Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
A qui la faute? /Ronron <3/
##   Jeu 11 Mai 2017 - 0:27

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Deux ans. Ça faisait deux ans que Blue nous avait quitté. Deux ans que mon père était probablement sous les verrous. Deux ans. Et j'en étais toujours au même point. Toujours aussi coupable.
J'aurai aimé apprendre qu'en plus de la téléportation physique, je pouvais aussi faire des téléportation temporelle. J'aurai aimé serrer ma sœur contre mon cœur une dernière fois. Juste une. Je savais que je ne pourrai pourtant jamais changer le cour des choses. J'avais vu son regard s'éteindre et de ses lèvres le dernier souffle de vie s'échapper. J'avais serrer son corps inerte contre moi, pleurant et hurlant ma peine. J'avais échouer à la protéger, tout comme j'avais échouer dans tout ce que j'avais entreprit.

Enfin! Pour les bonnes nouvelles, j'avais eu mon diplôme, finissant par retrouver les bancs d'école afin de retrouver un semblant de vie normale. Depuis, je prenais des cours par correspondance, dans l'espoir d'arriver, un jour, à devenir prof d'espagnol.
J'avais passé mon année à bosser. Il y avait beaucoup de visage que je n'avais pas revu. Beaucoup de personne qui avait dû m'oublier, depuis le temps.
Rin... Tout était plat entre nous. La magie avait cessé d'opérer, mais peut-être était-ce dû aussi au fait que je refusais de faire avancer notre relation. Peut-être était-ce aussi dû au fait qu'il n'arrivait pas à me secouer. Il n'avait jamais levé la voix. Toujours est-il qu'on avait visiblement fait le tour de la question.

Ce jour-là, j'étais enfin sortie de ma chambre. Nut avait bien grandit. Il était vieux maintenant, le petit père! Mais il était toujours aussi vif, et terriblement affectif. Il était devenue câlin, enfin, plus qu'autrefois, si c'était possible.
J'étais dans la cour, sur un banc, à réfléchir. Ca faisait des mois, peut-être même des années que je cherchais en vain ma mère. Je voulais lui parler. Savoir pourquoi elle m'avait haïe, et surtout pourquoi elle était partie sans emmener Blue... Et pourquoi elle avait laissé sa mort arriver. Quoique j'aurai pu me poser cette question aussi pas vrai? J'étais une véritable hypocrite.

Je dormais de plus en plus mal. Je ne faisais jamais de nuit entière, même si j'arrivais à bien le cacher. Enfin, en apparence seulement. C'est peut-être pour ça que j'ai évité Aaron pendant des mois. De tous ceux que je connaissais, il était le seul à pouvoir lire les sentiments. Il était aussi le seul à me connaître aussi bien. Je pouvais pas prendre le risque qu'il comprenne tout. Je ne voulais plus le décevoir comme c'était arrivé, deux ans auparavant.
Alors je m'étais contentée de lui parler par message uniquement, de temps à autre. Mais sans jamais rentrer dans les détails, et lui non plus ne l'avait pas fait. Parfois la vie nous sépare, mais c'est pour mieux nous retrouver en suite n'est-ce-pas?

Vous connaissez la réputation des Tonnerres qui veut qu'on soit de véritables impulsifs? Ben c'est peut-être vrai, parce que je vois pas comment j'aurai atterris devant chez mon seul véritable confident, à savoir le prof de maths barré, sinon.
J'ai pas vraiment de raison à donner. J'étais là c'est tout. Chez toi. Devant ta porte. Comme une idiote. Non. Comme une enfant perdue. J'ai toqué. Et t'as ouvert.

- Salut... Ça fait un bail pas vrai?

J'avais un sac à dos sur l'épaule et l'air paumé. On se serait cru revenu des années plus tôt, quand j'avais débarqué un bras dans le plâtre, avant de me barrer. Fin de tenter.

- Si je te demandais de faire tes bagages en te disant uniquement que j'ai besoin de toi et que je peux compter sur personne d'autre actuellement bien que j'ai été absente pendant longtemps... Tu dirai oui quand même? Ou je peux déjà tourner les talons et considérer que t'as plus envie de me parler?

J'ai pas levé les yeux vers toi une seule fois. J'avais peur de croiser ton regard. Peur de lire de la colère ou pire, de l'indifférence. C'est à ce moment là que j'ai entendus un gazouillement de bébé. De bé...bé?! CHEZ AARON?!
J'ai relevé la tête aussi brusque, perplexe.

- Euh... Je tombe mal? Tu reçois du monde peut-être... Je repasserai sinon.

Ta gueule Ludmi, pitié, ta gueule.


##   Ven 12 Mai 2017 - 19:23

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2942
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Parfois, il y a des journées qui sont complètement ordinaires et qui prennent un tournant étrange. C'est un jour de congé, j'ai laissé de côté mes obligations de prof et de Master pour me prendre une après-midi tranquille avec Charlotte. Ca fait un moment qu'elle tient assise toute seule, et si la chose paraissait un peu compliquée au départ, elle a un bien meilleur port de tête aujourd'hui. Elle reste souvent assise entre mes jambes en tailleur, appuyée contre mon ventre, pendant qu'elle joue avec sa peluche et que je regarde la télé. C'est fou tout ce que les gamins peuvent mettre en bouche... Suffit que je détourne la tête deux minutes et paf, ça y est, elle essaie d'engloutir la télécommande ou un bout de coussin qui dépasse, attrape un paquet de gateaux qui traîne, essaie d'en manger un avant que je ne le lui confisque, ... Ou alors laisse tomber tout ce qu'elle attrape dans ses petites mains.

Le pire, certainement, c'est quand Termicator vient la voir et qu'elle essaie de lui tirer les moustaches, elle a toujours pas compris que c'était pas une bonne idée de faire ça…

Un soupir m'échappe quand elle appuie frénétiquement sur sa petite Sophie en riant, pour en tirer son couic si caractéristique et détestable. JE SAIS PAS POURQUOI IPIU LUI A OFFERT CA, MAIS JE VOUS JURE QUE JE VAIS LA FRAPPER. Sophie la Girafe. Foutage de gueule stp.

Réveillé alors que j'étais sur le point de m'endormir, j'entends la sonnette se mettre en marche et Lottie gazouiller de bonheur en relevant la tête vers moi. Je lui fais un bisou et la récupère dans mes bras, avant de la déposer dans son siège et d'aller ouvrir, ordonnant à Termicator de rester près d'elle. J'attends spécifiquement personne, mais bon…

Deux sourcils haussés. Ca doit faire une éternité qu'on s'est pas vus avec Lud… J'acquiesce doucement en répondant à son salut, un peu estomaqué de tomber face à elle. Derrière, Charlotte continue à s'amuser avec sa Sophie et je la surveille du coin de l'oeil.

