Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
Your sacred stars won't be guiding you. ••• Roxy ♥
##   Ven 13 Avr 2018 - 22:42

Personnage ~
► Âge : 28 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Roxanne Tessier
Messages : 307
Date d'inscription : 20/10/2012
Age : 23
Emploi/loisirs : Bavarder ♥
Humeur : Explosive ~

Elle apprécia sa sincérité, tout comme elle fut presque heureuse que ce soit lui, qui sous-entende qu’ils ne se reverraient pas qu’une fois. Elle avait un peu peur de dire certaines choses, de lui en demander trop, de lui donner l’impression d’exiger ou quoi que ce soit. Elle pouffa d’ailleurs en le voyant se brûler à demi avec sa tasse, ah bah bravo gros malin va.

_ Je me suis tellement peu entraînée dernièrement, j’ai genre quasi abandonné, j’en suis pas très fière ahah..

Elle avait baissé les yeux, un peu honteuse, pour les relever sur Misao, sur ses mains. Elle retint son souffle, elle le voyait retirer les bandages, et d’un coup, elle ne savait plus. Elle ne savait plus si elle voulait savoir, si elle devait savoir, si elle en avait le droit. Elle avait peur de ce sur quoi elle allait tomber, sur sa propre réaction, sur l’effet que ça pourrait avoir sur Misao. Et si sa réaction le brusquait ou le vexait ? Et si tout ce qu’ils avaient fait jusqu’à maintenant retombait à l’eau ? Et si, au final, ça leur faisait plus de mal qu’autres choses ?

Elle avala difficilement sa salive, mal à l’aise, parce qu’elle ne savait pas comment réagir, et qu’elle se retenait de pleurer, parce que c’était ni le moment ni sa place de faire ça. Elle avait envie de toucher aussi, de ressentir ça, les dégâts, mais c’était encore pire connaissant Misao ahah. Et c’était difficile pour elle aussi, de le voir comme ça, aussi détruit, aussi abimé, parce qu’elle aurait aimé être là pour lui, elle aurait peut-être dû au final, au lieu de s’enfermer dans son coin. Regardez où ça les avait mené… Ah, être humain c’était chiant et difficile.

En passant la porte, elle perdit son regard sur lui, sur sa silhouette, qui n’a pas tant changée que ça. Et un léger sourire se peint sur ses traits, ouais, c’est un peu tard pour ne pas se sentir mal ahah. Raté. Elle s’avança pourtant jusqu’à lui, fit quelques pas pour trouver un coin où s’asseoir sans être trop dérangés, et prit une inspiration.

_ Je vais pas te cacher ma curiosité non plus. Mais je veux vraiment que tu saches que c’est à toi de choisir tu vois ? Genre, avec qui tu en parles, quand, comment. J’ai pas envie que tu te sentes pressés, on a le temps, je vais pas disparaître.

Elle releva la tête vers lui après s’être rendue compte qu’elle avait fini par fixer un point au sol.

_ Promis.

Elle aimerait qu’il en parle, mais seulement s’il en avait envie, s’il s’en sentait assez capable. Elle avait peur de ses propres réactions en l’écoutant, parce qu’au final, elle ne savait pas réellement de quoi il voulait parler, et qu’il y avait tellement de choses non-dites entre eux… C’était effrayant, angoissant, mais il fallait bien qu’un jour elle se confronte à tout ça non ? Elle but une gorgée et s’appuya davantage sur le banc.

_ Et puis, pour te rassurer un peu là-dessus, quoi que tu dises, ça changera pas ce que je pense de toi.

Elle ne savait pas pourquoi elle lui avait dit ça, peut-être aussi pour se rassurer elle-même, parce que si elle faisait confiance à une personne ici, c’était bien lui, quoi qu’il fasse ou quoi qu’on puisse dire à son compte.

Elle se tourna alors vers lui, prête à l’écouter, quoi qu’il puisse lui dire, c’était le moins qu’elle puisse faire pour lui.


