Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Rendez-vous avec la lune ☆ ••• Matty chou ♥
Lun 20 Mar 2017 - 14:58
avatar
Féminin

Messages : 1120
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

L'air est plutôt doux, ce soir. Malgré tout, le temps reste frais ; un peu de vent, et une douce odeur d'humus. J'ai un sourire lorsque je sors de chez nous ce soir-là, plutôt heureuse de cette pause que j'entreprends après mes partiels. Enfin passés ! L'année est terminée ! Maintenant, il nous faut attendre les résultats qui, je l'espère, me permettront de commencer ma troisième année.

C'est un poids qui s'enlève de mes épaules ; je me sens un peu plus légère, plus libre, surtout après tout ce qu'il s'est passé ces derniers temps. Entre Allen qui ne sait plus où il en est, l'arrivée des psychologues et les visites médicales, puis enfin cette fête qui était un vrai fiasco, je crois que je ne savais plus où donner de la tête.

Après la fête, je m'étais décidée à aller voir Matheo, pour voir comment il allait tout d'abord, mais mon geste n'était pas non plus innocent. J'espère que rien de grave ne s'est produit dans le placard, et même si je voyais bien qu'il ne souhaitait pas en parler devant tout le monde, pendant la soirée, j'espère bien que nous pourrons en discuter tranquillement. Va-t-il mieux ? Lui a-t-il pardonné ? Moi, pas tout à fait. Je me souviens de son expression, de son visage tellement triste lorsqu'il était venu me voir, il y a quelques mois...

De toute manière, j'ai bien d'autres plans en tête. C'est avec enthousiasme que je vais frapper à son porte, une fois le soleil bien couché, et que j'attends devant sa chambre qu'il m'ouvre. À chaque fois que je vais dans ce dortoir, ça me fait tout drôle de me rappeler où se trouvait ma chambre... Mais celle-ci a depuis bien longtemps été réattribuée.

—Bonsoir Matheo, je lui souris, bien incapable de l'appeler "Math" comme mon frère. Comment vas-tu ?

Je lui ai donné rendez-vous un peu plus tôt, espérant que nous puissions passer une jolie soirée tous les deux. Il sait que je ne peux pas rester toute la nuit, de toute manière... Et bientôt, le jour sera bien plus long que la nuit. Autant en profiter tant que la nuit arrive encore suffisamment tôt.

—J'espère que tu es prêt pour notre petite soirée en tête-à-tête, je le taquine encore, sans me départir de mon sourire.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Lun 20 Mar 2017 - 17:59
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Depuis la soirée de la Saint Valentin version japonaise, je n'avais pas eu l'occasion de ressortir beaucoup. A part errer ici et là pendant la nuit, puisque je n'osais pas remettre mon costume seul de peur que l'on en se moque de moi, je me contentais de m'entraîner dans mon coin, à perfectionner ma perception des énergies sur des zones de plus en plus large. Cela avait malheureusement ses défauts aussi... Je ne cherchais pas vraiment à espionner quiconque mais lorsque l'on est attaché à quelqu'un, ou que l'on a ressenti son énergie tellement de fois que ça en devient aussi naturel que respirer, c'est très difficile de occuper le lien qui existe. Bien que je fasse mon possible pour faire taire mes sens, je ne pouvais m'empêcher de ressentir des énergies allant et venant dans Sa chambre, parfois jusqu'au lendemain matin. Après ce qu'il m'avait dit lors de la soirée, j'étais un peu perdu, et à présent, je le suis encore plus. Je ne savais même pas quoi en penser.

De petits coups frappés à la porte me distraient de mes sombres pensées, et je me dirige vers celle-ci avec un grand sourire. Aoi m'avait contacté plus tôt dans la journée, pour me demander si elle pouvait passer, pour se faire une petite soirée entre nous. J'avais accepté bien sûr! C'était l'occasion ou jamais! Je ne la croisais que rarement depuis qu'elle avait repris ses études à la fac et, si ce n'est pour se coup de main que je lui avais demandé, nous n'avions pas eu l'occasion de passer du temps ensemble depuis longtemps.

-Bonsoir Aoi, la saluais-je avec un large sourire. Plutôt bien, mais j'étais impatient que tu arrives! Les journées sont longues dans cette chambre...

Chambre que j'avais bien arrangée depuis la venue de Huo, où tout était sans dessus dessous voire complètement brisé. J'avais tout remis en état, jetant ce qui était définitevement perdu et rangeant tout ce qui devait l'être. Après, au vu de ma condition, ce n'était pas non plus le grand désordre, j'avais quand même besoin que chaque chose reste à sa place.

-Bien sur que je suis prêt! J'ai surtout hâte de savoir ce que tu m'as concocté!

Ce qui était parfaitement vrai. J'aimais bien les surprise, mais je préférais le moment où la découvrais. Dans tous les ca,s ça promettait d'être une soirée très riche.

-Tu n'es pas trop fatiguée par les cours ? demandais-je gentiment.

Je n'osais pas imaginer l'énergie que ça devait lui demander de suivre des études de médecine tout en accomplissant son travail de master ici à Terrae. Elle avait vraiment du courage pour tout faire, je n'en serais jamais capable.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 27 Mar 2017 - 18:43
avatar
Féminin

Messages : 1120
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Honnêtement, je me demandais un peu comment allait Matheo depuis la fête, mais peut-être que je me suis un peu trop inquiétée ? Savoir que Mitsuki avait fait des bêtises à mettant dans le placard certains de mes plus proches amis avec des personnes qu'ils ne souhaitaient pas voir (même si ça n'a pas eu l'air de leur faire de mal pour certains, huhuhu~) m'avait un peu refroidie... Mais après tout, tout s'est bien passé alors autant prendre cette fête du bon côté. J'espère juste que nous pourrons en discuter un peu un Matheo…

Mon sourire s'élargit donc lorsque je vois Matheo, qui est tout de même de relativement bonne humeur. Je glisse doucement ma main sur la joue de Matheo pour un petit salut tendre.

—J'imagine, je souffle avec un sourire un peu triste. On devrait vraiment te tenir compagnie plus souvent. Il faudrait demander à Hideko de changer les vitres du couloir des airs, je suis surprise que ça n'ait pas encore été fait.

Un soupir m'échappe mais je reprends malgré tout mon sourire.

—Oh, ce n'est rien d'extraordinaire, mais je me disais qu'une sortie nous ferait du bien à tous les deux~ Tu prends ta veste ? Il fait encore un peu froid dehors.

Je l'attends tranquillement près de la porte et lui attrape le bras, bras dessus-bras dessous avec un sourire.

—Sinon, pour mes cours... Rien d'extra non plus. J'ai fini ma deuxième année, j'attends encore mes résultats. Je ne sais pas trop ce que ça a donné, mais a priori, ça devrait s'être bien déroulé... Je pense.

