Partagez
Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course]
##   Jeu 18 Mai 2017 - 1:04

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Crudités coupées rangées dans des Tupperwares ? Ok. Sauces diverses pour assaisonner ? Ok. Salade de riz au thon ? Ok.

Je me laisse tomber sur la nappe bleue étalée au sol en observant les plats qui m’entourent. Si j’avais su qu’un jour je préparerais quoi que ce soit pour quelqu’un… Je me penche en avant pour remettre en place le plus important : les sachets contenant des chouquettes et une brioche… Se souviendra qui pourra. Néanmoins, soucieuse de fêter dignement l’anniversaire de la douce, j’ai aussi dans une boîte une tarte au chocolat et des bougies – dix-huit, quitte à le faire autant ne pas le faire qu’à moitié. Et enfin, son cadeau. Enfin, ses cadeaux. En espérant qu’ils lui plaisent.

Je m’allume une dernière cigarette en regardant mon téléphone. Ce soir, il n’est ni question d’alcool – d’ailleurs seuls divers sodas sont posés dans l’herbe – ni d’enfumer la belle. C’est sa soirée, elle doit être parfaite. Je ferme un instant les yeux en tirant une taffe, la brise légère du mois de mai venant agréablement caresser ma joue. Bientôt, la lumière sera comme Alice l’aime. Est-ce qu’elle se souviendra qu’elle me l’avait dit, le soir où je l’avais retrouvée dans la salle de musique ? Ce soir où nous avions finalement passé la nuit dans les bras l’une de l’autre ? Est-ce qu’elle comprendra pourquoi j’ai attendu toute la journée avant de lui dire de me rejoindre ?

Cela fait si longtemps, j’ai l’impression. Il y a maintenant trois mois de cela que nous nous sommes pour la première fois embrassées. Nous avons fait du chemin, maintenant… Tant de chemin.

Mon téléphone vibre et me sort de mes pensées. Avec un sourire, je décroche :

- Allo Alice ? Non, tu n’es pas en avance, ne t’en fais pas. Es-tu là où je t’ai donné rendez-vous ? J’arrive tout de suite.

Parce que je veux que la surprise soit parfaite, mais que je ne pouvais laisser sans surveillance le tout trop longtemps. Alors j’ai demandé à la Terre de venir près du champ de fleurs mais de me laisser venir la chercher. J’éteins ma cigarette et me lève pour m’approcher des arbres qui bordent l’endroit. La brunette est là et me tourne le dos. Avec douceur, je me glisse derrière elle et, après une légère hésitation, viens délicatement couvrir de ma paume ses yeux d’océan tout en déposant un léger baiser du bout des lèvres sur sa joue :

- Bonsoir, je souris. Je vais te guider, d’accord ? Laisse-toi faire.

Toujours dans son dos, main cachant son regard, je l’amène jusqu’à la nappe. Enfin, arrivées, je ne peux m’empêcher de profiter un peu de la surprise :

- Es-tu prête ?

Et finalement, je libère le regard de la douce avec un mince sourire, aussi hésitant que gêné.

- Joyeux anniversaire, ma douce, soufflé-je.



Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Jeu 18 Mai 2017 - 16:30

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 706
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Aujourd'hui, c'est son anniversaire. Alice fête ses 18 ans. En France, elle est désormais considérée comme majeure. Ici à Terrae, pas encore. Mais pour elle, c'est un âge qui semble avoir une importance différente des autres, pas nécessairement supérieure. Elle avait reçu une lettre. C'était son père. Cela lui arracha un sourire, il avait tout prévu pour que la lettre arrive à temps. Elle l'ouvrit, et la parcouru. Plusieurs fois. Elle se sentait émue. Son père l'aimait, et espérait qu'elle allait bien. A aucun moment, il ne lui demandait si elle renterait ou pas. Il attendait patiemment. Sans rien dire. Tous ses mots étaient couchés sur papier dans le but de la rendre heureuse, de la faire sourire à quelques milliers de kilomètres de lui.

