Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Plus près de l'humanité que tu ne le penses (PV Asb)
#   Sam 15 Oct 2016 - 21:57

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1505
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

« Pourquoi moi ? Et Aria ?! »

« Aria est serveuse et arrêtes de trouver des excuses là où ils n’y ont pas Ochikawa ! »

Généralement, quand le chef de cuisine l’appelait par son nom, ce n’était jamais bon pour le rouquin. Malheureusement pour les deux hommes, aucun des deux n’étaient prêts à céder. Croisant des bras, tablier aux pieds, Ys ne quitte pas son chef des yeux sous le regard ébahis de ses collègues.

« Je devais terminer à cette heure et devinez quelle heure il est ? C’était pas mon idée en plus alors je vois pas pourquoi c’est moi qui me taperait tout le taf ! »

Toujours une idée brillante d’Aria. Mais comment fait elle pour ne pas s’en occuper ? Elle arrive toujours à coller ça sur le dos du Tonnerre et de plus, si le travail est bien fait, elle en tire les profits. C’est flippant comme magie !

« Ys, je sais bien que c’était ton heure mais les autres sont déjà parti et on n’est pas nombreux. Alors pour une fois, tu pourr- ??? Hééé !!! OCHIKAWAAAA !!! »

Sans cris égard, Ys profita de cette faille pour prendre la fuite. Lui n’ayant pas l’esprit d’équipe ? Pour une fois qu’il finissait tôt sa journée, hors de question de plier aux exigences d’une rouquine folle dingue ! Et tant puis pour demain, de toute manière, il ne se fera pas virer mais disons qu’il passera une mauvaise journée à finir tard. Ce n’est pas grave. Une journée ensoleillée après une semaine de pluie, ça en vaut la chandelle. Et tandis que son chef le poursuit avec un rouleau à tapisserie en main, bousculant pour peu les clients à table, Ys s’empresse de passer la porte. Son instinct prend le dessus et d’un balaye-ment de regard, il repère une mobylette abandonnée. Personne aux horizons, ni une ni deux, le roux se jette dessus. Dommage qu’il ne puisse pas se téléporter à volonté, malheureusement, il y avait trop de témoins à qui il faudrait effacer la mémoire. Et se faire disputer entre Hideko ou son chef de cuisine, le choix est rapidement fait.

« VIVAAA LA LIBERTAAA !! »

De son cris de guerre, le rouquin roule à toute allure dans les rues, sans jamais se retourner. Il est potentiellement dangereux pour le reste de la circulation, manquant même de se faire renverser à plusieurs reprises mais qu’importe, il vibre. Plus vivant que jamais, il ne regrette pas son comportement et préfère mourir que de s’excuser. Le voilà du restaurant, des rues, de la ville. Il continue sa route assez loin pour reprendre ses esprits. Il arpente les champs. Le seul soucis quand on emprunte le véhicule d’un autre, c’est qu’on ne sait jamais ce que le propriétaire a pu y en faire. La bécane fait soudainement de drôle de bruit, elle étouffe. Il la trop poussé, mal mené. Et cette dernière manque de tomber en morceaux. Il sent le guidon lui échapper, il a du mal à la contrôler. Il sait qu’il ne pourra plus aller très loin.

Redressant son regard, le souffle lui manque quand il aperçoit une remontée hardeuse. La mobylette s’envole, le voilà dans les airs, et l’instant de quelques secondes, le temps lui semble s’être arrêté. C’est à cet instant qu’il aperçoit un type, en dessous de lui. Certes, cet inconnu ne serait pas blesser car Ys est bien trop haut dans les airs. Son saut l’emporte et l’emmène droit s’écraser sur un énorme chêne.


*Merde !*

D’un geste, il s’éjecte de sa bécane qui finit par mourir sur le tronc majestueux. Tout se passe rapidement. Dans un cris aigus lors du rejet, on finit par ne plus rien entendre et le Tonnerre et écroulé au sol, face au ciel. Un filé de sang coule de son front alors qu’il fixe le ciel, d’un regard perçant, les yeux peu ouverts. Il finit par regretter son harley qu’il chevauché comme un maître. Malgré tout, il n’est pas mort, il le sait, ce n’était pas encore son heure.



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   Mar 18 Oct 2016 - 10:27

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

« A… A… ATCHOUM. »

Tu soupires et sors, pour une énième fois, un paquet de mouchoir de ta poche. Tu marmonnes dans ta barbe.

« Fichue pluie… »

Le master qui t’accompagne te regarde, l’air soucieux.

« Tu es sûr de vouloir sortir ? T’as l’air sacrément malade… »

Le tissu sur ton nez, tu poses tes yeux ambrés sur le visage du garçon. Tu te mouches tout en faisant oui de la tête.

« Il pleut pratiquement tout le temps depuis que je suis arrivé. Il faut que je sorte j’en ai marre de l’hôpital là.

- Ok… Ok… »

Il hausse les épaules et sort. Tu le suis sans un mot de plus, ta capuche rabattue et une écharpe enroulée autour de ton cou. Tes mains dans les poches, tu avances au côté du master là pour te surveiller. Vous vous dirigez vers une espèce de champ, une prairie peut-être. Vous y arrivez rapidement et il s’assoit. Tu restes debout, à côté de lui encore une fois, à la limite de trépigner sur place. T’as qu’une envie : bouger. T’es pas habitué à tourner en rond au même endroit pendant trop longtemps, et là… Ça fait un moment. 15 jours pile en fait. Le master te regarde et sourit légèrement.

« Tu peux y aller. Bouge un peu va. Je vais rester posé ici j’ai pas la foi de courir mais ça se sent que t’as envie de te défouler un peu. T’en as besoin même. De toutes façons, t’as été fouillé avant de partir et je t’ai suivi jusqu’ici… Je doute que tu trouves une quelconque drogue cachée dans un arbre du coin. »


Tu lui adresses un regard reconnaissant avant de lui tourner le dos et de t’élancer. Tu cours, tu cours à en perdre haleine. Tu t’oublies en foulant de tes pieds bottés le sol, ta veste trop grande volant presque derrière toi, ta tête toujours cachée dedans. Tu sens malheureusement ton corps s’épuiser bien plus vite qu’avant que tout n’arrive, qu’avant que tu ne le détruises. Tes poumons brûlent rapidement, et tu sens ton souffle s’échapper.

Finalement, un bruit inattendu te coupe, t’évitant de t’étaler au sol. Une mobylette tu dirais. Tu regardes autour de toi, mais ne vois rien.
« On dirait que le bruit vient d’en haut… ». Après cette pensée étonnée, tu lèves lentement la tête, te sentant assez idiot. Et pourtant… La voici, la source du bruit, qui passe au-dessus de toi, avant de, après qu’un puissant cri résonne, venir s’écraser contre un chêne. « Oula… La drogue m’a fait encore plus de ravages que ce que je pensais… Je vois des trucs hyper bizarres maintenant… ».

Le silence se fait. T’hésites, puis finalement tu réalises que le master ne te voit plus, et donc, s’il y a réellement eu un problème, il ne pourra pas forcément le remarquer non plus. Alors, même si t’as la légère impression de céder à l’un de tes délires, tu t’approches de l’endroit où la mobylette s’est éclatée. Et là, tu découvres un gars étalé un peu plus loin. Tu t’approches rapidement et t’accroupis à côté de lui.

