Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Toi, spécialement toi. Toi qui est spéciale (Pv Keiko)
Ven 4 Aoû 2017 - 22:40
avatar
Masculin

Messages : 1392
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

La pluie tombe enfin. Cela fait des semaines, voir des mois, qu'il fait chaud. C'est lourd. S'il y a un peu de vent, c'est un miracle. Mais l'air reste sec, c'est insupportable. Quoiqu'on fasse, on a chaud. Même sans rien faire, on transpire comme une bête. Il est beau le réchauffement climatique!
Mais c'est d'autant plus dur quand on cuisine. Pas seulement chez soit, mais surtout dans un restaurant. Il n'y a pas un mais trois fours qui fonctionnent à tour de bras. Les plaques de cuisson s'y invitent, et puis il faut courir. Courir toute la journée! Alors ouais, par moment, ils auront tenté de se cacher de la chambre froide. Quelle magnifique et délicieuse invention!

Ceci dit, personne n'aura à se disputer la place aujourd'hui, car enfin la pluie rafraichit l'air. Il n'y aura pas grand monde d'ailleurs au restaurant. Tant mieux, un peu de repos. Pourtant cette pluie finira par prendre fin. Ce n'est pas bien grave, merci d'être passé par là.
Le jeune Tonnerre termina sa journée plutôt que prévu. Et bien heureux, lui et ses camarades de travail prennent un dernier verre en terrasse avant de se saluer. Pour une fois, il était content de s'être levé pour venir travailler.

Mains fourrés dans ses poches, le garçon se dirige vers la sortie de l'établissement, aisément. Il réfléchissait comment allait il terminer cette journée? Que lui restait-il à faire à la maison? Peut être pourrait il saluer Mathéo. Cela fait un moment. Et puis il y a aussi son groupe de musique qui attend. C'est que les répétitions lui manquent un peu.


"Pffff....Faudrait vraiment que je songe à changer de taf...."

Soupire le garçon plongé dans ses pensées. Non mais il compte pas faire ça toute sa vie tout de même. L'idée que son groupe, déjà assez populaire, puisse devenir international serait pas mal. Faudrait vraiment qu'il bouge le manager. Elles servent pas à grand chose ses relations à celui ci!
Mais alors que le jeune homme se perd dans ses pensées, voilà qu'une silhouette attire son œil. Plus loin, dehors, une personne passe. Elle ne le laisse pas indiffèrent. Cette chevelure argentée lui rappelle familièrement quelqu'un. Et un petit sourire en coin se dessine.


"Tss! Décidemment, elle pense me surprendre à chaque fois?!"

Amusé de constater que Mitsuki s'était de nouveau déplacée pour lui faire une surprise, le garçon, amusé et bien heureux, presse le pas. Cette fois, elle ne l'aura pas. Bien qu'il s'avance cette dernière, il fut bien surpris de constater que cette dernière trace son chemin. Surprit qu'elle ne s'arrête pas au restaurant, Ys accélère le pas pour la rattraper. Qu'est ce qu'elle fout? Il bosse ici lui! Pourquoi ne vient-elle pas le voir?
Bon s'en est assez! D'un coup le jeune homme se téléporte jusqu'à elle pour mieux réapparaitre dans son dos.
Sans plus attendre et déterminé, il pose sa main sur son épaule pour l'interrompre dans sa marche.


"Oh! Mitsu, qu'est ce qu-"

Soudainement, le jeune homme s'interrompt brusquement quand le visage de la jeune femme se dévoile au grand jour. Stupéfaction, étonnement, incompréhension, il reste pétrifié à la dévisageait de ses yeux perçants.
Et la descente aux enfers ne fait que commencer.
Voir le profil de l'utilisateur







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 6 Aoû 2017 - 16:49
avatar
Féminin

Messages : 36
Date d'inscription : 30/07/2017




Toi spécialement toi.

Toi qui est si spéciale.




Ys & Keiko

* Qu’est-ce que c’est agréable de sentir cet air environnant se rafraichir un peu. Ne serait-ce que de quelques petits degrés, c’est tout de même appréciable. *

Ce fut avec cette pensée en tête que Keiko ouvrit en grand les fenêtres de l’appartement pour que le séjour puisse enfin, peut-être, passer à une température en-dessous des 30°C. Elle s’accouda contre la balustrade, regardant le défilé des nuages gris traverser le ciel menaçant. Comme beaucoup elle avait longuement attendu que le temps change, qu’il tourne enfin à l’orage et que celui-ci pense à se décharger de sa pluie sur leur monde. Toutefois elle avait beau tendre le cou au-dehors, pas la moindre minuscule goutte d’eau ne vient effleurer sa peau. Elle réussit à en cueillir une du bout du doigt en tendant sa main vers l’extérieur et en se penchant sur la pointe des pieds. C’était faire beaucoup d’efforts et d’acrobaties pour pas grand-chose au final. La déception ne vint pas tarder à grandir peu à peu en elle.

D’un air de défi elle lança un regard plus noir encore que les nuages les plus chargées dans ce ciel de tourmente et retourna dans l’appartement. Elle referma le côté droit de la fenêtre et rabattit le côté gauche autant qu’elle le pouvait. Certes elle voulait que l’air se rafraichisse mais il s’agissait aussi de faire en sorte à ce que son habitation ne se transforme pas en une piscine ! La jeune femme glissa dans son sac en bandoulière un gilet fin à manches longues et un petit parapluie puis elle quitta l’appartement en claquant la porte derrière elle. Ce qui lui valut un regard mauvais d’un voisin qui venait d'arriver dans le couloir. Elle s’excusa avec un sourire et rajouta :

- Désolé. Les courants d’air vous savez ça ne se contrôle pas.

Elle sautilla dans le couloir, le cœur léger et la mine ravie à l’idée du spectacle qui l’attendait au-dehors. Son enthousiasme redescendit un peu quand elle constata que l’averse était très fine et que les gouttes se faisaient rares. Keiko était mitigée. A la fois elle était contente de sentir cette eau presque fraiche s’échouer sur sa peau. Et en même temps elle trouvait qu’il continuait de faire très lourd, que l’air restant en substance le même. Mais elle n’allait pas se laisser désespérer pour autant. Elle poursuivit sa route bien décidée à attendre sous la pluie que l’averse s’intensifie.