—Eh bah...

Woah, l'éloquence. C'est clair qu'y a un moment, j'aurais fait mes bagages directement pour l'accompagner, mais là les choses sont un peu différentes. Je me mordille la lèvre et hésite, avant de refermer la porte. Lol. Je la rouvre directement :

—J'déconne. Nan y a personne à la maison, viens. Qu'est-ce qu'y a de si urgent que tu pouvais pas me dire en m'appelant ou par sms ?

Puis je l'observe du coin de l'oeil et hausse un sourcil, étire un sourire en coin.

—J't'en veux pas de pas avoir donné de news, j'ai été un peu… occupé aussi, de toute manière. Mais si t'as besoin d'aide, dis-moi c'que je peux faire. Par contre j'aimerais mieux qu'on en discute avant de me lancer à corps perdu dans l'aventure, j'ai des responsabilités moi, madame~. Enfin, dans tous les cas, j'pense qu'on a pas mal de trucs à se dire...

Cette fois, je me pousse pour la laisser entrer et referme la porte derrière elle, avant de retourner dans le salon sur les cris de détresse de la princesse. Son jouet est tombé par terre et elle pleure à nouveau à chaudes larmes… Damn. Je l'attrape dans mes bras et la serre contre moi en la berçant, cherchant à la calmer, et lui donne sa tétine (pour qu'elle se taise-).

—Chhtt, chtt ma puce… C'est à quel sujet ? je continue à l'attention de mon amie. Et t'as intérêt à m'expliquer tout ça bien, je m'amuse. La maison te plaît ?

En vrai, j'ai l'air plutôt tranquille mais cette histoire m'inquiète un peu. Elle est clairement pas en forme, et si on s'est un peu perdus de vue ces derniers mois, ça veut pas dire que je vais pas m'en faire. Surtout pas quand elle me dit qu'y a que moi sur qui elle peut compter, comment vous voulez que je dise non à cette gamine ?! (J'en ai marre d'être un papa poule putain)



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Ven 12 Mai 2017 - 21:48

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

—Eh bah...

Et t'as fermé la porte d'un coups. Je suis restée devant comme une idiote, sans comprendre. Tu m'en voulais tant que ça?
J'ai pas eu le temps de vraiment m'interroger puisque tu as rouvert la porte aussi sec, comme si t'avais fais une belle blague. J'avais presque oublié ton sens de l'humour...

—J'déconne. Nan y a personne à la maison, viens. Qu'est-ce qu'y a de si urgent que tu pouvais pas me dire en m'appelant ou par sms ?

J'ai pénétré, assez curieuse de comprendre pourquoi y avait un enfant qui gazouillait derrière... Ou plutôt qui pleurait, pour l'heure actuelle.
T'avais un petit sourire en coin, amusé de ta propre vanne. Si j'avais été en forme, je t'aurai sûrement dit que t'étais vraiment con. Mais j'ai rien dis, et j'ai dû t'inquiéter, encore un peu plus.

—J't'en veux pas de pas avoir donné de news, j'ai été un peu… occupé aussi, de toute manière. Mais si t'as besoin d'aide, dis-moi c'que je peux faire. Par contre j'aimerais mieux qu'on en discute avant de me lancer à corps perdu dans l'aventure, j'ai des responsabilités moi, madame~. Enfin, dans tous les cas, j'pense qu'on a pas mal de trucs à se dire...

- C'est.. Certain, oui.

J'avais pas vraiment les mots, j'étais assez perturbée. D'autant plus quand tu attrapas cette petite fille adorable contre toi, la réconfortant alors qu'elle avait visiblement perdu son jouet. Et l'évidence m'a frappée. J'ai tout d'abord cru que tu la gardais pour des amis ou même de la famille ou je ne sais. Mais quand j'ai vu le regard que tu posais sur elle, j'ai compris: Tu étais devenu père. Et moi, je ne le savais que maintenant. J'étais vraiment une amie de merde.

—Chhtt, chtt ma puce… C'est à quel sujet? Et t'as intérêt à m'expliquer tout ça bien. La maison te plaît?

- Elle est jolie. Elle te... Vous correspond, à toi et à la petite. Quelle âge a-t-elle?


Je me approchée et j'ai caressé du doigts la joue de la petite, après t'avoir muettement demander la permission. J'ai fais mon premier sourire quand je l'ai vu se calmer dans tes bras. Elle était adorable.
Tu avais été bien occupé oui... Mais où étais-je passée pour n'avoir rien su? Rien vu? Et Gae? Où était-il? Je redoutai d'entendre la raison, et choisit donc de ne pas chercher à savoir. Tu m'en parlerai si tu le voulais bien, de toi-même.

- Je.. Je n'aurai pas dû venir. Tu as beaucoup de responsabilité maintenant. Je me débrouillerai toute seule... Merci de m'avoir ouvert en tout cas.

Je t'ai regardé, un instant seulement. J'étais perdue. J'étais mal. J'étais seule. Toi non. Et je refusais de t'entraîner avec moi dans mon enfer. Tu avais assez donné.


##   Sam 13 Mai 2017 - 0:01

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2942
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

C'est fou comme les choses ont changé depuis la dernière fois qu'on s'est vus. Visiblement, elle n'a pas entendu tout ce qui se disait dans mon dos, avec Charlotte… Soit c'est parce que les rumeurs ne sont pas si étendues que je le croyais, soit parce qu'elle ne s'est pas assez mêlée aux gens ces derniers temps - auquel cas j'imagine qu'il serait utile de savoir pourquoi elle s'est encore coupée du monde de cette manière... Je sens sa surprise quand elle l'aperçoit, mais aussi de la tendresse, quelque part. Je souris lorsqu'elle la complimente, retient le rire à demi moqueur alors qu'elle me dit que la maison me ressemble bien. Vu la déco cheloue, c'est pas bien étonnant...

—Six mois, je lâche simplement en la laissant la cajoler, et pendant que Lottie tourne ses grands yeux gris vers elle en effectuant un vague geste de la main qui peut s'apparenter à un salut. Elle s'appelle Charlotte.

Je l'invite d'un geste de la tête à s'assoir sur le canapé et souris en coin. De la main, je continue à caresser les cheveux blonds de la petite qui se cramponne à mon t-shirt.

—Nan, je t'ai dit que c'était bon. Raconte-moi, j'assure à la téléporteuse. Tu veux que je te fasse un café ?

Puis, parce que je la connais et que je sais pertinemment qu'elle va refuser, je finis par soupirer et réinstaller Charlotte dans son petit siège, lui redonne un doudou et lance à Ludmila :

—Bon, garde un oeil sur elle deux minutes. J'arrive.

