Partagez | 
Une chute sans fin dans une nuit sans fond. ••• Tahia puis Mitsu ♥
##   Mer 14 Sep 2016 - 20:13

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1270
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Un cimetière. Allons donc. Mon corps s'arrête net, avec violence, alors que je me crispe sur mon téléphone pour retenir ma colère, ma tristesse et ma haine. Rage, rage autant que tu le peux ; ce n'est pas comme si le monde allait changer quoi que ce soit pour toi.

Un malaise semblable à nul autre. Que voulez-vous que j'aille faire, moi, à chercher une fille qui vient de dévoiler son potentiel étoile dans un cimetière ? Est-ce que je vais devoir subir ses larmes, ses interrogations, ses peurs, sa tristesse ? Je n'arrive pas à gérer la mienne, je n'arrive à rien gérer du tout ; j'aurais peut-être dû refuser. Je pensais que c'était une faiblesse que de le faire. La faiblesse, pourtant, a été d'accepter sans broncher.

Je vais tomber.
Chuter.
Me laisser aller.
Me faire détruire.


Une nausée, un malaise ; je m'accroche au mur, finis par me concentrer pour visualiser l'endroit dans mon esprit. Il m'a fallu regarder sur internet quelques minutes pour tôt pour savoir comment était l'endroit. J'espère ne pas me téléporter n'importe où.

Quand j'atterris là-bas, c'est un joli carnage.

Une partie de l'endroit a été balayée par de violentes bourrasques, et la jeune guérisseuse est allongée au sol, presque accrochée à une tombe, à demi évanouie. Quelques longues secondes, je reste là. La pluie me trempe sauvagement, aussi je me contente de relever ma capuche afin de me protéger un tant soi peu alors que je m'approche. Pas mesuré. L'un. après. l'autre.

Malaise, nausée.

— Tahia ?

Le Master parle à ma place. Elle, au moins, possède une voix calme et douce. C'est l'harmonie, vous savez. Celle que je suis censée ressentir. Celle que je n'arrive plus à retrouver. Celle qui s'est envolée.

Dispersée comme une chape de brouillard.

Quelle expression prendre ? Quel ton utiliser ? Je ne sais même pas quoi dire.

— Tu vas attraper froid, je soupire. Tu ne devrais pas rester allongée là.

J'ai envie de vomir.



Je vole en #F54759
##   Dim 18 Sep 2016 - 14:54

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 502
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Elle avait perdu toute connexion avec la réalité, n'avait plus conscience de la moindre sensation qui aurait dû traverser son corps. Certes, elle sentait que quelque chose lui tombait en continu dessus mais aurait été incapable de dire ce que c'était, de même qu'elle n'avait pas conscience du froid qui s'insinuait partout dans son corps, affaiblissant davantage ses sens et lui donnant l'envie de fermer les yeux et de ne pas les ouvrir avant un moment. Pourtant, dans son esprit embrumé, Tahia avait encore l'impression d'avoir des fragments d'une vive douleur, une douleur qui avait parcouru chaque parcelle de son corps, la paralysant sur place. Et puis, cela avait disparu comme c'était arrivé, il n'avait suffi que d'une minute pour que tout change en un rien de temps et que la douleur laisse place au calme et à la fatigue. Mais tout cela n'avait plus d'importance maintenant. Elle voulait dormir, elle voulait oublier... Oublier quoi d'ailleurs? Et où était-elle exactement? Oh, cela n'avait pas la moindre importance. Elle y réfléchirait quand elle se réveillerait et qu'elle n'éprouverait plus cette horrible fatigue qui engourdissait ses membres.

