Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
J'aurais voulu venir plus tôt mais la vie {Misao}
#   Mar 2 Jan 2018 - 15:34

Personnage ~
► Âge : 32. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

Mathéo... Misao est un peu déçu qu'il ne lui en ait pas parlé, mais en même temps, il le comprend. Lui non plus ne s'épanche pas sur ses problèmes, ceux de coeur encore moins. Ce serait gênant, et il n'a pas non plus envie de saouler les autres avec. Ou peut-être que c'est juste montrer son côté humain et sentimental qui le perturbe tant... Il ne se pose plus vraiment la question, mais il sait aussi qu'il en a besoin parfois. Au moins un peu. Parler. Pour comprendre, pour extérioriser. Il paraît que verbaliser ses émotions permet de les décharger, comme cela permet de reconnecter l'hémisphère émotionnel à l'hémisphère du langage. Il sait que ce n'est pas si simple, mais il y songe de plus en plus.

—C'est sûr. Mais ça ne veut pas dire qu'il n'en sortira jamais. Il ne faut pas désespérer. On est tous mal quand on arrive à Terrae. Se sortir de l'état dans lequel on est quand on arrive... C'est pas simple. Mais faut se dire qu'y en a qui y sont arrivés, la preuve, fait-il en désignant Huo.

Tout n'est pas comparable. Mais la souffrance qu'ils ressentent tous est sûrement surmontable. C'est ce qu'il croit, en tout cas.

C'est pas vraiment étonnant que ça ait été compliqué entre Aoi et lui, en tout cas. Misao manque de rouler des yeux et étire un sourire en coin qu'il a du mal à retenir.

—Ah ouais... Compliqué, quoi.

C'est marrant comme il a l'impression de vivre un peu le même truc. S'éloigner de Roxanne parce qu'il ne veut pas s'imposer à elle. Il se recroqueville à moitié, la tête dans les épaules et le regard dans le vide, une moue sur le visage.

—J'sais pas comment vous avez fait pour vous foutre ens- NON. Hm. Non.

Petite toux gênée. POURQUOI IL CONNAIT ROXANNE PUTAIN DE MERDE JE HNNNG.

—Y a pas de truc, il grommelle.

Ouais, il est à moitié en train de fusionner avec le banc mais y a pas de truc, putain.



PLS en #b7273d.
#   Dim 14 Jan 2018 - 17:09

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1069
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je ris doucement quand il me désigne comme un exemple. Ouais bon… Fin ok j'ai réussi à me sortir un peu de mon Vide. C'est le but du passge au rang Master. D'un autre côté c'est pas comme si on résolvait tout les problèmes de la vie en un claquement de doigt non plus. J'aimerais bien qu'il y croit aussi pour lui-même ? Misao est peut-être pas la meilleure personne du monde mais c'est un bon pote, quelqu'un que je respecte et j'aimerais le voir s'en sortir aussi.

Je souris en coin devant sa réaction quand je lui parle d'Aoi et comment on s'est rencontré. Qui aurait cru qu'on en arriverait là ? Parfois je m'étonne un peu aussi du chemin que ça a pris. J'en voudrais pas un autre.

Bon, j'avoue que j'aurais peut-être pas du pousser sur sa vie sentimentale mais j'étais curieux après sa question. J'avoue que je suis pas déçu de la réaction. Je retiens un rire parce que ça a l'air de le mettre vraiment mal à l'aise mais la réponse épidermique… Fin le réflexe quoi, c'est un peu drôle.

— Ha ? J'aurais cru pourtant. Quand on l'avait croisé au bal, elle avait l'air de te dévorer des yeux.

Tu me diras, lui a évité soigneusement son regard à ce moment si je me souviens. Normal qu'il l'ait pas remarqué.

— Fin tu fais ce que tu veux, hein. Mais si tu voulais un conseil… Enfin je vais pas m'amuser à le répéter.

En fait, il est un peu pas doué du tout en relation sociale, le Misao. Pas que je le sois non plus mais bon… Enfin s'il a besoin d'un coup de pouce pour aller parler à la fille j'peux toujours aider. Roxanne était sympa de ce que je m'en souviens.


