Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Eeeeet Sibylle est dans la place ! [terminé]
#   Lun 11 Sep 2017 - 11:41

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 24
Emploi/loisirs : se tourner les pouces dans un lit d'hôpital
Humeur : bof quoi... mais j'essaie de ne pas trop le montrer

Carte d'identité.

Prénom : Sibylle
Nom : Dinkel
Âge : 23 ans
Affinité et pouvoir : Feu Solaire
Greffe : -






Apparence.


Sibylle aime se regarder dans le miroir. Elle aime y voir son visage plutôt ovale et ses cheveux roux et soyeux, ondulant sur ses épaules lorsqu’elle les laisse détachés, son front court caché par sa frange de côté qui apporte un peu de folie à l’ensemble, ses sourcils fins au-dessus de ses yeux verts pétillant de vie, son nez droit et délicat, ses joues lisses, sans défauts, ses fines lèvres roses dont elle est particulièrement fière… Elle aime l’harmonie qui se dégage de son faciès, car même si elle n’est pas un canon de beauté selon les standards de la société, elle estime avoir son charme et ça lui plaît.

La rouquine est parfaitement à l’aise avec sa taille et son poids, 171 centimètres pour 58 kilogrammes, son teint pâle et ses formes de femme. Elle apprécie ses longues jambes musclées, ses fesses rebondies, son ventre plat et ferme, sa poitrine moyenne et ses épaules carrées. Ce corps, elle en a pris soin, elle l’a modelé grâce à la danse qu’elle pratique intensivement et avec passion. C’est pour cette raison qu’elle se surveille, qu’elle s’observe avec tant de précision. C’est très important pour elle de se maintenir en forme. C’est vital.

La danseuse quitte son reflet pour se diriger d’une démarche gracieuse et aérienne vers son armoire. Tous ses gestes sont élégants, précis, soignés, délicats. Elle dégage force et détermination à chaque mouvement, imposant sa place dans l’espace sans effort. Lorsqu’elle marche dans la rue, les gens ne peuvent s’empêcher de détourner le regard de leur but pour l’observer, non pas pour cette beauté qu’elle n’a pas, mais pour ce charisme mystérieux qui émane d’elle. Si sa silhouette et son animation intrigue les autres, sa voix quant à elle n’a rien de particulier. Elle est banale, mais animée et vive. Se situant plutôt dans les aigües, elle n’en est pas moins agréable à entendre, mais pas inoubliable.

La jeune femme ouvre son armoire. Elle ne sait pas encore ce qu’elle va mettre aujourd’hui. Elle parcourt du regard toutes les robes qu’elle possède. Elle les adore toutes, malgré leur style très varié : des courtes, des longues, amples ou moulantes, de toutes les couleurs ou presque, en soie, en coton ou synthétiques, à fleurs ou d’autres motifs, très décolletées ou au contraire avec un col haut et des manches longues, des dos nus, des fonds échancrés, … elle a un peu de tout, mais seulement ce qui lui va et surtout ce qu’elle aime. Lorsqu’elle va faire les magasins, elle fonctionne au coup de cœur. Si le vêtement ne lui saute pas aux yeux, elle ne l’achète pas. En tournant la tête, elle observe alors le reste de son armoire, les jupes sur lesquelles elle a craquées et les quelques rares pantalons qui lui ont plu, les pulls et chemises assortis aux jupes, parce qu’elle achète tout par ensemble pour éviter de se retrouver avec des éléments dépareillés qu’elle ne mettra jamais. Et puis, il y a des collants, plein de collants, et des hauts moulant pour le sport, éléments indispensables de sa garde-robe.

Celle qui aime particulièrement porter des robes referme les portes de son armoire et se dirige vers un autre meuble, celui pour les chaussures et là aussi, le coup de cœur est obligatoire. Elle porte souvent des sandales ou des ballerines, des talons de toutes les tailles avec lesquels elle n’a aucune peine à se déplacer ou même à danser, mais vous ne la verrez jamais en baskets. Elle les a en horreur. Elle préfère des souliers qui mettent en valeur la forme de ses jolis pieds. En hiver, elle optera plutôt pour des bottes hautes. Elle a deux meubles à chaussures remplis pour avoir une paire s’accordant parfaitement avec n’importe laquelle de ses tenues.

Enfin… ça, c’était avant…




Caractère.


Sibylle est pleine de vie et n’a pas peur de le montrer. Certains trouveront son extraversion exubérante, mais il faut dire qu’elle se fiche pas mal de ce que les autres pensent d’elle. Les seuls avis qui comptent à ses yeux sont ceux des personnes proches d’elle, sa famille, ses amis, le reste n’a que peu d’importance. Les gens peuvent bien parler, elle sait qui elle est, ce qu’elle se veut dans la vie et quoi faire pour y parvenir. Elle est donc plutôt sûre d’elle et se remet rarement en question. Elle a des avis bien tranchés et n’a pas peur d’exprimer ce qu’elle pense. Elle réfléchit d’ailleurs souvent à ce qu’elle dit seulement après l’avoir exprimé. De ce fait, elle est souvent trop franche, trop abrupte et parfois même blessante, mais c’est justement cette honnêteté, cette authenticité que les gens apprécient. Elle dégage une sorte de charisme fort que certaines personnes trouvent imposant.

L’extravertie est déterminée, patiente et persévérante dans tout ce qu’elle entreprend, penchant même vers l’obstination. C’est une battante et elle accueille chaque épreuve que la vie lui envoie avec courage. Elle n’a jamais baissé les bras, même lorsqu’on lui a dit qu’elle n’était bonne à rien. Au contraire, elle a utilisé ces remarques pour en faire une force. Elle ne s’est jamais laissée submerger par la peur, mais l’a constamment surmontée pour devenir plus solide, plus résistante. Elle a d’ailleurs toujours été très autonome, malgré le fait, osons l’avouer, qu’elle n’est pas très intelligente. Elle n’a jamais brillé à l’école et il lui faut généralement longtemps pour comprendre des notions basiques ou encore certaines blagues dans des conversations de tous les jours. Elle ne vous tiendra jamais un discours enflammé sur l’importance de ne pas trop irriguer les champs pour éviter leur salinisation et ne vous questionnera pas sur la définition de l’être humain ou ce qu’il y avait avant le big bang. Il n’y a qu’une seule chose pour laquelle elle est douée, c’est la danse.

