Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Même noyée dans le vague, essayer d'être honnête. ••• Kurei ♥
Sam 15 Oct 2016 - 18:05
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Très franchement, en ce moment, je ne suis vraiment pas en forme. Depuis mon retour de Paris, tout est un peu flou. Dans le vague. J'ai arrêté d'aller travailler à l'hôpital pendant un moment pour me ressourcer, réussir à me retrouver un tant soi peu. Me concentrer moi-même sur mes cours, peut-être aussi. Le problème, c'est avec toutes ces responsabilités continuelles, toujours, tout le temps. Entre cette réunion de Masters qu'Hideko avait prévu courant septembre et toutes ces bêtises qui s'en sont suivi, le retour au boulot, aux cours, le nez plongé dans les bouquins, notre discussion avec Huo... Je me sens mal. J'aimerais vraiment qu'il comprenne que c'est difficile pour moi, même si je sais que ça l'est aussi pour lui. Je crois qu'il est compréhensif, parfois. Pas toujours. Mais au moins, il essaie.

Aujourd'hui, il est dix-sept heures passées et je sors juste de cours. J'ai la tête pleine mais je sais qu'il va encore falloir que je me pose pour relire mes cours ce soir, au moins pour me les remettre en tête. De loin, j'aperçois une tête familière alors que je m'apprête à me diriger vers la bibliothèque de Terrae, où cette personne avait l'air de se diriger aussi. Je tripote mes doigts, déglutis une fois et essaie de me mettre les idées au clair.

Kurei se tient à quelques mètres de moi, probablement à la sortie de son cours, lui aussi. J'ai quelques réticences à m'engager sur son chemin alors que j'ai demandé, à peine quelques jours plus tôt, à ce qu'Hideko trouve quelqu'un d'autre pour le déposer à la fac et le ramener à Terrae le matin et le soir. Je crois que je n'ai pas vraiment été sympa avec lui, ces dernières semaines. Il essayait toujours d'engager la conversation alors que je tentais de la fuir le plus possible. La fatigue, le stress... Ce sont des choses qui me rendent complètement infernale et détestable. Pour autant, ce n'est pas comme si je pouvais y changer quelque chose. J'essaie de réduire les sources de frustration et d'angoisse, autant que possible. Mais ça, il ne le sait probablement pas.

— Bonjour Kurei, je lâche avec hésitation en m'approchant de lui, alors qu'il pousse la porte.

J'essaie de garder mes mains ballantes ou accrochées à mon sac, pour éviter de paraître encore plus stupide que je ne devais l'être.

— Comment vas-tu ? Est-ce que tu t'en sors avec tes cours ?

Hésitation. J'essaie de garder une voix assurée et claire. Machinalement, je resserre un peu mon écharpe autour de mon cou pour filtrer les courants d'air.

— Désolée pour cette semaine. J'avais vraiment besoin d'être seule. J'aurais peut-être dû te prévenir moi-même... je soupire.

Au moins, maintenant, je peux retrouver un rythme décent. Plus stable. Ca ne m'empêche pas de m'en vouloir, après...
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Ven 30 Déc 2016 - 15:09
avatar
Féminin

Messages : 189
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

La sonnette de l’animalerie sonne une dernière fois alors que je sors et ferme la porte derrière moi à clé. Depuis que j’ai commencé les cours, j’ai essayé d’adapter au mieux mes temps de travail à l’animalerie. Du coup, je me retrouve avec des journées chargés entre les cours le matin et le début d’après-midi, le travail jusqu’à la fermeture de l’animalerie et ensuite encore du travail quand je vais revoir mes cours. C’est un peu fatiguant, mais d’autre part, c’est une bonne sorte de fatigue. Après plus de dix ans avec littéralement rien à faire dans ma vie, c’est un bon changement d’avoir des journées aussi pleines.

L’animalerie fermé à clé, je me dirige ensuite vers la bibliothèque comme je le fais tous les jours depuis quelques temps. J’y arrive plus rapidement que revenir avec le bus jusqu’au dortoir, et puis je travaille toujours moins une fois dans ma chambre. C’est partiellement la faute de Liryo, mais pas uniquement. Mais quelle que soient les raisons, un fait reste un fait. La bibliothèque est juste une meilleure idée si je veux faire quoi que ce soit se soir par rapport à mes cours.