« Merci Papa. »

Elle rédige une réponse dans sa matinée. Juste après cela, elle reçoit un SMS. Sa Lune lui propose de la rejoindre, vers la fin d'après-midi, dans la forêt. Elle accepte. Alors, Hamilton se souvenait que c'était aujourd'hui, son anniversaire ? Elle était heureuse. Elle se sentait légère. Aujourd'hui, son père et Hamilton lui faisait plaisir sans qu'elle ne fasse rien. Pour elle, c'était déjà un cadeau.

L'heure arrivée, après avoir croisé quelques uns de ses amis, elle se dirigea vers le point de rendez-vous. Malgré sa légèreté, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir une petite boule dans le ventre. Curiosité impatiente, celle des enfants pendant la nuit précédent Noël. Elle attrape son téléphone, et appelle Hamilton, ne la voyant pas une fois arrivée.

« Hamilton ? Je suis en avance, je... Oh... Oui, oui oui. D'accord. »

Elle raccroche. Elle tourne sur elle-même lentement, cherchant d'où peut arriver la Feu. Elle est rongée par l'envie de savoir ce qu'elle a préparé, et pourtant, Alice est calme. Elle profite de ses sentiments, de cette joie qu'elle ressent depuis ce matin. Et puis elle sursaute lorsque deux mains fraiches viennent se poser sur ses yeux. Elle se met à rire, en réaction direct à la compréhension de la situation.

« Bonjour Hamilton. D'accord. »

Alice avance lentement, au rythme que lui donne la Feu. Elle a l'impression de marcher longtemps à cause du fait qu'elle soit plongée dans le noir. Une fois arrêtée, elle commence déjà à sourire. Que lui a-t-elle préparé ? Et puis la lumière frappe de nouveau ses paupières. Elle cligne des yeux plusieurs fois pour s'habituer à la lumière. Et elle regarde la nappe, les brioches, les gâteaux, la grande salade, les petits cadeaux empaquetés soigneusement, le champ rempli de fleur, illuminé par la lumière tombante du début de soirée. Cela fait plusieurs mois maintenant qu'elles sont ensembles. Et Alice se sent si heureuse. Hamilton a soigné chaque détail de sa surprise.

Les yeux d'Alice brillent, son sourire est radieux. Elle rit un peu, touchée, un peu timide comparé à d'habitude. Non, elle n'a pas l'habitude qu'on s'occupe d'elle comme cela. Pas du tout.

« Je... Merci. »

Alice a à peine murmuré. Ses yeux viennent se poser sur le visage de la Feu. Elle est magnifique, elle aussi. Un peu hésitante, c'est normal d'avoir un peu peur lorqu'on prépare une surprise.

« C'est... C'est génial. Merci. »

C'est presque si ses yeux deviennent humides. Elle ouvre un peu ses bras vers la Feu. Elle veut toujours avoir son accord avant de la prendre dans ses bras. A cet instant pourtant, elle en a réellement envie.


Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Mar 30 Mai 2017 - 17:48

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

La douce rit et en réponse, je souris. A sa place, je me serais probablement tendue, j’aurais eu peur et me serais totalement braquée. Mais c’est la douce et elle est heureuse d’être surprise. Elle suit le rythme, me laisse l’entrainer jusqu’à l’endroit où j’ai installé notre petit lieu de pique-nique. Et quand je libère sa vue, avant même d’avoir pu en profiter, Alice a déjà les lèvres étirées. Nerveuse sans le montrer, j’observe la Terre balader ses yeux sur tout ce que j’ai préparé. Va-t-elle aimer ? Tout est si simple. Pas d’originalité. Pas d’extravagances. Dire que j’ai fait tout ce qui est en mon pouvoir. Cela est si peu.

- Je... Merci.