#   Dim 14 Jan 2018 - 23:21

Personnage ~
► Âge : 32. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

Note à soi-même : Huo est un garçon particulièrement agaçant. À force d'être trash et de le remballer systématiquement, Misao a sans doute fini par l'oublier ; ce n'est pas grave. Maintenant que la correction a été faite, il ne l'oubliera sans doute plus jamais.

Le pauvre chercheur peine à se remettre de ses émotions. Il se frotte machinalement les mains et se mord la lèvre. Penser à Roxanne, c'est déjà dur ; mais alors parler d'elle, c'est bien pire encore. Il prend une grande inspiration pour se calmer, le visage écarlate et le coeur battant à tout rompre.

—T'es sûr que c'était pas un regard du type "Quoi ? Il est encore là ? Pourquoi il est toujours pas mort ?", ou, je sais pas ? respire-t-il un peu fort.

D'accord, rester calme. Non. Il sait. Il connaît ses sentiments pour lui. Mais. D'accord. C'était juste avant qu'elle ne lui envoie ces vidéos. Où. Elle lui dit qu'elle l'aime ? Ahah. Hum. C'est. C'est un peu bizarre. Pourquoi ils se retrouvent à parler de ça ? Bon. Ouais. Ouais. Il avait peut-être un peu oublié ce détail...

Misao prend une grande inspiration et souffle doucement, lentement, longuement, comme lui a appris sa psy. Ca va aller. Elle lui a dit que parler à ses amis de ce qu'il vit pourrait l'aider. Peut-être que c'est une bonne idée ? (Ou peut-être pas, ouais, hein, on est d'accord ?)

—C'est… compliqué.

Merci. C'est très précis ce que tu viens de dire. Nous applaudissons.

—Je veux dire… (Il respire fort à nouveau.) Je sais qu'elle- enfin… On était très proches ? Sans dire qu'on est sorti ensemble, je veux dire. Mais. Je l'aime beaucoup ? Ca fait quatre ans qu'on s'est rencontrés.

Il se rend compte que le récit est un peu décousu, alors il s'arrête et réfléchit pour trouver les bons mots.

—Tu te souviens de cet été où on a du se battre contre les scientifiques ? Quand… tout le monde a appris que j'étais avec eux, avant ? J'ai... enfin, j'ai appris qu'elle avait été blessée. Et je m'en voulais beaucoup, déjà de base. Je crois que j'ai un peu pété les plombs et qu'on s'est simplement perdus de vue ? Mais j'arrivais juste pas à la regarder en face sachant ce que j'ai fait… ou ce qu'elle allait entendre sur moi ? Elle m'regardait avec ces yeux qui demandaient des explications, des réponses, et j'ai pas été capable de lui en donner.

Il y a un nouveau silence qui plane comme un nuage ; il s'effrite lorsque Misao se penche vers l'avant et fait grincer le banc de bois.

—Je sais pas trop si j'ai besoin d'un conseil. J'ai juste... Je sais juste pas quoi faire. Parce que j'l'aime et que je crois qu'elle… aussi ? Même si j'ai du mal à le concevoir. Mais parallèlement j'attends rien, je crois.

Parce qu'elle ne mérite pas qu'il lui impose sa présence de cette manière dans sa vie, sans doute. Il ne sait déjà pas pourquoi il lui en parle... Mais peut-être que ça lui fera du bien ?



PLS en #b7273d.
#   Ven 26 Jan 2018 - 17:24

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1069
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Ha ouais… Je pensais pas que c'était à ce point. Fin pour que Misao se mette à rougir il doit être bien mordu de la demoiselle. Je hausse un sourcil amusé devant son ironie. Elle a l'air cool comme fille Roxanne. On doit avoir plus ou moins le même âge je crois ? J'avoue que je sais pas grand chose d'elle sinon.

Misao a l'air d'avoir vraiment du mal à en parler. Pendant un instant je me demande même s'il va pas faire une crise de panique ou un truc du style. Je souris doucement quand il commence par le truc le plus normal du monde, le "c'est compliqué". Bah oui, banane. c'est des histoires de coeur évidemment que c'est compliqué.