Il me faut juste le temps de mettre un café sous la machine, de l'enclencher et je peux lui ramener une tasse fumante. J'en ai encore un entamé sur la table, mais il doit être froid depuis le temps...

—Tiens, je souris en lui tendant la tasse. Et arrête de te défiler. Je sens bien que ça va pas, donc dis-moi ce que je peux faire.

C'est sûr que je ne pourrai pas partir longtemps… pas simplement comme ça, en lâchant mon bébé comme ça. Mais si elle en est venue à me demander de l'aide, c'est qu'y a franchement un problème, et probablement pas un petit. Ludmila est pas le genre de personne à venir se mettre dans ce genre position si elle est pas déjà au fond du trou.



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Sam 13 Mai 2017 - 0:43

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

On pourra dire ce que l'on veut de toi Aaron, que tu es fou et parfois complètement chelou, mais tu n'abandonneras jamais personne, surtout si la personne en question compte pour toi. Tu prendras toujours tes responsabilités bien sûr, mais tu feras toujours attention aux autres, aussi. Je ne sais pas si c'est le côté sensitif ou juste toi, mais c'est cette loyauté et cette folie qui m'avait fait voir dés le début, que tu étais quelqu'un de bien. Si on m'avait dit le jour où tu t'étais pris ce poteau que je viendrai te demander de l'aide une fois que j'aurai touché le fond, je n'y aurais pas cru.

Il y a une chose qu'il faut que tu saches Aaron, c'est que bien que je traîne parfois avec quelques amis masculins et que j'ai moi-même un copain (bon... on va pas revenir là-dessus), tu étais le seul en qui j'avais confiance.
On ne guérit jamais vraiment d'un traumatisme subit durant la période de l'enfance ou de l'adolescence. C'était déjà difficile quand on est adulte, mais alors enfant? Trop de facteurs entrent en jeu. Que ce soit du harcèlement, une perte ou un viol, une part de nous gardera toujours la trace de cet acte. De cet instant qui a définit le reste de notre vie.
Dans mon cas, je gardais une méfiance envers les hommes. J'avais beau avoir aimé Rin, je n'avais jamais eu pleinement confiance en lui, et notre relation était donc restée au point mort, quand aux autres, je n'avais jamais pu tissé de vrais relations, quelle qu’en soit la nature. Sauf toi. Tu étais le seul à ne m'avoir jamais dis une semi vérité. Avec toi, c'était tout ou rien. Tu ne m'avais jamais fais de mal, tu avais toujours été là, et nos rires et larmes étaient là pour en attester. Tu étais le seul, Aaron, et c'est pour ça que j'étais venue te trouver, toi, et pas un autre.

Tu m'as confié que la petite Charlotte avait à peine une demie-année. Elle était si jolie. Un bébé est toujours beau, c'est vrai. Mais elle, elle était particulièrement mignonne avec ces grands yeux curieux d'un gris troublant.
J'ai fait remonter ma main sur ses cheveux et un véritable sourire attendri a fait son chemin sur mes lèvres. J'adorai les enfants, ils étaient tellement adorables.

Tu m'as invité à prendre place sur le canapé alors que je voulu partir, m'assurant que c'était bon et qu'encore une fois, tu serais là, m'offrant pour une fois encore un café, que je n'eus pas le temps de refuser.
Tu m'as abandonné dans la pièce avec la petite dans son siège. Je l'ai observé, tâchant de deviner comment diable elle avait fait pour hériter de toi comme père. La petite veinarde. Sauf qu'elle a fait de nouveau tomber son jouet. Et qu'elle a de nouveau pleuré.
Je n'ai pas attendu d'avoir la permission pour la prendre dans mes bras et la bercer. Plus jeune, j'avais fais du baby-sitting et c'est moi qui m'était occupée de Blue quand nous étions plus jeunes. Elle s'est progressivement calmée, après que j'ai eut ramassé son jouet atroce. Elle a même joué avec quelques mèches de mes cheveux, comme le font souvent les enfants.  
Quand tu es revenu avec la tasse de café, je venais tout juste de m'asseoir avec elle dans les bras.

- Elle pleurait alors je me suis permise.

Tu m'as tendu la tasse, que j'ai posé sur la table le temps qu'elle refroidisse.

—Tiens. Et arrête de te défiler. Je sens bien que ça va pas, donc dis-moi ce que je peux faire.

J'ai soupiré. Voilà pourquoi je ne t'avais pas contacté pendant des mois: Pour que tu ne saches rien de mes sentiments.

- OK. Tu te souviens quand j'ai perdu ma soeur? Ce jour-là, j'ai appris que ma mère était parti loin des coups de mon père... Mais sans emmener Blue avec elle. Je... Je sais que j'ai fais de même mais je croyais qu'il arrêterait de boire et de battre qui que ce soit si je partais. Je pensais que Blue retrouverai un semblant de vie. J'avais tord. Mais ma mère... Elle savait qu'il n'arrêterait pas. Elle savait que ma soeur, sa fille, ne serait pas en sécurité avec lui.

J'ai pris une pause, le temps de me calmer. Un soupire, un peu d'air. C'est moi où on étouffait?

- J'ai besoin de comprendre Aaron... Elle... Que mon père se soit vengé sur moi pour ce qu'il s'est passé ce soir-là, que ma mère n'ait plus daigné me regarder sans que je ne vois la haine et le dégoût dans son regard... Ca je peux le comprendre, du moins je l'ai accepté. Mais Blue était innocente, et elle était ma soeur... J'ai besoin de savoir ce qu'il s'est passé tu comprends?

Encore un effort. Un unique. J'étais en pleine détresse et des larmes se formaient dans mes yeux mordorés. Je ne pouvais même pas te regarder, fixant mon regard sur la petite princesse qui jouait avait sa Sophie. Couic-couic qu'elle faisait. Innocente et candide, elle ne se doutait pas un instant de la conversation désespérante que nous avions, toi et moi. J'espérai pour elle qu'elle n'ait jamais à en avoir une semblable avec qui que ce soit. Couic-couic.

- J'en dors plus la nuit. Je fais des cauchemars et je me réveilles en hurlant. J'ai pris mes distances avec tout le monde. Bon sang j'étais même pas au courant que t'avais une fille! Alors qu'on est censé être amis! J'ai besoin de ces réponses pour retrouver ma vie Aaron, et je n'ai personne à part toi... Je sais qu'au vu de la situation c'est carrément déplacé et que tu aurais tout les droits de me dire non, surtout vis à vis de Charlotte. Mais... Mais il n'y a qu'à toi que je puisse demander une chose pareille... Il n'y a que toi qui puisse m'aider.

Couic-couic.


