Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ]
##   Ven 23 Déc 2016 - 11:38

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 721
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Il fait doux en ce début d'après-midi. L'air est sec, le soleil bas de l'hiver passe facilement entre les branches nues des arbres. Dans la forêt, il y en a encore quelques uns avec des feuilles. Non loin de l'entrée de la forêt dans les premiers arbres apparents, elle est perchée sur une branche relativement basse, les jambes pendantes, le dos contre le tronc. Alice regarde le sol depuis sa nouvelle cachette, son nouveau perchoir. Elle a finit par le trouver, et régulièrement se pose ici, seule, une fois qu'elle a étudié ce qu'on lui demandait. Son sac posé contre le tronc, elle tourne le dos à l'extérieur, et surplombe un espace vide, sans herbe, seulement recouvert de terre. Depuis quelques temps, Alice s'essaie à ses pouvoirs, elle tente de les découvrir.

Son jeu préféré consiste à modifier les détails de la poussière de la terre, à créer des motifs, des dessins. En commençant simplement par les faire bouger de façon aléatoire, Alice a finalement réussi à manipuler de façon claire la poussière. Petit à petit, elle s’est mise à dessiner. D’abord petits et pas nets, et puis, lentement, ses dessins sont devenus clairs, et bien plus grands.

Depuis quelques jours, Alice dirige tout cela depuis sa branche, et tente de faire des motifs qui s’animent. La fatigue arrive assez rapidement, ses entraînements ne sont ainsi jamais très longs, et souvent précédés d’un bon gouter, pour faire face facilement face à cette fatigue physique plus que mentale. Alice se sent bien, et apprécie son élément. Au final, elle a toujours été très proche de la Terre, que ce soit l’élément en lui-même, ou tout ce à quoi il fait attrait, comme les arbres et la végétation. Depuis toute petite déjà, elle grimpait dans les arbres, et la sensation d’être en contact avec elle ne fait que réjouir la jeune initiée qui apprend vite, et seule. La Terre fait confiance à son élément beaucoup qu’au pouvoir que lui a offert le Soleil. Elle ne parviendra pas encore à se réclamer télépathe, peut être un jour parviendra-t-elle à éviter ces pertes de contrôles.

Aujourd’hui c’est le grand jour, Alice veut raconter une belle histoire avec ses dessins. Elle se concentre, réfléchi à chaque détails qu’elle y glissera, fais son calme autour d’elle et dans sa tête pour réussir du premier coup, n’étant pas certaine de pouvoir tenir une deuxième fois sans que cela soit idiot. Ses yeux fermés ne bougent pas. Elle visualise sa fresque géante et mouvante, espérant la rendre belle, même si cachée au milieu des arbres, elle seule pourra la voir.

Et puis, dans le silence de la forêt, elle entend un petit bruit. Des pas. Quelqu’un vient. Alice a confiance, elle espère que la personne ne viendra pas la déranger de façon grossière en parlant trop fort. Non, elle ne se tend pas, elle se persuade que la personne ne lui veut que des bonnes choses. Cependant elle ne cherche pas à savoir si elle la connaît ou pas, elle ne cherche pas à savoir qui c’est, elle termine son scénario entier, le répète encore une fois, en silence, les yeux fermés, et son sourire énigmatique placardé à ses lèvres.


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Jeu 29 Déc 2016 - 16:55

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Il avait besoin d'une pause, il avait besoin de bouger, de prendre l'air, se ressourcer. C'était assez rare, car il était plutôt endurant en général. Pourtant, ce jour-ci, il ne tenait plus. Nathanaël se leva, quittant son bureau sans rien ranger, et enfila sa veste avant de sortir de sa chambre, emportant son écharpe au passage. Une fois à l'extérieur du bâtiment, il marqua une courte pause, appréciant la fraîcheur de l'air contrastant avec la chaleur du chauffage intérieur. Il n'hésita pas un instant sur la direction à prendre. Il irait en forêt. Même si le monde végétal vivait dans une douce léthargie pendant l'hiver, il aimait aussi entrer en contact avec les arbres pendant cette saison. Il fit un détour par le parc pour contrôler que tout était en ordre. Il y passait beaucoup moins de temps qu'au printemps, par exemple, mais il ne le négligeait pas pour autant.  

Le Titan salua quelques étudiants au passage. Des gens qu'il connaissait de loin, des camarades Terre pour certains. Il eut une pensée pour Ipiu. Peut-être ferait-il un détour par la bibliothèque en revenant, juste pour lui dire un petit bonjour. Même si les deux amis se voyaient régulièrement, cela ne lui suffisait pas, ou plutôt, cela ne lui suffisait plus, il le sentait bien, ces petits moments furtifs volés, ces petites pauses que son amie le forçait parfois à prendre et il lui en était reconnaissant, mais qu'y pouvait-il ? Il y était aussi pour quelque chose, il devait bien l'admettre. Des deux, le jeune homme était probablement le plus occupé, mais au-delà de cela, il y avait, évidemment, ce qu'il ressentait pour elle. Il aurait été tellement plus simple qu'il ne la considère que comme une amie, qu'il ne ressente rien de plus.

Nathanaël chassa ses idées noires. Ce n'était pas un bon jour, voilà tout. Il était à chaque fois heureux de revoir la Tonnerre, de partager un moment avec elle et il devrait s'en contenter. Cela ne poserait pas de problème. Demain, cela irait mieux, oui, demain. Il prit une grande bouffée d'air en arrivant à la lisière de la forêt. Il fallait qu'il se change les idées, qu'il quitte son humeur maussade. Sans doute s'était-il levé du mauvais pied ce matin-là. Il se força à sourire pendant quelques secondes. Soudain, il aperçut un sac contre un tronc, puis une jeune femme assise sur une branche basse. Il s'en approcha doucement, ne souhaitant pas lui faire peur et la déranger. Alice ne semblait pas l'avoir remarqué ou peut-être ne souhaitait-elle simplement pas se retourner ? Le Titan hésita un instant. Ils ne s'étaient pas revus depuis la soirée dans la salle de musique et il aurait plaisir à discuter un moment avec elle, mais il savait aussi à quel point il était détestable de se faire déranger par quelqu'un lorsqu'on voulait rester seul.

Bonjour Alice, tu vas bien ?

Il marqua une brève pause.

Si tu souhaites rester seule, dis-le-moi. Je continue ma route.

Nathanaël affichait ce sourire doux qui le caractérisait. Il espérait que la musicienne oserait lui dire ce qu'elle voulait réellement. Il ne souhaitait nullement s'imposer.


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Jeu 29 Déc 2016 - 20:42

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 721
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice entendit la personne hésiter un peu, puis une voix familière s'éleva dans l'air frais, et son prénom raisonna. Alice ouvrit soudain les yeux, et son visage s'éclaira soudain, son regard enfantin et heureux se pose sur le Terre. Sa joie est palpable, elle n'avait pas spécialement envie de compagnie... Mais d'une bonne compagnie, elle ne refusait jamais la présence. Toujours aussi sincère, la Terre redressa un peu son dos dans l'élan de joie infantile qui la traverse.

« Nathanaël ! Ca me fait plaisir que tu sois là ! »

Il marque une pause, et son sourire doux accompagne une jolie intention à laquelle Alice répond elle aussi par un sourire accueillant. Alice est sincère, elle n'aurait aucunement hésiter à lui demander un instant de calme si elle en avait eu envie. Mais aujourd'hui, elle est d'humeur partageuse, joueuse, alors oui, le Terre est le bienvenu dans son espace de jeu.

« Non non, reste si tu en as envie ! J'allais m’entraîner un peu, mais tu ne me déranges absolument pas ! »

La Alice enfant balance ses jambes dans le vide, toute contente d'être de nouveau en compagnie du pianiste talentueux. De là où elle est haut, elle le voit d'en haut, totalement différemment de leur première rencontre. Cela l'amuse, parce qu'elle n'aurait pas imaginer pouvoir être plus grande que lui un jour. Et pourtant, du haut de sa branche, la petite Terre par sa taille domine le sol nu en face d'elle, et le jeune homme. Elle se tourne vers la clairière, et se prépare. Reliée au sol par sa proximité et son contact avec l'arbre, encore plein de sève, lui qui vit l'hiver, elle cherche à ressentir la terre, à savoir où chacun de ses brins de poussières se trouvent.

« Regarde, ça fait plusieurs semaines que je m'entraine ! »

Elle écarte les bras et son sourire devient plus sage, concentré. Elle se concentre, et puis d'un coup, elle fait bouger la poussière, dégage des espaces de terre plus foncés, cale la poussière plus claire dans des endroits autres, et doucement, des silhouettes se dessinent : un soleil, des oiseaux qui volent, des arbres majestueux. Cela prend un peu de temps, et puis, Alice éclate de rire, le rire heureux d'un enfant, celui aussi de la joie d'une adolescente, et de la satisfaction d'un adulte : c'est cela qui nourrit son pouvoir, son rire. Les oiseaux volent et bougent, tout son dessin prend vie alors que ses bras se balancent. Elle rit alors que l'histoire se déroule devant ses yeux. Les oiseaux viennent se poser dans les arbres après avoir fait plusieurs tours autour. Et puis doucement, en même temps, le temps passe et le Soleil laisse place à une Lune resplendissante... Non Alice, pas maintenant, laisse-toi emporter par ta joie de l'instant, ne pense pas à cette Lune qui t'es si chère, et qui se brûle en venant vers toi, cette Lune qui, faite de Feu, te fait te sentir étrange dès qu'elle s'approche de toi. Pas maintenant. Elle se concentre pour que tout son dessin donne une impression de flotter au dessus de la Terre, et puis, repose ses bras, et le dessin s'éteint, dans un soupir doux.