La miss aurait bien aimé en profiter pour sortir son casque audio et écouter ainsi de la musique. Mais elle songea aussitôt que l’idée n’était pas très bonne au vu des conditions climatiques. Ainsi elle devrait se contenter des bruits de la circulation et des quelques passants du centre-ville. Keiko marchait sans destination précise, elle avait en tête, de faire une large boucle en ville avant de regagner son cocon. Mais ses plans furent un peu chamboulés quand on vint à la bousculer. Du moins si c’était par accident ça aurait pu passer encore, mais en fait elle découvrit qu’on l’avait volontairement interrompu. Sans prendre le temps de la réflexion, la jeune femme agit du tac au tac et au même instant où elle faisait volte-face pour découvrir celui qui l’avait interrompu elle le remercia avec une gifle magistrale sur la joue.

Geste qu’elle regretta un peu la seconde d’après quand elle découvrit le visage familier d’Ys. Cela faisait quelques mois qu’il avait du jour au lendemain disparu de sa vie, sans crier gare, comme s’il avait téléporté vers un autre monde. Mais il n’avait pas changé et à vrai dire elle était plutôt heureuse de retrouver par le plus grand des hasards son meilleur ami. Elle l’observa de pied en cap et lui dit d’un air contrarié et sur un ton qui ne faisait aucun doute quant à son indignation :

- T’es sérieux là ? Mitsu, c’est qui celle-là ? Alors on ne se voit plus quelques mois et tu zappes mon prénom !

Bien sûr Ys n’était pas de ceux qui restait sans réaction, surtout quand on lui faisait ce genre de remarques et sur un ton aussi vif que celui qu’avait emprunté Keiko. La demoiselle le savait bien, car elle connait le bonhomme et elle savait déjà comment elle allait répliquer. Mais juste avant qu’il ne lance sa cinglante réplique, la miss aux cheveux d’argent, eut le temps d’ajouter d’un ton beaucoup plus doux et légèrement enjoué :

- Je suis contente de te revoir ! Quoique je ne pensais pas te retrouver ici…
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 


Dernière édition par Keiko Weiss le Dim 6 Aoû 2017 - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Dim 6 Aoû 2017 - 21:44
avatar
Masculin

Messages : 1392
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Que pensent ils, les autres? Ceux qui sont restés là bas. Ceux qui appartiennent au passé, aux souvenirs? Après tout, ce n'était pas parce qu'un Master était venu vous chercher, vous emmener à Terrae, que la vie s'est arrêté. Et ce petit détail là, parfois, il lui arrivait de ne plus y penser. C'était comme se libérer d'un fardeau, fuir un passé déplaisant, la facilité.

Et aujourd'hui, la vie lui rappelle combien elle le rattrapera toujours.
Sa joue rouge le brûle encore mais lorsqu'on a reçu pas mal de coup, en tant que grand bagarreur, il en reste indifférent. De toute manière, toute son attention est portée sur autre chose. Ce visage si familier.


"Keiko...."

Se murmure-t'il.
Les paroles de la jeune femme l'ont bien atteint. Mais pour l'heure, il est incapable de réagir. Il réalise seulement. Elle était bien en chair et en os, devant lui. Elle était restée telle qu'il l'avait laissé. Ces mimiques, ces yeux, tout. Et pourtant, elle ne fut pas aussi surprise. Elle est restée forte sous ses apparences. Perplexe, le jeune homme relâche son épaule et se tient droit fièrement.
Bien que son amie affiche un doux sourire, se voulant plus amicale, Ys zappe les hospitalités. Il ne les connaît que trop bien. Il ne s'agit en rien d'une rencontre. Mais d'une fatalité.
Les sourcils fronçant, il la fixe avant de lancer quelque peu de manière rude:


"Je peux savoir ce que toi, tu fais là?"

Ouais ouais, on a connu mieux comme accueil. Mais dans sa manière de faire, il approuve totalement. Pourquoi? Tout simplement parce que premièrement, c'est pas bon pour les affaires si elle est là. Ok, c'est sa meilleure amie, encore aujourd'hui et ce malgré le silence. Mais ça n'a pas toujours été le cas. Et pourvu que ce détail n'atteigne pas les mauvaises oreilles.
Et deuxio: si il est face à Keiko, c'est que tout simplement un drame a du frapper sa vie. Autant qu'il s'en souvienne, Keiko n'avait pas de soucis familiale. Elle vivait une vie paisible et modèle. Il n'y a jamais eu la moindre tâche au tableau. Pourtant son nuage douillé vient d'être percé.

Exaspéré et craignant le pire des scénarios, le Tonnerre du faire un gros effort pour revitaliser là dessus. Un soupir vint calmer cette cadence, et quoi de mieux qu'une cigarette en prime pour retrouver ses esprits?
Allumant cette dernière de son briquet, le ton du jeune homme devint plus neutre, pas pour le moins enjoué, mais plus amical.


"Désolé, moi non plus, je ne pensais pas te retrouver ici. Ou même... te recroiser un jour."
Voir le profil de l'utilisateur







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 8 Aoû 2017 - 19:24
avatar
Féminin

Messages : 36
Date d'inscription : 30/07/2017




Toi spécialement toi.

Toi qui est si spéciale.




Ys & Keiko

Son geste pouvait paraitre un peu fort, surtout adressé pour si peu et sans même connaitre l’identité de celui qu’elle venait de gifler. Mais bon Keiko était ainsi à agir au quart de tour et sans avoir ensuite le moindre regret. Elle fut cependant contente de voir que sa gifle avait été pour Ys. Car en plus de retrouver son meilleur ami de l’autre monde, elle savait qu’il était très résistant aux coups et qu’il se ficherait bien de son geste, qu’il passerait immédiatement outre et qu’il attacherait de l’importance à des choses autrement plus importantes en cet instant. C’était d’ailleurs une des raisons qui faisait qu’elle appréciait ce garçon aux cheveux rouges et en pétard.

Même si c’était dans un murmure elle l’entendit souffler son prénom. La rassurant ainsi sur le fait que non, il ne l’avait pas oublié. Elle en ressentit même une certainement satisfaction d’entendre à nouveau son prénom être ainsi énoncé par cette voix si familière et qui faisait écho à pas mal de souvenirs en elle.

- Surement la même chose qu’à toi, un évènement pas des plus réjouissant... Ethel est morte… Si tu veux bien je t’en parlerai davantage un autre jour… Tu pourras aussi me dire ce qui t’as conduit ici.

En son for intérieur la demoiselle s’obligeait à demeurer de glace, contenant l’émotion que ces quelques mots faisaient ressurgir en elle. Keiko savait qu’elle n’avait pas besoin de préciser qui était Ethel et ce que sa mort avait eu pour conséquence sur sa vie précédente. Mais pour l’heure, à cet instant T de leurs inattendus retrouvailles sur Terrae, la miss n’avait pas envie d’entamer leur conversation par un sujet encore bien trop douloureux et frais pour elle. Si Ys était resté celui qu’elle avait connu, il la comprendrait et n’insisterait pas sur ce point, et cela même si la patience et la non-curiosité n’étaient pas ses points forts.