« Eh mec ! T’es vivant ? Merde tu saignes… Attends panique pas j’vais rien te faire de bizarre hein j’ai des mouchoirs j’vais juste essuyer ça un peu… »


Tu plonges la main dans ta poche et sors un mouchoir que tu viens placer avec douceur sur le front du rouquin. Rapidement, tu enlèves le sang qui y coulait.

« Ok ça va ça faisait un peu peur à voir mais en fait t’a pas grand-chose… Je crois en tout cas. Nan, nan, ça va… Regarde ça saigne déjà presque plus. »


Tu t’assois à tailleur à côté de lui tout en gardant le mouchoir sur son front ouvert. Tu vois au loin le master qui s’approche. Il a donc entendu le bruit. Il semble te demander si ça va. Peut-être ne souhaite-t-il pas s’imposer, te laisse rencontrer des gens.

« Mec, je sais t’as pas trop la tête à penser mais y a le master qui demande si ça va. Tu veux aller faire un tour à l’hôpital ou tu vas tenir le coup ? »


Tu lui souris de travers comme d’habitude, un peu pour le rassurer, un peu parce que t’es vraiment content d’aider quelqu’un, de ne pas être celui qu’on aide.



#   Mar 18 Oct 2016 - 22:01

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1505
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Les yeux entre ouverts, Ys fixe le ciel, se berçant au rythme dont se déplacent les nuages. L'air frais de l’automne balaye sa chevelure flamboyante. Tout est calme, le moteur de la mobylette a cessé de fonctionné. Il est bien conscient qu'il aurait pu se tuer. Inévitablement, il n'avait pas eu cette fois le réflexe de se téléporter. Chanceux, né sous une bonne étoile... quelle ironie! Ça lui ferait mal rien que d'y penser. Pourtant, il a ce fin sourire satisfait de son exploit. Il peut ressentir les pigments qui frissonnent sur toute la surface de sa peau. La douceur du soleil qui caresse son visage. Ses yeux brillent de milles feux lorsqu'il fixe ce dernier.
Son acte pourrait paraître dangereux, inconscient, mais combien il est bon de se sentir vivant. Ces moments d’insouciances qui autrefois berçaient sa douce enfance, cette violente prise de conscience, ce ressentit, tout ce qui lui avait manqué durant plusieurs mois. Et il préféra resté encore allongé sur la verdure verdoyante, encore un peu juste encore un peu...

Une voix s'élève, mais il ne perçoit pas correctement la prononciation. Une image vint s'interposer entre lui et le ciel. Cet intrus est flou, il distingue que trop mal pour annoncer s'il connait ou pas. Il ne ressentira pas tout de suite, cette main posée sur son front, ce mouchoir qui essuie ce sang, lui aussi, encore inconnu. Il se senti stupide, allongé là, comme un mort, les bras grands ouverts alors qu'une ombre s'agite devant lui. Il lui en veut aussi. Il vit perturber ces rares moments, dommage, il touchait l'extase.

Difficilement, le Tonnerre plisse des yeux pour forcer les choses. Il ne veut pas qu'on le touche de la sorte. Il ne se rend pas compte de l'aide qui lui est offerte. Quelqu'un s'est inquiété de son sort, et ce dernier, trop téméraire, le regrettera plus tard.
Finalement, il finit par comprendre ces paroles. Un Master_ Ça va_ Ça saigne_ Hopital_ Mec. Ys comprend que ce garçon tente de l'aider, il n'est pas seul non plus. Ys ne cherche pas cette seconde personne du regard. Il est bien trop curieux de deviner qui se trouve devant lui. Il le fixe inlassablement. Au fur et à mesure, ainsi les mots lui viennent, il distingue les traits de ce garçon. Un blondinet se tient au dessus de lui.


"C'est clair... je suis pas au paradis."

D'un ton détaché, c'est tout ce qui lui traverse l'esprit. Même mort, il provoquerait la faucheuse. Quelque peu arrogant, il ne se donne pas la peine de remercier son sauveur. Sauveur? Si, il voit enfin ce avec quoi l'inconnu éponge son front: un mouchoir imbibé de sang. Son sang. Il l'avait inquiété à ce point? Pourtant, il est blanc... Blanc comme s'il venait d'avoir peur. Est ce vraiment la raison? Et enfin, Ys le reconnait. C'est ce garçon qu'il avait entre aperçut dans les airs encore sur sa bécane. S'il pouvait voir sa tête, il pourrait en rire. Quoiqu'il a ce sourire. Il semble rassuré. Il y a quelque chose d'étrange mais de consolant dans ce sourire...

"Ça ira...."

Grogne le garçon entre les dents alors qu'il se redresse. La douleur se fait vive le temps d'un instant. Mais ce n'est que de temporaire. Il forcera les choses, il contrôlera son corps. Il ne doit pas avoir mal. Un coup à droite, un coup à gauche, il fait craqué la nuque, étire les bras. On pouvait entendre tout son corps craqué, et après cet exercice de remise en forme, il laisse échapper un long soupir. Et un large sourire malicieux se dessine en coin.

"Aaahhh!!! Que c'est bon! Je ne connais rien de meilleur que de sentir son corps claqué de partout! Pas toi?"

Fit-il à l'intention de son sauveur, posant son regard sur lui. Ce garçon a les traits tirés. Ses cheveux sont aussi rebelles que les siens. Il se cache sous sa capuche. Sa tenue vestimentaire et son comportement laissent à croire qu'il veut disparaître. Ce type est curieux et surtout... intéressant. Ys laisse échapper un petit "Tsss" quand il découvre le jeune homme et ce qui pouvait l'intriguer. Mais il s'en détache rapidement.
Détendu, il sort une cigarette de son paquet et l'allume directement. Cet étranger est trop près de lui, alors il préfère reposer son regard autre part. Sinon ce silence devient gênant. Naturellement, il découvre la présence du Master au loin, qui continu de les observer. Ce n'était pas un rêve, ni une illusion, il avait bien entendu les paroles du garçon.


"Terrae organise une sortie scolaire?"

Arquant un sourcil, Ys ne se doute pas qu'il s'agit d'autre chose. Il avait ressenti l'aura que dégagé son sauveur, même faible. Et un Master dans le coin, il ne pouvait s'agir que d'un élève de Terrae.



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   Mer 19 Oct 2016 - 18:40

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

Le garçon semble sacrément dans les vapes. Il te fixe comme s’il tentait de distinguer tes contours, de comprendre qui tu es. Tu attends calmement, avant de laisser un rire amusé t’échapper, un peu rauque, comme si cela faisait longtemps que tu n’avais pas ri. Pourtant tu ris facilement, mais ta crève mélangée à ton corps de drogué en désintox donne cette étrange sensation.

« Non. En effet. Si je suis là c’est que t’y es pas mon grand. »


A tes yeux, ni Paradis, ni Enfer. Pour toi, la mort est simplement une fin. Mais tu comprends bien que c’était de la part du blessé un trait d’humour, alors tu n’en dis rien, te contentant de sourire. Finalement, le rouquin se redresse en te disant que ça devrait aller. Tu fais signe au master avant de te reconcentrer sur le garçon. Ce dernier fait craquer hum… A peu près l’entièreté de son corps ? Tu en as du moins l’impression. Sur son visage apparait à son tour un grand sourire qui te fait plaisir. Tu aimes voir les gens les lèvres étirées vers le haut, pas vers le bas.