Cependant, cette fois, il ne m’est pas possible de me mettre directement au travail comme d’habitude quand j’aperçois mademoiselle Amazaki à côté de moi alors que j’ouvre la porte. Cela fait un moment que je ne l’ai pas vu. En fait, la dernière fois, c’était quand elle m’a accompagné de la fac à Terrae avant qu’elle soit libérée de cette obligation. D’ailleurs, chaque fois que je l’ai vu en route vers ou de la fac, elle n’avait pas l’air bien. Au début, j’avais essayé de lancer une conversation, mais elle l’avait fait clair très vite que ça ne servirait à rien d’essayer, alors j’avais arrêté. Et après, on m’avait dit que quelqu’un d’autre m’accompagnerait. A vrai dire, j’ai un peu l’impression que c’était de ma faute si elle se sentirait mal. Au moins partiellement. Mais malheureusement, je n’ai jamais eu l’occasion de le vérifier, ni de m’excuser. Enfin, jusqu’à présent.

« Bonjour, mademoiselle Amazaki. »

Je réponds avec une petite inclinaison de ma tête en salutation alors que je recule de la porte ouverte et l’invite à entrer en premier avant de la suivre et fermer la porte doucement derrière moi. Dans ma tête, j’essaie de trouver une bonne façon de lui approcher et de m’excuser auprès d’elle pour avoir été un emmerdeur, mais elle continue de parler avant que je ne puisse le faire. Et en plus, c’est elle qui s’excuse auprès de moi. Sérieusement ? C’est elle qui s’excuse ? Pourquoi ? Ce n’est pas comme si elle m’avait causé un tort quelconque.

« Tout va bien, merci. Et vous n’avez pas à vous excuser, vous n’avez rien fait qui demanderait des excuses à mes yeux. »

Je lui réponds sincèrement alors qu’on continue dans la bibliothèque à la recherche d’une table où on pourrait nous poser et travailler sans devoir d’arrêter de parler doucement pour ne pas déranger les autres.

« C’est plutôt moi qui devrait m’excuser auprès de vous pour avoir vous donné encore plus de travail les dernières semaines alors que vous n’alliez pas bien. J’ai dû pas mal vous embrouiller. Mes sincères excuses. J’espère que vous allez mieux à présent ? »

Je ne demande pas ce qui lui est arrivée pour l’avoir mis dans cet état. Ce n’est pas mon rôle de demander une chose pareille. Ceci dit, j’espère sincèrement qu’elle aille mieux et ce sentiment est un que je n’ai aucun problème à exprimer verbalement. Surtout qu’elle m’avait beaucoup aidé, et ça depuis que je l’ai rencontré. En revanche, moi, je lui ai juste causé des problèmes. Faut que cela change. Impossible que cela reste comme ça. Et bien que je ne crois pas qu’il y ait quoi que ce soit que je puisse faire pour lui aider, au moins, je peux essayer de ne plus jamais l’embêter et de m’excuser pour les (probablement nombrables fois) où je l’ai fait.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 7 Fév 2017 - 16:51
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Bon, voilà. J'ai beaucoup hésité à venir voir Kurei, je l'admets. Peut-être parce que j'avais peur de sa réaction, peur qu'il m'en veuille. Je ne voulais pas être brusque avec lui, ni être malpolie… Maintenant que toute la rancoeur et la colère sont retombées, je me sens bien idiote… Je pensais qu'il ne voudrait pas me répondre, ou simplement hausser les épaules. Mais non. Son visage reste aussi immobile que d'habitude ; je me demande tellement ce qu'il se passe dans sa tête, parfois. A quoi pense-t-il ? C'est tellement compliqué de savoir comment réagir face à lui.

Il me répond poliment et j'acquiesce légèrement, stressée. Il me tient la porte ? Embarrassée, je m'empresse de la passer et entrer dans le batiment, tout en le remerciant d'une voix perturbée. Lorsque je m'excuse, sa réaction est telle que je suis tentée de garder la bouche bée. Je me reprends cependant après l'avoir dévisagé quelques secondes. Attendez, comment ça je n'ai rien fait qui mérite des excuses ? Mais. Mais si ! Et omg mais non, mais qu'il ne s'excuse pas, pourquoi est-ce qu'il fait ça ...?!