La danseuse, ambitieuse, se donne à fond dans ses entraînements, sa passion, fleurtant avec le carriérisme, mais elle a aussi besoin de pauses de temps à autre, alors elle va dans un endroit plein de monde, où elle pourra faire de nouvelles connaissances, comme un bar en soirée par exemple. Elle aime parler avec tout le monde, de tout et de rien, et n’a aucun mal à engager la conversation. Peu importe avec qui elle discute, elle le tutoie sans même se poser de questions. Elle rit fort, elle rit de tout, surtout d’elle-même. Elle aime faire la fête, mais elle boit très peu d’alcool, connaissant l’effet dévastateur que l’abus à sur le corps humain, ce corps qu’elle doit protéger à tout prix si elle veut avoir une chance de réussir. Alors, elle va en boîte de nuit pour danser, s’amuser et rencontrer des gens. Rarement, elle finit avec un homme pour une histoire sans lendemain. Elle n’a pas de temps, pas de place pour quelqu’un dans sa vie. Il lui est arrivé, une fois, de tomber amoureuse, mais elle s’est lassée, alors elle ne veut pas perdre de temps avec ça. Ça n’en vaut pas la peine.

Son cercle d’amis est très important pour la jeune femme. Elle a besoin de les voir régulièrement, n’hésitant pas à organiser une soirée ou une activité comme prétexte ou à les appeler, débarquant même parfois chez eux à l’improviste, indifférente à la gêne qu’elle peut occasionner. Elle ne manque pas de spontanéité et certains la trouvent égoïste. Elle aime aussi être le centre de l’attention et a besoin de rester connectée. Elle utilise donc beaucoup les réseaux sociaux, outils formidables pour se sentir en tout temps proche des gens qu’elle apprécie. Elle partage ses états d’âme, son nouvel achat, son repas du soir dans ce fameux restaurant, sa nouvelle chorégraphie, … Elle peut être très prévenante et protectrice envers les gens qu’elle aime, mais ce groupe de privilégier n’est pas facile à intégrer. Si elle est très sociable et « amie » avec tout le monde, ses vrais amis, ses proches, eux, se comptent sur les doigts d’une main et tout ce qu’elle étale sur les réseaux sociaux n’est en fait qu’une couche superficielle, la face qu’elle veut bien dévoiler au monde.

Mais ça… c’était surtout avant… maintenant, elle ne sait plus trop…




Goûts.


Sibylle aime la danse, vous l’aurez compris, mais c’est en fait bien plus que ça. C’est sa passion, sa raison d’être, de vivre. Elle ne se sent elle-même que lorsqu’elle bouge au rythme de la musique. Elle ne se sent bien que dans ces moments-là. C’est la seule chose qu’elle sait faire et elle le fait si bien. Elle expérimente constamment, crée en harmonie avec la mélodie, se dépasse à chaque fois. Elle est parfaitement libre. Lorsqu’elle danse, le monde autour d’elle n’existe plus vraiment ou plutôt, elle sculpte un nouveau monde dans lequel elle emmène quiconque l’observe, un univers bien à elle, nourrit par ses émotions et ce bonheur qu’elle ressent à chaque fois et qu’elle arrive à transmettre sans peine.

Liée à cette passion, il y a bien sûr la musique. La danseuse apprécie quasiment tous les genres, tant qu’elle peut se mouvoir avec grâce et intensité en écoutant le morceau. Il n’est pas rare de la voir avec ses écouteurs dans les oreilles, esquissant parfois un ou deux mouvements isolés lorsqu’un passage lui parle plus qu’un autre. Certains trouveront ça étrange sans doute, mais quand elle écoute de la musique, elle n’est souvent pas loin de l’état de transe qu’elle atteint lorsqu’elle danse. Par contre, vous ne l’entendrez jamais chanter. Elle ne fait pas de fausses notes et n’a pas honte de sa voix, mais elle a choisi un autre chemin… ou plutôt, cet autre chemin l’a choisie et elle en est pleinement satisfaite. Elle bougera la tête en rythme, plutôt que de fredonner la mélodie lèvres fermées.

La jeune femme aime beaucoup d’autres choses, au-delà de sa passion. Elle préfère la cuisine asiatique et particulièrement la nourriture épicée. Elle adore se préparer à manger et, bien qu’elle n’excelle pas dans ce domaine, elle parvient à se nourrir convenablement autant sur la qualité que sur le goût. Elle ne tente jamais des menus très compliqués, mais toujours variés et équilibrés.  En revanche, elle refuse de se nourrir mal, même si ce n’est que pour un repas. Elle fuit donc les fast-foods & co et n’achète jamais de plats précuisinés. Elle se fiche de ce que vous mangez, mais n’essayez pas un instant de songer à lui faire avaler une pizza surgelée. Elle vous haïra pour ça. Son plat favori reste le strudel aux pommes de sa grand-mère.

L’extravertie aime organiser des soirées auxquelles elle invite ses amis et sortir faire la fête. Elle déteste rester seule trop longtemps. Plus elle voit de monde et rencontre de nouvelles personnes, plus elle est heureuse. Elle apprécie le contact avec les autres, les découvrir, échanger et rire. Elle considère que les meilleurs endroits pour ça, ce sont les festivals. Elle n’est jamais revenue d’un événement sans s’être fait une myriade de nouveaux amis et avoir passé un bon moment. Elle affectionne aussi le camping en groupe avec des gens qu’elle connait ou de parfaits inconnus. À chaque fois, elle en retient un souvenir merveilleux. Elle raffole encore de compétitions, cette interaction particulière avec l’autre, qui la pousse à se dépasser constamment. Mais au-delà de la concurrence avec ses adversaires, c’est surtout un duel contre elle-même, une lutte incessante pour toujours s’améliorer, se réveillant chaque matin avec l’objectif d’aller se coucher, le soir, meilleure que la veille.  Elle n’aime donc pas s’ennuyer (mais ça arrive rarement, il y a tellement de choses à faire !), considérant que c’est une perte de temps.

Dans un tout autre registre, les choses compliquées lui déplaisent, comme les sciences, la philosophie ou encore la politique pour ne citer que ces trois exemples. Le problème est qu’elle n’y comprend souvent rien et se retrouve perdue, alors ça ne l’intéresse pas du tout. Elle n’apprécie pas particulièrement de regarder des films ou des séries à la TV, mais elle se tient au courant pour pouvoir s’intégrer aux discussions et ne pas être trop perdue. En revanche, elle ne ratera jamais un ballet télédiffusé et elle aime bien les émissions culinaires, même si elle sait pertinemment qu’elle essaiera rarement de refaire le plat présenté. Le cinéma ne l’attire pas plus que ça, sauf si c’est un bon prétexte pour voir ses amis.