Quelque part, je comprends un peu ce qu'il peut ressentir. Je crois. Même si j'ai moins une tendance à l'auto-flagellation ? Aoi dirait que je devrais me voir avant de parler mais bref. Parce que cette partie là… Les explications, les réponses, je l'ai fait. Et c'est dur. C'est vraiment dur de voir le regard de l'autre changer quand il se rend compte de ce que ça implique au delà de ce qu'il avait pu deviner.

— Même si toi, tu attends rien, elle, elle voudrait quoi ?

Je me mordille la lèvre. J'essaye de trier mes idées, de ne pas amalgamer parce que ce serait trop simple.

— Je sais pas si tu attends vraiment rien. Si c'était le cas… Enfin tu dis que tu sais pas quoi faire donc c'est que tu veux faire quelque chose, non ?

Je soupire doucement, lisse un pli sur mon jean pour éviter de le regarder.

— J'peux pas- Enfin j'ai été dans cette situation aussi. C'est compliqué à résumer mais j'suis parti dans une vendetta tout seul sans prévenir personne et j'suis revenu avec plusieurs balles, une cheville cassée et une intoxication à la fumée.

Comment j'explique ça ? Est-ce qu'il a même besoin de le savoir.

— Aoi voulait des explications, des réponses à mon comportement. Et j'crois… J'crois qu'elle avait raison de les demander. Parce que même si tu demandes rien à Roxanne, tu peux pas avoir une relation, même juste amicale, si t'es pas honnête.

La situation était peut-être un peu différente parce qu'au final je me suis mis en danger. J'ai tué quelqu'un en utilisant mes pouvoirs même si c'était indirectement. Peut-être que ça vaut rien tout ça pour lui. Je sais pas...


#   Mer 28 Fév 2018 - 18:19

Personnage ~
► Âge : 32. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

Le visage de Misao rivalise avec les plaques chauffantes. Ce n'est pas vraiment agréable, d'autant qu'il fait plutôt chaud dehors, à cette période de l'année ; malgré tout, quelque chose le pousse à parler. Peut-être le fait de s'être tu pendant tant de temps ; le fait qu'il sait qu'il en a besoin, aussi. Et puis, Huo est son ami, aussi étrange que l'idée puisse paraître ; il ne va sûrement pas se moquer, ou le descendre. Ce n'est pas comme Hideko qui lui demande avec très peu de subtilité quand elle sera tatie à son tour. Parce qu'il sait bien qu'il n'aura jamais d'enfant—parce qu'il sait bien qu'il en est incapable. Toucher un autre être humain, Misao commence à l'accepter, parfois, un peu ; pas toujours, mais il lui arrive de ne pas se laver les mains directement après, et c'est un exploit. Toucher une femme, s'unir avec elle ; l'idée lui semble, et depuis trop longtemps maintenant, aussi saugrenue qu'impossible.

Et aimer est tellement compliqué...

Il se recroqueville presque en l'entendant parler—lui le grand dadais, qui paraît presque se fondre dans le banc. Il ne sait pas ce qu'elle voudrait. Il ne sait pas non plus ce dont il a envie, ni ce dont il est capable.

Huo s'explique, et Misao lève les yeux vers le ciel. Il y a un silence réflexif qui s'installe, un silence venteux et chaud comme l'été.

—Comment tu veux que je sois honnête avec les autres quand je n'arrive pas à être honnête avec moi-même ? répond-il finalement, après un soupir. Hideko... Hideko dit que j'ai ma place ici, mais je sais que c'est faux. Parfois j'aimerais juste partir, c'est ça ce qui serait le mieux, c'est ça qui me rendrait le plus… heureux…

L'hésitation, le désespoir. Il laisse retomber sa tête vers l'arrière, plisse les yeux sous le soleil aveuglant.

—Je sais qu'on doit parler, et j'ai jamais osé le faire. Mais c'est parce que je sais pas ce qu'il y a de plus à dire que "je suis un monstre".

Il s'arrête, en suspens. Les points s'envolent comme des hirondelles.

—J'ai envie d'imposer ça à personne. Surtout pas à elle, ou même à ma soeur.

Parce que mon existence-même, ma présence-même ici est une aberration.