Une moue boudeuse se glisse sur mon visage, avant que je ne continue :

—Tu veux que je te dise ? Je n'ai jamais eu une très bonne mémoire, en plus. Je ne sais toujours pas pourquoi je me suis lancée là-dedans, je ris. Mais ça porte un peu ses fruits. Et au moins, je sais un peu mieux me débrouiller avec mes pouvoirs. L'intuition ne fait pas tout. Et puis, on a besoin de médecins ici, je souris.

Doucement, je pose brièvement mon index sur son front.

—Et toi alors, tu prends encore des cours par correspondance ? Je ne me souviens plus vraiment.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Lun 3 Avr 2017 - 16:55
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je rayonne presque littéralement lorsqu'elle entre dans la pièce. J'ai l'impression que l'on ne se voit que lorsqu'il y a un problème ces derniers temps, surtout lorsque moi j'en ai un en fait, et sa présence me rappelle combien elle me manquait. Je pouffe légèrement en entendant ses critiques sur les vitres du couloir et mon manque de compagnie.

-Ne t'en fais pas! Je m'en accomode très bien! Et puis au moins, je peux dormir toute la journée, comme ça je passe mes nuits accompagnées, dis-je avec un large sourire.

Je sautille à moitié sur place quand elle propose une sortie. Je suis plus qu'enchanté à vrai dire. Lorsque l'on passe la moitié de la journée enfermé, sans pouvoir ouvrir une fenêtre ni rien d'autre, ni même sortir prendre un peu l'air, l'idée de respirer un grand bol d'air pur est tout de suite attrayante. On serait bien mieux que dans ma chambre en plus. Ces temps-ci, je faisais mon maximum pour ne pas y rester trop longtemps. Dès que l'opportunité se présentait, je m'empressais de quitter cet endroit.

D'un geste du poignet, je fis voler une veste assez chaude que j'attrapais d'un petit bond énergique, avant d'entamer ma promenade avec Aoi, tel un vieux couple au parc. Je l'écoute me parler de ses cours, de ses examens, rigole un peu quand elle me dit n'avoir aucune mémoire. Je secoue finalement le tête en lui adressant un signe de victoire.

-Je suis sûr que tout s'est bien passé! Ils ne verront jamais meilleur médecin que toi! Huo m'a souvent dit combien tu travaillais dur, ça va forcément payer. En plus, tu es intelligente, donc ça ne gâche rien, dis-je sur le ton de l'évidence.

Je l'envie un peu de savoir si bien se servir de ses comprendre, de comprendre ce qu'elle soignait plutôt que d'y aller à l'instinct. Cet aspect de mon pouvoir était encore trop neutre, obscurci par trop de blanc dans mon savoir pour que je puisse vraiment en tirer parti. J'avais parfois l'impression d'avoir fait le tour de mes capacités au stade où j'en étais, mais je savais au fond de moi que c'était loin d'être vrai. Le fait de ne pas pouvoir tester mon pouvoir donnait cette impression, il fallait que je lutte contre.

Sa question me tire une moue dubitative. Je ne sais pas vraiment quoi lui répondre de prime abord, puis décide d'y aller franchement.

-Non je ne peux plus à cause de ça, dis-je en désinant négligement mes yeux. En même temps, je ne suis pas sûr de ce que je veux faire. C'est déjà un miracle d'avoir réussi à finir mon cycle scolaire à mon niveau, mais maintenant que j'en suis là, je me retrouve un peu sans savoir quoi faire. Médecin serait la voie tracée au vu de mes pouvoirs, mais je ne sais pas si c'est ce que je veux vraiment... Je suis plus doué pour écouter les gens et les aider, que pour les soigner je crois. C'est le comble pour un guérisseur non ?

Je rigolais à ma propre question. L'idée de quivre des cours par correspondance était moyennement motivant pour l'université, qui plus est, maintenant que j'étais aveugle, je ne pouvais suivre aucun cursus. Il y avait des méthodes et des associations pour, mais aucune n'impliquait que je reste dans ma chambre parce que je ne supportais pas la lumière du jour.

-Tu as toujours voulu être médecin toi ? Ou ce sont tes pouvoirs qui t'ont montré la voie ?

J'étais curieux de savoir comment elle était arrivé à savoir ce qu'elle voulait faire. Cela me semblait une telle énigme pour l'instant que je voyais tout ça comme insurmontable.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Sam 15 Avr 2017 - 18:18
avatar
Féminin

Messages : 1120
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Vraiment, je ne sais pas comment fait Matheo pour avoir l'air si heureux, tout le temps. Si optimiste. C'est vrai, dans une situation pareille, beaucoup de gens se seraient retrouvés au bout du rouleau, mais lui tient bon. C'est quelqu'un de courageux, Matheo... J'ai vraiment envie de faire ce que je peux pour l'aider. C'est vrai qu'on n'est pas forcément les amis les plus proches de Terrae, mais il compte pour moi malgré tout. Peut-être que je devrais trouver un moyen d'être plus présente pour lui ?

Alors qu'une vague de culpabilité me submerge petit à petit, je tente de me raisonner. Oh, allez Aoi, pas la peine de te stresser avec ces bêtises : pour le moment, tu es là, et c'est ce qui compte, pour toi comme pour lui. Nous rions gai(y)ment en prenant notre temps pour sortir de l'institut.

Mon visage s'empourpre légèrement à ses mots et je secoue lentement la tête en riant.

—Mais n'importe quoi. Je travaille beaucoup, mais ça ne veut pas dire que je suis douée, tu sais ? je me moque en lui pinçant doucement les côtes pour le taquiner.

Hmm ? Est-ce qu'il n'a pas encore perdu du poids ? Mes sourcils se froncent, mais je ne fais pas de commentaire à ce sujet, préférant me concentrer sur le reste de la conversation. Je me mordille légèrement la lèvre. Effectivement, je n'y avais pas vraiment pensé... Mais j'avais sûrement imaginé qu'Hideko trouverait un moyen de le laisser étudier, en écoutant des enregistrements de cours ou ce genre de choses. Je suis stupide, ou quoi…

Nous sortons et je laisse un silence s'écouler. Nos pouvoirs, hein...

—Je ne pense pas que ce soit un comble. Ecouter les gens, les aider... c'est aussi vouloir les guérir, quelque part, mais dans leur cœur. Tu pourrais demander à la psychologue de l'institut de te former, si jamais l'idée te plaît ? Jusqu'à ce qu'on trouve un moyen de te faire suivre des cours normalement. Et je suis certaine que l'on trouvera un moyen, je souris gentiment à son attention.