« Probablement ! Il faudra qu’j’essaie. Tout comme le vol à mobylette, ça a l’air sympa. »


Enfin peut-être pas tout de suite. Tu as assez abîmé ton corps comme ça, Asbjorn. Laisse-lui le temps de se reconstruire. Tu tousses d’ailleurs un peu tout en regardant, intrigué, le garçon te détailler étrangement. Il se détache finalement de toi et tu hausses intérieurement les épaules.

Le rouquin se sort une cigarette, et tu fais de même après avoir farfouillé un moment dans la poche de ta veste. T’es quand même sacrément content qu’on te les ait laissés, celles-ci. Que les masters aient été assez lucides pour saisir qu’on ne pouvait pas tout te couper du jour au lendemain. Puis, sans que tu saches très bien pourquoi, fumer t’aide à oublier ta nausée. Alors tu tires sur la clope, observes un moment le paysage avant de reposer tes yeux sur le garçon lorsqu’il te pose une question. Amusé, tu lui réponds le plus sincèrement du monde.


« Nope. En tout cas pas ici. Il est là pour moi. J’suis un criminel faut pas m’lâcher des yeux tu sais. Non je déconne hein. J’préfère prévenir, manquerait plus que soit tu flippes et te casses soit au contraire tu t’la joues violent et veuilles te battre aha. Ce que je saurais pas faire, très franch’ment. Nan il me surveille bien mais pas parce que je suis un criminel. »


Tu décides de te la jouer « Alcooliques anonymes » version drogue, et, un sourire plus grand que ta figure tu enchaînes d’un ton paradoxalement un peu trop sérieux, dans l'hyperbole pourrions-nous dire, tout en lui tendant la main.

« Asbjorn Andreassen, 20 ans, clean depuis… Hum… 15 jours ? J’crois. Mais ma mémoire est un peu naze. »


Eh ouais Asby, la drogue a jamais aidé à la conserver en même temps tu le sais. Un étrange rire t’échappe alors que tu tires une nouvelle fois sur ta cigarette. T’as pas l’habitude d’appréhender les réactions des autres face à ta franchise naturelle à mourir ou ton humour et ton auto dérision détonants et pourtant… Wé aujourd’hui t’appréhendes un peu. C’est nouveau tout ça. Alors tu sais pas exactement comment t’es censé agir et être.



#   Mer 19 Oct 2016 - 21:56

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1505
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

La remarque de sa présence sur le fait qu'il ne pouvait ainsi ne pas être au paradis, tira un sourire amusé au roux. Genre, on aurait dit que c'était déprimant. Il a le sens de l'humour celui là. Le Tonnerre apprécie cette présence d'esprit. Bah dans un sens, ce n'était pas bien grave s'il n'était pas encore mort. Il avait encore des projets plein la tête.
Alors, acceptant la réalité, les voilà assis côte à côte, fumant une cigarette. Leur fumée vole sous l'aile du vent. Il fait bon vivre.
A son aise, Ys fut de nouveau tiré de ses réflexions alors qu'il s'était exprimé sur le bien fou que les craquements de ses os pouvaient provoqués. L'inconnu avait semblé perplexe puis il fut de nouveau intriguant. Posant son regard rouge sur ce dernier, Ys émit un léger rire
.

"Mouais enfin, c'était pas prévu ça.... Ça devait surement être mon baptême de l'air!"

Lequel des deux pouvait bien être le plus décalé. Généralement, il faut toujours une personne censée dans un groupe. Mais sous cet angle, ils semblaient tous deux déclarer forfait. Au diable le sérieux! Ceci dit, en y repensant à son envol, s'il devait recommencer, Ys le referait. Il en avait même ce sourire béat. Si, c'était un coup à faire et peu importe les litres de sang qui couleront, cette sensation était plus forte que la peur. Cette sensation d'être en vie.

Mais la présence du Master au loin dérange. Ys se sent observé, alors qu'il n'est pas là pour lui. Il ressemble énormément à un gardien, un surveillant. C'est pesant! De plus, il n'est pas discret. Fronçant les sourcils, sans le lâcher du regard, Ys vit ce dernier s'éloignait peu à peu. Le tonnerre avait senti un geste de mouvement à ses côtés. Le jeune homme lui avait fait signe de disparaître. De plus sa réponse apaise son énervement. Et de par ses explications, Ys comprend pourquoi ce type insistait autant à les observer. Il n'est pas suivis, c'est juste pour son sauveur. D'ailleurs, il continue à s'amuser, à se réinventer. Ce qui tire un léger sourire en coin chez le rebelle. Ce gars n'avait pas la tête d'un sériel killer mais il ne faut jamais se fier aux apparences. Surtout chez les psychopathes. Et dire que Mitsu lui avait posé cette question... Flatteur!


"Ah... Je me serais battu...."

Laissant traîner sa voix, Ys fixe son interlocuteur droit dans les yeux. Il affiche une mine sérieuse mais qui peu à peu se détend. Lui aussi, il apprécie l'humour et surtout ceux qui en ont. Bon, il dit ça, il sourit pour calmer le jeu, mais si cet inconnu avait été un danger, Ys se serait battu avec. Oh et combien il aurait aimé. Il aurait été en extase. Mais le Tonnerre fut interrompu de ses rêveries quand soudainement le garçon se présenta.
Asbjorn.... quel étrange nom pensa en premier lieu le rouquin. Mais ce dernier se présente d'une bien belle façon. Il est honnête, direct, sans détour, il se présente sous son véritable jour. Ce qui, instinctivement, tire un large sourire chez le garçon qui l'observe, le scrute. Quel garçon étrange....
Saisissant sa main pour se relever, Ys prit la suite de la parole.


"Ys Ochikawa. 21 ans. Clean depuis cinq ans environ!"

Une aide pour se relever, une poignet de main qui devient un salut. Enchanté. Ils mettent directement les cartes sur table et pour une fois, Ys n'a pas honte de se présenter de la sorte. Pour une fois, il n'a pas honte de son passé face à ce gars. Il se sent moins seul. Plongeant ses mains dans ses poches, cigarette suspendus à ses lèvres, Ys se redresse de tout son être, un grand sourire taquin.

"T'inquiètes pour la mémoire, c'est que temporaire! Ah et au fait, merci, hein, pour le coup de main!"

Fit-il en désignant le mouchoir imbibé de rouge. Il fallait bien qu'un moment donné, il le fasse. Même si ce n'est pas dans ses coutumes, il ne pouvait pas laissé passer ça. Et puis, c'est assez étrange, mais la compagnie du garçon ne le dérange pas. Et clairement, maintenant, il comprend pourquoi son visage est si fatigué, si marqué.

"Je vois. Ils ne veulent pas que tu plonges. Finalement, tu es ton propre criminel. Il y a une part de vérité là."

Mi taquin, mi sérieux, ne dit on pas que derrière chaque blague, il existe une part de vérité?! Asb était son propre meurtrier, ce pourquoi ce Master le suivait à la trace. Ys eut tout de même de la peine pour ce garçon. Être oppressé de la sorte, toujours suivis à la trace... C'est pour son bien certains diront. Pour lui, c'est du gâchis. Ils l'empêchent de se prouver lui même. Il pourrait se contrôler sans qu'on lui interdise quoique se soit. Du moins, il pourrait se prouver à lui même, se recréer, être fier de sa victoire. Son propre ennemi n'est que lui même. Il serait d’autant plus heureux d'avoir vaincus ses démons et il pourrait se lever en criant haut et fort qu'il est un "homme".



