'était pas le terme que j'aurais utilisé. Plus il en parlait, plus j'avais la certitude que Terrae était une immense secte au réseau international. Le jeune homme allait devoir trouver de solides arguments pour me faire sortir cette idée de la tête. Novices, Initiés, Etoiles et Masters. Rien qu'à entendre les rangs, j'avais l'impression de me retrouver dans un roman fantastique où le personnage principal apprenait qu'il avait les qualités requises pour devenir un Initié en magie et qu'il possédait les pouvoirs pour sauver le monde d'une menace connue de tous. Le scénario n'était pas très original, mais il était tellement retrouvé dans les différentes œuvres que c'était le premier à germer dans mon esprit. Il n'empêche que cela ne pouvait pas exister... n'est-ce pas ?

Il y a une information que je ne t'ai pas encore donnée, une donnée importante concernant Terrae. La magie existe réellement. Après quelques temps passés ici, les nouveaux ont la possibilité, s'ils le désirent, de passer ce qu'on appelle l'initiation. Lors de cette cérémonie, nous recevons nos pouvoirs. Pour ma part, je suis lié à la terre, aux plantes, au monde végétal et minéral d'une manière générale et, associé à ce don, je possède aussi une force surhumaine.  

Quoi ? Mon visage prit une expression choquée. Les restes de tristesse avaient totalement disparu et je restais figé en entendant une telle déclaration venant de Nathanaël. Je sentais comme un remous à l'intérieur de moi. Deux facettes de ma personnalité étaient en train de s'affronter dans mon esprit et je n'arrivais plus du tout à réfléchir. D'un côté, il y avait ma part scientifique, se basant sur les faits réels et démontrés qui ne croyait que ce qu'elle voyait et refusait tout le reste. La magie n'existait pas, les phénomènes surnaturels pouvaient s'expliquer par des tours de passe-passe grotesques qu'il était facile de déceler une fois connus. De l'autre côté, j'avais ma part rêveuse qui adorait lire les romans fantastiques et se délectait de tout univers magique. Pour elle, tout était possible, il suffisait d'y croire et il y avait plusieurs phénomènes non expliqués par la science, notamment les radiesthésistes, comme les personnes pouvant couper le feu ainsi que les empathes. Au final, ce n'était pas que je ne le croyais pas, mais j'avais du mal à encaisser la nouvelle qui me paraissait autant réelle qu'insensée. Nathanaël était donc lié à l'élément Terre, ce qui signifiait tout le monde végétal dans son ensemble et de surcroît, il possédait une force surhumaine qui collait bien à la Terre à mes yeux.

Je sais que tout ceci paraît fou, surréaliste, mais c'est la vérité. Je ne suis pas en train de me moquer de toi et je suis sain d'esprit. Je peux te montrer ce que je sais faire, si tu le souhaites.

Ah ça, il pouvait le dire. J'en restais stupéfait, incapable de savoir si je devais le croire ou le prendre pour un fou. Néanmoins, il venait de résoudre le problème qui opposait mes deux parties : une démonstration. Mes deux moi esprits se mettraient d'accord si jamais j'avais la preuve de ce qu'il avançait. Au final, le Terre conclut sur une évidence maintenant que j'avais toutes les informations en main, ce qui répondait à ma question précédemment posée. Un Master était donc une personne de Terrae qui avait maîtrisé l'ensemble de ses pouvoirs reçus lors de la cérémonie d'initiation, celle que je pouvais également passer si je le désirais.

C'est assez... surprenant. Je dois vous... t'avouer que j'ai du mal à te croire, même si je demande à voir.

Ma voix était devenue un peu plus assurée. La première hésitation était due à la surprise plus qu'autre chose, quant à la seconde, c'était parce que je m'étais remis dans la formation de ma phrase. En effet, Nathanaël n'avait que deux ans de plus que moi, autrement dit, nous étions dans la même tranche d'âge, si bien que je pouvais le tutoyer, sans compter qu'il me l'avait lui-même demandé. En même temps, j'étais tellement réservé et respectueux que je vouvoyais automatiquement les gens qui me semblaient plus âgés, que ce soit par l'apparence, la stature ou dans son cas, la taille. Il m'avait dit qu'il était lié à un élément bien particulier, ce qui signifiait qu'en plus des rangs à Terrae, les gens devaient être séparés selon leur élément de prédilection. Tout en ayant le regard un peu dans le vide, ma main droite trouva une nouvelle fois le chemin vers mon lobe pour me permettre de réfléchir davantage et ce fut dans cette position que je repris la parole.

Si j'ai bien compris, tous les gens ressentant le vide sont amenés ici où ils sont Novices, puis ils deviennent Initiés après la cérémonie en se voyant lié à l'un des quatre éléments primaires, c'est bien ça ? Je... J'arrive vraiment pas à y croire !

