Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Wake up, beautiful Moon !
#   Lun 27 Fév 2017 - 22:10

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 284
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 19
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice ne ferme pas les yeux, elle les entrouvre pour surveiller la réaction d'Hamilton. La Feu recule doucement, par instinct, Alice ne la suit pas. Elle lui laisse prendre la distance dont elle a besoin. Mais ses yeux se ferment par automatisme lorsque c'est elle qui vient vers elle. Sa main sur sa nuque est douce mais brûlante. Lorsque ses lèvres retrouvent celle de la Feu, elle se laisse aller dans l'élan de sentiments, de sensations qui la parcourent. Elle a peur, elle est heureuse, désespérément heureuse, brûlante d'amour, vrillée par la chaleur qui se dégage de son coeur, remplie de tendresse pour la jolie rousse.

La peau d'Alice se couvre de chair de poule, sa main entrelace celle d'Hamilton alors que l'autre vient doucement se poser sur sa joue, glisse vers son oreille et le début de sa chevelure. Elle redécouvre, c'est encore nouveau, ce n'est jamais la même chose. Elle sent qu'Hamilton se sent bien elle aussi, et cela la rend heureuse, terriblement heureuse. Mais elle sait. Elle sait maintenant, elle connait l'histoire. Et elle sait que cela va arriver avant même qu'elle le sente se manifester chez Hamilton.

Elle rouvre les yeux, la laisse partir. Elle la regarde simplement, avec douceur. Elle n'est pas surprise. Elle lui sourit, pleine de tendresse lorsqu'elle recule. Ni déçue, ni prise de compassion. Elle est heureuse. Un point c'est tout. Un peu rose aussi. Mais heureuse, et cela se voit. Si la joie était une couleur, Alice en serait recouverte tant elle se sent légère. Pour autant, elle comprend ce qui peut perturber Hamilton. Elle doit se poser tant de questions.

Alice plonge son regard dans le sien à nouveau, et lui répond, toute douce.

« On a le temps. Tu fais ce que tu veux, et ce que tu peux. »

Alice se fiche du reste, Alice veut simplement la voir heureuse. Et puis ses pensées la frappe. Elle les entend clairement. En entier. Elle n'avait jamais entendu des pensées aussi clairement. Alors, elle tente ce qu'elle avait fait Angie auparavant.

On a le temps. Tu me rends déjà si heureuse, ne serait-ce que comme cela. Je t'aime, Hamilton.

Ses yeux n'ont pas quitté ceux de sa Lune. Elle a pensé très clairement elle aussi. Pour lui signifier qu'elle a entendu. Mais qu'elle lui donne la possibilité d'entendre les siennes. Elle s'ouvre à elle, comme elle le fait si souvent. Et puis elle sourit, avec les dents, comme une enfant. Un léger rire s'envole, un rire de joie, ceux qui sont brefs mais si sincères. Elle replace ses cheveux sans la quitter des yeux.



Spoiler:
 
#   Lun 27 Fév 2017 - 22:53

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 445
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Regarder danser les étoiles.
Humeur : Taciturne.

Le moment est passé. Nos lèvres détachées, la chaleur réconfortante qui m’enveloppait retombée. Et pourtant, la douce ne semble nullement m’en vouloir d’avoir mis fin à notre baiser. Au contraire, elle sourit, toujours. Elle semble heureuse, toujours. Ses yeux retrouvent les miens et elle me répond que nous avons le temps, que je fais ce que je veux, ce que je peux. Pourquoi est-elle si… confiante ? Pourquoi croit-elle ainsi en moi ?

Encore une fois, je me dis que je ne la mérite pas, que je ne mérite pas d’être celle pour qui le cœur d’Alice bat un peu plus vite.

Alors je me contente d’acquiescer silencieusement, comme si un hochement de tête ne pouvait être un mensonge, comme si de cette manière, je pouvais ne pas montrer la méfiance que j’éprouve envers moi-même. Qu’elle ne voit pas qu’avant même que tout ait réellement commencé, j’ai déjà peur d’être la cause de la fin.

Mais soudain, quelque chose coupe court à mes pensées moroses. Une… voix ? Je ne sais pas bien. Cela semble presque flotter autour de moi. C’est… QE’EST-CE QUE C’EST ?