J'ouvre grand les yeux et secoue doucement les mains devant moi, m'exclamant soudainement :

—Mais non ! Pas besoin de t'excuser... Ce n'est pas de ta faute…

Je me mordille doucement la lèvre en constatant que quelques têtes se tournent dans notre direction, alors que nous avançons dans la bibliothèque. Mon visage s'empourpre et je me retiens de me claquer le front du plat de la main.

—Je... Ca va mieux, oui. Merci. Vraiment, ce n'est pas de ta faute. J'ai eu une période difficile, et ce n'était pas correct de ma part de partir comme ça. J'aurais dû au moins te le dire de moi-même, plutôt que de laisser l'administration le faire…

Cette fois, j'aperçois une table de libre sur le côté et la lui indique.

—Ca ne te dérange pas si je m'installe avec toi ? Je ne t'embêterai pas longtemps, je dois aussi travailler.

Je lui lance un sourire d'excuse, mais c'est pour me faire pardonner pour la dernière fois. Sans attendre, je m'installe et dépose mes affaires.

—Alors, tes cours te plaisent ?

C'est pas de ma faute, j'ai vraiment pas d'autre sujet de conversation en tête pour le moment, ok.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mar 20 Juin 2017 - 16:31
avatar
Féminin

Messages : 189
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Même avant la réponse verbale de mademoiselle Amazaki j’ai l’impression que ses pensées sont à peu près le mêmes que les miennes. Et je ne me trompe pas. Tout comme moi, elle pense que c’est elle qui doit s’excuser. Vraiment, ce n’est pas le cas. Que ce soit à cause de moi ou non, je ne peux pas la blâmer pour son comportement. Elle avait visiblement vécu une période difficile, ce qu’elle admet un moment plus tard. Et puis elle s’excuse, bien que indirectement. Encore. Cette fois-ci pour avoir laissé l’administration me dire qu’elle ne m’accompagnera plus.

« Ne vous en faites pas pour ça. Le plus important est que vous allez mieux. »

C’est une réponse peut-être un peu clichée, mais cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas vraie. Certes, je ne pense pas que mademoiselle Amazaki et moi sont ce qu’on peut appeler ‘amis’. Nous sommes plutôt des connaissances, mais cela ne change pas le fait que je me souci pour elle. Un peu. Ce n’est pas le même genre de souci que je me fais pour Liryo ou que je me faisais pour ma famille quand ils étaient encore en vie. Pas le même style des soucis que j’imagine j’aurais éprouvé pour un ou une ami(e). Mais d’une certaine façon, je me soucis pour elle.

Ça vient probablement du fait que j’ai le sentiment de lui devoir quelque chose.

« Je vous en prie. Vous ne m’embêtez pas. »

Je lui dit quand elle me demande si elle peut s’assoir à la même table que moi. De toute manière, moi aussi je voudrais lui parler. Certes, c’est plus pour être sûr qu’elle ne m’en veut vraiment pas pour l’avoir embêté avant. Et parce que je voudrais tenter de découvrir si je ne peux pas lui rendre un service quelconque. Elle m’avait beaucoup aidé, après tout, et il se doit que je lui renvoi l’ascenseur comme il faut. Ceci dit, cela aurait été probablement mieux si on se retrouve à un endroit autre que la bibliothèque, mais tant pis.

—Alors, tes cours te plaisent ?

« Oui. Ils sont plus intéressants que ce que je croyais. Certains sont un peu durs, mais intéressants quand même. »

Ceci dit, il ne faut pas beaucoup pour que je sois intéressé par un cours. Ou plutôt que je continue a étudier comme si j’étais intéressé même si ce n’est pas le cas. Je ne suis pas quelqu’un qui tiens des études pour acquis.