Un bruit. Un appel. Semblant si lointain dans l'esprit de l'adolescente. Qui l'appelait? Pourquoi? Elle voulait seulement dormir, oublier ces vestiges de douleur qui trainaient encore à travers chaque parcelle de sa peau. On ne pouvait pas attendre un peu qu'elle soit plus reposée avant de la déranger. Bientôt, le bruit se faisait moins lointain, bien qu'il arrivait d'une manière étouffée aux oreilles de la brune. Encore un son, une voix inconnue lui parvenant petit à petit. Mais les mots semblaient impossible à comprendre pour elle, comme s'il s'agissait d'une langue différente. Alors, en dépit de sa profonde envie de vouloir dormir, Tahia essaya de se concentrer sur ce qu'elle entendait, revenant petit à petit à la réalité et prenant alors conscience de tout ce qui l'entourait. La pluie tombant sur elle, ses vêtements mouillés, le froid s'insinuant lentement à travers les tissus imbibés, la faisant trembler. Puisant dans le peu de force qu'elle avait, la brune quitta sa position allongée, prenant appui contre une surface dure et lisse qu'elle ne reconnut pas tout de suite avant de se mettre à genoux sur le sol, ses jambes trop faibles et tremblantes pour la soutenir si elle essayait de se redresser.

Croisant les bras contre sa poitrine et frictionnant ses épaules dans l'espoir de pouvoir se réchauffer un peu, Tahia finit par poser son regard sur la personne qui l'avait interpelée. Il s'agissait d'une femme, qu'elle ne reconnut pas sur le coup mais qui lui paraissait étrangement familière.

" Je... Je vous connais...? "

Elle ne savait pas quoi dire sur le coup, elle luttait déjà assez pour ne pas s'écrouler une seconde fois. Son regard finit par se poser sur tout ce qui l'entourait, découvrant alors avec surprise et horreur l'état dans lequel se trouvaient les lieux. Tout avait été balayé, cassé ou éparpillé comme si une tempête s'était déchaînée pendant des heures et seules les différentes tombes semblaient ne pas avoir subi le moindre dégât. C'est à ce même moment que tout revint dans l'esprit de la jeune Guérisseuse : son séjour au centre, la lettre de sa Grand-Mère, le Vide qui s'était fait plus insistant, sa présence dans le cimetière...et cette douleur qui avait traversé sa poitrine l'espace d'une minute. Et après, plus rien. Sans qu'elle ne s'en rende compte, les larmes avaient recommencé à couler, dévalant sa joue droite alors que Tahia reposait son regard sur la jeune femme.

" Qu'est ce qu'il s'est passé ici? Pourquoi tout a été saccagé? "



Spoiler:
 

Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
##   Dim 18 Sep 2016 - 18:20

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1270
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Pas de bruit. Le silence et la pluie. Elle tombe, clapote sur le sol et sur la pierre. Elle clapote sur Paris, bloquée sous un éternel plafond gris. Quand Tahia se redresse avec difficulté, j'aperçois le trouble dans ses yeux, ses interrogations ; elle ne sait ni qui je suis ni n'a l'air de comprendre où elle se trouve. Pourtant, bien vite, elle semble retrouver conscience d'elle-même et de la situation. Je me retiens de me mordre la lèvre. Ce n'est pas ce que le Master ferait, et ce n'est pas ce que j'ai à faire. Si vous saviez juste à quel point je me sens lasse.

Doucement, je secoue la tête et enlève ma veste ; je la lui laisse tomber sur la tête sans vraiment la ménager. De toute manière, je m'en fous d'attraper froid. Froid, je l'ai déjà ; mais c'est à l'intérieur de moi.

— Tu as dévoilé ton potentiel étoile, je lâche simplement en m'accroupissant devant elle, en contenant ma voix pour qu'elle ne chevrote pas.

Pour autant, j'ai l'impression qu'elle est très mécanique. Doucement, je frotte les épaules de Tahia et lui tends la main. Elle saura que je viens de Terrae, pas besoin de refaire les présentations. Rapidement, mes boucles se trempent sous la pluie qui ne faiblit pas. Temps pourri ; temps pourri pour une semaine qui s'annonce tout aussi naze…

— Tes pouvoirs se sont emballés, ce n'est rien. Je vais te ramener à Terrae. Attrape ma main ; je vais te transférer un peu d'énergie. Tu te sentiras mieux après.

Ce n'est pas grand-chose, mais je peux au moins faire ça. Ma main se met à luire doucement, alors qu'un léger halo l'entoure. L'énergie pure...

Pour autant, je n'arrive pas à lui demander si elle va bien ou si je peux faire quelque chose pour elle ; sûrement que je le devrais, mais quelque chose de profondément égoïste me bloque. Je crois que je suis un très mauvais Master, en réalité. Au fond, je le savais, hein. Mais mettre les mots dessus… c'est difficile.