- J’espère que tu n’es pas trop déçu quand même !

Avec un pincement d’envie elle regarda la cigarette qu’il venait d’allumer. Keiko n’était pas une fumeuse, il lui arrivait juste parfois de prendre quelques taffes. Elle vola la cigarette à peine démarré d’Ys, sans que celui-ci ne se débatte ou ne lutte véritablement pour la récupérer. La glissant entre ses lèvres,  elle inspira et expira deux fois, puis la rendit à son propriétaire bras tendu tout en lui proposant :

- On marche et on met les choses un peu au point ?

Sans attendre l’approbation du garçon, elle fit un peu en avant. Sur le trottoir elle prit soin de se positionner côté route, afin que le jeune puisse être côté mur et bénéficier ainsi de quelques abris de fortune sur leur marche. Comme cela peut-être que la cigarette de son meilleur ami, ne s’éteindrait pas tout de suite sous les effets de la pluie, qui tombait à présent de façon plus régulière sur eux.  Keiko tourna sa tête en direction d’Ys qui marchait à ses côtés et lança :

- Tu es sur Terrae depuis quoi ? 3 ans ? Tu n’étais pas vraiment parti sans donner de nouvelles du jour au lendemain… Tu as été téléporté dans un monde où je ne pouvais plus te joindre avec mon portable ou mes mails. Je suppose que dans un sens je devrais être soulagée, de savoir que tu n’es pas parti comme un voleur comme j’ai pu le penser pendant tout ce temps !
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 10 Aoû 2017 - 22:51
avatar
Masculin

Messages : 1392
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Non ce n'est pas un rêve.
Elle est bien là, en face de lui. Ses traits fins, ses yeux gris aux reflets bleutés, ce rose qui colore ses joues. Sa longue chevelure argenté, son ton de voix. Tout. Tout est là, pour lui rappeler combien elle était en chair et en os.
Ce n'est pas un rêve. C'est un cauchemar.

Et pour couronner le tout, alors qu'il tente de retrouver ses esprits, son amie lui donne les raisons de sa présence. Et ca sonne mal. Ca fait mal. Ethel... Il se souvenait parfaitement d'elle. Il se souvenait de sa petite sœur. Et combien même leurs relations n'étaient pas aussi proches qu'avec Keiko, ça sonne comme un Vide. Surement parce que cette douleur, c'est celle de son amie qui frappe en lui. Il ne pouvait que mesure l'ampleur et la grandeur de sa souffrance.
Il aimerait pouvoir lui souffler qu'il est désolé. Mais elle lui a volé sa voix. Il reste muet, la fixant de son regard  de braise.
De toute manière, il n'est pas utile d'en débattre plus longtemps, le silence parle de lui même. Un autre jour, elle a raison. Un autre jour, c'est pas plus mal.

Son regard se perd un instant avant que Keiko ne l'interroge. Ses yeux rouges glissent sur son visage. Que lui répondre? La réponse parait évidente pourtant.
Mais calme, sans un mot, il préfère obéir. Il accepte de la suivre. Faire cette "mise au point".
Comme à son habitude, elle pense aux autres avant elle même. Et tout simplement, il obtient la place de l'abri. C'est... affligeant.


"J'ai pensé que c'était pas plus mal... de ne plus donner de nouvelles."

Laisse-t'il sous entendre.
Partir et tout laisser derrière soit, cela paraissait être une bonne idée et la meilleure chose à faire. Evidemment rien ne se passe jamais comme prévu. Il a fallu que le passé le rattrape de plus belle. Il aurait bien aimé lui éviter de connaître ce genre d'endroit. Mais maintenant il est trop tard.
La pluie semble vouloir se calmer. L'air est quelque peu frais mais rien d'exceptionnel, la chaleur de l'été est toujours là. Crachant quelques bouffés de fumée, le Tonnerre parait calme et distant. Son esprit divague et les questions le tiraille de toute part.


"Tu me déteste de nouveau? Je vais devoir galérer encore c'est ça? En même temps, tu as toutes les raisons du monde d'avoir penser ainsi. Et il semblerait que désormais, on va devoir retrouver de vieilles habitudes."

Un léger rire lui échappe. Après tout, elle était sa meilleure amie. Ils avaient passés pas mal de temps ensemble, autrefois. Bien qu'il fut un temps où leur relation était différente et qu'ils avaient connu une période en froid. Mais tout ça, c'est derrière. Désormais, elle rentre dans son nouveau monde.
Du coin de l'œil, le jeune homme jette un regard sur sa voisine. Elle semble plus grande que dans ses souvenirs, plus portante aussi. Il se demande si elle fait toujours de la course. Elle qui autrefois était très sportive. Après tout, c'était aussi de cette manière et grâce au sport qu'ils se sont rencontrés.
Puis, alors que l'atmosphère semblait plus détendu, le Tonnerre décide de jouer la carte de la franchise. Et concernant sa question sur sa présence si soudaine, il se décide à répondre d'un ton franc:


"Mais ça me fait clairement chier de te voir là..."
Voir le profil de l'utilisateur







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 14 Aoû 2017 - 19:09
avatar
Féminin

Messages : 36
Date d'inscription : 30/07/2017




Toi spécialement toi.

Toi qui est si spéciale.




Ys & Keiko

*Pas plus mal ? Pour qui ? Pour lui bien sûr. Quel égoïste cet Ys !*

C’est sûr que c’était bien plus facile de juste couper les ponts comme il l’avait fait, de se faire passer pour mort ou porté disparu pendant tout ce temps plutôt que donner la moindre petite explication. De toute façon il aurait été incapable de lui mentir, elle le savait bien. Tout d’abord parce qu’il était un piètre menteur, pouvant manquant de créativité dans ce genre de situation délicate. Et puis aussi parce qu’elle aurait très vite grillé s’il lui raconté des bobards. Alors oui en étant à sa place elle comprenait parfaitement bien son attitude et ses choix, mais cela voulait-il dire qu’elle l’excusait ?

Elle l’écouta s’exprimer de nouveau et là elle sentit très vite la colère monter en elle. Avec Ys la colère était un sentiment très familier, qui se mélangeait aisément à l’amour qu’ils se portaient, ainsi qu’à l’amitié et à leurs rigolades. Tout était intimement lié. Mais là c’était davantage la colère qui surgissait en elle et qui prenait le dessus quand elle lui fit sa réponse. Parce que c’était bien trop facile de lui laisser le rôle de la victime et de faire comme si de rien n’était :

- Tu crois quoi ? Que cette fois-ci c’est moi qui vais te courir derrière ? Ce n’est pas mon genre, ça ne l’a jamais été et ça ne le sera jamais, tu le sais bien. Je ne changerai pas, même pour toi !