Je pose des yeux ronds sur Alice en comprenant que cela vient d’elle, que ce sont ses pensées qui me sont parvenues de manières si floue. Elle n’est initiée que depuis peu de temps, alors elle ne contrôle pas tous les aspects de son pouvoir. C’est logique que cela ne me soit pas venu plus clairement. Mais…

- Ne refais jamais cela. C’est… C’est beaucoup trop stressant
, lâché-je d’un coup en secouant la tête, accompagnant mes propos d’un petit rire nerveux.

Et pourtant, dans mes yeux flotte une petite lueur amusée. Parce que j’ai saisi ce que la douce a voulu me faire passer. Même si je suis inquiète, même si je crains de lui faire du mal, même si je suis convaincue que ce que l’on crée risque d’être bancal… Là, maintenant, elle est heureuse.

Je me lève et lui tends la main avec un sourire léger, apaisé.

- Que dirais-tu que nous passions par ma chambre récupérer mes affaires, et la tienne si tu veux récupérer quelque chose aussi, puis que nous allions nous balader dans le village ? Nous… Nous pourrions aller acheter quelque chose à manger – des croissants, ou ce que tu veux en fait – et marcher un peu. Discuter, si tu en as envie. Enfin… Juste passer un peu… Un peu de temps ensemble.


Pourquoi est-ce que je rougis ? Pourquoi ? OUI J’AI ENVIE DE PASSER DU TEMPS AVEC ELLE, ET ALORS ? EST-CE QUE C’EST UNE RAISON POUR ME JUGER AINSI ?

Ok. Personne ne me juge. Sauf moi. Ok. OK.

Mais en même temps, mon père n’aurait-il pas pu AU MOINS m’expliquer comment fonctionnent les relations humaines ? Juste un minimum hein ! Je ne réclame pas grand-chose ! MAIS JE N’AI STRICEMENT AUCUNE IDEE DE CE QUE JE DOIS FAIRE LA.




♥:
 
#   Dim 5 Mar 2017 - 22:59

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 284
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 19
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice semble calme, confiante. Elle l'est. Elle n'est pas inconsciente non plus, elle sait qu'Hamilton est pleine de doute, et que cela sera compliqué pour elles deux. Mais elle est confiante. Elle est persuadée qu'Hamilton saura faire en sorte que tout aille le mieux possible, et elle en fera de même de son coté. Et puis Hamilton intervient, après l'essai qu'elle a tenté. Elle ne savait pas si elle avait entendu ce qu'elle avait pensé...
Elle semble effrayée tout à coup, et puis lui demande de ne plus jamais recommencer, avec un sourire cependant. Elle ne lui a pas jeté comme elle est capable de le faire. Bien que cela ne la dérange pas, Alice s’en sent touchée, elle a fait l’effort de ne pas la jeter à elle, en plus de cela. Doucement, elle hoche la tête, comme pour s’excuser à son tour. Elle ne recommencera plus.

Hamilton a l’air rapidement apaisée, comme si ce qu’avait fait Alice n’était pas grave, comme si elle avait tout de même accepté la proposition de la Terre. Doucement, elle vient glisser sa main dans la sienne, et se redresse elle aussi. Combien de temps sont-elles restées là, au bord de l’eau, assises et toute rose ? Elle n’en sait rien. Elle sait juste que cette journée commence de façon intense, et qu’elle se sent toute légère. Elle écoute la proposition d’Hamilton, qui fait s’agrandir son sourire petit à petit. Un sourire foncièrement heureux, toute sa joie transparait de nouveau. Elle se sent terriblement flattée qu’elle lui propose cela. Si elle rougit, ce n’est pas grave, tout ce qui importe c’est qu’elle attache de l’importance à passer du temps avec elle.

« Avec grand plaisir. Cela me fait très envie aussi. Et puis je commence à avoir un peu faim. »

Elle installe dans sa mémoire, déjà, les doux instants. Debouts, au bord de l’eau, main dans la main. C’est comme cela qu’elle a envie d’être, c’est comme cela qu’elle a envie de se sentir. Elle avait eu si peur, mais était si heureuse à présent.

Elle l’entraina alors vers l’Institut, en marchant calmement, se tenant assez proche d’elle sans pour autant empiéter son espace. Alice a l’air sereine, beaucoup plus posée. Elle est bien, elle a réussi à parler, à dire ce qu’elle voulait. Et Hamilton l’a acceptée. Elle ne pouvait pas espérer plus jolie journée. Elle, et sa Lune si belle, rien d’autre ne compte à ce moment, en montant les escaliers vers la partie Feu.