Je laisse quelques secondes passer avant de continuer :

—Tu sais, je pense que nos pouvoirs nous donnent ce dont nous manquons, ou un coup de pouce pour justement passer un palier que nous n'arrivons plus à dépasser seuls. Un sensitif recevra ce don parce qu'il a des difficultés à comprendre les émotions des gens, ou peut-être à les ressentir. Nous, guérisseur, nous obtenons ce pouvoir pour peut-être… je ne sais pas. Soigner ce que nous sommes incapable de soigner ?… Avant ça, je ne pensais pas que j'étais capable de faire quoi que ce soit. Enfin, tu te souviens lorsque nous nous sommes rencontrés, j'étais vraiment maladroite, je ris. Et puis... Ce n'est pas que mes pouvoirs m'ont montré la voie, je n'aime pas le penser de cette manière. Mais j'ai voulu me rendre utile. J'ai voulu... Je ne sais pas ? J'espérais que je ne serai plus cette fille-là, stupide, incapable de faire quoi que ce soit. Alors j'ai appris pour les autres, parce que je veux pouvoir dire, plus tard, que cette personne souffrira moins, ou ne souffrira plus. Même si je sais qu'il y aura sûrement des échecs...

Mon regard se fait doux et se pose sur le visage si fin de mon ami. Je le détaille un instant, un peu perdue dans mes pensées. Ma voix s'est faite plus lente et plus douce au fur et à mesure que je parlais.

—Un jour je me suis retrouvée face à l'Avatar, et elle m'a blessée très gravement, je souris vaguement, malgré tout un peu perturbée par ce souvenir. Elle avait tué un adolescent devant moi... Et je n'en étais qu'une, moi aussi. J'ai vu que ces pouvoirs étaient capables de faire beaucoup de mal. J'ai vu que l'être humain en était lui aussi capable. J'ai envie d'être forte pour ne laisser personne mourir bêtement comme ça. D'être forte comme les médecins et les guérisseurs qui m'ont soignée ce jour-là pour que je reste en vie.

Cette fois, ma voix se bloque un peu. Les images reviennent, ces images que je pensais effacées. Ou du moins, scellées dans mon coeur.

—Il faut des gens qui se battent pour les autres, et j'ai envie d'être de ces personnes-là. Peut-être que je ne me sentais pas assez forte pour le faire, avant d'obtenir mes pouvoirs, de passer Master ? Mais maintenant, c'est ce dont j'ai envie. Disons que nos pouvoirs nous comprennent mieux que personne, puisqu'ils sont une part de nous-mêmes. Alors c'est un peu présomptueux, mais je pense qu'on a tous quelque chose à faire ici... Que ce soit à Terrae, ou ailleurs sur Terre.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759


Dernière édition par Aoi Amazaki le Mar 18 Avr 2017 - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sam 15 Avr 2017 - 18:50
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je l'entends se justifier, préférant dire qu'elle travaille beaucoup plutôt que de s'accorder un quelconque talent. Avec un petit sourire moqueur, je lui sors un "mouais, mouais c'est ça..." plutôt que de renchérir, sachant que de toute façon, elle me contredirait. Je croyais assez en son talent pour deux. A partir du moment où l'on est prêt à travailler dur pour quelque chose, cela montre déjà nos capacités et c'est ainsi que l'on peut déployait tout son potentiel. Si elle avait réussie jusque là, outre un travail acharné, c'est aussi parce qu'elle était douée... et très certainement faite pour ça. D'ailleurs, c'est difficile d'imaginer Aoi autrement qu'en train d'aider les gens. Elle était faite pour cela, ça se sentait

La suite de la conversation provoque un mélange de différent sentiment dans mon esprit. D'abord la gratitude, parce qu'elle me comprend lorsque je dis que je ne em sens pas spécialement apte à être médecin, puis la réflexion, elle me donne sérieusement à réfléchir sur le sujet, enfin l'acceptation. J'écoute chacun de ses mots en silence, buvant ses paroles et méditant dessus en même temps. Certains mots trouvent un écho plus prononcé chez moi mais tout son discours finit par apaiser mon esprit alors que je réalise que, tout au fond de moi, je svais tout ça. J'avais sûrement besoin d'entendre quelqu'un me le dire. Ces pouvoirs... Je n'ai pas compris au début pourquoi j'avais écopé de celui-ci, il me semblait si différent, si opposé à ma nature, ma situation. Je m'étais dit alors qu'il avait peut-être vu quelque chose en moi, qui répondrait à ses exigences. Je n'en voulais pas au début. J'étais heureux de pouvoir guérir les autres, mais une incompréhension persistait sans cesse. Pourquoi ce pouvoir ? Pourquoi moi ?
J'ai l'impression, en l'écoutant, que notre rapport à Terrae et les événements que l'on y vit sont déterminants dans notre prise de décision. Après tout, n'est-ce pas ainsi dans le monde réel également ? Parce que l'on a rencontré un personne, ou visité tel lieu, un goût pour telle ou telle discipline apparaît ?
Je tournais un visage lumineux vers Aoi, lui offrant un chaleureux sourire.

-Merci Aoi. Tu n'imagines pas à quel point tes mots m'ont apaisés, dis-je simplement.

Quant à sa proposition de demander au psychologue de l'institut de me former, je ne pus réfréner la grimace que je sortais habituellement lorsque l'on me disait de demander à Ryu tel ou tel truc.

-Je ne veux pas déranger... Elle doit avoir beaucoup de travail avec autant de monde ici...

Je laisse passer un ange, avant de reprendre la conversation, hésitant quelque peu sur le sujet.

-Je suis désolé que tu te sois faite attaquée par l'Avatar. Je l'ai rencontré moi aussi... J'ai fini à l'hôpital d'ailleurs, mais rien de trop grave. Pourtant, je n'arrive toujours pas à lui en vouloir car tout ce que j'ai ressenti, c'était sa peine. Mais tu as raison, ça n'excuse en rien ce qu'elle a fait, dis-je aussitôt, ne voulant pas la blesser.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé d'Aelita. Je n'en avais parlé qu'à Ryu à vrai dire, le jour de mon agression, et j'avais vite changé de sujet car j'avais compris qu'il n'était pas prêt à entendre qu'elle ne soit pas mauvaise. De totue manière, ce n'était que mon avis, et en sortant de l'hôpital, j'ai vite mesuré à quel point les gens la haïssait. Elle est partie de toute façon à présent, il n'y a plus de raison de ressasser tout ça. Pourtant...