Elle n'aura pas perdu son sourire pourtant, et une fois son petit tour terminé, et la soif arrivée dans son corps, elle se tourne vers Nathanaël, et hausse un peu les épaules, curieuses de sa réaction. Elle-même est toute joie d'avoir réussi. Maintenant, elle pourra raconter ses histoires en les dessinant instantanément en même temps. Est-ce que Nathanaël le fait aussi ? Lui aussi, il a forcément des talents cachés ! Son regard pose de lui-même sa question silencieuse : cela lui a-t-il plu ? Veut-il lui aussi lui montrer ce qu'il sait faire ?


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Dim 1 Jan 2017 - 16:11

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Alice finit par poser son regard sur lui. Nathanaël fut heureux d'y lire la joie et de l'entendre dans le son de sa voix. Son sourire s'élargit tandis qu'il s'approchait d'elle. Leur dernière rencontre datait d'il y a quatre mois environ, mais son souvenir restait très présent dans l'esprit du Titan. Cette soirée partagée dans la salle de musique à jouer du piano et à l'entendre chanter raisonnait dans son esprit comme un moment de grâce. Il était persuadé que de toutes les personnes qu'il connaissait, la musicienne était celle qu'il lui fallait rencontrer ce jour-là. Il savait que sa douceur et son émerveillement d'enfant parfois, parviendraient à le sortir de son humeur maussade et à oublier ses doutes. Peut-être attendait-il trop de cette nouvelle rencontre, peut-être serait-il déçu, peut-être que ce souvenir avait été embelli avec le temps. Le Terre n'en savait rien, alors il chassa ce genre de pensées de son esprit. Non, il ne devait rien attendre. Il était simplement heureux de revoir une personne avec qui il s'était entendu à merveille et avec qui il avait partagé un bon moment.

Il ne put empêcher sa curiosité lorsqu'Alice lui parla de son entraînement. Il ne savait pas quelle était l'affinité de son interlocutrice et se réjouissait de pouvoir la voir s'exercer, découvrant par la même occasion les pouvoirs qu'elle avait reçus. Nathanaël vint lui aussi se placer sur une branche de l'arbre, mais plus bas que la jeune femme. Pour une fois que c'était à lui de lever la tête ! Il lui laissait ce plaisir, mais ce n'était pas par moquerie, loin de là. De sa nouvelle position, il pensait avoir une meilleure vue de ce qu'elle voulait lui montrer. Il ne chercha pas spécialement à deviner son affinité, se laissant surprendre. Le jardinier observait Alice balancer ses jambes, un peu comme une enfant. Il y avait quelques choses d'attendrissant dans cette scène. Elle lui demanda de regarder, alors il l'observa écarter les bras, puis suivit son regard et attendit. Le Titan perçut soudain un mouvement près du sol. Il regarda avec plus d'attention et comprit que la poussière bougeait, dessinant des formes sur la surface de terre nue, sous l'arbre qu'ils utilisaient comme perchoir. Il ne put retenir un petit « oh », surpris. Utilisait-elle ses capacités d'Air ou pouvait-on faire cela avec les pouvoirs des Terres ? La précision du mouvement des particules et leur rapidité semblait indiquer que la deuxième proposition était la plus plausible. Il n'avait jamais envisagé cette application et se promit d'essayer. Il était agréable de voir que simplement en se côtoyant, on pouvait apprendre beaucoup des gens.

Le jardinier de Terrae se concentra d'abord sur les fresques jouées par la jeune femme. C'était beau, c'était vraiment magnifique. Il laissa ses yeux parcourir les formes et les figures, devenant paysages et animaux. Puis il reporta son attention sur Alice lorsque cette dernière éclata de rire. Ce qu'il vit à ce moment-là était aussi très beau. Cet émerveillement d'enfant, ce rire de pur bonheur, cette candeur mêlée à la profondeur d'une certaine maturité, tout ceci toucha Nathanaël bien plus intensément que ce qu'il pensait alors. Il ne s'en rendit pas vraiment compte, mais en l'observant ainsi, heureuse, il éprouvait une profonde tendresse pour cette jeune femme qu'il ne connaissait, finalement, pas beaucoup. Dans son cœur se créait les prémices d'un amour naissant, celui d'un frère pour une sœur, une sœur qu'il n'avait jamais eue, mais que la vie plaçait sur son chemin, un bout de femme à peine plus jeune que lui, mais qui, sans qu'il ne le réalise encore et qu'il ne le veuille réellement, allait peut-être agrandir un peu la famille qu'il se recréait petit à petit à Terrae et qui ne comptait, pour le moment, qu'Ipiu. Il ne cherchait pas spécialement à créer de liens profonds, mais sa raison ne gagnait pas toujours la bataille contre le cœur. Rien n'était encore fait, évidemment, et la vie avait ses surprises et ses obstacles, alors tout ceci n'était encore que possibilités.

Le Titan reporta son attention sur le dessin d'Alice, suivant le film qui se déroulait devant ses yeux. Il vit les oiseaux voler, le soleil se coucher et la lune se lever. Il essayait de capter chaque détail tant l'esquisse était précise et assurée. La jeune femme était douée, la jeune femme était une artiste, c'était indéniable. Tout se figea bientôt, le spectacle était terminé. Nathanaël tourna alors son regard vers son interlocutrice. Il la vit hausser les épaules, comme pour lui annoncer que c'était fini. Il savait qu'elle était fatiguée et s'inquiéta de son état, sondant son visage pour y déceler le moindre signe de malaise, mais elle semblait aller bien. Elle souriait toujours, semblant attendre la réaction du jardinier.

Alice... c'était magnifique. Merci.

Lui aussi sourit. À cet instant, il se dit, sans vraiment comprendre d'où lui venait ce sentiment, qu'il aimerait toujours voir Alice ainsi. Elle semblait si heureuse, comme lors de leur rencontre dans la salle de musique. Il aurait aimé avoir le pouvoir de la protéger contre les intempéries de la vie pour que jamais ce sourire ne quitte ce visage si doux. Il abandonna lestement sa branche d'arbre pour rejoindre le sol et s'accroupit près de la fresque. Il posa une main contre la terre, mais ne fit rien, comme en recueillement devant cette histoire à présent immobile. Il ne voulait pas gâcher le dessin. C'était tellement beau, tellement bien fait. Non, il ne voulait pas l’abîmer. Le temps s'en chargerait. Le jeune homme n’altérerait pas le cours des choses. Il essaierait à un autre moment, à un autre endroit, sans rien détruire. Au lieu de cela, il se concentra pour sélectionner dans la terre à l'écart de l'esquisse une certaine quantité d'argile nécessaire à son projet, puis il trouva un peu plus loin un petit ruisseau où il put mouiller la matière. Il finit par revenir sur ses pas et remonta habilement dans l'arbre. Il s'arrêta debout sur une branche, de manière à pouvoir se tenir appuyer contre la branche sur laquelle se trouvait Alice. Le jardinier se trouvait à présent tout près d'elle. Il n'avait qu'à tendre un peu le bras pour pouvoir l'atteindre.

Ce n'est rien en comparaison du spectacle que tu viens de m'offrir, mais j'espère que cela te plaira. Enfin, je vais essayer...

Comme il l'avait fait de nombreuses fois déjà, il sculpta avec son pouvoir de Terre la matière qui se trouvait dans sa main libre. Il présenta sa paume ouverte vers le haut à l'artiste pour lui montrer la sculpture prendre forme. Ce qu'il avait décidé de modeler cette fois était plutôt ambitieux et il n'avait encore jamais essayé le tour qu'il s'apprêtait à faire. Tout d'abord, la terre mouillée, composée principalement d'argile, prit la forme d'un magnifique cheval. Ce dernier était d'environ cinq centimètres de long. Une fois cette première phase exécutée à la perfection, il posa le dos de sa main contre la branche, à côté d'Alice, et utilisa sa deuxième main en venant délicatement poser un doigt sur le dos du cheval. Nathanaël aurait préféré avoir un contact direct avec la terre et ne pas aller chercher l'énergie dont il avait besoin en utilisant l'arbre comme intermédiaire, mais il ne voulait pas demander à la jeune femme de se déplacer. Il se concentra alors, mêlant son énergie et celle de la nature l'environnant. La patte avant droit du cheval se souleva alors lentement et par saccade. L'exercice était trop difficile et le jardinier vit rapidement le monde se mettre à tourner autour de lui. Il stoppa tout net et se tint un peu brusquement à la branche de sa main droite. Heureusement, la sculpture ne fut pas abîmée pendant l'opération. Il laissa un temps, reprenant ses esprits. S'il avait été vraiment raisonnable, il se serait assis, mais il opta pour l'optimisme et attendit, espérant ne pas s'évanouir.

Désolé... mais je pense que vouloir animer une sculpture en terre n'est pas dans les capacités d'un Initié. Tu devras te contenter de la figurine.

