Partagez | 
Pourquoi aller à la piscine si on peut nager dans le lac ? (Alice :3)
##   Ven 25 Aoû 2017 - 3:27

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

J’ai eu de la chance aujourd’hui. La météo est superbe, il fait chaud et le lac est désert. Enfin, pour le moment, et je compte d’en profiter, surtout parce que je suis persuadé que ça ne durera pas longtemps. Il fait trop beau pour que les gens restent enfermés dans leurs chambres, après tout, et les autres endroits où on peut aller peuvent accueillir juste un nombre finit des personnes avant d’être débordés. Quoi que, la plupart des gens semblent ne pas vraiment prêter attention au fait qu’il y ait ou non une foule autour. Peut-être ils vont tous éviter cet endroit. C’Est peu probable vu la température, mais bon, il y a la piscine aussi. Il y a la possibilité que les gens préfèrent aller là-bas.

Ce qui est la raison exacte pourquoi je suis ici et pas à la piscine. Beaucoup moins de monde. Et l’eau et plus fraiche, aussi, ce qui dans cette situation est plus qu’agréable. Bon, après, ce n’est peut-être pas si propre, mais en même temps, ce n’est pas comme si on ne doit pas prendre une douche après nager dans la piscine non plus. Enfin, à moins de vouloir sentir le chlore.

Je me déshabille, décidant de laisser mon T-shirt et mon pantalon sur le bord du lac. Il n’y a personne après tout, et même si quelqu’un arrive pendant que je suis dans l’eau, je ne pense pas qu’il aurait un intérêt à voler mes habilles. Surtout qu’il n’y a rien valeureux dans mes poches à part la clé de ma chambre – mais pour que celle-ci sers à quelque chose, il faut encore savoir quelle porte elle ouvre.

L’eau est froide en comparaison avec la température ambiante de l’air. Cela semble être d’autant plus le cas pour mon corps échauffé grâce au soleil. J’y vais doucement, pas à pas jusqu’à ce que l’eau arrive au niveau de ma taille. Et puis j’inspire profondément et saute ver l’avant, les bras droit comme si je sautais la tête en premier. Je viens à peine de me submerger que je me redresse tellement la différence de température se fait ressentir. Mais ça ne dure pas longtemps avant que je ne trouve l’eau du lac juste confortablement rafraichissante au lieu de froide.

Je ne vois plus le temps passer quand je commence à nager dans le lac, faisant des cercles et tentant de faire le trajet le plus long possible sans m’arrêter de cette manière. Je ne fais pas trop attention à la rapidité cette fois-ci, préférant me focaliser sur l’endurance. Finalement, quand je m’arrête, ce n’est pas parce que je suis fatigué, mais parce que je me demande combien de temps est passé. Difficile à dire, puisque ma montre est resté au bord avec le reste de mes affaires et je n’ai pas tellement envie de ressortir encore. Au lieu de ça, je préfère tenter de plonger un peu.

Une petite hyperventilation pour pouvoir tenir plus longtemps et c’est partie. Une fois sous l’eau, je tente d’ouvrir les yeux, mais change d’avis rapidement et décidé qu’il vaut mieux ne rien voir. Faudrait que je m’achète des lunettes pour nager un de ces jours, ça serait quand même sympa d’y voir quelque chose sans que mes yeux ne brûlent. Qui sait, peut-être je trouverais quelque chose au fond, puisque je plonge uniquement dans les parties du lac où j’ai déjà regardé la profondeur pour ne pas descendre trop bas par erreur.

Je reste en bas jusqu’à ce que je n’en puisse plus et remonte en me propulsant du fond. J’arrive à la surface en vitesse, ma tête et mes épaules sortant de l’eau avant que la gravité ne me rappelle vers le bas encore et je retombe, bien que j’arrive facilement à piétiner. Avec une main, j’enlève mes franges de mon visage alors que je frotte mes yeux avec l’autre avant de les ouvrir. Une des premières choses que j’aperçois quand je regarde vers le bord le plus proche est une fille aux cheveux courts qui me regarde. Ou du moins elle semble regarder dans ma direction. Je n’ai aucune idée de quand est-ce qu’elle est arrivé, mais elle doit être là depuis quelques minutes déjà.

