Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Rencontre du soleil et de la lune [Ft. Allegra]
##   Jeu 28 Sep 2017 - 12:03

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2017
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : La vie en philosophie ~
https://www.youtube.com/watch?v=dJ-QLl5qjLg

- Je ne sais pas qui sont Zola ou Balzac, je suppose qu'ils sont célèbres. Enfin bref. Tu sais, je ne suis pas là pour donner des leçons aux autres, mais plutôt pour apprendre d'eux ! J'aime apprendre, tirer des leçons des gens que j'observe et avec qui je me lie d'amitié !

Quelle crétine je faisais. Emportée par son histoire j'oubliais que la maturité de cette jeune fille n'était qu'apparente. Et moi je lui parlais comme à une vieille de cinquante ans. Bravo Alle' premier prix en péda'.

- Balzac et Zola étaient de très grands auteurs de romans français. Ils parlaient de conditions de vie très difficiles. On regardera un jour ensemble si tu veux.

Je souris. Cette gosse m'attendrissait au plus profond de moi-même. Même si je savais que jamais je ne réussirai à lui ouvrir la porte complètement, j'avais envie de l'aider à grandir de manière saine.

- En tout cas, je pense que les bibliothèques sont faites pour raconter des histoires, sinon en lire. Alors oui, je veux bien entendre la tienne. On pourra dire qu'on aura fini de faire connaissance après ça ! Et on pourra parler de choses et d'autres qu'on aime... Ou lire en silence.

Je vis un éclat espiègle dans ses yeux tandis qu'elle finissait sa phrase. Oui j'aime le silence Chii effectivement mais discuter avec toi ne me "fatigue" pas comme le brouhaha des discussions sans queue-ni-tête. Aucune pédanterie là-dedans, c'est juste qu'étant d'un naturel très calme et même introverti, les relations sociales très demandeuses déjà de base en énergie me demandent à moi le double. Je finissais donc souvent en ermitage pour plusieurs jours après chaque soirée un peu trop longues lors de mes études...

J'inspirais finalement pour prendre la parole. J'allais faire bref. Pas besoin de s'épancher.

- Je suis née en France, dans une famille instable. Ma mère a détruit notre foyer quelques années après ma naissance, laissant mon père avec deux enfants : mon grand frère et moi. Mon frère...

Je fis une pause. Parler de Dorian me faisait toujours aussi mal et même si mon visage ne trahissait rien je m'efforçais de supprimer les émotions qui commençaient à poindre en moi. Je sentis mon regard se durcir lors de ce processus rapide, qui était devenu une habitude. Léviathan reprend sa place, comme une enveloppe gelée afin de protéger mon hypersensibilité qui risquerait de me briser en ce moment. Parfois quand je sens ce moment venir, je jurerai que j'ai des yeux vipérins.

-Mon frère avait été fortement impacté par le comportement très nocif de ma maman. Mon père aussi, bien qu'il fit tout pour compenser ça. C'est un héros mon papa tu sais. Les années ont passées mais mon frère ne recouvrait pas la santé. Il était malade mais pas au sens physique du terme. Son coeur était malade
.

Je continuais de regarder Chii sans trahir d'émotions et en essayant de relater cette horreur avec des mots simples et épargnant les détails sordides à la gamine. Ce genre de saloperies ne regardaient que moi. Je ne pouvais pas entacher l'esprit des gens avec ça.

- Son coeur n'a jamais réussi à guérir de cette maman venimeuse. Je n'ai pas réussi non plus à le soigner. Moi je me suis plongée rapidement dans mes études, comme une femme d'affaire. Je m'ennuyais profondément au collège, au lycée. J'ai fais une classe préparatoire pour rentrée dans une grande école et j'ai été prise. Là je me suis noyée dans de multiples cours, masters, études... Je voulais devenir professeur de philosophie, le meilleur possible afin de pouvoir rendre le savoir qui reste caché dans des petits cercles de grands penseurs, accessible à tous.


J'avoue la parenthèse un peu longue sur ma formation était pour retarder la mention du décès de mon frère. Et pour détourner l'attention de Chii de manière subtile de mon histoire familiale.

