Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Tu m'touches j'te bouffe. [/Jerem <3]
#   Mer 27 Sep 2017 - 1:45

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 164
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 24
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Le pied est repoussé, donc elle doit savoir ce qu'il cherche à faire. Pas de soucis alors. Il continue à enchaîner les coups. Il sent au fur et à mesure qu'elle faiblit ; ses parades sont moins franches, ses bras s'alourdissent à force. C'est là qu'elle se décide enfin à contre-attaquer. Jérémy n'évite rien, déjà parce qu'il sait qu'il est trop lent pour le faire et réengager le combat en sa faveur, mais aussi pour mieux étudier ses coups. Ils sont vifs, mais pas assez forts pour réellement lui causer des dommages... Elle avait bien eu raison de couper sa respiration par deux fois. Elle pourrait aussi le déstabiliser en le privant de son équilibre, si elle y arrive. Alors il s'adapte, il rectifie sa position la rendant un peu plus stable, il pare en priorité les coups visant son thorax... Le Chasseur fomente des plans, prépare ses coups en prévoyant une réaction, enregistre chaque mouvement qu'elle fait pour mieux connaître l'assassin qui lui fait face. Mais il ne peut être rapide que pour un court instant... Instant qui est déjà passé. Ils sont épuisés tous les deux mais ils ne s'arrêtent pas.

Elle rate sa parade, Jérémy ne s'y attendait pas à vrai dire. Quand il sent la chair entrer en contact avec son poing, il fronce légèrement les sourcils. Juste un peu... avant de préparer sa défense. Il a vu qu'elle préparait son appui, il avait prévu le coup de poing, mais pas le coup de pied au tibia. Il serre les dents, ne laisse aucun son sortir de sa bouche ; ce serait une perte de temps. Il bande sa volonté pour ignorer la douleur qui remonte le long de sa colonne vertébrale, renie le signal électrique que lui envoie ses neurones. Il fait un pas en arrière, prend une inspiration, et repart au combat comme si rien ne s'était passé. Okay, c'est à ce moment qu'il sait qu'il faiblit, qu'il ralentit, puisqu'elle est capable de contre-attaquer sans craindre une riposte immédiate. C'est comme ça qu'elle marche... Quand savoir donner un coup sans en prendre un. C'est bizarre et plutôt frustrant, mais qu'importe.

Il utilise le point faible qu'il a créé sans le faire exprès ; son épaule. Il retape au même endroit, avec sa paume pour limiter les dégâts, une fois qu'il est sûr qu'il peut atteindre la zone... Comme elle, comme lorsqu'elle contre-attaque. Il ne s'attendait pas à ce que la colère l'anime soudain et lui fasse attraper son bras. Il n'a pas le temps de reculer, de parer, de quoi que ce soit en fait... Il sait déjà quel coup Elwynn va lui donner avant même qu'elle le fasse. Il serre les dents, se plie légèrement en avant et reçoit le coup en plein sur le nerf. Ça vous ai déjà arrivé de vous cogner le coude ?... Ouais ?... Ben ça c'est pire. Il recule d'un pas alors qu'elle se tourne vers lui pour lui faire face et lui demander ce qui peut bien lui passer par la tête, en gros. :

-Je ne cherche rien, je veux rien prouver... Je fais comme toi, je m'adapte nan ? Puisqu'on est pas dans la rue, puisqu'on peut pas s'tuer... autant en profiter hm ?

Il regarde sa main paralysée par les picotements que lui ont procuré le coup d'Elwynn à son coude. D'un coup, il la crispe, la tord, la fait bouger dans tous les sens. Il force ses nerfs à retrouver leur état naturel, dans la douleur certes, mais c'est plus rapide que d'attendre une opération du Saint-Esprit pour ça. Dans le processus, ses articulations claquent... Il ne se la pète pas, non, des articulations qui claquent aussi facilement que les siennes c'est d'ailleurs plutôt dangereux. L'état de ses phalanges, après la multitude de combat qu'il a traversé, c'était juste devenu quelque chose de normal. Il ne se souvient même plus de ses mains, quand il était petit. Avait-il des doigts fins ? Des ongles entretenus ? Est-ce qu'il mordait déjà le bout de peau au bout de ses doigts lorsqu'il s'ennuyait ?... Aucune importance.

Il balaya une bonne fois pour toute ses questions qui n'avait pas leur place là, à cet instant, ce moment béni où ils se battaient. Une fois sûr d'avoir récupéré un minimum de motricité dans son bras gauche, il se mit à nouveau en position défensive. :

-Et puis pourquoi tu me poses cette question ?... Tu t'entraînes toujours non ? Tu vas me faire croire que ça ne te manque pas un peu d'avoir un adversaire à ta taille ?

Bon, il était plus grand mais eh... On voit où il veut en venir.





Cadeau:
 
#   Jeu 28 Sep 2017 - 20:07

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 354
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

En profiter ? En profiter de quoi, de tourner en rond, de juste se foutre sur la gueule ? De faire du mal ? Mais il me fait bien rire lui, non. Non et non, ça s’passe pas comme ça bordel. On est PAS dans la rue, et moi, j’veux y retourner dans cette putain de rue. S’adapter c’est pas se trouver un nouvel adversaire, c’est pas continuer de taper. Non, s’adapter c’est pas juste se battre sans faire trop mal. S’adapter c’est déjà piger pourquoi on est là et se remettre deux secondes en question bordel.