Le Titan offrit un sourire fatigué à Alice, tout de même un peu déçu de ne pas avoir pu réaliser son projet. Il était encore trop tôt, manifestement. Pour une fois, il avait surestimé son endurance et ses capacités. Il n'aurait jamais dû tenter ce genre d'expérience debout sur une branche à quelques mètres du sol. Il était bien forcé d'avouer que ce genre de comportement était plutôt stupide. Heureusement pour lui, le malaise passa rapidement et il se sentit à nouveau sûr sur ses jambes. Cela lui apprendrait à ne pas essayer de nouvelles idées dans des endroits dangereux.


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Lun 2 Jan 2017 - 22:44

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 721
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice regarde attentivement le Terre, assis lui aussi sur sa branche. Elle voit son regard posé sur sa fresque, son expression un peu surprise, un peu émerveillée. Le petit « oh » qu’il avait laché juste avant avait indiqué à Alice que cela l’avait quelque peu surpris et intéressé. Elle en était terriblement heureuse, son travail pouvait plaire aux autres ! Et puis il lui donna son avis, autant avec sa phrase que son sourire. Cela arracha un rire bref et heureux à Alice, alors que ses épaules se levaient encore plus, comme lorsque l’on est très heureux. Elle l’observa descendre, restant sur son perchoir. Il regardait sa fresque, il avait l’air réellement fasciné, et elle en était réellement heureuse. Ses jambes se remettent à balancer comme celles d’un enfant.

Doucement, la fatigue avait fait sa place dans son corps. Elle ne pourrait pas recommencer tout de suite, mais elle sentait qu’elle n’avait pas atteint sa limite. Elle avait prit l’habitude de sentir la limite de son pouvoir. Elle n’était pas capable de bien des choses sans s’abîmer. Elle travaillait alors, patiemment, pour parvenir à créer de jolies fresques, précises, mais fragiles. Elle mesurait également ses limites à sa soif. Lorsqu’elle dépassait un stade, elle sentait sa soif arriver, et une fois présente, elle s’arrêtait, sachant qu’elle ne devait pas dépasser ce stade-là. Elle appuya alors son dos contre le tronc, restant en contact avec lui. Alice adore le contact des arbres, dans tous leurs états, depuis toujours. Elle avait toujours eu une fascination pour ces êtres forts et fragiles, silencieux mais pourtant si présents dans le quotidien. Son pouvoir Terre éveillé, elle avait compris très vite qu’elle pouvait les sentir encore plus fort, et ce lien, elle le chérissait. Nathanaël étant Terre lui aussi, elle devinait à sa façon de placer ses mains qu’il avait lui aussi une affinité avec les plantes.

Elle regarda le Terre s’éloigner, et redressa la tête, curieuse de ce qu’il préparait. Il allait sûrement lui apprendre une nouvelle facette de leurs pouvoirs, cela lui plairait beaucoup ! Elle attendit patiemment qu’il revienne. Lorsqu’il grimpa dans l’arbre, Alice remarque son agilité, sa facilité à se mouvoir dans les arbres. Est-ce que lui aussi avait passé du temps, enfants, à monter aux arbres ? Il monta jusqu’à sa hauteur, et Alice lui souriait, elle l’attendait. Elle regarda ce qu’il avait dans les mains : de la terre meuble. Elle sourit. Pourquoi cela ne serait-ce pas aussi beau ? L’important c’est d’offrir. Si Nathanaël décide de lui donner ce qu’il a à lui montrer, alors cela revient au même. Alice est persuadé que le jeune homme lui montrera quelque chose de beau à son tour.

Il ouvrit sa paume alors, et petit à petit, la terre se forma, lentement, avec souplesse, et créa un cheval, qui se précisait au fur et à mesure. Plus la sculpture avance, plus le visage d’Alice semble émerveillé, enchanté même. Son sourire devient un « o » formé par sa bouche, et ses yeux brillent de curiosité et d’admiration. Les traits du cheval deviennent de plus en plus fin, de plus en plus précis. Alice rit, et puis s’arrête net en voyant la patte du cheval bouger. Elle lâche un « oh » sonore à son tour, et se redresse, réellement surprise. Et puis Nathanaël a l’air d’aller tout mal d’un coup, et elle s’arrête net dans son élan. Il se fatigue, il va passer le mauvais stade, il ne doit pas aller aussi loin. Cependant, le Terre s’arrête de lui même, et Alice ne sachant que lui répondre, lui sourit simplement. Ce n'était pas un souci, et Alice n'avait pas l'air du tout de le prendre de haut dans cet instant de faiblesse. Non, il avait déjà fait quelque chose d’extraordinaire. Doucement, elle passa une jambe par dessus sa branche, et posa une main sur l’épaule du jeune homme, chaleureuse.

« Je pense que tu sais te gérer, mais assieds-toi un peu, je pense que ça ne te feras que du bien. »

Elle accompagna le mouvement du garçon, et posa ses pieds sur la même branche que lui. Son équilibre prouvait son habitude. Alice grimpait presque tous les jours dans son arbre. Elle sourit au Terre, s’assit, et pour le faire rire un peu, fit un geste de la main. Immédiatement après, elle bascula sur le coté, tête en bas, ses jambes accrochées à la branche. De sa position, elle tendit les bras vers son sac, qu’elle eu un peu de mal à attraper. Elle finit par réussir, après quelques petits bruitages de galère, et se redressa. Elle tendit sa bouteille d’eau au Terre, tout naturellement. Il en avait plus besoin qu’elle à ce moment, et elle se servirait après. Elle observe attentivement Nathanaël, avec douceur, avec la bienveillance qui la caractérise.

« Ca va aller ? »


Hrp:
 


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Mar 3 Jan 2017 - 21:13

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Nathanaël avait souri en voyant l'air émerveillé et admirateur de la jeune femme pendant qu'il sculptait le cheval dans l'argile mouillée. Pour lui, cette étape n'avait plus rien de très impressionnant, mais il était heureux de voir que le spectacle plaisait à son interlocutrice. Elle avait même fini par rire, mais le Terre, à présent dans la phase nouvelle et complexe de son projet, n'avait pas réagi, trop concentré pour faire quoi que ce soit d'autres. Il avait essayé d'animer la figurine, mais l'exercice était trop difficile pour lui. Cela demandait beaucoup trop d'énergie, alors il avait laissé tomber, s'excusant de cet échec et reprenant ses esprits après le coup de fatigue qu'il avait soudain ressenti.

Le jardinier de Terrae espérait qu'Alice ne serait pas trop déçue. Son sourire le rassura. Elle semblait déjà ravi de l'avoir vu modeler la terre. Elle changea soudain de position, passant une jambe par-dessus la branche sur laquelle elle était assise et vint poser une main sur son épaule. Nathanaël la regarda un instant, sans comprendre son geste, mais les mots expliquèrent bientôt tout. Il se contenta de hocher la tête. En soi, il ne se sentait plus mal. Il aurait pu le lui rétorquer, mais préféra s'exécuter, ne voulant pas argumenter. Et puis, c'était gentil de sa part de s'inquiéter pour lui, même si ce n'était pas nécessaire.

La Titan regarda sa camarade sa mouvoir avec aisance sur la branche. Elle semblait avoir l'habitude, mais il se fit tout de même un peu de soucis pour elle. Elle venait, elle aussi, d'utiliser ses pouvoirs et devait également ressentir de la fatigue. Une inattention était si vite arrivée ! Elle s'assit cependant sans qu'aucun malheur n'arrive. Il lui sourit lorsqu'elle lui fit un petit signe de la main, mais son visage se transforma bien vite en grimace d'effroi lorsqu'il vit Alice basculer dans le vide. Le Terre tendit sa main, mais trop tard. Cependant, lorsqu'il comprit qu'elle ne craignait rien, s'étant retenue avec ses jambes, Nathanaël se sentit soudain très bête. Sa main retomba mollement sur son genou plié et son expression redevint neutre. Heureusement pour lui, la jeune femme n'avait rien vu. Tandis qu'elle fouillait dans son sac, le jardinier se demanda pourquoi il avait eu cette réaction. Évidemment, voir l'une de ses collègues tomber ne pouvait pas le laisser indifférent, non, c'était plutôt la violence des émotions ressenties qui le laissaient perplexe. Il n'avait pas eu peur, il avait paniqué. Il ne comprenait pas. Si cela avait été Ipiu, il aurait trouvé sa réaction normale, mais ce n'était qu'Alice. Le Titan s'entendait bien avec elle et il l'appréciait, mais ils ne se connaissaient pas vraiment. Ce n'était que la deuxième fois qu'ils se rencontraient. Non, décidément, cela dépassait son entendement. Lui qui était d'habitude si calme et posé, il avait l'impression de céder de plus en plus à ses émotions, laissant sa raison de côté. Il fronça les sourcils un instant, sans même s'en rendre compte. Cela n'allait pas. Il fallait qu'il se reprenne en main.

Lorsque la jeune femme se redressa, toutes marques de troubles avaient disparu du visage de Nathanaël. Il ne restait plus que son doux sourire. Il observa la bouteille d'eau qu'elle lui tendit et afficha un air surpris. Il hésita, mais se résolut finalement à accepter la douce attention de sa camarade. Il but une gorgée d'eau avant de lui rendre sa bouteille. Il fallait qu'elle arrête de se faire du soucis pour lui.

Merci. Oui, je vais bien. Ne t'en fais pas pour moi. Tout va bien.

Il lui sourit à nouveau avec douceur, essayant de la rassurer. Il ne mentait pas. Le malaise était passé et, même s'il se sentait toujours fatigué, il ne risquait plus de s'évanouir.

Et toi, comment te sens-tu ? Tu devrais aussi te reposer, tu sais...