##   Sam 13 Mai 2017 - 13:00

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2942
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Quand je reviens déposer son café sur la table basse, je m'aperçois que Ludmila s'est chargée de calmer Charlotte en mon absence. Un sourire doux s'étire sur mes lèvres et j'effleure la joue de ma fille du bout du doigt, me marrant un peu quand je vois qu'elle essaie de manger les cheveux roux de la tonnerre. On s'installe tranquillement pendant que je lui assure que c'est bon. Je lui fais confiance, elle ne va pas me la faire tomber par terre ou quoi que ce soit...

J'attrape mon café pour le terminer, jetant quelques regards au bébé qui s'amuse dans les bras de Ludmila, et repose finalement la tasse, attentif. Bien sûr que je me souviens de ce moment-là. Elle avait à nouveau pris ses distances, avait fait une tentative de suicide... Elle avait clairement fait du chemin jusqu'ici, mais ça va jamais vraiment disparaître. Ca peut cicatriser, s'éclaircir... Mais ça restera toujours gravé quelque part.

Mon visage s'assombrit un peu et j'acquiesce lentement. Le problème, avec un alcoolique, c'est que ce n'est pas en enlevant la chose qui l'a poussé à boire qu'il s'arrêtera... Je baisse les yeux vers Charlotte qui s'amuse avec sa Sophie, lui lance un sourire lorsqu'elle relève les yeux vers moi. Mais au fond, j'ai juste mal.

—Je comprends, je finis par dire. On essaiera de la retrouver, ok ? Pour que tu puisses lui parler.

Cette fois, j'ai un moment d'hésitation et attrape sa main doucement.

—Je t'accompagnerai si tu le souhaites, mais je peux pas partir plus d'une journée. J'ai pas envie de laisser Charlotte trop longtemps à quelqu'un d'autre, c'est une période compliquée.

L'angoisse de séparation, tout ça. Il faut que je fasse attention à partir de maintenant.

—Pour tes parents…

Un long silence. Je sais pas vraiment si elle a envie d'entendre ça, mais bon...

—Je sais que t'en veux à ta mère, mais je pense qu'elle a eu peur, elle aussi. Elle aussi devait penser que ta soeur était en sécurité. Que ça irait, tout du moins. Parfois, la peur nous fait faire des choses terribles. C'est pour ça qu'on fuit ici, parfois.

Je me mords la lèvre, retire ma main.

—J'arrive pas à comprendre pourquoi ils t'en ont tant voulu. Si on s'attaquait à ma fille, je crois que je tuerais ce connard, je souffle en baissant les yeux vers ma princesse blonde. Je cherche pas à les défendre, mais... Peut-être qu'ils s'en voulaient terriblement eux-mêmes de ne pas avoir pu être là pour toi ? Pourquoi ils auraient pu t'en vouloir à ce point à toi, être à ce point dégoûtés... C'est incompréhensible...

C'est vraiment quelque chose que je ne comprends pas. Culpabiliser une personne pour ce qui lui est arrivé, alors qu'elle n'y pouvait rien… Je secoue la tête, atterré. Même une amie, une inconnue, je ne la traiterais jamais comme ça. Alors ma fille ? J'ai un long frisson, et je me souviens maintenant pourquoi nous avons décidé de ramener Charlotte à Terrae. Pour qu'elle ne soit pas parmi des tarés pareils. Le monde regorge pas de personnes saines d'esprit.

—Tu as une idée d'où ta mère peut se trouver ?



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Sam 13 Mai 2017 - 20:03

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

T'as acquiescé, t'as compris. On savait tout deux que si j'étais là, à te demander de l'aide en sachant pertinemment que tu avais une fille maintenant, c'était que j'avais touché le fond. Quelle belle égoïste je faisais. Je ne pensais pas une seule seconde que tu me dises oui, du fait de Charlotte. Tu étais père maintenant, et beaucoup de chose change une fois que l'on a quelqu'un sous sa responsabilité, pour le meilleur mais surtout pour le pire. Mais je voulais au moins obtenir un conseil, une étreinte ou même une simple compréhension de la situation. Je ne voulais tout simplement plus porter cela seule.
Tu m'as promis qu'on ferait en sorte de la retrouver et sans relever les yeux vers toi, j'ai légèrement souris. Et puis t'as attrapé ma main et j'ai enfin croisé ton regard, un peu perdue.

—Je t'accompagnerai si tu le souhaites, mais je peux pas partir plus d'une journée. J'ai pas envie de laisser Charlotte trop longtemps à quelqu'un d'autre, c'est une période compliquée.

J'ai acquiescé de la tête, sans comprendre. Enfin non. J'entendais parfaitement que tu ne puisses supporter d'abandonner ta fille à d'autres plus d'une journée, mais je ne comprenais pas que tu acceptes de me suivre malgré tout.
T'as essayé de me raisonner, de me faire comprendre la vérité qui voulait que ma mère aussi avait dû avoir peur. Mais je savais que la vérité n'était pas celle-là. Ma mère avait juste fuis. Elle avait abandonné ses deux enfants, moi la première. Et au moment de partir, elle n'avait même pas penser un seul instant à l'avenir tragique que Blue allait vivre... Comme moi je l'avais fais aussi. Je m'en voulais atrocement, toujours et encore. Impossible que ma mère ne ressente rien. Et je voulais, non, j'avais besoin de savoir tout ce qu'il s'était passé. Pas seulement pour ma sœur mais pour moi aussi. Pourquoi mes parents m'avaient tant haïs? Pourquoi avait-il cessé de voir en moi leur fille pour ne voir qu'une honte sans plus de valeur qu'un déchet.

—J'arrive pas à comprendre pourquoi ils t'en ont tant voulu. Si on s'attaquait à ma fille, je crois que je tuerais ce connard. Je cherche pas à les défendre, mais... Peut-être qu'ils s'en voulaient terriblement eux-mêmes de ne pas avoir pu être là pour toi ? Pourquoi ils auraient pu t'en vouloir à ce point à toi, être à ce point dégoûtés... C'est incompréhensible...

- C'est justement ça que j'aimerai comprendre Aaron. Je n'ai... J'admets que j'aurai dû être peut-être plus prudente et éviter de rentrer seule si tard mais... Je n'ai rien fais. Et... Je comprends pas Aaron, j'aurai pu m'en relever! J'aurai pu survivre à ça mais je... Mes parents... Je ne supporte plus de rester dans le flou j'ai besoin de comprendre, ne serait-ce qu'à peine.

Charlotte a tendu les bras vers toi et je te l'ai rendu avant de me relever pour me réfugier vers la fenêtre. Je regardais au dehors, cherchant à m'apaiser par la même occasion.  Tu m'as demandé si j'avais une idée d'où ma mère pouvait être. Pas vraiment.

