Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Je voulais juste passer, donner des nouvelles... [Misao <3]
#   Jeu 22 Juin 2017 - 21:19

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

C'était y'a 2 jours, j'me baladais tranquillement quand j'me suis rappelée mon arrivée ici. J'avais croisé un drôle de type, un scientifique, Misao Honda je crois. Un drôle de type. Mais pas mauvais. Je lui avais promis de repasser lorsque je serai Initiée pour l'aider dans ses recherches. Comme je n'avais rien à faire, j'ai décidé de passer au labo. Impossible de le trouver. Pourtant, j'ai cherché. Et puis en passant devant une salle, j'ai entendu son nom. Alors j'ai laissé trainer mes oreilles comme je sais si bien le faire. Et j'ai appris qu'il était à l'hopital.

Ca fait deux jours que j'hésite à y aller. Je sais pas du tout pourquoi il est là-bas. J'espère qu'il va bien. Il a pas été la personne la plus cool de Terrae, mais pas la pire non plus. Il était clairement froid et pourtant il m'avait guidée, et puis, il avait répondu à toutes mes questions, il m'avait même paru content de voir que j'étais intéressée. Alors, comme je lui avais promis de repasser le voir, au final, j'ai décidé de tenir ma promesse.

Me voilà devant l'hopital. Ca fait longtemps, très longtemps que j'y ai pas mis les pieds. Dans ce genre d'endroits. Brr. J'aime pas ça. J'espère que j'vais pas le déranger. J'espère qu'il sera pas trop mal en point. Ca m'ferait du mal de revoir des gens trop blessés... Aaaaaah. ALLEZ. ON Y VA. J'entre dans l'établissement qui pue la mort et la maladie. Parce qu'on a pas besoin d'autant nettoyer un endroit quand on est en bonne santé. J'demande à une dame extrêmement lente où se situe la chambre de Misao. Et j'vais prendre les escaliers. Toujours moins de monde dans les escaliers des hopitaux. STOP pas de blagues sur les handicapés stp El'.

Une fois arrivée devant la porte, je frappe et j'entreouvre la porte, juste pour passer la tête. Ouais c'est chelou comme pratique mais comme il sait qui c'est et il peut balancer qu'il est occupé s'il veut pas m'voir. OUI le respect de la personne monsieur, EH OUI.  

Bonjour, c'est Elwynn, est-ce que je peux entrer ?
#   Dim 25 Juin 2017 - 21:49

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 384
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur et super-héros.
Humeur : Joker ?

Ces derniers temps, ça devient dur de trouver une occupation digne de ce nom. La bouffe de l'hôpital est dégueulasse, il tourne tout le temps en rond... Mais il fait preuve de bonne foi ; il va voir la psy, il lui parle parfois, il essaie de faire semblant d'aller mieux. D'autres fois, il s'en fout et il se pose avec sa console à la cafétéria ou dans la salle commune de l'hôpital. Misao a jamais été très doué avec les activités artistiques, alors le dessin ou la peinture, la musique ou l'écriture, c'est pas pour lui. Il se contente de voir le temps filer, et se rend difficilement compte que ça fait plus d'un mois et demi qu'il est là.

Parfois, il y a des activités avec les autres résidents, surtout pour ne pas qu'ils perdent le contact avec le monde extérieur. Aujourd'hui, c'était atelier culinaire en cuisine ; un peu de pâtisserie, de quoi ravir les papilles de l'Invisible. C'est donc d'un peu meilleure humeur qu'il est retourné s'installer dans sa chambre, sur son lit, pour déguster sa petite tartelettes aux fruits rouges.

Il est assis en tailleur, en train de croquer dans son dessert, lorsque quelqu'un frappe à la porte et ouvre la porte pour y passer la tête. Misao sait pas vraiment pourquoi TOUT LE MONDE a décidé de faire ça - genre c'est pas parce que la porte est laissée ouverte histoire d'éviter qu'il s'enferme qu'il faut pas lui demander l'autorisation avant bon sang. Il relève donc les yeux vers la personne en question, la bouche pleine et une joue gonflée comme celle d'un hamster, et déglutit lorsqu'il se rend compte qu'il la connait effectivement. Même s'il a mis dix ans à la reconnaitre. ... Il est bien content qu'elle lui rappelle son nom, il aurait pas su sinon.

—Euh.

Très éloquent.

—Salut.

... Pourquoi elle est là ? Elle a besoin de quelque chose ? Machinalement, Misao veut cacher ses mains mais se contient, se contente donc de reposer sa tartelette sur la petite assiette en équilibre précaire sur ses genoux.

—Ah, ouais, entre, c'est bon.

Silence.

—Hum, qu'est-ce que tu fais là....?

Nan mais. Avouez que c'est un peu bizarre comme visite quand même, noooon ...?



PLS en #b7273d.
#   Lun 26 Juin 2017 - 23:12

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Il me dévisage un instant, le temps de se rappeler qui je suis j'imagine... MA tête doit pas être son principal souci actuellement. J'entre toute entière dans la chambre et je referme la porte. C'est tout juste si je m'approche du lit. Ah ça, pour prendre des décisions à la con j'suis forte mais quand faut avoir des contacts sociaux ça devient plus compliqué hein.

Je le regarde un peu, de haut en bas, sans m'arrêter sur ses mains abîmées. Je le regarde ensuite lui dans les yeux. J'hausse lentement les épaules, et réponds avec mon habituel ton froid :

Je passe prendre des nouvelles, j'ai entendu que t'étais à l'hopital. A la base j'voulais te voir au labo, comme j't'avais dit que je repasserai une fois Initiée...

Silence.
OUAH. SUPER AMBIANCE. Je dois avoir un don, faire taire tout ce qui m'entoure dès que j'y suis. Je l'observe, mon nez est assailli par ces odeurs horribles. Il est là, sur son lit d'hôpital, dans cette chambre d'hôpital, avec la fenêtre d'hôpital... Je déteste vraiment ces endroits. Ca me rappelle trop de mauvais souvenirs. Je dois pas avoir l'air à l'aise... J'espère qu'il croira pas que c'est de sa faute.  

J'espère que... Ca va mieux. J'sais pas ce qui t'es arrivé, j'veux pas spécialement savoir si c'est chiant. Juste, j'espère que ça va.