Je vole en #F54759
##   Lun 19 Sep 2016 - 19:08

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 502
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Bien qu'ayant repris totalement conscience avec la réalité, Tahia se sentait totalement perdu, ne comprenant rien à ce qu'il s'était passé dans ce cimetière. Pourquoi tout a été saccagé alors qu'aucun orage ne s'était manifesté? Jusqu'à preuve du contraire, il n'y avait eu qu'elle qui était présente en ces lieux, du moins avant que la jeune femme n'arrive, et il n'avait été prévu que de la pluie, rien de plus. Alors qu'est ce qu'il s'est passé, au juste? D'autres possibilités étaient sûrement probables mais le froid et les souvenirs empêchaient la brune de pouvoir se concentrer et s'interroger sur les raisons pouvant expliquer ce qui lui était arrivé. Et surtout, elle voulait comprendre pourquoi elle avait ressenti une telle douleur, pourquoi le Vide lui avait semblé aussi "présent" qu'il avait été le jour où elle était arrivée à Terrae. Tant de choses qu'elle voulait essayer de savoir mais qui lui était pour l'instant impossible à trouver. Pas dans cette situation, en tout cas. Les frissons et les tremblements avaient commencé à se faire plus présents et l'adolescente ne parvenait même plus à les arrêter, en dépit de ses vaines tentatives d'oublier le froid et la pluie qui continuait de tomber sur elle. De même qu'elle essayait de retenir ses larmes qui ne cessaient de s'écouler de son visage, traçant de fins sillons le long de sa joue, se mêlant aux gouttes crachées par le ciel.

Et puis, sans qu'elle ne s'en rende compte, elle sentit quelque chose lui tomber sur la tête, la faisant sursauter. Portant une main tremblante vers l'objet en question, Tahia reconnut du tissu, mouillé certes mais qui déjà lui tenait un peu plus chaud. Levant les yeux vers la jeune femme, elle entendit cette dernière lui dire qu'elle avait dévoilé son potentiel étoile. Cette phrase intrigua dans un premier temps l'adolescente alors qu'elle voyait l'autre femme s'accroupir face à elle. Etoile...? La brune réalisa alors pourquoi elle n'avait pas reconnu cette femme sur le coup, en dépit d'avoir eu le sentiment qu'elle lui était familière: c'était quelqu'un de Terrae. Il fallait bien s'attendre à ce que son absence soit remarquée et qu'on viendrait la chercher. Quoique, était-ce vraiment pour cette raison que la jeune femme était là? Ou si ce n'était pas plutôt cette histoire de "potentiel étoile" qui y était pour quelque chose? Quelque soit la raison, quelqu'un était là et la jeune Guérisseuse ne pouvait s'empêcher de se sentir un peu soulagée, même si cela n'enlevait en rien le poids qu'elle ressentait dans sa poitrine et qui semblait toujours aussi lourd.

Tahia revint à la réalité lorsqu'elle entendit de nouveau la voix de la jeune femme, lui déclarant que ses pouvoirs ont été hors de contrôle mais que ce n'était rien. Alors, ce qu'il venait de se passer dans le cimetière...cela venait d'elle? L'adolescente eut du mal à croire que le "carnage" pouvait provenir d'un éclatement de ses pouvoirs, cela paraissait tellement surréaliste... Et pourtant, quand elle avait ressenti cette vive douleur dans sa poitrine, elle avait l'impression que quelque chose s'était produit, sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte et sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit pour l'arrêter. Elle avait vraiment beaucoup de questions à poser et sans doute qu'elle ne pourrait les avoir qu'une fois qu'elle serait à Terrae. Obéissant à la demande de la jeune femme, la brune prit la main de cette dernière, ressentant quelques instants après une étrange sensation alors qu'elle voyait la main de son interlocutrice luire d'une faible lueur. Cela ne dura pas longtemps mais l'adolescente se sentait étrangement mieux qu'elle ne l'était quelques instants avant, bien qu'elle tremblait encore un peu de froid malgré la veste sur ses épaules.