Après réflexion elle se demanda si c’était la bonne réaction à avoir. Quand elle se sentait attaquée, elle ne savait que répliquer par une nouvelle attaque. Mais dans le fond ce qu’elle venait de dire supposait qu’elle voulait qu’une nouvelle fois il fasse des pieds et des mains pour obtenir son pardon. Et ce n’était pas le cas ! C’était une autre époque de leur vie, c’était derrière eux maintenant tout ça. A ce moment-là il l’avait trahi et elle ne voulait plus entendre parler de lui, mais il s’était montré très tenace, têtu et déterminé à la fois. Et au bout de cette lutte elle y avait gagné un meilleur ami et avait pu enterrer cette vieille affaire ! S’il souhaitait la déterrer à présent ou rajouter un nouveau cadavre dans la tombe, alors il faudrait aussi qu’elle enterre Ys avec ! Une chose était sûre elle ne repasserait pas par-là, elle n’en avait pas envie, elle avait juste besoin de comprendre les choses. S’il n’avait pas eu le choix alors elle n’avait rien à lui pardonner et ils pourraient faire comme si de rien n’était. Keiko savait qu’il fallait la colère qu’il y avait en elle et la seule façon de procéder, la seule qu’elle connaissait, c’était de la laisser sortir, de la laissait s’exprimer :

- Bien sûr que oui je suis en colère ! Tu crois quoi ? Elle marqua un temps d’arrêt, allant même jusqu’à stopper sa marche, sans faire attention au ciel qui commençait vraisemblablement à s’éclaircir.  Elle le fixa dans les yeux et ajouta : Mais au lieu de me faire ce regard et cette voix de chien battu tu ne veux pas changer d’attitude ? Je ne sais pas moi ! Révolte-toi ! Explique-moi ! Frappe-moi…

Bon c’était vraiment nul comme propositions... De toute façon la réflexion ne transitait pas dans son cerveau quand elle était énervée. Et elle savait pertinemment bien que même si elle le défiait et le provoquait de toutes ses forces, jamais il ne cèderait et n’en viendrai aux mains avec elle. Pourtant elle pouvait être très chiante ! Autant qu’elle était généreuse et joviale dans la vie de tous les jours. En fait elle ne le montrait pas mais elle avait juste envie de l’entendre dire qu’il s’excusait sincèrement, qu’il l’aimait toujours, qu’elle était toujours aussi importante dans sa vie et qu’il regrettait. En partie, il s’était exprimé dans ce sens mais se n’était pas suffisant… Keiko sentait que la tempête était passée en elle. Son regard se fit soudainement plus doux, elle fit un pas vers lui et tendit qu’elle attrapait de ses mains sa nuque pour l’enlaçait elle lui dit dans un souffle :

- Pardon… Moi aussi j’aurai aimé qu’on se retrouve dans d’autres circonstances…

Quelques instants auparavant elle avait envie de lui tordre le cou. Peut-être avait-t-il cru que c’était ce qu’elle allait faire quand elle s’était approché de lui s’en prévenir ? Cette étreinte improvisée, était bien entendue juste amicale et elle lui fit beaucoup de bien. Un instant elle ferma les yeux et il lui sembla que rien de tout cela n’était vrai. Qu’ils étaient toujours chez eux et qu’Ethel allait surgir d’un angle de mur pour leur proposer d’aller au cinéma tous ensembles. Après quelques secondes, elle desserra son emprise sur la nuque d’Ys, retira sa tête de son épaule et fit un pas en arrière pour l’observer à nouveau…
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 18 Aoû 2017 - 22:44
avatar
Masculin

Messages : 1392
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

On n'a jamais joué sur le même terrain....

Ils ont toujours fonctionné ainsi. Leurs relations étaient devenus si complexes, que parfois, eux mêmes, leurs pensées s'entretuaient, ne sachant ne plus y voit clair.
Il s'en était débarrassé. C'est idiot, mais cela lui convenait. Keiko était sa meilleure amie, depuis des années. Mais ce lien étant si étroit, que devoir fuir son ancienne vie lui avait offert un renouveau. Ce passé étouffant, porté de colère, était loin désormais.
A Terrae, personne ne le connaissait aussi bien que Keiko. Il était libre d'être quelqu'un d'autre, de diffèrent. Il voulait obtenir une seconde chance. Certaines personnes connaissaient ses secrets, bien qu'elles soient minimes. Mais c'était suffisant.

Mais Keiko est là. Elle se tient devant lui, et toute la menace du passé avec elle. Alors oui, dans son égoïsme, il avait apprécier disparaître de ce lycée, des Yankee, et Keiko...
Pourtant, il aime sa présence, il aime sa personnalité, sa force. Il l'avait toujours regardé ainsi. Ce pourquoi il fut une époque où il s'était donné des mains et des pieds pour gagner sa confiance, à nouveau.
Si aujourd'hui, ils sont meilleurs amis, cela n'a pas toujours été le cas. Ys se souviendrait toujours comment il avait rencontré cette fille. Elle sur une piste de course, lui dans une équipe de basket. Ils ne jouent pas sur le même terrain.
C'est surement le sport qui les avait rapproché. Et aussi parce qu'ils représentaient fièrement l'idole de leur équipe, qu'ils étaient devenus un couple très connu au collègue.
Jusqu'à que Ys parte pour le lycée. Un homme à femme, c'est sans surprise. Malgré tout, elle lui avait manqué. Ce n'était pas la même chose avec ces autres filles. C'est surement ce qui l'aura poussé à reconquérir sa confiance. Et quelle galère ça avait été!
Ils auraient du resté amis, toujours, c'était ainsi qu'il l'aimait.

Mais aujourd'hui, au milieu de cette rue, sous un soleil timide, elle lui hurle dessus. Elle le prend dans ses bras. Il se surprend lui même à humer son parfum. S'en est trop! C'est dangereux!
Sans bouger, il la laisse s'éloigner, poing serrés, tandis que son regard croise enfin le sien.


"Tu as finis de faire ta capricieuse?"

Le silence retombe de plomb. Il la dévisage, sans aucune retenue. C'est bien Keiko. Elle est entière, un peu trop d'ailleurs. Elle est tout aussi impulsive que lui. Malheureusement, elle crie bien trop pour si peu de réconfort. Elle n'en démord pas, as rancune reste présente. Malheureusement, lui aussi, il aurait aimé la rencontrer dans d'autres circonstances. Il aurait préféré ne jamais la voir à Terrae. Qu'Ethel soit en vie, qu'elles soient heureuses. Malheureusement, elle a gagné sa place à Terrae.
Se pinçant l'arrêt du nez, Ys prit un instant avant de reprendre d'une voix plus grave.