La jeune femme a la particularité d’avoir les grenouilles en horreur (désolée Ariana :P). Enfin, les grenouilles ou les crapauds… elle ne sait pas faire la différence, alors pour elle, c’est du pareil au même. Cette peur ne peut pas être considérée comme une phobie, mais elle réagit quand même plutôt violemment lorsqu’elle voit l’une de ces bestioles hideuses. Souvent, elle crie et commence à sautiller sur place, passant d'un pied à l'autre, en pointant l’animal du doigt. Elle déteste leur peau humide et luisante, elle déteste leurs yeux globuleux, elle déteste leur cri qui lui hérisse les poils. Par contre, le reste du règne animal ne lui fait ni chaud, ni froid.

Une autre chose que la presque batracophobe haït par-dessus tout, c’est l’hypocrisie. Elle qui dit tout ce qui lui passe par la tête sans retenue et avec une sincérité déconcertante, elle ne supporte pas les gens qui mentent et flattent, alors qu’ils critiquent une fois qu’on a le dos tourné. Et puis, les gens qui n’expriment pas le fond de leur pensée doivent nécessairement avoir quelque chose à cacher…

… ça, par contre, ça n’a pas beaucoup changé…




Histoire.


Lundi, 29 novembre 1993
À la fin d’un accouchement sans problème, un cri nouveau s’élève dans la pièce où se trouve une mère fatiguée, mais soulagée.

« C’est une fille. », annonce la sage-femme en déposant dans les bras de la trentenaire ce petit être tout fragile.

« Bonjour Sibylle. », interpelle-t-elle son bébé, le couvant du regard. La maman ne le montre pas, mais elle est déçue que son mari n’ait pas pu se libérer de son travail pour venir vivre ce moment unique avec elle.


Vendredi, 29 novembre 1996
Notre petite Sibylle a déjà trois ans. Elle est pleine de vie et aime rire de tout. C’est un petit clown, mais ses parents ont d’autres projets pour elle. Elle sera médecin ! Ils ne la forceront pas à être un ophtalmologue de renom, comme papa, ou une dentiste et professeure universitaire célèbre, comme maman, mais elle devra briller et réussir ! Alors, ils lui font suivre des cours privés pour qu’elle entre dans la vie avec toutes ses chances. La gamine aime encore assez bien ses moments privilégiés avec ses professeurs, qui, elle n’est pas à plaindre, sont vraiment compétents et arrivent à tourner presque n’importe quoi en un jeu.

Pourtant, aujourd’hui, elle est un peu triste. Sa petite voisine fête, comme elle, son anniversaire, mais, contrairement à elle, ses parents sont là, ses grands-parents aussi et elle reçoit des cadeaux. Elle passe une journée merveilleuse, une journée spéciale. Sibylle, elle, est seule. Elle a passé sa journée avec ses professeurs à apprendre encore et encore, comme n’importe quel autre jour. Ils ne sont pas au courant et ses parents ont oublié. Ils sont tous les deux à leur travail et ne vont pas rentrer avant qu’elle dorme. Heureusement, sa grand-maman a une mémoire d’éléphant, elle. Alors, quand elle arrive en fin de journée pour la garder, elle lui fait la surprise. Elle lui a préparé un gâteau au chocolat, son préféré, et elle lui a tricoté une poupée. En plus de ça, elle lui offre un radiocassette Pacahontas. Le petit clown jubile. Elle adopte tout de suite la poupée et serre sa grand-mère fort dans ses bras pour la remercier. Ensuite, elles mettent une cassette avec de la musique dans l’appareil et la petite fille se met à danser avec sa nouvelle amie. La grand-maman regarde sa petite citrouille avec tendresse. L’aînée n’est pas bête et elle a de l’intuition. Avant même de savoir marcher, Sibylle dansait déjà. Finalement, cet anniversaire n’est pas si mal.


Jeudi, 29 novembre 2001
Aujourd’hui est un grand jour. Sibylle est impatiente de voir à quoi va ressembler ce que ses parents appellent « internet ». Elle ne se fait pourtant pas d’illusion. Ce n’est pas pour elle. Ils l’ont avertie que, tant que ses notes ne s’amélioreraient pas, elle n’y aurait pas accès.

Oui, la jeune fille est devenue progressivement la déception de son père et sa mère. Leur grand espoir s’étiole petit à petit, leur fierté disparaît. Leur enfant ne sera probablement jamais médecin. Elle est bien trop paresseuse et indisciplinée dans ses études. Il faut dire qu’ils ont eu un choc lorsque le maître d’école les a avertis, il y a quelques mois de cela, qu’elle devrait redoubler sa deuxième année primaire. Johanna a longuement parlé avec sa fille pour la remettre sur le droit chemin : « Tu me fais honte, devoir redoubler une année. », « Tu ne te rends pas compte des sacrifices qu’on fait pour toi. », « Tu gâches tout. », « Tant que tu ne te mets pas sérieusement au travail, tu es punie. », etc. Sibylle ne comprend pas. Elle travaille beaucoup, tous les jours, même les week-ends, mais à l’école, ça va trop vite. Elle préférait quand elle avait des professeurs particuliers qui allaient à son rythme, mais ça, ses parents ne comprennent pas et comme ils ne sont presque jamais à la maison, ils ne voient pas qu’elle bosse. Alors, en plus de l’école, Peter et Johanna refont appel à des enseignants pour lui donner des cours supplémentaires, pensant que ça la forcera à travailler.

Pour compenser la tension que Sibylle vit à la maison quand ils sont là, elle exprime toute la vie qui l’habite lorsqu’elle est à l’école ou chez sa grand-mère. Elle a plein d’amis et n’a pas peur d’aller vers les autres. Avec un petit groupe de camarades, elle s’amuse à créer des chorégraphies pendant la récréation. Elle ne se lasse jamais de danser et s’amuse comme une folle. Elle est totalement épanouie dans ces moments-là. La danseuse est aimée de tous ou presque. Il faut dire qu’elle n’a pas non plus peur de dire ce qu’elle pense et elle a déjà un fort caractère. Certains n’apprécient pas trop, mais elle s’en fiche. Elle préfère en rire et rire avec les gens qui l’aiment bien. C’est un petit soleil qui rayonne. Heureusement pour elle, en dehors de l’école et des cours supplémentaires que ses parents ont organisés pour elle, Sibylle passe la majeure partie de son temps avec sa grand-maman. C’est elle qui la garde, c’est elle qui l’éduque et elle est géniale. Elle la comprend et ne cherche jamais à la pousser trop, comme le font son père et sa mère. Sibylle respire et vit plus libre. Pourtant, la jeune fille n’en veut pas à ses parents. Elle ne les comprend pas toujours, mais elle sait qu’ils veulent son bien, alors elle leur en est reconnaissante et essaie de travailler plus dur pour leur faire plaisir et les rendre fiers.

