Partagez
Sauvages [avec Samaël]
##   Mer 7 Sep 2016 - 2:02

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Nicolas Lefebvre
Etoile Tonnerre Solaire
Messages : 1320
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Nicolas range les bobines en poussant un soupir... C'était sa dernière séance de l'après-midi ; c'était bientôt la rentrée et il ne pourrait plus travailler que le soir. Comme il avait fait du bon boulot durant l'été, le patron avait bien voulu le garder en arrangeant son emploi du temps. Travailler ne l'a jamais dérangé, et il aurait un endroit calme pour faire ses devoirs et réviser... Que demander de plus ? Bon, l'idée de partager sa cabine avec quelqu'un qui le remplacerait pour l'après-midi l'attriste un peu... Il avait fini par faire de cette petite régie sombre comme une seconde chambre étudiant ; sans lit et avec du matériel de projection, mais il y avait un coussin moelleux sur sa chaise, et une cafetière dans un coin, non loin de mugs alignés. Le matériel du survie du parfait petit projectionniste.

Il s'empare de son sac, le pose sur une épaule et sort de la pièce... Il salue les autres employés à l'accueil et sort du cinéma. C'était bientôt l'heure du dîner et son ventre laissa entendre un gargouillis plaintif. Nicolas avait pris l'habitude de bien manger à Terrae et il se surpris à avoir faim plus souvent... La faute à la poussée de croissance. A peine la porte poussée qu'il remarque aussitôt, dans la rue en face, ce qui à tout l'air d'être un humain. Tout l'air, oui. Parce qu'il est maigre comme un clou dans des vêtements trop grands, parce qu'il fixe quelque part quelque chose que Nicolas ne voit pas. Il fronce les sourcils... Il reconnaît dans cette maigreur quelqu'un qui a faim, qui connaît la Faim comme il le dit lui-même. C'est tout ce qu'il peut voir de cet être affamé, de là où il est, ça et les cheveux noirs de suie... et ce regard fixe qui l'intrigue.

Il a du temps devant lui, même si son estomac ne cesse de quémander, il va pas souffrir d'un détour... Il traverse alors la rue et ralentit à mesure qu'il s'approche du garçon. Ce gamin... Il dégage une aura qui le met aussitôt en garde... L'essence qu'émettent les gens qui ont vu, qui ont vécu,... Cette espèce de souffrance qui semble s'évaporer de leurs pores comme on voit d'autres respirer. Nicolas bloque d'un coup sa respiration, le Loup n'est pas loin mais reste calme. Il n'y a pas danger, mais il y a méfiance. Pourtant, une idée étrange traversa l'esprit de Nicolas. J'aurais tout donné pour qu'il ne voit pas mes cicatrices. Mais il avait un marcel, et l'on pouvait tout voir... :

-Salut... Je peux t'aider ?

Nicolas sortit les mains de ses poches. Au cas où.

De près, ses iris d'argent pouvaient mieux voir. Il était un tout petit peu plus petit que lui... Nettement moins large. Du peu de peau qu'il pouvait voir, il était brûlé mais comme pour lui, la peau avait été marquée au tison... un tison qui formait un symbole qu'il ne voyait pas entièrement. Et il pouvait apercevoir des coutures. Des zones précises de cicatrices, limite chirurgicales, qui lui donna la chair de poule. Et des yeux fixes, noirs de nuit sans lune, qui devaient avoir vu. Nicolas détendit les traits de son visage un peu plus. :

-Tu viens d'arriver non ? Tu veux que je te ramène à l'Institut ?


Sauvages [avec Samaël] LqXPa


Spoiler:
 


Dernière édition par Nicolas Lefebvre le Jeu 8 Sep 2016 - 0:44, édité 1 fois
##   Mer 7 Sep 2016 - 3:49

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Samaël A. Lovecraft
Samaël A. Lovecraft
Air au pouvoir solaire
Messages : 184
Date d'inscription : 28/08/2016
Age : 29
Emploi/loisirs : Réguler la population humaine.
Humeur : Vide

Perdu...« Par un mot tout est sauvé. Par un mot tout est perdu. »...
LOVECRAFT
Samaël A.
LEFEBVRE
Nicolas
O
n t’avait amené dans un monde inconnu, plein de splendeurs et de curiosités. Un pays aux merveilles que tu regardais entre enchantement et frayeur. Tout était si clair, oiseau de nuit éveillé à la lumière du jour, tu t’es perdu. Perdu parmi ces dédales avec une curiosité retenue. Alice, trop loin tu as suivi le lapin blanc. Pourtant le chapelier t’avait dit où aller, mais tu n’écoutes pas, tu entends, sans retenir, tu rêves en toute conscience.
Marchant sur les pavés irréguliers d’une route étrangère, tu te demandes encore, parfois, dans un élan de lucidité, ce que tu fais là. Pourquoi as-tu accepté de suivre cet homme en abandonnant tout derrière toi ? Ton père, que tu ne considéras plus vraiment comme tel, la secte, ton quotidien sombre et répétitif… pourtant quand tu y repenses, ta réponse avait été si spontanée, si inconsciente que c’était comme si tu l’avais toujours espérée mais que ton âme l’avait dissimulé d’un voile interdit ou d’incompréhension. Tu ne saisis pas tout, même tes actes tu ne les comprends pas toujours, mais cela ne t’empêche pas de vivre. Regarde, tu as déjà oublié ce à quoi tu cogitais. Le vide, tu aimes ne rien penser, un écran blanc, ou noir, reposant. Réfléchir est épuisant et parfois douloureux. Se remettre en question aussi, alors tu ne le fais pas, ou pas souvent. C’est plus simple ainsi.

Sur le chemin qu’on t’avait indiqué, ton regard s’était détourné vers des couleurs inhabituelles, de l’activité qui t’attira irrémédiablement. Alors tu avais bifurqué, oubliant ton but premier, pour aller voir. Tu avais pris un chemin, puis un autre. Les murs se mirent à cacher ce que tu avais vu, tu cherchas à te retrouver mais ce fut peine perdu. Puis ton attention fut attirée par un ombre, qui capta ton regard et ton élan. Tu te mis à marcher vers elle avant qu’elle s’engouffre dans un trou au pied d’un mur. Tu t’accroupis pour fixer l’anfractuosité, attendant, sans doute que quelques choses en sorte. Tendant la main tu attrapas quelque chose.
─ Salut... Je peux t'aider ?
Tu émis un léger sursaut, refermant ta main sur la chose avant de lever tes yeux, vides, vers cet inconnu qui te parlait. Il semblait un peu plus grand que toi, tu ne sais pas trop puisque tu étais accroupi. D’une carrure plus imposante, les cheveux bruns, des détails sur lesquels tu ne t’attardas pas puisque tes yeux ne furent rivés que sur les étranges cicatrices qu’il arborait. Un peu comme les tiennes et cela te mit soudainement à l’aise. Les fixant sans aucune question ou jugement dans tes iris.