-Le lendemain de mon agression, lorsque j'étais à l'hôpial, je suis devenu aveugle. Ca peut paraître étrange mais, depuis ce jour-là, j'ai l'impression de ressentir plus de choses sur els sentiments des gens, comme si ce que je ne pouvais pas voir sur leur visage se distinguait à travers des... ondes, des pressentiments. Je ne sais pas comment le dire. J'ai toujours été enfermé dans ma chambre, sans jamais voir le monde extérieur, ni les gens qui le peuplaient. Pour être honnête, ils me faisaient un peu peur, parce que je ne les comprenais pas toujours. Je découvrais tout juste ce qu'était vivre. Bizarrement, même si c'est très étrange à dire, être aveugle m'a appris à discerner les émotions et à comprendre le coeur des gens. Parce que je ne me fie pas à leurs paroles ou leurs visage mais tout est dans... comment dire... L'intonation, la façon de le dire, le souffle... C'est compliqué mais depuis, j'ai bien moins peur des émotions des autres. C'est sûrement pour ça que je souhaite pouvoir les aider avec...

C'était difficile à exprimer. Je ne trouvais pas les mots exacts qui me permettaient de dire ce qui se passait en moi. Pourtant c'était si limpide dans mon esprit. Les mots d'Aoi avaient comme clarifiés tout ça, comme une assurance que ce que je ressentais n'était pas une simple lubie, mais que c'était bel et bien déterminant pour moi.

-Moi aussi, j'ai l'impression d'avoir trouvé ma place à Terrae... Je suis juste triste de ne pas pouvoir aider autant que je voudrais, dis-je en désignant d'un geste vague l'ensemble de mon corps.

Handicapé, aveugle... Je n'étais pas d'un grand secours. Encore moins ces derniers temps.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Sam 15 Avr 2017 - 19:34
avatar
Féminin

Messages : 1120
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Pouvoir tout lâcher, comme ça, sans crainte du jugement, je pense que ça me fait du bien. J'ai toujours un peu peur de ressasser les événements passés, parce que je sais… que, justement, ils sont passés. Ils ne pourront pas être changés, peu importe le pouvoir que j'ai pu acquérir. Peu importe que ma Greffe concerne le Temps qui passe. Il faut accepter les choses ; ce qui ne veut pas non plus dire que nous ne devons rien tenter pour améliorer les choses. Ce qui est passé est passé ; mais ce qui reste à faire peut encore être fait.

Je ne crois pas avoir beaucoup discuté de tout ça avec Huo. Sans doute parce que lui n'accepte pas son pouvoir aussi bien que moi. Lorsqu'on contrôle le feu, et que l'on manipule les autres, c'est difficile de se dire que nos pouvoirs ont vu quelque chose de bien en nous. Pour autant, je n'arrive pas à me dire le contraire. Tout comme personne n'est purement mauvais, les pouvoirs ne nous choisissent pas au hasard... Ou simplement parce que nous correspondons à telle ou telle caractéristique.

Alors le sourire que me renvoie Matheo me réchauffe le coeur. Je passe délicatement mon bras autour de ses épaules pour le serrer brièvement contre moi, ma joue posée contre son bras et un sourire aux lèvres.

—Sois pas bête, tu ne déranges pas, je réplique du tac au tac en riant. Elle a du boulot, mais on a besoin de psy à Terrae. On a même dû en engager à l'extérieur... Alors si tu veux te former, elle en sera très heureuse.

Un silence passe, pendant lequel je me détache de Matheo et reprends simplement sa main dans la mienne, naturellement. Si le geste m'aurait gêné il y a quelques années, je ne le trouve même pas déplacé. Pendant qu'il se remet à parler, je lève les yeux vers le ciel pour observer les étoiles. Aëlita... Cette femme n'était pas mauvaise. Il y avait des gens pour le croire, effectivement. Pourtant, je ressens toujours de l'animosité à son égard. J'ai mal, et je sais que même si elle souffrait, elle n'aurait pas dû se laisser aller à la destruction de cette manière.

Je repense aussi à Oksa, cette fille qui souffre tellement et qui rejette les autres parce qu'elle pense pouvoir se préserver d'eux. Il y a tellement de gens qui opposent la souffrance à la souffrance…

Doucement, je resserre ma prise sur sa main et pose mon autre main dessus pour la recouvrir.

—Oh, ça, c'est ce que tu crois, je le taquine. Tu es utile, Matheo. D'ailleurs, j'ai besoin de toi pour un graaand projet futur ! Mais je t'en parlerai avant de rentrer, nous avons le temps.

Un sourire m'échappe. Il vacille un peu. Son état s'est tellement dégradé, déjà... Mais je sais qu'il tiendra le coup. Nous ferons en sorte qu'il tienne le coup, pas vrai ?

—Tout le monde ne peut pas se targuer de comprendre aussi bien les autres que toi. De pouvoir les écouter sans les juger... Tu vois, je déteste Aëlita, moi. Mais elle a beau t'avoir fait du mal, à toi aussi, tu ne ressens pas d'animosité à son égard... Tout le monde ne peut pas. Mais toi tu peux. Alors on va essayer de trouver des solutions pour que tu arrives à faire ce que tu veux ! Et pas de "mais ce n'est pas possible", d'accord ? Je suis passée Master, alors tout est possible, je plaisante.

Un ange passe. Je ferme les yeux pour sentir la brise sur mon visage.

—Tu es vraiment courageux, tu sais ?...
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Dim 16 Avr 2017 - 9:18
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Un petit rire fait vibrer mon corps lorsqu'elle m'étreint, un peu comme si je ronronnais au final maintenant que j'y pense. Elle m'encourage à nouveau à parler à la psychologue pour lui demander une formation. J'hésite un peu, même si au fond, j'en ai très envie. Je n'ai jamais surmonter cette manie d'avoir toujours peur de déranger ( ce n'est pas faute d'être repris par Ryu constamment pourtant ) mais pour cette fois... J'avais bienosé demander de l'aide à Norah à l'infirmerie pour améliorer mes connaissances et mes capacités de guérisseur, je ferai bien un nouvel effort pour mon avenir. Mon avenir...

Je n'avais jamais vraiment pensé à ce que je voudrais être plus tard car cela me semblait futile, totalement inutile. On m'a habitué très tôt à ne pas espérer dépasser un certain âge, à ne pas avoir de trop grands espoirs même si c'était important de rêver. Toujours cette contradiction étrange : me pousser à rêver mais pas trop grand, comme un remède dont on ne doit pas abuser. Mais je ne peux pas dire ça à Aoi. Je suis sûr qu'elle se fâcherait contre moi, en disant que j'ai tout mon temps.