Les yeux de la douce brillent comme si elle était l’enfant la plus heureuse au monde. Parce qu’elle ressemble à une enfant, lorsqu’elle laisse le bonheur l’envahir et qu’elle le montre sans retenu, sans chaînes, sans masque. Mais ce soir, elle est un peu plus timide et son remerciement n’était qu’un murmure. Elle finit par se tourner vers moi et à nouveau, me remercie. Mais soudain, je réalise que son regard se fait presque humide et mon masque se déforme en un air surpris que je ne peux contenir :

- Mais ? Pourquoi pleures-tu, Alice ? Je. Je croyais que cela te ferait plai-

Je m’arrête net, comprenant ma bêtise. Je suis une idiote et avais oublié que l’on pouvait pleurer de joie, d’émotions. Alors, ma surprise n’est pas si ratée ? Lui fait-elle finalement plaisir ? La Terre ouvre un peu ses bras, me demande silencieusement mon accord pour me serrer contre elle. Elle est si prévenante et soucieuse. Elle m’exprime de la gratitude, quand c’est moi qui devrait le faire. Si je commence à accepter que l’on me remercie, accepter que je le mérite n’est pas la même chose, loin de là. Mais ce soir, c’est le soir d’Alice. Pas le mien. Alors je fais fi de la boule qui noue mon ventre et de mes muscles qui se tendent à l’idée de bras resserrés sur mon corps, de l’oppression qu’un câlin peut procurer, du malaise que cela peut apporter et m’approche à petit pas, venant glisser mes bras autour de la taille de la Terre.

- Ne me remercie pas ainsi, ma douce.

Je pose du bout des lèvres un baiser sur son front et effleure son dos en des caresses maladroites. Nous restons ainsi quelques secondes seulement avant que je ne recule un peu et lui offre un léger sourire :

- Ne veux-tu pas ouvrir tes cadeaux ? Ou peut-être préfèrerais-tu manger un peu avant ? Je peux te servir quelque chose à boire aussi, si tu en as envie.

J’ai un peu l’impression de proposer trop de choses, de poser trop de questions. Mais à l’idée que la douce ouvre ses cadeaux et que le collier ou le livre ne lui plaise pas, je sens une légère nervosité m’envahir, et garder mon sourire tout fabriqué devient compliqué. Enfin, tout fabriqué… Lorsque je suis Alice, je commence à me demander s’il l’est vraiment. Une part de sincère, au fond, s’y cache un peu, je dois le reconnaitre.



Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Lun 5 Juin 2017 - 22:47

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 706
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Elle sourit un peu plus lorsque la Feu pense qu’elle est déçue. Ce n’est pas forcément facile à comprendre lorsqu’on n’a jamais pleuré de joie. Mais Alice ne lui en veut pas. Bien sûr que non. Elle laisse venir à elle la jolie rousse, et lentement, avec douceur, referme les bras sur elle. D’accord, elle ne la remerciera plus. Verbalement. Et pour ce soir seulement. Elle ne pouvait pas lui promettre plus. Surtout lorsqu’elle porte autant d’amour à cette personne.

Elle la laisse s’écarter, souriant de plus belle, les larmes effacées une fois la surprise retombée. Elle rit franchement, lorsque la lui propose tout d’un coup. Ses épaules remontent légèrement, et elle plante son regard dans celui de la Feu, débordante de joie.

« Commençons par boire quelque chose ensemble en ouvrant les cadeaux, on profitera mieux du repas après, tu ne penses pas ? »

Elle va s’asseoir doucement sur le drap pour ne pas déranger tout ce qu’Hamilton y a disposé. Elle sort deux verres d’un sac, laissant Hamilton choisir ce qu’elle veut boire, et lui demandant de la limonade. Elle attend patiemment que leurs verres soient remplis, toute souriante. Elle parle peut, leur relation laisse peu souvent place à de longues explications. C’est un lien de sensation, et de ressenti. Elles savent, elles se comprennent, elles n’ont pas besoin de plus.

Elle finit par prendre ses cadeaux sur les genoux. Elle lève les yeux vers Hamilton, et affirme d’une voix douce mais toujours aussi sincère.