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   Mer 19 Oct 2016 - 22:46

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

Un instant de flottement alors que le rouquin te répond qu’il se serait battu. Son regard trop sérieux croise le tien trop aléatoire, mais il finit par se détendre. Il attrape ta main tendue et se relève en se présentant. « Clean depuis 5 ans ? Peut-être qu’un jour, cela sera moi. ».

« Enchanté, Ys Ochikawa ! »


Vous voici debouts, seuls côte à côte. Tu vois en lui un futur possible, libéré de ces contraintes. En un sens, tu te dis que peut-être que ce garçon, ce sera toi plus tard. Tu ris lors de sa réponse sur la mémoire.

« Merci de me rassurer, c’est cool. M’enfin, j’ai jamais eu une mémoire transcendante pour être tout à fait honnête ! »


Tout de même, la drogue n’a pas aidé, ne le nie pas. Tu penches légèrement la tête sur le côté en tirant sur ta cigarette alors qu’il te remercie. Tu lui souris un peu de travers, comme toujours, et hausses les épaules.

« J’aurais tout aussi bien pu te laisser clamser ici mais je m’suis dit qu’après seulement 15 jours à l’institut, laisser quelqu’un dans sa merde c’t’ait p’têt pas très bien vu ! »


Néanmoins, ton regard se fait plus lointain alors qu’il rebondit sur ton « crime ».  Tu restes silencieux, ta main libre dans ta poche, l’autre se contentant de faire des allers et venues à tes lèvres. Oui, tu es ton propre criminel, tu te fais du mal toi-même, ou plutôt, t’aies fait. Aujourd’hui, tu veux réparer cela. Tu te mets toi-même en prison. En prison réellement ? Terrae te semble si paisible, comparé à ta vie dans les rues, aux coups de couteaux que tu te prenais sur les avant-bras et dont tu portes encore les traces aujourd’hui.  Tu es un criminel libéré, malgré cette surveillance qui plane au-dessus de toi. D’ailleurs, alors que tu redescends sur terre, tu peux voir le regard d’Ys. Tu souris à nouveau.


« Tu sais, j’m’en fous d’être surveillé. J’les comprends. J’aurai beau faire la malin, j’le sais, s’ils étaient pas là, j’en aurais piqué des médocs dans l’hôpital pour me refaire monter. J’l’ai déjà fait, pourquoi je l’referais pas ? Leur but est pas de m’oppresser ou quoi que ce soit… Ils veulent m’aider. Et c’est cool. J’y arriverai à m’remettre sur mes quat’ fers, mais pas de suite. »


Tu ris un peu. Tu repenses à cette jeune fille sur qui tu t’étais pratiquement jeté pour lui demander des médicaments qu’elle n’avait même pas. Même si en réalité ce début dans l’institut te pèse et te parait un peu long, tu as conscience que c’est pour le mieux. T’es pas toujours malin, mais pas non plus complètement con. Tu sais qu’il va te falloir un peu plus de temps. N’empêche, tu restes fier de rien avoir touché d’autre qu’une clope depuis 15 jours.



#   Jeu 20 Oct 2016 - 22:18

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1505
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Malgré les dégâts, Ys s'en sortira mieux que la bécane. Même une fois relevé, sa tête ne tourne pas. Il ne sent quasiment plus la douleur, du moins, il n'est pas pour autant étourdi. Surtout qu'il peut fumer sans ressentir un quelconque malaise.
Ils se tiennent côte à côte, mis à nus, sans mensonge, sans comédie. Étonnement, Ys n'y trouve là aucune gêne. Ils sont égaux face à leurs erreurs.
Un brin d'humour sur les capacités de sa mémoire, Ys détourne son regard vers les horizons, laissant échapper un léger rire. Il est modeste ce garçon.
Tirant sur sa cigarette, l'oeil du roux se repose sur son interlocuteur.


"Quinze jours?"

Répète-t'il bêtement; Alors cet Asbjorn est nouveau, il vient de fraîchement débarqué. Étrange,il ne l'avait encore jamais croisé à Terrae. Pas même dans les couloirs. Il avait beau cherché, il se souvenait pas de sa tête. Lui aussi, serait-il victime des dégâts de la drogue sur sa mémoire? Mon dieu! C'est contagieux! Enfin, c'est qu'il aurait tendance à paniqué pour un rien tant qu'il n'a pas le contrôle. Mais cette curiosité obtiendra rapidement ses réponses.

Sa question n'était que détournée, amusée. Mais les paroles du garçon furent tout autre. Depuis le premier son de sa voix, il était honnête. Sincère quitte à ce que cela lui pose des désagréments. Mais il garde sourire.


"Ah... ouais... je vois..."

L'avantage d'être en couple avec une Master, c'est d'être au courant de tout ce qui peut se passer à Terrae. Confidences sous l'oreiller? C'est surtout que Mitsu est une bavarde et qu'elle ne peut rien lui cacher ou presque. Parfois, il aurait aimé qu'elle arrête de lui parler de ses problèmes de nanas au point de s'étouffer lui même avec son coussin, malheureusement, il continue d'écoute d'une oreille.

"T'aider hein?! "

Marmonne-t'il cigarette aux bords des lèvres? Ys se détache de ce sourire et fixe ce Master resté plus loin. Il fait dos, mais il reste attentif, aux aguets au moindre faux mouvement. Pathétique! Mitsu lui avait bien parlé de cette réunion qui concernée certains élèves quelque peu déséquilibrés. Ys s'était bien retenu d'en rire devant sa petite amie, mais il ne pouvait s'empêcher de penser que tout ça était une mascarade. Et là, se tient à ses côtés, ce petit pion.

"Et dire qu'Allen en a eut plus pour moins que ça... "

Ouais, Allen à qui en lui avait opter ses pouvoirs, enfermés dans un asil de dingue pour son "bien" alors qu'il n'avait touché personne. C'est l'église qui se fout de la charité! Où est la justice dans tout ça? Est ce qu'Hideko aurait peur que ces mauvaises arrivées n'arrivent jusqu'aux oreilles du gouvernement au point de devoir fermer son école? Ou mieux encore: qu'elle ne puisse plus contrôler ces âmes perdues et se faire dévorer par ce qu'elle considérait comme faible?
Plus il se renfermait dans de telles pensées, plus il fumait sa cigarette rapidement. Mais tout va bien, il peut se contrôler. Il pose son regard sur son voisin. Ce gars là n'est pour rien, il arrive peut être même au bon moment.


"Tu peux te considérer chanceux ouais!"

Au moins,lui, il garde ses pouvoirs et il peut de temps à autre, prendre un bol d'air, même suivis. Laissant retombé la pression, Ys vit de nouveau ce sourire encore et toujours là même tordu.

"Dis moi, tu souris pour les autres? Ou tu le fais pour toi?"

Il est clair que ce peu fait son tout. Il cherche à rassurer, à se rassurer. Se forcer à sourire pour ne pas pleurer quitte à en avoir mal aux joues, même si à force de tirer, il devient tordu.



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   Dim 23 Oct 2016 - 17:45

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

Tu es heureux de tirer au rouquin des rires, même s’ils sont brefs. Tu hoches la tête pour confirmer les quinze jours.