Aujourd’hui, elle est rentrée de l’école et elle fait de l’allemand avec cette femme trop stricte et un peu méchante parfois, mais elle obéit. Elle répète les règles de grammaires compliquées, la conjugaison, l’orthographe des mots. Sa langue maternelle n’est pas la langue la plus facile à apprendre, mais elle s’accroche. Elle sait que c’est important. Elle pose les questions qu’elle ne peut pas poser en classe, car elle n’est pas seule et que les autres ont compris. Le maître lui a demandé d’arrêter de faire l’idiote et de ne pas ralentir le rythme des leçons. Il ne comprend pas ou ne veut pas comprendre. Ils sont vingt-six en classe, il ne peut pas s’occuper que d’elle.

Pendant ce temps, un technicien est venu poser un gros boîtier dans le bureau. Il discute fort avec Peter, alors la jeune fille a de la peine à se concentrer sur sa leçon, curieuse. L’objet émet finalement un bruit assez spécial qu’elle ne saurait décrire.  Ça grésille et ça fonctionne. Elle sourit, mais se reçoit une tape sur l’arrière du crâne. Elle est trop dissipée.

Aujourd’hui, Sibylle a huit ans, mais personne ne lui fêtera son anniversaire. Sa grand-maman a essayé d’appeler, mais son père lui a dit que sa fille n’avait pas le temps de discuter, qu’elle devait travailler et il a raccroché, sans même la laisser parler.


Vendredi, 29 novembre 2002
Johanna et Peter se concertent. Ils ont chacun quitté leur travail plus tôt pour se rendre à l’école. L’entretien qu’ils viennent d’avoir avec l’enseignant de leur fille les a anéantis. Sibylle est une idiote qui n’arrivera à rien dans la vie. Leur espoir de grandeur et de succès est définitivement détruit. Tout ce qu’ils ont fait n’aura servi à rien. Ils abandonnent.

Sibylle revient de chez sa grand-maman qui n’habite qu’à quelques pâtés de maison de chez elle. Elle est heureuse, mais elle a un peu d’appréhension. Elle n’a pas encore fait ses devoirs et n’a pas travaillé du tout. Au contraire, elle s’est amusée. Pour une fois, elle a eu une véritable fête d’anniversaire. Aujourd’hui, sa grand-mère a invité quelques amies. Sa petite citrouille a eu droit à son gâteau favori, à des cadeaux, à des jeux, des rires. Elle a aussi dansé, beaucoup même, apprenant de nouveaux mouvements avec ses camarades. Elle a une imagination débordante pour ça. Et qu’est-ce que c’était drôle ! Par contre, elle a laissé tout ce qu’elle a reçu sur place, de peur que ses parents ne se fâchent. La seule chose qu’elle a gardé, c’est le téléphone portable que sa grand-maman lui a offert et qu’elle pourra prendre partout. C’est tout nouveau et c’est très à la mode. On peut téléphoner, rien d’extraordinaire, mais on peut aussi envoyer des messages écrits. Ça coûte beaucoup moins cher et c’est beaucoup plus pratique que d’appeler quelqu’un. Elle pourra communiquer plus souvent avec ses amies qui en ont un aussi. Elle est aux anges. Pourtant, quand elle passe le seuil de la porte et qu’elle voit ses parents attablés avec un air sombre, son sourire disparaît. Son père lui annonce alors qu’ils ont eu l’entretien avec son maître d’école et qu’ils ont décidé d’arrêter de lui donner des cours privés. Elle n’a qu’à faire ce qu’elle veut de sa vie, ils s’en lavent les mains. Peter quitte la table, suivit de sa femme. Ils sont dans la pièce d’à côté et la jeune fille les entend discuter. Il la traite de bonne à rien paresseuse et critique sa grand-mère qui lui donne un mauvais exemple. Johanna se défend, lui rappelant que c’est lui qui voulait un enfant et qu’elle l’avait averti qu’elle ne mettrait pas sa carrière de côté pour ce bébé. La danseuse quitte la table en courant pour aller s’enfermer dans sa chambre pour pleurer.

Aujourd’hui, Sibylle a neuf ans et elle se promet de travailler plus dur encore, pour ne plus décevoir ses parents… elle va essayer au moins. Elle n’est pas bonne à l’école, mais elle danse bien. Sa grand-maman le lui a dit plusieurs fois, pour lui remonter le moral. Peut-être que si elle devient vraiment forte, ses parents seront fiers d’elle et l’aimeront à nouveau, comme elle, elle les aime.


Jeudi, 29 novembre 2007
Quelques années ont passé sans grande amélioration. Sibylle a toujours de la peine à l’école, malgré tout le travail qu’elle fournit. Sa grand-mère, triste de voir sa petite-fille se démener pour rien, a réussi à convaincre sa fille d’inscrire la petite à des cours de danse. Elle avait préparé son argumentation basée sur des études qu’elle avait pu trouver sur internet, prouvant que faire une activité artistique était bénéfique pour un enfant, que les résultats scolaires s’amélioraient, etc. Et ça a fait mouche. Sibylle adore sa grand-maman. Elle ne s’en rend pas encore compte, mais c’est une visionnaire. Elle a compris depuis longtemps que sa petite-fille a un réel don pour la danse, alors elle la pousse dans cette direction.

Pourtant, aujourd’hui, tout change. Aujourd’hui, la danseuse apprend que sa grand-mère adorée est à l’hôpital, qu’elle a fait un malaise chez elle et que l’ambulance est venue la chercher. Aujourd’hui, alors qu’elle court pour aller voir celle qu’elle aime plus que tout, une fois ses leçons terminées, elle a un mauvais pressentiment. Lorsqu’elle arrive sur place, elle apprend que c’est trop tard. Sibylle ne pleure pas, elle ne comprend pas ce que sa mère lui dit. Elle aimerait voir celle qui l’a élevée, mais on le lui interdit et tout le monde rentre à la maison. Johanna lui tend une lettre et lui demande d’aller dans sa chambre. Elle réalise gentiment qu’elle ne verra plus jamais sa grand-maman sourire. L’adolescente observe alors la lettre que lui a tendu Johanna. Il s’agit de l’écriture de sa grand-mère.