Your sacred stars won't be guiding you. ••• Roxy ♥ - Page 2 IEfwWlgpjpz_Roxanne-2019-signa
Vit en #3399cc
En ligne##   Sam 14 Avr 2018 - 0:42

Personnage ~
► Âge : 33. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
Misao Honda
Messages : 533
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

Ils sont deux à avoir abandonné, alors ; c'est ce que Misao aimerait pouvoir répondre à Roxanne, mais il se contente de lâcher un demi rire piteux comme le sien. Il comprend, il partage ; de toute manière, un pouvoir comme le leur, ça ne sert pas à grand-chose. Ils ne peuvent pas faire de belles démonstrations inoffensives, et se rendre invisible est juste devenu inhérent à sa survie. Un réflexe automatique lorsque sa honte et son anxiété montent trop, qu'il a besoin de se cacher ; et se cacher, c'est ce qu'il fait de mieux, après tout. Derrière des mensonges ou des sourires, derrière la porte de sa chambre et son ordinateur. C'est facile de se cacher, de disparaître — c'est la réponse facile, dans tous les cas, tout le temps.

Lorsqu'il enlève le bandage sur l'une de ses mains, partiellement, il aperçoit le regard de Roxanne changer. Dans ses yeux mordorés, il voit passer des émotions contradictoires ; il y cherche du dégoût, le coeur battant aux tempes et le souffle court. Il a agi par impulsion, un peu bêtement, mais parce qu'il voulait aussi être honnête. Et arrêter de se cacher, de se bercer d'illusions. Sa voix se coince dans sa gorge. Ils sortent. Il reprend son gobelet de l'autre main et plante celle au bandage à demi défait dans sa poche. Autour, le monde paraît flou, vibrant ; un bourdonnement l'empêche d'entendre les premiers mots de Roxanne alors qu'elle les guide. Il se laisse faire, un peu ailleurs, jusqu'à s'assoir à son tour. Il se demande s'il a bien fait. S'il n'aurait pas juste dû se taire. Ca fait des années qu'ils n'ont pas parlé, c'est trop violent. Il aurait du. se. taire.

Si Misao était du genre à pleurer, il sentirait sûrement les larmes lui piquer les yeux. À la place, c'est un vide insondable qui le guette et l'accompagne. Il se fait porter, a l'impression de chuter ; mais il acquiesce, parce que les mots de son amie lui font du bien, au final. C'est important pour lui. C'est important, de choisir. Il a le droit de choisir avec qui en parler.

Et c'est peut-être de ça qu'il avait le plus besoin.

Savoir qu'il peut choisir. Qu'il n'a pas besoin qu'on lui dise à qui il peut ou non en parler. Qu'il n'est pas obligé d'en parler à sa soeur s'il ne veut pas. Qu'il n'est pas obligé d'en parler à Huo juste parce qu'il est son ami et qu'il lui en pose la question. Qu'il n'est pas obligé d'en parler à sa psy.

Et peut-être du fait qu'elle ne disparaîtra plus.
((Est-ce que ce n'est pas lui qui a disparu ?))

—Merci, tente-t-il de dire, d'une voix étouffée par des larmes qui ne monteront pas.

Il a un sourire triste, mais tranquille comme un cours d'eau.

—C'est- ça devrait être à moi d'arrêter de disparaître, je crois.

Il n'ose pas la fixer, durant un temps. Il regarde droit devant lui, les yeux immobile, le corps figé, la main toujours dans sa poche ; puis il se reprend, il reconnecte ; ses muscles se détendent, vaguement ; son expression reprend de la vie, ses paupières clignent, puis il relève ses océans de regret vers la femme qu'il aime. Ses traits s'adoucissent.

—Parfois, j'ai envie de disparaître, chuchote-t-il dans le silence ensoleillé de l'extérieur. J'arrive plus à être ici sans penser à tout ce que j'ai fait de mal. Ca me parasite. C'est intenable. C'est- même mon pouvoir me ronge, parfois ? Je sais pas pourquoi je l'ai, à part si c'est un coup du destin qui me dit que je devrais me cacher davantage. Me faire oublier.

Disparaître définitivement.

—C'est pour ça que je fuis. Que… je t'ai… fuie ?