Nina dans un lit d'hôpital, un bras en plâtre et l’arcade recouverte de bandage, pendant que je suis là, à la regarder, sans pouvoir rien faire.

Je détourne le regard, pour fixer mes pieds. Je sais pas trop quoi dire. J'me sens gênée... Je passe une main dans mes cheveux, toussote un peu. J'finis par lâcher, tout doucement.

Ok, c'est bizarre comme visite, mais j'aime bien tenir mes promesses... Eum... Et aussi, j'aime pas trop ne pas aller voir les gens que j'aime bien quand... Ils sont à l'hôpital... C'est un vieux réflexe. Ouais. Hrm.

OK OK. TROUVE. UN TRUC. A DIRE. J'panique, j'ai pas trop l'habitude d'être sincère, mais en même temps j'dois être trop bizarre, dans tous les cas j'suis trop bizarre. D'où tu sors toi, El', avec tes grandes pattes tu sais même pas où te mettre et t'agis comme tu l'as toujours fait, mais putain. J'suis plus à la rue. AH.

Stop le cerveau. Ok. Ok. Misao va pas te manger. T'as juste dit que t'aimais pas laisser les gens qui t'aident comme ça. Ou un truc du genre. Ca va. C'est normal. Non ? Si.

Je finis par reposer mes yeux sur lui, et demande, l'air de rien, toujours aussi neutre, j'ai retrouvé mon calme extérieur très rapidement.

T'as quand même pu avancer dans tes recherches ? Tu sors quand ?

Oui. Allez, on continue comme ça, et puis bon, tu viens avec plein de bonne volonté. Y'a aucune raison que ça se passe mal. Aucune raison.
#   Sam 8 Juil 2017 - 19:24

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 384
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur et super-héros.
Humeur : Joker ?

Franchement, plus les gens lui rendent visite, et moins Misao capte ce qu'ils viennent foutre dans sa chambre. Qu'Huo vienne le voir, à la limite, ça passe, on comprend un peu, dans l'idée. Mais cette fille, quoi, il l'avait rencontré quand, y a plusieurs mois, quand même, nan ? Si on est au mois de juin, ouais, clairement, ça doit faire un bout de temps maintenant, presque six mois dans son souvenir - même s'il est pas certain de la date de leur rencontre, honnêtement il arrive pas à s'en rappeler, c'est un peu trop lointain. Mais ouais, du coup, Misao est là à la fixer sans vraiment capter c'qu'elle fout dans le coin, même si elle explicite assez rapidement les raisons de sa présence ici. Il repose sa pâtisserie sur l'assiette et la dépose sur la table de chevet, avant de prendre une serviette pour s'essuyer lentement mais minutieusement les mains. Ah, donc, c'est pour... le boulot qu'elle vient. Le feu essaie de retenir un sourire un peu perturbé, tandis qu'un frisson court le long de son échine.

Non, ce n'est pas ce qu'elle a dit. Elle a dit qu'elle passait prendre des nouvelles, mais qu'elle le cherchait simplement au labo, c'est tout. Pas de panique à avoir, Misao, y a pas de raison de paniquer pour le moment. Il relève lentement le visage vers elle et lui octroie un demi sourire tordu, sans trop savoir quoi répondre. Elle aussi semble gênée. C'est marrant, mais elle parle vachement plus que dans son souvenir.

—C'est un peu chiant, t'as pas envie d'entendre ça, dit-il en lui montrant ses mains avec une grimace. Mais ça va mieux. T'inquiète.

L'étoile appuie ses bras sur ses cuisses pour se mettre plus à l'aise, sans cesser de la détailler. Il se demande si son apparence a l'air un peu plus déglinguée que celle qu'elle a connue auparavant ; lui, il a l'habitude de se voir. Il a un peu vu la déchéance, alors il la remarque même plus, au final. Y a qu'en voyant ses joues creusées et ses yeux d'illuminé qu'il se dit parfois qu'il a merdé.

Sans rien ajouter, il désigne finalement une chaise de la main pour l'inviter à s'assoir. Il ne se sent pas assez à l'aise pour inviter une fille qu'il connaît à peine s'assoir sur le lit dans lequel il dort, il serait obligé de demander à faire changer les draps. La question qu'elle lui a posé est un peu tombée dans le vent. Il hausse maladroitement les épaules, au final.

—Je sais pas trop quand je sors.

"J'espère que ce sera pas trop tôt."
L'hôpital est comme un garde-fou, et le monde extérieur l'effraie encore un peu. Il l'empêche d'aller trop loin, de voir trop de gens ; s'il va mal, il voit tout de même quelqu'un et on lui interdit de s'enfermer seul. Il peut être dans le silence s'il le demande, mais une présence, au moins, ça lui fait toujours du bien. Alors même s'il est mal à l'aise, au final, il est content de la voir.

—Désolé, c'est pas le meilleur cadre pour discuter... Ah, t'es pas obligée de rester si c'est chiant, s'inquiète-t-il soudain. Moi ça me dérange pas, mais bon.

Il voit un peu la tête qu'elle tire - et il est pas sûr que ça fasse plaisir à qui que ce soit de lui rendre visite.

—Pour les... recherches… c'est en stand-by pour le moment. ... J'suis désolé, j'ai pas très envie de parler de ça. Tu as dit que t'as été initiée, du coup ?

Il se rend compte qu'il aime bien entendre les gens parler, même s'ils n'ont rien de grandiose à dire. C'est juste apaisant, quelque part. Mais si elle se sent trop mal, peut-être qu'il vaut mieux qu'elle parte ?



PLS en #b7273d.
#   Mar 18 Juil 2017 - 23:11

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

J'observe ce type, que je connais pas, mais qui était sympa avec moi. En fait, il a pas l'air d'aller si mal que ça, mais ça fait un moment qu'il est à l'hopital. Enfin disons que j'ai vu des gens des états bien pire. Il est un peu faible quoi, mais rien de... Foufou. Visible. A part... Ses mains qu'il me montre, en me disant que j'ai pas envie de savoir. C'est même pas une question d'envie, en fait j'm'en fou, j'veux juste qu'il aille bien, mais enfin, c'était pas méchant donc bon. J'hausse les épaules avec un vague sourire sur les lèvres pour lui signifier que j'insisterai pas. Je veux pas savoir s'il veut pas que je sache. C'est pas important pour maintenant.