      Chère Sibylle,

      Bien que personne ne t’en ait parlé, tu l’as peut-être senti. Je suis très malade. C’est pour ça que je ne suis pas venue te garder ces deux dernières semaines. J’ai peur de t’offrir un terrible cadeau d’anniversaire cette année. Je suis désolée, mais il ne faut pas m’en vouloir. S’il te plaît.

      Si je t’écris cette lettre, c’est que j’ai quelque chose d’important à te dire et j’ai peur de ne pas avoir le temps de te le dire en face et pour ça aussi, je suis désolée.

      Sibylle, tu es une fille formidable !

      Et tu as un don. Tes parents sont trop occupés pour l’avoir remarqué, mais pas moi et je suis sûre qu’au fond de toi tu sais que c’est ce que tu dois faire de ta vie. Danse ! N’écoute pas tes parents, danse ! C’est ta passion et tu es merveilleuse quand tu le fais, alors bats-toi pour ça. Entraîne-toi, persévère et ne baisse jamais les bras. N’écoute pas ceux qui te diront que tu ne peux pas y arriver. Tu n’as pas besoin d’être la meilleure, ne te compare pas aux autres, reste toi-même et dépasse-toi chaque jour. C’est avec toi-même que tu dois entrer en compétition. N’écoute pas tes parents qui te pousseront trop, écoute-toi. Je crois en toi et je sais que tu seras une danseuse professionnelle merveilleuse.

      Je continue à veiller sur toi.

      Je t’aime ma petite citrouille.


Ta grand-maman      


Après avoir lu la lettre en entier, Sibylle est sous le choc. Elle a eu de la peine à déchiffrer l’écriture tremblante de celle qui l’a élevée. Sa première réaction est de se mettre en colère silencieusement. Sa grand-mère savait qu’elle allait mourir et elle ne lui a rien dit ! Ses parents savaient, tout le monde savait et ils lui ont tous caché ça. Elle se lève et descend les escaliers en trombe. Peter et Johanna sont assis à la table de la cuisine. Son père tient sa mère dans ses bras. Elle pleure. L’adolescente reste insensible à la scène et explose. Elle leur reproche leur mensonge, leur secret. Celle qui l’a mise au monde regarde son mari, choquée. Ce dernier explose à son tour, traitant sa fille de sale égoïste, lui reprochant ses reproches et se défendant avec toute la sincère mauvaise foi dont il peut faire preuve. La danseuse surenchère et comprend trop tard qu’elle a dépassé les bornes. La gifle part. Le choc est violent, sonore. L’adolescente a reculé d’un pas à cause de la force du mouvement et elle sent les larmes monter, mais les retient. Elle ne pleurera pas devant eux, pas aujourd’hui, pas pour ça. Elle leur annonce alors sa résolution spontanée sans perdre son aplomb.

« Je vais devenir danseuse professionnelle. », dit-elle en fixant celui qui vient de la frapper, les yeux brillants, mais le regard déterminé. « Je vais devenir danseuse professionnelle. »

Puis, l’adolescente tourne les talons sans attendre de réponses et part s’enfermer dans sa chambre. Elle enclenche la musique, pas trop fort, mais suffisamment pour qu’elle se sente complètement bercée par elle, puis elle se met à danser, encore et encore, elle s’oublie, jusqu’à être épuisée. Alors, elle se laisse tomber sur son lit, prend la lettre de sa grand-maman et la serre contre elle. Elle se met enfin à pleurer. Aujourd’hui, Sibylle a quatorze ans et elle a perdu la seule personne qui la comprenait vraiment.


Jeudi, 29 novembre 2008
Ce soir est un grand soir. Cela fait maintenant plusieurs mois, presque une année, que Sibylle et son groupe d’amies travaillent sur ce projet, leur projet, un spectacle de danse. Elles ont tout géré toute seule, sans l’aide de personne ou presque. Lorsqu’ils ont vu que tout se mettait en place et que le groupe d’adolescentes était plus que sérieux, les responsables de l’école ont finalement décidé de leur donner un peu d’argent pour les costumes et les décors, pas grand-chose, mais c’est déjà ça. Sibylle est heureuse. C’est elle qui a lancé le mouvement, c’est elle la leader du groupe. Son énergie, sa motivation et sa joie de vivre ont attiré les autres comme un aimant. Lorsqu’elle leur a proposé l’idée avec passion, ça a fait l’unanimité. Pour la jeune femme, ça a été un moyen de faire son deuil, un moyen de rester proche de sa grand-maman. Les amies se sont distribuées les tâches : Anja se chargerait de l’administratif, Katarina la communication avec l’école, Elsa la publicité auprès des parents et des autres camarades, Melanie le recrutement, Miranda le scénario du spectacle, Sibylle la danse, évidemment. Beate a rejoint les autres plus tard, pour gérer le budget lorsqu’elles ont reçu l'argent.

Les adolescentes ont été surprises, après deux ou trois mois de préparation, de voir débarquer un groupe de garçons mené par Andreas, un mec plutôt canon. Ils voulaient aussi faire partie du spectacle. Le beau gosse a réussi à motiver les autres, parce que finalement, ce spectacle avait l’air cool et que c’était aussi l’occasion de se rapprocher des filles. Lui, il voulait surtout se rapprocher de Sibylle, parce qu’il l’aime en secret. Au début, elle ne s’intéressait pas à lui, puis peu à peu, parce qu’ils ont beaucoup dansé ensemble, ils ont appris à se connaître et finalement, elle est tombée amoureuse.

Ce soir, c’est le soir du spectacle. Tout est prêt. Tout le monde a répété encore et encore chaque pas, chaque geste, chaque mot, pour ceux qui ont quelque chose à dire. La salle est pleine. Même Johanna et Peter sont là. Depuis que la mère de celle-ci est morte, ils font des efforts pour se rapprocher de leur fille, essayer de la comprendre, apprendre à la connaître et elle leur en est reconnaissant. Elle sait qu’ils ont toujours voulu ce qu’il y avait de mieux pour elle, même s’ils se trompaient. Les tensions à la maison se sont calmées, tout va mieux. Pour cet événement, ils ont retardé de quelques heures leur départ pour une conférence des médecins à l’étranger, mais ils ont leurs yeux rivés sur leur écran de téléphone. Ils sont tous deux à la pointe de la technologie avec leur iPhone. Ils ont été dans les premiers à l’acheter et si les téléphones portables sont à présent très répandus, peu de gens en possèdent un avec un écran tactile. Ils font les fiers, mais ils travaillent aussi. Ils travaillent tout le temps. Ils travaillent toujours trop. Ils travaillent pour leur carrière. Ils travaillent pour gagner de l’argent. Ils travaillent pour vivre confortablement et finalement, ils travaillent en oubliant de vivre. Sibylle trouve ça triste, mais elle n’arrive pas à leur dire. Elle ne sait pas comment faire. Elle n'a pas les mots.