-Tu as raison. J'irai la voir dès que possible! Je ne sais pas si elle est particulièrement fan des horaires nocturnes... Quoique maintenant j'ai mon costume d'ourson. Oh je ne te l'ai pas dis d'ailleurs! Tu sais que Ys m' offert une tenue spéciale pour les XP comme moi ? Tu sais les combinaisons NASA. Il l'a même transformé à l'extérieur pour que ça ressemble à un gros ourson. Je te la montrerai tout à l'heure en rentrant si tu veux! Je l'ai mis pour sortir du parc d'attraction avec Ys et Mitsu. C'était franchement génial... Dommage que je n'ai pas pu voir le soleil, mais ça n'empêche que c'était une journée géniale!

Je sautille limite sur place en évoquant ce souvenir. Je ne mets plus ma combinaisons dpeuis un temps, parce que tout seul, j'ai l'impression d'être ridicule, et je sens l'attention des gens se porter sur moi. Or, s'il y a bien une chose dont j'ai horreur, c'est d'attirer l'attention sur moi.

-Il faudrait te faire un costume aussi, je suis sûr que tu serais la plus jolie de nous tous dedans!

Je reprends sa main dans la mienne, sans hésitation, et marche d'un pas plus joyeux tout en évoquant à quoi ressemblerait Terrae avec uen armée d'oursons dans ses couloirs. Quoique Ys n'avait pas eu l'air franchement heureux que des enfants s'intéressant à lui. Or dans ce genre de tenue, c'était presque obligé.

Je vacille doucement à un moment, mais me reprends aussitôt, continuant la conversation comme si de rien n'était, espérant qu'elle n'ait rien remarqué. Enfin, bien sûr qu'elle a remarqué quelque chose, mais je sais qu'elle ne ferait aucun commentaire. Elle me connaissait. Mon attention redouble en entendant ses mots. Je lui adresse une mine surprise, lâche un petit "oh?" intrigué avant de la harceler.

-Quel projet ? Oh non vas-y dis-moi! J'ai trop envie de savoir maintenant! Dis-moi s'il te plait!!

Mais elle continue comme si de rien n'était. Je gonfle les joues un instant, boudant quelques secondes, pourtant j'écoute quand même ce qu'elle me dit. Je ne peux m'empêcher de rougir sous ses compliments. Un sourire naît sur mon visage, vite suivi par un léger rire sur ses recommendations. Ils sont tous pareils les masters au final! Toujours à me réprimander!

-D'accord, je ne le dirai pas,
dis-je simplement, taquin.

Je redeviens sérieux un moment, méditant sur tous ce qu'elle vient de dire. Un sourire triste m'échappe malgré moi lorsque je l'entends vanter mon courage. Je secoue légèrement la tête. Tout le monde me dit ça également.

-Je ne sais pas ce qu'est le courage, je n'ai pas l'impression d'être particulièrement courageux non plus. Je... Je refuse juste de me laisser abattre. Je m'étais préparé depuis tout petit, plus rien ne peut me surprendre à présent. J'étais en colère, frustré, triste un peu aussi... Je suis humain, je ressens tout ça. Mais c'était comme uen obsession, celle de ne pas me laisser briser, à tout prix. Si je devais m'effondrer à chaque fois que ma maladie avance, je me serai fait enfermer dans un hopital psychiatrique depuis longtemps, dis-je dans une vaine tentative d'humour noir.

Ce n'était pas du courage pour moi. Juste une obsession, un refus d'admettre une défaite. Finalement, je devais être bien plus orgueilleux que je ne le pensais. Je n'arrête pas de découvrir des choses sur moi-même ces derniers temps.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 18 Avr 2017 - 13:39
avatar
Féminin

Messages : 1120
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Nous rions doucement, même si la discussion n'est pas forcément la plus joyeuse que nous ayons eue. Mais la présence de l'autre nous permet un peu d'avancer... De voir les choses sous d'autres angles, de partager nos points de vue. Je ne m'estime pas plus sage ou plus sensée que Matheo, mais j'ai peut-être plus d'expérience pour ce qui est des pouvoirs et du contact avec les autres. Alors si je peux le pousser à réaliser ce qu'il souhaite faire, ça me rend heureuse. Maintenant, il faut en trouver les moyens, et c'est quelque chose d'un peu plus complexe... Mais, contrairement à ce qu'il pense, nous avons le temps. Et je ne le dis pas parce que je le contrôle en partie. J'y crois, de tout mon coeur.

Alors que Matheo me parle de son costume d'ourson, mon visage s'illumine. Ohhh, Ys ! C'est trop mignon. Ce type est vraiment adorable, en fait, sous ses airs de yankee... Je glousse un peu en imaginant mon ami emmitouflé dans ce costume, l'observant avec un regard doux.

—Oh oui, j'ai une amie qui aime bien coudre et fabriquer des choses improbables, je suis sûre qu'elle pourra m'aider à faire un costume pour aller avec. Comme ça, on pourra refaire une scène du type les animaux de la forêt, je ris. Quel animal je pourrais prendre, hmmm ?

Ma réflexion me pousse à rire un peu et je garde sa main dans la mienne pendant que nous avançons. Mais il semble être pris d'un malaise, alors je me tourne vers lui pour lui demander doucement s'il voudrait s'assoir. Il y a des bancs un peu plus loin, alors s'il a besoin de faire une pause, nous ferons doucement.

Mon rire reprend de plus belle alors que je le vois s'émoustiller à l'idée de mon super projet secret. Je lui lance un sourire taquin, bien que je sache qu'il ne pourra pas le voir, et continue comme si de rien n'était la conversation.

—Et c'est ce qui te rend courageux, je lui réponds calmement lorsqu'il me contredit. Tout le monde n'a pas la force de tenir sur ses deux jambes. On a des moments de faiblesse qui nous rendent pathétiques, et ici cela se voit plus qu'ailleurs. On a tous cette fragilité causée par le vide, alors ce n'est pas difficile de le savoir et de s'en rendre compte. Penser que, parce qu'ils sourient, les gens vont bien, c'est stupide. Tout comme de se dire que tout le monde est capable de tenir malgré les coups durs.

Un silence.

—On n'a pas tous la même volonté, et toi tu fais partie de ceux qui se battent. Ne pas se laisser abattre, ne pas vouloir se laisser briser, c'est courageux. Parce que tu encaisses les coups, et que malgré tout ça, tu restes là, bien debout. C'est tellement plus simple de se prendre un coup et de rester au sol que de chercher à se relever.

Pendant que nous parlons, je nous ai lentement dirigés vers un des bancs dans la cour et le fais s'assoir dessus lentement.

—Enfin, le problème, avec les gens courageux, c'est qu'ils pensent qu'ils doivent affronter tout ça seul, je fais en appuyant mon index sur son front. Ce qui les rend aussi bête, parfois, je ris.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Lun 24 Avr 2017 - 19:49
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Un large sourire éclaire mon visage en l'entendant si enthousiaste pour le costume. Je ne connaissais pas les animaux de la forêt, mais j'avais une vague idée de ce à quoi ça pourrait ressembler. Quel animal pourrait lui aller ? Hum.. Quelque chose de mignon c'est sûr. Il y a trop d'animaux mignon justement, c'est dur de choisir.