" Merci... "

Non sans quelques difficultés, l'adolescente put cette fois se redresser, arrivant à se tenir debout sans trop de problèmes. La pluie ne s'était toujours pas arrêtée et continuait à se déverser de manière continue et les deux femmes étaient maintenant trempées de la tête au pied.

" Je pense que vous pouvez reprendre votre veste. J'étais déjà assez trempée et je commence déjà à attraper froid. Inutile que l'on soit deux malades à cause de la pluie. "



Spoiler:
 

Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
##   Lun 19 Sep 2016 - 19:43

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1270
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

L'initiée n'a pas l'air d'être plus âgée que moi. Je veux dire, je ne sais pas, elle doit certainement avoir dix-huit ou dix-neuf ans. Un goût amer se glisse dans ma bouche lorsque je constate que c'est l'âge auquel je suis passée Master. Peut-être trop tôt. Trop tôt pour être quelqu'un de bien. Peut-être que j'aurais dû refuser. Leur faire comprendre que l'expérience, je ne l'avais pas. Aujourd'hui, peut-être que je suis plus douée à ce jeu que je ne l'étais il y a deux ans... Pour autant, j'ai beaucoup de mal à rester sereine. Composée. Un frisson me parcourt mais je le retiens. J'empêche le vent de nous atteindre et créé une légère alcove au-dessus de nous qui retient la pluie. La pression s'abaisse légèrement, lentement, pour augmenter la température d'un ou deux degrés. Nous sommes en été, alors l'air est déjà beaucoup plus doux sans le vent qui souffle. Je croise mes bras sur ma poitrine.

— C'est bon, pas besoin. Au pire, je suis pas à ça près non plus.

Lentement, je laisse mon regard couler autour de moi. Je bloque. Mes yeux accrochent les tombes. Ma gorge est serrée et mes mains se serrent autour de mes bras. Faut vraiment qu'on parte.

— On peut partir d'ici ? Qu'est-ce que tu dirais d'aller prendre un thé, ou un café ? Ou un chocolat, si tu n'aimes aucun des deux.

Je reporte alors mon attention sur Tahia et plante mes yeux dans les siens. Pourquoi ma voix n'exprime rien ?...

— Hideko m'a dit que tu étais partie sans prévenir personne. Ça aurait pu être dangereux. À l'avenir, si tu veux partir, tiens les Masters au courant. On n'est pas des gardiens de prison, que je sache, on veut juste être au courant. Je comprends pas pourquoi c'est aussi compliqué pour vous...

Non, je ne suis pas en colère, mais simplement agacée. Passer notre vie à courir après des gens qui s'éloignent de Terrae sans prévenir comme pour une fugue... Est-ce qu'ils se rendent compte qu'on n'a pas que ça à faire ? Qu'on n'est pas juste là pour rendre service à tout le monde ? Qu'on est aussi humains, et qu'on a aussi des sentiments ? On dirait qu'ils s'en contrefoutent...

— Allez, viens, je soupire. Cet endroit me file le cafard.

C'est même pire que ça.



Je vole en #F54759
##   Ven 30 Déc 2016 - 0:39

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 502
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

De toutes les situations dans lesquelles elle aurait pu se trouver, Tahia ne se serait jamais imaginée un cas comme celui là. Dans un cimetière au beau milieu de la nuit, avec en plus de cela un véritable déluge qui lui tombait dessus ainsi que sur l'autre femme. Elle commençait à grelotter maintenant et il ne faisait aucun doute qu'une fois revenue à Terrae, l'adolescente allait avoir un bon rhume. Qu'à cela ne tienne, ça lui servirait sûrement de leçon pour être restée dehors sous la pluie pendant quelques heures... Enfin, elle ne savait même pas depuis combien de temps elle était sortie, pour être honnête, alors quant à savoir depuis quand elle se trouvait ici, c'était un mystère. C'est pourquoi la brune préféra concentrer de nouveau son attention sur la jeune femme en face d'elle, cette dernière même qui lui avait prêté sa veste pour qu'elle n'attrape pas froid mais aucun doute que c'était maintenant une cause perdue. Et pourtant, la jeune Guérisseuse eut la surprise de voir cette 'presque inconnue' ériger une sorte d'alcôve qui les protégea de la pluie et du vent, tandis que la température semblait se réchauffer légèrement, en tout cas suffisamment pour que l'adolescente se sente un peu plus au chaud. C'était avec surprise et fascination qu'elle fixa le dôme qui retenait la pluie à l'extérieur, se demandant comment c'était possible et surtout, quel élément à Terrae pouvait utiliser ce genre de pouvoir.