« L’important pour moi, c’est que tu veuilles me faire plaisir. Et puis je suis certaine que tu les as choisis de la meilleure façon qui soit. »

N’aie pas peur.

Elle espérait réellement que la jeune femme ne craindra pas trop fort qu’elle lui mente. Parce qu’Alice osera lui dire si cela ne lui plaît pas. Et qu’en plus, elle est déjà réellement ravie. Elle ne pensait pas que l’on pouvait faire autant attention à tout ce qu’elle aimait. Absolument tout. Cela faisait longtemps, et cela était rare. Elle est ainsi déjà comblée de joie par toutes les attentions de la Feu. Elle ne doit plus la remercier, alors elle ne dit rien, mais si elle le pouvait, elle la remercierait plus que personne ne l’a jamais fait en quelques heures.

Alice va s'asseoir calmement sur la nappe étendue sur le sol, invitant la Feu à la suivre. Avec des gestes calmes, elle attrape ses cadeaux. Si tout son corps semble être celui d'une jeune femme de son âge, ses yeux brillent de l'éclat des enfants heureux. Elle commence par ouvrir l'emballage du livre, avec douceur. Lorsqu'elle découvre l'objet, elle commence par lire le titre, passer sa main sur la couverture, puis l'ouvre et fourre son nez à l'intérieur. Et puis elle relève les yeux vers Hamilton. Si la joie pouvait être un liquide, ses yeux en seraient composés. Le livre est en français, elle pourra le lire.

« Merci. C'est un livre que tu aimes ? »

Tout en écoutant sa réponse, la jeune femme attrape le deuxième cadeau dans ses mains, et une fois que la Feu a terminé, l'ouvre sans plus attendre. Ses yeux restent figés sur le collier. Elle le sort du paquet délicatement, en le fixant. Elle reste un moment sans rien dire. Elle semble toute surprise. Elle finit par sourire. La petite Terre porte ses mains à ses yeux, la tête toujours un peu baissé. Elle se frotte les yeux doucement, et redresse la tête vers Hamilton. Elle semble réellement touchée, plus fort que d'habitude. Elle pose une main sur sa tête, en souriant de toute ses dents, les yeux à peine rougis, et son autre main enroulée autour du collier.

« Il est magnifique. Merci beaucoup. »

Sa voix est devenue plus grave, comme lorsqu'elle raconte les histoires, sa voix est émue elle aussi. Alice est une petit boule de bonheur, un peu perturbée qu'on lui offre autant d'un coup, venant de la personne qu'elle aime et qui a mis du temps à l'accepter. Elle est heureuse.


Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Lun 28 Aoû 2017 - 18:56

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Fidèle à elle-même, la douce ne se moque pas de mon embarras et de ma maladresse. Elle rit et je laisse son rire résonner en moi, pas vexée pour un sous qu’elle s’en amuse. Car Alice ne juge pas. Alice attrape la première occasion d’être heureuse et en fait profiter les autres. Et puis, face à un regard pareil, qui pourrait laisser de la susceptibilité tout gâcher ? Deux océans éclatants qui déversent de la joie pure sur chaque endroit où ils se posent. J’acquiesce lorsqu’elle me répond. D’accord, ma douce. Ce soir, c’est toi qui décide de toutes façons.

Nous nous installons sur le drap et je remarque avec un petit sourire intérieur l’attention que porte Alice à ne rien déranger. Elle me demande de la limonade que je lui sers, prenant de mon côté un verre de Coca. J’en avale une gorgée tout en glissant un regard sur les mains de la Terre qui s’emparent des cadeaux. Mon ventre se noue malgré les paroles rassurantes d’Alice. Oui, j’ai essayé de faire au mieux… Mais mon mieux est souvent limité, tu sais. Pour toi, je serai toujours nerveuse.