Il a du mal à prononcer ces mots. Il se rend compte qu'il ne la regarde déjà plus. Sa main bandée tient toujours son gobelet ; l'autre sort de sa poche. Il l'observe, observe le serpentin de tissu blanc qui coule sur sa cuisse. Les cicatrices. Les creux, les boursouflures.

—Je m'en veux.

Il n'arrive pas à en dire plus. Il ne sait pas quoi dire. Il se sent juste inondé par un trop-plein. Submergé. L'impression de ne plus réussir à respirer, chercher l'air ; fermer les yeux pour ne pas voir.
Fermer les yeux pour ne plus se voir.

—À quel point est-ce que tu m'en veux ?



Parle en #b7273d.
##   Sam 14 Avr 2018 - 1:35

Personnage ~
► Âge : 28 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Roxanne Tessier
Messages : 307
Date d'inscription : 20/10/2012
Age : 23
Emploi/loisirs : Bavarder ♥
Humeur : Explosive ~

Elle sentait à quel point c’était difficile pour lui, elle sentait les larmes à ses propres yeux menacer de couler, mais elle ne le ferait pas. Ce n’était pas de ça dont il avait besoin. Elle encaissa la phrase qui suivit, retenant la petite part d’elle qui aurait bien aimé lui dire que ouais, fallait bien qu’il arrête de fuir, parce qu’elle était un peu fatiguée de courir. Et pourtant, elle savait que jamais elle ne s’arrêterait de courir pour lui, ni de se battre pour lui non plus, parce qu’avec tout ce qu’il pensait ne pas mériter, un peu d’amour, c’était tout ce qu’elle pouvait lui offrir et souhaitait lui apporter.

Ses yeux sombres étaient difficiles à supporter, plantés dans les siens, ils contenaient trop de choses, c’était déstabilisant, mais pas autant que les mots qui suivirent. Elle vit, enfin, plus vraiment du coup, les larmes s’amonceler dans ses yeux, elle essayait, vraiment. Elle sentit les larmes couler, silencieusement, alors qu’elle le regardait, avec toute la peine, toute la compréhension et l’affection qu’elle pouvait lui témoigner. Oui, elle comprenait le coup des pouvoirs, qui la gênaient elle aussi plus qu’autre chose. Mais le reste, c’était le flou complet pour elle, et elle se sentait stupide de ne pas pouvoir le comprendre davantage dans un moment pareil.

Elle retint les sanglots qui menaçaient de sortir quand il prononça la seule réponse qu’elle voulait entendre. C’était difficile à admettre, plus pour lui que pour elle, qui s’en doutait un peu même si elle s’était persuadée que non, c’était forcément autre chose, trop occupé ou quoi que ce soit. Et il s’en veut, comme si l’état de ses mains n’en disait pas assez là-dessus. Pourtant, ça lui fit étrangement beaucoup de bien de l’entendre, qu’il lui parle, vraiment, et pas simplement des banalités, qu’il lui fasse confiance.

Elle inspira un grand coup avant de lui répondre, déjà parce qu’elle devait un peu se recomposer un visage moins ridicule, et parce qu’elle avait besoin de respirer un peu, de relâcher tout ce poids qui n’était pas le sien, pour éviter de fondre en larmes à peine la bouche ouverte tiens.

_ Clairement moins que toi.

En fait, plus du tout, depuis un moment, mais l’entendre et le croire était deux choses différentes, alors elle avait opté pour quelque chose de différent.

_ Je t’en ai voulu, au début. Puis, j’ai essayé d’oublier. J’ai pas réussi, évidemment. Et je me suis sentie conne, quand… J’ai pensé un moment que tout le travail que j’avais mis dans… Bref, je pensais que tu m’évitais, que tu ne voulais plus entendre parler de moi. Alors, tout à l’heure, quand ça m’est revenu en pleine face, après que tu te sois volatilisé juste devant moi. Je me suis dis qu’il fallait bien que je me bouge pour qu’au moins, tu m’écoutes, et que tu me crois.

Elle expira et le regarda, elle avait les larmes aux yeux, parce qu’il lui avait fallut beaucoup trop de temps pour se bouger le cul, et qu’elle arrivait un peu au pire moment pour lui apparemment. Et clairement, elle parlait trop, ça devenait embarrassant aussi...