« Et pas un pied à l’institut même. C’est la première fois que je sors de l’hôpital ! »


Tu ris à ton tour, te moquant de toi-même, animal dans ta cage. Mais Ys retrouve son calme. Il ne semble pas réellement croire à l’idée selon laquelle tu es aidé, et non pas emprisonné. Sauf que toi, tu sais ce que c’est d’être emprisonné. Tu l’as vu et ça t’a détruit. Et tu sais que ce n’est pas ça, la prison. Le regard rouge du garçon vient chercher le master, et un prénom lui échappe. Tu ne dis rien, attends de voir s’il souhaite en dire plus. Néanmoins, du coin de l’œil, tu le vois juste massacrer sa cigarette à grand coup de taffes de plus en plus rapides et soudain, il te regarde et se calme un peu. Tu hoches lentement la tête lorsqu’il te dit que tu es chanceux.
« Oui, je suis chanceux. J’aurais pu mourir, mais ça n’a pas été le cas. J’aurais pu finir de l’autre côté des barreaux en tant que détenus cette fois, mais ça n’a pas été le cas. Oui, je suis chanceux. ».

Puis une question te surprend. Mais pas son sujet. Tu as l’habitude qu’il surprenne les gens, ton sourire. Ce dernier étirant tes lèvres, tu te tournes complètement vers le garçon et vient poser le bout de tes index de chaque côté des siennes pour les étirer un peu.


« Tu vois, c’est une sensation sympa de toujours sourire comme ça. Puis les gens ont plus confiance et viennent facilement taper la discut’. Puis… sourire ça rend heureux. Ça fait du bien. Ça apaise. Même quand la vie est un foutu tourbillon. Et la vie c’est tout le temps un foutu tourbillon. Alors pour qu’on s’noit pas, faut utiliser le sourire comme bouée de sauv’tage, pas mêler des larmes à la tempête. T’sais, si on apporte tous not’ petit brin d’soleil, not’ petit rayon, ça l’fera. »


Tu ajoutes avec une moue franchement convaincue, trop sérieuse pour ce que tu as en tête.

« D’ailleurs, on va tous arrêter de s’brosser les dents. Comme ça, quand on sourira, ça aura la couleur du soleil ! »


Tu ris comme un imbécile heureux, fier de ta blague pourtant assez naze. Mais t’espères que ça va détendre le rouquin qui t’a semblé pas très bien quand même, pendant un moment. Tu lâches enfin les coins de ses lèvres et tu penches un peu la tête sur le côté.


« J’vais aller marcher un peu, j’ai des fourmis dans les pattes. Tu restes sous l’œil de mon poto master ou tu m’suis ? S’tu veux, tu pourras m’causer à propos de ton pote là… Allen ? »


Tu attends sa réponse. Tu ne veux pas lui imposer quoi que ce soit. C’est une simple proposition, en aucun cas une obligation. T’espères qu’il l’aura bien saisi.



#   Dim 23 Oct 2016 - 22:14

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1505
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Première fois qu’il sortait de l’hopital… et il a toujours le sourire. Etait-il idiot ? C’est du moins ce que pensait ys en le fixant. A sa place, il aurait péter les plombs, s’enfuyant sans relâche, détruisant tout sur son passage. Mais ce gars là, non, il obéit et il est heureux. Il s’estime même être chanceux. En soit oui, mais il est tout de même prit en otage. Mais il continue de sourire, droit, sans une faille…

C’est frustrant. En y imaginant un tel complot, Ys ne saurait comment il aurait réagit. Aurait-il finit par accepter une telle sentence ? Sans un pouvoir ? Sans une brèche d’air pur ? Après avoir goûter aux fruits de Terrae, à sa clémence, à sa délivrance, à ses pouvoirs, comment lui, il aurait pu accepter ça ? Jamais encore il ne l’avait réaliser sous cet angle. L’époque où Allen était retenu contre son grès, il n’avait jamais pu imaginer ce qu’il endurait. Il se contentait d’attendre, se disant qu’il finirait par sortir. Il n’avait qu’à être sage. Et lui, pendant ce temps, il respirait l’air libre. Abrutit !

Serrant du poing, Ys s’en voulait, il en voulait aussi à Terrae, à Hideko. Il avait fallu qu’il croise ce blondinet pour comprendre . Il n’adhère pas, et il aura beau essayer, il aura toujours du mal à adhérer les décisions de la directrice. C’était comme si un adolescent se rebeller contre sa mère. Mais alors que ses idées noires fusaient, voilà que quelque chose inattendue se produit : Absjorn étire de chaque côté de son visage un sourire artificiel. Du moins, ce qu’il pensait être. Les yeux écarquillés, les paroles du garçon le transpercent. Il reste silencieux, sans voix. Il n’est pas question de simplement sourire suite à une blague ou parce qu’on a eu une bonne nouvelle, mais juste de sourire. C’est idiot, c’est horrible. Mais il a raison. Combien il est agréable de croiser une personne qui sourit même pour rien. Pour rien ? Pas vraiment. Généralement, Ys aurait repoussé une telle approche, ne se laissant pas approcher de la sorte et encore moins par un inconnu, mais c’était si soudain et surtout si…


« Non alors ça, c’est vraiment trop dégueulasse -_-… »

Lâche-t’il alors que son sourire forcé disparaît. Absjorn est nul pour les blagues par contre. L’idée de voir les dents jaunes des autres est assez écœurantes . Mais le garçon se laisse prêter au jeu. Retrouvant sa liberté, il écrase le mégot au sol.

« Tss ! T’es un drôle de spécimen, toi. Mais c’est bon, j’ai compris ! »

Il y a comme un léger sourire en coin alors qu’il fourre ses mains dans ses poches. Très bien, si cet Asbjorn s’était fait à l’idée, c’était certainement pas Ys qui allait lui faire un lavage de cerveau. Il devait suffire d’accepter, surement. Combien il est difficile d’être docile quand on est sauvage naturellement. Mais voilà, les deux jeunes hommes ne se séparent pas, pas encore . Le blond l’invite à le rejoindre ou alors…

« Je reste sous l’œil de personne ! C’est bon, je te suis et ça me fera du bien aussi. »

Après ce choc, il est recommandable de marcher un peu, de faire aérer notre cerveau. Et apparemment, ce gars là, il avait besoin de bouger aussi. Prenant une direction au hasard, voilà que le garçon revient sur ce sujet qu’Ys avait laissé bêtement s’échapper. Il se fait quelque peu hésitant, mais tente sa chance. Ys a un moment de recul, puis d’un haussement d’épaules, il prend la peine de répondre.

« Allen, ouais… Disons que lui, il a été enfermé mais pas dans un hosto. Un asile. Et en plus, ils lui ont retirés ses pouvoirs . Il n’avait rien fait tu sais, rien de mal. C’est juste qu’il… »

S’arrêtant dans ses dires, Ys se perd un instant. Certes Allen avait été enfermé pour avoir tendance à boire souvent, trop souvent. Mais la raison qu’il la poussé avant tout à boire, c’était Terrae lui-même et ses habitants. Il avait eu peur et personne ne l’a réellement aider. Au lieu d’attaquer à la source, on a préféré le voir devenir fou, se noyer dans l’alcool, pour ensuite l’enfermer comme un animal.
Prenant une profonde respiration, Ys repose son regard sur son interlocuteur, un ton calme.