C'est cool que tu ailles mieux.

Je suis sincère. J'aime pas que les gens aillent mal. C'est super bizarre venant de moi mis c'est vrai. J'avance dans la pièce et vient m'asseoir sur la chaise, toute droite. Je suis pas hyper à l'aise, mais comme une pseudo discussion s'installe, ça va un peu mieux. C'est bizarre. Bizarre parce que j'ai pas du beaucoup marquer son esprit alors qu'il est resté dans le mien. C'est fou comme l'importance que vous pouvez donner aux gens n'est pas souvent réciproque. Avant, savoir jouer de cela était une réelle qualité, que je pouvais me vanter d'avoir acquise. Parvenir à marquer un esprit à la première rencontre pour avoir ce que l'on veut, et à l'inverse, ne pas exister pour mieux faire mal. Oui El', tu détruis, tu tues, t'aides pas.

Et pourtant j'suis là, à le regarder, à grimacer un peu quand il dit qu'il ne sait pas quand il sort. Ce qui veut dire que ce n'est pas tant un souci physique que psychologique. Un peu les deux probablement. Hm. Pas bon. Mais je ne dis rien, ne demande rien, et ne laisse rien paraître.

Je lui souris doucement, j'aimerai pouvoir le rassurer comme une personne normale, mais j'pense que mon sourire est plus raté qu'autre chose.

Non non, t'inquiète pas. Je... Disons que c'est un truc normal et habituel pour moi d'aller voir les gens quand ils sont à l'hosto. Et puis j'ai promis, et je suis contente que t'ailles plutôt bien.

Il n'a pas envie d'en parler... Il est là à cause de ça ? Ou bien il a juste pas envie de parler de ce qui rythmait sa vie, enfin qui en donnait l'air en tout cas ? J'pose pas de questions de toute façon mais j'peux pas m'empêcher de me demander. J'acquiesce à sa question, je change de sujet avec facilité.

Ouais, je suis Eau morphe. Et j'avoue qu'être morphe ça m'impressionne un peu, mais j'ai rencontré des gens plutôt sympa pour m'aider à gérer ça.

Bon en fait juste Aria MAIS c'est déjà pas mal hein. Et puis inutile de préciser qui c'est ou quoi, juste, entretenir un peu la conversation. Cette situation fait remonter beaucoup trop de souvenirs. Régulièrement mon regard se perd sur un détail du mobilier médical, l'air un peu perdu.
#   Mar 25 Juil 2017 - 15:27

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 384
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur et super-héros.
Humeur : Joker ?

S'il avait su qu'elle n'insisterait pas à ce point, il n'aurait même pas pris la peine d'être si stressé à l'idée qu'elle lui pose des questions gênantes. Un peu rassuré, il sent les muscles de son dos se détendre lentement. Ses mains sont encore crispées, mais il ne peut pas tout gérer en même temps. Il préfère se laisser le temps. Ca ira mieux après de toute manière. Il faut juste qu'il se laisse un peu respirer, qu'il prenne l'habitude du contact. Celui qu'il a pu avoir avec d'autres personnes, à l'hôpital, est toujours très différent de celui qu'il peut avoir avec un visiteur extérieur. Il ressent toujours moins de culpabilité lorsqu'il sait que la personne en face est aussi blessée. Sans doute parce qu'il a l'impression d'être un peu plus dans l'empathie.

"Normal et habituel" ? Misao fait la moue sans s'en rendre compte mais ne dit rien, tout d'abord. Elle respecte son intimité et lui ne veut pas non plus paraître s'imiscer dans la sienne ; il se rend compte que la communication risque d'être un peu ardue de cette manière, mais il veut bien tenter.

—C'est gentil quand même. Ça m'fait plaisir, je veux dire. Ça me donne l'impression de pas avoir totalement cessé d'exister, plaisante-t-il à demi. Morphe alors, du coup ...? J'aurais bien aimé être morphe. C'est un pouvoir chouette.

Un pouvoir où tu peux autant t'amuser qu'aider les autres en cas de problème. L'eau, c'est quelque chose de bienveillant ; l'eau, c'est la vie. Le feu, au contraire, est un élément dévorant, dévastateur. Pourtant, c'est aussi lui qui permet d'effrayer les prédateurs, d'éclairer dans le noir... Il a un instant où cette constatation le fait à moitié sourire. Eclairer le noir, mais rester invisible. Quel pouvoir étrange… Au moins les gens comme Hideko brillent-ils pour guider les autres. Des leaders nés. Misao, lui, restera sûrement dans l'ombre. Pendant un temps, il avait même cru qu'il pourrait éclairer le chemin de la connaissance. Mais tout ce qu'il met en lumière, malheureusement, est son incompétence.

—Et il a l'air de t'aller relativement bien, reprend-il finalement avec un demi sourire. Tu commences à le maîtriser un peu ? C'est dommage de se brider parce que ça nous impressionne. Même si je comprends pourquoi ça peut l'être.

Son regard se baisse un instant sur sa main, qu'il ouvre et observe. Lui avait vécu la même chose. Pendant longtemps, il n'avait pas utilisé son feu. C'est sans doute pour cette raison qu'il a mis tant de temps à débloquer son potentiel étoile. Presque trois ans…

—Profite de ton pouvoir. Il y a peu de chance que tu fasses du mal avec, toi, au moins.

Enfin, sauf si elle enfonce des pics de glace dans l'abdomen du premier mec qui passe, mais il tente de se dire que les Eaux sont censés être gentils. Censés. Après tout, qu'est-ce qu'il en sait...



PLS en #b7273d.
#   Mer 26 Juil 2017 - 19:11

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Ok, apparemment c'est pas habituel et normal pour tout le monde d'aller voir les gens vu la tête qu'il fait. A moins que ce soit la façon dont je l'ai dit qui est bizarre... Hm. Cela dit, il n'insiste pas non plus. Super, en vrai j'sais pas si j'étais prête à lui expliquer pourquoi, et de repenser à Nina, j'l'aurai pas hyper vécu je pense. Ouais c'est con mais c'est encore un souvenir extrêmement douloureux pour moi, et y penser... BREF.