- Je suppose qu'elle est restée en France. Quand mon père est devenu alcoolique on a tout perdu. On avait pas beaucoup de moyens, elle a pas dû pouvoir quitter le pays. Même si la connaissant, elle doit encore en rêver.

Je me suis tournée vers toi avec un faible sourire. Charlotte babillait contre toi, votre complicité touchante m'attendrissant. Vous étiez une véritable famille et ça faisait envie. Tu avais trouvé ton équilibre.

- Pourquoi tu fais ça Ronron? Je veux dire... Tu as Charlotte maintenant. Et... Je ne pense pas que ce soit la seule nouvelle dont je ne sois pas au courant, je n'étais pas là dernièrement. Jamais. Alors pourquoi? Et ne me dit pas que c'est parce que je suis une de tes anciennes élèves, je te croirais pas.


##   Ven 19 Mai 2017 - 17:41

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2942
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Ludmila reste silencieuse pendant qu'elle m'écoute. Je lui trouve un air trop calme qui ne lui va pas du tout... elle qui est toujours si dynamique, ça fait quand même un sacré pincement au cœur. J'essaie de lui offrir mon soutien comme je peux, mais honnêtement, à part l'aider à retrouver sa mère, je peux faire quoi ? Concrètement ? Y a pas grand-chose à faire. On dit que le temps est censé guérir les blessures, mais j'ai l'impression qu'elle ne se laisse pas guérir. La culpabilité est trop forte, la haine aussi, ce que je peux comprendre. Mais est-ce qu'on ne doit pas avancer aussi, nous tous, autant que nous sommes ?

Cette situation me renvoie assez à celle de Nicolas quelques mois auparavant. Mais il a changé. Je ne sais pas si c'est en bien ou en mal, mais il a changé. Parfois, je le trouve plus adulte. D'autres fois, je le trouve simplement plus distant, effacé sur lui-même, tourné vers des problèmes dont il ne me parlera jamais. J'ai beau essayé de lui demander si quelque chose ne va pas, il change toujours de sujet. Au moins, avec elle, on va directement au point.... Mais j'ai peur pour après. J'ai pas envie d'avoir deux ados relous sur les bras, merci bien.

Lentement, je me passe une main sur la nuque. Lud, je me doute qu'elle a rien fait. Mais eux, qu'est-ce qu'ils ont pu voir en elle ? J'capte pas, et ça me fait mal de savoir que j'suis là comme un con pendant que le monde s'effondre pour les gens autour de moi. Le mien, ça fait longtemps qu'il s'est cassé la gueule, mais il tient encore par miracle grâce à quelques fils de fer. Ce serait bien qu'ils soient pas obligés de bricoler de cette manière...

Charlotte tend les bras vers moi et je l'attrape délicatement pour la serrer contre moi en la berçant. Ludmila, elle, se lève pour regarder par la fenêtre puis se tourner vers moi. Alors j'acquiesce lentement et tends la main vers mon téléphone.

—J'fais ça parce que t'es mon amie, débile, je grommelle. Et même si je le faisais sans ça, j'ai pas besoin de raison en particulier, si ? Tu me demandes de l'aide alors je t'aide, parce que j'en ai envie. C'est pas parce qu'on s'est pas causés depuis des mois que j'vais te faire "ouais nan en fait casse-toi stp". Si j'en arrivais-là, je sais pas comment aurait dû réagir ma soeur...

... Que j'ai abandonné pendant cinq ans avant qu'elle arrive à Terrae. Mais ça j'vais pas l'dire.

—Bon, j'ai lancé ma recherche, mon ordi me préviendra quand il aura les infos, je fais en balançant mon portable plus loin après avoir fini de pianoter dessus. Ça te va si on s'en va demain matin ? J'appelerai Tomoe tout à l'heure. Et s'te plaît, arrête de me demander "pourquoi je fais ci, pourquoi je fais ça" toutes les cinq minutes, je vais finir par avoir envie de te balancer Sophie dessus pour te l'imprimer dans la tête, j'me moque. On s'en fout que t'aies manqué des épisodes, j'ai dû en louper quelques-uns aussi de toute manière.



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Ven 19 Mai 2017 - 22:55

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

T'as attrapé ton téléphone, t'a pianoté dessus un moment. Tu m'aimais, sans que tu n'y sois obligé. Parfois, tu étais plus paternel envers moi que ce qu'avait pu l'être mon père. D'une certaine manière, t'agissais un peu comme un frère. T'étais quelqu'un qui veillait sur ses proches, et même si je ne le dirais jamais, tu étais mon ange gardien, d'une certaine manière. T'avais été là quasiment dés le début de cette aventure et tu avais toujours eu le mot pour rire, et l'épaule pour pleurer quand ça n'allait vraiment pas.

Maintenant, quand je te voyais avec ta fille, je ne pouvais m'empêcher de croire en la chance de cette gamine. Elle n'aurait pas pu avoir meilleur père, jamais. Et la paternité t'allait si bien! Regarde-toi... T'étais radieux. Je t'avais jamais vu aussi présent pour quiconque. Tu étais face à la prunelle de tes yeux et c'est un très beau tableau. Je me refusais à t'en priver par égoïsme. Si seulement j'avais su avant! Je ne serai pas venue...

— J'fais ça parce que t'es mon amie, débile.

Tu m'as tirée un sourire. Ouais, c'était bien mon ami. T'étais toujours là.

- Et même si je le faisais sans ça, j'ai pas besoin de raison en particulier, si ? Tu me demandes de l'aide alors je t'aide, parce que j'en ai envie. C'est pas parce qu'on s'est pas causés depuis des mois que j'vais te faire "ouais nan en fait casse-toi stp". Si j'en arrivais-là, je sais pas comment aurait dû réagir ma soeur...

J'avais compris depuis longtemps que t'avais un passif lourd avec ta sœur, bien que tu ne m'en ais jamais beaucoup parlé. Entre nous, c'était plus souvent moi qui me confiait que l'inverse. Pour autant, j'avais compris seule qu'entre elle et toi, le dessin de ma relation avec Blue s'était un jour aperçu. Visiblement, tu n'avais pas été le frère présent que tu aurai voulu, tout comme je n'avais pas été la sœur que j'aurai aimé. La différence, c'est que toi, tu avais toute la vie pour te faire pardonner à ses côtés. Moi non. Et c'était tout aussi bien pour toi.

—Bon, j'ai lancé ma recherche, mon ordi me préviendra quand il aura les infos. Ça te va si on s'en va demain matin ? J'appellerai Tomoe tout à l'heure. Et s'te plaît, arrête de me demander "pourquoi je fais ci, pourquoi je fais ça" toutes les cinq minutes, je vais finir par avoir envie de te balancer Sophie dessus pour te l'imprimer dans la tête. On s'en fout que t'aies manqué des épisodes, j'ai dû en louper quelques-uns aussi de toute manière.