_ Je ne t’en veux pas Misa. Plus depuis très longtemps. D’ailleurs, je crois que tu es le seul de nous deux qui t’en sois réellement voulu.

Elle avait eu peur, peur qu’il souffre sans qu’elle puisse l’aider, ce qui était arrivé au final. Et maintenant, elle avait juste peur qu’il ne lui fasse pas confiance, qu’il ne croit pas en ses mots, qu’il se renferme à nouveau, et qu’il souffre encore un peu plus sans qu’elle ne puisse l’aider.

Elle tenta de lui faire un joli sourire, il était clairement tremblant, elle était au bord des larmes, des sanglots incontrôlables, mais elle tenait bon. Elle aurait aimé le prendre dans ses bras, le rassurer, plus que ce qu’elle faisait, parce qu’elle avait l’impression que ses mots n’exprimaient pas encore assez tout ce qu’elle voulait lui faire passer. Mais elle savait aussi, et souhaitait aussi, lui laisser le temps, le choix, même si c’était difficile.


Your sacred stars won't be guiding you. ••• Roxy ♥ - Page 2 IEfwWlgpjpz_Roxanne-2019-signa
Vit en #3399cc
En ligne##   Dim 29 Avr 2018 - 17:55

Personnage ~
► Âge : 33. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
Misao Honda
Messages : 533
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

L'air lui manque. La peur d'avoir fait une erreur, encore une fois, le secoue tout entier, des tréfonds de son être ; il aimerait ne pas voir ce regard d'infini tristesse, ces yeux qui se remplissent de larmes qu'il aimerait lui dire de contenir. Pourquoi pleurer pour lui, lui qui ne pleure pour personne d'autre ? Une part de lui aimerait lui dire que c'est faux, qu'il a pleuré pour Joyce, qu'il a pleuré pour Matheo, mais n'est-il pas seulement terrorisé de les perdre eux aussi ?

Il se sent terriblement mal, il sent son monde tanguer, manquer de se briser ; son souffle est laborieux, il aimerait ne pas pleurer lui aussi, et pourtant, elles le souhaitent ; ces petites larmes qu'il contient dans une flasque grande comme la mer et qui déborde, déborde, déborde… Le coeur serré, bientôt en miettes.

Il ferme les yeux pour se contenir. Parce qu'au fond, Misao est pudique, retenu ; il ne veut pas rendre la tâche plus difficile à la jolie rousse, quand bien même c'est déjà un peu tard. De quoi auraient-ils l'air, à pleurer tous les deux sur un banc ?

Sans vraiment savoir s'il avait besoin de l'entendre lui dire ça, le feu se tend davantage. Les mots font mal et font du bien ; ils blessent et soignent dans la foulée, avec un peu de pommade pour aider à cicatriser. Il rouvre les yeux, les lève vers le ciel ; lui aussi les a tout humides maintenant, c'est malin. Il est un peu nauséeux, mais il a l'impression d'avoir cette boule au fond de lui qui vient d'exploser, qui va tout déverser, tout ce qu'il ressent et tout ce qu'il pense. Il aimerait pouvoir lui dire à quel point il s'en veut de son comportement, celui d'un peu plus tôt comme de celui qu'il a eu au cours des dernières années ; mais au fond, il y a quoi à pardonner, à part le fait qu'il ne savait plus où il en était ? Il aimerait pouvoir lui dire que si elle savait, pour cette histoire de scientifiques, elle lui en voudrait aussi... Mais est-ce qu'elle en a seulement entendu parler ? C'est probable, parce que- tout le monde... savait ?

Est-ce que ça comptait vraiment ?

Il tourne la tête vers elle, au bord des larmes de la voir si triste, au bord des larmes de se sentir si mal.

—C'est donc ça, souffle-t-il, la voix étranglée.

"Tu es le seul qui t'en sois réellement voulu."
Pourquoi cela fait-il tellement écho dans son esprit ?