Cela lui donne... L'impression de ne pas avoir cessé d'exister ? Je fronce mes sourcils, c'est assez radical. Pourquoi dit-il cela ? J'avoue que j'trouve pas ça hyper rassurant, mais comme il enchaîne, je ne pousse pas trop, mis à part le fait que je le regarde un instant, sans rien dire, intensément. Parce que c'est pas cool du tout ce qu'il vient de dire, ça m'rend un peu triste. Puis je secoue la tête pour acquiescer.

Hm. Je m'attendais pas trop à ça, mais je suis assez contente.

Il me sourit, en me disant que cela me va bien. Je sais pas trop... Ce qu'il sous-entends, si le fait que je sois calme va bien avec ou le fait que je puisse me transformer... Je sais pas, alors je ne souris pas, je ne relève pas plus que ça pour l'instant. Je finis par lui rendre son sourire, tout petit, tout timide, mais c'est bon j'ai réussi putain.

Ouais, un peu. C'est quand même assez impressionnant de découvrir ce que t'es capable de faire. J'ai rencontré une autre Morphe y'a pas longtemps, je pense qu'on va s'entrainer ensemble. Pour l'instant je n'ai pas encore réussi une transformation. Mais je commence à mieux gérer l'eau.

Je l'observe baisser son regard sur ses mains. Le regard des personnes qui ont douté... Hm. En même temps qu'il me dit sa phrase, une bouffée d'odeur de produits propres se répand dans mes narines. On fait le ménage dans le couloir apparemment. Et sa phrase ne m'aide pas. Je détourne le regard, mal à l'aise soudain. Moi, ne pas faire de mal ? Pouvoir ou pas, je suis faite pour ça, j'ai grandi pour ça, je n'ai jamais servi à autre chose. J'ai été faite pour détruire, pour fracasser. De ma vie je n'ai fait que ça.

Ce pouvoir était pas censé changer qui j'suis ? Enfin, me correspondre ? Pourquoi Misao me dit que je ne ferai pas de mal avec. Je soupire, l'air soudain fatiguée. Peut être parce que lui est Feu, et c'est l'élément le plus dissuasif, celui qui dévore tout. Mais le feu s'arrête, se stop. L'eau, non. L'eau, malgré la vie et toute ces conneries, c'est putain de dangereux. C'est juste plus sournois, parce que ça peut te sauver la vie juste avant. Hm. C'est bon j'viens de comprendre pourquoi ça m'correspond.

J'espère, mais je ne sais faire que du mal. Je veux dire, j'ai grandi en apprenant à ne faire que ça. J'ai beau avoir un pouvoir censé être... Calme ? Hmm, protecteur ? Je ne le suis pas. Je ne le serai probablement jamais.

What the fuck mais qu'est-ce qui me prend de balancer ça comme ça. Ah si, beh je sais. Trop de souvenirs, trop de choses d'un coup. Et comme j'suis pas énervée, beh j'explose, mais pas de façon énervée. Seems logic. Je jette un rapide coup d'oeil à Misao, voir la tête qu'il fait... J'vais éviter de le blesser plus qu'il ne peut l'être déjà.

Pardon de balancer ma vie, c'était... Un peu brutal. Désolée.
#   Mer 2 Aoû 2017 - 19:12

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 384
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur et super-héros.
Humeur : Joker ?

En face de lui, Elwynn paraît assez inquiète. Ce n'était pas ce qu'il voulait provoquer chez elle ; mais il se rend encore difficilement compte que ce qu'il dit peut faire du mal aux gens autour de lui. Comme le fait qu'il aimerait ne plus exister, ou qu'il se sentait parfois simplement disparaître… Pourtant, c'est la vérité. Devrait-il faire semblant d'aller bien alors même qu'il est dans le service psychiatrique de l'hôpital ? Est-ce qu'il ne peut pas simplement admettre qu'il va mal, sans faire culpabiliser les personnes qui lui parlent ? Ce n'est pas de leur faute, pas directement. Et il ne leur en veut pas, pas à elle en tout cas. Il y en a d'autres, en revanche...

Il préfère discuter des pouvoirs. C'est plus simple, moins douloureux. Et encore. Il repense aux siens et se sent un peu mal ; il repense aux siens et se rend compte qu'il ne fera jamais partie des personnes qui protègent cet institut. Quelle utilité peuvent avoir des pouvoirs qui ne peuvent que brûler et détruire ?... On ne peut rien construire, on ne peut pas sauver, alléger la souffrance de quelqu'un, on ne peut que faire du mal et disparaître. Disparaître, au final, c'est sans doute ce qu'on fait de mieux… Se tapir dans l'ombre sans se laisser voir aux yeux des autres. C'est aussi ce que l'on mérite...

Misao acquiesce alors qu'elle lui explique qu'elle n'est pas seule pour s'entraîner. Lui n'en a pas eu l'occasion ; ou, plutôt, il en a eu l'occasion mais il a préféré ne jamais demander l'aide de qui que ce soit. Trop d'égo, mais aussi sûrement parce qu'il préfère ne pas les utiliser du tout. Terrae, pour lui, ce n'est pas les pouvoirs, c'est plutôt leur étude, sa soeur, son vide qu'il tente de combler. Comme beaucoup de gens ici, au final. Pourtant, il en arrive encore à se demander pourquoi ce sont des gens comme eux qui sont choisis. Sans doute y a-t-il une raison. Mais s'il pouvait la connaître, sûrement se sentirait-il mieux…

—Chaque chose en son temps, se contente-t-il de dire. Il ne faut pas être pressé, je suppose. Tout est toujours impressionnant quand il s'agit de magie, de toute manière...

Il aurait bien créé une flamme pour appuyer ses propos, mais se contente de réfléchir un long moment. Quand Elwynn reprend la parole, en revanche, il se rend compte que quelque chose cloche dans son ton, dans ce qu'elle lui dit. Il relève les yeux vers elle pour la détailler. Il est un peu surpris de ce revirement de situation. Pas ce qu'elle lui dit, mais... ses excuses, surtout. Il ne les comprend pas bien.

—Nan, t'excuses pas. Si tu veux pas en parler, on n'est pas obligés. Mais… (Il marque une pause, sans trop savoir quels mots utiliser.) Je te connais pas, donc je ne peux pas te juger sur le peu que j'ai vu de toi. Mais t'as l'air de l'être. D'être calme. Protectrice, je sais pas, mais en tout cas t'as des principes, sinon tu serais pas là. En tout cas... je pense qu'on les obtient pour une raison. Je ne pense pas à un Dieu, ou je ne sais quoi. Juste... Ils nous connaissent, ils savent le potentiel qu'on a. Nos pouvoirs.