J'ai seulement acquiescé de la tête, pas certaine de vraiment comprendre. Tu... M'accompagnais? Vraiment?!
Tu m'as menacé de me faire comprendre à coups de Sophie que ce que tu faisais pour moi était normal, peu importait les circonstances. C'est ce qu'on appelle la véritable amitié. Pas la peine de se voir chaque jour de l'année pour savoir qu'on est là. Il suffit juste d'appeler et l'autre répondra toujours.

- D'accord je... D'accord. Merci Aaron. Vraiment.

Je me suis rapprochée et j'ai passé ma main sur la joue de Charlotte avant de lui faire des chatouilles.

- Et t'en fais pas p'tit coeur, je te le ramène en entier et rapidement. Demain soir, ton papa sera rentré.

Elle était adorable. Et une fois de plus, c'est un sourire attendri qui naquit sur mes lèvres. Je savais qu'un jour je voudrai devenir mère. Un jour. Quand j'aurai trouvé mon équilibre. Comme Aaron, bien que tout soit précaire pour nous. Le bonheur est éphémère, mais il est là. Il le sera toujours. Il suffisait juste de s'en souvenir. Et pour ça, il fallait encore que j'accepte de comprendre ma douleur et le vide que j'avais ressenti.
Sans vraiment te demander, tout en faisant attention à Charlotte, je me suis permise de te voler une étreinte. Juste pour te remercier. Juste parce que t'étais là, quand d'autres, eux, ne l'étaient pas. Juste parce que, comme tu le disais, j'en avais envie, et parce qu'on était amis.


##   Lun 22 Mai 2017 - 15:30

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2942
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Bon, j'crois qu'elle a fini par comprendre, enfin. J'étire un sourire à ce constat et acquiesce lentement. De toute manière, je la laisserai pas me dire que "mais non il ne faut pas que tu m'accompagnes", c'est complètement débile. C'est pas parce que j'ai un bébé à la maison que je me rends incapable de quitter Terrae. C'est sûr que l'organisation est un peu plus compliquée, mais à part ça, y a rien qui change réellement. Enfin : maintenant, le but, ce sera d'arrêter de la faire me remercier comme si c'était complètement aberrant que je parte. Faut quand même que les gens se souviennent que j'suis un Master, malgré ma gueule et le manque de confiance qu'on peut avoir en moi, hé.

Un sourire s'étire sur mes lèvres alors que Lud se penche vers Charlotte pour jouer avec elle. La petite gazouille et rit, de son rire si clair et si pur... Je leur lance un regard attendri, malgré tout heureux dans ce genre de situation. J'crois définitivement que pour l'être, faut tenter de piocher dans tous ces petits moments de bonheur... Ca veut pas dire que le négatif existe pas, mais j'crois qu'il fera de toute manière toujours partie de notre vie. Autant commencer à s'y faire.

Au final, c'est vers moi qu'elle se penche une nouvelle fois. Je la serre vaguement contre moi, suffisamment pour lui rendre son étreinte et éviter qu'on écrabouille Charlotte. Puis je lui ébouriffe les cheveux en lui souriant.

—J'aimerais pouvoir te dire "allez, stop la déprime" mais c'est un peu maladroit. M'enfin, tu vois c'que je veux dire de toute manière.

Je tapote à côté de moi sur le canapé.

—Viens t'assoir, ton café va être froid. J'suis sûr que t'as plein de choses à me raconter ! Tu t'en sors avec tes études ? Je sais même pas ce que tu as commencé à faire, je fais en fronçant les sourcils, tentant de me rappeler. Ca me revient pas, désolé.

Doucement, je commence à faire faire hue-dada sur mes genoux à la petite princesse tout en la tenant, avant qu'elle ne se laisse tomber contre moi. Oh bah, elle fatiguée tiens, c'était un gros baillement ça...

Mes yeux se relèvent vers Ludmila et j'essaie de lui transmettre mon sourire. Parlons plus de ses parents. On aura toute la journée de demain pour ça.



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Jeu 1 Juin 2017 - 11:50

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Étonnamment, le fait de jouer un peu avec Charlotte m'a apaisée. Je l'aimais bien cette gosse. Elle était tellement innocente! Elle ne savait pas encore à quel point la vie pouvait être merdique, ni combien le monde pouvait être cruel. Elle ne le savait pas, et j'espérais qu'au vu de se vie actuelle et de l'histoire de cette famille dont elle avait hérité, elle ne le saurait jamais. Qu'elle aurait le droit à une vie normale, à des disputes avec son père parce qu'elle voulait sortir alors qu'il la voyait encore à quatre ans. Qu'elle aurait pour seul soucis ses notes et ses rêves. Qu'elle ne ressentirait jamais le vide. Jamais. Personne ne méritait ça. Surtout pas une gamine aussi pure qu'elle.

J'ai bien vu ton sourire, Aaron, et ce regard attendrit. Tu avais finit par trouver ton équilibre, cet élément si fragile qui fait pourtant toute la différence. Cette petite étoile dans le noir, ce truc qui faisait que même dans les pires moments, tu aurais toujours de quoi sourire. Je ne pouvais qu'être fière de toi, fière de celui que tu étais devenue, depuis que l'on s'était rencontré, après que tu te sois pris un poteau. Comme quoi, même les masters n'étaient pas au bout de leur peine, eux aussi continuaient à évoluer et à grandir.

Tu m'as serrée contre toi, et pendant un instant, j'ai retrouvé la chaleur d'une étreinte paternelle. Un vrai papa poule cet Aaron... Tu m'as ébouriffée les cheveux et j'ai un peu râlé, pour la forme.

—J'aimerais pouvoir te dire "allez, stop la déprime" mais c'est un peu maladroit. M'enfin, tu vois c'que je veux dire de toute manière.

J'ai ris, amusée par la situation. Oui c'était maladroit, mais au moins, c'était sincère. Et c'était toi. J'avais l'habitude. Sur ce point, on se ressemblait, et ce depuis longtemps.
Tu m'as fais signe de venir m'asseoir à côté de toi.

—Viens t'asseoir, ton café va être froid. J'suis sûr que t'as plein de choses à me raconter ! Tu t'en sors avec tes études ? Je sais même pas ce que tu as commencé à faire. Ça me revient pas, désolé.

J'ai eu un petit rire avant de boire une gorgée de mon café qui avait refroidie.

- Je suis partie sur des études de langues. Je voudrais exercer en tant que professeur d'espagnol. Et pour le moment, je m'en sors bien. Je suis toujours en train de bosser mais ça me plait. Et j'ai un but.

J'ai souris avec fierté. Ouais je m'en sortais. C'était la seule chose qui me restait, alors je tentais de faire au mieux.