« Dites-moi, mademoiselle Amazaki, pensez-vous qu’il me serait possible d’ouvrir une clinique vétérinaire ici au sein de Terrae une fois que j’aurais mon diplôme ? »

Je demande juste par curiosité. Pour avoir une idée. Après, même si la réponse est négative, cela ne veut pas autant dire que je vais abandonner. Loin de là, vu que en ce qui me concerne, abandonner n’est même pas une solution possible. Et pareil pour l’échec. Il peut y avoir des difficultés, ça oui, mais je ne me permettrais pas d’échouer.
Voir le profil de l'utilisateur




Dernière édition par Kurei Yataro le Mer 16 Aoû 2017 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 6 Juil 2017 - 16:24
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Kurei est toujours beaucoup trop conciliant. Je ne sais pas si c'est quelque chose qui m'agace ou me perturbe simplement, chez lui ; il a des manières étranges, toujours très polies, et le fait qu'il me vouvoie toujours me fait me demander si je ne lui fais pas simplement un peu peur. De ce que j'ai vu, pourtant, me fait comprendre qu'il est ainsi avec à peu près tout le monde… Alors, sans savoir quoi dire, j'acquiesce simplement. On ne peut pas dire que ça va vraiment mieux, mais au moins, j'ai retrouvé mes esprits. C'est le plus important pour le moment. Il faut arrêter de se prendre la tête et désespérer. ... Ce n'est pas parce qu'il est mort que mon monde doit s'écrouler. Je ne le connaissais même pas, mon père…

Mon coeur se serre soudain dans ma poitrine et je suis prise d'un vague malaise. Ok, ne pas penser à ça. Je préfère m'installer à une table et le remercier à mi-voix plutôt que de continuer à me concentrer sur des événements peu joyeux. J'essaie de faire la conversation comme je le peux, mais le fait d'avoir été si peu aimable avec lui dans le passé m'embarrasse davantage que ça ne le devrait. Parfois, il faut dire les choses, pas vrai ? On ne peut pas constamment dire oui à tout, et ensuite espérer que les choses aillent bien pour nous. Faire des concessions amène souvent à accumuler les situations gênantes et agaçantes, et, au final, on finit par exploser. Je dois apprendre à me gérer.

Je place mes livres devant moi avec organisation, relevant les yeux vers Kurei de temps en temps pour lui montrer que je l'écoute malgré tout. Notre ton est bas, même s'il n'y a pas grand-monde à la bibliothèque aujourd'hui. J'ai malgré tout un sourire, satisfaite de voir qu'au moins, ses cours lui plaisent.

Mes deux sourcils se haussent lorsqu'il parle de clinique vétérinaire.

—Oh, oui, j'imagine que ce serait possible. Et vraiment super !

Cette fois, c'est un grand sourire que je lui renvoie, joyeux. Ca me fait toujours tellement plaisir lorsque les gens pensent à développer le village, et encore plus dans le secteur de la santé.

—Nous devrions même ouvrir un service, ou au moins une garde d'un guérisseur à l'hôpital, comme tu l'as fait avec Liryo la dernière fois. C'est important de s'occuper de tout le monde. Il faut vraiment que j'en touche un ou deux mots à Hideko, j'acquiesce. Nous voulons déjà renforcer l'effectif de psychologues, mais sur le long terme, ce serait bien de pouvoir engager plus de personnel hospitalier, je soupire.

Mais pour le moment, les gens sont encore trop réticents ne serait-ce qu'avec des psys, alors avec des médecins... Trop compliqué. Il faut qu'on voie comment s'organiser. Peut-être proposer le job à un guérisseur ?

—Si jamais le boulot t'intéresse déjà, enfin, quand tu auras un peu maîtrisé tes pouvoirs, tu pourras toujours te proposer avant d'ouvrir une clinique, quand tu auras ton diplôme. Ce ne sera pas du grand soin, mais les petits animaux te remercieront déjà... Et les masters ont déjà beaucoup de travail avec les humains, pour le moment.



HRP : Désolée je sais pas trop ce que ça vaut, mais je savais plus si Kurei était déjà initié, du mal avec l'état d'esprit d'Aoi aussi, etc... Si un truc te va pas je peux modifier Shocked
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mer 16 Aoû 2017 - 1:07
avatar
Féminin

Messages : 189
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Ma question, posée par simple curiosité, a un effet bien plus grand que ce que j’aurais pu imaginer. D’une seconde à l’autre, la fille qui semblait timide et peu sûre d’elle disparait et laisse place à une jeune demoiselle bien plus animé et heureuse, si son sourire est un indicateur. Ce qui est probablement le cas. Eh bien, si j’avais su avant que c’est si facile de remonter le moral de mademoiselle Amazaki, j’aurais posé la question plus tôt.