Il ne put s'empêcher de la regarder avec inquiétude, mais ne s'en rendit pas compte. Mais, finalement, c'était peut-être mieux ainsi. S'il avait compris quelle sorte de lien était en train de se créer entre elle et lui, il aurait sans doute tout rejeté en bloc. Il n'était pas encore prêt. Ipiu était l'exception qui confirmait la règle et, dans son esprit, il ne pouvait pas y avoir deux exceptions, pas encore, espérons-le .

Au fait, tiens, c'est pour toi.

Nathanaël tendit à la jeune femme le cheval qu'il avait sculpté dans l'argile et qu'il tenait toujours dans sa main. Ce n'était pas grand-chose, mais il espérait qu'elle apprécierait le cadeau.

Hrp:
 


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Jeu 5 Jan 2017 - 10:00

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 721
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Elle le regarde boire un peu d'eau, et puis semble être rassurée. Elle l'a bien regardé, vérifiant que tout allait bien, et puis sa phrase la rassure, et elle arrête de s'inquiéter, elle retrouve sa joie habituelle. Elle récupère sa bouteille, et l'ouvre pour boire. Elle avale une gorgée alors que Nathanaël la regarde de façon très inquiète. Ses yeux se plissent, sourire, alors qu'elle termine de boire, ce qui la remet sur pate, sans pour autant lui permettre de réutiliser ses pouvoirs avant d'avoir dormi un peu.

« Oui, ne t'en fais pas, tout va bien pour moi aussi. »

Elle lui renvoie un joli sourire, alors qu'une pensée vient frapper à la porte de son esprit : est-ce que tout, vraiment tout va bien ? Un voile passe rapidement sur son expression légère. Non Alice, reprends-toi, tu vas bien, et tu le sais, tu es seulement un peu préoccupée.
Et puis, le Terre tend vers elle le cheval majestueux, et elle lève les yeux vers lui à nouveau, surprise d'abord, et puis ravie. Elle a un nouveau rire bref, léger, et prend la figurine dans le creu de ses mains. Elle ne dit rien un moment, observe les courbes et les lignes qui creusent l'argile, de façon si précise que le petit cheval semble presque vivant. Si le Terre était Etoile, il aurait probablement créé une mini figurine mouvante, et c'aurait été extrêmement réaliste. Alice repose son regard sur Nathanaël, et, admirative, le remercie.

« Merci beaucoup. Il est vraiment magnifique. »

Et puis c'est un cadeau. Et Alice est toujours extrêmement reconnaissante lorsqu'on lui fait un cadeau. L'air réellement heureuse, elle tient contre elle la création du jeune garçon. Et puis elle se cale un peu mieux sur sa branche. L'engouement créatif était passé. Elle le regardait et pour la première fois depuis un moment, elle se posa des questions. Elle ne savait pas énormément de choses sur lui. Il n'avait parlé d'eux durant leur première rencontre. Alors pourquoi pas maintenant. La Terre penche la tête un peu sur le coté, et lui demande simplement, avec une curiosité enfantine.

« D'où viens-tu, Nathanaël ? »

Question simple, qui ne soulève pas non plus l'histoire lourde que chacun porte à Terrae. Elle n'a pas besoin de connaitre son histoire d'avant, seulement de savoir d'où il vient, ce qu'il aime, qui est-il maintenant. Alice pose rarement des questions aux gens, elle ne veut pas les blesser ou bien les déranger, alors encore plus ici où les questions deviennent vite sensibles, elle préfère les laisser parler d'eux-même. Mais aujourd'hui, elle a envie d'en connaître plus sur Nathanaël. Bien qu'elle se sente bien et acceptée par tout le monde, elle se sent proche du Terre, sans trop comprendre pourquoi. Mais elle ne se pose pas de question, Alice n'a pas besoin de tout savoir ou de tout comprendre. Pas en ce qui concerne les émotions.


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Ven 6 Jan 2017 - 20:02

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Nathanaël fut soulagé d'entendre sa camarade lui répondre qu'elle allait bien. Elle souriait et semblait effectivement en forme. Pourtant, il remarqua le trouble dont fut pris Alice un bref instant. Ce n'était pas de la fatigue, c'était autre chose. Le Titan n'aima pas voir le sourire de la jeune femme se faner, même si ce n'était que passager et qu'elle se reprit rapidement. Il aurait aimé toujours voir cette joie d'enfant sur ce visage si doux, cette insouciance, il aurait aimé la protéger contre les difficultés de la vie, mais il savait que ce n'était pas possible et ils n'étaient probablement pas encore assez proches pour qu'elle lui confie ses soucis. De toute manière, il ne lui poserait pas de questions. Cependant, il décida de ne pas rester inactif. Il essaya de lui changer les idées en lui tendant sa figurine. Il comptait de toute manière la lui donner, mais peut-être que le moment était particulièrement adéquat. Alice releva alors les yeux vers lui et il fut heureux de voir son air ravi. Elle rit et il se sentit mieux. Le Terre ne comprenait toujours pas pourquoi il semblait attacher autant d'importance à cette jeune femme, mais avait décidé de moins y penser pour le moment. Il voulait simplement profiter de l'instant présent.

Nathanaël se contenta de hocher la tête, en souriant, aux remerciements  de son interlocutrice et se détendit, profitant de ce répit pour s'appuyer de manière plus confortable contre le tronc de l'arbre, pendant que sa camarade se calait mieux sur la branche. Ils se regardèrent un moment sans rien dire. Il se demandait, avec curiosité, quelles pouvaient bien être les pensées de la jeune femme à cet instant. Oh, il ne désirait absolument pas être télépathe, loin de là, mais elle l’intriguait et, au final, il ne savait pas grand-chose d'elle, comme elle ne savait pas grand-chose de lui. Il sourit doucement lorsqu'elle pencha sa tête sur le côté. Plus il la regardait et plus il la trouvait attendrissante.

Elle devait manifestement avoir eu le même genre de réflexions que lui, puisqu'elle finit par lui demander d'où il venait. Il trouva étrange que la première question qu'elle lui posa sur lui fut exactement la même qu'Ipiu lui avait posée lors de leur rencontre dans les souterrains. Enfin, ce n'était pas encore Ipiu, ou plutôt ce n'était qu'une partie d'elle-même, avant son Étoilisation, avant qu'elle ne se souvienne de tout. Il avait déjà ressenti de l'attirance pour elle à ce moment-là, mais il n'était vraiment tombé amoureux que bien plus tard. Il sentit un léger malaise se profiler à cette pensée et chassa ces idées de son esprit. Il était avec Alice, alors il arrêterait de penser à Ipiu, pour une fois. Il offrit à nouveau un doux sourire à son interlocutrice avant de répondre.

Je suis Anglais. J'ai vécu toute ma vie à Londres avant de venir à Terrae.

Il marqua une courte pause avant de lui retourner la question.

Et toi, d'où viens-tu ?

Nathanaël était content de remarquer que de parler de son passé le troublait de moins en moins. Il y avait toujours cette petite nostalgie et la tristesse d'avoir perdu sa famille, évidemment, mais à présent qu'il avait fait son deuil, il parvenait à en parler sans trop de difficultés. Il y avait toujours des moments où y penser était plus difficile qu'en d'autres occasions, mais globalement, cela allait mieux. Il se rappela sa réaction dans les sous-sols, du choc. Il en était bien loin à présent. Il trouvait même parfois du réconfort à se remémorer de bons moments avec eux, comme, pendant un bref instant, lorsqu'Alice et lui avaient joué ensemble en salle de musique. Après tout, il n'était pas seul, à l'époque, il avait une famille, sa vraie famille. Mais, il ne pouvait pas penser ainsi, car s'il était seul, ou presque, à Terrae, c'était principalement de sa faute à lui. Consciemment ou pas, le Titan ne parvenait, ou ne voulait pas se lier aux gens. Il entretenait des relations amicales avec quasiment tout le monde, étant d'un contact facile, mais cela restait superficiel. Il ne s'ouvrait que très rarement à ses camarades. Les conversations tournaient généralement autour du quotidien. La journée avait-elle été bonne ? Avait-on aimé le menu à la cafétéria ? La météo nous convenait-elle ? Les questions sur le passé de chacun étaient rares et s'arrêtaient souvent au fameux « tu viens d'où ?». Oh, le jardinier ne pensait pas qu'il faille nécessairement connaître le passé de quelqu'un pour pouvoir connaître la personne, mais cela pouvait aider. Surtout si l'on croyait l'adage : « Dis-moi d'où tu viens, je te dirai qui tu es ». Non, il était tout à fait possible d'apprendre à connaître quelqu'un rien qu'en se basant sur le présent. Quels étaient ses goûts, ses qualités, ses défauts, ses hobbys, ses intérêts, ses peurs, sa manière d'appréhender le monde, ... ? Encore fallait-il poser, ou oser poser, les bonnes questions. Nathanaël ne faisait pas vraiment d'effort... et, il fallait l'avouer que les autres non plus, car il ne rechignait généralement pas à répondre aux interrogations de ses camarades, pour autant que le sujet abordé ne soit pas trop sensible.