En effet, même si Nathanaël ne semblait pas me mentir et qu'il n'avait aucune raison de le faire à part celle de passer pour un fou à mes yeux, j'avais beaucoup de mal à encaisser une nouvelle pareille. Pourtant, je devais avouer que ce n'était pas si impossible que cela en avait l'air. En effet, cela expliquait comment les Masters faisaient pour repérer les personnes qui étaient dans le besoin ainsi que la force de persuasion dans leur voix. Mais le mieux, c'était que mon interlocuteur me prouve par des faits que tout ceci était bel et bien réel.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Lun 19 Sep 2016 - 12:50
avatar
Masculin

Messages : 269
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : Mmmh, en pleine remise en question

Nathanaël laissa à Antoine le temps d'encaisser le choc de la révélation. Il observait les traits de son visage, y décelant de la méfiance, puis de la surprise. Il finit par lui annoncer qu'il avait du mal à y croire, mais qu'il souhaitait avoir une démonstration. Le Terre sourit doucement et acquiesça. Bon, à présent, un problème se présentait à lui : comment allait-il prouver à son interlocuteur que la magie existait ? Pour pouvoir utiliser son don de Terre, il lui fallait autre chose que le béton du toit... et pour la force surhumaine, il lui fallait quelque chose de dur à casser, de lourd à porter,... Le Titan jeta un coup d’œil autour de lui, en quête d'une solution, mais ne vit rien d'intéressant. Oh, il aurait pu casser quelque chose, mais le refusait. Le nouveau reprit soudain la parole pour tenter de clarifier les choses, mettre de l'ordre dans son esprit.

Lorsque quelqu'un ressent le Vide, les Masters entendent comme un cri, un appel à l'aide, je crois. Leur rôle est d'aller chercher les âmes en peine et de les ramener ici. Ce sont aussi les protecteurs de l'institut.

Nathanaël marqua une courte pause, avant d'enchaîner. Il attendait encore un peu avant de corriger les propos d'Antoine.

Lors de l'initiation, tu as un choix : soit tu acceptes de recevoir tes pouvoirs et de rester à Terrae, soit tu refuses. Personne ne t'oblige à faire quoi que ce soit.

Il trouvait cela important à relever. Tous ceux qui ont été initiés en ont fait le choix.

Il y a, en tout, cinq éléments : Eau, Feu, Air, Terre et Tonnerre. La répartition est encore assez mystérieuse, mais il semblerait que la personnalité de la personne initiée joue un rôle prédominant. On dit, par exemple, que les Terres sont généralement plutôt doux et posés, que les Feux sont sûrs d'eux et courageux, etc. Évidemment, la réalité est complexe, alors il n'est pas toujours facile de savoir quel pouvoir on va recevoir.

Une nouvelle pause.

À chaque élément vient s'ajouter une affiliation, soit au soleil, soit à la lune. Comme je te l'ai dit, je possède une force surhumaine, car je suis affilié à la lune. Un Terre solaire est Télépathe. Chaque pouvoir secondaire change en fonction de l'élément. Il y a des Morphes, des Guérisseurs, des Téléporteurs, etc. Si tu le désires, je peux t'en parler plus en détails, mais tu peux aussi découvrir ces choses au fur et à mesure. Pour ma part, j'ai passé quelques heures à la bibliothèque lorsque je suis arrivé.

Nathanaël lâcha un petit rire. Il se souvint de l'aspect de la table qu'il occupait ce jour-là et du désordre qui régnait. Il y avait de tout... des livres, des magasines, des articles de journaux, … C'est aussi ce jour-là qu'il avait rencontré Ipiu pour la première fois. Un doux sourire s'afficha sur son visage.

Pour la démonstration, je ne peux rien faire ici. Il y a une salle d'entraînement au quatrième étage où nous pourrions nous rendre, mais si tu préfères rester dehors, nous pouvons aussi aller dans la cour ou au parc. Je te laisse le choix.

Le Terre eut soudain une pensée furtive.

Et si tu préfères rester là, je peux rapidement faire un aller-retour jusqu'à la salle d'entraînement pour ramener quelque chose ici.