- Lorsque j'ai été diplômée, ma famille était très heureuse. Mais peu de temps après mon frère décéda. C'est suite à ce décès que j'ai rencontré un Master et que j'ai atterri ici.

je souriais à Chii, j'avais été volontairement élusive sur la fin. Et en même temps involontairement. Dès que je voulais en parler j'étais bloquée. En dire plus m'aurait été impossible dans tous les cas. les mots se bloquent. Et de toutes manières, ça ne sert à rien de remuer ça.

- Il n'y a donc rien de fabuleux dans mon histoire. Je suis arrivée il y a peu et j'essaie de m'acclimater à l'endroit.


Ma voix était douce et mon visage détendu, comme un masque de porcelaine parfait qui semblait renvoyer mon histoire personnelle à l'anecdote. Après tout, c'est anecdotique pour  les autres. Et ça ne devrait même plus avoir d'impacte sur moi désormais. Tout est fini. Révolu.


Spoiler:
 
##   Lun 16 Oct 2017 - 15:37

Personnage ~
► Âge : 17 ans, je les fais pas hein ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 05/04/2017
Age : 21
Emploi/loisirs : Chanter ~
Humeur : Yahoo !!

J'écoutais l'histoire de Allegra en m'efforçant de rester dans un état d'esprit joyeux et positif. Allegra avait eu une vie difficile, sa mère ayant été quelque peu venimeuse de ce que j'en avais compris. Son père, en revanche, avait bravement supporté sa situation, et avec la jeune femme à ses côtés, ils avaient pu apporter du support à son frère. Je ne comprenais pas tout de l'histoire de Allegra car je voyais bien qu'elle avait omis certains détails. Sûrement avait-elle pensé que j'étais trop jeune pour les détails qu'elle avait passé sous silence. Ça se comprenait, qui irait raconter les parties les plus sordides de sa vie à une gamine de 17 ans ! Pourtant j'aurais aimé avoir tous les détails. Je pense que le fait que je connaisse pas Zola et Balzac l'a trompée sur ma maturité... Pourtant si je n'ai pas compris la référence, c'est que je n'ai jamais pu dépasser le collège là-bas à Madrid... J'étais un peu vexée, mais je ne montrais pas et prêtais une oreille attentive à Allegra. Je l'écoutais et lorsqu'elle eut terminé, je perdis mon sourire, prenant une mine sérieuse, celle qui faisait peur à mes frères quand j'avais quelque chose de très sérieux à dire. Finalement, je repris la parole.

- Je sais que tu as omis les détails les plus glauques, et je sais aussi que ça te touche toujours beaucoup. Tu sais c'est pas la peine de te forcer à sourire, ou à contenir tes émotions...

Je savais qu'elle les retenait, et pour cause je faisais pareil, avec ma manie de rire, sourire tout le temps. Ca avait été très dur de commencer à accepter le fait que oui, j'étais triste à l'idée de ce qu'il m'était arrivé. J'avais tout le temps l'impression d'avoir vécu dans une brume opaque toutes ces années avec mon père puis seulement avec mes frères. Et à présent que j'en sortais petit à petit, j'avais le réflexe de nier le fait que je puisse ressentir de la tristesse en pensant à mon passé. Mais maintenant, je comprenais que je devais accepter.

- Si tu accepte ce que tu ressens au lieu de l'enfermer dans une bulle où ça ne pourra pas sortir, tu pourrais te sentir mieux après que tout soit sorti. Enfin je pense que ce serait le mieux.

J'étais peut-être une gamine, j'avais peut-être peu de référence littéraire ou je ne sais quoi, mais moi, je voulais avancer, pas peiner à marcher sur le chemin que j'avais décidé d'emprunter parce que mes sentiments seraient comme des entraves à cause de mon entêtement ! Je voulais que Allegra se sent bien, parce qu'ici à Terrae, elle pouvait tout reprendre du début et vivre sans problèmes ! J'en étais sûre !