—C'est con, mais. J'aimerais aussi pouvoir être heureux ? Mais ce que j'ai fait, ça s'efface pas. Et malgré tout, ça me poursuit. Même quand j'y pense pas, ça me bouffe. Et j'ai l'impression d'être pourri jusqu'à l'os, j'ai l'impression que mon sang est vicié, que vous allez tous être contaminé à mon contact.

Il ne faut pas qu'on me touche.

—Ce serait quoi, une vie avec un type que tu peux pas toucher, et qui pourrait pas te toucher de peur de te faire du mal ? C'est juste pathétique. J'existe, et je sais pas bien pourquoi. Mais j'aime, et ça me fait du mal et du bien à la fois ?

Il soupire, se frotte les paupières.

—Alors... ouais, j'attends rien. Je sais juste pas quoi faire de tout ça, parce que c'est là quand même, même si j'en veux pas. Et j'aimerais que les choses changent, mais je sais pas trop dans quel sens j'aimerais que ça aille. Tout est trop effrayant.



PLS en #b7273d.
#   Mer 28 Fév 2018 - 22:35

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1069
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Voir Misao se recroqueviller comme ça sur le banc me fait un peu mak au coeur. Vraiment, j'apprécie quand même ce mec, c'est devenu un bon pôte et le voir dans cet état me fait de la peine.

Je sais que ses soucis datent pas d'aujourd'hui clairement mais… Ca les rend pas moins tristes ? Je suis surement un peu vieux jeu et con mais la maladie mentale ça me parle pas. Au sens maladie j'entends. C'est un concept qui ma parait lointain alors de voir Misao aussi mal… Je sais pas quoi dire pour l'aider ou le réconforter.

Je le laisse parler parce que je sens qu'il en a besoin mais tout ce qu'il dit me fait réaliser à quel point il va mal. Parce que même au plus bas de ce que j'ai pu être j'ai jamais considéré de mettre fin à ma vie ou de me laisser mourir. Et lui, je vois qu'il y a déjà pensé. Plusieurs fois. Se voir comme un monstre oui, mais jamais au point de me dire que le monde serait mieux sans moi. J'aime trop vivre pour ça.

— Je prétends pas comprendre ce que tu traverses. J'ai quelques éléments de comparaison mais… Au final c'est très différent.

Je soupire doucement, me mords un peu la lèvre. Je sais pas quoi dire qui serait une bonne idée.

— Si t'as envie, t'as le droit d'être heureux ? C'est bête mais tu veux te racheter pour ce que tu as pu faire et… Je dis pas qu'on oublie. Moi j'oublie pas. Jamais. Simplement, accepter de l'aide de tes proches, accepter leur présence et leur réconfort… C'est pas mal ?

Se racheter, vivre pour réparer ses erreurs ou au moins essayer. Ca permet de réaprendre à vivre tout court.

— C'est normal d'avoir peur.

Moi aussi j'ai peur parfois. Puis je me souviens que j'ai des gens qui me soutiennent malgré mes erreurs et mon passé. Que j'ai quand même des gens qui m'aiment. Alors surement que je dois le mériter un peu ? Sinon ils le feraient pas.


#   Dim 4 Mar 2018 - 18:48

Personnage ~
► Âge : 32. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

Il ne sait pas bien ce qu'il lui a pris de parler, de s'ouvrir. Il sait que les gens peuvent écouter, mais pas comprendre. Pas ce qu'il vit, pas juste comme ça, au détour d'une conversation. Il ne demande même pas qu'on comprenne à quel point il va mal, au fond, mais il aurait sûrement aimé des mots de réconfort. Même si c'est juste un "ça va aller mieux, regarde ce que tu as déjà fait ; tu es encore ici, alors c'est que tu es un battant, c'est que tu es fort". Mais on ne le lui dira pas, et ça lui ira sans doute aussi.

Misao hausse une épaule, regarde le ciel. Les mots d'Huo lui passent au-dessus—ce n'est pas qu'il y est réfractaire, c'est surtout qu'ils ne lui servent à rien. Tout ça, il le sait déjà, tout le monde le lui dit déjà bien assez. Puis c'est facile à dire, ça, "tu as le droit d'être heureux". Bien sûr que tout le monde a le droit d'être heureux, peut-être même que si tout le monde l'était, il n'y aurait plus de guerre. Mais il y arrive pas. Parce qu'il n'arrive pas à ne pas se détester. Parce qu'il n'arrive pas à ne pas vouloir se faire de mal. Parce qu'il n'arrive pas à ne pas vouloir disparaître pour que tout s'arrête.