Il se remet droit, esquisse un semblant de sourire tordu.

—Je vais pas te demander ce que tu as fait, et je vais pas démentir en disant que j'pense que t'es quelqu'un de bien, ou je sais pas. Mais même les gens qui ont fait énormément de mal peuvent faire des choses bien. Et parfois c'est juste… parce qu'on avait pas lui choix. Faut pas être trop dur avec soi-même. T'es encore jeune. Alors tu peux encore devenir qui tu veux.

Et c'est lui qui dit ça...? Il ressent à nouveau sa poitrine qui se compresse. Le pire, certainement, est qu'il en croit chaque mot qu'il prononce. Mais il n'arrive pas à s'en sentir concerné. Peut-être que ça viendra, un jour où il ne s'y attend pas...

Il hésite un peu, puis sourit et lâche plus naturellement :

—La preuve que tu sais faire autre chose que du mal, c'est que tu es venue ici, et que ça me fait du bien. Tu vois ?

C'est con. Mais c'est vrai que ça lui fait du bien, au final.



PLS en #b7273d.
#   Lun 21 Aoû 2017 - 0:51

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Je réfléchis. Il a pas tort, lui, dans sa carapace qui, si ça se trouve, est aussi épaisse que la mienne. Moi, j'ai la trouille de mon pouvoir, j'ai la trouille de celui des autres. Et en même temps je me dis que ça reste des humains, et que j'ai jamais eu peur des humains. Non, en fait, au bout d'un moment, quand on voit que l'horreur de ce qu'on peut faire n'a aucune limite, on arrête d'avoir peur, et on commence à affronter, ou à tout simplement vivre avec. Ouais, c'est horrible.

Je souris un peu, et hoche la tête. Ouais, c'est quand même impressionnant.

C'est sûr, et puis y a tellement de possibilités, c'est dur de toute les voir, ou même les imaginer du premier coup d'oeil.

Elle se demandait ce qu'il était capable de faire, avec son pouvoir Feu. Qu'est-ce que l'on pouvait créer, comment, est-ce que cela brûle, l'ampleur que cela peut prendre. Avec quoi le combiner.
Et puis j'réfléchis à ma situation. J'sais pas si je serai capable de ça. Je sais pas si j'en ai envie. Je suis juste... Une pauvre brute, incapable de faire autre chose. Et me dites pas qu'allez voir un mec que vous connaissez presque pas dans un hopital c'est un acte charitable, j'ai juste fait une promesse. Pourtant, je le regarde dans les yeux lorsqu'il me dit ça. Je sais pas ce que je dois répondre. Je sais pas non plus s'il a envie qu'on se connaisse, je sais pas si moi non plus. Je ne dis rien, jusqu'à, beh si, il me le dit, sheh, que je suis venue le voir. Et que ça lui fait du bien. Là, par réflexe, j'ai un p'tit sourire qui se dessine. Un sourire... Sincère, et content. Tout p'tit. Mais il est là.

C'est sympa. Mais... Enfin, si tu m'dis ça, j'imagine que c'est parce que  tu l'as vécu plus ou moins aussi. Sinon, j'te préviens, j'écouterai plus tes conseils. Mais... Enfin, c'est super compliqué. Là j'apprends, j'apprends tout. Et, ce que... Ce que j'ai pu faire me revient à la gueule. Je... Ca va hein mais juste. Non, j'arrive pas, j'essaie d'aider des gens, de venir quelqu'un de bien, mais jamais, jamais ça pourra pardonner ce que j'ai fait. Et, effectivement tu me connais pas, j'suis pas...  

Je soupire. Ca sort, quand ça commence tout s'en va. Ca fait longtemps. J'ai pas envie. Mais si ça le fait c'est que j'ai besoin. Ca, c'est une des preuves que je suis calme seulement parce que je l'ai appris. Je sais gérer des situations compliquées, mais je suis pas calme. Je m'énerve bien trop vite. Je suis loyale, ok, mais c'est tout. Je pars au quart de tour, et je le sais, et je ne m'en empêche pas. Et si calme est une qualité, alors pourquoi, pourquoi on tue bien plus facilement dans le plus grand des calmes ? Je veux dire, c'est atroce, et c'est si simple lorsqu'on se calme, et qu'on...

Mon ventre se sert. Petite nausée. Pourtant rien n'y parait. J'ai pas la sensation d'être protectrice. J'essaie juste... D'être... Juste.
Je relève la tête vers lui, et un sourire piteux a remplacé celui d'avant.

Mais merci de dire ça, alors qu'on se connait pas... T'es pas obligé de répondre non plus, mais toi aussi, t'as eu de moments où... Tu te dis que t'as fait des trucs horribles, et que ton pouvoirs est pas... Si bénéfique ça ?

Quelle question. On est à Terrae. On est pas dans un shonen avec le pouvoir de l'amitié au centre du game.
#   Lun 21 Aoû 2017 - 22:23

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 384
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur et super-héros.
Humeur : Joker ?

La discussion tourne un peu étrangement. Misao se demande si c'est son aura qui pousse les gens à s'ouvrir de cette manière devant lui, ou si c'est l'hôpital qui joue le rôle de catalyseur. Déjà avec Nils, il avait pu ressentir cette connexion étrange - pas de ceux qui savent ou qui comprenent, mais de ceux qui parlent et qui écoutent. Alors il lui parle et essaie de la rassurer - mais il ne la connaît pas. Tout ce qu'il sait, c'est ce qu'il en a déduit, c'est ce qu'elle a bien daigné lui montrer lors de leur rencontre. Quelqu'un de calme, de curieux. Quelqu'un qui n'a pas sa langue dans sa poche, mais qui observe. Quelqu'un qui est là, quand bien même très peu de gens, même de ses proches, sont venus.

Pour lui, Elwynn est quelqu'un de bien.