~Témoin en #ff6600~


Dancin' Chii:
 
##   Jeu 19 Oct 2017 - 11:35

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2017
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : La vie en philosophie ~
https://www.youtube.com/watch?v=dJ-QLl5qjLg

- Je sais que tu as omis les détails les plus glauques, et je sais aussi que ça te touche toujours beaucoup. Tu sais c'est pas la peine de te forcer à sourire, ou à contenir tes émotions...
 
Je regardais Chii avec une once de surprise. Je la sentais d'un sérieux qui tranchait avec son visage souriant d'il y a quelque secondes.  Je sentais une once de vexation ou même d'agacement dans ce dernier morceau de phrase. Pas la peine de te forcer à sourire... On est pas tous câblé comme toi Chii ! Chacun avance comme il le peut et le veut. En l'occurrence je fais avec. Comme tout le monde. Comme toi aussi. Mon regard se durcit, je le sentais mais je retenais de rétorquer. Si cela me piquait c'est qu'elle pointait également quelque chose de très vrai.

- Si tu accepte ce que tu ressens au lieu de l'enfermer dans une bulle où ça ne pourra pas sortir, tu pourrais te sentir mieux après que tout soit sorti. Enfin je pense que ce serait le mieux.

Aha. Désolée mais ce genre de phrases préformatées a toujours fait rire Léviathan. Tout sortir ? Ma pauvre chérie. Les trois quarts de ma mémoire ont été oblitérés à cause du choc émotionnel. Bloquée, coincée, si je n'avais pas nourris mon Léviathan pour survivre psychologiquement je ne serai pas là.
Mais en même temps elle non plus. Elle a vécu des horreurs et décide d'exploiter cette force émotionnelle pour avancer. C'est beau. Presque chevaleresque. Et au fond je rêverais de faire ça, si tout n'était pas aussi.... Gelé.

- Si les choses étaient aussi simples Chii, crois tu réellement que nous aurions cette conversation ?

Je sentais que l'apparente douceur de ma voix ne trompait pas : un javelot gelé même déguisé en fritte de piscine reste un javelot.
Il fallait que je me détende. J'avais vu à sa réaction quand je lui avais expliqué des choses que ça l'avait pincé. Je devais passer pour une prétentieuse scolaire aux yeux de cette gosse et elle n'aurait pas tort. Comme quoi les bonnes intentions ne sont pas toujours bien entendues de part et d'autre... Elle ne voulait que m'aider par rapport à celle qu'elle avait vécu elle. Et franchement je ferais mieux de la mettre en veilleuse que de lui faire la leçon à ce niveau.

- Quoi qu'il en soit oui j'ai omis des choses, parce que je considère que certains éléments de ma vie n'ont pas à être dit à la va-vite comme ça Chii. Ce n'est pas que je ne veux pas te le dire, mais disons que certaines choses sont sensibles et j'ai une certaine pudeur à en parler. Tout comme toi.

"Ca la regarde pas." M'intima le protectionnisme exacerbé de Léviathan.
Je soupirai, c'était déjà difficile de tout quitter pour venir ici, mais je commençais à avoir peur de me retrouver confrontée à ce moralisme bien pensant, venant d'une bonne intention mais que je trouvais tellement niais...

En même temps, peut-être que je le trouve niais parce qu'il me met face à ce que je ne veux pas voir.

- Tu accuses mon silence, mais ton rire est tout aussi faux tu sais.


Je la fixais. Que ce soit mon mutisme ou ton apparente bonne humeur qui nie ce qui l'entoure, je crois que nous avons affaire à deux extrêmes qui s'entrechoquent.

Une éclipse.


Les deux jeunes femmes finirent de passer l'après-midi dans la bibliothèque en conversant tranquillement. Pue à peu, sans même s'en rendre compte, elles nouèrent un lien fort, une affection certaine qui se manifestait justement en une sorte de lien presque filial entre les deux. Tandis que l'heure de se séparer approchait, Chii et Allegra savaient que loin de se séparer pour aller chacune de leur côté, elles avaient créé quelque chose qui les accompagnerait dans toute leur aventure ici, à Terrae.

Fin.


Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Rencontre du soleil et de la lune [Ft. Allegra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.
Aller à la page : Précédent  1, 2