« Dis moi, tu n’as toujours pas tes pouvoirs ? »



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   Dim 23 Oct 2016 - 23:30

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

Le garçon réagit étrangement bien à cette intrusion dans son espace vital. Lui qui avait l’air si tendu, si énervé, te regarde avec un air étonné, sans rien dire. N’ose-t-il pas ? Il semble fasciné. Et tu ris encore plus en le voyant retrouver son visage normal, pas sérieusement emballé par ta blague. Tu t’en fiches, le but n’était pas d’être drôle.

Et pourtant, tu es drôle. Un drôle de spécimen en tout cas. C’est déjà ça ! De toutes façons, tu prends les choses comme elles te sont données. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, tu les acceptes. Donc pour toi, être un drôle de spécimen, c’est être déjà quelque chose. Et puis, Ys sourit en coin, c’est que toi en drôle de spécimen ça lui plaît bien.

Finalement il te suit et vous partez sur un chemin aléatoire, vous n’avez pas de destination précise, simplement l’envie de vous déplacer. Après ce qui semble être une hésitation, Ys te répond à propos d’Allen. Pas jusqu’au bout, mais en partie. Et il change de sujet. Te demandant si tu as des pouvoirs. Du visage, tu fais signe que non.


« J’sais même pas vraiment ce que c’est toute cette histoire de pouvoir à vrai dire. On m’a expliqué mais… concrètement, j’vois pas comment c’est possible et tout. Tu m’montreras ? »


Tu lui souris et, les mains dans tes poches, continues d’avancer. Tu viens d’éteindre ta cigarette, mais tu t’en rallumes aussitôt une. Tu sens le manque arriver alors tu le contres comme tu peux. Parle. Parle, ça occupe l’esprit.

« S’il avait rien fait, Allen, pourquoi ils l’ont mis dans un asile ? »


Tu es toujours comme ça, à trop poser de questions. Ta curiosité est sans limites. Puis, t’as besoin de tout savoir avant de te faire ton avis. T’es pas complètement stupide, tu sais que si Ys est si en colère c’est qu’il doit y avoir une raison mais pour le moment tu la vois pas, alors tu la cherches. D’ailleurs, tu souris au garçon, le regardant du coin de l’œil.


« Je veux pas forcément défendre le staff tu sais. Juste j’ai besoin de tout savoir pour m’faire une opinion. Comprend bien que j’peux pas juste approuver c’que tu dis sans plus d’arguments ! »


Tu ris légèrement. Pas pour te moquer ou quoi que ce soit, juste parce que t’aimes bien ça. T’attends de voir si tu as encore un peu trop chatouillé les nerfs du rouquin ou si ça va aller.



#   Lun 24 Oct 2016 - 0:31

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1505
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Il aurait du s'en douter, forcément, cet Asbjorn n'avait pas encore reçu ses pouvoirs. Après quinze jours et n'étant toujours pas intégrer Terrae, évidemment, il devait être démunis de tout et surtout, l ne savait même pas quelle était son affinité. Ys ne saurait pas pour autant deviner de quelle branche il pourrait être. Il a toujours été mauvais pour deviner. ce n'est qu'une fois ayant obtenu la réponse, qu'il se dit toujours; ah mais oui, c'est évident!
Pour l'heure, il patientera aussi. Par contre, il émit une légère grimace.


"Ça tombe toujours sur moi. Je devrais bosser dans l'accueil de Terrae!"

Tu pourrais me montrer. Et c'est quoi ça? Et ça fait quoi? Et blablabla!! Et il se retient bien d'hurler qu'il n'est pas son Master, alors merde quoi, c'est pas son taf! Combien de fois il avait du montrer ou guider, c'est frustrant quand même. Il devrait déposer une lettre pour demander grâce auprès Hideko...Quelle ironie! Rien que d'y penser, le garçon en rit intérieurement.

Mais ils n'auront le temps d'en débattre plus, qu'Asbjorn l'interrompe de nouveau dans ses questions. Il sort naturellement une cigarette alors que la précédente vient juste de mourir son pied. Décidément, il fume énormément. Il fume beaucoup, bien plus que le Tonnerre. Si Joyce le verrait, elle le brûlerait sur place. Mais de son oeil brillant, le détaillant ainsi, Ys se tient de faire une quelconque remarque. Il n'est pas stupide, il sait pourquoi.
Mais son regard observateur est interrompu. Asbjorn remet les pieds dans le plat. Il en demande toujours encore et encore, inlassablement. Il est curieux, peut être un peu trop. On dit que c'est un vilain défaut. Jusqu'ici, Ys considérait le contraire sauf quand cette règle s'applique à lui. Alors, agacé, il émit sur un ton détaché:


"Pour leur bien!"

C'est dit, il ne veut pas aborder d'avantage. Enfin... c'est du moins ce qu'il aurait souhaité. Mais voilà que le blondinet, en plus d'être curieux, force la main. Il sous entend ses dires. Le regard d'Ys se fit grand et des éclairs jaillissent de ses yeux. C'est extrême. Juste en réalité, il prend très mal le fait d'être traité de menteur.

"QUOI? TU ME CHERCHES? TU CROIS QUE JE SUIS UN MYTHO?! Si je te dis qu'Allen n'a rien fait, c'est qu'il n'a rien fait OK?!"

Mais le Tonnerre s'arrête soudainement en remarquant le grand sourire du garçon. Il se fout ouvertement de lui. Il l'utilise, il se joue de lui. Et lui, tête brûlée, il fonce sans même juger. Il s'était fait avoir, il pouvait l'admettre mais il est de mauvaise foie.
Les bras ballants, il reprend ses esprits, et d'un air dépité, il reprend:


"J'arrive pas à croire que tu te fous de moi là... Fais pas le malin comme ça, je pourrais te griller pour rien!"

Se sentant bien bête de s'être fait avoir aussi facilement, Ys range ses griffes dans ses poches. Il prend tout de même le temps d'allumer une cigarette. Au moins, il reprend assez rapidement son souffle pour ne pas rougir de honte. C'est pas correct ça... vilain blondinet!

"Il...Il avait eu peur de ces pouvoirs. Il était juste effrayé alors il s'est consolé dans l'alcool. Il voulait juste oublier ce qu'il avait vus. C'est tout."

Rien de grave en soit. Juste que personne n'avait vu cette peur qui leur dévorer de l'intérieur. Et son seul ami avait été ces bouteilles traînants sur le sol de sa chambre peu éclairée. Le calme reprenant son cours, Ys redresse son regard. De loin, ils pouvaient tout de même voir la toiture imposante de Terrae.

"En vérité, c'est eux qui avaient eu peur de lui et de ce qu'il aurait pu faire s'ils perdaient le contrôle. Ça aurait pu prendre des conséquences énormes. Alors, ils ont préféré l'enfermer, c'était plus simple. Il suffisait juste d'attendre qu'il retrouve ses esprits... Ou plutôt, que ça leur plaise, sa façon de penser..."

Ys prit un instant. Ses pas s’arrêtant comme s'il ne voulait pus avancer vers cette vue. Terrae avait été une famille. Là bas, il avait tout trouvé, tout ce dont il avait eu peur pendant des années de retrouver. Et peu à peu, il a peur de sa nouvelle maison.
Son regard se détourne vers le blond et un étrange sourire, léger, étire ses fines lèvres.


"Tu leur fais peur parce qu'ils ne savent comment tu vas gérer tes pouvoirs si t'es complètement stone... petit pion."