Tu te relevas doucement pour lui faire face, ignorant les quelques mots qu’il t’avait dit et que tu n’avais pas compris.
─ Mne udalos' poymat' yego (1), dis-tu avec un léger sourire.
Tu ouvris doucement tes mains gantées de mitaines qui laissait percevoir tes doigts, certains bandés de pansements sales, pour libérer un petit scarabée vert. T’attardant à le mirer, tu le glissas ensuite dans ta poche avec une naturalité déconcertante. Puis, tu relevas tes yeux, les plongeant sans aucune gêne dans ceux de cet homme, comme si tu le voyais et ne le voyais pas à la fois. Il semblait gêné, mais tu n’y fis guère attention, c’était une attitude dont tu avais l’habitude.
─ Tu viens d'arriver non ? Tu veux que je te ramène à l'Institut ?
Tu penchas la tête sur le côté, ne semblant à premier vu ne pas comprendre. C’était le cas, tu ne comprenais aucun mot de ce qu’il disait, alors, tu tentas une autre langue que ta maternelle, une plus répandue.
─ I don’t understand… (2)

(1) « J’ai réussi à l’attraper » en russe.
(2) « Je ne comprends pas… » en anglais.
© Code de CCCrush modifiés.


« Un cannibale est un homme qui aime son prochain avec de la sauce. »
##   Mer 7 Sep 2016 - 4:32

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Nicolas Lefebvre
Etoile Tonnerre Solaire
Messages : 1320
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Ses premiers mots, il ne les comprit pas... Ni son premier geste d'ailleurs. Il tendit sa main, toute aussi abîmée que semblait l'être le reste de son corps, pour laisser voir un scarabée irisé de vert. Nicolas fut perdu, avait-il poursuivi cet insecte ?... Il n'eut pas le temps de se poser d'autres questions que la main se referma et qu'il mit le scarabée dans sa poche... Apparemment. Mal à l'aise, surtout parce qu'il ne comprit pas son geste, qu'il ne comprenait rien même ; de ce qu'il voyait, de ce qu'il percevait, de ce qu'il entendait, il lui avait demandé s'il voulait être raccompagné à l'Institut. Alors celui qui lui faisait face pencha la tête sur le côté, comme lui quand parfois il ne comprenait pas et dit, justement qu'il ne comprenait pas... en anglais. Parfait...

Un soupir plus tard, la gêne qu'il ressentait auprès du gamin aux yeux vides s'envolant pour laisser place à de l'agacement... Il serait sérieusement temps pour Terrae qu'ils installent un accueil, ou du moins, une espèce de roulement pour expliquer aux nouveaux ce qu'il se passe ici, ça devenait du grand n'importe quoi. Il posa un instant ses yeux d'argent sur lui... Qui serait venu vers lui de toute façon ?... Il... lui ressemblait un peu. Quand il était arrivé, il était couvert de bandages et de pansements, il était un peu moins maigre mais tout aussi triste à voir, il voulait donner l'impression d'être inatteignable, qu'il était impossible de le faire souffrir. Mais pas autant. Pas autant que ce gosse qui sentait la famine et... et je ne veux pas savoir le reste. Il réussit à sourire. :

-Ok. Come with me. I will give you something, who will help you, understand me.

Il articula chaque mot avec soin. Il espérait qu'il comprenait, car sa première phrase n'était clairement pas anglaise... donc ce n'était pas sa langue maternelle. Il espérait aussi qu'il le suive sans trop d'histoires, car il n'avait pas l'air d'être bien attentif s'il s'était perdu en suivant un insecte... D'ailleurs... quel âge il peut avoir ? Il sait combien ça peut être trompeur ; à quinze ans, il avait l'air d'en avoir douze, c'était pas facile à vivre... Bon maintenant il en avait seize mais il avait l'air d'en avoir vingt... Il savait pas si l'un était préférable à l'autre.

Le regard qu'avait le garçon était fixe, mais restait vif et conscient. Alors qu'il marchait, il le vit capter les mouvements autour d'eux ; les animaux qui fuient, le son d'une automobile au loin, le détail d'une fissure sur un mur,... Il s'arrêta autant de fois qu'il le fallut, et se surprit à suivre ses yeux, à se perdre comme il le faisait. Il tenta de voir ce qu'il pouvait ressentir à chaque fois, mais il ne trouva rien... Son pouvoir sensitif touchait le vide... Comme si la personne qui lui faisait face était l'incarnation du vide. Et puis soudain, il est intrigué et s'avance ailleurs, en quête d'une autre curiosité du monde qui l'anime, avant qu'il ne s'éteigne de nouveau, comme on souffle une bougie. Nicolas alors le rappelait à l'ordre, lui disant de nouveau qu'il devait le suivre et ils reprenaient la route, sans discuter.

Une fois à l'Institut, ils grimpèrent les escaliers et Nicolas frappa et ouvrit la porte de la Salle des Masters. :

-Excusez-nous mais j'ai trouvé un petit nouveau sans puce traductrice. Je... vous en avez au moins ?

On lui répondit que oui et il soupira de soulagement. Il remercia le Master qu'il croisait si rarement qu'il le connaissait à peine puis referme la porte en tendant l'espèce d'oreillette au nouveau. :

-Take it, it's for you. Il retira sa propre puce avant de la remettre. Put it like this.


Sauvages [avec Samaël] LqXPa


Spoiler:
 
##   Ven 9 Sep 2016 - 0:31

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Samaël A. Lovecraft
Samaël A. Lovecraft
Air au pouvoir solaire
Messages : 184
Date d'inscription : 28/08/2016
Age : 29
Emploi/loisirs : Réguler la population humaine.
Humeur : Vide

Perdu...« Par un mot tout est sauvé. Par un mot tout est perdu. »...
LOVECRAFT
Samaël A.
LEFEBVRE
Nicolas
C
et homme semblait vouloir t’aider. C’était si rare que les gens face attention à toi et te tendent leur main que tu ne sus vraiment comment réagir. Habituellement, c’était toi qui allais vers eux, quand tu devais faire semblant d’être une chose fragile, un appât. L’inverse te perturbait et tu fixas le jeune homme quelques instants qui semblaient bien longs pour ton interlocuteur.
Tu te demandas si tu pouvais lui faire confiance, puis réalisas que tu n’avais pas vraiment le choix et que ce n’était pas lui qui était le plus dangereux ici, enfin, ce dernier point tu l’ignorais, comme beaucoup d'autres choses. Il te parla lentement dans un anglais que tu compris. Tu hochas doucement la tête, sans un mot pour dire qu’il avait compris.