- Sinon... Je pense que Rin et moi c'est finit. On ne se voit plus, il est... passif de notre relation. Quand à Nut il va bien. Il se fait vieux, mais il tient encore la forme.

J'ai fais une petite pause.

- Et toi? Tu m'expliques un peu tout ce qu'il s'est passé et comment diable tu t'es retrouvé papa de cette petite princesse?

Il était temps que l'on se retrouve toi et moi. Finit la distance, finit le temps. J'avais envie de retrouver mon ami. Probablement le seul qu'il me restait.


##   Ven 16 Juin 2017 - 0:02

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2942
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

S'installer pour discuter tranquillement, c'est une bonne idée. Ludmila a toujours l'air intimidée, comme si c'était tellement étrange pour elle de se retrouver-là, avec moi, à me demander ce qu'elle pense être un service. Sérieux, où est passée la tonnerre intrépide ? J'ai l'impression qu'elle s'est perdue quelque part, très loin…

De son côté, je la sens qui nous observe avec Charlotte, et je me demande ce qu'elle pense. Elle a l'air assez attendrie, mais aussi profondément perturbée. Alors que nous nous appuyons dans le fond du canapé, j'acquiesce lentement pendant qu'elle parle, jouant avec Charlotte du bout des doigts. Elle se blottit contre moi pour se poser et baille tout doucement. Prof d'espagnol alors ? Ca pourrait nous faire une prof de plus à Terrae, je pense avec un sourire. Et on a pas vraiment de cours d'espagnol ici, même si ça pourrait être une idée.

—J'comprends ça. C'est génial, j'souris. Si jamais, je connais une fille qui est espagnole. C'est, euh... L'amie d'un ami ? Si tu as envie de t'exercer avec elle. Elle parle suffisamment vite pour que ça te fasse t'entraîner !

Mais la suite est un peu moins joyeuse. Je perds un peu mon sourire et lui en lance un nouveau, plus compatissant. Un frisson remonte le long de mon dos. Passif de sa relation... Est-ce que j'ai vraiment envie de savoir ça ? Je me contente d'opiner du chef, et hausse deux sourcils à la mention de son furet :

—Nut ? Vieux ? Pas possible, ça vit combien de temps ces bestioles-là ?! Et euh, moi ? T'es sûre que tu veux entendre cette histoire là ? Parce que c'est un peu long...

... D'accord, j'vois bien à son regard qu'elle me lâchera pas t'façon. J'ai un sourire nerveux et caresse les cheveux de Charlotte d'un geste lent.

—Y a pas grand-chose qui a changé dans ma vie ces derniers temps, tu sais. 'Fin j'suis toujours le même. Et pour ce qui est de Lottie... Pour faire court, j'ai accompagné un élève dans son village, où tout le monde est ultra violent, et l'avenir des gosses, là-bas, c'est de dealer ou d'se prostituer... je soupire. Il a découvert que sa mère avait eu un nouvel enfant, et ils m'ont demandé de m'en occuper. Alors j'ai accepté ?

Ça ne s'est pas vraiment passé comme ça. Je marque une pause dans le silence, avant de reprendre, pendant que mon regard dévie vers la fenêtre :

—J'ai mis du temps avant de dire oui, j'étais hésitant. (J'avais peur.) Mais c'est un bébé, et elle avait besoin que quelqu'un s'occupe d'elle. ... J'imagine que fonder une famille c'est un truc que j'ai plus ou moins toujours voulu ? Ma famille, j'veux dire.

Même s'il y a des pièces importées de partout et que Terrae est ma famille, en quelques sortes. Charlotte, c'est différent. Nicolas, c'est différent. Gae, c'était diff-

—Enfin ce genre de trucs, je ris nerveusement. Ca change beaucoup de choses dans une vie, déjà !



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Ven 16 Juin 2017 - 15:20

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

J'avais du mal à me reconnaître. Je n'étais plus que l'ombre de moi-même. C'était à se demander si j'avais un jour été réellement cette fille souriante et bien vivante, autant en dehors qu'en dedans.
J'avais envie et besoin de me retrouver, de redevenir moi-même et de parvenir à trouver mon propre équilibre.

Faisons un bref résumé de la situation. J'étais venue trouvé Aaron pour mettre les choses au clair avec ma mère. Rin et moi, nous devions bien l'admettre, c'était finit depuis longtemps. Je travaillais à un tel point que je ne sortais plus. La seule personne qui me restait et qui acceptait que j'ai déserté le monde des vivants pendant un temps était à présent devant moi, un bébé dans les bras. Franchement je crois pas que je puisse un jour gagner au loto.

Tu m'as proposé une aide pour mes études, et l'espace d'un instant encore, je t'ai été reconnaissante. Personne jusque là ne s'était intéressé à mon avenir professionnel, et je me rendais compte que j'étais finalement pas si seule.

- C'est gentil merci. Tu sais, je suis douée en langue grâce à ma mère. Elle a toujours voulu que je puisse me débrouiller dans n'importe quel pays... Quand je vois la complicité qu'on avait, j'ai du mal à comprendre comment on a pu en arriver là.

J'avais un petit sourire désabusé qui s'est attendri en voyant la petite princesse commencer à s'endormir. Elle était vraiment mignonne. J'aimais beaucoup les enfants, c'était aussi pour ça que je voulais devenir professeur.

—Nut ? Vieux ? Pas possible, ça vit combien de temps ces bestioles-là ?!

J'ai ris.

- Six à dix ans selon la santé. Ce que je veux dire par là c'est qu'il n'est plus aussi surexcité qu'au début. Il a trois ans maintenant.

Je n'avais pas eu Nut bébé, il avait déjà un an à l'époque. Il était déjà adulte, mais c'était encore une boule de poil. Maintenant, il était un peu plus fin bien qu'il soit un incurable gourmand.
T'as bien tenté d'éviter la conversation mais je crois que mon regard noir t'en a dissuadé. T'as finit par m'expliquer comment Charlotte était rentrée dans ta vie. C'était une histoire assez peu banale. Je comprenais peu à peu que cette enfant était bien plus chanceuse qu'il n'y paraissait. La pauvre enfant... Et surtout... Cet élève... Je n'imaginais même pas à quel point il avait pu souffrir avant d'arriver là. J'ai doucement passé un doigt sur la joue de la petite, sans pour autant la réveiller.

—J'ai mis du temps avant de dire oui, j'étais hésitant. Mais c'est un bébé, et elle avait besoin que quelqu'un s'occupe d'elle. ... J'imagine que fonder une famille c'est un truc que j'ai plus ou moins toujours voulu ? Ma famille, j'veux dire.

- Je suis certaine que tu es le meilleur père qu'elle aurait pu avoir Aaron. Et je trouve que vous formez une très jolie famille.