Asbjorn représente les générations à venir, ceux qui détermineront de l'avenir de Terrae. Alors il est préférable de les maintenir en laisse dès leur plus jeune âge. Récemment, il avait eu des dégâts: un gars qui aime la chair humaine et ce type là, Akira....



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   Lun 24 Oct 2016 - 18:37

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

Tu es un peu déçu que le garçon n’ait pas l’air emballé à l’idée de te montrer ses pouvoir. Tu trouves ça dommage. Tu te dis que toi, quand t’auras les tiens, t’essaieras de voir si tu peux pas faire de l’art avec. Après tout, ce serait novateur, nan ? En attendant, tu acceptes sans broncher et laisses les choses continuer. Il ne veut pas, il ne veut pas. Rien à dire de plus.

Néanmoins Ys est agacé de ta curiosité. Tant pis pour lui.
« Pour leur bien… ». T’avais déjà entendu ça à propos des détenus en prison. « Nan mais, on leur enlève les livres pour leur bien. On organise aucun suivi parce c’est trop cher, c’est pour leur bien qu’on met des sous de côté dont on claque pour même pas le quart dans UNE BOUFFE DEGUEULASSE BON MARCHEE ».

Arrête de t’énerver Asbjorn. Calme-toi. Ne te laisse pas attaquer par ces souvenirs amers de toi en gardien de prison fatigué, lassé, désabusé. Souris. Souris toujours.

Tu reviens sur terre alors que le Tonnerre s’emballe. Tu hausses un sourcil, son soudain énervement faisant remonter à la surface celui que tu viens de refouler.


« NAN MAIS CALME TOI LA. C’est toi qui pète les plombs à t’emballer tout seul ! Ecoute c’que je te dis au lieu de t’monter des histoires ! »


Tu serres les dents, agacé, et tires une taffe sur ta cigarette. Intérieurement tu soupires, tu détestes t’énerver. C’est une part de toi qui ne te plait pas. De plus, le rouquin se calme et te dit de ne pas te foutre de lui.
« Aaaah c’est donc ça le souci. Monsieur a mal pris mon sourire. ». D’une voix plus posée tu reprends.

« Je me fous pas de toi et j’te traite pas de mytho. Calme tes menaces hein, j’te dis juste que j’vais pas me contenter de boire tes paroles comme si tu détenais la science infuse. Tu m’dis qu’il y a un souci avec le fait qu’il l’ait enfermé, j’essaie juste de comprendre. J’approuve pas tout bêtement. »


Ton sourire revient, mais plus tendu. Comme un rictus malformé. Puis, au fur et à mesure des paroles du garçon, il s’adoucit, tout comme ton regard posé sur lui. Tu suis les yeux du rouquin et découvres Terrae au loin, ou du moins son toit. Tu notes d’ailleurs que peu à peu vos pas ralentissent, il ne souhaite pas s’en approcher. Il fuit l’institut comme un détenu fuirait une prison. Tu sens son regard venir vers toi et tu te tournes vers lui. Tu découvres un sourire mystérieux étirant les lèvres du garçon, répondant au tien tordu. Une nouvelle fois, tu hoches doucement la tête et de ta voix douce mais étrangement rauque, tu lui réponds.

« Est-ce que je suis leur pion ? Probablement. Est-ce qu’ils me privent de ma liberté ? Probablement aussi. Est-ce que j’aimerais pouvoir enfin aller là où j’ai envie ? Ouais. Forcément. J’aime la liberté Ys. J’aime courir au milieu d’un champ sans que l’on me dise de revenir. J’aime me barrer sur un coup de tête sans personne pour m’engueuler ensuite. Malheureusement, j’ai touché à un truc qui coupe la liberté. La drogue, ça t’emprisonne. Alors j’suis d’accord, ils font p’têt pas forcément tout ça pour m’sauver. Ils sont p’têtre juste trop flippés. Mais en attendant… ça m’arrange, qu’ils flippent. J’suis prisonnier pour me libérer des chaînes que je m’suis moi-même passé. Et la prison dans laquelle j’suis en ce moment est plus agréable que celle dans laquelle j’étais avant. »


Tu as vite fait ton choix, entre la drogue ou l’institut. Quand tu as compris que tu serais bloqué un long moment dans l’hôpital, tu as décidé que ce serait juste un mauvais moment à passer, mais qu’au moins, t’y risquerais pas ta vie. Puis t’as l’espoir d’arrêter d’avoir la nausée chaque fois que tu te croises dans une glace. T’espères qu’ici, ton estime va remonter, que tu vas arrêter de te considérer comme un moins que rien incapable. T’ajoutes, après quelques secondes.


« Et ton pote… bah ils ont pas géré. J’aimerais te dire qu’on peut toujours aider tout l’monde. Mais entre vouloir et pouvoir, y a un grand pas. Arf c’est nul c’que j’te dis, tu l’sais déjà très bien. »


Tu soupires légèrement, cherches tes mots.

« C’est juste qu’on est tous humains. Ils ont déconné sur c’coup là, mais est-ce que ça signifie que c’est toujours comme ça ? Est-ce que ça veut dire que c’est tout l’institut qu’il faut blâmer ? Tous les masters ? Nan ça j’arrive pas à y croire… J’veux bien accepter que quelques-uns d’entre eux craignent, mais toute l’équipe, pour m’en convaincre, faudra du lourd… »


Ton sourire est un peu triste, comme si tu redoutais la réaction du garçon. T’as conscience que ça va probablement pas lui plaire, alors comme pour contrer l’attaque, ta clope coincée entre ton index et ton majeur dans la main droite, tu lèves les deux en l’air

« Mais encore une fois, gueule pas hein. J’te traite pas de mytho, j’te dis juste ma manière d’voir les choses. Puis j’connais pas tout encore, j’peux très bien m’planter. Autant ils sont tous pourris jusqu’au plus profond de leur être, mais c’est pas dans ma nature de croire ça, désolé ! »


T’as tellement essayé de faire changer les choses quand t’étais gardien, et t’étais tellement dépassé que tu veux pas tout de suite blâmer tous les masters. Tu te dis qu’ils sont peut-être comme toi. Qu’ils tentent vainement d’aider, mais que des fois, on peut juste pas.



#   Jeu 27 Oct 2016 - 21:19

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1505
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Les deux hommes ne semblent pas se comprendre. Ça ne dure qu’un temps, mais ils se sont rapidement pris le chignon. C’est qu’ils ont le sang chaud. Malgré son apparence calme et souriant, Asbjorn n’est pas du genre à se laisser faire. Du moins, son comportement est normal. Il se défend tout simplement, tandis qu’Ys, et de mauvaise foie évidemment, perçoit les choses de travers. Toujours se méfiant, il préfère attaquer que d’être attaquer. Malheureusement, tant d’efforts pour pas grand-chose. Ceci dit, malgré qu’Asbjorn défend son point de vue, Ys n’en démordrait pas.