Quelques larmes coulent, c'est trop tard, ça déborde. Il a un rire étranglé, qui menace de se transformer en sanglot. Sa main se resserre plus fort autour du gobelet alors qu'il se contient dans une grimace. De son mieux. Mais ce n'est pas suffisant.

—Je suis tellement désolé. J'ai- j'ai tout merdé.

Il prend conscience, à nouveau, du fiasco de sa vie. De tout ce qu'il a détruit, par égo ou par peur. Parfois les deux à la fois. Il se demande pourquoi elle est encore là, pourquoi elle est encore si douce, si affectueuse, si… elle ? Si aimante... ? Pourquoi est-ce qu'elle l'accepte, pourquoi est-ce que tout le monde autour de lui l'accepte ? On n'accepte pas l'inacceptable, on n'accepte pas quelqu'un comme lui, on- Pourquoi est-ce qu'il est toujours le seul à s'en vouloir ? Pourquoi est-ce qu'on ne pourrait pas le détester une bonne fois pour toute, qu'il puisse disparaître sans remords ?

Un sanglot.

—Quand j'ai- quand j'ai vu tes vidéos... Je voulais revenir, articule-t-il difficilement. Je voulais revenir, mais j'ai eu tellement peur. J'ai pas supporté. J'ai pas réussi. J'ai pas été assez fort.

Un instant, il aurait voulu lui prendre la main ; mais la décharge douloureuse dans tout son corps à cette simple pensée le plie en deux. Le gobelet tombe au sol en se déversant, et pour une fois, il n'en a rien à faire.

—Je voulais pas te faire du mal. Je pensais que ce serait mieux. Mais j'arrive pas. J'arrive. j'arrive pas.

Pourquoi est-ce qu'il pleure, d'un coup, Misao ? Ses yeux se baissent vers ses mains cachées contre son corps, qu'il observe quelques secondes. Quelques secondes durant lesquelles son regard se fait vide, et où les hoquets qu'il essaie de retenir disparaissent. Une main bandée, l'autre blessée.

—Il y a… un bout de moi qui supporte pas l'idée que je ne sois pas tout seul.

Alors il se la créé, cette solitude. C'est plus commode. Moins effrayant. Il n'a plus l'impression d'avoir cette voix dans sa tête qui lui dit qu'il fait du mal aux autres. Il se sent presque mieux.

Seul.
Mais mieux.

—J'suis content que tu sois revenue.

Sa voix n'est plus qu'un murmure.



Parle en #b7273d.
##   Mar 26 Juin 2018 - 12:01

Personnage ~
► Âge : 28 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Roxanne Tessier
Messages : 307
Date d'inscription : 20/10/2012
Age : 23
Emploi/loisirs : Bavarder ♥
Humeur : Explosive ~

C’était difficile de le voir en larmes, ça rendait encore plus complexe le fait de ne pas pleurer avec lui, histoire de ne pas non plus avoir l’air de deux abrutis à pleurer sur un banc. Elle aurait aimé pouvoir lui dire qu’il n’avait pas tout merdé, qu’il n’était pas le seul à blâmer, ou que ce n’était la faute de personne, mais aussi simple que ça pourrait paraître, c’était clairement le plus dur à faire comprendre à Misao…

Elle finit par laisser les larmes couler, aussi silencieusement qu’elle le put, elle l’écoutait, la pilule avait beaucoup trop de mal à passer. Elle se rendait compte qu’elle lui en avait voulu de ne pas répondre, sans même penser à l’état dans lequel il pouvait être. Elle avait l’impression d’être si égoïste et ignorante, parce qu’il souffrait encore, beaucoup plus qu’elle, et qu’elle s’était concentrée sur sa propre petite personne, comme une enfant à qui on aurait refusé quoique ce soit.

Elle avait un peu l’impression de ne rien pouvoir faire, de ne rien pouvoir dire, sans prendre le risque de lui faire encore plus de mal. C’était nouveau et assez déroutant, au point où elle ne savait plus vraiment si elle pleurait parce qu’il pleurait, ou bien si elle évacuait des mois de douleurs inexpliquées, ou bien encore si elle se sentait réellement triste.