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Dim 8 Jan 2017 - 0:56

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 721
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Nathanaël pense beaucoup, cela se voit à son expression. Très peu, il est très douée pour ne pas le montrer... Tout le monde à Terrae est plutôt pour cela d'ailleurs, mais certains regards, certains mouvements des lèvres ne mentent pas. Elle l'observe et écoute sa réponse, brève, avant de poser lui aussi une question. Ils se laisseraient donc sur une discussion découverte ? Oh bien sûr, Alice n'a pas besoin de tout connaitre de la vie des autres pour les connaitre et les apprécier. Mais elle aime savoir des choses sur les gens. C'est intéressant, les gens sont intéressants. Nathanaël l'était particulièrement, mais c'était aussi son caractère qui faisait qu'Alice l'appréciait beaucoup déjà.

« Moi je viens de France. J'y ai grandi avec mes parents, dans une grande cabane. Avant Terrae, je ne suis jamais allée à l'école, ma maman et mon papa m'ont tout appris. Mon papa est libraire, et ma maman était aventurière. »

Alice parle avec un étrange mélange d'expression enfantine, et un ton très calme, sage. Elle a l'air heureuse de parler de sa famille, elle a l'air de ne pas avoir peur de parler d'elle et de son passé, ni d'exprimer l'existence de sa mère au passé. Alice avait l'air d'être toute familiarisée avec ça, elle avait l'air de ne pas avoir peur, d'avoir entièrement accepté la douleur, le deuil, toute les étapes que traverse d'ordinaire les gens qui cotoie la mort des proches. Et malgré son ton enfantin et joyeux, elle était complètement consciente de ce qui se passait. Et pourtant, Alice se dévoilait avec facilité.

Elle se concentre sur le Terre, et sans perdre son sourire, lui pose d'autres questions, espérant ne pas le gêner. Elle n'est pas du genre à se froisser si l'on ne répond pas à une question.

« Qu'est-ce qu'ils faisaient, tes parents ? Et toi, qu'est-ce que tu faisais avant ? Qu'est-ce que tu rêvais d'être ? Et aujourd'hui, qu'est-ce que c'est, ton rêve, tes rêves ? »

Elle s'emballe un peu, mais comme toujours, Alice adore connaître les rêves des gens. C'est cela qui les définit, les rêves, les envies et les peurs, toutes ces choses qui grandissent avec nous. Elle lui demande d'abord le plus facile. Peut être qu'un jour elle connaitra le plus difficile. Mais les rêves, pour quelqu'un comme Nathanaël, qui n'est pas brisé, pas complètement, cela ne dérange pas, habituellement... Contrairement à elle... Alice, tu repars. Elle se reprend directement, sans se laisser le temps d'y penser, et se concentre sur le jeune homme. Elle s'est ouverte à lui, prête à parler, à dire qui elle est, sans crainte. Elle laisse Nathanaël choisir ce que lui décide de faire, sans attendre une décision définitive. Il peut choisir de parler maintenant et de s'arrêter par la suite.
Elle passe distraitement ses doigts sur la petite statue du Terre. Il se trouve que c'est le premier cadeau matériel qu'elle reçoit de quelqu'un à Terrae, depuis le livre d'Oksa, qu'elle lui avait offert en échange de sa protection. Oksa... Cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas vu. Enfin, ce n'était pas très grave, elle devait aller bien... Mais pour l'instant, l'objet construit par le Terre la reliait à lui, alors même que ses yeux restaient plongés dans les siens.


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Lun 9 Jan 2017 - 21:53

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Nathanaël écouta la réponse d'Alice avec attention. Il fut surpris, il devait bien l'avouer, de l'entendre parler avec tant de facilité de son passé et surtout de sa mère qui, s'il comprenait bien l'utilisation de l'imparfait, était morte. Le ton employé était toujours le même, empreint de candeur et douceur. Elle semblait heureuse, simplement. Contrairement à lui qui redoutait certaines questions, la jeune femme semblait ouverte à tout. Elle paraissait en paix avec cette partie de sa vie. Le Terre était admiratif, même s'il ne le montrait pas. Elle ne fuyait pas le contact, elle ne fuyait pas les gens, elle ne se barricadait pas derrière des murs et des fausses excuses. Non, elle tendait les bras et c'était beau. Il avait croisé peu de personnes comme elle, sans doute aucune même. Il n'était pas certain que son interlocutrice serait aussi enclin à tout dévoiler, mais cela n'était pas important. Elle donnait déjà tant.

Les questions suivantes le laissèrent perplexe, après l'étonnement passé. Alice n'était définitivement pas comme les autres. Elle aussi, elle était spéciale, vraiment spéciale, et dans le bon sens du terme. Le Titan ne la quittait pas du regard, ne brisant pas ce lien qui les unissait pour ce moment si particulier. Il ne parlait quasiment jamais de ses parents. Non, en fait, il n'en parlait jamais, vraiment jamais. De son frère par contre, cela pouvait arriver, mais c'était rare. Il ne s'était encore jamais fait cette réflexion auparavant et il trouva cela étrange, car, dans le fond, personne ne le forçait à parler des uns ou de l'autre, alors pourquoi avait-il inconsciemment choisi de taire ses parents ? Il y réfléchirait plus tard, ce n'était pas le bon moment. Il devait prendre une décision. Qu'est-ce qui l'empêcherait de répondre ? La honte ? Culpabilisait-il encore de vivre ? Peut-être un peu, oui, sans doute, mais cela ne devait pas l'empêcher de s'exprimer.

Mon père était menuisier et ma mère était maîtresse d'école.

Nathanaël avait toujours été fier d'eux. Ils ne possédaient pas ses capacités intellectuelles et s'étaient retrouvés souvent bien empruntés pour répondre aux questions de leur fils, mais cela n'avait nullement entaché son affection, son respect et son admiration pour eux.

Il adorait travailler le bois. Il adorait créer. Il se considérait comme un artisan, je l'ai toujours vu comme un artiste.

Il marqua une courte pause. Sa voix ne tremblait pas, mais on pouvait y sentir toute l'émotion que provoquait l'évocation de ses souvenirs.

Elle était douce, patiente et d'une gentillesse absolue. Elle n'élevait jamais la voix, mais se faisait toujours respecter. Elle était une force tranquille.

Le Titan s'arrêta à nouveau, un bref instant, et ses yeux quittèrent ceux de sa camarade pour aller se perdre vers le ciel.

J'ai eu une enfance merveilleuse.

Il sourit, malgré la tristesse ressentit. Tout ceci avait été brisé, déchiqueté, écrasé. Il enchaîna, cependant, pour ne plus y penser et éviter de craquer, redescendant son regard vers la jeune femme.

Je n'ai rien fait de particuliers. J'allais à l'école et je pratiquais le karaté, principalement. Tout était tranquille, normal. Je rêvais de devenir un grand scientifique et de changer le monde, rien que cela...

Il lâcha un petit rire, presque gêné.

Mon père a toujours veillé à ce que je garde les pieds sur terre. Il ne voulait pas voir son fils devenir arrogant et imbu de lui-même.

Pour la première fois depuis longtemps, le Titan parlait, simplement. Il ne réfléchissait pas trop à ce qui sortait. Il laissait le flux de ses pensées s'écouler sur ses lèvres. Il ne lâchait pas complètement prise, mais c'était déjà un progrès non négligeable. Il avait conscience que, Alice ne le sachant pas surdoué, elle ne comprendrait probablement pas tout, mais il n'avait pas envie de le dire. Il n'en avait pas honte, bien entendu, mais il ne voulait pas que son regard change, car c'était presque toujours ce qui arrivait. Les gens se sentaient généralement infériorisés par cette révélation. Jusqu'à maintenant, il n'y avait vraiment eu qu'Ipiu pour prendre le contre-pied. Il se souvint de sa proposition de lui donner des cours, après qu'il lui ait presque explicitement dit être un surdoué. Cela l'avait surpris, bien entendu, mais en bien. Peut-être qu'Alice était aussi de ceux qui ne se formalisaient pas pour ce genre de choses, mais il ne voulait pas le découvrir... en fait, il avait un peu peur. Ce que les autres pensaient de lui ne l'intéressait généralement pas, mais, aussi étrange que cela puisse paraître, ce que son interlocutrice pensait de lui n'était pas quelconque à ses yeux.

Aujourd'hui... aujourd'hui... je ne sais plus très bien

Nathanaël détourna à nouveau le regard en lâchant un long soupir. Le seul but qu'il s'était fixé depuis qu'il s'était repris en main, c'était de ne pas gâcher sa vie. Il leur devait bien cela. Pourtant, il perdait du temps, n'arrivant pas à se décider. Il ne pourrait pas maintenir le rythme de ses études, pas sur le long terme. Il n'avait plus de vie, ou presque plus. Il fallait qu'il se décide et s'y tienne. Mais pour aller dans quelle direction ? Tout l'intéressait et il savait que, quoi qu'il entreprendrait, il parviendrait à terminer ses études.

Il reporta son attention sur la jeune femme. Elle tenait toujours la figurine dans ses mains, mais son regard le fixait toujours. Il lui sourit avec douceur. Il avait assez parlé pour le moment.

À ton tour Alice, parle-moi un peu de toi.

C'était on ne peut plus vague, mais le Titan n'aimait pas poser de questions trop précises. Il ne souhaitait pas forcer les gens à parler de choses dont ils ne voulaient rien dire. Il ne considérait cependant pas avoir été forcé par sa camarade, mais il préférait lui laisser une totale liberté.