Eh bien, on dirait que le temps pendant lequel j’ai le lac que pour mois est terminé. Je savais que cela ne pourrait pas durer longtemps.


##   Ven 8 Sep 2017 - 13:44

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 500
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Depuis qu'Alice est rentrée de France, elle s'occupe principalement de soutenir Hamilton et d'aider ses amis dans le besoin. Avec l'hospitalisation de Nicolas, ça fait un peu de mouvement. Elle n'est d'ailleurs toujours pas passé voir son ami. Elle ne s'en sentait pas encore capable. L'aider de loin, demander à Hamilton comment se passe ses visites, et puis continuer d'aller en cours, et organiser des cours d'arts avec les petits en dehors de ses plages horaires, c'est compliqué.

Alice se sentait bien chez elle, loin de tout, elle a pu se reposer un peu, malgré les sensations et les réactions d'Hamilton. Elle savait que ce ne serait pas évident, elle est, au final, plutôt heureuse de la tournure qu'on prit les choses. Son père lui manquait déjà pourtant, et sa cabane aussi. Elle était un peu fatiguée de tout cela. Pourtant, la petite Terre n'était pas décidée à abandonner. Aujourd'hui, elle prenait un jour pour elle, et tout irait bien les jours d'après. Alice était un petit arbre, robuste, il lui fallait simplement un peu de repos avant de continuer à endurer.

Aujourd'hui, la jeune fille a décidé de se rendre au lac. Se promener un peu, là où il y a peu de monde. Se reposer. Peut être se glisser un peu dans l'eau. Il fait beau aujourd'hui, la chaleur du soleil frappe sa peau déjà ambrée de l'été. Elle marche seule dans les bosquets qui entourent le lac. Les bras écartés, elle respire profondément, marche tranquillement. Elle étire ses membres, le plus loin possible, comme pour s'agrandir. Elle se met à sourire, de son sourire tranquille et doux qui la caractérise. Un petit soupire de bien être lui échappe, elle se sent bien là, au milieu des arbres, plongée dans le soleil, respirant l'air chaud. L'avantage avec les journées chaudes, c'est que les gens se réfugient à l'intérieur ou à la piscine.

En arrivant au lac, elle aperçoit un peu de mouvement. Un garçon nage au milieu du lac, puis s'approche du bord et plonge. Elle voit ses vêtements non loin. Elle ne s'inquiète pas et continue de se promener. Et puis lorsqu'elle tourne de nouveau la tête vers là où il a plongé, il ne ressort pas. Elle fronce un peu les sourcils, se rapproche. Alice se souvient d'autres situations similaires, pas forcément dangereuse... Il s'amuse seulement, sûrement. Mais elle ne se souvient que trop bien aux thermes. Sa rencontre avec Hamilton en fait. Elle avait eu peur, et elle ressent la même chose. Il va revenir à la surface, pas vrai ?

Lorsqu'il ressort le tête de l'eau, elle se met à sourire, rassurée. Son attitude doit paraître un peu étrange, il la regarde lui aussi. Elle ne veut pas le déranger. Et comme il est là, elle ne sait pas si ça le dérange de la voir en sous-vêtements, puisqu'elle aimerait aller se baigner à son tour. Avant, elle ne se serait pas posé la question, mais à force, elle sait que cela peut embarrasser. Mais comment le lui demander ? La Terre ne se pose pas de questions trop longtemps, et finit par agiter sa main dans sa direction pour lui dire bonjour.

« Salut ! Est-ce que ça te dérange si je me baigne également ? »

Elle irait de l'autre coté, lui laissant la place et la solitude qu'il semblait apprécier. Elle ne voulait réellement pas le déranger.



Moonshine:
 
##   Mar 12 Sep 2017 - 22:17

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

La jeune demoiselle au bord du lac agite sa main vers moi comme pour attirer mon attention. J’allais tout simplement continuer à nager sans me soucier d’elle, mais pour le coup, je reste en place et j’attends ce qu’elle fera, m’approchant juste un peu dans sa direction pour mieux l’entendre. La raison pour laquelle m’interpelle me surprend un peu. Pourquoi me demander si elle peut me rejoindre ? Ce n’est pas comme si le lac m’appartenait, doc à priori, ce n’est pas comme si je peux lui interdire de venir se baigner. Je finis par lui faire non de la tête avant de répondre vocalement.