Peut-être que le nouveau aurait peur de le suivre dans le bâtiment...
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ipiu <3
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 22 Sep 2016 - 18:57
avatar
Masculin

Messages : 29
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 25

Après avoir appris tout ce que je venais d'entendre de la bouche de Nathanaël, provoquant en moi un conflit intérieur entre refus et curiosité, je n'attendais qu'une seule chose : une démonstration. Même si j'avais d'autres questions, je voulais d'abord avoir une preuve de ce que le Terre avançait pour savoir si je pouvais continuer à creuser ce sujet qui promettait d'être particulièrement intéressant. En effet, sans le vouloir, Nathanaël était en train de faire revivre l'enfant que j'étais auparavant, celui qui restait ébahi devant quelque chose de nouveau et qui voulait tout apprendre avant de voir si cela méritait son intérêt. Cet enfant innocent qui ne désirait que l'élévation de son esprit, encore et toujours plus haut, jusqu'à atteindre les sommets de ses limites. Toutefois, l'heure de la démonstration ne semblait pas arriver tout de suite puisque le jeune homme reprit la parole une énième fois. Cette fois-ci, il m'expliqua comment les Masters ressentaient le Vide – je sentis la majuscule dans sa voix – ce qui répondait à une autre de mes questions muettes. Quand même... ces personnes parvenaient à entendre le cri des âmes en peine jusqu'à l'autre bout de la Terre, à moins qu'une fois devenu Master, ils étaient libres de revenir là où ils avaient vécu une première fois. Non ce n'était pas logique, s'ils étaient les protecteurs de l'établissement, ils devaient rester à Terrae et leur perception était donc illimitée ! Impressionnant. Cela me donnait envie d'en apprendre encore plus. J'appris également que l'initiation n'était pas obligatoire, les gens pouvaient rester comme ils étaient, ce qui était compréhensible. Découvrir de nouvelles choses totalement inconnues pouvait effrayer certaines personnes.

J'avais énoncé le fait que les Initiés étaient liés aux quatre éléments primaires, mais il semblerait que je me sois fourvoyé une nouvelle fois puisqu'il y en avait un cinquième : le Tonnerre. Cet élément devait réunir tout ce qui était lié à la foudre et aux sons, après tout, le tonnerre était le son produit lors d'un éclair, c'était donc logique à mes yeux. Enfin... tenter de faire des liens entre la réalité et la magie par raisonnement me semblait un peu inapproprié, mais je n'avais que cela pour me raccrocher au fait que tout cela pouvait exister. D'après ce que disait Nathanaël, la personnalité d'une personne jouait sur sa liaison avec un élément en particulier. Au vu de son exemple, j'étais persuadé de ne pas être un Feu, c'était juste impossible puisque je n'étais ni sûr de moi, ni courageux. Au contraire, j'étais extrêmement maladroit, si bien qu'il y avait de fortes chances que je sois lié à l'Eau qui était l'opposée du Feu. Encore à chercher une logique dans ce monde... je savais que cela ne servait à rien mais bon. En plus de l'élément, une différenciation supplémentaire se faisait entre la Lune et le Soleil. Nathanaël me révéla qu'il était un Terre Lunaire et qu'il possédait une force surhumaine, tandis qu'un Solaire était Télépathe. Ce qui voudrait dire qu'en plus de gagner un contrôle élémentaire, un Initié se voyait doté d'une capacité supplémentaire lié à l'un des deux astres. Il y avait donc des personnes capables de lire dans les pensées, d'autres pouvant changer d'apparence, pouvant se téléporter ou encore pouvant soigner. En mettant les indices bout à bout, j'avais envie de lui demander ce qu'était un Eau Lunaire. Bah oui, j'étais opposé au caractère des Feux et mon astre préféré était la Lune, donc je devais être ainsi. Si seulement je savais ce que l'avenir me réservait, je n'aurais pas tenté d'imaginer ce que je pourrais devenir en restant à Terrae.

Je crois que je préfère découvrir par moi-même, surtout si tu me dis qu'il y a une bibliothèque.

En effet, qui disait bibliothèque, disait amas de connaissances impressionnant. Et ces mots réveillèrent l'enfant curieux en moi. Une mélodie me revint en tête et je me demandais ce qu'elle signifiait, mais je fus coupé par mon interlocuteur qui précisa qu'il ne pouvait faire aucune démonstration ici et que je devais soit le suivre ailleurs, soit l'attendre pour qu'il revienne avec ce qu'il lui fallait. Quitter le confort du ciel nocturne pour retourner à l'intérieur de ce bâtiment empli de personnes inconnues qui ne tarderaient pas à vouloir tout savoir de moi pour mieux me trahir par la suite ? Évidemment que je voulais refuser, pourtant, je ne dis rien. Quelque chose m'empêchait de lui répondre négativement. Je voulais savoir, je voulais découvrir de mes propres yeux et si Nathanaël n'avait pas gagné ma confiance, il avait su utiliser les bons mots pour me laisser guider. Il ne m'obligeait à rien, il voulait juste m'ouvrir la porte de cet univers dans lequel il résidait depuis un bon petit moment. M'ouvrir aux autres... était-ce une bonne idée ? Pour le moment, ce n'était que Nathanaël, je pouvais bien accepter l'offre après tout. Penchant la tête en arrière, je fixais les étoiles comme si je cherchais une réponse dans leur scintillement.