Hrp:
 


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Mar 10 Jan 2017 - 0:08

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 721
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice écouta Nathanaël. Elle est aussi prête à accueillir les autres. Elle apprécie qu'il continue de la regarder, bien qu'il semble réfléchir. Au moins, il est prêt à accepter les questions, et cela est preuve qu'il a lui aussi accepté un bon bout des autres. Il met du temps avant de répondre, elle a donc touché un sujet sensible. Elle ne veut pas lui faire de mal, et ne le forcera pas à répondre. Jamais pour ce genre de questions. Et puis finalement, il décide de répondre. Oh... Il a dit "était". L'imparfait est si souvent présent lorsque l'on parle des personnes qui sont proches à Terrae. Pourtant, Alice retrouve son sourire tendre, plein d'affection. Maitresse d'école... C'était un des rêves de sa maman. Mais elle ne dit rien, et continua d'écouter le Terre. Au fur et à mesure, il faisait passer tant d'émotion, tant de choses qu'il n'avait apparemment pas l'habitude de partager. Raison de plus pour qu'Alice l'écoute avec attention.

Elle lui offrait son sourire, écoutant son histoire, son petit bout de chemin. Alors son père aussi était artiste ? Et lui aussi, il travaillait le bois. Alice et lui étant deux Terres, ils pourraient un jour travailler avec les arbres. Est-ce que cela plaira au garçon ? Alice était curieuse de le découvrir. Oui, elle avait envie de découvrir son futur autant que son passé. Elle se sentait bien avec lui, et elle se sentait honorée d'avoir droit à ses paroles. Encore plus d'émotion lorsqu'il arrive à sa maman... Oui, les sentiments reviennent, et ce n'est pas facile. Elle attend gentiment qu'il parle, elle ne fait aucun bruit, gardant ses yeux posés sur lui.

N'aies pas peur Nathanaël, cela fait du bien parfois.

Pensée pour elle-même. Il parla de sa mère comme s'il parlait de celle d'Alice. Ses yeux la quittèrent, il regardait le ciel, il regardait ses pensées et ses souvenirs. L'enfance... Il est le premier à en faire part à Alice. Il parait nostalgique en disant cela. Mais au moins, il était heureux à cette période. Et cela réconforte Alice : elle n'a pas été la seule à être heureuse avant son Vide. Nathanaël aussi. Le Terre, à peine plus vieux qu'elle semblait avoir vécu à quelques détails près la même chose qu'elle : la perte des parents. Mais elle l'avait surmonté, ce n'était pas cela qui l'avait affectée, mais la perte de son père, lente, silencieuse, toute cette souffrance... Cela fait encore un peu mal dans son souvenir. Elle l'écoute parler de son enfance. Rien de particulier, hein ? Lui, il est allé à l'école, et cela change tout pour Alice. Pour elle, c'est particulier d'aller à l'école, de prendre des cours, d'être confronté chaque jour aux personnes extérieures. Du karaté ? Elle imagine bien le petit Nathanaël, dans son kimono bien fermé, en train de s'entrainer dans un dojo, au milieu d'autres enfants. Cette pensée la fit sourire. Elle aurait aimé pouvoir le voir... Et elle aurait aimé pouvoir lui dire que cette joie qu'il avait ressentie ne pouvait que lui revenir, qu'elle ne partait jamais définitivement, pourvu qu'on essaie, et que l'on soit aidé si besoin.

Lorsqu'il évoque son rêve de l'époque, elle répond à son rire gêné en riant, en même temps que lui, mais de façon amusée, réellement. Elle ne trouve pas cela prétentieux, pas le moins du monde. Elle lui sourit. Doucement, elle approcha sa main de celle du Terre, gardant dans l'autre la statue. Elle pose sa main contre la sienne. Violemment, sans prévenir, les pensées du Terre envahir les siennes un instant. Comme un accéléré, un concentré d'informations très bref, Alice le chassa aussi vite qu'il arriva. Non, elle ne contrôlait pas encore cela, et le contact physique et visuel le rendait  encore plus sensible.
Elle avait entendu, elle avait comprit, dans ce bref instant, trop bref pour que le Terre ne l'ait senti, qu'il avait peur d'elle... Non pas d'elle. De sa réaction... Bien sûr. Elle comprit, il avait peur de sa réaction parce qu'il était doué. Elle l'avait compris en jouant avec lui, elle l'avait vu, c'était évident. Elle lui adresse alors un sourire plein de joie, un sourire rassurant, celui qui veut dire que tout va bien, que rien d'autre n'est important. Elle a comprit, mais ne le dira pas à voix haute, elle sait que le Terre comprendra lui aussi. Elle s'en fiche. Et pour seule affirmation à cette compréhension mutuelle, elle glissa, tout bas, tout doux.

« Tu es si loin d'être prétentieux et imbu de toi-même, Nathanaël. Tu es très bien, toi, en entier. »

Elle n'envisage pas le fait qu'il veuille lui répondre. Elle avait seulement exprimé ce qu'elle pense, de la façon la plus sincère qui soit. Non, elle n'allait pas le chasser, non, l'intelligence ne lui faisait pas peur. N'était-elle pas un peu particulière, elle aussi ? Et sa maman, n'était-elle pas surdouée, elle aussi, et elle détestait ce terme aussi. Elle lui dirait, s'il avait peur. Sinon, elle continuerai à lui faire confiance. Son regard était doux, confiant, posé sur les yeux du Terre.

Perdu, cassé, fissuré plutôt, pas encore brisé. Pas totalement. De la douleur, Alice était confrontée à la douleur. Heureusement pour elle, elle avait apprit à l'appréhender... Mais c'était dur parfois. Et la souffrance silencieuse et patiente du Terre l'atteint. Elle voudrait l'aider, le prendre dans ses bras et lui dire que tout ira bien. Lui dire qu'il faut continuer, et qu'elle sera là. Etrange ? Elle commençait à peine à le connaitre, et pourtant, elle ressent déjà de l'affection. Un peu comme...

« Parler de moi ? »

Elle sembla un peu surprise, et puis se repris, c'était logique. Elle ne lui poserait pas plus de question pour le moment. Respecter l'équilibre. Alors, elle se redresse un peu, et réfléchit un peu à quoi lui dire. Et puis, elle se lance, sa voix se pose, repart dans les graves qu'elle affectionne tant, et elle raconte, Alice raconte son histoire comme pour la faire vivre.

« Mon papa est malvoyant. Il était pourtant tout le temps fourré à lire des livres. Il adorait nous lire de la poésie. C'était doux, il avait une voix de conteur, comme dans les histoires pour enfants. Il aimait regarder le ciel. Maman regardait beaucoup le ciel aussi. Papa c'est le jour, Maman c'était la nuit. Et moi, je préfère ce qu'il y a entre le deux, ce qui fait leur équilibre. Je préférais monter dans mon arbre, et regarder le ciel, en sachant qu'en bas, ils étaient étendus sur le dos, et qu'ils regardaient le ciel eux aussi. »

Elle baisse un peu les yeux, concentrée sur ce qu'elle raconte. Elle aussi, l'émotion fait vibrer doucement sa voix. La joie et la douceur des souvenirs. Elle n'est pas nostalgique. Elle sait que ce ne sera plus, alors elle préfère en garder un beau souvenir.

« Maman partait régulièrement en voyage, seule. C'était sa façon de vivre. A la maison, elle m'apprenait tout ce qu'elle savait. La musique, le dessin, compter, le sport... Et papa, il m’apprenait à lire, à raconter, à être heureuse. A reconnaitre au delà de ce que l'on voit. Mon rêve, c'était de devenir un arbre. Parce qu'un arbre, c'est gentil, et puissant. Et moi, je voulais être gentille, et forte ! »

Elle rit un peu en se souvenant. Un rire doux, amusée, tendre. Comme si elle parlait d'une autre personne, d'un enfant qu'elle avait été et qu'elle n'était plus. C'était vrai, et ce n'était pas triste. Elle continue, elle décide de donner à Nathanaël.

« J'ai toujours aimé créer de jolies choses. J'ai toujours aimé regarder les autres comme ils sont. Aujourd'hui, mon rêve, c'est d'être heureuse, de rendre les autres heureux et... »

Elle leva les yeux. Elle sent sa gorge se nouer, ses yeux bleus faisant écho au ciel. Elle ferme les yeux, et finit par dire, tout doucement.

« La rendre heureuse à elle, en vrai. »

La Lune. Sa Lune. La Lune du dessin. La Lune qui la hante. Elle baisse les yeux vers Nathanaël, et pour la première fois lui affiche un sourire triste, ses yeux aussi, sont un peu tristes.

« Est-ce que toi aussi, tu as déjà eu envie de rendre heureuse une personne très fort, mais tu as peur de ne pas y arriver ? »

Attention Alice, tu mentionnerais presque ce dont tu as peur, ce que tu as du mal à t'avouer. Est-ce qu'elle voudra bien de ton aide ? De toi ? Et toi ? Qu'est-ce que tu veux... Parce que tu sais que tu aimerais plus. Et pourtant, jamais tu ne l'exigeras.

Hrp:
 


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Sam 18 Fév 2017 - 6:08

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Tandis que le Titan parlait, son interlocutrice écoutait, sans rien dire et toujours ce doux et tendre sourire sur ses lèvres. Comme il trouvait cela apaisant et lui donnait du courage pour continuer ! Il continua donc. Elle rit, en écho au sien, mais elle n'était pas gênée, contrairement à lui. Non, elle était simplement amusée, rien de moqueur. Alice vint alors poser sa main sur celle du jeune homme et il remarqua un changement dans son regard, très bref, une légère absence. Il comprit tout de suite, comme une évidence, ce qui s'était passé, un mot : télépathe. Il aurait pu être en colère face à cette intrusion, mais il ne l'était pas. Il savait que, comme lui avait eu des problèmes à contrôler sa force surhumaine, ses camarades avaient des difficultés à gérer leur capacité à lire les pensées. Et puis, au-delà de cela, il avait vu son sourire joyeux et rassurant. Son regard avait changé, certes, mais pas comme il le craignait. Son regard avait changé en bien.