Ce fut la voix de la jeune femme qui tira Tahia de sa contemplation, lui faisant reposer son regard sur son interlocutrice. En effet, en dépit de ce dôme au dessus de leurs têtes, le résultat restait le même: elles étaient aussi trempées l'une que l'autre donc récupérer sa veste n'était vraiment qu'optionnel. Après quoi, elle lui demanda si elles pouvaient partir tout en lui proposant d'aller boire une boisson chaude, ce qui ne serait pas de refus, pour être honnête. Cependant, l'adolescente ressentit une légère hésitation, plus particulièrement face au ton employé. Seriez-vous rassuré face à une personne dont la voix n'exprime pas la moindre émotion et que vous ne connaissez pas vraiment? La réponse serait certainement un non et c'était une raison suffisante pour que la brune ne s'approche pas et reste là où elle se trouvait. Pourtant, en dépit des paroles neutres, elle aurait juré qu'il en était autrement dans l'esprit de cette femme. Après tout, l'adolescente était certaine de l'avoir vu se crisper alors que son interlocutrice regardait autour d'elle et quelque chose semblait avoir animé son regard. De la tristesse, peut être? Elle ne saurait le dire avec certitude mais cela ne fit que ramener à la brune les raisons de sa présence en ces lieux et presque par automatisme, son regard dériva de nouveau vers la tombe contre laquelle elle était appuyée quelques minutes plus tôt. La tombe de sa Grand-Mère...

Encore une fois, elle fut tirée de ses sombres pensées par la seconde femme, cette dernière lui expliquant qu'Hideko, Tahia ne put s'empêcher de se tendre au nom de la Directrice, l'avait avertie que l'étudiante était partie sans prévenir personne. Après quoi, elle baissa légèrement la tête de honte alors que la jeune femme rajouta que ça aurait pu être dangereux et que si elle voulait partir, qu'elle tienne au moins les Masters au courant. Elle savait bien que Terrae n'était pas une prison dont les Masters étaient les gardiens mais ils avaient sûrement autre chose à faire que de jouer les psychologues pour adolescents mal dans leur peau ou n'ayant pas vraiment envie de mentionner certains cas de leur passé. Elle n'avait pas envie de les déranger pour si peu, pas en sachant qu'elle n'était pas toute seule à avoir eu des mauvais moments ou un passé bien triste. C'est pourquoi elle ne dit rien lorsque la Master lui fit ce petit sermon, se contentant d'écouter et d'attendre. Cela ne dura pas longtemps avant qu'elle ne lui dise de la suivre. La jeune Guérisseuse ne prononça toujours aucun mot, se contentant de hocher doucement la tête mais avant de partir, elle voulait faire une dernière chose. S'accroupissant de nouveau face à la tombe, elle posa doucement sur la surface lisse et froide de la pierre.

" Au revoir, Grand-Mère. J'espère qu'on se reverra. Et je suis vraiment désolée... "

Serrant doucement les poings, Tahia se redressa rapidement, manquant de tomber mais qu'importe: elle devait partir elle aussi sinon elle allait de nouveau craquer. S'approchant de la Master, elle hésita de nouveau avant de finalement lui dire:

" Je suis désolée de vous avoir inquiété et d'avoir posé problème. Cela peut paraître égoïste mais...c'était quelque chose que je voulais faire seule et je ne voulais pas ennuyé avec mes histoires. "



Spoiler:
 

Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
##   Lun 6 Fév 2017 - 21:27

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1270
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

HRP : Sorry c'est long mais j'ai eu un coup de main de Mitsu (on appelle ça un post à quatre mains mdr) pour le finir ! C'est elle la spécialiste des bruitages rpz. Des bisous, je le lock ♥


Devant elle, je suis en attente. Elle ne dit rien, ne fait rien, ne m'adresse qu'à peine un regard hébété et inquiet. Un soupir m'échappe et je serre un peu plus mes bras autour de moi. L'humidité continue à me déranger, bien que l'atmosphère soit moins froide à présent. Je me détourne sans rien ajouter lorsqu'elle se penche à nouveau sur la tombe, et retiens un haut-le-coeur. J'me sens vraiment pas bien. Pourquoi est-ce qu'on ne pourrait pas simplement partir d'ici ?