Je... je veux bien te suivre à la salle d'entraînement.

C'était l'endroit le plus proche d'ici, ce qui signifiait que nous aurions moins de chances de croiser des gens. Je me levais en époussetant mes vêtements avant de récupérer ma valise, montrant ainsi que j'étais prêt à le suivre. Toutefois, une énième interrogation s'installa dans mon esprit.

Mais tu es sûr que cela ne dérangera personne qu'on y aille à cette heure-ci ? Il n'y a pas de surveillant, de couvre-feu ?

Je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que je ne connaissais rien au règlement de l'établissement et que j'avais peut-être déjà enfreint des règles en allant sur le toit durant la nuit.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Dim 25 Sep 2016 - 18:32
avatar
Masculin

Messages : 269
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : Mmmh, en pleine remise en question

Nathanaël hocha la tête, content, lorsqu'Antoine lui annonça qu'il préférait se débrouiller tout seul pour découvrir le reste de ce que Terrae avait à lui offrir. Cela ne le dérangerait pas de tout expliquer, mais il appréciait cette démarche, cette envie du jeune homme de trouver des réponses par lui-même, faire l'effort d'apprendre seul, la persévérance. Peut-être allait-il bien trop loin dans son raisonnement, mais cela n'avait pas d'importance. La bibliothèque était un haut-lieu des études et il était préférable que le nouveau se familiarise avec cet endroit le plus rapidement possible... enfin, c'était son avis personnel. Il sembla hésiter un instant, laissant son regard se perdre parmi les étoiles, lorsque le Terre lui proposa soit de le suivre, soit de rester et d'attendre qu'il revienne. Antoine finit par accepter d'aller avec lui dans la salle d'entraînement et se leva sans plus attendre. Le Titan sourit et acquiesça avant de faire de même. Il s'étira en poussant un long soupir et jeta un dernier coup d’œil vers le ciel avant de se diriger vers la porte du toit. Il se tourna, un doux sourire aux lèvres, pour répondre à son interlocuteur.

Non, cela ne posera pas de problème, rassure-toi.

Nathanaël actionna la poignée, puis se mit de côté pour laisser passer le jeune homme.

Je n'ai jamais croisé de surveillants. Il y a des lieux interdits, bien entendu. Je ne pense pas que cela serait bien vu de te retrouver en salle des Masters ou dans le bureau de la directrice par exemple. Mais pour le reste, je ne crois pas qu'il y ait de règles particulières, si ce n'est les règles de bienséances « classiques ». L'institut fonctionne beaucoup sur la confiance. Tant que tu ne fais pas de bêtises, tu n'as rien à craindre.

Cet aspect de l'école avait ses avantages et inconvénients. Il pouvait y avoir des problèmes. Le Terre repensa à Oksa, qu'il avait revue la veille, et à son agression. Pourtant, il ne remettait pas en doute le fonctionnement de l'institut. Les Masters savaient ce qu'ils faisaient et les nouveaux arrivants problématiques étaient certainement surveillés et suivis psychologiquement. Le Titan attendit que le chanteur passe devant lui, puis entra à son tour dans le bâtiment, refermant délicatement la porte derrière lui. Étonnamment, cette dernière ne grinça pas cette fois. Au cinquième étage, il marqua une courte pause. Pourquoi ne pas lui faire une petite visite guidée en passant ?

Tu vois la porte là-bas ? C'est l'observatoire et, juste à côté, la salle de classe pour le cours d'astronomie donné par une Master. Si les étoiles t'intéressent vraiment, tu pourras y participer et ce lieu n'aura plus de secrets pour toi. Sinon de l'autre côté, il y a le bureau de la directrice et des salles pour les Masters.

Il attendit encore un instant, puis reprit son chemin, guidant Antoine jusque vers la salle d'entraînement, en lui indiquant, en passant, que l'autre couloir menait vers la partie des Airs. Le Titan se demanda s'il allait y avoir d'autres étudiants s'entraînant à cette heure-ci. Il entrerait le premier, pour être certain qu'il n'y aurait aucun danger pour le nouveau. Il ne manquerait plus que ce dernier reçoive une boule de feu en pleine figure comme cadeau de bienvenue. Il y avait mieux...

Attends-moi ici. Je vais contrôler si la salle est libre ou non.

Il n'ajouta rien de plus. Au moment d'ouvrir la porte, il eut une brève pensée pour sa rencontre avec Kim quelques jours plutôt. Nathanaël constata tout de suite que la pièce était vide. La lumière était cependant restée allumée. Quel gâchis ! Toute cette énergie dépensée pour rien. Il soupira et indiqua à son interlocuteur qu'il pouvait entrer à son tour.