Tu te mis à le suivre, sans poser de questions, savoir qui il était. Tout ceci tu n’en avais que faire, il t’avait dit qu’il t’aiderait et au pire, tu es tombé sur un violeur. Et alors ? A vrai dire sais-tu au moins ce que c’est ? J’ai des doutes.
Alors qu’il te conduisait sur le chemin que tu aurais dû suivre depuis le début, ton regard s’égarait. Tu le suivais dans son ombre, puis t’arrêtais, soudainement, pour fixer quelque chose qui t’intriguait, t’attirais. Tu partais dans une direction, parfois pour un objet, une plante, un insecte. Quand c’était assez petit et que tu pouvais l’attraper, tu le glissais dans une des grandes poches de ton manteau, comme un butin, un souvenir que tu contemplerais plus tard. Mais il te rappelait souvent à l’ordre et, docilement, tu revenais vers lui pour continuer à suivre ses pas. Silencieux.

Vous arrivâtes jusqu’à une grande bâtisse, sans doute l’institut où tu devais aller. Vous y rentrâtes, montant des escaliers pour arriver devant une salle où tu te tins sagement derrière le jeune homme qui se mit à parler dans une langue étrangère à d’autres personnes. Il se passa des choses que tu ne compris pas avant qu’il se retourne vers toi.
─ Take it, it's for you. Put it like this.
Tu le regardas faire, avant de regarder l’oreillette, revenant sur le garçon, puis l’objet. Tu hochas de la tête et le plaças dans ton oreille. C’est alors que les mots inconnus que tu entendais derrière vous te semblèrent familier, tu comprenais l’homme qui discutait avec un autre d’un soi-disant cours alors que quelques secondes plus tôt c’était du charabia à tes oreilles. Tu regardas la personne qui t’avait conduit jusqu’ici.
─ Les gens trop gentils finissent toujours par mourir en premier, dis-tu avec le ton innocent d’un enfant, comme une vérité. Fais attention à toi.
Parfois, tu avais une étrange façon de remercier les gens.
© Code de CCCrush modifiés.


« Un cannibale est un homme qui aime son prochain avec de la sauce. »
##   Dim 11 Sep 2016 - 2:28

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Nicolas Lefebvre
Etoile Tonnerre Solaire
Messages : 1320
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Les premiers mots que Nicolas comprit... en fait, seulement ceux qu'il entendit avec clarté... c'était un étrange merci. Il venait de placer sa puce à son oreille après avoir légèrement hoché la tête à l'explication brève qu'il lui avait donné. Et l'avait qualifié de "personne gentille"... Son regard d'argent se transforma, l'espace d'une seconde ; il devint liquide en fusion, la pupille n'étant plus qu'un point noir au cœur de l'iris sans couleur. Puis il revint à la normale, aussi soudainement qu'il s'était modifié, et Nicolas sourit... Bien sûr, le gamin avait reconnu son masque... Évidemment, il avait capté de lui l’inquiétude, certes sincère, mais habituel qu'il revêtait ici, envers les petits nouveaux. Bien sûr qu'il s'était arrêté pour le laisser vagabonder à sa guise, bien sûr qu'il ne l'avait forcé en rien et ne cherchait qu'à lui faciliter la vie à Terrae... Alors pourquoi était-ce si dur d'entendre quelqu'un lui dire qu'il était gentil ?... Il sourit de manière tendre avant de répondre simplement. :

-Merci.

Parce qu'après, il l'avait mis en garde non ? Oui.

Il ne sut pas très bien ce qu'il dut faire à la suite. Nicolas regarda le couloir qui se présentait à eux, à gauche puis à droite, comme si quelqu'un allait venir à son aide... Mais non... Il allait devoir accueillir un nouveau qui, peut-être, n'avait aucune idée de ce qu'il faisait ici... Il poussa un gros soupir avant de gratter sa nuque et de poser ces yeux sur le gosse...

Sérieusement... Franchement... Vraiment ?! Qui allait l'aider alors qu'il était aussi dépenaillé ?... Qui allait s'avancer vers lui, sinon des personnes comme lui ou aveugles, alors qu'il avait l'apparence d'un... de... d'un petite animal sauvage et l'aura d'une bête démentielle ? ...Il n'eut pas d'autres mots pour qualifier le peu qu'il percevait de lui. Il se sentit bien démuni tout d'un coup. :

-Tu as... des questions ? ...Sais-tu au moins pourquoi tu es ici ? Ce qu'est Terrae ?

Il marqua une pause et reprit avant d'avoir une quelconque réponse. :

-Et puis quel âge as-tu ?

La question lui sembla importante... autant pour savoir s'il devait reprendre des cours à l'institut que pour donner un âge à l'être sauvage qui lui faisait face.


Sauvages [avec Samaël] LqXPa


Spoiler:
 
##   Dim 11 Sep 2016 - 23:42

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Samaël A. Lovecraft
Samaël A. Lovecraft
Air au pouvoir solaire
Messages : 184
Date d'inscription : 28/08/2016
Age : 29
Emploi/loisirs : Réguler la population humaine.
Humeur : Vide

Perdu...« Par un mot tout est sauvé. Par un mot tout est perdu. »...
LOVECRAFT
Samaël A.
LEFEBVRE
Nicolas
E
tais-ce ton imagination, où le jeune homme avait l’air mal à l’aise ? Sans doute, vu ce que tu venais de sortir n’importe qui aurait été mal à l’aise. Il te remercie d’un tendre sourire, te faisant plisser les yeux. Tu n’arrivais pas vraiment à le discerner, mais qu’importe, de toute façon tu ne prenais jamais vraiment le temps de comprendre ce genre de chose. L’esprit volatil, tu regardas autour de toi, un peu rêveur avant de retomber sur terre. Tu fouillas dans une des nombreuses poches de ton manteau et mis un objet dans la main du brun.
─ Cadeau.
C’était un briquet, il était plutôt joli, bleu avec des motifs multicolores. C’était sympa un briquet, utile, s’il n’était pas vide. Mais tu avais tendance à offrir les trucs bizarres que tu ramassais dans la rue et t’intriguaient. Cela aurait pu être le scarabée qui s’agitait dans ta poche, mais tu ne l’avais pas encore admiré. Tu lui fis un petit sourire, sans doute moins forcé qu’avant, ravie de lui avoir offert quelque chose.