En même temps, cela ne devrait pas me surprendre, je pense. Mademoiselle Amazaki est un médecin, après tout, ce qui devrait signifier qu’elle veut soigner ceux qui en ont besoin. Et donc, c’est assez naturel qu’entendre que quelqu’un d’autre veut faire la même chose, ne serais que pour des animaux au lieu d’humains, lui ferait plaisir. Surtout qu’à ce que j’entends, il semble qu’il y ait un problème de personnel de santé à Terrae. Je dois avouer que cela me surprends un peu. Si on considère la taille de cet établissement et la quantité des gens qui y habitent et étudient, il devrait y avoir plus qu’assez des intéressés par la médecine. Si on ajoute encore le fait que certain ont le don de guérisseur comme moi, cela devrait poser encore moins de problèmes. Alors pourquoi les mots de mademoiselle Amazaki semblent indiquer que le système de santé sur Terrae est… insuffisant ? Cela doit être le cas si une des médecins doit même parler à la directrice juste pour ajouter une garde, sans parler qu’elle admets que ça serait pas mal de pouvoir engager plus de monde.

Quand elle mentionne les psychologues, par contre, je lève les yeux pour la regarder, puis reviens vers mes affaires. Et plus exactement mon calendrier. Ce vrai, il y a cette visite médicale obligatoire chez le psy… J’y suis pas encore allez. Faudrait que je le fasse bientôt. Comme ça, ça serait fait.

La deuxième fois que je relève les yeux, c’est quand mademoiselle Amazaki me propose de me proposer pour un poste de travail une fois le diplôme en main et une fois que je maîtriserais mieux mes pouvoirs. Elle a raison, si je fais ça, cela ne serais probablement pas des grands soins. Mais en même temps.

« Vous avez raison, cela n’impliquerait probablement pas des cas très complexes. Mais en même temps, il ne faut pas viser trop haut quand on débute, car on risque de finir avec rien du tout, pas vrai ? »

C’est vrai qu’ouvrir une clinique dès que j’aurais mon diplôme serais probablement difficile. Pur plusieurs raisons, les deux les plus importantes étant l’expérience et le fric. Mais si je commencerais petit, par exemple à l’hôpital comme mademoiselle Amazaki me propose, je pourrais accumuler de l’expérience et, espérons, de l’argent. Bon, après, j’en ai encore pour un bon moment avant d’avoir mon diplôme, mais c’est quand même pas mal d’avoir déjà une petite idée de ce que je pourrais faire une fois ce diplôme en main.

« Merci pour votre offre. Je pense qu’il est fort probable que je ferais ce que vous conseillez. »

HRP : T’inquiète, je me suis débrouillé sans problèmes :) Et puis, vu combien te temps je te fais attendre dernièrement, je n’ai vraiment pas le droit de me plaindre ;)
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 21 Aoû 2017 - 19:46
avatar
Féminin

Messages : 1156
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Kurei a toujours été quelqu'un d'assez inexpressif, de mon point de vue. Son souffle accélère parfois, démontrant quelques réactions à mes paroles... D'autres fois, son souffle se stoppe une seconde, se bloque, puis reprend. L'idée semble au moins lui plaire - et s'il s'occupe des services vétérinaires, nous aurons moins à nous occuper de la prise en charge de nos amis à poils. Ce qu'on apprend en médecine, de toute manière, ne nous est pas vraiment utile avec eux...

Doucement, j'acquiesce à ses paroles. Il faut faire attention à y aller progressivement en effet. Même si je n'ai pas trop l'impression de comprendre où il veut en venir par là.

—C'est surtout qu'en avançant, progressivement, du simple au complexe, on a une vue plus large et plus systémique de la maladie ou la blessure que l'on traite. Et pour le reste... l'hôpital conviendra bien pendant un temps, ou bien peut-être simplement songer à une annexe dans l'animalerie. Il faudra songer à en parler à l'administration, quand tu en auras envie.