De toute manière, il a bien conscience que le bien et le mal se situent à une mince frontière l'un de l'autre. Tout n'est pas blanc ou noir ; lui non plus, et c'est d'ailleurs bien pour ça qu'il souffre autant. S'il était tout noir, il ne manquerait à personne. Il pourrait se faire tout le mal qu'il souhaiterait, ou bien se jeter entièrement dans ce qu'il souhaite faire, sans s'inquiéter des conséquences. Pourtant, Misao aime et s'inquiète, il rit et aime faire rire. Il n'est pas vraiment égoîste ; parfois oui, lorsqu'il s'éloigne et s'enferme. D'autres fois, il se donne entièrement, corps et âme, pour ceux qu'il aime. Pour Joyce, pour Matheo, qui souffrent tous deux d'une maladie génétique rare. Il peut faire quelque chose. Voilà au moins ce qu'a pu lui apprendre son travail de chercheur, et un bénéfice que cela a pu lui fournir. Il comprend un peu mieux ce qu'a voulu dire Hideko, maintenant...

Alors il acquiesce. Il l'a vécu, oui, plus ou moins. Différemment, c'est clair. Il ne comprend pas tout, mais ce n'est pas utile de tout comprendre.

—Ouais. Les pouvoirs, je sais pas vraiment... Un jour, j'me suis retrouvé face à un eau qui a pris peur en voyant mes flammes, et qui m'a transpercé avec des pics de glace. J'ai failli crever, sourit-il sarcastiquement. Mais à part ça... Mes pouvoirs... J'ai juste jamais aimé les utiliser. Pour me rendre invisible et disparaître, ouais. Pour fuir.

Il regarde ses mains.

—Quand j'me suis fait ça, j'ai cru que ça pourrait marcher, et que j'pourrais me barrer tranquillement. Mais nan. C'était juste débile.

Et une autre fois, où il aurait pu être utile... Il fait la moue en repensant au labo, à Aaron et à l'échec cuisant de leur mission.

—Sinon, quand j'aurais pu réussir à faire quelque chose pour quelqu'un. Le sauver, lui éviter d'se faire torturer. J'ai pas pu, parce que j'étais nul. C'est pas le même registre, après.

Sourire vague. C'est drôle comme il a occulté sans le vouloir la partie la plus importante de sa question. Il prend le temps de rassembler son courage. Les feux ne sont-ils pas censés être courageux ...? Il doit être un mauvais feu, tout couard qu'il est.

—Pour le reste...

Pause. Il déglutit. C'est difficile.

—Y a quelques rumeurs qui courent sûrement encore. Peut-être plus maintenant. Si tu veux savoir, t'as qu'à les écouter, même si c'est pas forcément l'exacte vérité.

Même s'il est quelqu'un de mauvais, il n'est pas un traître. On peut tout lui enlever, mais pas sa loyauté envers sa soeur. Pas sa loyauté envers Terrae.
Inspiration. Comment a-t-elle fait pour paraître si calme ?

—J'ai fait du mal à beaucoup de gens. J'avais mes raisons, mais les raisons sont pas suffisantes pour justifier ça. C'était dans le cadre de mon travail. Et ça, j'arrive pas non plus à me le pardonner. J'y arriverai jamais vraiment, et ça j'le sais pertinemment. Mais peut-être qu'un jour je l'accepterai ...? J'essaie aussi de devenir une personne meilleure que celle que je suis. Je fais des recherches sur des maladies, maintenant. J'essaie de fournir plus de connaissances sur Terrae, sans faire de mal. Mais. Même ça. Ca suffit pas, souffle-t-il, la voix tremblante et hachée.

Il lui faut quelques secondes. Il relève des yeux brillants vers Elwynn, où il tente d'y cacher quelques larmes traîtres.

—Parfois j'me dis que je serai jamais un humain normal, et ça fait mal.

Mais que ça fasse mal me rappelle en tout cas que j'le suis encore un peu et pas seulement un monstre.

—Je dois pas vraiment te rassurer, rit-il, la voix cassée, après s'être passé une main sur le visage. Désolé. On a dit qu'on en parlerait pas si c'était chiant. (Puis il lève les yeux vers le plafond qu'il fixe.) Mais il paraît qu'on peut dépasser ça. Qu'avec le temps, ça ira. J'me demande juste encore combien de temps... Même si je sais que ça tient qu'à moi, j'attends toujours un miracle.

Les réponses, il ne peut pas les lui apporter. Quelques réflexions, en revanches... Des pistes. Celles sur lesquelles il marche, mais qui sont encore trop gelées pour lui permettre d'avancer.



PLS en #b7273d.
#   Ven 8 Sep 2017 - 12:22

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

J'vois dans le regard qu'il me jette qu'il pense sincèrement que je suis quelqu'un de bien. Hm. En fait ça paraît logique, on se connait mal, il n'a vu de moi que peu de choses. Mais après tout, il a vu celle que j'essaie de devenir... Et ça m'fait un peu plaisir, au fond, quand tu grattes un peu. Et puis aussi là j'me mets à parler blablabla d'un coup. Il doit pas trop saisir. Je sais pas pourquoi j'en parle à lui. Pourquoi j'en parle pas à... A Asb ? Non j'vais le casser si je fais ça d'un coup, faut que je le prévienne un peu avant. Mais peut être que je le ferai quand je serai prête. A Adélaïde ? Non. Pas encore clairement pas non non non. Aha.

A qui d'autre ?

Beh c'est tombé sur toi Misao, déso.
A son histoire, je lève un sourcil, et répond d'une voix un peu surprise.

Ah... C'est... Un peu extrême comme réaction, même si je peux concevoir... Et, tu sais, je m'entraine avec euh... une fille qui est Feu aussi. Et elle aime pas non plus ses pouvoirs. Ca a l'air d'être inhérent à vous tous, mais moi je trouve pas que vos pouvoirs soit... Lâche ? Enfin, ils peuvent vous protéger, être utile... Je trouve...