Elle aurait adoré lui serrer la main, lui montrer qu’elle était là, qu’elle ne comptait pas partir, parce que de toute façon, où est-ce qu’elle pourrait bien aller si jamais il lui prenait l’idée de disparaître ? Terrae, c’était si grand, et à la fois si petit…

_ Je suis contente d’être revenue.

Elle se pencha pour attraper le gobelet au sol, peut-être aussi pour éviter un peu son regard, parce qu’elle ne savait pas quoi dire, elle ne savait pas si elle devait continuer de lui en parler ou pas, elle avait un peu peur de ce que ça donnerait, est-ce qu’il s’en voudrait encore plus ? C’était fort probable, et ce n’était clairement pas ce qu’elle cherchait à faire… Ugh, les relations humaines hein, une torture.

_ Je pense que t’as pas à t’en vouloir, pour les vidéos je veux dire tu vois, parce que, faut avouer que c’était pire qu’une bombe A. Je sais pas vraiment ce qui m’a pris, je pensais vraiment que c’était ce qu’il fallait faire, que j’avais un peu plus rien à perdre de toute façon…

Elle sentait les larmes revenir au galop, alors elle reprit, la voix un peu plus saccadée qu’avant, il fallait juste qu’elle évite d’avoir la gorge trop nouée, sinon, ça deviendrait comique de parler avec des gestes d’un sujet pareil, bonjour l’incompréhension. Et ils auraient définitivement l’air de deux cinglés à pleurer sur un banc et parler avec des gestes… Qu’est-ce qu’on ferait pas pour l’amour hein ?

_ Je suis désolée. Ouh ça va être de longues excuses, c’est parti. Je te demande pardon, pour t’avoir laissé t’éloigner, pour m’être éloignée moi-même, pour être revenue avec une bombe, pour t’en avoir voulu de ne pas répondre, pour avoir été persuadée que tu m’en voulais ou que tu ne voulais juste plus rien avoir à faire avec moi.

Elle leva les yeux au ciel, avant de finir, un léger très léger sourire aux lèvres.

_ Mais, je ne te demanderais pas pardon pour être venue dans ta chambre sans te demander ton avis. Bon, je sonne comme un harceleur ou un stalkeur mais, tu m'as compris.

Elle se redressa sur le banc.

_ Bon, je vais aller jeter les gobelets avant qu’on se remette à pleurer pour les remplir, parce que je me sens assez stupide avec deux gobelets abîmés et vides dans les mains. Mais je reviens, genre, je vais à 50 mètres, la poubelle là-bas. Disparaît pas ? S’il te plait ?

Elle se leva, jeta les gobelets et essuya son visage avant de revenir vers lui. Okay, brace yourself, c’est l’inconnu maintenant, toutes les cartes sont sur la table, y a plus qu’à jouer, et le mieux, ce serait de gagner, tous les deux.


Your sacred stars won't be guiding you. ••• Roxy ♥ - Page 2 IEfwWlgpjpz_Roxanne-2019-signa
Vit en #3399cc
En ligne##   Lun 2 Juil 2018 - 1:52

Personnage ~
► Âge : 33. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
Misao Honda
Messages : 533
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

Ils sont deux à pleurer. Il n'aurait pas aimé la rendre triste de cette manière, mais il n'arrive sûrement qu'à cela depuis quelques années. Parce qu'il se complait dans sa tristesse, sa douleur, son image négative de lui-même. Il n'a pas envie qu'elle le voit tel qu'il est réellement parce qu'il a peur qu'elle le rejette en bloc — sans doute aussi parce qu'il aime bien décider de ce qui est le mieux pour les autres. Ce qu'il pense être le mieux. Sans lui.

Il se recule lorsqu'elle se penche vers lui — non, ce n'est pas vers lui mais pour ramasser le gobelet. Il se sent bête de se sentir si angoissé à l'idée du moindre contact, mais il sait aussi qu'avec elle ça ne le dérangeait que peu. Il lui avait fait confiance, il avait surmonté des choses difficiles et qui auraient pu sembler anodines pour n'importe qui d'autre.

Le feu détourne les yeux pour ne pas regarder sa comparse. Il secoue la tête.

—Un peu, mais… Elles sont précieuses pour moi aussi, malgré tout.