"Tu changeras pas hein? Tu cherches toujours à me faire péter un plomb! Tu veux des excuses, c'est ça? Je suis fatigué de devoir te courir après. Toujours être à la ramasse pour de vieux trucs que t'es pas capable de digérer."

S'il faut jouer cartes sur table, alors très  bien: soit!
Relevant son regard de braise, Ys fixa longuement cette fille qu'il connaissait par cœur. Il vit ses yeux. Il les connaissait bien, il pouvait lire en eux comme dans un livre. Elle est loin l'époque où ils riaient ensemble pour un rien. Il l'aimait son sourire...
Agacé et préférant rester sur la défensive, Ys sortit une cigarette. Il le sait, cette conversation allait mettre le feu aux poudres. Pourtant, il fallait bien passer par là.


"Tu veux que je te dise? J'ai adoré partir de cette ville merdique! Avec tous ces connards, ça me rendait dingue. Je rêvais de les voir crever. Ah ouais mais toi, t'as pas pu le voir parce que t'étais trop préoccupé par tes courses. D'ailleurs tu continues toujours le 400 mètres?!"

Crachant quelques bouffées de fumée, Ys prit un instant pour détailler la jeune femme, toujours droite devant lui. S'il pouvait être un bon ami, il pouvait aussi devenir le roi des cons. Après tout, c'était ce qu'elle voulait? Le faire parler non?! Chose promise, chose due.

"Laisses tomber. De toute façon, tu peux être rassurée, je viendrais pas m'excuser pour être partis sans prévenir. J'ai pensé à moi tu vois. Et je regrette pas cette décision. Maintenant tu peux bien bouder si tu pense que c'est nécessaire."

Et dire que la pluie venait de s'arrêter... Pourtant la tempête semble bien commençait maintenant.
Marquant un temps, le Tonnerre fixe sa victime. Elle le voulait sincère, il voulait garder son sang froid. Maintenant qu'il s'était libéré, il ne pouvait qu'être spectateur de la dévastation.
Pourquoi es tu là? Repars! Repars auprès de ta famille, rien de tout ceci n'est arrivé. Tu n'es pas triste, tu n'es pas seule.
Si seulement cela pouvait être vrai. Car oui, il le sait, il ne saura jamais comment apaiser ce Vide qui la détruit. C'était plus grand qu'il ne l'aurait imaginer. Ethel était tout pour elle. L'enjeu est trop grand.

Ils ne jouent pas sur le même terrain.


HRP> Voilà, mode salaud off.
Voir le profil de l'utilisateur







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 24 Aoû 2017 - 18:34
avatar
Féminin

Messages : 36
Date d'inscription : 30/07/2017




Toi spécialement toi.

Toi qui est si spéciale.




Ys & Keiko

Un bref regard à la volée vers son ami lui suffit pour voir que dans sa tête sa turbinait à plein régime. Il avait une expression bien particulière quand il était en pleine réflexion. Une autre, bien différente, quand il était en train de visionner quelques souvenirs. Et quand Ys faisaient les deux à la fois ça lui donnait cette tête-là qu’elle avait devant elle, indescriptible et surtout imperturbable. Elle savait que dans ce genre de moment il fallait lui laissait un temps pour lui avant d’entrer à nouveau en interaction avec le garçon. Alors inconsciemment elle fit de même, elle replongea un court instant dans quelques-uns des souvenirs dans lequel il y avait aussi l’homme aux cheveux rouges.

La première image qu’elle tu à l’esprit datait du temps où ils sortaient ensemble. Non, qu’elle fut nostalgique de cette période, où qu’elle éprouve encore des sentiments amoureux pour lui. Mais ça avait été presque ainsi qu’avait débuté leur histoire. Aujourd’hui encore elle ne regrettait pas que les choses se soient passées ainsi. Ils s’étaient aimés, c’était un fait indéniable. Le premier amour ça ne s’oublie pas. Pour Keiko il s’agissait surtout de la première personne pour qui elle avait développé des sentiments. Pour Ys ça avait été plus fort que cela encore. Mais ça ne l’avait pas empêché de la tromper avec des lycéennes, dès que Keiko ne fut plus aussi présente dans sa vie de tous les jours. Elle n’eut aucun mal pour découvrir la vérité et bien entendu elle lui avait aussitôt tourné le dos et claqué la porte au nez, plus d’une fois même. Après un long temps de silence, Ys était revenu plusieurs fois à la charge, il n’avait jamais abandonné l’idée de refaire un jour parti de sa vie. Non qu’il veuille la reconquérir, il n’était pas assez fou pour tenter ce pari-là. Mais l’amitié forte qui les avait liés jusque-là lui manquait cruellement. Et même si Keiko avait eu toutes les peines du monde pour le reconnaitre, c’était aussi son cas.

Capricieuse… Ce mot lui suffit pour la ramener à la situation actuelle. C’était un adjectif qui la qualifiait bien, elle ne pouvait le nier. Elle aurait bien aimé lui rétorquer : « jamais » mais elle se retint. Keiko sentait bien qu’il ne fallait quand même pas trop tirer la queue du diable, sans quoi le retour de flamme pouvait s’avérer être des plus brûlant. Et puis la jeune femme estimait qu’elle l’avait déjà assez titillé pour le moment. D’ailleurs sa réaction ne se fit pas trop attendre, la miss digérait ses paroles comme du petit lait. Elle s’attendait à la première partie de son discours, mais nettement moins à la seconde. Keiko n’attendit pas pour répliquer du tac au tac :

- Je te croyais infatigable, tu me déçois Ys. Je ne cherche pas spécialement à te faire péter un plomb comme tu dis, mais à te réveiller surtout. A moins que tu es laissé l’Ys que je connaissais dans l’autre monde, on dirait que n’es qu’à moitié là.

Lorsqu’il releva son regard pour le planter dans le sien et la défier en duel elle ne cilla pas un instant et releva volontiers le défi. Elle n’était pas du genre à se dérober ou à refuser la confrontation. Bien contraire, elle se plaisait à vivre ce genre de situation. Etrange, non ? Keiko le regarda fixement avec une nouvelle étincelle dans le regard, savant mélange de malice et de défi. Elle l’écouta et elle ne put retenir un petit sourire en coin. Le voilà, celui qu’elle connaissait était enfin en train de refaire surface, il était temps ! Ce n’est pas qu’elle était impatiente… mais en fait si ! Dans un coin de son esprit elle enregistra quelques phrases qu’elle voulait lui dire, mais choisit de le laisser finir avant de répondre cette fois-ci. Car oui, aussi incroyable cela puisse-t-il être il pouvait lui arriver d’être moins impulsive et de laisser les gens s’exprimer jusqu’au bout !