Le spectacle commence, le rideau se lève, les projecteurs s’allument, tandis que les lumières de la salle s’éteignent et les jeunes entrent en scène. Ils sont une bonne cinquantaine, au total, à se partager l’espace. Il y a de tous les niveaux, mais ce n’est pas ça qui est important. Ils s’amusent. Johanna et Peter s’intéressent brièvement au mouvement devant eux et soudain, ils oublient tout le reste. Ils sont captivés par leur fille.

Ce soir, Sibylle a quinze ans et elle brille. Pour la première fois, ils la voient vraiment.

C’est terminé, ils n’ont pas vu le temps passer. Les gens autour d’eux applaudissent avec fracas et les jeunes font la révérence, puis quitte la scène. Les deux adultes quittent précipitamment leur place et rejoignent leur fille en coulisse. Cela fait longtemps que ce n’est pas arrivé, mais, ce soir, ils sont fiers d’elle. Ils la félicitent, puis partent, la laissant seule pour le week-end. Lundi, ils feront les démarches nécessaires pour que la danseuse puisse continuer sa formation. Elle ne sera pas médecin, mais peut-être qu’elle pourra quand même réussir sa vie, peut-être qu’elle n’est pas si bonne à rien que ça. Ils lui trouveront un lycée privé pour les artistes, un endroit spécial qui l’acceptera et lui servira de tremplin pour ensuite intégrer une véritable école de danse. Son rêve est devenu leur rêve.

Ce soir, Sibylle ne rentre pas seule chez elle. Andreas vient avec elle. Ensemble, ils vont vivre toutes leurs premières fois : première déclaration, premier amour, premier rendez-vous, premier baiser, première nuit ensemble, première rupture… ça va durer un an, puis elle va se lasser, s’ennuyer, alors elle va le quitte. Après la fin de l’école, elle n’aura plus de nouvelles de lui. Mais ce soir, la nuit est à eux, pour la première fois.


Mardi, 29 novembre 2016
Que d’années ont coulé sous les ponts. Sibylle a tout donné pour sa passion, pour réaliser son rêve. Elle n’a jamais baissé les bras et est toujours restée fidèle à elle-même. Elle s’est démenée dans ce lycée spécialisé que ses parents lui ont trouvé, grâce à leurs relations et de jolis chèques, et maintenant, il ne lui reste plus qu’une étape pour terminer son école d’art, spécialité danse. Son rêve est à portée de main.

La danseuse se prépare. Dans un instant, elle va entrer en scène pour présenter son travail, cette chorégraphie qu’elle a créée, peaufinée dans les moindres détails. Ce soir, elle sait qu’il y a des personnes très importantes dans la salle. C’est la première étape de sa carrière ou plutôt celle qui va la lancer, cette carrière. Si elle réussit, elle pourra intégrer une compagnie de danse. Elle frissonne rien que d’y penser. Le « si » n’est pas présent dans son esprit. Elle ne songe pas un instant à ce qui va se passer si elle échoue, car elle n’échouera pas. La danse, c’est sa vie.

Ça fait neuf ans que sa grand-maman est morte et son absence est toujours marquée dans son cœur. Elle n’en a parlé à personne, mais depuis son départ, sa vision a changé. C’est la couleur bleue qui a d’abord disparu… puis le orange, les deux couleurs préférées de sa grand-mère. Elle n’a pas compris tout de suite. Elle a d’abord remarqué que toutes ses robes bleues avaient disparu et qu’elle avait plus de robes grises qu’avant. Ce n’est qu’en sortant, ce jour-là, et voyant le ciel gris, malgré le soleil, qu’elle a compris que quelque chose de bizarre se passait et petit à petit, elle a réalisé. Quelques jours plus tard, ça a été le tour du orange, mais plus rien depuis. Elle vit avec ça, n’en parle pas, car elle ne considère pas ça important et personne ne lui a jamais posé de questions. Personne n’a remarqué qu’elle ne portait plus d’habits de ces couleurs. Elle, elle imagine que celle qui l’a élevée a pris ses couleurs préférées en partant et elle aime cette idée. Ça lui fait se sentir plus proche d’elle. Un spécialiste pourrait lui expliquer qu’il s’agit d’une achromatopsie suite à un choc psychologique, mais la jeune femme n’a pas ce genre de mot dans son vocabulaire.

Ce soir, elle brille à nouveau. Elle épate même les regards les plus blasés ou les plus connaisseurs. Ce monde qu’elle crée quand elle danse happe quiconque l’observe, plus rien d’autres n’existe.

Ce soir, Sibylle a vingt-trois ans et elle vient de réaliser son rêve.


Lundi, 7 août 2017
Il est minuit. C’est la pleine lune. Sibylle explique à son copain du moment la journée qu’elle a passée et les nouvelles personnes qu’elle a rencontrées lors de leur soirée chez un ami commun. Lui, il l’écoute d’une oreille, parce que ça ne l’intéresse qu’à moitié et qu’il conduit, un peu vite, mais elle ne le remarque même pas. Matthias est adepte de sensations fortes. Il fait plein d’activités dangereuses pour ressentir de l’adrénaline, pour se sentir vivant. C’est pour ça qu’il a testé plein de choses : le saut en parapente, ennuyant, puis en parachute, mieux, à l’élastique, ça s’était vraiment cool, etc. La jeune femme n’a pas besoin de ce genre de choses, la danse lui suffit. D’ailleurs, elle ne le comprend pas et ne cherche pas à le faire. En fait, ils ne s’aiment pas, alors ils s’en fichent un peu, de tout ça, de leur différence, de leur discussion à sens unique… c’est plus pour combler un vide, le silence, que pour vraiment échanger. S’ils sont ensemble, c’est parce qu’ils partagent une certaine alchimie au lit, rien de plus.

Sans que la danseuse n’y prête attention, l’homme se prend au jeu et commence une course avec un autre conducteur qui le provoque. Les moteurs grondent et le compteur de vitesse prend l’ascenseur… jusqu’à ce qu’une voiture arrive en face et que Matthias donne un coup de volant pour l’éviter. Le couple sort de la route, l’autre concurrent ne s’arrête pas et disparaît dans la nuit.