Mes yeux hésitent, se baladent des doigts fins d’Alice qui déballent les cadeaux aux arbres qui nous entourent, à l’herbe verte dans laquelle nous nous tenons. Je crains autant que j’espère l’expression qu’elle aura en découvrant les cadeaux. Et si cela ne lui plaisait pas ? Mais elle est si jolie, installée sur la nappe avec ses yeux brillants d’enfant que je ne peux finalement en détacher mon regard. Elle découvre d’abord le livre, et moi je découvre Alice découvrant un livre. Elle observe, elle touche, elle sent. Elle se comporte comme avec un être vivant. Elle se comporte comme je le fais souvent moi-même en cachette. Je ne peux retenir le sourire amusée qui étire soudain mes lèvres, en écho à la joie exceptionnelle qui illumine la douce.

- Oui. Je le lisais petite. Il n’est pas très compliqué car c’est un livre pour enfant alors il m’était utile lorsque j’apprenais le Français. Je ne l’ai pas lu depuis longtemps mais je me suis dit qu’il te plairait.

Même si c’est un livre pour enfant. De toutes façons, tu es encore une enfant parfois, ma douce.

Mon sourire disparait lorsqu’Alice attrape le second présent. Un instant, les yeux rivés sur le collier, elle ne dit plus rien. Cela ne lui plait pas, c’est cela ? J’aurais dû en choisir un autre. Ou prendre n’importe quoi d’autre. Peut-être n’aime-t-elle pas les bijoux en fait. J’aurais dû prendre autre chose. J’aurais dû mieux savoir ce qu’elle aurait voulu. J’aurais-

Mes pensées se coupent tout à coup alors que la Terre disparait dans ses mains. Je ne dis rien, trop paniquée pour bouger, mes yeux agrandis braqués sur elle. Puis ses dents apparaissent en même temps que son sourire si puissant. Un poids lâche enfin mes épaules. Elle n’est pas déçue… Elle est heureuse. Elle me remercie, et je soupire doucement, un discret sourire soulagé au visage :

- Tu m’auras fait peur deux fois, ce soir, ma douce, murmuré-je en secouant la tête.

Mon regard fuit un instant le sien avant de s’y replonger complètement. Et tant pis si elle remarque que je suis un peu gênée, tant pis si mes joues légèrement rosies la font rire.

- Veux-tu que j'attache ton collier ? demandé-je d’une voix plus posée que d’habitude.

Nous sommes un peu différentes ce soir. Je ne sais pas à quoi cela tient, je sais juste que je le ressens.

Je m’approche d’elle, attrapant le bijoux d’une main hésitante. Doucement, je viens le passer autour de son cou fin, dont j’effleure à peine la peau. Des frissons parcourent mes bras. Je les ignore, eux et le petit nœud qui vient s’insinuer dans mon estomac. De toutes façons, le bijou est vite attaché et je retourne m’assoir sur la nappe, mon visage ayant recouvré sa neutralité.

- As-tu passé une bonne journée ?

Je n’ai jamais considéré les journées d’anniversaire comme très importantes. Cela ne m’a jamais fait ni chaud ni froid de fêter ou non le mien, en particulier à partir de la mort de mon père. Pourtant, sans que je n’en sois tout à faire sûre, j’ai l’impression que cela m’attristerait que celle d’Alice n’ait pas été agréable. Peut-être parce que pour elle, cela parait compter. Peut-être.



Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Mer 13 Sep 2017 - 23:44

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 706
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

La Lune a un doux sourire sur le visage, la réaction d'Alice semble l'amuser. La Terre continue de lui sourire. Lorsqu'elle lui répond, Alice caresse la couverture sans s'en rendre réellement compte. Elle semble encore plus heureuse lorsqu'elle le lui dit. Un livre de quand elle était enfant... Les préférés d'Alice. Et puis, elle est certaine qu'il lui plaira. Elle a toute confiance en Hamilton pour cela. Elle ne sait pas pourquoi, mais elle sait qu'elle a trouvé un livre qui lui plairait vraiment. Et puis, elle sait que la Feu ne fait pas les choses à moitié, et qu'elle a dû choisir soigneusement l'oeuvre qu'elle a dans les mains.