Il ne saurait pas dire pourquoi. Il n'arriverait pas à les revoir, mais il ne pourrait pas les supprimer pour autant. Ce qui fait mal n'est pas forcément négatif. Il faut peut-être simplement apprendre à le voir autrement… avec du recul. Travailler sur ce qui est si douloureux là-dedans.

Puis il ne comprend pas. Pourquoi elle s'excuse ? C'est... ce n'est pas utile de le faire, ça devrait être à lui de s'excuser. Il a envie de lui dire qu'elle est bête de s'en faire pour ça, mais il sent juste sa gorge se serrer davantage. Ca fait mal. Il essaie de ne pas faire attention à se yeux humides pour ne pas pleurer davantage. Reprendre son souffle.

—Rox… commence-t-il. Tu as pas à- à t'excuser. C'est pas toi la fautive.

Il a un demi sourire malgré tout. Faible. Heureux, un peu, malgré les larmes.

—J'aime bien quand tu fais ton harceleuse.

Ca ne le gêne pas. Il en a besoin parfois. Il a besoin qu'on le secoue, qu'on lui parle, qu'on insiste. Il n'ose plus. Il ne veut plus. Ou alors il n'en a plus la force.

Il l'observe se lever sans rien dire et acquiesce lentement. Hésitant.

—Je disparaitrai pas... promis.

Pas tout de suite. Pas maintenant. Ce serait dommage.

Au moins, il a quelques minutes pour lui. Pour respirer. Se remettre. S'essuyer le visage, remettre ses bandages, retrouver un semblant de calme. Il a toujours le souffle saccadé quand Roxanne revient, les yeux un peu humides aussi. Il lève le regard vers elle, l'observe. Il ne sait plus trop quoi dire. C'est étrange, maintenant que le silence et le calme sont revenus.

—Tu veux... qu'on marche un peu dans le parc ?

Juste prendre l'air. Ils ne sont même pas obligés de parler, mais juste être seuls tous les deux, le temps de se reconnecter peut-être… de réapprendre à se faire confiance, et d'avoir confiance en eux-mêmes. Ca peut être chouette, non ?



Parle en #b7273d.
##   Ven 19 Oct 2018 - 17:18

Personnage ~
► Âge : 28 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Roxanne Tessier
Messages : 307
Date d'inscription : 20/10/2012
Age : 23
Emploi/loisirs : Bavarder ♥
Humeur : Explosive ~

Elle était un peu désorientée, avec tout ce qui s'était passé depuis leurs "retrouvailles". C'était étrange aussi, de se dire que, malgré tout ça, il y avait toujours autant d'affection, ou au moins, ça en avait l'air. Certes elle était un peu mal à l'aise par moment, suivant le sujet de la conversation. Elle l'était clairement là de toute façon, elle ne s'était pas levée pour jeter les gobelets par hasard, elle avait besoin de prendre un peu de recul, de respirer aussi.

Elle était contente que tout se passe aussi bien pour le moment, elle avait un peu peur de partir aussi et de se rendre compte que ce n'était pas réel, ou qu'elle avait potentiellement déformé la réalité pour que ça fasse moins mal.

_ Oui, pourquoi pas.

Elle s'avança de quelques pas, elle prenait son temps, elle avait surtout peur que le moindre geste ou la moindre parole ne blesse ou ne froisse Misao. C'était un peu épuisant d'avoir l'impression de devoir marcher sur des œufs, mais ça lui permettait de voir aussi que, même si ça restait compliqué, ce n'était pas impossible.

Ils se mirent à marcher à travers le parc, elle lui jetait des coups d’œil de temps à autres, ça faisait un bien fou de l'avoir là, même dans ce petit silence. C'était comme renoué un peu avec une partie d'elle qu'elle avait négligé ou délaissé.

_ Je pourrais revenir te harceler de temps en temps si tu veux, avec un thé ou un chocolat.