Date inconnue
Lorsque Sibylle ouvre les yeux, elle est désorientée. Elle ne reconnait pas sa chambre, ne reconnait pas l’odeur. Après quelques instants, elle remarque ses parents endormis, son père sur une chaise près de la fenêtre, sa mère penchée sur son lit, sa main serrant la sienne. Cette dernière se réveille lorsque la danseuse bouge. Larmes et cris de joie, leur fille est sortie de son coma. Ils ont veillé pendant plusieurs jours, craignant le pire. Elle comprend alors enfin. Elle est à l’hôpital. Elle se souvient de sa journée, de la soirée, de Matthias, mais elle ne comprend pas pourquoi elle est allongée dans ce lit… pourquoi ses jambes sont immobilisées. Ses parents ne lui diront rien. Ils n’y arrivent pas. Ils laissent le médecin s’en charger.


Date inconnue
Sibylle est seule. Elle ne sait toujours pas quel jour on est. La seule chose qu’elle sait, ce que ça fait cinq jours qu’elle s’est réveillée. Le médecin est passé et lui a expliqué l’accident, ses jambes brisées, son bassin endommagé, les opérations. Elle a écouté avec attention, ne comprenant pas toujours les mots compliqués que le spécialiste a utilisés. Elle n’a pas non plus compris quand il lui a dit que la colonne vertébrale était peut-être touchée et qu’il y avait des risques qu’elle ne puisse pas remarcher. La danseuse lui a souri et a ri. Il ne fallait pas qu’il se fasse de soucis. Elle n’allait pas baisser les bras si facilement. Avec de la patience, de la détermination et de l’entraînement le moment venu, elle sera à nouveau sur pied.

Aujourd’hui, pourtant, la jeune femme a compris ce que le médecin lui a dit. Ça a été une révélation, un choc. Si elle ne peut plus marcher… elle ne peut plus danser. Elle a craqué, lançant tout ce qui passait sous sa main, poussant des cris bestiaux. Son hystérie a attiré le personnel soignant et ils l’ont mis sous calmant.


Un jour en septembre
La vie est fade. Plus rien n’a de goût, plus rien n’a de sens. Toutes les couleurs ont fini par disparaître. Le monde est terne, le monde est gris, le monde est vide...

Sibylle a bien essayé de discuter avec le médecin pour trouver une solution, un compromis, mais elle a fini par abandonner devant la réalité et pour la première fois de sa vie, elle a baissé les bras. Ses parents aussi ont essayé, prêts à payer le prix qu’il faudrait pour guérir leur fille, mais même ça, ça n’a pas suffi. La seule chose à faire, c’est laisser le temps faire son œuvre et croiser les doigts, espérer… mais Sibylle n’a plus la force d’espérer. Sa vie ne vaut plus rien.

Aujourd’hui, quelqu’un de nouveau est venu lui rendre visite, une personne singulière, enveloppée dans une cape sombre, avec une voix envoûtante et mystérieuse. Elle lui parle d’un endroit merveilleux, d’un endroit qui l’accueillera et l’aidera à surmonter ce vide qui s’est créé en elle. Sans qu’elle ne comprenne vraiment pourquoi, cette idée la réconforte et lui redonne juste assez de force pour accepter.

Peut-être que les couleurs se cachent à Terrae ?



Entretien chez le psy.

Le psychologue n’a pas trouvé de troubles mentales particuliers, si ce n’est une dépression, mais elle ne semble pas un danger particulier pour les autres ou elle-même. Un suivi léger sera donc suffisant pour l’aider à surmonter cette épreuve et vérifier que son état n’empire pas.





Codes du règlement.


_______________________________________

À propos de vous...

Vous êtes...? ^o^ : Une introvertie qui a craqué et qui se lance un défi… et une habituée accessoirement :P (vendez pas la mèche les admins :O)
Comment avez-vous découvert le forum ? : Si j’en crois la présentation de mon premier perso, c’est grâce à forumactif
Votre avis dessus ? : Je l’aime… et je vous aime toujours autant <3


Dernière édition par Sibylle Dinkel le Sam 16 Sep 2017 - 21:42, édité 7 fois
#   Lun 11 Sep 2017 - 18:17

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2710
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Tu sais bien que je ne vends jamais la mèche hihi ♥️ Coquine ♥️♥️

Première réaction : UNE FEU, TROP BIEN
Deuxième réaction : UNE DANSEUSE JE NEED
Troisième réaction : Merde j'ai zappé de regarder son pouvoir AH INVISIBLE TROP BIEN

(ouais j'vais pas te faire toute la pres' comme ça, mais j'suis un peu hyperactive ce soir, soooo faudra me supporter okay)
Honnêtement j'trouve ça chouette de la faire se déplacer vers son armoire et regarder quoi choisir pour s'habiller, ça donne de la vie au tableau !

J'aime bien aussi la description que tu en fais, elle a l'air vraiment super intéressante ! J'admets que j'ai toujours peur que les Feux tombent dans tous les clichés - c'est un peu le problème avec ce genre de personnage - mais elle dégage vraiment le charisme que tu lui dis avoir, du peu que j'en vois pour le moment o.o Peut-être que c'est par le côté très pragmatique de ton écriture ? Je sais pas trop ! Mais en tout cas, ça me plaît :D

Pour le caractère, il convient bien aux caractéristiques des feux, alors je n'ai rien à te redire à ce niveau-là ! J'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire comme personnage ! J'ai, fut un temps, tenté de jouer une invisible danseuse aussi (la danse, c'est très cher à mon coeur héhé ^^") mais j'ai pas réussi à la tenir... Alors voir ton personnage, là, ça me fait vraiment chaud au coeur, c'est terrible. (#coucou je chavire)


Courage pour la suite de l'écriture, hésite pas à up quand tu auras fini blblb

Kiss


(PS : je dévoile jamais voyons ♥ et on t'aime aussi ♥)



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
#   Lun 11 Sep 2017 - 18:25

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1082
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

J'ai adoré ton début de pres en plus une Invisible moi je dis yolo, les Feux c'est les meilleurs ♥ (comment ça je suis pas objectif ?)

Ton style est super agréable et j'aime beaucoup la façon dont tu as décrit tout ça. Hâte de croiser ta rouquine en rp !


#   Lun 11 Sep 2017 - 21:11

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1832
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Il a l'air cool ce perso! J'aime bien son caractère bien entier.
Par contre je regrette mais les Feux ne sont pas les meilleurs... CE SONT LES TONNERRES!!