—Je sais, réplique-t-il finalement. Je l'ai acceptée, sinon je me serais foutu en l'air. J'imagine que c'est déjà pas mal.

C'est un peu froid, comme réponse. Distant, surtout. Il n'est pas vexé, mais il est surtout fatigué. Toute la volonté qu'il a mise dans le fait de lui parler, lui expliquer, lui permettre de voir un peu plus loin, tout ça retombe comme un soufflé. Il est un peu las. Peut-être que ne rien dire est mieux, au final. Huo n'aurait pas ce regard de pitié, il n'aurait pas besoin de réfléchir à quoi dire, pour au final ne lâcher que des mots vides.

Pendant un moment, il reste silencieux, sans bouger, le nez en l'air. Et, finalement, il soupire et se relève, s'étire un peu et plante ses mains dans ses poches, le regard inexpressif dans celui du Master.

—On peut rentrer ? J'aimerais me prendre un peu de thé.

La visite est finie pour lui, de toute manière. Il ne sait plus quoi lui dire de plus. Il n'en a plus envie, et ce n'est pas vraiment de sa faute. Il ne sait juste pas ce qu'il lui a pris. Imaginer que quelqu'un ait les bons mots, c'est déjà trop en attendre.



PLS en #b7273d.
#   Dim 11 Mar 2018 - 17:35

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1069
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je le sens qui se ferme, sa réponse est plus distante et je retiens un soupire. Je sais décidément pas réconforter les gens. Je suis pas quelqu'un de très empathique, c'est dur de me mettre à la place des autres, j'sais pas faire ça.

Mais entendre Misao parler presque trop facilement de se foutre en l'air. Ouais, ça me fait pas rien. Mais je reste quand même ce mec un peu insensible, un peu con. Et je sais pas parler aux gens. J'suis pas du genre à tapoter les gens dans le dos et à leur dire que ça va aller. Je préfère chercher des solutions.

J'acquiesce lentement. Au moins ici on l'aide à aller mieux et si il dit qu'il a accepté qu'on le fasse je suppose que c'est effectivement que ça va. Ce serait bien si on pouvait amener Nico vers cet état d'esprit aussi. Je laisse le silence s'étirer un peu, pas trop sur de quoi dire qui serait pas pire qu'avant.

J'ai pas envie qu'il pense que j'ai pitié de lui, de sa situation. C'est pas le cas. Misao est pas quelqu'un dont on a pitié. Je l'ai vu se vénère sur un arbre à coup de batte de baseball, on a parlé de son passé de scientifique, de ses regrets. Donc non j'ai pas pitié de lui. J'aime pas le voir comme ça parce que j'ai aussi envie qu'il aille bien mais j'sais qu'il ira mieux.

— On peut.

Je me lève, les mains dans les poches.

— J'essaierai de repasser plus souvent. Enfin si ça te va ?

Peut-être que ça lui fera du bien ? On sait jamais. J'attends qu'il se lève aussi pour marcher tranquillement vers l'hosto.

— Tu as de quoi faire du thé dans ta chambre où il faut qu'on passe à l'accueil ?

Encore que les thés des distributeurs sont quand même plutôt dégueulasses mais peut-être qu'on peut en piquer un peu aux infirmières ? Au pire je passerais voir Aoi puis lui en piquer un peu. Je sais qu'ils en ont dans leur salle de repos.


#   Lun 26 Mar 2018 - 15:34

Personnage ~
► Âge : 32. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

La discussion était enrichissante, au moins. En parler, même si c'est juste pour évacuer, ce n'est pas vraiment habituel pour lui. Même si Huo ne comprend pas, c'est toujours bien d'avoir une oreille, un ami qui vous écoute vous plaindre et vous questionner. Parfois, ils ne savent pas trop quoi dire ; mais est-ce qu'il y a vraiment des choses à dire dans ces moments-là ? Peut-être que c'était trop d'un coup, qu'il aurait dû se taire, ou se réfréner ? Mais au moins, les bases sont posées. Ils pourront l'évoquer à un autre moment, sans se sentir forcé ; sans être déjà dans une humeur bien dépressive tous les deux. Huo n'était pas prêt, et au fond, ce n'est pas grave.

Ils se relèvent et Misao s'étire ; il plante ses mains dans ses poches, commence à marcher vers l'institut d'un air vague, pensif. Il ne sait pas bien ce qui se bouscule à l'intérieur de lui ; c'est flou, confus, pas vraiment positif mais pas nécessairement négatif non plus. Sûrement fatigué.

—Oui, bien sûr. Ca m'a fait plaisir de te voir et de parler un peu.

Même s'il dit ça d'un ton plat, il le pense. Misao n'aime pas beaucoup les mensonges. Il omet, mais il ment rarement ; sauf parfois, lorsqu'il dit : si, ça va ; je vais un peu mieux.

—J'ai pas de bouilloire, faudrait que je pense à ramener celle de ma chambre une fois. Tu crois que tu pourrais m'amener ça, un jour où tu as le temps ? La bouilloire et mon thé, dit-il, avant de froncer les sourcils. Enfin, il faudra peut-être demander l'autorisation à ma psy avant.

Qu'elle ait pas trop peur qu'il foute ses mains dans l'eau bouillante pour enlever les germes, m'voyez.

—Pourquoi tu voulais demander à l'accueil ? On peut toujours aller à la cafétéria de l'hosto, ils ont des trucs à boire qui sont pas trop mauvais.

C'est mieux que les distributeurs hein.



PLS en #b7273d.
#   Dim 8 Avr 2018 - 19:16

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1069
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J'suis quand même content de voir qu'il m'en veut pas trop si je l'ai vexé. Fin… Je me comprends, ok. Genre il s'est pas vraiment énervé mais j'ai senti que j'avais dit un truc qu'il fallait pas mais au final on reprend la discussion donc j'imagine que j'ai pas trop foiré pour une fois.

Au moins il a l'air d'apprécier que je vienne le revoir. J'acquiesce quand il parle de lui ramener sa bouilloire et du thé. J'avoue qu'il a pas gand chose dans sa chambre, c'est pas pratique.

— Je te ramènerai ça alors. Et quelques bouquins si t'as envie de lire.

J'dois pouvoir entrer dans sa chambre je pense, si je dois récupérer des trucs pour lui. Enfin si il a le droit… J'imagine qu'une bouilloire c'est pas trop dangereux ? Je sais pas trop pourquoi l doit demander l'autorisation mais bon dans un hosto dès qu'on amène des objets de l'extérieur...

— Ha oui la cafèt… Je pensais juste que souvent les personnels ont une salle de repos avec de quoi faire des boissons.

Finalement nous allons vers la cafétéria pour prendre 2 thés. Je sirote un peu le mien pendant qu'on marche pour retourner vers sa chambre. Ca m'a fait du bien de reparler avec Misao. C'est quelqu'un d'un peu acide parfois mais en fait j'avais besoin de ça. Il m'a aussi remis les idées en place et ça fait du bien.

J'espère surtout que ça ira pour lui. Il a l'air d'aller pas si mal mais s'il dit qu'il est pas prêt à sortir, je le crois. Ca s'arrangera surement. Ca s'arrange toujours. Ou au moins on essaye. Je me balance un peu d'un pied sur l'autre, les mains dans les poches quand on arrive à sa chambre.

— Je vais te laisser là, je pense ? J'ai été content qu'on se revoit. Je vais essayer de repasser plus souvent. Pour ta bouilloire puis t'amener de quoi t'occuper.

On doit tellement se faire chier ici en fait… Fin moi je m'ennuie dejà trop quand je suis cloué à l'hosto pour guérir alors y rester plus de deux semaines… Urg. Il a du courage d'être venu ici pour aller mieux. Moi j'en suis pas encore à aller voir un psy clairement. Je lui fais un petit signe de la main avec un sourire avant de m'éloigner. Je compte bien venir plus souvent.


#   
Contenu sponsorisé

 

J'aurais voulu venir plus tôt mais la vie {Misao}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.
Aller à la page : Précédent  1, 2