Tu changeas soudainement de comportement, ton sourire s’effaçant alors que ton regard fut accaparé par quelque chose. Tu avais cru voir quelque chose dans le couloir, entrant par une porte. Et maintenant tu fixais cette porte avec une lourde intensitée comme espérant que l’ombre revienne dans ton champ de vision.
─ Tu as... des questions ? ...Sais-tu au moins pourquoi tu es ici ? Ce qu'est Terrae ?
Revenant à la réalité, tu revins sur ton démon gardien. Devrais-tu lui dire que si tu es ici, c’est parce que les douces paroles du diable dans ta tête, nos douces paroles t’avaient susurré d’accepter. Et comme à chaque fois que tu nous entends, tu obéis, sans réfléchir. Comme le bon petit suppôt que tu étais. Non, bien sûr que non, car nous t’avions bien dit de te taire, que tout ceci est un secret. Alors tu vas juste le baratiner, Samaël, lui raconter n’importe quoi. Nous savons que tu en es capable.
Tu lui souris, de ton éternel faux sourire que tu te forçais à esquisser pour dire que tout va bien et lui répondit :
─ Quelle importance du pourquoi je suis ici, je suis là, c’est tout ce qui compte. Est-ce de mon plein gré, une envie, le destin. Quelle que soit la raison, le résultat sera toujours le même. Je suis là.
Tu as toujours été incapable de donner des réponses claires, mettant en déroute les personnes qui t’écoutaient. Parfois tu disais des choses sans aucun sens, et d’autres des mots lourds de sens.
─ Terrae… c’est un lieu d’accueil pour des gens différents, spéciales, qui ne rentrent pas dans le moule… on les met là, comme dans un asile de fous. Une terre qui nous protège du monde extérieur, mais qui est comme une prison. Au final.

A sa dernière question, tu regardas tes doigts, commençant à compter avec une certaine difficulté. Puis tu relevas la tête tout sourire.
─ J’ai 19 ans.
Tu ne les faisais vraiment pas, non. Mais ta vie avait sans aucun doute drastiquement retardé ta croissance. Et ton comportement, enfantin à la limite de l’attardement n’aidait en rien.
─ Sinon je m’appelle Samaël. Et toi ?
© Code de CCCrush modifiés.


« Un cannibale est un homme qui aime son prochain avec de la sauce. »
##   Mer 14 Sep 2016 - 20:08

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Nicolas Lefebvre
Etoile Tonnerre Solaire
Messages : 1320
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Quand il lui tend le briquet en cadeau, Nicolas a d'abord le réflexe de refuser. Mais il remarqua l'ombre de sourire qu'il lui donna... et se retint. Il ouvrit la paume de sa main, déchirée ça et là d'anciennes blessures s'estompant avec peine, et le laissa y mettre le cadeau. Un briquet tout simple donc, mais coloré. Nicolas se rappela qu'il avait mis plusieurs choses dans sa poche sur le chemin... Il avait donc trouvé un petit trésor qu'il partageait. Sans comprendre son geste, il saisit le pourquoi du sourire toutefois. Il le remercia encore puis plaça le briquet dans sa poche, bien au fond, pour ne pas le perdre... Ça lui faisait bizarre d'avoir de nouveau cet outil dans sa poche, vu qu'il allumait sa cigarette avec ses pouvoirs depuis quelques mois. Puis l'attention du gamin se perdit au bout du couloir, il fixait un endroit précis au loin, comme s'il y voyait du mouvement... Un chat. Mais Nico, lui, n'avait rien vu.

Il répondit toutefois à sa question... Enfin pas à la bonne. En fait si mais... C'est pas ce que je voulais dire... Il eut un rictus, mal à l'aise. Il n'avait pas cherché à lui faire dire quoi que ce soit... Et quant à ce qu'il pensait de Terrae, il ne pouvait pas lui en vouloir. Lui aussi avait très vite pensé à un asile. Un asile dans le très mauvais sens du terme. Mais ça, il constatera par lui-même si c'est vrai ou non. :

-Ton passé m'importe peu car, comme tu le dis, "tu es là". Ce que je voulais savoir c'est si on t'a mis au courant pour les pouvoirs. Comme ça, comme j'ai du temps devant moi, je peux t'expliquer tout ça.

Nicolas sourit encore... A ses yeux, il fait face à un louveteau ; un de ces gamins du gang qui n'était pas là pour jouer aux plus forts mais pour survivre, comme lui, et dont il avait la responsabilité. Le Loup Noir approuva bizarrement. Surtout qu'il commença à compter sur ses doigts quand il lui demanda son âge... Tiens ? Plus jeune qu-... :

-J'ai 19 ans.

Nicolas s'accrocha au mur derrière lui. Que... HEIN ?! Ce n'est pas tant le fait de l'avoir appelé "gamin" dans sa tête plusieurs fois maintenant qu'il savait qu'il était plus vieux que lui qui le choquait... C'était son apparence.

Pour seule base, Nicolas ne connaissait que son propre corps... Il savait que la famine empêchait la croissance de se faire correctement. Il a longtemps été très petit par rapport aux autres garçons, et même certaines filles. Mais pas à ce point... Pas au point de paraître si jeune. La seule conclusion qu'il avait été donc amené à faire en un temps record, c'était qu'il avait grandi dedans. Il avait grandi dans la Faim. Il n'y avait pas d'autres explications sensées dans sa tête. Ça lui donna le vertige. Il se rattrapa à la question qu'il lui posa. :

-Je m'appelle Nicolas, j'ai 16 ans. Tu... Samaël ? Vraiment ?

AHAH ! Nicolas, le nom d'un Saint... Samaël, un autre nom de Satan... Oui, oui, on peut rire de la situation.