« Je ne vois pas pourquoi cela me dérangerait, mademoiselle. Il y a plus qu’assez de place pour deux personnes après tout. »

Ceci est assez évident. C’est un lac. S’il était assez petit qu’une personne le remplie, ça serait pas un lac mais un bassin. Ou une baignoire.

Bon, après, elle a peut-être demandé ça parce que cela peut être embarrassant pour l’un de nous de voir l’autre sans habits. Mais en même temps, c’est exactement la même chose à la piscine. Du moins c’est ce que je me dis. Et puis, dans ce cas-là, je n’ai qu’à regarder ailleurs le temps qu’elle se déshabille et rentre dans l’eau. Idem pour elle aussi. Contrairement à l’eau chlorée de la piscine, l’eau du lac est loin d’être transparente, donc une fois dedans, on ne peut pas voir grand-chose de ce qui est sous la surface. Du coup, une fois dans l’eau, la gêne devrait être éliminé.


##   Mer 13 Sep 2017 - 1:23

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 500
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Le jeune garçon se rapproche un peu du bord. Alice a parlé un peu fort pour se faire entendre. Elle le regarde faire non, son sourire s’élargit déjà avant même qu’il commence à parler. Sa réponse semble être évidente. Alice ne le prend pas mal du tout, au contraire, elle est très heureuse de ne pas le déranger. Alice n’est absolument pas dérangée par la nudité des autres. Pour elle, ce n’est pas très important, puisqu’Alice ne sexualise pas les corps, Alice les regarde comme ils sont. Après tout, les humains sont tous semblables. Elle a cependant intégré que ce n’est pas forcément évident pour les autres.

« Merci ! Je suis d’accord, je ne veux simplement pas te déranger ! »

Elle lui sourit, puis, sans demander son reste, Alice retire son t-shirt et son short. Elle les plie soigneusement et les pose sur le bord, un peu plus loin que ceux du jeune garçon. Alice ne porte cependant pas de soutien-gorge. N’étant pas spécialement dotée de formes, le corps d’Alice n’est plus celui d’une enfant. Mais la Terre s’en fiche, pour elle, ce n’est pas important. Elle se redresse tranquillement, simplement vêtue de sa culotte noire, et entre dans l’eau. La sensation de frais parcourt tout son corps, lui donnant la chair de poule pendant quelques instants. Elle entre lentement dans l’eau, s’habituant à la température. Une fois arrivée aux épaules, elle nage un peu pour se réchauffer.

Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas nagé. Et cela lui apaise l’esprit. Elle se concentre sur la tâche qu’elle fait, ne fait pas attention au reste. Alice nage d’une rive à l’autre, un peu à l’écart du jeune garçon, ne souciant plus du tout de sa présence.

Désolée c'est aussi un peu court, tu me dis si tu veux que j'ajoute des choses ou quoi !



Moonshine:
 
##   Mer 13 Sep 2017 - 13:24

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Encore une fois, je ne vois vraiment pas pourquoi la jeune demoiselle pensait qu’elle m’allait déranger. Le lac est très grand, après tout, ce n’est pas comme si on était dans une piscine remplie à fond où il faut faire gaffe à ne pas donner un coup de pieds ou un coup de coude à quelqu’un d’autre en nageant. Mais je comprends peut-être une des raisons pour laquelle elle a dit ça quand elle commence à se déshabiller comme si je n’étais même pas là. Disons qu’une telle réaction n’était pas ce à quoi je m’attendais. Je tourne vite la tête, puis la secoue avant de me remettre à la nage. Sérieusement, cela ne devrait plus me surprendre. Terrae est remplie des gens qui ont des qualités plus ou moins bizarres. D’ailleurs, je suis certain que d’autres gens pensent ça de moi aussi, alors je ne devrais probablement rien dire.

La jeune fille entre dans l’eau et deviens plus ou moins une partie du paysage, tout comme je le suis probablement devenu pour elle. Comme prévu, le lac est plus qu’assez grand pour qu’on puisse y nager tous le deux sans se gêner. Je suis assez persuadé que je ne suis pas le seul à me sentir comme s’il n’y avait personne d’autre que moi.