Alors qu'Alice relève les yeux vers elle, elle se rend compte des siens écarquillés. Elle lui envoie un sourire tout doux. Elle lui a fait peur. Et la Feu le lui dit. Alice rit un peu, amusée et un peu désolée. Et puis Hamilton la regarde dans les yeux, un peu gênée, un peu rouge. Le coeur d'Alice s'accélère devant cette douce démonstration de sincérité. Nicolas avait raison. Elle était déjà d'accord, mais elle le relève là. Le moindre signe d'émotion qu'elle daigne montrer est réel, profond. Hamilton est véritable dès qu'elle laisse son masque s'écarter un peu. Son masque qui au final est vraiment elle, petit à petit.

Alice accepte d'un hochement de tête qu'elle accroche son collier. Elle la laisse faire, sentant ses mains à peine toucher sa peau, elle se dépêche. Pendant qu'elle se rassoit, Alice baisse les yeux vers le pendentif et passe sa main dessus. Hamilton a retrouvé son expression neutre. A la surprise d'Alice, elle lui demande si sa journée s'est bien passée. La Terre penche un peu la tête sur le coté.

« Oui. Mon père m'a écrit tout spécialement pour aujourd'hui. Et j'ai croisé Nathanaël. C'était une bonne journée. »

Alors qu'elle parle, Alice communique toute sa joie. Elle ne ressent rien d'autre... Rien... A part peut être la sensation dans son ventre. Elle est si heureuse qu'Hamilton ait fait attention à elle comme cela. Elle la trouve magnifique, elle est ravie de pouvoir voir ses expressions sincères. Elle regarde son visage avec douceur, s'attarde un peu trop longtemps sur ses lèvres. Elle finit par baisser les yeux un instant. Elle ne veut pas tendre sa main et toucher sa joue sans la prévenir, elle ne veut pas entrer en contact avec elle alors que la Feu fait si attention à elle ce soir. Elle ne veut pas tout briser par simple envie égoïste d'être en contact avec elle.

Alors elle préfère demander, plongeant ses yeux dans les siens. Sa voix est un peu plus basse, un peu plus douce, et un peu moins sûre.

« Hamilton, est-ce que je peux t'embrasser ? Et je ne veux pas que tu me répondes oui parce que c'est mon anniversaire. Je veux que tu me répondes sincèrement. »

Après leur longue discussion il y a un petit moment, dans la forêt, après la construction de leur cerisier, Alice espère qu'elle le fera vraiment. Elle lui fait de nouveau confiance. Elle lui sourit toujours, reprenant confiance.


Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Mar 26 Sep 2017 - 16:59

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

La joie que dégage la douce est contagieuse et à la façon dont je m’en imprègne nous pourrions croire que je suis en manque. Ce soir, j’accepte ce qu’elle m’envoie, ce qui pulse d’elle. Ce soir, nous sommes deux à être heureuses, même si l’une est nettement plus démonstrative. Elle a passé une bonne journée. Elle a eu un mot de son père, vu un ami. Le contraire m’aurait étonnée. Alice sait s’entourer, transformer les personnes qui pourraient lui nuire en personnes qu’elle aide et porte sur ses petites épaules. Comment aurait-elle pu ne pas passer un bel anniversaire ? Qu’elle me le confirme me rassure tout de même.

Ses yeux pétillants de vie rejoignent mes vides. Sa voix, habituellement si joyeuse, s’élève. Pas plus triste, mais plus basse et en elle résonne une pointe d’hésitation. Elle pose une question à laquelle je m’apprête à répondre « Oui. » par automatisme, par envie de lui faire plaisir, par envie qu’elle ne se sente pas blessée… Mais elle me devance et me l’interdit.