Bon, qu'aimerais-tu voir ? Je peux soulever des haltères. Ce n'est pas très impressionnant, mais cela devrait te convaincre. Ou alors, je peux faire pousser une plante de ton choix.

Le Titan sourit, confiant. Il s'était déjà entraîné avec les haltères et il y avait de la terre stocké dans les armoires de la salle, il l'avait vu la dernière fois qu'il était venu. Il ne doutait pas de sa capacité à faire pousser n'importe quel végétal. Laisser le choix à Antoine lui semblait être la meilleure solution pour lui prouver que ce n'était pas un tour de prestidigitateur. Il ne pourrait pas se préparer. La spontanéité était nécessaire.
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ipiu <3
Revenir en haut Aller en bas

Dim 9 Oct 2016 - 0:26
avatar
Masculin

Messages : 29
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 25

Visiblement, je m'en faisais un peu trop pour rien puisque Nathanaël me rassura en m'affirmant qu'il n'y aurait aucun problème à nous voir tous les deux en dehors des chambres ou dortoirs à cette heure-ci. Tout en me laissant poliment passer la porte le premier, il m'expliqua qu'il n'avait jamais croisé de surveillants, ce que je notais dans un coin de ma tête en pensant que j'allais pouvoir revenir sur le toit quand je voudrais. Les endroits interdits signalés par mon interlocuteur coulaient de source, il était évident que je n'allais pas aller me promener dans le bureau de la directrice ou celui des Masters pour mon bon plaisir. Déjà, j'en serais sûrement incapable, j'étais trop timide et trop à cheval sur les règles pour faire une chose pareille. Aucun règlement ne régissait l'établissement, ce qui m'étonnait énormément. Le fait de se baser sur la confiance était quelque chose que je ne connaissais plus, il fallait bien l'avouer, si bien qu'il m'était difficile de croire que tout pouvait bien se passer et que tous ceux présents ici respectaient les autres. Une fois entré de nouveau dans le bâtiment, je me rendis compte que Nathanaël était derrière moi. Le fait de ne plus l'avoir dans mon champ de vision me mettait très mal à l'aise, après tout, j'avais pris l'habitude de toujours avoir un œil derrière la tête au cas où mon père me prendrait par surprise... Et voilà que je repensais une nouvelle fois à lui... Les bleus que j'avais sur le corps étaient encore trop bien visibles à certains endroits et heureusement pour moi, mes vêtements les dissimulaient. Je devais arrêter d'y penser, il était loin de moi, j'étais inaccessible pour lui. Si jamais il avait lui aussi connu le Vide, il l'avait rempli par l'alcool et la brutalité. Je n'avais pas pris cette option, je m'étais fait littéralement empoisonner par ce Vide jusqu'à même vouloir abandonner la vie elle-même. La voix du Terre me sortit de mes sombres pensées si bien que je me concentrais sur ce qu'il disait tout en remarquant que mes yeux étaient humides, signe que j'étais sur le point de pleurer. Je ne le regardais pas dans les yeux pour éviter qu'il s'en rende compte, ce qui ne m'empêcha pas d'acquiescer d'un faible "D'accord". Ainsi donc, le dernier étage était réservé aux cours d'astronomie dans l'observatoire ainsi que les bureaux de la directrice et des Masters qui étaient également professeurs. Peut-être retrouverais-je celui qui m'avait amené ici... je le remercierais dans ce cas.

Arrivés devant une salle, Nathanaël semblait hésiter avant de me demander d'attendre le temps qu'il vérifie que la salle était libre. Je compris facilement qu'il voulait m'éviter un quelconque accident. Après tout, si une salle d'entraînement existait, c'était parce qu'il ne devait pas être évident de contrôler des choses qui nous arrivaient si subitement. Contrôler un élément et un pouvoir secondaire me paraissait déjà improbable, le voir me forcerait à admettre qu'il s'agissait de la vérité et le vivre serait une expérience impressionnante. Après, je pouvais toujours refuser ce don, c'était mon choix. Si je n'étais pas capable de faire une croix sur mon passé, je devrais éviter de recevoir un tel pouvoir, je pourrais blesser mon entourage sans le vouloir ; déjà que ma maladresse penchait beaucoup dans ce sens... Le Terre me fit signe que c'était bon et j'entrais dans la salle en me rendant compte qu'elle semblait plus ou moins normale. Je profitais que nous soyons en pleine lumière pour le détailler maintenant que l'obscurité ne m'empêchait plus de le faire. Son visage semblait sincère, sa gentillesse n'était donc pas feinte pour une quelconque raison, il l'était de nature. Pourtant, je ne pouvais pas résister à mes réflexes et garder une certaine distance de sécurité avec lui. Je priais pour qu'il ne le remarque pas ou qu'il ne m'en veuille pas dans le cas contraire.