Je remarque un mouvement du coin de l’œil. Un mouvement qui me parait un peu bizarre. M’arrêtant, je tourne la tête pour voir, mais n’aperçois rien de bizarre. Hum. Ça a dû être mon imagination. Ou peut-être juste le vent. C’est ce que je voudrais croire, mais c’est un peu difficile de me dire que le vent m’a joué un tour quand la chose se répète au moins trois fois. Au bout d’un moment, je commence même à me sentir observé. C’est qui est idiot, parce que je sais bien qu’appart la jeune demoiselle dans l’eau, il ne devrait y avoir personne d’autre sans qu’on ne le voit venir.

C’est bon, j’en ai marre. De toute manière, ça fait deux bonnes heures que je suis là, alors il est temps te partir de toute manière. Je me dirige vers le bord du lac où j’ai lassé mes affaires, puis ressort et essore mes cheveux. Je me fige cependant quand mes yeux tombent sur mes affaires. Le T-shirt est là. Mon pantalon, par contre, a disparu, aussi bien que ma montre. Et bien évidemment les clés, puisque je les ai mis dans une des poches de mon pantalon. Super…

Mais pourquoi prendre tout sauf le T-shirt ? Ça aurait été que la montre, j’aurais compris, elle n’a pas l’air d’avoir extrêmement de valeur, mais c’est une bonne montre. Le pantalon, par contre… bah, c’est juste un vêtement. Pourquoi le prendre et laisser l’autre ?

A moins que je ne suis pas le seul à me faire voler un vêtement sur les deux présents. Je jette un coup d’œil rapide sur les affaires de la jeune demoiselle qu’elle a laissé à côtés des miens. Je pense l’avoir vu les plier avant que je n’ai retourné la tête. Ils sont certainement pas pliés maintenant, bien que je ne regarde pas assez longtemps pour vraiment voir si quelque chose lui a été pris. Mais je suis assez persuadé que oui, en fait. Et merde…

« Mademoiselle ? »

Je décide de l’interpeler en me tournant. Quand elle s’arrête dans l’eau et me prête son attention, je lui fais signe de la main pour qu’elle vienne.

« Pourriez-vous venir un instant ? Je viens de remarquer que quelqu’un s’est servi dans mes affaires, donc c’est possible qu’il s’est servi dans les vôtres aussi. »

Je dirais même presque sûr plus que juste ‘possible’, mais bon. Elle avait peut-être de la chance et c’est juste le vent. Pas vraiment une possibilité dans mon cas, vu que le vent ne peut pas vraiment faire disparaitre un jean. Sans parler d’une montre. A moins que ce ne soit le travail d’un autre Air, mais les mouvements que j’avais aperçu avant ne semblaient pas être juste de l’air.

Je soupire et passe ma main dans mes cheveux mouilles en attendant la jeune demoiselle. Soudainement, je remarque quelque chose au sol, à côté de mon t-shirt abandonné. Une trace de passage, on dirait. L’empreinte d’un pied. Mais un pied bizarre, qui ressemble plus à une grenouille gigantesque. Je hausse les sourcils en regardant cette marque au sol.

OK. Trois possibilités. Première, je deviens complétement taré et j’hallucine. Deuxième, il y a quelqu’un qui essaye de nous jouer un tour. Troisième, un monstre vit dans ce lac et c’est lui qui a volé mes affaires pour une raison qui m’échappe.

Mouais, on va plutôt se focaliser sur la deux, on garde la une à l’esprit et la trois… bah… elle ne peut pas être vraie de toute manière.

HRP:
 


##   Jeu 14 Sep 2017 - 16:28

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 500
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alors qu'Alice nage dans l'eau, elle retrouve des sensations qu'elle n'avait pas ressenti depuis longtemps. Plonger, toucher le fond, remonter. Petite, Alice avait peur du sol des lacs, ne sachant pas s'il était vivant, puisque visqueux et volatile. Aujourd'hui grâce à sa maitrise, la Terre est capable de maitriser la vase du fond, elle sait comment entrer en contact avec. Elle s'amuse à durcir le sol juste ses pieds, pour mieux s'y appuyer et remonter avec plus d'élan et replonger. Très vite, Alice se sent très à l'aise dans un bassin qui est finalement composé de terre et d'eau. Elle s'expulse d'un bord à l'autre, elle s'amuse comme une enfant, en oublie doucement les soucis qui la taraude depuis quelques temps.