Elle marcha à ses côtés un moment, appréciant simplement sa présence, le fait qu'il soit là, et l'accompagna à nouveau près de l'hôpital. Elle n'aurait su dire pourquoi, mais elle avait l'impression qu'il était temps de rentrer, qu'après toutes ces émotions et informations, ils leur faudrait peut-être un peu de temps pour s'y adapter, pour y repenser. Elle retournerait le voir, c'était sûr, enfin, s'il était d'accord, mais elle voulait aussi prendre son temps, ne pas précipiter les choses et regretter ensuite.

_ Si on se revoyait dans, disons... 4 à 5 jours, ça t'irait ?

Elle tentait, au pire, ce serait un peu plus tard. Mais ce serait toujours plus tôt que depuis la dernière fois.


Your sacred stars won't be guiding you. ••• Roxy ♥ - Page 2 IEfwWlgpjpz_Roxanne-2019-signa
Vit en #3399cc
En ligne##   Mar 26 Fév 2019 - 18:59

Personnage ~
► Âge : 33. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
Misao Honda
Messages : 533
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

Marcher ensemble, côtes à côtes, a un côté bizarre et troublant qu'il n'arrive pas trop à s'expliquer, encore tout perdu qu'il est. Le malaise est compréhensible, mais pas tout à fait conscient. Ce qui lui échappe est qu'ils auraient peut-être besoin d'un peu plus de temps, tous les deux. Mais de temps pour quoi ? Pour se retrouver, se souvenir l'un de l'autre ? Pour retrouver la relation qu'ils avaient avant ? Quelque part... Quelque part, Misao doute que ce soit encore possible — le retour en arrière semble trop vertigineux et lointain. Et pourtant, pourtant... Pourtant, il a envie de tenter ? Tenter de voir ce que ça fait d'avoir à nouveau Roxanne dans son cercle proche, pas forcément intime. Simplement retrouver contact.

Le contact avec les autres est ce qui lui a le plus manqué, au fond. Bien qu'il n'aime pas les grands groupes, il apprécie la compagnie de ses amis. Posés. Silencieux parfois. Juste faire un peu de sport. Jouer, lire, travailler côté à côte. C'est quelque chose de plaisant, bien plus que cette solitude dans laquelle il s'est emmuré. Et il ne lui demande rien, à Roxanne — rien à part un peu de temps qu'elle pourrait lui accorder, peut-être.

Pourtant, le silence ne le gêne pas. Pas même que ce léger malaise. Cette gêne qu'il n'arrive pas à ignorer. C'est simplement doux. Doux, pour une fois, de l'avoir ici. De se sentir vivant.

Oh, qu'ils sont beaux les Invisibles ; toujours à se cacher… Ils sont bien les mêmes, au fond.

—Bien sûr, sourit-il. Quand tu veux.

Un peu trop spontané. Il se racle la gorge pour ne pas laisser transparaître son malaise. Sa respiration est enfin calmée, après leur petite promenade dans le parc. Ils arrivent près de l'hôpital à nouveau.

—Tu peux venir quand tu veux, je suis là tous les jours, tu sais. Quatre à cinq jours, ça me convient.

Son ton est posé, pas pressant. Il a failli. Il s'est contrôlé. Rassuré de ne pas avoir fourché, il esquisse un sourire. C'est le moment malaisant des au revoir, c'est ça ? La dernière fois, leur au revoir s'est presque transformé en adieu.

—Prends soin de toi, d'accord ? On se revoit vite.

S'il te plaît, semble dire son regard.
C'est une promesse, semble dire son sourire.

Il a un geste vers elle — il ne sait pas trop quoi, peut-être a-t-il voulu attraper une mèche de cheveux, prendre sa main ? — mais l'interrompt vite. Quand ton corps réagit tout seul. A la place, il sourit. Fait un signe "au revoir" discret de la main, puis disparait dans l'hôpital. Les portes se sont à peine refermées derrière lui qu'il est invisible et se dirige avec automatisme vers sa chambre, perdu dans ses pensées et ses émotions qui ressemblent approximativement à la catastrophe de Tchernobyl.

Bon. Va falloir qu'il parle avec sa psy, hein.



Parle en #b7273d.
##   
Contenu sponsorisé

 

Your sacred stars won't be guiding you. ••• Roxy ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.
Aller à la page : Précédent  1, 2