Spoiler:
 
#   Lun 13 Mar 2017 - 22:27

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 445
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Regarder danser les étoiles.
Humeur : Taciturne.

Alice accepte ma proposition avec un sourire gigantesque. Petite boule de bonheur pur, jamais plus je ne pourrai la lâcher… Et pourtant, mes doigts quittent les siens alors que nous nous rapprochons de l’institut. Je ne sais pas être trop longtemps si proche d’une personne… et encore moins prête à me montrer ainsi.

Nous montons les étages jusqu’à celui des Feux et entrons dans ma chambre. J’y attrape mon sac que j’enfile autour de mon épaule, le laissant pendre contre ma hanche, avant de me tourner vers la douce. Mes yeux caressent un instant son visage puis je me détourne et me dirige vers la porte.

- Allons-y.

Dans ma voix résonne un sourire que je ne peux dissimuler, sincèrement heureuse du tournant que prend cette journée, bien qu’aussi nerveuse. Je suis inquiète et emplie de questions qui m’oppressent mais dont le poids se fait plus léger auprès de mon Soleil. Seulement…

Et si je me trompais ?

Je chasse cette pensée de mon esprit alors que nous sortons une nouvelle fois de l’institut pour nous diriger vers le village. Nous ne parlons pas beaucoup, laissons la nature combler les silences à notre place. Je dois reconnaitre que je cogite un peu trop pour parvenir à avoir une réelle conversation.

Enfin, nous rejoignons une boulangerie. Nous entrons et je laisse Alice commander ce qu’elle souhaite, me prenant de mon côté une brioche au sucre et un café à emporter. Je paye avant que ne sortions pour aller nous installer dehors sur un banc. Croquant dans un morceau de ma viennoiserie, j’avale ensuite une gorgée de ma boisson avant d’enfin reprendre la parole.

- J’aimerais que nous attendions un peu, lâché-je, probablement trop abruptement.

Je jette un regard en coin à la douce, détaillant ce visage que j’aime tant.

- Pour en parler, continué-je, à peine plus douce. Pour être… Normales ?

Un sourire contrit vient se dessiner sur mon visage. Je ne sais toujours pas m’excuser, mais si je savais, Dieu sait que je le ferais. Des millions de fois. Pour rendre toujours les choses si difficiles. Pour toujours prendre les chemins détournés, les virages, les routes sinueuses quand en réalité, il y a des manières si simples de faire…




♥:
 
#   Dim 19 Mar 2017 - 14:53

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 284
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 19
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Hamilton semble tout à coup réellement heureuse, elle rayonne, même sa voix sourit, ce qui a l'effet de faire battre un peu plus vite le coeur d'Alice, qui la rend encore plus légère. Elle sent, bien sûr, la nervosité de la Feu, elle la perçoit au fond de son regard. Elle a confiance, elle sera patiente, elles apprendront, ensemble. Et si ça ne va vraiment pas ? Eh bien tant pis, elles auront essayé. Aussi fort qu'elles pouvaient.

Alice hoche la tête, et la suite hors de l'Institut. Alice sortait peu du coté de la ville, et elle observe. Comme il fait beau, elle a l'impression que le jour est plus doux, que tout va bien, que même les gens ont l'air heureux. C'est peut être parce qu'elle-même ne s'était pas sentie aussi heureuse depuis bien longtemps. Des joies, elle en avait eu, mais de cette taille, de cette ampleur qui fait sourire sans même qu'on le veuille, non, elle n'avait pas connu cela plusieurs années.

Arrivées à la boulangerie, elle regarde Hamilton choisir, en inspectant les différentes gourmandises proposées. Pour sa part, elle prendra un chocolat chaud, et ... des chouquettes ! Des chouquettes qui avaient l'air supeeeeer bonnes ! Alice remercie Hamilton, et s'installe à coté d'elle, sans être en contact avec elle. Elle sort une chouquette et l'engloutis. Elle parait aux anges. Une enfant à qui on propose son dessert préféré, juste après avoir reçu le cadeau qu'elle voulait le plus.