Bah re bienvenue apparemment ^^...... Bon allez c'est qui? è_é





Spoiler:
 
#   Mar 12 Sep 2017 - 12:58

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 24
Emploi/loisirs : se tourner les pouces dans un lit d'hôpital
Humeur : bof quoi... mais j'essaie de ne pas trop le montrer

Ooooh, merci Shy

Vos commentaires m'ont fait (et me font toujours) super plaisir !
J'avais un peu peur, parce que ce perso est un vrai défi, alors ça me rassure si vous le trouvez chouette, merci <3

Aaron, tu ne me mets aaaabsolument pas la pression, tu sais... xD

J'espère que la suite va vous plaire ! (#j'aitroplapression)

Et bon courage Ys, tu vas finir par trouver ;)

Je vous envoie des bisous ensoleillés <3
#   Sam 16 Sep 2017 - 21:41

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 24
Emploi/loisirs : se tourner les pouces dans un lit d'hôpital
Humeur : bof quoi... mais j'essaie de ne pas trop le montrer

Désolée pour le double post, mais comme demandé, je mets un petit mot pour dire que j'ai (enfin) fini ma présentation...
J'ai essayé d'accélérer la fin de l'histoire parce que j'ai remarqué que j'étais en train d'écrire tout un roman...
Désolée siffle

Encore des bisous ensoleillés <3
En ligne#   Lun 18 Sep 2017 - 22:58

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1247
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 22
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Coucou Sybille <3 Je suis désolée du temps que je mets à m'occuper de ta fiche, j'ai eu un week-end très chargé et je suis rentrée de cours à 21h ce soir... Alors je m'en occupe pas aujourd'hui, mais demain dès que possible je le fais :) Je préfère juste t'envoyer le message pour que tu stresses pas :<

J'ai hâte de lire ça ! Encore désolée pour l'attente >.<

(et t'inquiète pour le DP, dans ces situations c'est pas gênant ;o)
(par contre j'avoue, wtf ce roman o.o)



Je vole en #F54759
#   Lun 18 Sep 2017 - 23:10

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 24
Emploi/loisirs : se tourner les pouces dans un lit d'hôpital
Humeur : bof quoi... mais j'essaie de ne pas trop le montrer

Coucou !

Pas de problème ! Il n'y a aucun stress.
Mais merci pour le message <3

Encore désolée pour le roman... ^^'
#   Jeu 21 Sep 2017 - 22:20

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2710
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Alors voilà, j'ai enfin réussi à me poser un peu pour lire ta présentation !! Je suis vraiment désolée, avec le rush pour poster le design hier et le sale rhume que je me suis choppé, j'ai pas trop réussi à gérer >.< Ca devrait plus prendre autant de temps à partir de maintenant ! (ou, en tout cas, j'essaierai de faire en sorte)

Alors déjà, l'histoire de Sybille est super triste ToT Voir la petite qui se sent autant délaissée par ses parents, ça me fait trop de la peine ;; Ca se lit vraiment très vite par contre, malgré la longueur, et c'est un vrai plaisir !

Franchement, on voit rarement des personnages comme ça en difficulté scolaire, et ça paraît tellement réel que ça me prend aux tripes >< Pauvre bébé...

J't'avoue que je m'attendais aussi au coup de la grand-mère mais c'est encore plus haaard j'ai mal :'( (Sinon j'ai pleuré pour le passage du spectacle, ça me touche beaucoup trop aha)(djfkbdgj)

(+ je connaissais pas l'achromatopsie, tu m'as appris un truc intéressant ce soir)

......
J'm'attendais pas à ça honnêtement pour la fin. J'ai mal aled
J'crois que ça fait longtemps qu'une présentation m'a pas secouée comme ça
TKT ILS VONT LA SOIGNER OMFG
:'(

Bref
Je sais pas quoi rajouter de plus, je suis toute émue ?? Du coup j'vais juste te dire que j'retrouve bien tout ce qu'il me faut pour ta validation, et j'suis vraiment contente d'avoir pris le temps qu'il fallait pour me poser et la lire...

Bref, bienvenue encore chez nous, pardon encore pour l'ignoble retard, et merci de ta patience ♥️ J'espère qu'on pourra se faire un RP avec Sybille un de ces quatre, ce serait vraiment génial !



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
#   Ven 22 Sep 2017 - 15:22

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 24
Emploi/loisirs : se tourner les pouces dans un lit d'hôpital
Humeur : bof quoi... mais j'essaie de ne pas trop le montrer

T’inquiète pas. J'espère que ça va mieux et que ton rhume est parti, c'est ce qui est important <3

Merci pour toutes tes remarques positives ! ça me fait super chaud au cœur.
Oui, j'ai hésité pour la grand-mère, mais il me fallait un vrai déclencheur pour la suite ^^'
Et puis j'ai pu amener l’achromatopsie de manière progressive comme ça.
(contente de t'avoir appris un nouveau truc et désolée de t'avoir fait pleurer...)

Ooooh, eh bien, euuh, merci et désolée ^^'
Je t'envoie plein d'amour pour me faire pardonner <3 <3 <3

Yeah ! Merci ! *fait la fête*
(et encore une fois, pas de problème, y a pas de retard et de toute manière, je ne suis pas à la minute, alors pas de soucis ;-) )
(et un rp quand tu veux, tu le sais bien <3)


#   Sam 23 Sep 2017 - 19:36

Personnage ~
► Âge : 24 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 602
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

Rebienvenue ! (Bien que je ne sache pas encore qui tu es What!! )

Bon je viens pour un lieeeen ! Absolument ! Je veux dire quand même Haley et Sibylle sont faites pour être méga copines de la vie n'est-ce pas ?! Ca paraît évident !

Bref ! Amuse-toi bien ! Et un jour tu auras un mp de ma part pour un rp ! (Bon quand j'en sais rien vu que je suis une limace du rp, mais un jour quand même !)



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 




Dernière édition par Haley Lindley le Dim 24 Sep 2017 - 13:27, édité 1 fois
#   Sam 23 Sep 2017 - 23:16

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 24
Emploi/loisirs : se tourner les pouces dans un lit d'hôpital
Humeur : bof quoi... mais j'essaie de ne pas trop le montrer

Haley <3
(si tu cherches un peu, tu vas trouver, j'en suis sûre ;-) )au pire, attend le 29 novembre que je lève le voile

C'est clair ! Avec plaisir pour le lien, faudra qu'on voit ça quand tu auras du temps (pas de stress). Je me réjouis du jour où je recevrai ce mp. Et puis, c'est mieux d'attendre, pour l'instant Sibylle n'est pas vraiment elle-même, mais ça ne va pas trop durer (j'espère...)


En attendant, je t'envoie plein de bisous ensoleillés ! <3


#   
Contenu sponsorisé

 

Eeeeet Sibylle est dans la place ! [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Passons du temps tous ensemble !
 :: Présentations. :: Présentations validées.