Ys s’exprimait franchement et sans détour et elle préférait quand il en était ainsi plutôt que de dire de belles paroles vides de sens et sans qu’on les pense vraiment. A la fin de son intervention, elle put véritablement sourire, allant presque jusqu’à contenir un petit rire montant. Ys pouvait bien la prendre pour une dingue, mais s’il la connaissait encore il en serait tout autrement. La femme aux cheveux argent lui donna un coup de poing amical sur l’épaule, sans violence, ni grande force, comme si elle tapait dans la main d’un pote et annonça en même temps :

- Bien le bonjour Ys, j’ai cru que tu étais parti ! L’ironie ça te va drôlement bien. Tu ne devrais pas essayer de t’en départir.

Elle marqua une petite pause, pour laisser le temps à Ys d’assimiler ce nouveau soudain changement de tempérament. Puis il poursuivit :

- Bon je ne vais pas t’en vouloir d’être égoïste. Ça doit être le défaut universel à tous les êtres humains. Même moi qui suis quelqu’un de carrément généreux j’ai aussi mes accès d’égoïsme parfois. Il faut savoir penser à soi de temps en temps !

Même si Kei ne l’avait pas quitté du regard une seconde celui-ci avait changé en même temps qu’elle s’exprimait, sa voix s’était adoucie et la lueur dans ses yeux en avait fait de même. Elle sentait que ce différent était à présent réglé, mais rien de tel qu’un traditionnel petit serment et une poignée de main pour en être parfaitement sûre. La miss tendit sa main droite en direction du jeune homme, le petit doigt levé en l’air et dit d’un air presque solennel :

- Affaire conclue, on passe au chapitre suivant ?

Puis une fois la hache de guerre enterrée pour le moment, elle décidait de lancer une conversation plus légère et terre à terre comme si de rien n’était :

- Qu’est-ce que tu faisais au resto tout seul ? Tu y bosses ? Ou on t’a posé un lapin ? A moins que tu ne sois devenu quelqu’un de solitaire qui se plait à manger tout seul dans un lieu public…

HRP> Mais non, moi j’adore ce mode-là *o* ! En mode sado-maso xD.
Ne me remercie pas je sais que tu adores quand je t'écris de longs rps...
Twisted Evil
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 24 Aoû 2017 - 22:09
avatar
Masculin

Messages : 1392
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

HRP> Voit la longueur du rp, charge son calibre, et vise la tempe!

Autrefois, il était celui qui faisait tourner en bourrique. Il adorait pouvoir rendre les gens fous. Il était incontrôlable, imprévisible, insaisissable. Et jamais, il ne s'était mis à la place de ses victimes. Keiko fut, lors d'un temps révolu, l'une de ses victimes. Liaison après liaison, mensonge après mensonge, manipulation après manipulation, il s'était joué d'elle.
Il l'avait rendu folle au point de la faire hurler de rage. Il se souvenait encore de cette fois où il avait crus qu'elle allait s'arracher les cheveux de la tête. Et jamais, jamais il n'avait culpabilisé.
Aujourd'hui, il est sa victime.

Les rôles s'inversent, les sourires ne sont plus les mêmes. Elle aura gagner par le faire sortir de ses gants, sans vraiment de mal. Peut être parce que maintenant il sait, il le ressent, ce que c'est que d'avoir un brin de sentiments pour quelqu'un au point de se tirer les cheveux. On peut devenir fou, hurler de tous ses poumons. On pourrait faire n'importe quoi tant l'émotion est si forte.
Manquant de souffle, reprenant haleine, le regard de braise se relève, et il croise le sien, son sourire. Ses pupilles se dilatent aussitôt. Sous ses yeux écarquillés, il le vit ce visage, ce sourire. Il le connaît que trop bien, autrefois, il lui appartenait. Tu te venges toujours n'est ce pas? Inconsciemment, tu continues.
Une tape? Rien que ça? Pourquoi? Désemparé, le regard du jeune homme s'abat sur son épaule à l'endroit même où Keiko venait de le frapper. C'était si... extrême. Généralement, cette tape est donnée entre amis, en bon terme surtout. Mais là, à quoi joue-t'elle?

Il entend ses paroles. Il replonge son regard dans le sien, toujours perturbé par ce comportement si soudain. Que cherchait-elle à le faire réagir ainsi? L'ancien Ys?


"Tssss! J'ai changé, et tu devras t'y faire."

Tente-il de grincer entre ses dents.
Oui, il a changé, en mieux, en bien, en plus sage. Il est heureux depuis, bien plus qu'à leur époque. Pourquoi veut-elle refaire ressortir ce qu'il a de plus mauvais en lui? Il n'était pas un chic gars, il n'aime rien. Il haïssait le monde, sa société, ces errants. Mais elle, elle ne l'a jamais remarqué. Et maintenant, elle désire revoir l'ancien Ys. Egoiste. Egoiste.
Serrant des poings, le garçon reprend une profonde respiration quand cette dernière reprit la conversation. Enfin une conversation assez ironique en soit. Finalement, il le comprend, ce n'est pas bon pour lui qu'elle soit ici, aussi près de lui.

Se tenant droit, aussi proche et distant à la fois, il vit cette poignée main tendue. Il aurait bien aimé répliquer quelque chose, mais il ne faut pas, c'est ce qu'elle veut. Elle veut le pousser à bout, faire sortir ce qu'il y a de plus mauvais en lui.
Il jette un œil à cette main dont il aurait aimé prendre comme une paix. Mais il reste sur sa défensive et la dévisage. Il ne supporte pas qu'on puisse se moquer de lui. Lui qui s'était inquiéter, lui qui pouvait ressentir sa détresse.
Et sans un mot, lui adressant un dernier regard noir, il lui tourne le dos à cette main et reprend sa marche. C'est manuel, c'est nerveux, il sort de nouveau une cigarette. Il tente de refaire redescendre cette pression. Mais elle l'harcèle de nouveau, elle se moque de lui.


"T'aurai aimé que je sois seul n'est ce pas? Ca aurait pu te consoler. Mais pour ton information, ce n'est plus le cas."

Lance-t'il brutalement en faisant un face à face soudain avec son interlocutrice.
Depuis sa trahison, depuis qu'il avait du faire des pieds et des mains pour gagner son amitié, il n'avait jamais su ou compris si elle se jouait de lui. Si elle se jouait de son malheur. Si elle continuait toujours....? Dans un sens, c'est surement pas plus mal. Après tout, il serait puni pour ses actes. Mais cette punition est longue, brutale. Une torture.
Il ne saura jamais surement ses sincères pensées car Keiko reste une fille méfiante et fière. Lassé et un brin exécrable, le Tonnerre passe une main agacé dans ses cheveux. Il se détourne d'elle et vint à dire tout haut ce qui lui semblait le plus juste à faire.