Sauvages [avec Samaël] LqXPa


Spoiler:
 
##   Jeu 15 Sep 2016 - 0:46

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Samaël A. Lovecraft
Samaël A. Lovecraft
Air au pouvoir solaire
Messages : 184
Date d'inscription : 28/08/2016
Age : 29
Emploi/loisirs : Réguler la population humaine.
Humeur : Vide

Perdu...« Par un mot tout est sauvé. Par un mot tout est perdu. »...
LOVECRAFT
Samaël A.
LEFEBVRE
Nicolas
I
l semblait dérangé, gêné par ta réponse, tu ne compris pas pourquoi, pas tout de suite, mais après qu’il t’ait répondu tu compris. Tu avais juste mal entendu sa question et répondu complètement à côté de la plaque. Tu avais entendu mais pas écouté. Dans ce nouvel environnement, beaucoup de choses attisant autant ta curiosité que ta méfiance, tu perdais un peu le sens de l’écoute, bien plus qu’à l’habitude. Mais tu tiquas sur ses paroles, avait-il vraiment compris ce que tu avais dit ? Tu étais « là » mais à vrai dire tu n’aurais pu vraiment répondre pourquoi. Parce qu’on t’en avait donné l’opportunité, parce que tu étais curieux, tu étais là parce que tu as répondu sans vraiment réfléchir, comprendre. Lié à ton passé ou non, ton choix n’avait pas pris cela en compte, ou pas consciemment. Alors si ce n’était à cause de l’interdiction qu’on t’avait donnée sur certaines « passages » de ta vie, ton passé, tu n’aurais aucune gêne à en parler. Car ton passé est pour toi tout ce qui a de plus normal, faute de pouvoir le comparer avec celui d’un autre. Tu n’en as donc pas peur ou honte, il y a juste certaines choses que tu ne comprends simplement pas.

Il te rappela sa question, et cette fois tu écoutas, la comprenant, l’assimilant. Tu baissas ton regard pour réfléchir, te souvenir, cherchant dans ta mémoire si on t’avait parlé de tout cela. Tu rassemblas assez rapidement toutes informations liées que tu avais en tête et relevas la tête.
─ Oui, on m’a parlé de pouvoir, lié à des éléments.
Tu devenais un peu plus lucide, tes paroles devenant plus cohérentes. Le jeune homme te mettait plutôt à l’aise et tu arrivais plus facilement à parler, même si cela te fatigue et que tu n’en as pas forcément très envie. Tes phrases restent courtes mais au moins, tu réponds.

Puis tu lui donnas ton âge et il flancha devant toi, devant ton incompréhension totale. Tu penchas la tête sur le côté, te demandant un instant s’il allait bien mais il avait l’air de se reprendre malgré son regard qui avait légèrement changé. Même si c’était infime, tu décelas rapidement cette lueur de pitié que tu n’appréciais vraiment pas. Si bien que sans le vouloir, ton regard s’assombrit, l’espace d’un instant jusqu’à ce qu’il te dise son propre nom, avant de s’étonner de tom prénom.
─ Tu n’aimes pas ? Tu peux m’appeler Abel si tu veux. C’est mon surnom.
Un surnom bien, étrange, mais que tu étais plus habitué à entendre. Un peu comme si tes anciennes connaissances ne voulaient pas souiller le nom du diable quand tu leur servais d’exutoire.
© Code de CCCrush modifiés.


« Un cannibale est un homme qui aime son prochain avec de la sauce. »
##   Dim 23 Oct 2016 - 22:39

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Nicolas Lefebvre
Etoile Tonnerre Solaire
Messages : 1320
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Que le gam-... Que Samaël en sache déjà un peu sur les pouvoirs lui facilitait grandement la tâche. Ça voulait dire qu'il n'avait besoin que de conseils pour éviter de se perdre... et qu'il allait pas lui sortir le baratin habituel à ce propos. Vu qu'il n'avait l'air attentif. Ou trop attentif, mais à pas lui. A défaut de savoir exactement quoi, il dut se reprendre. Parce qu'au regard noir qu'il lui renvoya, Samaël devait pas apprécier la moindre ombre de compassion. En même temps... c'était dur. Mon masque n'est pas préparé à ça. Bon... Imaginons. Nous ne sommes plus dans Terrae. Nous ne sommes pas non plus dans un endroit complètement sûr, dans un lieu inconnu. L'orée d'une frontière entres deux animaux sauvages, les sous-bois lors d'un début d'hiver. Ni ennemi, ni frère. Nicolas inspire un temps et répond la seconde d'après. :

-Si. J'aime beaucoup ton prénom. Et ton surnom aussi.

Vaut mieux ça que de porter le nom d'un saint et de se faire passer pour un. :

-Bon, si tu as des questions à propos de Terrae du coup, tu peux venir me poser des questions quand tu veux. Je suis dans le dortoir des Tonnerres le soir.

Il se pencha légèrement en avant, un peu plus sérieux dans son regard. :

-Fais attention à toi et à ce qui se trouve autour de toi à l'avenir... pour éviter de te perdre.

Et autres surprises désagréables. Il se redresse alors et reprend de manière un peu plus légère. :

-D'ailleurs ça te dis que je te fasse un peu visiter l'institut ? Histoire que tu te repères bien et au cas où t'as des questions. Il ajouta sans pouvoir s'en empêcher... J't'offre une boisson chaude et un gâteau si ça te dit aussi.


HRP : Désolé pour la réponse tardive (le déménagement qui a pris mille ans) et courte (là c'est ma faute, je suis mort, grosse journée aujourd'hui XD) !


Sauvages [avec Samaël] LqXPa


Spoiler:
 
##   Dim 6 Nov 2016 - 19:53

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Samaël A. Lovecraft
Samaël A. Lovecraft
Air au pouvoir solaire
Messages : 184
Date d'inscription : 28/08/2016
Age : 29
Emploi/loisirs : Réguler la population humaine.
Humeur : Vide

Perdu...« Par un mot tout est sauvé. Par un mot tout est perdu. »...
LOVECRAFT
Samaël A.
LEFEBVRE
Nicolas
D
ire qu’on aimait quelque chose d’atypique parce qu’on pose la question, est-ce vraiment ce que l’on pense ou une réponse pour ne pas déplaire ? Une question que Samaël Lovecraft ne se posait absolument pas. Perdu entre deux eaux, il allait et venait entre rêves diurnes et réalité. Bien sûr, il entendant tout ce qu’il l’entoure, comme un écho infini de bruit et de murmure sans vraiment se focaliser sur l’un d’eux. Il manquait cruellement d’attention, en apparence tout du moins, car il écoutait Nicolas, à sa manière. Pour lui, seules les oreilles sont utiles pour percevoir les sons, alors regarder son interlocuteur dans les yeux n’était pas inutile. Une approche fortement dérangeante pour toute personne voulant converser avec lui.