- Ali-

J’étais prête à répliquer, à lui dire que si je voulais agir ainsi, je le pouvais, et puis j’ai compris. Enfin, compris, c’est un grand mot, mais je pense avoir soudain saisi quelque chose. Ce qui la blesserait, c’est que je me force, que je ne prenne pas le temps de me demander si oui ou non, cela va aller. Pas que je lui dise non. Alors je me tais, je quitte un instant son regard et caresse l’herbe de mes yeux. Cela ne dure pas longtemps, juste assez pour que j’interroge mon esprit et mon corps. Pas en profondeur, pourtant cela reste plus que ce que je fais d’habitude.

- Non, je déclare soudain en retrouvant ses océans. Non, mais moi, je peux t’embrasser.

Mes mains se posent sur le moelleux tapis vert, mon buste se penche sur la douce. Lentement, comme au ralenti, mes lèvres viennent trouver celles de la Terre, s’y attarder, les découvrir avec un embarras enfantin, une hésitation que je ne perdrai jamais je crois, avant que je ne recule. Mis à part nos bouches, il n’y a eu aucun contact.  

Tant que je contrôle, cela va. Tant que j’agis, cela va. J’ai l’impression de ne pas encore être prête à tout recevoir, à tout accepter. J’essaie, ma douce, et j’ai au fond cet espoir fou que cela viendra. En attendant, pour ne pas te blesser, pour ne pas me blesser, je te demande d’être encore patiente. Encore un peu, s’il-te-plaît.



Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Dim 1 Oct 2017 - 22:26

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 706
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Hamilton a l’air heureuse de voir qu’elle a passé une bonne journée, elle semble heureuse d’être avec elle. Alice en est touchée, et que plus rayonnante. Elle est contente de pouvoir la rendre heureuse elle aussi de son coté, comme elle peut. Elle lui sourit toute tendre, l’air ravie. Et puis lorsqu’elle lui pose sa question, Hamilton va répondre juste avant qu’Alice lui pose sa condition.

Elle ne veut que du vrai, seulement pour ce soir, seulement pour maintenant. Et la Feu semble comprendre, elle la regarde intensément, et se pose des questions. Alice espère que ce sont les bonnes questions. Les yeux verts de sa Lune perdent un instant, pour revenir sur elle. Elle semble avoir réfléchi, s’être sondée elle-même. Et lorsqu’elle retrouve ses yeux, Alice entend une réponse qui lui plaît plus qu’un simple « oui ». Non, elle n’a pas envie qu’elle l’embrasse.

Mais la Feu n’avait pas terminé. Elle peut l’embrasser, elle. Alice se contente de sourire avec les dents, heureuse qu’elle le lui ait dit. Elle sourit, et laisse la Feu s’approcher, ses yeux se plissent, fixés sur ses deux émeraudes. Tout doucement, elle ferme les yeux, et laisse sa peau entrer en contact avec celle de la Feu. Et elle se sent bien. Elle sent la chaleur de son corps tout proche du sien, sans jamais le toucher autrement. Elle est un peu hésitante, comme chaque fois. Et Alice l’accepte complètement. Ses lèvres lui rendent toute la douceur dont elle est capable.

Lorsque la Feu s’éloigne d’elle, sa bouche est encore tiède, son ventre bourdonne toujours, ses yeux n’y voient plus très clair pendant quelques secondes. Le regard d’Hamilton parle pour elle. Elle n’est pas tout à fait prête pour plus, mais elle accepte cela, l’apprécie, tant que ce n’est pas plus. Petit plaisir méfiant, mais Alice, elle, est heureuse qu’elles puissent trouver un équilibre. La Terre patientera le temps qu’il faudra pour cela. Elle a tout le temps qu’il lui faut, elles en ont déjà parlé, et Alice est certaine de sa décision.

« Merci. »

Murmure. Elle ne la remercie pas de l'avoir embrassée. Elle l'a remercie d'avoir accepté sa condition, d'avoir pris le temps de réfléchir. Elle attrape son verre, et boit une nouvelle gorgée de limonade. Ses joues sont toutes rosies par pleins d'émotions. Elle est heureuse.


Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   Mar 2 Jan 2018 - 0:18

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Asbjorn Andreassen
► Rencontres ♫♪ :
Adélaïde Hamilton E.
Messages : 593
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : En apprentissage de la vie, je crois.
Humeur : Erm... On fait ce qu'on peut?

Alice sourit. Alice brille. Elle ne m’en veut pas de lui avoir dit « Non », ou du moins elle n’en montre rien. Elle parait heureuse que je puisse, moi, l’embrasser. Notre baiser n’est peut-être pas long. Il est peut-être maladroit, hésitant, un peu gêné. Mais il est si doux. C’est le pouvoir caché de la Terre : elle rend à chaque action sa tendresse.

Quand je recule, mes poils sont toujours dressés, mon cœur bat toujours un peu plus fort. Elle me remercie et je secoue légèrement la tête :

- Tu n’as pas à me remercier.

Car si je n’avais pas fait une bêtise auparavant, tu n’aurais pas eu à poser de conditions.

Mais ce n’est pas le moment de se sentir coupable. Ce soir, je ne veux que le bonheur de ma douce. Et je ferai tout pour que rien ne puisse gâcher cet anniversaire. La soirée passe doucement. Nous mangeons d’un peu tout ce que j’avais préparé, même s’il y a beaucoup trop de nourriture. Et moi qui craignais qu’il n’y en ait pas assez. Je profite de chaque sourire, chaque rire d’Alice, et tente de lui en rendre autant que possible.

Lorsqu’il commence à se faire tard, que je vois la fatigue commencer à briller dans le regard de la Terre, je me lève et lui tends la main :

- Je crois qu’il va être temps de te mettre au lit, non ?

Je la laisse se lever avant d’ajouter, plus timidement :

- …Pouvons-nous dormir ensemble ce soir ?

La soirée était belle, vraiment. Mais elle le serait encore plus si nous pouvions nous endormir, côte à côte.



Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Signa

Merci Ronron, merci Elwynouchette. Vous êtes les bests ♥

♥:
 
##   Dim 7 Jan 2018 - 1:18

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
Alice Borges
Messages : 706
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice passe une soirée radieuse. Alice est radieuse. Elle est souriante. La Feu a prit soin de tout préparer comme elle aime, comme elle savait qu'elle aime. Alice en profite, la remercie sûrement trop de fois pour qu'elle ne puisse toutes les accepter, mais c'est tant pis. Elle avait trop préparé, trop fait attention, et Alice riait, Alice était aux Anges. Hamilton avait simplement tout fait pour que tout soit parfait, qu'elle ne manque de rien.

Alice avait beau expliquer qu'elle ne voulait pas qu'elle lui mente, qu'elle lui cache des choses, et surtout pas qu'elle se force, ces preuves d'amour doux et sincère ne pouvait que la toucher. Nicolas avait raison. Chaque sourire sincère, chaque attention chez elle était réellement sincère, elle n'inventait pas. Et cela rendait la Terre plus heureuse que toutes les attentions elle-même.

Petit à petit, la nuit tombe, les yeux grattent, la fatigue étreint la petite Alice. Lorsque sa Lune se relève, elle attrape doucement sa main et l'imite. Elle l'aide à tout ranger, rassembler. Puis elle lui sourit doucement.

« Bien sûr, viens. »

Elle lui sourit, puis toutes les deux marchent cote à cote jusqu'à l'institut. Là, elle jette leurs quelques déchets, gardent seulement le surplus. Elles grimpent à l'étage des Terres, et puis se préparent doucement dans la chambre d'Alice, avant d'aller se coucher. Avant de dormir, Alice regarder ses étoiles briller au plafond. Elle était heureuse. Son père lui avait écrit, ses amis étaient là. Hamilton était là. Alice allait bien. C'était bon. C'était doux. Tout irait bien.


Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course] Alice%20Signa

Moonshine:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Si je le pouvais, je t'offrirais dix-huit étoiles, mon Soleil ♥ [Alice of course]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Champ de fleur.