-Pourquoi un panda roux ? Ou un raton-laveur ? Non mieux encore un renard, ou un fennec, ça a de longues oreilles et c'est trop mignon!!!

Au fur et à mesure que je faisais mes propositions, de nouvelles idées me venaient à l'esprit, tant et si bien que je perdit l'équilibre un moment, étourdit par ma propre excitation. La tête me tournait légèrement, mais je me ressaisis juste à temps. Aoi avait noté mon absence, de fait, j'acceptai volontiers de m'asseoir au prochain banc que l'on croisera. Il faut croire que je n'ai pas assez dormi... Ou trop ? Ou ni l'un ni l'autre. Je ne sais plus vraiment depuis que ma maladie progresse, je me fatiguais tellement vite.

Une fois assis, je médite un instant sur ce qu'elle me dit. Tout ça me rend courageux... parce que je refuse de rester au fond de mon lit ? C'était hors de question ça! A quoi cela aurait-il servi ? Je ne pouvais déjà pas sortir quand je voulais, si en plus je ne quittais pas mon lit que me restait-il à faire à part attendre la mort ? Un frisson me parcourut.

-Je... Tu as sûrement raison, je ne le nie pas, même si pour moi ça reste normal...

Je secoue la tête légèrement, la baisse un moment puis la relève en prenant une grande inspiration.

-J'avais peur de la mort. J'en ai toujours peur d'ailleurs, même si maintenant c'est plus... comment dire... je m'y suis résolu, car j'ai grandi, mûri, du moins je l'espère! Mais à l'époque, je ne montrai rien et j'étais si effrayé à l'idée que tout puisse s'arrêter si tôt, alors que je n'avais rien vu du monde. C'est assez frustrant en vrai.

Je n'avais pas parlé souvent de ce sentiment de peur. A qui aurais-je pu en parler ? Personne ne me le demandait et ce n'est pas uen chose que l'on confie facilement. Qui aime avouer ces peurs ? Surtout une aussi banale que celle-là. Tout le monde craint la mort, même si elle doit arriver tôt ou tard. Mais quand on sait que c'est tôt... C'est différent. Ca modifie notre rapport au monde. Même notre rapport à la mort s'en trouve modifier. Cela aurait pu faire de moi une personne cynique et froide, puis j'ai décidé de me tourner vers la vie. Parce que c'est plus beau, parce que je n'avais pas eu le choix.

-C'est ma soeur qui m'a vraiment aidé... Sans elle je ne serais pas ce que je suis aujourd'hui. Elle avait un don pour dissiper mes peurs. C'est grâce à elle que j'arrive à me tenir comme ça. Et puis... si j'étais redevenu le même garçon qu'avant, ce serait comme si elle ne m'avait rien laissé, comme si elle avait disparu pour de bon. Ca c'était impossible! Je suis entêté parfois, dis-je avec un petit rire.

Je me tournais alors vers Aoi, lui offrant un petit sourire malicieux.

-Tu ne veux toujours pas me dire ce qu'est ce grand projet ?


Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 24 Avr 2017 - 23:17
avatar
Féminin

Messages : 1120
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Un rire m'échappe lentement. Un raton-laveur !!! Je me ferai une combinaison raton-laveur. Je suis certaine que ce serait parfait, et Huo aurait de quoi se moquer de moi. Je lui offre un grand sourire et lui lance :

—Le raton-laveur, c'est parfait !! Je nous imagine déjà, on fera un trio génial... Quel animal pourrait-on donner à Huo ? Lui serait parfait en renard, je pense, je m'amuse.

Nous continuons à papoter tranquillement alors que nous nous installons sur un banc. Je lève les yeux vers le ciel et étire un sourire plus large encore. Les étoiles scintillent plus fort, même si on ne peut pas observer la Voie Lactée à cause de la pollution lumineuse de Tokyo.

Normal, hein... Ce n'est pas normal, pourtant. Des gens qui sont moins malades que ça se font tout un patacaisse de leur mort, qui n'arrivera peut-être pas... Mais lui y a été confronté depuis tout-petit. Peut-être que les choses sont différentes pour lui, au final ? Mais je ne crois pas que parce qu'il sait que ses jours sont comptés, il est moins vulnérable à cette idée…

Mon sourire se transforme en moue. À sa manière d'en parler, je comprends qu'elle a probablement dû disparaître de sa vie... Mourir, sûrement. Je ne lui ai jamais vraiment posé la question.

—C'était ta petite ou ta grande soeur ? je lui demande calmement, pensive.

J'ai une pensée fugace vers Math. Un frisson me parcourt et je laisse mon regard se perdre dans le vague un instant, avant de relever les yeux vers lui avec un demi sourire.

—J'ai découvert que j'avais un frère - enfin, pas de sang, mais mon père l'avait adopté - il y a deux ans. C'était un peu étrange. Je me demande ce que ça fait, d'avoir un frère ou une soeur... Même si je me le figure assez bien avec Allen et Mitsuki, je souris très doucement.

C'est sûr, je ressens encore de la rancoeur envers Math. Mais je n'ai pas eu de nouvelles, impossible de le retrouver... Alors j'ai laissé tomber. Même si c'est difficile, moins j'y pense, mieux je me porte.

—Et pour ce qui est de ce petit projet... Tu es vraiment curieux ! je m'amuse en riant. Nous avons touuute la nuit pour ça...

Puis mon sourire devient mutin.

—Et puis, je n'aimerais pas risquer que des oreilles indiscrètes nous entendent, c'est vraiment TOP SECRET. Même Huo n'est pas au courant, c'est dire ! C'est une petite fulgurance que j'ai eue l'autre jour… Je réfléchissais à plein de choses, je n'arrivais plus à mettre de réelles pensées cohérentes sur quoi que ce soit, parce que quelque chose me tournait dans la tête sans que j'arrive à le définir depuis des jours. Et d'un coup, tziim!, comme un éclair qui fend le ciel !

Alors que mon buste se redresse davantage, je plante mon regard droit sur lui, les yeux brillants de détermination et d'excitation, comme je n'en ai pas ressentie depuis très longtemps, je crois.

—Mais... Enfin. Pour ça, j'ai besoin de ton aide, et qu'on puisse se faire confiance mutuellement. Tu veux bien ?
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mar 25 Avr 2017 - 19:59
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

C'est finalement le raton-laveur qui remporte tous les suffrages. En même temps, c'est tellement adorable comme animal, et ça lui ira parfaitement! Les couleurs et tout le reste... tout était fait pour que ce costume soit le sien. Je sautille légèrement sur mon banc, ravi que l'idée soit adoptée, avant de pouffer de rire. Je n'arrivais pas uen seconde à imaginer Huo à l'intérieur d'un de ces costumes. Il est un peu comme Ys, sûr de sa virilité et de son côté un peu dangereux sur les bords, alors se le représenter en ourson ou même en renard... C'est terriblement drôle.