Samaël esquissa un fin sourire en guise de toute réponse à sa proposition. C’était toujours rassurant d’avoir quelqu’un à qui poser des questions, même si aucune ne venait à l’esprit du jeune perdu. Lorsque Nicolas s’approcha de lui, il ne recula pas, mais ouvrit un peu plus ses yeux légèrement bridés, étonné par son geste. On ne s’approchait jamais autant de lui. Il acquiesça d’un mouvement de tête, son attention s’étant soudainement tournée vers les yeux gris du plus grand.
Puis il lui proposa de visiter l’institut. Abel eut un moment de réflexion, ou d’absence, avant de répondre d’une voix monocorde :
─ Je veux bien. Et un thé.
Il lui propose un truc, il n’allait pas refuser, même si manger un gâteau le dégoûté. Alors il accepta que la boisson. Puis il suivit son bienfaiteur, son regard regardant un peu partout. On ne pouvait pas dire que Samaël n’observait pas son environnement, c’était juste qu’il n’y faisait pas particulièrement attention. Sauf pour des petites choses sans intérêt.
© Code de CCCrush modifiés.


« Un cannibale est un homme qui aime son prochain avec de la sauce. »


Dernière édition par Samaël A. Lovecraft le Dim 4 Déc 2016 - 20:19, édité 1 fois
##   Dim 4 Déc 2016 - 17:14

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Nicolas Lefebvre
Etoile Tonnerre Solaire
Messages : 1320
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

C'est tout nouveau pour Nicolas, lui qui avait l'habitude de s'adapter à la personne qui lui faisait face pour pouvoir communiquer et plaire, il se retrouvait devant quelqu'un qui ne le regardait même pas dans les yeux, qui semblait ne pas l'écouter... C'était bien tout le contraire, puisque Sam lui répondit qu'il allait prendre un thé. Il sourit. Pas folle la guêpe. C'était assez surprenant de voir qu'il s'adaptait à la situation en faisant appel au Loup Noir, à son instinct plutôt qu'à son masque. Et il ne pouvait rien y faire, chaque fois qu'il tentait de repousser cette sensation désagréable de froid qu'il lui ceignait les entrailles, ce qu'il avait été revenait à la charge. Le Loup Noir resserrait son emprise sur lui en la présence du jeune homme. Toutefois, ce n'était pas une raison suffisante pour abandonner son protégé, il lui en fallait plus pour ça...

Comment s'adapter à l'humain qu'on ne comprend pas d'un simple regard ? On essaye de voir avec ses yeux. Alors au lieu de simplement présenter le dernier étage de l'Institut comme l'Observatoire, la salle d'Astronomie et les salles réservées aux Masters, il dit qu'à l'étage le plus haut, on trouve les gens les plus hauts placés, il fait un parallèle avec le ciel plus proche. A chaque couloir, quand ils descendent les escaliers, il s'arrête et pointe du doigt les couleurs, les fait correspondre aux différents pouvoirs. Il ne le prend pas pour un idiot, il s'adapte à ce qu'il voit... Des craquelures aux murs, aux traces indélébiles qu'on trouve au sol, aux petits détails qu'il remarquait autrefois et qu'il notait dans sa tête ; une porte de sortie, un moyen de se battre, ici sert de moyen de repère. Il en profite même pour lui montrer la porte de sa chambre, puis ils descendent jusqu'à la cafétéria, toujours au rythme de leur visite et des découvertes de Samaël.

Arrivés à la cafét', il est plutôt content de voir qu'il n'y a pas trop de monde... Comme il fait beau, les gens préfèrent sans doute aller dehors, dans des cafés au village, plutôt que de rester à l'Institut. Il demande donc au serveur un café et un croissant pour lui... et comme il n'a aucune idée de quel type de thé boit son protégé, il se tourne vers lui. :

-Dis-lui ce que tu veux comme thé. Je crois qu'ils ont un peu de tout.

Une fois ceci fait, ils s'installent à une table, pas au hasard... Nicolas prend garde à ce qu'ils soient dans un coin, pour observer la salle tout en étant assez éloigné pour discuter tranquille. Ouuuh... le vieux réflexe. Il serre les dents mais passe rapidement à autre chose, posant son sac à terre et grattant machinalement sa cicatrice sur sa joue. Une fois assis, il arrache un bout de croissant qu'il trempe dans son café et regarde Samaël s'installer...

C'est clair que c'était pas humain d'être aussi chétif à son âge... Il espérait, comme lui l'année dernière, qu'il retrouve l'appétit et qu'il soit un peu plus en forme que ce que laisse montrer son corps. :

-Tu te plais à Terrae pour l'instant ? Il te manque rien ?

Il hésitait à lui dire qu'il pouvait manger un bout de son croissant, c'était clair que ça se faisait pas trop... Toutefois, il était prêt à le lui céder s'il lui demandait.


Sauvages [avec Samaël] LqXPa


Spoiler:
 
##   Jeu 29 Déc 2016 - 12:13

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Samaël A. Lovecraft
Samaël A. Lovecraft
Air au pouvoir solaire
Messages : 184
Date d'inscription : 28/08/2016
Age : 29
Emploi/loisirs : Réguler la population humaine.
Humeur : Vide

Perdu...« Par un mot tout est sauvé. Par un mot tout est perdu. »...
LOVECRAFT
Samaël A.
LEFEBVRE
Nicolas
L
’institut était plus grand qu’il n’y paraissait. Lovecraft est son esprit errant se seraient perdu maintes fois s’il n’y avait eu Nicolas pour le guider. Il avait une façon particulière de lui présenter les choses, lui expliquer les lieux ; parfois, Samaël avait l’impression d’être pris pour un enfant à qui on expliquait intelligemment des choses mais avec des mots qu’il comprenait. Cependant il avait l’habitude, tout le monde finissait par lui parler de cette manière, à cause de son étrange comportement qui donne cette impression d’incompréhension infantile de sa part, parfois agrémenté d’un air de désintérêt.
Regardant les choses sans trop les regarder, il analysait, enregistrait tous les petits détails quand les gens ne voient pas. Il ne se repère pas aux panneaux, aux écrits, pouvant changer du jour au lendemain sous un coup de tête de la directrice, mais cette petite tâche au plafond, cette fissure au pied du mur, ce morceau papier peint décollé, présent mais que personne ne remarque, voué à être oublié pour l’éternité. Alors oui, lorsque Nicolas lui montra la porte de sa chambre, elle n’était plus une porte parmi tant d’autres dans un couloir, mais la porte, avec ses variances et ses défauts que Samaël n’oubliera pas. Mais qu’il n’ait pas à s’en faire, le garçon n’est guère du genre à venir squatter chez les gens, ou du moins, pas quand ils s’y attendent.