La phrase d'Hamilton tombe, d'un coup, sans prévenir. Alice tourne la tête vers elle. Elle attned qu'elle finisse. La rousse ne la regarde pas. Elle sourit finalement, et mord de nouveau dans une chouquette. Elle prend son temps pour répondre, calme, sereine.

« Alors, attendons. Nous avons le temps. Je ne suis pas pressée. »

Elle boit une gorgée de son chocolat, regarde les arbres devant elle, pleine de douceur. Son expression est apaisée. Elle ajoute, un peu amusée, tout en restant tendre.

« De toute façon, les autres n'ont pas besoin de savoir, et on peut décider de se comporter comme on veut. Si ce n'est pas évident pour toi, alors on attendra que tu te sentes prête, ou que tu en aies envie. »

Alice s'en fiche, de le montrer aux autres. Elle se sait acceptée par Hamilton, elle n'a pas besoin de plus. Elle a le temps. Puis elle se tourne vers Hamilton, et tend vers elle une chouquette.

« Elles sont délicieuses, tu en veux une pour goûter ? »

Heureuse et légère.



Spoiler:
 
#   Lun 27 Mar 2017 - 16:15

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 445
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Regarder danser les étoiles.
Humeur : Taciturne.

Je sens le regard de la douce sur mon visage. Si habituellement cela me gêne légèrement sans m’exaspérer, là maintenant, je ne le supporte qu’à grande peine. Je ne rougis ni ne change mon air, mais intérieurement, je voudrais lui dire d’arrêter de poser ces yeux si doux sur l’être si terne que je suis.

Et pourtant, du coin de l’œil je vois son sourire. Et pourtant, elle est d’accord pour attendre. Et pourtant, elle ne parait pas triste ou affectée, d’attendre.

Je redresse mon regard vers elle, plus franchement que quelques secondes avant. Sans que je n’ai pu à mon tour répondre, elle affiche une mine heureuse et tend vers moi une chouquette, me demandant si je souhaite la goûter. Je reste face à elle quelques secondes silencieuses, mes yeux caressant ce visage si beau, si pur. Je commence à comprendre que désormais, j’aurais le loisir de l’admirer plus souvent, ce visage que je chéris tant. Je pourrai le toucher, le découvrir, lentement, à mon rythme, car j’ai le temps. Elle me le laisse, le temps.

Un poids s’enlève de mes épaules, et un léger sourire vient étirer mes lèvres.

- Je veux bien, réponds-je enfin.

Je tends ma main vers celle d’Alice et attrape entre mes doigts la viennoiserie, croquant dedans avant de boire une gorgée de mon café.

- Tu as raison, elles sont très bonnes.


Je la termine avant de me tourner vers la Terre. Un éclair amusé traverse soudain mon regard, éclair que j’explique rapidement :

- Tu as un peu de sucre sur les lèvres, Alice, dis-je doucement.

Euh. Va-t-elle croire que je fixe ses lèvres ? Etait-ce bizarre que je lui dise cela ? Et… Euh… Pourquoi fais-je cela ?

Comme dans un rêve, je me vois poser ma brioche sur mes genoux et suis des yeux mon bras qui se lève un peu et ma main qui s’approche du visage de la douce. Je pose avec délicatesse mon pouce sur sa lèvre inférieure, mes quatre autres doigts effleurant sa joue.

- Voilà, lâché-je dans un souffle, les joues légèrement roses.

Je déglutis difficilement et retire précipitamment ma main du visage d’Alice. Je prends une nouvelle gorgée de mon café, les yeux braqués devant moi, avant de poser ces derniers sur la viennoiserie posée sur mes genoux. J’attrape celle-ci et pose mon regard sur la Terre :

- En veux-tu un peu ?

Je la tends avec hésitation vers elle, un peu trop vite, un peu trop abruptement peut-être. Je n’ai pas l’habitude d’agir ainsi, pas l’habitude d’essayer de me montrer attentionnée. Mais j’essaie.

C’est déjà bien d’essayer, n’est-ce pas ? Et puis… C’est ma manière de la remercier.