Peut être que si j'avais été Feu je penserai pareil. Parce que je suis Eau, et que je me déteste tout de même. Je suis son regard et les pose sur ses mains. Je me rends compte que de mon coté, je n'ai jamais tenté de tout arrêter. Mais je ne dis rien. Je ne sais pas ce qu'il a traversé, je ne lui ai pas posé de question. Je le regarde simplement, l'air neutre. Pourtant j'suis touchée par ce qu'il dit, c'est chaud. Et même si je trouve ça débile aussi, je comprends quand même l'intention.
Et puis il me parle de ses ratés. Hm. Les ratés. J'connais ça aussi. Et j'les oublie très vite en général, tellement j'ai horreur de ça. Et puis c'est à son tour de déballer. Ca fait un moment que je me tais, et que je l'écoute. On a échangé les rôles pour un bref instant. Je l'écoute, il me parle de rumeurs, je déteste les rumeurs. Il me parle du fait qu'il a fait du mal, je ne comprends pas tout, je n'ai pas entendu grand chose sur lui, mais ce qu'il me dit me suffit. Le fait qu'il regrette, qu'il ait autant de mal à parler, cela prouve qu'il s'en veut réellement, et qu'il a changé. C'est bien. C'est bien pour lui, malgré ce qu'il croit.
Il essaie de se rattraper, mais il se dit qu'il ne sera jamais assez bien. Jamais. Assez. Bien. Y a un truc qui se serre dans ma poitrine, un peu comme pendant mon Vide des fois. Je sais ce qu'il veut dire, je ne sais pas comment il le vit, mais je l'ai vécu moi, à ma façon. Et c'est terrible. Parce que je le vis toujours d'ailleurs.

Il lève les yeux vers moi. Humides. Et il me balance la pire phrase que quelqu'un puisse se dire. Surtout nous, à Terrae. C'est. Hyper violent. Toutes mes barrières, toute ma froideur, ma distance avec les sentiments, les miens et ceux des autres, reviennent au galop. J'aimerai les écarter, j'aimerai les virer. Je peux pas. J'en suis pas encore capable. Mais je garde mon regard plongé dans le sien. Ca a eu le temps de me secouer un poil quand même. C'est pas anodin.

Je finis par avoir un fin sourire triste, qui disparait vite lorsqu'il regarde le plafond. Je ne parle pas pendant un moment. Je baisse les yeux vers le sol. Je finis par parler, pas fort du tout.

T'es quelqu'un de bien, Misao. Enfin moi je trouve que tu l'es. Tu sais ce que t'as fait. Le fait que tu regrettes, c'est que tu te remets en cause. J'écouterai pas les rumeurs pour en savoir plus sur toi, si je veux savoir, je viendrai te demander. Je me fiche bien des rumeurs. La première que j'ai entendu de ma vie, je l'ai détruite quelques jours après.

Je passe ma main dans mes cheveux. Je ris un peu nerveusement.

Au moins j'me sens un peu comprise. Moi je trouve ça trop cool que tu puisses aider les gens, avec les recherches que tu fais. J'espère que t'auras ce miracle. J'espère que je l'aurai aussi.

Je soupire. En fait le truc c'est que je m'en veux d'avoir faire des choses horribles. Mais en même temps... J'arrive pas à me dire que je peux être autre chose, complètement. Je peux pas. J'y arrive pas.

J'ai détruit pas mal de vie, j'ai fait beaucoup de mal. J'ai grandi dans la violence. Et je... J'arrive pas à être autre chose. Je sais pas si j'y arriverai un jour. Je sais rien faire d'autre. Je connais rien, c'est pour ça que je te disais que j'apprends. Je peux pas... devenir quelque chose que je connais pas. J'comprends, enfin, j'essaie de comprendre ce que tu veux dire par être quelqu'un de normal. J'pense pas qu'on ait vécu les choses pareil, mais... Ouais. Ca s'ressemble un peu. Quand j'pense à ce que j'ai fait, je m'en veux mais j'le regrette pas complètement parce que je sais pas faire... Autrement.

Aucune larme dans mes yeux, ma voix devient de plus en plus plate. Comme si l'émotion partait. Comme si, à l'inverse de Misao, lorsque je me rappelle des choses pas cool, tout s'en va. Et pourtant, j'ai mal au ventre, j'ai l'impression que c'est la guerre dans ma tête, et j'ai les mains moites. Je fais passer mes cheveux d'un seul coté, jette un coup d'oeil au Feu, et puis je regarde vers la porte, et balance d'une voix dénuée de toute émotion.

J'sais pas si c'est normal de pas regretté d'avoir tué des gens..

En ayant le choix, et sans être sous pression.

Au moment où je dis ça, j'ai une sorte de spasme. Ok. C'est la première fois que je l'évoque à Terrae. C'est la première fois après ma vie en France que je le dis à voix haute. Que je le dis à quelqu'un. Et j'ai pas peur. J'ai si peur que j'ai pas peur. Après tout on vient bien de dire qu'on est deux monstres, alors j'ai peur qu'il me rejette, mais en même temps... J'ai rien à perdre. Je croise simplement les bras.



#   Sam 30 Sep 2017 - 21:55

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 384
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur et super-héros.
Humeur : Joker ?

Misao hausse les épaules. Être utile, protéger. C'est un peu futile, mais en soi, c'est vrai aussi. Tous les pouvoirs servent à ça. Mais il aurait voulu quelque chose de moins violent. L'eau, ça aurait été bien. L'eau, ça lave. Même si le feu éclaire et réchauffe, le feu brûle et détruit. Et, quelque part, ça le terrifie. Huo aussi lui parlait comme ça, avant qu'il ne passe Master. C'est vrai que les Feux sont généralement ceux qui détestent le plus leurs pouvoirs... Etonnamment. Ne sont-ils pas censés être courageux et sûrs d'eux ? Ou bien justement leur pouvoir appuie pile là où leur confiance s'étiole ?

L'invisible parle longuement. Il ne sait pas bien non plus pourquoi il se confie à ce point, alors-même qu'il n'en a jamais parlé à qui que ce soit ; il a l'impression d'être compris, au moins un peu, et ça le libère. Parfois, il en parle avec sa psy, mais ce n'est pas pareil. Il sait qu'elle est là pour l'écouter sans jugement, mais il sait aussi qu'elle ne le comprend pas totalement. Elwynn, en face de lui, a comme une aura étrange… Les yeux de ceux qui savent, les yeux de ceux qui se disent "ah, je connais ça". Elle ne compatit pas, mais elle comprend. Elle est secouée toute entier par ce qu'il dit. "Je me dis que je serai jamais un être humain normal."

Il s'arrête de parler. Le silence résonne un peu, c'est étrange. Il y a comme un écho qui palpite dans chaque coin de la chambre.