Un peu désemparée, je sens mes épaules s'affaisser lorsque la jeune fille retourne vers moi. Puis je les hausse, d'abord sans rien dire. Qu'est-ce que je devrais répondre de plus que ce que j'ai déjà dit ? Avec un brin d'agacement, sans doute, je finis par répondre :

—Il y a une différence entre faire les choses seules et les faire sans aucun respect pour les personnes qui t'hébergent et veillent sur toi. Partir comme ça, sans prévenir personne, ce n'est pas correct et c'est dangereux. Nous aurions pu t'accompagner jusqu'en France et te laisser un peu de champ libre, le temps que tu règles ce que tu avais à régler. Plutôt que de nous demander si tu avais été enlevée, ou je ne sais pas quoi…

Avec un soupir, je lui fais signe de me suivre pour que nous sortions enfin de cet endroit.

—Je vais appeler quelqu'un pour nous ramener.

Hésitante, je sors mon téléphone portable. Lorsque je sens quelqu'un s'approcher, je laisse la pluie nous tremper à nouveau ; pas question de créer un esclandre. Je mets quelques secondes à accepter l'idée qu'il faut que je rentre, et à appeler sur la touche d'appel.

—Mitsuki ...? Oui, salut, c'est moi... Je suis en France avec une élève. Tu peux passer nous chercher s'il te plaît ?…

Rire nerveux.

—C'est… un peu la merde. J'ai pas de cristal pour rentrer. Hum. Je t'expliquerai.
—En France ? Mais ? (silence) Bon... Bouge pas, j'arrive.

Je veux soupirer, le temps que nous raccrochions, mais elle est déjà à côté de moi lorsque le téléphone coupe la communication. Nous échangeons un long regard, après que Mitsuki ne nous aie observées toutes les deux.

—Qu'est-ce qu'il se passe ici ? Vous êtes trempées ! Qu'est-ce que vous avez fait ?...
—Elle a dévoilé son potentiel étoile, je lâche simplement en la désignant.

Ses sourcils sont froncés, je ne sais pas si elle attendait plus comme réponse, mais je ne peux que me retenir de me tripoter les doigts comme une enfant prise en faute.

—Hideko veut qu'on la ramène. Je ne sais pas si elle veut qu'on la dépose directement à son bureau…

Mitsuki soupire... Je me crispe un peu ; je n'aurais pas voulu l'appeler, vraiment pas, pas la déranger pour si peu. Je sais qu'elle ne m'en voudra pas, mais elle me posera des questions... J'aurais dû tenter d'appeler Nikkou, peut-être ? En tout cas, elle nous fait signe de la suivre jusque dans une petite rue, pour que nous puissions nous téléporter sans être vues. Je regarde Tahia, cherchant à savoir si elle parviendra à se déplacer seule, mais je lui ai redonné un peu d'énergie alors ça devrait aller.

—On va p't'être passer par la case "bonne douche" avant. J'vous ramène chez moi... Et ensuite on avise.

J'acquiesce, ne dis rien d'autre. Nous nous téléportons jusque chez Mitsuki. Je reconnais l'endroit familier, et, quelque part, ça me donne la nausée.

"Je suis rentrée à Terrae."

Pendant que je retrouve mes esprits, Mitsuki a indiqué la salle de bain à Tahia. Moi, je me contente de rester plantée là, dans le couloir, sans la regarder. Puis je lui jette un regard en coin lorsqu'elle reprend la parole :

—Y a des gens qui ont été témoin de ce qu'il s'est passé, quand elle a dévoilé son potentiel ?
—Je ne sais pas, je souffle. Mais je ne pense pas.

Mitsuki a l'air... perturbée. Agitée, tout du moins. Une immobilité fébrile. Je sais pas quoi lui répondre, pas quoi lui dire.