Bon, qu'aimerais-tu voir ? Je peux soulever des haltères. Ce n'est pas très impressionnant, mais cela devrait te convaincre. Ou alors, je peux faire pousser une plante de ton choix.

Des haltères ? Ah oui, en effet, il y en avait dans un coin de la pièce. Dans un sens, il avait raison de me dire cela, certains étaient capables de soulever des poids impressionnants sans pouvoir autant avoir une musculature très prononcée. Le fait qu'il l'avoue de lui-même montrait qu'il ne cherchait pas à me mentir. À moins que ce soit pour m'embobiner parce qu'il était incapable de le faire si jamais je le lui demandais. Je me secouais mentalement, je n'avais aucune raison de ne pas le croire, surtout qu'il m'avait très gentiment tout expliqué de ce monde que je venais d'intégrer. Une plante de mon choix ? Il me donnait le choix parce qu'il savait que j'allais trouver n'importe quel prétexte pour le contredire si jamais il me faisait une démonstration par lui-même. Bien pensé, il semblait déjà m'avoir plus ou moins cerné sur ma réflexion. Néanmoins, je ne savais pas ce que je pouvais bien lui demander, je ne m'y connaissais pas du tout en plantes, c'était plutôt ma mère... qui les aimait. À cette pensée, mon visage se ferma un peu avant que je respire à fond pour éviter de me rappeler de mauvais souvenirs. Je me l'étais promis, je n'avais pas le droit de pleurer sa mort, j'en étais responsable, je devais vivre avec pour le restant de mes jours.

Euh... Est-ce que tu serais capable de faire pousser une orchidée bleue ?

Le fait de parler de plantes m'avait rappelé que ma mère adorait s'en occuper et que ses préférées étaient les orchidées. Elle avait réussi à en avoir plusieurs sortes, de toutes couleurs différentes, mais elle s'était plainte une fois de ne pas trouver cette espèce avec la coloration bleue. J'en avais donc déduit qu'elle devait être plutôt rare, même si je n'en savais strictement rien et c'était pour cela que je lançais ce défi à Nathanaël. S'il la faisait pousser sous mes yeux, j'admettrais que tout ce qu'il m'avait était vrai et je ne remettrais plus sa parole en doute. Peut-être même que je lui accorderais une légère confiance à l'avenir. Mais cela c'était encore à voir.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Dim 23 Oct 2016 - 15:03
avatar
Masculin

Messages : 269
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : Mmmh, en pleine remise en question

Nathanaël profita de la réflexion de son interlocuteur pour l'observer. Il était plus petit que lui d'une dizaine de centimètres. Grâce à la lumière de la salle d'entraînement, il pouvait à présent constater que ses cheveux étaient blonds, comme les siens, mais Antoine les avait plus longs et attachés en une queue de cheval. Il put lire les doutes du jeune homme dans ses yeux, mais ne dit rien. Son attente et son observation furent finalement interrompues par une question que le laissa perplexe. Le Terre prit soudain un air très sérieux, réfléchissant intensément. Le nouveau avait-il choisi cette plante consciemment ? Était-ce un test qu'il pensait impossible à réaliser ? Ou parlait-il simplement de l'orchidée Vanda ? Indécis, il laissa un long silence s'installer, puis se décida enfin. Un sourire entendu fendit ses lèvres. Il allait montrer à son interlocuteur ce dont il était capable.

Très bien.

Le Titan se dirigea vers les armoires contre le mur de la salle et ouvrit celle où se trouvait du matériel pour les Terres. Il ne trouva pas le matériel idéal, mais se contenta d'un pot en plastique large et peu profond, d'un peu de terreau et d'écorces de pins, d'une bouteille d'eau, ainsi que d'un pot en céramique plus petit, mais plus équilibré en proportion, puis revint vers Antoine. Il s'assit à même le sol, invitant le jeune homme à en faire de même, puis plaça la terre dans le contenant le plus petit, avant de poser son regard sur le nouveau.

Je ne sais pas quelles sont tes connaissances en botanique et si ton souhait se voulait être un piège ou non, mais pour le cas où tu ne le saurais pas, sache qu'il existe une variété naturelle d'orchidée de couleur bleutée, l'orchidée Vanda. Cependant, il y a aussi un procédé chimique utilisé par les vendeurs de fleurs qui consiste à injecter, au moyen d'une seringue, du bleu de méthylène dans la hampe d'une orchidée naturellement de couleur blanche, une orchidée Phalaenopsis.

Nathanaël marqua une courte pause, laissant un sourire taquin s'afficher sur son visage.

Regarde.