♥:
 
#   Mer 5 Avr 2017 - 19:45

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 284
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 19
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice observe les réactions d'Hamilton. Elle lève simplement les yeux vers elle. Et Alice se contente de lui sourire, tendant sa chouquette. Longtemps, elle la regarde, sans rien dire, et Alice attend, elle la regarde elle aussi. Ce n'est pas encore de la complicité, mais de la découverte, dont elles ont besoin, l'une comme l'autre. Et puis le sourire éclaire le visage de la rousse, alors qu'une chaleur vient se loger dans le coeur d'Alice. La voir heureuse, rien de plus. Tout ira bien maintenant. Là tout de suite, ça va. Et ça lui suffit.

Elle hoche vigoureusement la tête à la réponse de la Feu, et engloutit de nouveau une chouquette, l'air toute heureuse. Alice adoooore les chouquettes. Alice est une enfant gourmande, qui ne se permet pas beaucoup de l'être, mais quand elle s'en laisse le droit, elle en profite et devient toute joie. Les pains au lait, les brioches et les chouquettes... Que de réconfort et de délice pour la Terre. Elle tourne de nouveau la tête vers Hamilton lorsqu'elle le lui fait remarquer.

« Ah oui ? »

Elle fronce les sourcils, et va pour se frotter les lèvres. Et puis le geste de la Feu l'arrête. La Terre ne bouge pas, elle se laisse complètement faire, ne lâchant pas le regard concentré d'Hamilton sur ses lèvres. Elle ne la retient pas le moins du monde lorsqu'elle s'écarte, mais ne peut s'empêcher de sourire, un peu timide, un peu gênée, mais toute heureuse. Elle baisse les yeux, ne voulant la gêner plus.

Heureusement qu'il y a peu de passants, Hamilton semble se détendre assez vite, lui proposant de sa brioche. Abruptement, mais elle lui propose. Son regard est un peu hésitant... Est-ce qu'elle la remercierait ? Alice sourit et accepte. Elle place deux doigts à coté de ceux d'Hamilton, tire un peu dessus pour en prendre un bout. Elle rapproche son visage pour mordre dedans pour ne pas faire tomber de sucre. Elle finit par sourire, et écarter de nouveau son corps de la brioche. Les yeux fermés, le sourire amusé, elle parle la bouche un peu pleine de brioche :

« C'est super bon ! Merci. »

Ses jambes se remettent à battre le vide, et elle redevient toute détendue, toute contente. Cela lui fait un peu étrange de retrouver ce genre de relation avec quelqu'un. Alice a confiance, et prend son temps, elle aussi. Autant qu'elles soient toutes les deux à l'aise, non ?



Spoiler:
 
#   Mer 12 Avr 2017 - 15:08

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 445
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 18
Emploi/loisirs : Regarder danser les étoiles.
Humeur : Taciturne.

Alice se laisse faire alors que je lui enlève le sucre des lèvres puis m’offre un sourire adorable, mélange de timidité, de gêne et de bonheur. Mon cœur bat un peu plus vite, mes joues rosissent légèrement, mon regard se fait plus fuyant mais coule vite à nouveau sur la douce, irrésistible.

La Terre prend ensuite un petit morceau de la brioche que je lui tends. Elle garde les yeux fermés comme pour mieux savourer la viennoiserie. Je l’observe un instant puis m’approche et l’embrasse, profitant de ses paupières abaissées pour la surprendre. Un passant glisse un regard vers nous et parait amusé par la scène jusqu’à ce que ses yeux rencontrent les miens peu avenants. Il s’éloigne finalement et je me lève en me tournant vers la douce.

- Si tu as fini, peut-être pourrions-nous marcher un peu ?

Nous nous mettons en route, profitant de croiser une poubelle pour jeter nos gobelets vides ainsi que les sachets ayant contenu les viennoiseries. La journée se passe, nous discutons d’un peu tout, formons un duo étrange à mes yeux mais qui doit paraitre si banal de l’extérieur. Je suis surprise que tout se passe si calmement, si doucement.

C’est plus apaisé qu’au réveil que je rejoins le café où j’ai été embauchée depuis peu en fin d’après-midi. Le travail m’appelle et je dois me séparer d’Alice. Pourtant, mon esprit est maintenant un peu plus calme. Même s’il me reste de nombreuses questions, trop pour avoir eu le temps de toutes les poser, je sais. Je sais que maintenant j’ai le temps, qu’elle me le laisse, et qu’un jour peut-être, nous pourrons nous connaitre complètement.




♥:
 
 

Wake up, beautiful Moon !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Cour.
Aller à la page : Précédent  1, 2