La Terre le rassura alors, prenant pour la première fois la parole depuis qu'il avait commencé à répondre à ses questions. Il savait, rien qu'en lisant dans ses yeux que ses paroles n'étaient pas flatteries, mais qu'elle pensait sincèrement ce qu'elle disait. Nathanaël en fut touché et la remercia silencieusement, mais cela ne l'empêcha pas de ressentir ses doutes qui l’assaillaient et d'en faire par à sa camarade. Il ne resta cependant pas longtemps sur le sujet et souhaita entendre son histoire, à elle. Elle semblait d'abord surprise qu'il puisse s'intéresser à elle, qu'il soit curieux d'en apprendre plus sur elle, mais elle se reprit rapidement et, après un moment de réflexion, commença à parler, d'une voix plus grave qu'à l’accoutumée. Alice parla de son père au présent. Alors, elle n'avait pas perdu ses deux parents ? Le Titan en fut heureux, même s'il sentait l'émotion dans la voix de la jeune femme. Il se doutait que l'histoire n'était pas terminée et que le dénouement de celle-ci n'était pas radieux, même s'il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui en parle. Elle lui parla de l'équilibre qu'elle affectionnait. Oui, un pont entre le jour et la nuit. Le Terre se laissait emporter par la voix de son amie, ne pensant pas un instant à l'interrompre. Il ne la quitta pas du regard, alors qu'elle baissait les yeux. Était-elle aussi nostalgique du passé, comme lui ? Ressentait-elle aussi cette joie mêlée à la tristesse de repenser au passé ? Elle semblait avoir eu une enfance heureuse, comme lui, mais semblait moins atteinte que lui par le drame qui avait frappé sa famille. Il ne la connaissait pas encore suffisamment pour savoir si c'était bel et bien le cas, mais, comme elle avait une manière différente de voir le monde, il n'en doutait pas trop.

La Télépathe lui apprit qu'elle n'était pas allée à l'école comme les autres enfants, mais qu'elle avait suivi sa scolarité à la maison. Il y a quelques années, il l'aurait probablement enviée, lui qui s'était souvent ennuyé en cours, mais à présent, il ne pensait plus tout à fait la même chose. Au-delà de l'acquisition du savoir, il y avait aussi l'apprentissage des interactions sociales, vivre avec les autres. Alice s'était peut-être sentie bien seule pendant son enfance. Il ne lui poserait pas la question. Elle lui parla de son rêve et il sourit avec tendresse. Comment parvenait-elle en quelques mots à provoquer tant d'affection chez lui ? Sa manière de s'exprimer, sa manière de voir le monde, tout l'attendrissait. S'ils n'avaient pas été assis sur la branche d'un arbre et s'il ne se maîtrisait pas autant, sans doute l'aurait-il pris dans ses bras. Elle n'était pourtant pas triste, mais il ne savait pas trop... ou peut-être qu'il commençait à comprendre, mais préférait tout rejeter en bloc pour le moment. Sa camarade avait ri et il avait souri avec toute la douceur et la tendresse qu'il ressentait.

Elle continua, changeant un peu de sujet. Nathanaël repensa, alors, aux fresques qu'elle lui avait dessinées un peu plus tôt. Ainsi, elle veut rendre les autres heureux ? Elle était vraiment adorable. Il l'observa lever les yeux, puis les fermer. Il n'était pas certain d'avoir compris de qui elle parlait. Comme elle regardait le ciel, il s'imagina qu'elle parlait de sa mère. Il fut frappé, lorsqu'elle reporta son regard sur lui de voir son sourire triste. Cela devait être la première fois qu'il voyait la jeune femme ainsi. Sa question le troubla un peu. Il comprit tout de suite qu'il s'agissait de quelque chose d'important pour elle. Il se permit un instant de silence, se passant la main dans les cheveux. Avait-il voulu rendre quelqu'un heureux ? Bien sûr ! Ses parents, son frère sans doute, mais il avait l'impression qu'Alice ne parlait pas de cela... Non... et il y avait encore quelqu'un... Ipiu. Avait-il eu... non, avait-il peur d'échouer ? Il avait eu peur, c'était certain, mais qu'en était-il aujourd'hui ? Les deux amis avaient traversé tant de difficultés. Le pire ne pouvait être que derrière eux, n'est-ce pas ? Nathanaël se passa à nouveau une main dans les cheveux, comme si cela allait activer ses neurones et lui donner une réponse plus rapidement. Il avait toujours voulu être là pour la Tonnerre, il avait presque toujours été son soutien, il en avait conscience et cela était réciproque, mais la rendait-il heureuse ? Cette pensée le frappa de plein fouet, lui coupant le souffle un bref instant. Non, jamais... il ne pourrait jamais la rendre vraiment heureuse. Malgré tous les efforts qu'il pourrait faire, cela ne serait jamais suffisant, parce qu'il n'était pas la bonne personne. Il pourrait lui apporter de la joie, tout ce que son amitié pourrait lui donner, mais elle ne serait jamais pleinement heureuse avec lui. Il lui fallait quelqu'un d'autres.

Il lâcha un soupir et détourna le regard, tandis que son estomac se nouait. Mais une autre pensée vint lui porter secours. Il se trompait peut-être. Après tout, la notion de bonheur était quelque chose d'extrêmement compliquée à définir et sans doute propre à chaque personne. D'ailleurs, il était aisé de se perdre sur son chemin et de suivre de faux bonheur. Alors, la question à laquelle il fallait répondre était : qu'est-ce qui rendait Ipiu heureuse ? De quoi avait-elle besoin ? Il n'avait pas la réponse à ces interrogations. Il ne pouvait  que souhaiter que son bonheur lui soit aisément accessible. Cette réflexion vint d'ailleurs le pousser à se demander ce dont lui, il avait besoin pour être heureux, mais il ne souhaitait pas s'attarder sur ce sujet pour le moment. Il y réfléchirait à tête reposée plus tard. Il y avait encore une dernière question qui demandait une réponse : Avait-il la prétention de croire que, même si elle ne partageait pas ses sentiments, elle ne pourrait pas être heureuse sans lui ?

Nathanaël lâcha un petit rire gêné avant de répondre enfin à l'interrogation d'Alice.

Désolé... mmh, oui, manifestement.

En effet, s'il n'avait eu aucune crainte, il n'aurait pas eu besoin d'y réfléchir autant.

Je pense que... si l'on est sincère avec soi-même et avec la personne en question et que l'on reste à son écoute pour savoir ce dont elle a besoin, ce qui la rend heureuse et ce qui la rend malheureuse, on ne peut que progresser. Peut-être qu'on ne parviendra pas à la rendre vraiment heureuse, mais on ne lui fera pas de mal, ce qui est déjà une bonne chose.

Le Terre lâcha un rire, anticipant sa bêtise.

Après tout, on n'a jamais fait reculer quelqu'un en le poussant dans le dos.

Cela n'était pas de lui, évidemment, mais il ne se souvenait plus où il avait entendu ce proverbe, si on pouvait appeler cette phrase comme cela. Un grand sourire s'était affiché sur son visage. Il espérait avoir un peu détendu l'atmosphère, tout en ayant fait passer un message à Alice, pour essayer de la rassurer. Cette fois-ci, ce fut à son tour de poser sa main sur celle de la jeune femme. Une phrase que ses parents lui répétaient souvent lui étaient revenue à l'esprit et la dire à haute voix lui ferait autant de bien à lui qu'à elle, probablement.

Alice, il ne faut jamais avoir peur d'aimer les gens qu'on aime.

Cela pouvait paraître un peu bête, dit comme cela, mais si on y réfléchissait bien...

Hrp:
 


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Dim 26 Fév 2017 - 13:16

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 721
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Elle avait sentie les doutes du Terre, sans pour autant lui poser plus de questions. S'il ne désire pas en parler plus que ça, laissons-le choisir. Cependant, elle espère qu'il aura compris qu'elle sera là si jamais lui vient l'envie de partager tout cela. Parfois, pour surmonter ses appréhension, il suffit de les faire sortir. Elle écoute le Terre continuer doucement, puis elle prend la parole à son tour, à sa demande.

Effectivement, Alice souffrait moins que les autres du drame qui avait frappé sa famille. La mort de sa mère, qu'elle n'évoque que lorsqu'on lui demande, ou lorsqu'il le faut, elle l'avait bien vécu. Elle était triste bien sûr, mais elle avait décidé de ne pas souffrir, elle avait décidé de se souvenir des moments heureux, sans les regretter, parce que sa maman n'aurait pas aimer la voir triste. Parce qu'elle savait l'amour qu'elles se portaient l'une l'autre. Ce qui avait été plus dur, ce fut la "mort" de son père. Son mutisme. Le fait qu'il arrêta de parler à la mort de sa femme. Le fait qu'il ne parvenait plus à s'occuper de sa fille de façon heureuse. Il lui fallut tant de temps pour parvenir à s'occuper de lui de façon heureuse. Ce fut peu avant le départ d'Alice pour Terrae, qu'il manifesta le fait qu'il était bien lui, qu'il l'aimait toujours. Cela, Alice n'en avait jamais douté. Elle n'en voulait pas à son père, ce n'était pas sa faute si elle était tombée dans le Vide, elle aussi.