Il posa ses doigts contre la terre dans le pot. Il pourrait probablement faire sans, mais il n'avait encore jamais essayé et cela demanderait probablement plus d'énergie. Ce n'était pas le bon moment pour cela. Le Titan chercha son pouvoir en lui et se laissa progressivement envahir par cette douce puissance. Il entra en contact mental avec la terre et y chercha les éléments dont il avait besoin. Il avait toujours considéré la création d'un végétal comme une sorte d'invocation, une connexion entre son énergie intérieure et celle présente en toute chose. Doucement, une pousse sortit du terreau et des racines, pour le moment invisibles, commencèrent à pousser, se frayant un chemin parmi les particules de matières organiques. L'orchidée Vanda se développa jusqu'à atteindre le stade de la floraison, puis Nathanaël stoppa le processus. Il était fier de lui et resta un instant silencieux, un peu en recueillement, face à la beauté de cette plante naturelle. Il n'attendit cependant pas trop longtemps et prépara une petite couche d'écorces au fond du large pot, puis il sortit la fleur de son contenant, débarrassant les racines de la terre qui s'y accrochaient, puis la posa sur le lit de copeaux qu'il compléta par la suite. Il n'avait pas trouvé de vaporisateur dans l'armoire, mais décida de tout de même arroser légèrement l'orchidée avec la bouteille d'eau qu'il avait pris soin d'emporter. Ce n'était pas idéal, mais cela conviendrait comme situation temporaire.

Sans regarder Antoine, le Titan reporta son attention sur le pot, momentanément mis de côté. Il y posa à nouveau ses doigts et répéta l'opération. Cette fois, cependant, la plante qui s'y développa n'avait rien de naturel. Lorsqu'elle atteint le stade de la floraison, les pétales de l'orchidée Phalaenopsis dévoilèrent un bleu éclatant, presque irréel. Si le jeune homme n'avait pas été convaincu par la première démonstration, celle-ci ne pourrait le laisser indifférent. Nathanaël sortit la fleur du pot, comme la première fois et vida ce dernier pour y placer les écorces de pin au fond du contenant, puis autour des racines de la plante. Il l'arrosa aussi légèrement, puis, une fois le travail accomplit, poussa les deux pots vers son interlocuteur, le sourire aux lèvres. Il se permit enfin d'observer la réaction du nouveau.

J'espère que la démonstration t'aura plus et t'aura convaincu. Sache que, contrairement au procédé utilisé dans le commerce, cette orchidée ne perdra jamais sa couleur bleue.

Le Terre sourit davantage en lui désignant l'orchidée Phalaenopsis. Oui, c'était une petite surprise. Comme il avait fait pousser une fleur anormalement grande pour Oksa quelques jours plutôt, il avait décidé de colorer définitivement l'orchidée pour Antoine.

Hrp:
 
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ipiu <3
Revenir en haut Aller en bas

Sam 5 Nov 2016 - 18:36
avatar
Masculin

Messages : 29
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 25

Une fois ma demande acceptée, Nathanaël se dirigea vers des armoires dans lesquelles se trouvait tout ce dont il avait besoin. Il ramena alors des pots, du terreau, de l'écorce et de l'eau. Je ne m'y connaissais pas très bien en botanique, voire même pas du tout, c'était plutôt ma mère qui avait la main verte dans la famille. Je me contentais de l'observer faire avec délicatesse et passion. Toutefois, je reconnaissais tout de même les ingrédients nécessaires à la survie d'une plante quelle qu'elle soit. Alors qu'il s'installa le plus confortablement possible sur le sol, je le vis m'inviter à faire de même et je suivis le mouvement tout en me demandant ce qui allait se passer par la suite. Comment allait-il procéder ? Par invocation des esprits de la nature ? Par méditation ? Par simple ordre mental ? Qui avait dit que les scientifiques n'étaient pas intéressés par la magie ? Cette personne était bien évidemment dans l'erreur, le propre des sciences était de progresser sans arrêt pour pouvoir répondre à n'importe quelle question dans ce monde. Par contre, le fait que la magie existe était juste impossible à leurs yeux, mais il admettait que certains faits ne puissent être expliqués... pour le moment.

Je ne sais pas quelles sont tes connaissances en botanique et si ton souhait se voulait être un piège ou non, mais pour le cas où tu ne le saurais pas, sache qu'il existe une variété naturelle d'orchidée de couleur bleutée, l'orchidée Vanda. Cependant, il y a aussi un procédé chimique utilisé par les vendeurs de fleurs qui consiste à injecter, au moyen d'une seringue, du bleu de méthylène dans la hampe d'une orchidée naturellement de couleur blanche, une orchidée Phalaenopsis. Regarde.