Fondamentalement, il n'attendait pas de se faire consoler ou rassurer. Il sait ce qu'il a fait, c'est vrai, mais ça veut pas dire qu'il est quelqu'un de bien pour autant. Il aimerait l'être, mais il l'est pas. Il souffre à cause de ça, et c'est une vengeance de la part de tous ceux à qui il a pu faire du mal. Mais il sourit tout de même, bien que faiblement. Les rumeurs sont connes, mais faut quand même savoir les écouter. Ne serait-ce que pour les déconstruire, prouver qu'elles sont fausses, ou se faire sa propre idée. Misao n'est pas partisan du "si je ne le sais pas, ça ne peut pas me faire du mal". Il n'est pas comme ça. Lui a besoin de savoir, de tout savoir, tout ce qu'on pense de lui. Même si c'est douloureux. Même si ça lui fait du mal.

Il préfère écouter Elwynn. Ils ressentent la même chose. Se sentir compris. Il acquiesce. Ce miracle. Ce miracle qu'ils attendent tous.

Il encaisse les paroles de la Morphe. Elles sont dures, autant que son regard qui n'exprime rien. Misao sent son ventre se tordre. Il acquiesce lentement une nouvelle fois. Se mordille la lèvre. Baisse les yeux au sol. Il ne la juge pas, mais il comprend. Il se doute d'à quel point ça doit être douloureux. De ne pas savoir. De réapprendre. Tout ça.

—Je sais pas non plus… souffle Misao.

C'est tout ce qu'il dit, tout d'abord. Il se rend compte qu'ils parlent beaucoup ensemble, pour deux personnes qui ont l'air de ne pas être très douées pour ça.

—Parfois on arrive à des moments de notre vie où on fait des conneries, et où on a plus ou moins été contraints de faire les choses. Alors ouais, on a eu le choix, mais au fond, pas tellement, je pense …?

Il relève la tête vers le plafond. Il se rend compte que c'est compliqué à exprimer. Parce que pour autant, il pense la même chose. Mais Huo a réussi à au moins lui faire comprendre ça, au moins. Ils en avaient parlé ensemble. La vie nous pousse dans nos retranchements et nous fait faire de la merde. Parfois, c'est qu'une succession de situations qui nous font perdre nos moyens. Ou par facilité. Ou par habitude.

—Tu regrettes pas, mais tu t'en veux quand même… Alors en soi, je dirais que c'est normal ? Perso, j'arrive pas trop à voir la différence entre le regret et la culpabilité… Peut-être parce que les deux sont intrinsèquement liés, quelque part ? Je sais pas… Les regrets ça sert à rien de toute manière, on n'arrive pas à changer ce qui a été fait.

Misao fait la moue.

—Tu dis que tu connais pas tout ça. Mais... Enfin, tu apprendras sans doute, alors. Y a des personnes chouettes ici. Elles t'acceptent comme t'es, et elles te font aller vers le haut.

Même si au début on les repousse. Même si on ne comprend pas. Même si on essaie de fuir. Parce que c'est plus commode comme ça ?

—J'suis sûr que tu l'auras aussi ce miracle, Elwynn. Rien que le fait que tu sois ici, ça veut dire que tu peux changer la donne. On y  arrivera, petit à petit. Pas après pas.

C'est con. Mais il réalise enfin. Il réalise à quel point il a attendu de s'entendre dire ça.



PLS en #b7273d.
#   Mar 3 Oct 2017 - 23:19

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 20
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Au final, alors que je termine de parler, le silence s’installe. J’ai beaucoup parlé d’un coup. On dirait que c’est chacun son tour. On ne se connait pas bien mais pourtant ça me fait du bien d’échanger avec lui. C’est bizarre, normalement je suis pas aussi bavarde, mais là, je sais pas. Je me sens comprise, ouais. Et lui aussi peut être. Je trouve ça… Agréable de discuter. Même si bon on part sur un truc pas hyper rigolo.

Il finit par me dire qu’il ne sait pas. Bizarrement, mon ventre se serre. Et puis me parle de choix. Effectivement. Il y a des choses que j’ai fait, sans avoir tant le choix que ça. Enfin si, j’ai toujours eu le choix. Vivre, ou me faire tuer. J’aurai pu choisir de mourir pour épargner. Mais je ne l’ai jamais fait. J’ai menti pour épargner, parfois. J’aimerai pouvoir dire que je n’ai jamais tué d’enfants, mais c’est faux. Bon je n’ai plus jamais recommencé, et pour le coup je le regrette intensément. Je crois. Je ne sais même pas en fait.

Et puis je l’écoute encore, qui me dit que lui pense que je suis normale. Que c’est normal de ne pas savoir. Je ne sais pas. Il ne sait pas. C’est difficile, de savoir, vraiment. Ouais, quand on est un peu pommée, comme moi, et sûrement encore plus comme lui, maintenant. J’lui adresse un petit sourire lorsqu’il parle des gens qui nous accepte. J’en ai rencontré. Je ne pensais pas cela possible avant d’arriver à Terrae. Et pourtant, ça l’est. Et pourtant, parfois j’ressens des choses. Et ça, c’est un truc vraiment important. Oui, Misao a raison.

J’voudrais passer au travers de tous ces trucs négatifs. J’espère que ce sera le cas pour toi aussi. J’pense pas que les regrets servent à quelque chose, à part peut être se rendre compte qu’on a fait de la merde. Et pas recommencer. Hm. J’en sais trop rien.

Je finis par le regarder dans les yeux. Petit à petit, je vire toutes mes barrières. Ce type que j’connais à peine me fait clairement comprendre qu’il a confiance en moi. Et qu’on arrivera à se sortir de ces sensations nulles, ensemble. Dans le sens, en même temps. Un moment, je le fixe sans rien dire, et puis je finis par sourire, sincèrement. J’ai peut être l’air plus émotionnée que d’habitude, mais j’avoue que pour une fois, j’en ai rien à foutre. Je tends mon poing vers le sien, et le frappe doucement. Je ris un peu tout en parlant.

Tu l’auras toi aussi. On y arrivera.

Je lui souris, et me redresse, levant mes fesses de la chaise. Je redeviens plus grande que lui alors qu’il est assis sur son lit. Je croise mes bras.

Je repasserai te voir, Misao, si tu veux bien. C’était agréable. Et euh… Merci.

Merci d’avoir compris. Merci d’avoir commencé à me faire comprendre que ça ira. Merci de croire au monstre que je suis. Moi je crois au tien.



 

Je voulais juste passer, donner des nouvelles... [Misao <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.