-Ou un suricate! Ou un lézard tout coloré! Non ça va jurer avec ses cheveux... Oh je sais un écureuil!, proposais-je, me retenant de rire suite à l'image qui venait à l'esprit.

Là c'est sûr, il pourra oublier le côté badass affublé de la sorte. On ferait un sacré trio tous ensemble. Et avec Mitsuki et Ys, on créerai la domination des oursons, genre le noyau de base qui rallie tous les animaux du monde. On remplaçerait largement les power rangers.

Ma joie se fâne légèrement lorsque la conversation reprend sur ma soeur, quoique l'évocation des power rangers m'y avait déjà fait penser.

-Ma grande soeur! Elle était très protectrice avec moi... à sa manière, ajoutais-je en rigolant. Elle me poussait toujours à bouger, à faire du sport, à m'amuser, à sortir la nuit rencontrer des gens, elle n'arrêtait pas de m'enguirlander pour que je sois plus sûr de moi et que j'arrête d'être si peu confiant.

Un sourire s'était formé sur mes lèvres au fur et à mesure que je racontais tout ça à Aoi. Repenser à ma soeur n'était plus si douloureux qu'avant, bien au contraire. Cela faisait du bien parfois de se rappeller des choses pour ne pas oublier, sans pour autant se laisser sombrer dans la tristesse.

-Dans un sens, Ryu a repris ce rôle... si tu savais le nombre de fois qu'il m'a repris à chaque fois que je n'étais pas sûr de moi ou tout timide!

Ca... ce n'est rien de le dire. Mais au final, je trouve que je m'en suis bien sorti. J'ai fais de gros progrès de ce côté-là, moi-même j'ai du mal à me reconnaître de temps en temps. J'ai grandi, et en bien à mon goût.

Je l'écoute me raconter son histoire, comprenant qu'elle aussi à un frère également. Je pose ma main sur la sienne, lui offrant un sourire. Je ne comprenais pas exactement la nature de leur relation, mais quelque chose dans le son de sa voix me disait que c'était compliqué, tout du moins, il n'avait pas grandi ensemble.

-Il n'est jamais trop tard pour créer des liens tu sais! Vous pouvez toujours grandir ensemble, on ne s'arrête jamais vraiment, n'est-ce pas ?

Mon sourire se transforma bien vite en mine surprise, alors que je percutais enfin ses dernières paroles.

-Attends... Mitsuki et Allen sont frère et soeur ? Pour de vrai ? Ca c'est une surprise, ils ne se ressemblent pas tant que ça en plus.. Enfin je n'ai pas vraiment "vu" Allen mais de ce que je percevais c'était... Ouah, je ne savais pas!

En vérité, c'est toujours surprenant d'apprendre des choses sur des gens que l'on connait, totu du moins que l'on croit connaître. Je savais qu'ils se connaissaient mais je n'avais jamais imaginé un tel lien entre eux, je pensais qu'ils étaient juste meilleurs amis, tout du moins très proches.

Je me penche vers elle lorsqu'elle aborde son secret, avec une mine de conspirateur. Mes espérances sont vite douchées, mais je comprends bien qu'il s'agit quand même d'une chose importante contrairement à ce qu'elle veut me faire croire. Du moins pour elle! Je suis encore plus curieux de connaître mon rôle dans tout ça à présent, mais je me contrains à la patience. Je sais qu'elle me le dira tôt ou tard, et puis comme elle le dit si bien, nous avons toute la nuit.

-Bien sûr que je te fais confiance, dis-je comme si c'était évident. Et mon aide te sera toujours accordée.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mer 26 Avr 2017 - 14:35
avatar
Féminin

Messages : 1120
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Ohlala. L'image d'un Huo suricate ou écureuil me fait mourir de rire. Contrairement à Matheo, je ne retiens pas mon éclat de voix mais le contiens seulement pour ne pas faire trop de bruit. Quand on lui proposera l'idée, je l'imagine tout à fait nous lancer un regard désespéré, l'air de se dire "mais euh quoi, non, pourquoi ?"... Je crois qu'il préférerait encore avoir l'air d'un décontamineur.

La discussion glisse doucement vers la soeur de Matheo, qui était vraisemblablement son aînée. Je tente de l'imaginer, petite et blonde aux yeux clairs, avec le même sourire que le sien, quoique plus dynamique. Un sourire en coin s'étire sur mes lèvres, mais il n'est pas moqueur. J'imagine simplement ce petit bout de femme le pousser à faire toutes ces choses qu'il croyait sans doute impossibles pour lui, avant qu'elle ne lui montre qu'il peut le faire. Je pose ma main sur la sienne doucement. Ca fait toujours mal de se rappeler des gens qui nous ont quittés, mais il y a aussi tous les bons souvenirs. C'est ce qu'il faut se dire, je suppose… (Quand il y a des bons souvenirs, ou des souvenirs tout court.)

—Oh, j'imagine tout à fait, je lâche en repensant au Master.

Il croyait en moi aussi, à ma masterisation. C'est quelqu'un de bien, mais... parfois, trop de confiance ce n'est pas bon. Et si je n'en avais pas été capable, hein... J'en ai rêvé pendant des semaines. C'est peut-être pour ça que mon rapport à Hideko est toujours aussi complexe ?

—C'est un peu compliqué. Il est en fuite à cause d'un crime… enfin, je ne sais pas s'il l'a commis ou pas. Peut-être qu'on se reverra, mais ça fait depuis cet été que je n'ai plus de nouvelles. Il ne m'apprécie pas, de toute manière.

Et moi pas vraiment non plus...

Enfin, je m'arrête et tourne la tête vers Matheo, une mine surprise sur le visage à mon tour. Un nouveau rire me secoue alors que j'essaie de contenir une fois de plus mon hilarité. C'est vrai qu'il n'avait pas dû les voir, tous les deux, mais c'est tellement drôle !

—Non pas du tout ! Ils se connaissent depuis l'enfance. Mais ils sont un peu comme des frères et soeurs pour moi, c'était un peu comme ça que je voulais le dire.

Et puis, c'est possible d'être de la même fratrie sans se ressembler, non ...? Je n'ai jamais réellement connu ça, alors je ne saurais pas dire.

Nous revenons bien vite sur ce fameux secret dont je ne veux pas encore lui parler. Je lui souris doucement, ravie de son enthousiasme.

—Merci. Est-ce que tu veux qu'on aille voler un peu ?