T'as finit par me dire que ça avait changé beaucoup de choses dans ta vie et c'est à ce moment là que j'ai compris ce qui me mettait mal à l'aise depuis mon arrivée. C'était pas le sujet de notre conversation, ni le fait qu'on se reparle enfin. Ce n'était pas même le fait que tu sois devenu père.
Il n'y avait pas cours aujourd'hui. Il manquait quelqu'un ici et j'étais là depuis suffisamment longtemps pour que ce soit soit tout à fait normal mais demandant une explication, soit franchement inquiétant. Hors tu ne m'avais pas parlé de ce sujet. Alors je compris. Et j'eus mal pour toi. Parce que moi aussi, j'avais ouvert les yeux en me brisant le cœur.

- Aaron... Qu'est-ce-qu'il s'est passé?


##   Sam 24 Juin 2017 - 17:43

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2942
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Honnêtement ? J'crois que ça me fait du bien de parler tranquillement, comme ça. Même si c'est pas forcément de trucs très joyeux - pour ça, faudrait que des trucs très joyeux nous soient arrivés, mais là l'humeur n'y est pas trop en ce moment, je crois - on peut doucement réussir à retisser le fil de ce qu'on a loupé l'un chez l'autre. Je sais pas bien pourquoi je lui ai parlé d'Ariana d'ailleurs, d'autant qu'on se connait pas vraiment, mais je me dis que je pourrais toujours demander à Nicolas s'il veut bien lui poser la question. Si Ludmila a envie de la contacter, après, elle pourra toujours le faire.

Elle a l'air plutôt contente de l'idée, d'ailleurs, même si elle se met à me reparler de sa mère... Je m'humecte les lèvres et acquiesce une nouvelle fois, sans savoir quoi dire. J'suis sûr que ça leur fera du bien à toutes les deux de se voir. ... Ou peut-être pas ? J'en sais rien. Mais c'que j'sais c'est que ce genre de choses, ça se perd jamais totalement. L'affection, l'amour d'un parent... J'ai une moue, préfère continuer la discussion en berçant Charlotte. J'suis plutôt rassuré de savoir que son furet a encore quelques années devant lui - et à moins de devenir obèse, c'que je pense pas vu l'hyperactif que c'est, je crois qu'y a moyen qu'il vive une belle dizaine d'années.

—Si lui est vieux à trois ans, on est quoi, nous, des dinosaures ? je me marre.

Sale gosse !

La discussion dévie rapidement vers la p'tite princesse en train de s'assoupir dans mes bras, et je m'installe confortablement pour lui raconter tout ça. Pas forcément dans les détails, parce qu'elle n'a pas à tout savoir et que je ne veux pas étaler ma vie de cette manière, même devant une amie.

J'essaie de retenir mon rire, et ma voix baisse légèrement pour ne pas réveiller la petite.

—Mais arrêtez de tous me dire ça, vous m'stressez. C'est pas vrai en plus, j'suis juste... son père ? Comme n'importe qui ?

Et l'environnement, ici, n'est pas l'même. Pour autant, ça m'fait plaisir ? J'lance un sourire un peu tordu à Ludmila. C'est vrai, 'fin… quand on eu un modèle familial comme le mien, j'sais pas si on peut réellement être un bon père ? J'fais de mon mieux pour ça, en tout cas. Et quand j'ai des questions, Hideko m'aiguille... Elle a de l'expérience avec ses deux petits monstres.

Et puis elle me pose cette question à la con. J'la comprends pas tout de suite, et j'ai beau réfléchir j'trouve pas vraiment quoi lui répondre.

—Qu'est-ce qu'il s'est passé ? De quoi ?

Elle est triste... Et j'comprends pas bien pourquoi ?

—J't'ai dit, il s'est passé plein de choses, entre la France et Charlotte... dis-je sur un ton confus. Il s'est rien passé de grave là-bas, hein !



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Dim 25 Juin 2017 - 12:30

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1296
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

T'as finis par te moquer de nos âges en affirmant que si Nut était vieux, nous, nous serions de véritables dinosaures. C'était pas si faux, et ça m'a arraché un sourire. C'était agréable de se retrouver, malgré les circonstances. Ça faisait du bien aussi, de se reparler comme avant, comme si rien n'avait changé, alors que plus rien n'était pareil.
T'as préféré pas répondre quand j'ai parlé de ma mère, acquiesçant seulement de la tête, pour me signifier ta compréhension. C'était pas évident de se rendre compte de la connerie qu'avait été notre vie. Je me réveillais à peine.

T'as finit par baisser la voix pour Charlotte, qui s'était assoupie dans tes bras. Tu m'as affirmer n'être que son père, comme beaucoup le sont, et qu'il était inutile de te faire savoir qu'elle avait de la chance de t'avoir et que vous formiez une belle famille. Idiot. Pour un enfant, y a rien de plus important que ses parents. On a beau les détester pour les punitions, les interdictions ou autres... Ils restent nos repères. Enfin! Quand ils sont pas des enfoirés bien sûr.

- Pas la peine de stresser. Y a pas de bonnes ou de mauvaises façons d'élever un enfant, t'as le droit de te tromper, t'es humain. Charlotte ne t'en voudra jamais d'avoir essayé de faire au mieux. Et il n'y a qu'à voir son petit air serein quand elle dort pour voir que t'es un bon père. Elle a totalement confiance en toi.

Je t'ai rendu ton petit sourire. Ça devait être génial, de construire une famille. Sauf qu'il manquait quelqu'un au tableau. Quelqu'un d'important pour toi, dont tu m'avais souvent parlé... A l'époque où il était là visiblement.
T'as pas compris ma question et tu m'as affirmé qu'entre la France et Charlotte, il s'était passé beaucoup de choses mais rien de grave. J'avais un léger doute.

- Tu vis... seul avec Charlotte pas vrai? Il n'est plus là...?

C'était délicat comme sujet. T'avais beau ne jamais trop t'étaler, il suffisait de savoir lire entre les lignes pour savoir que votre histoire avait été aussi passionnée que difficile. Et visiblement... J'espérai me tromper.

- Aaron... Qu'est-ce-qu'il s'est passé? La dernière fois qu'on s'est vu tout allait bien alors... Pourquoi?

J'ai reposé ma question, sans pour autant te lancer un de ces regards de pitié qu'on obtient généralement. C'était simplement de l'incompréhension. Cependant, il ne tenait qu'à toi de me répondre ou non. Sur ce terrain là, jamais je ne me serai permise d'être plus curieuse que ce que j'aurai du. Si tu me demandais de ne pas insister, je ne le ferai jamais. Et ce, malgré mon inquiétude.


##   
Contenu sponsorisé

 

A qui la faute? /Ronron <3/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Le Monde.
 :: L'Europe.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant