Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Je voulais juste passer, donner des nouvelles... [Misao <3]
Jeu 22 Juin 2017 - 21:19
avatar
Messages : 81
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20

C'était y'a 2 jours, j'me baladais tranquillement quand j'me suis rappelée mon arrivée ici. J'avais croisé un drôle de type, un scientifique, Misao Honda je crois. Un drôle de type. Mais pas mauvais. Je lui avais promis de repasser lorsque je serai Initiée pour l'aider dans ses recherches. Comme je n'avais rien à faire, j'ai décidé de passer au labo. Impossible de le trouver. Pourtant, j'ai cherché. Et puis en passant devant une salle, j'ai entendu son nom. Alors j'ai laissé trainer mes oreilles comme je sais si bien le faire. Et j'ai appris qu'il était à l'hopital.

Ca fait deux jours que j'hésite à y aller. Je sais pas du tout pourquoi il est là-bas. J'espère qu'il va bien. Il a pas été la personne la plus cool de Terrae, mais pas la pire non plus. Il était clairement froid et pourtant il m'avait guidée, et puis, il avait répondu à toutes mes questions, il m'avait même paru content de voir que j'étais intéressée. Alors, comme je lui avais promis de repasser le voir, au final, j'ai décidé de tenir ma promesse.

Me voilà devant l'hopital. Ca fait longtemps, très longtemps que j'y ai pas mis les pieds. Dans ce genre d'endroits. Brr. J'aime pas ça. J'espère que j'vais pas le déranger. J'espère qu'il sera pas trop mal en point. Ca m'ferait du mal de revoir des gens trop blessés... Aaaaaah. ALLEZ. ON Y VA. J'entre dans l'établissement qui pue la mort et la maladie. Parce qu'on a pas besoin d'autant nettoyer un endroit quand on est en bonne santé. J'demande à une dame extrêmement lente où se situe la chambre de Misao. Et j'vais prendre les escaliers. Toujours moins de monde dans les escaliers des hopitaux. STOP pas de blagues sur les handicapés stp El'.

Une fois arrivée devant la porte, je frappe et j'entreouvre la porte, juste pour passer la tête. Ouais c'est chelou comme pratique mais comme il sait qui c'est et il peut balancer qu'il est occupé s'il veut pas m'voir. OUI le respect de la personne monsieur, EH OUI.  

Bonjour, c'est Elwynn, est-ce que je peux entrer ?
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Dim 25 Juin 2017 - 21:49
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

Ces derniers temps, ça devient dur de trouver une occupation digne de ce nom. La bouffe de l'hôpital est dégueulasse, il tourne tout le temps en rond... Mais il fait preuve de bonne foi ; il va voir la psy, il lui parle parfois, il essaie de faire semblant d'aller mieux. D'autres fois, il s'en fout et il se pose avec sa console à la cafétéria ou dans la salle commune de l'hôpital. Misao a jamais été très doué avec les activités artistiques, alors le dessin ou la peinture, la musique ou l'écriture, c'est pas pour lui. Il se contente de voir le temps filer, et se rend difficilement compte que ça fait plus d'un mois et demi qu'il est là.

Parfois, il y a des activités avec les autres résidents, surtout pour ne pas qu'ils perdent le contact avec le monde extérieur. Aujourd'hui, c'était atelier culinaire en cuisine ; un peu de pâtisserie, de quoi ravir les papilles de l'Invisible. C'est donc d'un peu meilleure humeur qu'il est retourné s'installer dans sa chambre, sur son lit, pour déguster sa petite tartelettes aux fruits rouges.

Il est assis en tailleur, en train de croquer dans son dessert, lorsque quelqu'un frappe à la porte et ouvre la porte pour y passer la tête. Misao sait pas vraiment pourquoi TOUT LE MONDE a décidé de faire ça - genre c'est pas parce que la porte est laissée ouverte histoire d'éviter qu'il s'enferme qu'il faut pas lui demander l'autorisation avant bon sang. Il relève donc les yeux vers la personne en question, la bouche pleine et une joue gonflée comme celle d'un hamster, et déglutit lorsqu'il se rend compte qu'il la connait effectivement. Même s'il a mis dix ans à la reconnaitre. ... Il est bien content qu'elle lui rappelle son nom, il aurait pas su sinon.

—Euh.

Très éloquent.

—Salut.

... Pourquoi elle est là ? Elle a besoin de quelque chose ? Machinalement, Misao veut cacher ses mains mais se contient, se contente donc de reposer sa tartelette sur la petite assiette en équilibre précaire sur ses genoux.

—Ah, ouais, entre, c'est bon.

Silence.

—Hum, qu'est-ce que tu fais là....?

Nan mais. Avouez que c'est un peu bizarre comme visite quand même, noooon ...?
Voir le profil de l'utilisateur



PLS en #b7273d.
Revenir en haut Aller en bas

Lun 26 Juin 2017 - 23:12
avatar
Messages : 81
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20

Il me dévisage un instant, le temps de se rappeler qui je suis j'imagine... MA tête doit pas être son principal souci actuellement. J'entre toute entière dans la chambre et je referme la porte. C'est tout juste si je m'approche du lit. Ah ça, pour prendre des décisions à la con j'suis forte mais quand faut avoir des contacts sociaux ça devient plus compliqué hein.

Je le regarde un peu, de haut en bas, sans m'arrêter sur ses mains abîmées. Je le regarde ensuite lui dans les yeux. J'hausse lentement les épaules, et réponds avec mon habituel ton froid :

Je passe prendre des nouvelles, j'ai entendu que t'étais à l'hopital. A la base j'voulais te voir au labo, comme j't'avais dit que je repasserai une fois Initiée...

Silence.
OUAH. SUPER AMBIANCE. Je dois avoir un don, faire taire tout ce qui m'entoure dès que j'y suis. Je l'observe, mon nez est assailli par ces odeurs horribles. Il est là, sur son lit d'hôpital, dans cette chambre d'hôpital, avec la fenêtre d'hôpital... Je déteste vraiment ces endroits. Ca me rappelle trop de mauvais souvenirs. Je dois pas avoir l'air à l'aise... J'espère qu'il croira pas que c'est de sa faute.  

J'espère que... Ca va mieux. J'sais pas ce qui t'es arrivé, j'veux pas spécialement savoir si c'est chiant. Juste, j'espère que ça va.

Nina dans un lit d'hôpital, un bras en plâtre et l’arcade recouverte de bandage, pendant que je suis là, à la regarder, sans pouvoir rien faire.

Je détourne le regard, pour fixer mes pieds. Je sais pas trop quoi dire. J'me sens gênée... Je passe une main dans mes cheveux, toussote un peu. J'finis par lâcher, tout doucement.

Ok, c'est bizarre comme visite, mais j'aime bien tenir mes promesses... Eum... Et aussi, j'aime pas trop ne pas aller voir les gens que j'aime bien quand... Ils sont à l'hôpital... C'est un vieux réflexe. Ouais. Hrm.

OK OK. TROUVE. UN TRUC. A DIRE. J'panique, j'ai pas trop l'habitude d'être sincère, mais en même temps j'dois être trop bizarre, dans tous les cas j'suis trop bizarre. D'où tu sors toi, El', avec tes grandes pattes tu sais même pas où te mettre et t'agis comme tu l'as toujours fait, mais putain. J'suis plus à la rue. AH.

Stop le cerveau. Ok. Ok. Misao va pas te manger. T'as juste dit que t'aimais pas laisser les gens qui t'aident comme ça. Ou un truc du genre. Ca va. C'est normal. Non ? Si.

Je finis par reposer mes yeux sur lui, et demande, l'air de rien, toujours aussi neutre, j'ai retrouvé mon calme extérieur très rapidement.

T'as quand même pu avancer dans tes recherches ? Tu sors quand ?

Oui. Allez, on continue comme ça, et puis bon, tu viens avec plein de bonne volonté. Y'a aucune raison que ça se passe mal. Aucune raison.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Sam 8 Juil 2017 - 19:24
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

Franchement, plus les gens lui rendent visite, et moins Misao capte ce qu'ils viennent foutre dans sa chambre. Qu'Huo vienne le voir, à la limite, ça passe, on comprend un peu, dans l'idée. Mais cette fille, quoi, il l'avait rencontré quand, y a plusieurs mois, quand même, nan ? Si on est au mois de juin, ouais, clairement, ça doit faire un bout de temps maintenant, presque six mois dans son souvenir - même s'il est pas certain de la date de leur rencontre, honnêtement il arrive pas à s'en rappeler, c'est un peu trop lointain. Mais ouais, du coup, Misao est là à la fixer sans vraiment capter c'qu'elle fout dans le coin, même si elle explicite assez rapidement les raisons de sa présence ici. Il repose sa pâtisserie sur l'assiette et la dépose sur la table de chevet, avant de prendre une serviette pour s'essuyer lentement mais minutieusement les mains. Ah, donc, c'est pour... le boulot qu'elle vient. Le feu essaie de retenir un sourire un peu perturbé, tandis qu'un frisson court le long de son échine.

Non, ce n'est pas ce qu'elle a dit. Elle a dit qu'elle passait prendre des nouvelles, mais qu'elle le cherchait simplement au labo, c'est tout. Pas de panique à avoir, Misao, y a pas de raison de paniquer pour le moment. Il relève lentement le visage vers elle et lui octroie un demi sourire tordu, sans trop savoir quoi répondre. Elle aussi semble gênée. C'est marrant, mais elle parle vachement plus que dans son souvenir.

—C'est un peu chiant, t'as pas envie d'entendre ça, dit-il en lui montrant ses mains avec une grimace. Mais ça va mieux. T'inquiète.

L'étoile appuie ses bras sur ses cuisses pour se mettre plus à l'aise, sans cesser de la détailler. Il se demande si son apparence a l'air un peu plus déglinguée que celle qu'elle a connue auparavant ; lui, il a l'habitude de se voir. Il a un peu vu la déchéance, alors il la remarque même plus, au final. Y a qu'en voyant ses joues creusées et ses yeux d'illuminé qu'il se dit parfois qu'il a merdé.

Sans rien ajouter, il désigne finalement une chaise de la main pour l'inviter à s'assoir. Il ne se sent pas assez à l'aise pour inviter une fille qu'il connaît à peine s'assoir sur le lit dans lequel il dort, il serait obligé de demander à faire changer les draps. La question qu'elle lui a posé est un peu tombée dans le vent. Il hausse maladroitement les épaules, au final.

—Je sais pas trop quand je sors.

"J'espère que ce sera pas trop tôt."
L'hôpital est comme un garde-fou, et le monde extérieur l'effraie encore un peu. Il l'empêche d'aller trop loin, de voir trop de gens ; s'il va mal, il voit tout de même quelqu'un et on lui interdit de s'enfermer seul. Il peut être dans le silence s'il le demande, mais une présence, au moins, ça lui fait toujours du bien. Alors même s'il est mal à l'aise, au final, il est content de la voir.

—Désolé, c'est pas le meilleur cadre pour discuter... Ah, t'es pas obligée de rester si c'est chiant, s'inquiète-t-il soudain. Moi ça me dérange pas, mais bon.

Il voit un peu la tête qu'elle tire - et il est pas sûr que ça fasse plaisir à qui que ce soit de lui rendre visite.

—Pour les... recherches… c'est en stand-by pour le moment. ... J'suis désolé, j'ai pas très envie de parler de ça. Tu as dit que t'as été initiée, du coup ?

Il se rend compte qu'il aime bien entendre les gens parler, même s'ils n'ont rien de grandiose à dire. C'est juste apaisant, quelque part. Mais si elle se sent trop mal, peut-être qu'il vaut mieux qu'elle parte ?
Voir le profil de l'utilisateur



PLS en #b7273d.
Revenir en haut Aller en bas

Mar 18 Juil 2017 - 23:11
avatar
Messages : 81
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20

J'observe ce type, que je connais pas, mais qui était sympa avec moi. En fait, il a pas l'air d'aller si mal que ça, mais ça fait un moment qu'il est à l'hopital. Enfin disons que j'ai vu des gens des états bien pire. Il est un peu faible quoi, mais rien de... Foufou. Visible. A part... Ses mains qu'il me montre, en me disant que j'ai pas envie de savoir. C'est même pas une question d'envie, en fait j'm'en fou, j'veux juste qu'il aille bien, mais enfin, c'était pas méchant donc bon. J'hausse les épaules avec un vague sourire sur les lèvres pour lui signifier que j'insisterai pas. Je veux pas savoir s'il veut pas que je sache. C'est pas important pour maintenant.

C'est cool que tu ailles mieux.

Je suis sincère. J'aime pas que les gens aillent mal. C'est super bizarre venant de moi mis c'est vrai. J'avance dans la pièce et vient m'asseoir sur la chaise, toute droite. Je suis pas hyper à l'aise, mais comme une pseudo discussion s'installe, ça va un peu mieux. C'est bizarre. Bizarre parce que j'ai pas du beaucoup marquer son esprit alors qu'il est resté dans le mien. C'est fou comme l'importance que vous pouvez donner aux gens n'est pas souvent réciproque. Avant, savoir jouer de cela était une réelle qualité, que je pouvais me vanter d'avoir acquise. Parvenir à marquer un esprit à la première rencontre pour avoir ce que l'on veut, et à l'inverse, ne pas exister pour mieux faire mal. Oui El', tu détruis, tu tues, t'aides pas.

Et pourtant j'suis là, à le regarder, à grimacer un peu quand il dit qu'il ne sait pas quand il sort. Ce qui veut dire que ce n'est pas tant un souci physique que psychologique. Un peu les deux probablement. Hm. Pas bon. Mais je ne dis rien, ne demande rien, et ne laisse rien paraître.

Je lui souris doucement, j'aimerai pouvoir le rassurer comme une personne normale, mais j'pense que mon sourire est plus raté qu'autre chose.

Non non, t'inquiète pas. Je... Disons que c'est un truc normal et habituel pour moi d'aller voir les gens quand ils sont à l'hosto. Et puis j'ai promis, et je suis contente que t'ailles plutôt bien.

Il n'a pas envie d'en parler... Il est là à cause de ça ? Ou bien il a juste pas envie de parler de ce qui rythmait sa vie, enfin qui en donnait l'air en tout cas ? J'pose pas de questions de toute façon mais j'peux pas m'empêcher de me demander. J'acquiesce à sa question, je change de sujet avec facilité.

Ouais, je suis Eau morphe. Et j'avoue qu'être morphe ça m'impressionne un peu, mais j'ai rencontré des gens plutôt sympa pour m'aider à gérer ça.

Bon en fait juste Aria MAIS c'est déjà pas mal hein. Et puis inutile de préciser qui c'est ou quoi, juste, entretenir un peu la conversation. Cette situation fait remonter beaucoup trop de souvenirs. Régulièrement mon regard se perd sur un détail du mobilier médical, l'air un peu perdu.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

 

Je voulais juste passer, donner des nouvelles... [Misao <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.