Je l'aiderai s'il ne s'en sent pas capable. Mais j'ai envie de m'éloigner un peu de l'institut un moment... Pourquoi pas aller dans les plaines ?
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759


Dernière édition par Aoi Amazaki le Lun 19 Juin 2017 - 0:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Dim 18 Juin 2017 - 13:27
avatar
Masculin

Messages : 588
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je l'entends pouffer à côté de moi ce qui provoque un nouvel accès d'hilarité pour ma part. J'étais assez fier de mon idée et le fait qu'elle plaise était d'autant plus gratifiant. Et pusi il faut se projeter : imaginer Huo en petit écureuil ou en suricate, c'est juste irrésistible, surtout quand on pense que, comme Ys, il se voit comme un mec, un vrai, un gros dur. Le contraste est encore plus amusant. C'est la preuve que toute personne à une part de mignon en soi. Il faudra juste essayer de l'en convaincre... Ys voit ça comme une insulte lui. Je ne comprends pas ces gens.

Je retrouve mon sérieux en écoutant son récit sur ses relations avec son frère. Un criminel ? Et en plus ils ne s'apprécient pas ? Au fond, j'ai du mal à admettre que Aoi puisse ne pas aimer une personne, elle qui est si douce et si prévenante avec les autres. Pourtant, et je le dis souvent, la famille est une affaire complexe. J'ai eu énormément de chance avec les mienne, je m'en suis rendu comtpe avec mes amis qui, eux, ont vécu des moments difficiles. J'avais de l'amour, du soutien.

-Certaines choses sont faîtes pour ne pas se faire justement. Les liens familiaux, c'est toujours compliqué j'ai l'impression, dis-je avec un sourire léger.

Je rajoutais cette dernière phrase pour ne pas sembler trop fataliste. Ce n'est pas mon tempérament et, après tout, je ne sais pas vraiment de quoi je parle. Encore une fois, j'avais parlé avant de réfléchir.

-Ne fais pas attention à ce que je dis, je divague un peu ce soir je crois!


Aoi part de nouveau d'un bel éclat de rire, auquel je ne m'attendais. Je m'arrête et me tourne dans sa direction, l'air perplexe. J'ai dis quelque chose qu'l ne fallait pas ? L'explication éclaire ma lanterner, et je ne peux m'empêcher de rougir en l'entendant. J'avais décidément compris tout de travers.

-Oh non je suis désolé, je n'avais vraiment rien compris en fait, dis-je en riant à mon tour. Tu les connais depuis vraiment très longtemps alors j'imagine ?

Avant qu'elle ne me réponde, elle me fait une nouvelle proposition à laquelle je réponds en sautillant comme une petit garçon. Je commence à m'élever de quelques centimètres puis me laisse doucement porter vers le haut comme une feuille sous le vent. Je suis de nouveau tout excité.

-Oui, oui, oui! J'ai très envie de voler! Il y a tellement longtemps que je n'ai pas volé avec quelqu'un! On va où ? Je te suis ou tu me suis ? Ou nou nous suivons ? ajoutais-je dans une pauvre tentative de plaisanterie.

Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 19 Juin 2017 - 1:12
avatar
Féminin

Messages : 1120
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Les liens familiaux... Oui, c'est complexe. D'une part parce qu'ils nous relient à notre passé, mais aussi parce qu'on ne choisit pas notre famille. Ce sont les gens avec qui nous partageons les relations les plus complexes, je crois... Le problème, c'est aussi qu'on a tendance à les mettre de côté. Terrae, c'est se recréer une famille, c'est un peu renier la précédente, celle du sang. Alors je secoue doucement la tête.

—Non, pas de souci. C'est vrai, quelque part. Je ne sais pas si j'ai envie de plus le connaître ou pas. Je t'expliquerai peut-être une fois, mais c'est long et ce n'est pas très intéressant, je m'en excuse d'un air dépité. Mais je suis d'accord. Les liens familiaux... c'est vraiment ce qu'il y a de plus compliqué à gérer. Pour plein de raisons différentes, mais encore plus pour nous qui sommes à Terrae, je crois.

Nous finissons par continuer à parler de Mitsuki et Allen et je n'arrive pas à m'arrêter de rire. Puis je me tourne vers le petit blond et lui remets doucement une mèche de cheveux derrière l'oreille, après l'avoir brièvement averti du contact.

—Allons où tu veux ! Je te suivrai où tu iras, je m'enthousiasme en me levant, un grand sourire aux lèvres.

Tandis que Matheo s'élève dans les airs, je finis par faire de même. J'aime ressentir le vent autour de moi, j'aime cette sensation de voler au-dessus de tout sans risquer de chuter... C'est presque plus sécurisant que d'être au sol. Et je me sens comme un poisson dans l'eau, à pouvoir me mouvoir à nouveau en trois dimensions. Je me laisse emporter un moment, yeux fermés, avant de suivre Matheo là où il aura décidé de m'emmener. Pendant que nous volons, je reprends notre discussion où nous l'avons laissée :

—Par rapport à ce qu'on disait tout à l'heure, je ne les connais pas depuis aussi longtemps qu'eux deux. Leurs parents étaient amis à l'Ancienne Terrae, alors ils ont vraiment grandit ensemble. Ma mère connaissait aussi celle d'Allen, par contre, je souris. On s'est rencontrés à la réouverture de Terrae, il y a six ans. J'ai rencontré Mitsuki dans les dortoirs des novices, et après on a partagé une chambre pendant un temps, avant que les ailes par affinité ne soient créées. On a fait du chemin depuis...

Mon regard se lève vers l'immense ciel étoilé et je l'observe longuement, perdue dans mes pensées, ravie de pouvoir m'y perdre.

—J'ai vraiment conscience que c'est grâce à eux que j'ai pu évoluer de cette manière. Grâce à Huo, aussi, même si ça a l'air bête dit comme ça ! C'est juste. Cette évolution dont on parlait tout à l'heure, c'est aussi grâce à eux ?

Timide, maladroite, bégayante, incapable de m'imposer. J'étais parfois obligée de le faire, mais je détestais ça. Maintenant, j'y arrive mieux et je me suis un peu débarrassée de ces petites tares, même si elles sont encore là, au final. Il y a juste beaucoup plus de chose par-dessus.

—Enfin bon ! Ne parlons pas de ça. On évolue tous à notre rythme, surtout vu notre âge et… vu où nous sommes ? je ris, avant de poser un regard maternel sur Matheo. On est quand même dans un endroit étrange !
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

 

Rendez-vous avec la lune ☆ ••• Matty chou ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Chambres. :: Partie Air. :: Chambres individuelles. :: Chambre de Matheo
Aller à la page : 1, 2  Suivant