Au bout d'un moment, elle se met à nager sur le dos, sortant juste la tête de l'eau, brassant mollement l'eau pour avancer. Elle regarde le ciel, les nuages, elle se retrouve un peu mieux là, oubliant la présence du garçon non loin d'elle. Elle respire lentement, et puis s'immobilise. Les bras écartés, elle flotte lentement dans l'eau. Elle n'entend plus les sons normalement, seulement les bruits étranges de l'eau.

Alice ne remarque pas les mouvements sur la berge, Alice est plongée dans son monde, elle se retranche en elle-même pour essayer d'aller bien comme il faut. La petite Terre y arrive sans grande difficulté. Elle a toujours réussi à faire comme cela. Apaisée, elle ferme les yeux, et profite des rayons du soleil qui frappe sa peau. Elle laisse ses barrières s'ouvrir, n'entendant les pensées de personnes autour. Quand soudain, elle entend des pensées plus fortes, qui tendent vers elle. Elle ouvre brutalement les yeux, et se retourne dans l'eau. Le garçon l'appelle. Elle l'écoute tout en s'approchant.

Les affaires ? Oh non, elle espère qu'ils n'ont pas prit son collier. Elle sort de l'eau rapidement, l'air absolument naturelle, toute nue qu'elle est.

« Merci, je vais regarder... »

Ne reste de ses vêtements que son t-shirt, complètement déplié. Elle cherche à l'intérieur, le secouant, et entend un petit choc au sol. Son collier est toujours là. Soulagée, elle l'accroche à son cou, puis se redresse. Elle tourne la tête vers le garçon, et lui demande, sa voix toute douce un peu embêtée.

« Qu'est-ce qu'ils t'ont prit à toi ? Je n'ai même plus de serviette pour me sécher... »

La Terre semble calme malgré la mésaventure qui leur arrive. Elle suit le regard du jeune homme pour tomber sur les traces, et fronce les sourcils. Hmm... C'est étrange. Elle se rapproche de lui, son unique vêtement à la main. Alice n'est ni gênée par sa nudité, ni par la proximité avec l'autre. Elle est par contre bien embêtée par cette situation générale.
Elle soupire, puis réfléchit rapidement. Elle finit par s'adresser au garçon avec un léger sourire.

« Pour commencer, je m'appelle Alice. Est-ce que tu as vu quelque chose de particulier à part cette empreinte ? Parce que la seule hypothèse que je vois c'est qu'un Morphe nous a volé nos affaires. A moins qu'on ait dessiné cette forme, ou qu'il existe bel et bien une créature de ce genre... »

Chercher à deux, ce sera plus simple, c'est ce que se dit Alice. Elle ne connait pas l'affinité du garçon, mais ils arriveront bien à faire quelque chose tous les deux.



Moonshine:
 
##   Dim 24 Sep 2017 - 18:43

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Apprendre des choses, celles que je dois pour la fac et celles que je veux arce qu'elle m'interessent. C'est cool les etudes en Allemagne :p
Humeur : Interchangeante et difficile à deviner quand elle diffère à la norme

Je ne regarde pas la jeune fille quand elle sort de l’eau, aussi bien par politesse que parce que ce n’est pas le moment de me comporter comme un gamin de quinze ans qui n’a jamais vu une fille nue. Je tente de trouver d’autres traces, quoi que ce soit, mais je ne trouve rien du tout. Mais en fait, j’aurais dû m’y attendre. Dans une situation comme ça, qui est probablement une blague stupide d’une personne encore plus conne, il était clair que la trace bizarroïde serait la seule chose que je trouve. Je clique ma langue, irrité un peu par la situation, puis secoue la tête pour me calmer et pour ne pas faire penser la fille derrière moi que mon irritation est envers elle.

« Kurei Yataro. Et l’état de mes affaires est à peu près le même que le vôtre. »

Je lui réponds avant de me redresser et de mettre mon t-shirt, qui aspire vite toute l’eau sur mon corps et se colle à ma peau. Tant pis, il sèchera plus tard et là, je préfère d’avoir  mes deux mains libres. Quand je retrouve l’idiot qui nous a joué ce tour, il va vite savoir que je n’ai pas apprécié.