"On ne devrait plus se voir. Terrae est suffisamment grand pour deux."

Elle allait surement lui en vouloir. Elle allait surement le détestait de nouveau. Mais il lui fallait un temps d'adaptation, qu'il puisse y voir plus clair, qu'il accepte que son passé se tenait devant lui. Alors peut être qu'un jour, ils pourraient repartir du bon pied. Et surtout qu'il ne craigne pas qu'elle puisse refaire ressortir ce qu'il y avait de plus mauvais en lui.
Parce que cette rage là, il lui en aura fallu du temps pour la faire taire, l'emprisonner. Il n'est pas bon de la libérer de nouveau. Pas avec des intrus dans Terrae...


HRP> Ouais t'es vraiment une sadique xD Mais pitié, ne fais pas galérer mon Ys par la suite hein?! Qu'ils puissent faire de grosses bêtises à l'avenir héhé
Voir le profil de l'utilisateur







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 27 Aoû 2017 - 17:19
avatar
Féminin

Messages : 36
Date d'inscription : 30/07/2017




Toi spécialement toi.

Toi qui est si spéciale.




Ys & Keiko

Finalement elle avait peut-être trop bien agi ? A trop vouloir refaire surgir l’Ys qu’elle connaissait, elle l’avait poussé jusqu’à ses limites. Il lui semblait, d’après ses souvenirs, qu’il lui restait encore une infime marge de manœuvre avant d’atteindre son point de rupture. Mais visiblement celui-ci avait changé. Ys était devenu un peu plus susceptible, moins résistant que l’image qu’elle avait gardée de lui. Oui, c’était trop tard à présent pour faire marche arrière ou reprendre le fil de la discussion sous un angle différent. Toutefois Keiko n’étant pas du genre à regretter ses paroles et ses actes, elle n’arrivait pas à s’en vouloir. Pourtant elle le savait très bien, elle avait été trop loin cette fois. Surtout pour des retrouvailles après tout ce temps de perdu !

Son regard s’était adoucit, elle lui avait proposé de faire la paix en somme, de marquer une trêve et de reprendre les hostilités prochainement. Mais c’était encore une fois trop tard pour cela, Ys n’en avait cure de ses belles paroles, il n’arrivait plus à la suivre. Ce n’était pas la première fois, mais c’était tout de même un fait rare à relever. Le jeune homme ne comprenait pas sa meilleure amie, sa façon d’agir et de se comporter ne lui semblait plus aussi familière qu’avant. Et pour Kei cette révélation était des plus déstabilisantes ! Oui elle était compliquée et lui aussi était un personnage assez complexe à décrypter. Mais ils se connaissaient par cœur et ils avaient appris à s’apprivoiser l’un l’autre, à anticiper les réactions et à s’amuser de leurs bons et leurs mauvais côtés. Cependant aujourd’hui, le temps avait fait son œuvre et sans s’en apercevoir un fossé s’était formé entre eux. Uns distance existait maintenant entre eux, c’était indéniable. Infranchissable ? Elle l’ignorait totalement…

Pour une fois, les paroles d’Ys lui clouaient le bec. Elle en avait presque le souffle coupé, car elle n’était pas habituée à ce genre de situation. Keiko n’avait surtout pas l’habitude de perdre le contrôle de la situation, ou de ne plus avoir la main mise dessus, ne serait-ce qu’un peu. La demoiselle ne réussit pas à répliquer. Seulement en pensée...

*Oui on a changé… Et j’ignore si le nouveau Ys va me plaire.*

Elle le trouvait plus doux, docile, calme, plus commun aux autres mortels de ce monde en fait. Ce qui lui avait toujours plût chez Ys c’était sa différence, son caractère bien tranché, son humour si particulier, ses réactions imprévisible, ses réflexions loufoques… Elle appréciait son côté mauvais garçon, pas parce qu’elle était le genre de fille stupide qui aime les « bad boys ». Non ! Mais parce qu’elle avait su faire face à cette personnalité atypique, qu’elle la connaissait, et qu’avec elle il n’était pas comme il se montrait avec les autres. Ils avaient un lien spécial et elle croyait que c’était dû en grande parties à leurs personnalités respectives. A présent elle devait penser les choses autrement, si elle voulait pouvoir encore croire demeurer son amie.

- Comment tu peux dire ça ? Bien sûr que non je ne veux pas que tu sois seul. Je suis ton amie et je veux que tu sois heureux. Mais est-ce que tu avais besoin de changer pour l’être ? Moi je t’appréciais comme tu étais.

N’importe qui se serait simplement réjoui pour son ami, d’apprendre qu’il avait des personnes sur qui compter à Terrae, qu’il avait su créait des liens. D’ailleurs Keiko n’en avait pas douté, Ys avait toujours été quelqu’un de sociable, au moins il possédait toujours ce trait-là de sa personnalité. Mais de quel genre d’amis s’agissait-il ? Est-ce qu’il l’avait forcé à changer pour le contraindre à être comme il le souhaitait ? Est-ce qu’Ys avait peu à peu évolué à leur contact ? Elle ignorait tout cela et elle sentait bien que le garçon n’était pas dans de très bonnes dispositions pour lui fournir des réponses.

Quand il s’était remis en marche, cette fois-ci Keiko ne lui avait pas emboité le pas. Du coup quand il se tourna pour lui parler à nouveau, ils étaient à plusieurs mètres l’un de l’autre. La jeune femme regrettait que la pluie se soit arrêtée, après tout c’était la raison qui l’avait poussé à mettre le nez dehors. De plus, elle ne pouvait s’empêcher de songer que s’il pleuvait l’expression très dure et détachée que lui présentait maintenant Ys lui paraitrait moins clair et moins violente !

A présent elle frissonnait, elle croisa ses bras sous sa poitrine. Elle n’arrivait pas totalement à définir si c’était dû à cette conversation, ou au froid du climat qu’elle semblait ressentir d’un coup. Peut-être était-ce les deux à la fois ? La miss fit quelques pas, se rapprochant très lentement du garçon qui s’était figé sur le trottoir tout en prenant soin de rester dos à elle. A un peu moins d’un mètre de lui, elle se figea à son tour. Elle regarda son dos et soudain il lui sembla qu’il s’agissait d’une montagne neigeuse, glaciale, infranchissable et meurtrière. Kei souffla un instant comme pour rassembler son courage. Puis elle fit à nouveau un, deux, trois petit pas pour se retrouver une nouvelle fois à ses côtés. Elle garda ses bras serrés sous sa poitrine, se frottant les bras avec les mains pour se réchauffer un peu et se donner plus de consistance. Ce fut assez ardu, mais elle réussit à lever son regard jusqu’aux yeux à présent emplis de haine et d’amertume d’Ys. En tout cas c’était les seuls sentiments qu’elle arrivait à y déceler pour l’heure. Pour sa part, quelque chose s’était brisée en elle.