Après ce petit tour du bâtiment, les deux garçons se dirigèrent vers la cafeteria. Vide, elle paraissait plutôt grande, ce qui mit l’introverti mal à l’aise, semblant soudainement se refermer sur lui-même. Il fut donc ravi lorsque que son guide alla les placer dans un coin de la pièce à une table où on pouvait presque tout observer. Il serrait dans ses mains la tasse de thé chaude que lui avait offert Nicolas ; il avait choisi le plus simple, et pour dire vrai le premier qui s’était présenté devant lui, ne sachant réellement ce qu’il aimait. La tasse était bouillante, il pouvait le sentir à travers ses gants en cuir, mais pas assez pour le brûler avec cette protection.
─ Tu te plais à Terrae pour l'instant ? Il ne te manque rien ?
Samaël braqua soudainement ses yeux noirs sur Nicolas, le dévisageant pour la première fois depuis qu’ils se parlaient, parcourant son corps comme si c’était une proie avant de les détourner naturellement sur la salle.
─ Si, répondit-il.
Bien des choses lui manquaient. Récemment arrivé dans l’institut, il a déjà compris que ses habitudes allaient changer drastiquement. Lui qui vivait au jour le jour, accoutumé à ses rituels routiniers, pensant rarement au lendemain au risque de se décevoir ; voilà que tout ceci, n’avait plus lieu. Samaël ne s’attendait à pas grand-chose de cet endroit, cela faisait bien longtemps qu’il n’espérait rien. Mais des choses lui manquaient oui, comme un fumeur privé de son tabac. Mais il ne voulait pas en parler, ou ne pouvait pas ; on l’avait conditionné à se taire sur certaines choses. Et même si maintenant il n’est plus très réactif et que ses bourreaux sont loin, au fond de lui, il n’a pas très envi qu’on le reprenne à trop parler.

Il porta la tasse à sa bouche, la tenant à deux mains. Il était encore chaud, il reposa la tasse et soupira. Il n’avait pas vraiment l’habitude de ce genre d’interaction. Ô, il aurait pu faire semblant, s’intéresser à Nicolas, lui poser des questions. Mais il faisait ça pour mettre en confiance une proie, et là, ne s’en était pas une. Samaël n’avait étrangement pas le désir qu’il en soit une. Et il n’aimait pas vraiment se forcer en dehors de la chasse.
Cependant, le jeune homme l’avait bien aidé en lui expliquant les lieux, il pouvait toujours lui être utile. Il y avait donc tout intérêt à être sympa avec lui.
─ Merci pour le thé.
Il regarda quelques instants la surface restante du thé, quelques morceaux flottaient, perdus, échappé du sachet qui infusait toujours. Il cherche quoi dire, mais pas grand-chose venait. Puis il releva les yeux vers lui, lui demandant un bateau :
─ Ça fait longtemps que tu es ici ?

[PS : Me suis rendu compte que mon perso est pour le moment très relou à jouer… il n’est tellement pas interactif T_T]
© Code de CCCrush modifiés.


« Un cannibale est un homme qui aime son prochain avec de la sauce. »
##   Jeu 29 Déc 2016 - 22:06

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Nicolas Lefebvre
Etoile Tonnerre Solaire
Messages : 1320
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

La réponse lui vient aussitôt. Le regard qu'il lui lance... Il ne l'a jamais vu. Même ces animaux qui se plaisaient à s'appeler "humains", dans son ancien village, ceux qui s'amusaient à le blesser, à le déchirer puis à s'enfuir comme des lâches n'avaient pas le même. C'était bien plus puissant, plus pressant. Nicolas serre aussitôt sa mâchoire, sa pupille se contracte. Le Loup Noir s'empare de tout son corps d'un seul coup, comme autrefois, de cet instinct de survie qui ne nous lâche pas, de cette rage de survivre qui dépasse la peur...

-Si.

Et puis Sam détourne son regard presque aussi rapidement qu'il l'a posé sur lui.

...Hein ?

La pression retombe aussitôt.

Le Loup Noir inspire, ouvre la bouche pour la refermer rapidement. Il penche la tête sur le côté... Il paraît s'ébrouer un court instant, mais c'est en fait Nicolas qui tremble, qui lutte pour étouffer ce besoin pressant qu'il avait d'identifier la menace, de la fuir, de la comprendre... ou de la mettre hors d'état de nuire. Il se surprend à y arriver plutôt facilement, aussi quand Sam lui fait de nouveau face pour porter sa tasse à ses lèvres, sa pupille est normale, sa mâchoire détendue... Il souffle sur son café pour le refroidir et en boire une gorgée, la chaleur se répand dans son corps. Il semble lui, mais sa voix ne trompe personne... Un grondement sourd, bloqué dans sa cage thoracique, qui le fait vibrer tout entier. :

-Y'a pas de quoi.

Il tousse en fronçant les sourcils, pour faire passer ce qui doit ressembler à un chat dans la gorge pour les autres qui se croient drôles. Non, ce n'est pas un chat. Toutefois il accepta de passer à autre chose... Après tout, Sam n'avait pas développé ce qui lui manquait et après un tel regard, il ne pouvait pas le forcer... Ça avait l'air bien lourd tout ce qu'il y avait en lui. Une maladie ?... Non, je ne dois pas y penser. C'était inquiétant, mais que pouvait-il faire de plus avec un novice ? Sûrement pas lui forcer la main. Nicolas termine son croissant en deux bouchées. :

-Bientôt un an.

Il arrive à lâcher un sourire. Il se force, ça se voit. Toutefois il note qu'il fait l'effort de le regarder. Pas comme tout à l'heure par contre. Ce sont les yeux noirs de quelqu'un de las à cet instant.

Nicolas a dans sa tête le regard de Sam imprimé, comme gravé en lui. Au-delà de ce réflexe qu'il a provoqué en lui, il se demande à quoi ça peut-être du. Il regretta soudain d'être resté cloisonné derrière ses barrières mentales protectrices avant de se dire que, finalement, ça aurait pu se passer autrement et pas de façon cool. Il tenta d'analyser le peu que ce que les yeux de charbon avaient tenté de lui communiquer ; une envie, un besoin même à ce niveau d'intensité. Que lui manquait-il d'aussi important, d'aussi vivace pour qu'il le regarde ainsi ? Le Loup Noir trépigne au fond de sa cage. Nicolas ferme les yeux. :

-Je suppose que si tu me parles pas de ce qui te manque, c'est que tu veux pas en parler.

Il rouvre les yeux qu'il pose sur Sam. Sa voix grave est étrangement de retour. "Les gens trop gentils finissent par mourir en premier", avait-il dit. Il se permet un sourire. :

-Les solitaires sont les derniers à mourir, mais ils sont destinés à mourir eux aussi. dit-il en rappel à son conseil, qu'il a peut-être d'ailleurs oublié. Fais attention à toi.


HRP : Sur ses paroles sages (peuheuh tss, pas du tout), tu peux clore si tu veux ^^ !