Alice sent le regard plein d'affection du Terre sur elle. Et étrangement, cela la rendait heureuse et l'apaisait. Peu de gens la regarde vraiment comme cela. Comme une vraie amie, comme quelqu'un qui est comme eux. Juste un peu dans ses rêves. Et pour cela, elle se sent bien, à ce moment, avec le Titan. Elle voit bien que son regard est sincère, elle ne veut pas atterrir dans ses pensées à nouveau, alors elle bloque son pouvoir, mais devine, rien que par sa façon de se comporter qu'il est heureux, et qu'il est touché par sa présence. Petite boule de joie dans le ventre. Plus elle parlait, plus il avait l'air sincère, et jamais il ne la lâchait des yeux. A chaque fois qu'elle reporte son regard sur lui, il porte le même sourire.

Sa question le trouble. Elle le regarde réfléchir, se perdre. Il tente de se retrouver lui-même. Il tente de lui répondre, mais il se perd dans ses pensées, il se noie dans ses doutes. Son regard change, il se pose des questions. Beaucoup de questions. Alice en conclut directement qu'il est dans la même situation qu'elle. Elle n'ose pas demander de qui il s'agit, pas tout de suite, elle lui laisse le temps de répondre. Le temps de se poser. Le silence s'installe. Il pense. Et puis il finit par répondre. Manifestement ? Il avait tant réfléchit... Il devait douter, au moins autant qu'elle, si ce n'est plus.

La Terre rit un peu tristement à sa blague.

« Ce n'est pas faux. Je pense que tu as raison. Tenter d'être soi-même hein ? Hm... »

Elle soupire doucement.

« Parfois, je pense qu'elle a peur. Qu'elle a peur de moi, des gens de façon générale. Et je ne sais pas trop comment faire pour ne pas lui faire de mal, par rapport à ça. Pour tout te dire. »

Ouah, Alice ne pensait pas lâcher ce qu'elle ressentait à ce moment d'un coup comme cela.
Et puis la phrase de Nathanaël, si sincère et sûre, la frappe. Elle plante ses yeux bleus dans ceux de Nathanaël. Ne pas avoir peur des gens que l'on aime. Elle aimait Hamilton. Comment, elle ne se l'avouait pas encore, mais ce qui était sûr, c'est qu'elle l'aimait. Alors elle ne devait pas avoir peur d'elle. Est-ce qu'Hamilton l'aimait bien, alors ? La Terre se perd dans ses pensées, doucement. Elle revoit les moments passés avec la Feu, les moments de doutes, et ceux si étranges où elles sortaient de ce monde pour voyager dans le leur.

« Tu as raison. Ce n'est pas évident. Mais tu as raison. »


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Sam 1 Avr 2017 - 12:10

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Nathanaël observa sa collègue avec douceur. Il ne comprit pas tout de suite comment quelqu'un pouvait avoir peur d'Alice. Elle était la gentillesse incarnée ! Mais comme elle précisa que c'était une sorte d'agoraphobie, il ne dit rien. Il laissa son amie se perdre dans ses pensées à son tour, comme lui venait de le faire un peu plus tôt. Il en profita pour réfléchir à ce qu'il pourrait lui dire, lui conseiller. La situation semblait plutôt complexe, mais il était certain qu'en persévérant... oui, n'était-ce pas là la solution ?

Tu sais, Alice... si cette personne a peur de toi, ce n'est pas une fatalité, ce n'est pas immuable.

Il hésita un instant avant de continuer.

Je pense qu'avec de la patience, tu parviendras à l'apprivoiser, comme le Petit Prince et le renard. Je pense que tu connais cette histoire de Saint-Exupéry, comme il s'agit d'un écrivain français.

Le Titan ne rajouta pas que, comme il était quasiment bilingue, il avait eu la chance de lire cette œuvre en version originale. Mlle Yoshida, la professeure de français de Terrae avait d'ailleurs choisi d'étudier le texte en classe, ce qui avait été très intéressant, selon lui en tout cas. La première fois qu'il avait lu ce texte, il avait eu l'impression d'en être ressorti grandi. Il se contenta donc de sourire avec douceur.

Je sais que tu vas trouver quoi faire. Tu es quelqu'un de bien.

Nathanaël ne pouvait être plus sincère qu'en cet instant. Il comprenait les doutes de la jeune femme, mais ne se faisait aucun soucis pour elle. Le silence s'installa alors entre les deux Terres, sans qu'aucun d'eux ne viennent le troubler. Le Titan laissa sa camarade méditer leur conversation et lui,... lui, il laissa son esprit voler vers Ipiu. Il ne se posa pas de questions, pas en cet instant, plus tard, cela serait inévitable, mais là, il ne voulait pas y penser. Il se remémora simplement de bons moments qu'ils avaient passés ensemble, des instants de bonheur partagé et cela lui fit du bien. Un sourire s'esquissa, alors que des images défilaient devant ses yeux. Ne pas douter, ne pas souffrir pendant quelques instants, comme cela était apaisant ! Leur début à tous les deux aussi avait été difficile, pas pour les mêmes raisons, évidemment, mais le Terre n'avait-il pas apprivoisé la Tonnerre ? Il s'était montré patient, persévérant, un peu têtu même et elle avait fini par l'accepter dans sa vie, malgré ses craintes. Il avait réussi à lui montrer que lui n'avait pas peur et qu'il lui faisait confiance.

Le jardinier reporta son attention sur son amie qui semblait toujours perdue dans ses pensées. Il l'observa un moment sans rien dire.

Est-ce... est-ce que c'est la première fois que tu te poses ce genre de questions ?

Il avait hésité, mais trop tard pour reculer. Il ne savait d'ailleurs pas vraiment pourquoi il avait posé cette question. Il n'y avait pas pensé avant. Elle était arrivée comme cela, de nulle part, et était sortie instantanément. Nathanaël espérait ne pas avoir interrompu Alice à un moment capital de sa réflexion.

Désolé... je ne sais même pas pourquoi je te demande cela.

Il avait baissé le regard, un peu troublé d'avoir parlé trop vite. Quelle pouvait bien être l'intention, la raison de cette interrogation ? Quelle importance cela avait-il ? Non, décidément, il ne savait...

Hrp:
 


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Ven 28 Avr 2017 - 12:55

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 721
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice regarde Nathanaël parler. Elle l'écoute, attentive, prend le temps d'analyser ses paroles. La peur n'est pas quelque chose d'immuable, en effet, elle apprend à être domptée, parfois surmontée. De nouvelles naissent sans cesse, mais d'autres s'en vont petit à petit. En effet, peut être qu'Hamilton arriverait à accepter Alice, un jour. La jeune fille savait qu'elle, elle pourrait passer au dessus de sa peur de faire du mal à Hamilton si elle sentait qu'elle pouvait l'aider avant tout.

Le Terre parle alors du Petit Prince. Alice ne peut s'empêcher de sourire à l'évocation d'une de ses histoires préférées. Il parle d'Hamilton comme du renard. Alice imagine si bien la rousse en renard craintif mais curieux, impressionnant par moment, mais si doux à d'autres. Le renard qui apprend au Petit Prince un des plus beaux secrets de tous. Les yeux de la Terre s'illuminent doucement.

« Oui, c'est une histoire que je connais presque par coeur. J'espère qu'elle parviendra à m'apprivoiser elle aussi, si elle le veut. »

Le compliment du Terre touche Alice, qui sourit sensiblement, sans rien ajouter. Le silence s'installe alors entre les deux. Alice s'enfuit dans ses pensées un instant, et puis elle regarde Nathanaël, qui est déjà parti loin. Son sourire mélancolique le lui prouve, il ne doit pas se rendre compte de son expression. Il a l'air terriblement doux. Alice se dit qu'il est quelqu'un de bien, lui aussi. Elle repense à toute leur rencontre, et leur moments partagés. Oui, Nathanaël compte beaucoup pour elle aujourd'hui. Elle sait qu'elle peut compter sur lui, qu'elle peut se confier à lui sans craindre l'incompréhension. Elle avait déjà vécu cela avec quelques personnes, mais elles restaient rares pour l'instant. Alice s'entend bien avec presque tout le monde, donne sa confiance facilement, mais elle ne sent pas nécessairement proche de tout le monde.

Et puis les paroles du Terre la sorte de sa réflexion.

« De ? Me demander si je dois être moi-même envers une personne aimer ? Ne pas savoir quoi faire face à une personne que j'aime ? Si c'est cela, non, ce n'est pas la première fois. Enfin, de cette façon-là, si. Mais je pense que c'est parce que chaque personne est unique et que les réactions diffèrent à chaque fois. Mais je me suis déjà posée mille questions pour d'autres personnes. »

La voix d'Alice est douce, elle ne semble pas plus perturbée que cela.

« Ne t'inquiète pas, ça ne me pose aucun problème. Tu veux que je t'en parle un peu ? Tu t'es déjà posé ces questions-là, toi ? »

La Terre fait tout pour le remettre à l'aise, pour qu'il n'ait pas honte de lui avoir posé cette question. Elle ne semble pas perturbée, et elle enveloppe son ami de son sourire doux et plein de tendresse.


Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Soulève la poussière, viens dessiner ! [ Nath <3 ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Forêt.
Aller à la page : 1, 2  Suivant