- Arrête ne dis pas cela ! Car si tu le penses vraiment, si tu veux franchir cette porte et sortir de ma vie, cette fois-ci se sera pour toujours. Ce n’est pas une menace que je te fais-là Ys, c’est une promesse.

Sa voix était étrangement douce, si on faisait exception de la première phrase, qu’elle avait lancée tel un poignard tranchant. Dans le fond de sa voix, il y avait un voile de tristesse, qu’elle tentait de ravaler fièrement. Elle n’en était pas coutumière de ce sentiment et cela la dérangeait. Comme si elle avait un gros chat dans la gorge qu’elle voulait étrangler à mains nus.

-  Je vais te laisser, je pense qu’on a besoin de temps pour y voir plus clair. Et on pourra…

La jeune femme ne savait plus comment finir cette phrase. Tout comme elle ignorait s’ils auraient un futur commun et de quoi celui-ci serait fait… Elle le dépassa et marcha sur le trottoir en regardant droit devant elle, sans se retourner. Est-ce qu’Ys la rattraperait ? Est-ce qu’il l’écouterait et la laisserait partir ? Ce n’était plus de son ressort à présent… Les pensées dans sa tête se bousculaient, se disputaient, fusaient à une vitesse folle. Keiko sentait qu’il fallait qu’elle trouve quelque chose pour se vider l’esprit au plus vite.

HRP> La douche froide que t’as foutu à Kei o_o ! Du coup ça m’a énervé et pour te punir j’ai encore plus écrit ! Nah ! >_<.
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 27 Aoû 2017 - 23:17
avatar
Masculin

Messages : 1392
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : Soit je bosse en cuisine avec Aria, soit je suis avec mon groupe les Paws up! :)
Humeur : Ça va, je vais bien!

Quelque chose s'est brisée. Durant ces années d'absences, de silence, ils ne se comprennent plus. Ils pourraient être de parfaits inconnus, ou presque. Leurs attentes sont différentes, ils ne se regardent plus comme autrefois.
Ys ne comprend pas les attentes de Keiko. Il les trouve dangereuses. Cela lui avait pris du temps à se contrôler, bien que ce ne soit pas forcement parfait. Aujourd'hui il était entouré d'amis, de véritables amis. Lui qui était toujours froid, violent. C'est tout ce qui lui reste, l'image qui lui reste. Keiko ne voit que ça chez lui? N'accepterait-elle pas le changement?
Pourtant Ys le sent, quelque chose s'est brisée. Il n'avait pas été là pour elle, il n'avait pas répondu présent. Et encore moins lorsque sa sœur lui fut arrachée. Il ne sait plus comment la consoler. Leur lien si particulier était il à jamais rompu?

Il ne veut pas le croire, il doute. Seulement, il aurait besoin de temps pour réapprendre comment se comporter cette ancienne Keiko. Il ne désire ne plus la perdre, mais il doit réfléchir comment arrondir les angles. Et surtout, il doit digérer sa présence à Terrae. Il doit l'accepter. Autrefois, il aurait su assumer toutes ces émotions puisqu'il n'en avait pas. Mais désormais tout est diffèrent.
Il la toise du regard et lui tourne le dos. Keiko est loin désormais, sa Keiko.

Ses pas seuls sont responsable du brisement. Le silence est lourd. Et pourtant ses paroles résonnent encore. "Moi je t’appréciais comme tu étais." Elle était surement la seule. Jamais Ys ne s'était aimé ainsi. Imprévisible. Dangereux. Violent. Manipulateur. Fourbe. Menteur. Qu'avait-elle pu aimé là dedans? Elle divague ou bien elle a un soucis qu'autrefois il n'avait pas détecté. Pourtant il voudrait croire, qu'à cette époque, elle était la seule à avoir décelé quelque chose chez lui. Quelque chose que lui même n'aurait pas crus d'exister: une humanité.
Il avance, il ne désire plus l'entendre. Leurs paroles n'ont plus rien en communs, ils ne sont plus sur la même longueur d'ondes.
Mais voilà que la jeune femme ne tient pas à en rester là. Et croisant son regard, Ys fut agacé de la voir de nouveau devant lui. Pourtant ses paroles furent comme un poignard. Encore une fois? C'est qui lui traversa l'esprit? Non pas encore une fois. La dernière fois.
Une promesse qu'il n'aurait jamais aimé entendre. Malgré tout, il ne sait quoi répondre, il la toise du regard. Il ne désire plus lui répondre. Les mots lui manquent. Il n'a pas la force de lutter, pas cette fois.

Elle lui échappe. Elle lui tourne le dos, laissant ses cheveux se soulevaient sous la brise, lui caressant le visage. C'était comme si elle venait de lui glisser entre les mains.
Figé, il se contente d'observer cette silhouette disparaître. Son esprit divague, ses jambes refusent d'avancer. Leur relation avait toujours été quelque peu "tordue". Le chat et la souris. Je t'aime, moi non plus. Son côté démoniaque. Il s'en va, loin jusqu'à disparaître de sa vision.

Un bus vint de l'opposé. Il s'arrête à son arrêt habituel. Il y a du monde, mais le Tonnerre ne le perçoit pas. De toute manière, plus rien autour n'a d'importance. La vie vous réserve de biens mauvaises surprises. Elle a un  goût amère pour les blagues. Le Tonnerre aurait pu se téléporter pour rentrer. Cela l'aurait prit que quelques secondes. Mais il préfère monter dans ce bus. Cette fois, il va prendre le temps de réfléchir, tout au long du trajet et bien plus encore chez lui. Il prendra le temps de clarifier les choses. S'il désirait revoir Keiko. S'il désirait retrouver cette amitié.
Car quoiqu'il en soit, elle reste spéciale.


HRp> Ah non mais c'est trop méchant comme vengeance è_é
Bon maintenant, dès que tu auras plus de temps dans tes rp's, je veux un autre rp.
Cette fois, ça sera diffèrent et surement plus joviale, ok ma gueule?! :D
Voir le profil de l'utilisateur







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

 

Toi, spécialement toi. Toi qui est spéciale (Pv Keiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Restaurant.