Demande à Hideko, par exemple, ou bien simplement s'arranger avec les personnes concernées. Le gérant de l'animalerie, en tout cas, me paraît être important à prendre en compte. Cependant, je balaie rapidement l'idée d'une pensée, en me rappelant que je n'ai pas vraiment le temps ni l'envie pour me mêler de ces histoires actuellement. Je peux lui fournir des renseignements, mais les démarches seront à effectuer de lui-même le moment venu. De toute manière, ce n'est pas encore prévu pour tout de suite, il y a le temps.

Enfin, j'acquiesce à nouveau et lui renvoie un sourire, avant de baisser les yeux sur mes cours pour essayer de me mettre au travail. Il se passe un certain temps - productif, je l'espère -, où je surligne des passages de mes cours, zyeute dans des livres et prends des notes, avant que je ne laisse tomber, trop distraite. J'observe Kurei un moment sans m'en rendre compte, un peu perdue dans mes pensées, et, finalement, croise à nouveau son regard. Euh, ooops ? Malaise.

—Hum. Je vais sans doute rentrer bientôt, je chuchote. Sauf si tu souhaites aller boire un café ?

Ce n'est qu'une proposition, il n'est pas forcé d'accepter.



HRP : Pas de souci aha :) J'amène doucement le RP sur la fin, vu qu'il date un peu, ça ne te gêne pas ? Tu peux décider de lui faire prendre ce café avec elle s'il y a des choses dont il voulait encore discuter avec elle, mais sinon on peut aussi clore avec ta réponse ? C'est comme tu le souhaites !
Des bisous tout doux <3
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Lun 21 Aoû 2017 - 21:00
avatar
Féminin

Messages : 189
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 24
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Il faudrait en parler à l’administration. En fait, plutôt la directrice elle-même, j’imagine. Et le gérant de l’animalerie, mais ça, ça ne serait pas un grand problème. De toute manière, c’était mon plan une fois que mes études s’approchent de leur fin. Et ça va durer encore un peu avant que cela n’arrive.

La conversation s’arrête là alors qu’on plonge tous les deux dans nos cours respectifs. Comme à mon habitude, je remarque même pas le temps passer à partir de ce moment-là. Mais au bout d’un moment, je me sens observé, comme si mademoiselle Amazaki me regardait. Au début, je l’ignore, mais quand je suis vraiment certain qu’elle me regarde, je lève les yeux vers elle pour poser ma question muette. Nos regards se croisent et mademoiselle Amazaki semble gênée. Je lève légèrement un sourcil, confus, jusqu’à ce qu’elle chuchote qu’elle va bientôt partir. Et pour m’inviter à prendre un café avec elle.

A mon tour de me sentir mal à l’aise.

Ce n’est pas que je ne voudrais pas passer du temps avec mademoiselle Amazaki, c’est juste que je n’ai pas vraiment le temps. Entre mes cours à la fac, les cours de Kyudo que je donne et mon travail à l’animalerie, j’ai déjà pas beaucoup de temps qui reste où je peux revoir mes cours. Surtout que ce n’est pas non plus comme si j’utiliserais tout mon temps libre pour bosser non plus. Ça ne serait pas possible. Ceci dit, si on considère ça, alors ce n’est pas comme si je ne pouvais pas faire (encore) une petite pause.

Cependant, avant que je ne puisse répondre, ma montre se mets à sonner doucement. Ah. L’alarme fait exprès pour quand je suis à la bibliothèque, assez fort pour que je l’entends, mais pas assez pour gêner les autres personnes y présent. Regardant l’heure vite-fait, j’arrête l’alarme avant de rencontrer encore une fois le regard de mademoiselle Amazaki.

« J’aurais accepté avec grand plaisir, mais malheureusement, je ne vais pas avoir le temps maintenant. Je dois aller à l'animalerie, car mes heures de travail vont bientôt commencer. Une autre fois, peut-être ? »

HRP : On peut le clôre, aucun problème :) On peut aussi garder l'idée du café pour le prochain RP (enfin, quand on décide d'en relancer un).
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

 

Même noyée dans le vague, essayer d'être honnête. ••• Kurei ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Bibliothèque.