« Après, je pense avoir vu quelqu’un au bord quelques fois, mais il n’y avait personne à chaque fois que je tournais la tête, donc j’ai pensé que c’était mon imagination. »

Ce qui est toujours possible, voyons. Le voleur peut être un fantôme après tout, non ? OK, ok, c’est bon, j’arrête mes sarcasmes. Je soupire et passe ma main dans mes cheveux à l’arrière de ma tête. Alors, réfléchissons. La trace bizarroïde mise à part, qui aurait pu prendre nos affaires ? Et il partirait vers où ? A sa place, je resterais pas dans le coin, c’est sûr. Mais ce n’est pas comme s’il y avait juste une possibilité vers où s’enfuir. En fait, il pourrait être dans tout Terrae, selon combien de temps ça fait qu’il s’est barré et donc combien de temps il (ou elle) avait pour fuir.

En même temps, à moins que ce soit quelqu’un qui sait voler, partir sans laisser aucune trace est peu probable. Et non, je ne compte pas la marque d’une grenouille humanoïde géante. Quoique, si c’est un Morphe, c’est peut-être une possibilité.

« Vous avez remarqué quelque chose, vous ? Autre que cette trace, je veux dire. »


##   Dim 1 Oct 2017 - 0:17

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 500
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Kurei. Hm, ce nom lui disait quelque chose. Cependant, elle ne s'y attarda pas plus que ça. Sans serviette pour se sécher, Alice enfile simplement son t-shirt sur son corps trempé. Le tissu vient coller sa peau, laisse apparaître des fragments de son petit corps. Elle voit au regard du garçon qu'il n'a pas forcément envie d'être confronté à sa vision, mais elle ne peut pas se sécher autrement. Elle entend, en allégeant ses barrières, beaucoup de pensées brouillonnes. Trop rapides pour qu'Alice puisse les saisir, elle entend cependant les mots et images les plus fortes. Il ne semble pas content du tout, ce que la Terre comprend bien.

« Enchantée Kurei, malgré le fait qu'il aurait été préférable de nous connaitre dans d'autres circonstances. Et euh... Tu peux me tutoyer tu sais. »

Le vouvoiement déstabilise facilement Alice. Elle a pour habitude de tutoyer très vite et avec beaucoup de facilité. Elle adresse pourtant un sourire au garçon. Il fait rapidement comme elle et enfile son t-shirt. Ils cherchent qui pourrait faire cela. Voler des pantalons et des serviettes n’est pas quelque chose de très… Utile ? Si ? Alice en doute, très clairement. Elle l’écoute lui parler de ce qu’il pense avoir vu. Il ne devait pas rêver au final… Mais s’il a regardé et qu’il n’y avait personne, c’est tout de même très étrange. Elle sent dans sa façon de parler qu’il est en colère. Elle le comprend tout à fait. Elle semble pourtant très calme et posée. Elle réfléchit à comment pouvoir retrouver ses affaires, sans pour autant céder à toute émotion trop négative. Telle est faite la petite Terre.
« Non, je n’ai vu personne, ni rien entendu. J’étais sur le dos, je n’entendais pas… Et très sincèrement, je doute que cette trace soit réelle. Mais en même temps, je connais peu les limites des Morphes, mais il me semble qu’ils ne peuvent pas se transformer en quelque chose qui n’existe pas… »

Elle croise ses bras tout en continuant sa réflexion. Qu’est-ce que cela pouvait être ? Elle fronça un peu les sourcils, puis s’agenouilla sur le sol, et posa sa main à plat.

« Je suis Terre, je vais voir si je peux sentir quelque chose, mais je ne garantis rien. Sinon, il faudra probablement bouger pour chercher… »

Ou aller se changer. Maintenant, ils seront bien obligés de se déplacer comme cela. Alice se demande comment les autres pourraient réagir. Sa condition ne la dérange pas plus que ça, mais elle ne sait pas trop quoi faire pour faire face aux autres… Et vu la réaction de Kurei, ça n’a pas l’air très bien accepté. Bien que lui ai eu la gentillesse de l’accepter tel quel. Et en cela, Alice en est reconnaissante.



Moonshine:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Pourquoi aller à la piscine si on peut nager dans le lac ? (Alice :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Lac.