Wow ! Une chose était sûre, il s'y connaissait en botanique à l'inverse de moi. En même temps, il était un Terre, il avait dû accumuler pas mal d'informations à l'aide de son affiliation élémentaire. À moins que ce soit par le passé, mais cela ne me regardait pas et je ne voulais en aucun cas fouiller le sien alors que j'interdisais quiconque d'approcher le mien. Ainsi donc, il existait bel et bien une variété naturelle d'orchidée de couleur bleue alors que l'autre était provoquée par la main de l'homme et permettait d'en produire bien plus. Était-ce pour cela que Maman n'avait jamais trouvé ce qu'elle cherchait ? Parce qu'elle tombait que sur les ''fausses'' bleues ? Je n'en saurais probablement jamais rien, mais la question resterait en suspens dans mon esprit pendant un bon moment encore. Quoi qu'il en soit, je l'observais faire avec un silence presque religieux, empreint de respect. Je pouvais déjà rayer l'hypothèse des invocations et des formules magiques puisqu'il ne semblait pas en avoir besoin. C'était étrange de penser cela, mais en le voyant mettre ses mains sur la terre, j'avais l'impression qu'il entrait en communion avec elle, jusqu'à ne faire qu'un et lui demander d'obtenir ce qu'il désirait. Peut-être que je vivrais une expérience similaire lorsque j'utiliserai mes pouvoirs, dans l'hypothèse où je les accepte bien évidemment. Par deux fois, il fit naître une pousse jusqu'à ce qu'une orchidée voie le jour, sauf que la première était naturellement bleue alors que la seconde ne prit sa couleur qu'après la floraison et cette dernière était plus éclatante que jamais, montrant la différence.

*Je le savais ! La magie existe !*
*J'en reviens pas... je dois l'avouer, ça existe réellement.*

Chaque partie de mon esprit était aussi choquée que l'autre et les deux étaient bien obligées de se mettre d'accord en acceptant la réalité. La démonstration avait fait en sorte de convaincre le moi scientifique et le moi rêveur si bien que l'information finir par s'inscrire dans mon cerveau comme une évidence totalement acceptée : aussi impressionnant que cela puisse être, la magie existait. Nathanaël ne m'avait pas menti. En plus de se comporter de manière fort sympathique avec moi, il venait de montrer qu'il était sincère du début à la fin et qu'il ne m'avait pas roulé une seule fois durant toute notre conversation. Je ne savais plus quoi penser. Mes pensées s'embrouillaient toutes seules. Les gens n'étaient pas dignes de confiance, ce n'étaient que des traîtres s'approchant avec un masque dissimulant leurs véritables intentions avant de nous poignarder dans le dos. Mais Nathanaël semblait si gentil et il venait de me prouver qu'il ne s'était pas payé ma tête avec cette histoire de pouvoirs élémentaires. Mais je ne devais pas baisser ma garde, il pouvait s'être servi de tout ça pour mieux m'avoir ensuite et rendre le choc encore plus puissant. Mais il ne dégageait aucune mauvaise intention. Pouvais-je lui accorder ma confiance pour autant ? Alors que j'étais en proie à une véritable lutte interne, ma respiration s'était accélérée, rendant mon souffle plus fort et plus bruyant jusqu'à ce que les mots du Terre me sorte de ma transe.

J'espère que la démonstration t'aura plus et t'aura convaincu. Sache que, contrairement au procédé utilisé dans le commerce, cette orchidée ne perdra jamais sa couleur bleue.

Je... oui... pardon, j'ai... Enfin bref, je dois avouer que je ne peux plus te contredire maintenant que j'ai vu ça.

J'avais beau essayer de le regarder dans les yeux, non seulement j'étais trop réservé pour le faire, mais avec ce sentiment partagé en moi, j'en étais tout bonnement incapable. Mon passé m'avait-il rendu inapte à avoir des expériences sociables ? Serais-je incapable d'avoir de nouveau confiance en quelqu'un sans ressentir ce malaise interne ? Sans doute devrais-je voir un spécialiste pour voir si le problème pouvait se régler avec le temps...

Est-ce que... je peux la garder ?

Une orchidée bleue. Une espèce tellement recherchée par Maman que j'avais envie de la garder en sa mémoire. Je n'avais pas pleuré pendant son enterrement, ni depuis d'ailleurs, je me l'étais interdit. Toutefois, j'étais certain que ma rencontre avec Nathanaël n'était pas le fruit du hasard. Sans le savoir et sans le vouloir sûrement, il allait me permettre de soulager ce mal interne qui me rongeait, ce qui avait donné naissance au Vide qui m'avait dévoré à petit feu jusqu'à ce que j'envisage de ne plus vivre. Avoir cette fleur serait comme un autel que je dédierai à ma mère.

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

 

Twinkle, twinkle, little star [Nathanaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Toit de l'institut
Aller à la page : 1, 2  Suivant