Sauvages [avec Samaël] LqXPa


Spoiler:
 
##   Ven 30 Déc 2016 - 14:18

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Samaël A. Lovecraft
Samaël A. Lovecraft
Air au pouvoir solaire
Messages : 184
Date d'inscription : 28/08/2016
Age : 29
Emploi/loisirs : Réguler la population humaine.
Humeur : Vide

Perdu...« Par un mot tout est sauvé. Par un mot tout est perdu. »...
LOVECRAFT
Samaël A.
LEFEBVRE
Nicolas
L
es yeux sont le reflet de l’âme, le regarder c’est lire au travers une personne, il est difficile de cacher sa nature profonde lorsqu’on vous regarde au fond des pupilles. Samaël ne reflète rien, en dehors d’un gouffre béant, un vide dans lequel on tombe et on se noie. Certains diront que son âme est emprisonnée de cette obscurité, d’autres diront tout simplement qu’il en a pas, perdu il y a bien longtemps. Alors, il a pris cette habitude étrange de ne jamais regarder dans les yeux, jamais, pas par malaise mais parce qu’il ne souhaite pas montrer ce qu’il est. A partir du moment où on croise son obscurité, on se braque, on est effrayé, comme si elle allait nous dévorer. L’expression qu’affichaient ses proies à ces moments-là, de la peur mêlée à de l’incompréhension, amusé grandement le cannibale. Mais là, ce n’était pas voulu, il avait fait un faux pas et voilà que son adorable interlocuteur s’était soudainement fermé à lui tel un animal pris en tenaille.
Il ne regardait pas tout directement, mais il observait, écoutait, entendait, à sa manière. Un prédateur à la découverte de son nouvel environnement. Et il avait nettement décelé les petits changements dans le comportement de Nicolas, dans sa stature, sa voix. Son regard, il l’évitait.
─ Je vois.
Samaël se passa la main derrière la nuque. Une sensation étrange, de la gêne, ou bien de l’embarras de voir Nicolas lui glisser des mains, sortir ses épines tel un hérisson effrayé. Pour une fois qu’il avait décidé de ne pas être trop hostile, il a fallu qu’il l’effraie. Il regardait le fond de sa tasse vide, légèrement pensif, il réfléchissait à ses prochaines actions pour rattraper le coup. Les idées fusaient dans son esprit à l’instar de son état lent. Il avait appris à rapidement tourner les situations en sa faveur, du moins assez pour réussir à survivre jusqu’à aujourd’hui.
─ Ce n’est pas que je n’ai pas envie d’en parler, dit Lovecraft calmement. C’est juste que, je n’ai pas envie de me faire comprendre.
Peu de gens pourraient comprendre son manque, décalé, malsain. Même si pour lui ce n’est pas anormal, habitué depuis son enfance, mais il savait, au fond de lui, que la majorité ne saisirait pas son ressenti. C’était donc qu’une perte de temps et d’énergie que de tenter de s’expliquer.
Il sentit le regard de Nicolas se poser sur lui, lui faisant lever la tête, s’arrêtant à ces lèvres qui esquissaient un sourire, prononcer des mots. Il lui semblait avoir déjà entendu ce genre de phrase. A oui, plus tôt, c’était lui qui l’avait prononcé, à sa manière. Le fait que Nicolas réutilise sa phrase avec cynisme lui arracha presque un sourire. C’est qu’il devenait presque intéressant.
─ Merci, répondit-il de la même manière que son interlocuteur.
Que rajouter après cela ? C’était comme parler à une porte close. Samaël avait perdu la poignée et n’arrivait plus l’ouvrir. Il lâcha la tasse encore tiède et se leva, lui faisant un signe de tête.
─ Merci pour la visite… je me serais encore perdu sans toi. Je vais continuer à me promener pour repérer les lieux.
Le laisser respirer, c’était sans doute le mieux qu’il puisse faire pour le moment. Eviter de l’oppresser plus que ça.

[HRP : Je sais plus trop quoi dire après coup donc au final c'est le bon moment pour clore, sauf si tu veux continuer et que tu as une idée ♥.]
© Code de CCCrush modifiés.


« Un cannibale est un homme qui aime son prochain avec de la sauce. »
##   Ven 30 Déc 2016 - 17:36

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Nicolas Lefebvre
Etoile Tonnerre Solaire
Messages : 1320
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Le comportement de Sam change. Nicolas préfère rester neutre, même s'il s'applique à comprendre ce qui peut bien traverser le jeune homme, sans utiliser ses pouvoirs. Une main derrière la nuque. Gêné. ...ou il a juste envie de se gratter aussi hein. Il essaie de trouver un sens à ses mots ; il n'a pas envie de se faire comprendre. C'est compliqué de comprendre pourquoi il veut pas se faire comprendre si on comprend pas pourquoi. Vous comprenez ? Moi pas. Mais Nico n'est pas du genre à laisser tomber... Sam ne veut peut-être pas se justifier, peut-être veut-il oublier, peut-être pense-t-il qu'il n'arriverait pas à le comprendre -ce verbe est beaucoup trop présent. Nicolas hausse une épaule. :

-Si c'est quelque chose qui fait parti de toi, si c'est quelque chose qui t'anime au point de te manquer, je n'ai pas à comprendre mais à accepter. En bien ou en mal.

C'était la politique ici non ?... Et puis, c'était lui surtout. Il n'avait pas tout vu, il ne savait pas tout, mais on pouvait pas lui reprocher qu'il faisait des efforts avec... les gens.

Sam lui sourit, il sait qu'il fait mention à son propre conseil à travers le sien, Nico le lui rend. Sans être plus vif, Sam lui paraît d'un coup un peu plus ouvert, comme si son instinct de survie avait réveillé quelque chose en lui. Il le remercie, deux fois. :

-De rien. Si ça peut t'aider à vagabonder sans te perdre, ça me va.

Nicolas se lève aussi. Il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'il écourte la conversation, même s'il avait été mal à l'aise à cause de son regard, éveillant de mauvais souvenirs au passage, il avait l'habitude de gérer ses instincts qu'il tassait au fond de lui, à les arracher par petit bout avant de les jeter au feu, comme s'il s'anesthésiait. :

-Je vais me répéter mais hésite vraiment pas à passer me voir si t'as des questions... Je sais qu'ici, au début, on n'est pas forcément bien entouré ou pris en charge.

C'était, en gros, une demande d'ami. Version animal sauvage. Version Nico quoi.


Sauvages [avec Samaël] LqXPa


Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Sauvages [avec Samaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Loisirs. :: Cinéma.