—C'est gentil de nous avoir dépannée. Tu me laisses juste appeler Hideko deux minutes ?

J'ai le coeur qui bat tellement fort, j'en ai la nausée. J'en profite pour m'éloigner de quelques pas pour composer le numéro. Nous échangeons quelques mots. Puis je m'adresse à Mitsuki après avoir raccroché.

—Elle sera appelée demain pour son passage, du coup il faudra juste la raccompagner à son dortoir…
—Ça marche.

Elle marque une pause. Hésite.

—T'as pas vraiment l'air dans ton assiette…

Derrière, on entend seulement les bruits de la douche.

—Nan, nan, je soupire. Ça... Va. Je crois.

Je sais que c'est pas crédible, fais pas cette tête.

—On peut en parler après si tu veux. Quand elle sera partie ?

Mitsuki hoche la tête, puis le temps passe. J'ai pas envie de parler, et elle le comprend. Tahia sort finalement de la salle-de-bain ; Mitsuki la raccompagne au dortoir. J'ai pas envie qu'elle revienne, mais bon... Elle est chez elle. J'essaie de me rafraîchir les idées en attendant, au moins me passer de l'eau sur le visage. Quand je ressors de la salle de bain, je tombe nez à nez avec mon amie et sursaute. Mais les téléporteurs peuvent vraiment pas faire comme tout le monde ?!

—Alors, c'est quoi ce truc dont tu voulais me parler ?

Quoi quoi quoi quoi ?? Elle s'attend à ce que je déballe tout là maintenant tout de suite ?

—Je… je déglutis. On peut aller s'assoir d'abord ?

Hochement de tête, encore. On s'installe dans le salon. Malaise, malaise...

—Tu veux boire quelque chose ?
—Ca va, merci. J'ai pas très soif...

En fait je pense que si j'avale un truc, je vais vomir.
Le silence s'étire un instant.

—Mon père que je n'ai vu qu'une fois depuis une quinzaine d'années est mort, je lâche finalement, le regard posé sur le mur.

C'est dit sur un ton que je voulais neutre, mais je sais que ma voix a chevroté.

—Je me suis enfuie sans rien dire à Huo.

Puis je relève les yeux vers le plafond et soupire. J'ai déjà trop pleuré.

—Je suis nulle. Je suis allée chercher cette fille dans le cimetière, et j'ai juste eu envie de lui tordre le cou.
—Tu... (soupir) Je suis désolée. (malaise/sait pas quoi dire/0 pointé en relations humaines) T'es loin d'être nulle. (silence) Tu veux rester dormir ici ce soir ? (silence, gêné) Tu devrais peut-être envoyer un message à Huo...

Forcément, je m'attendais pas à une autre réaction de sa part, hein. J'ai un sourire crispé, et les larmes qui me montent aux yeux. Mais j'essaie de me contenir.

—Un message, ouais... Tout à l'heure… (J'attends quelques secondes.) J'ai pas envie de te déranger, tu sais.
—Tu me déranges pas. Les amis, c'est là pour ça. (sait pas quoi dire, le retour) Tu veux qu'on se commande un truc à manger ? (réalise qu'elle doit pas avoir faim) Ou on peut regarder un film, ou... (silence) Je sais pas quoi te dire. (silence gêné, rire nerveux) Mais je veux quand même que tu saches que je suis là, d'accord ?

Elle m'attrape la main et je la serre en retour, reniflant vaguement pour contenir mes larmes. On discute pas vraiment, toutes les deux. On échange quelques mots parfois, après que j'aie envoyé un message à Huo. Pour lui dire que je suis en mission. J'ai pas trop assumé, ni assuré. Mais j'ai envie de faire aucun des deux.

Mitsuki me laisse rester chez elle un peu. On mange, on regarde des films ensemble. Ça me fait du bien... C'est calme. Je me sens mieux, mais pas "bien". J'espère que ça ira mieux, plus tard. En attendant, je suis contente qu'elle soit là, que ce soit elle que j'ai appelée. C'est quelqu'un sur qui on peut compter…



Je vole en #F54759
##   
Contenu sponsorisé

 

Une chute sans fin dans une nuit sans fond. ••• Tahia puis Mitsu ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Le Monde.
 :: L'Europe.