Cependant, il n’avait pas tord sur un fait : tout le monde n’était pas mauvais. Parmi les Masters, il y en a avait des bons. Fixant le jeune homme d’un air incrédule, Ys prit un instant avant de laisser échapper un soupir. Il est de mauvaise foie, il ne reconnaîtra pas les dires du blondinet. L’observant avec sa cigarette en main, Ys se sent obligé d’en sortir une autre. Fâcheuse manie. Aussitôt en main, aussitôt allumée. Crachant quelques bouffées, Ys fourre ses mains dans ses poches et d’une voix quelque peu râleuse, tente de se justifier :


« Ça va… Je vais pas te bouffer non plus. Baisses tes mains… »

Déviant son regard, on aurait dit un enfant qui boudait dans son coin. Du moins, les deux hommes étaient sincères l’un envers l’autre. Ils avaient donné leur avis et chacun acceptant sa façon de penser, enfin, presque. Pour l’heure, Ys pouvait comprendre ce que disait le garçon. Et assez téméraire, il trouva bon de rajouter d’un air fier et malicieux :

« On verra ce que tu penseras d’ici quelques mois. »

C’est plus fort que lui. Cependant il ne cherche pas à faire subir à Asb un lavage de cerveau. Loin de là, il s’agit juste d’avoir le dernier mot. Totalement immature pour sûr ! Mais c’est du Ys. Le calme revenu, Ys reprit une autre direction, histoire de reprendre la marche et de ne pas rester planter devant ce paysage. Leurs ombres glissent sur la verdure du champ, balayée par les brises fraîches de autonome.

« Dis moi, tu m’as parlé d’être retenu en prison… Tu parlais d’une vraie prison ? Non parce que… »

Le ton sérieux disparaît, et Ys fixe le garçon d’un air faussement blasé.

« T’as pas la tête d’un sériel killer là. »

Imaginer Asbjorr découpe des personnes en petits morceaux est difficilement possible. Non, lui, il est plutôt du genre à kidnapper des peluches pour les câliner toute la journée. C’est vrai ! Malgré sa peau sur les os, son visage pâle et ses grands yeux fatigués, si on le regarde en clignant d’un oeil, au couché du soleil histoire qu’il y est moins de lumière, il ressemble plus à un ange.



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   Sam 12 Nov 2016 - 12:16

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

Le Tonnerre est boudeur, et tu le regardes avec un sourire en coin avant d’enfoncer ton index dans sa joue.

« Allez va, fais pas la tête ! »

Tu ris et retires vite ton doigt avant qu’il ne te morde – oui, oui, il en serait capable, tu en es certain. Néanmoins, le rouquin retrouve vite sa tête de gamin insolent pour te titiller une dernière fois. Cette fois-ci tu lèves les yeux au ciel en tirant une taffe sur ta cigarette avant de lui répondre.

« Tête de mule. »

Ton regard en coin vient le chercher, à ton tour taquin. Finalement, vous reprenez votre marche et tu en profites pour une nouvelle fois observer les alentours, gâter ton œil des jolis paysages mais Ys te ramène sur Terre en parlant de la prison. Tu sens ton sang se glacer sur le coup lorsqu’il insinue que tu étais prisonnier. Rien que l’idée t’angoisse tant tu as vu la réalité de la taule, et tant tu as cru que tu y finirais le jour où l’on t’a attrapé drogué. Néanmoins, tu ne le montres pas, caches cette angoisse fugace derrière ton éternel sourire.

« J’devais te parler de la prison de la drogue que je m’étais créée comme un imbécile. J’suis pas un serial killer, t’en fais pas. »

Tu ajoutes, après un regard amusé glissé sur ton compagnon de marche.

« Enfin… Pour le moment. »


Ton regard se perd un moment sur le champ qui s’étend devant toi alors que tu repenses à ta période en tant que gardien. Finalement, tu reprends au bout de quelques minutes silencieuses.

« J'ai été en prison, mais de l’autre côté. Du côté des gardiens. Je m’occupais d’une prison fédérale, celles sans barreaux de partout parce qu’il n’y a que des peines longues. »

Ta voix est un peu plus plate. Il n’y a qu’une chose dont tu n’arrives que rarement à parler avec enthousiasme : ton métier. Cependant, rapidement, les coins de tes lèvres remontent et tu achèves.

« C’est pour ça que j’peux t’assurer qu’ici, c’est loin d’être comme la prison. Sinon, j’l’aurais vu au premier coup d’œil. Je veux pas me la jouer « Je sais ce que c’est, j’l’ai vécu » mais c’est le cas. Ici, en comparaison, c’est un petit paradis. »

Tu laisses échapper un petit rire avant de tirer la dernière latte de ta cigarette qui vient s’écraser sous ton pied. Tu retiens un tremblement alors que le rappel de cette période te donne plus que jamais l'envie de t'enfoncer une aiguille dans le bras. « Une clope, par pitié...» Chose pensée, chose faite, en voici une énième coincée entre tes lèvres.



#   Lun 21 Nov 2016 - 22:45

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1505
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Tirant une tronche pas possible, Ys fixe le garçon indécis. C'est que ce type a le don de le taper sur les nerfs. Il s'amuse même à l'embêter là avec son doigt. Il faut qu'Ys avait vieilli rapidement depuis son arrivée à Terrae. Sinon il y aurait longtemps qu'il aurait profité de cette situation pour se battre. Encore une fois, c'est de la faute à Terrae. Laissant faire joue joue, Ys observa d'un mauvais œil le blondinet qui lui souriait innocemment. Finalement, ce fut la reprise en marche qui soulagea le garçon et l'aida surtout à ne plus s'énerver pour si peu.

La conversation prit soudainement une toute autre direction. Le calme revenu, le vent battant leurs mèches, Ys détourna son regard vers son voisin. Lui gardien de prison? Quelle ironie! En y réfléchissant bien, il ne fallait pas avoir un bac pour comprendre que sa période yankee était arrivée après sa période en prison. Mais l'imaginer en uniforme en train d'éviter les guerres de prison était assez difficile.

Enfin, Asb se permit de dire que Terrae était loin d'être une prison. Peut être Ys était encore trop jeune, moins impliqué pour donner son mot là dessus, mais il se contenta de laisser échapper un sifflement entre ses dents. De toute façon, ils avaient des idées trop contradictoires pour y trouver une entente. Alors s'il venait à débattre de nouveau, ils auraient pas finis avant la tombée de la nuit. Ce pourquoi, un levé de yeux au ciel était largement suffisant.

Mais imaginer Asb en prison l'occuper bien plus que Terrae. C'est si inimaginable... Un léger rire vint pourtant briser ce silence.


"Pour peu on aurait pu se rencontrer là bas mais à la seule différence: j'aurai été derrière les barreaux!"

D'un sourire malicieux, Ys croisa des bras derrière sa tête, laissant leurs pas les guider vers d'autres chemins. C'est assez étrange, mais malgré leur petit conflit, ils surent trouver un chemin à partager et naturellement, ils partagèrent un peu de leurs vies.

"Dis moi, c'est la prison qui t'as poussé à te droguer...?"

C'est assez indiscret en soit, mais Asb ne semble pas être quelqu'un qui se terre derrière de vagues réponses. C'était comme s'il voulait donner tout le mauvais côté de sa personne pour être l’exemple à ne pas suivre. Devant la démonstration vivante du "ne fais pas ci, ne fais pas ça", le regard rouge du Tonnerre s'arrête sur la cigarette qu'Asb venait d'allumer.

"Tu fumes trop aussi. T'oublies de savourer mec..."

Et dire que Mitsu et Joyce se plaignent de lui et de sa consommation en nicotine...



Merci à Aaron chéwie! 


Spoiler:
 
#   
Contenu sponsorisé

 

Plus près de l'humanité que tu ne le penses (PV Asb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Espace vert.
Aller à la page : 1, 2  Suivant