J’ai envie de lui balancer que moi, j’ai tué des gens, et que j’veux plus le faire. Je l’ai fait sans me poser de question et maintenant je me trouve juste ignoble, je suis une personne horrible, un putain de monstre. J’ai tué des gens sans même m’en préoccuper. Hop-là, il ferme les yeux deux secondes et pouf, plus de bonhomme. Terminé. Plus jamais il vivra. Et j’ai plus envie de ça. Et là, alors que j’allais répondre, et que lui se remet petit à petit de mon coup, parce que j’oublie pas qu’on est en train de se battre, il me balance quelque chose que j’ai pas envie d’entendre.

Oui je m’entraine. Mais quel connard. Toi t’as eu une vie. T’as une famille là d’où tu viens. T’as beau avoir l’air d’un pauvre type qui a vécu une vie de merde, t’as été à l’école. T’as probablement eu des potes. T’es pas le genre de type à t’être fait maté la gueule. Toi, on t’a pas frappé des jours durant. Toi tu viens de la rue, mais t’agis comme un gamin. Un enfant gâté et perturbé. Bordel de merde la vie c’est pas ça, la vie c’est pas aller d’adversaire en adversaire. Parce que y’en a oui, et pourtant c’est pas ça la vie. Pas la vie que je veux. Je veux changer. Je ne veux plus d’adversaire. Je veux… Des amis. Des partenaires d’entrainement, comme Ys, comme Asb. Je veux pas. Me battre.

Mec tu dis d'la merde, c'est la seule chose que j'sais faire, évidemment que je fais ça, mais je cherche plus d'adversaire, c'était ma vie d'avant, j'en veux plus, et toi tu devrais réfléchir deux secondes avant de parler d'adaptation.

Alors que je parle, mes yeux deviennent durs, ma rage s’éloigne. Je fais comme j’ai toujours appris. Toute ma rage est ravalée, mon corps prend le dessus. Je contrôle absolument tout, je prends conscience de mes muscles, de comment je vais continuer. Je suis fatiguée de me battre comme lui, et de le voir essayer d’apprendre. Il apprend vite. Il apprendrait mieux si on ne se battait pas. Il apprendrait mieux s’il n’était pas idiot. S’il n’était pas un enfant écervelé. Alors je vois son corps bouger pour recommencer à se battre, à faire du mal. A jouer à être dans la rue. Sauf que moi, je ne joue plus. C’est terminé. Je ne veux plus jouer à ça. Alors peut être que je me battrai encore, peut être que j’impressionnerai encore, mais je ne veux plus.

Alors, j’attends. Je plante mes yeux verts dans les siens, et prend son coup de plein fouet dans le bras gauche. Et je ne bouge pas, je ne bronche pas. Je vois qu’il ne comprend pas, et qu’il relance pour me tester, il ne sait pas ce qu’il doit faire.

Parfait.

J’attrape son poing, bondit vers son corps, et puis mon genou vient s’abattre sur son ventre pour le soulever et le renverser en arrière. Lorsqu’il est assez bas, je n’attends pas. En rebaissant ma jambe, je viens brutalement écraser mon pied sur l’intérieur de sa cuisse. J’écrase son muscle, sa peau, son nerf. J’ai frappé juste à coté de ses putains de couilles. C’était calculé, il ne ferait pas l’erreur de croire que c’est involontaire. J’aurai pu t’écraser ce dont tu es si fier. En deux mouvements.

J’arrête de jouer. Je ne veux pas de toi comme adversaire. Tu ne me mérites pas, Jérémy Bonnet. Grandis. J’en ai terminé avec toi.

Je retire mon pied, et m’éloigne de lui. Mon regard n’a pas flanché, planté dans le sien. Je lui ai asséné ça avec l’air de ceux qui tuent, ceux qui n’ont plus envie de jouer. L’air de ceux qui ont souffert au point de plus pouvoir en rajouter. Au point de devenir une machine, et de ne plus se poser de question. Il n’y a pas de jeu dans la rue. Il n’y a pas d’amusement. Il y a la survie. Et c’est tout. Ici, à Terrae, je veux vivre. Et ce n’est pas lui qui m’en empêchera.



Merci chaton.


#   Sam 30 Sep 2017 - 19:27

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 164
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 24
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Il dit de la merde, il dit de la merde... Mais c'est pas vrai putain ! Il a dit une vérité ! Elle s'entraîne oui ou merde ? Et pour faire quoi sinon rester capable de se défendre, de se battre, de lui foutre une misère ? Elle cherche pas d'adversaire... Mais elle le fait quand même et pour quoi ? Au cas où elle en a un ! Donc il dit pas que des conneries ! Merde ! Chiotte ! Il a en marre qu'on le prenne de haut juste parce qu'il ne comprend pas leur philosophie de bisounours à la con. Il en a marre qu'on lui dise qu'il a tort alors que c'est faux, qu'il y a une part de vérité que personne n'assume et qu'il rage, et qu'il engrange et qui le soûle parce qu'on le prend pour un abruti juste POUR cette PUTAIN de RAISON ! Et puis d'un seul coup, ça sort. Il expulse tout ça, comme du pus d'une blessure. Comme une mauvaise indigestion. Il crie, les traits tirés, les membres tendus... Son corps est une statue de colère pure. :

-Réfléchir ?... RÉFLÉCHIR ?! Mais tu crois que j'essaie de faire quoi là exactement ?! Je m'amuse à avoir une rouquine pour égale niveau baston ?! NON. Que crois-tu que j'essaye de faire ? Te faire mal pour- pfft je sais pas... L'envie ? Ça c'était la baston d'avant. Là j'essaie de saisir justement, cette "adaptation".

On. Ne m'arrachera pas. Lottie. Sa mâchoire est serrée mais il articule chaque mot avec soin. :

-Mon but c'est de rester ici et JE VAIS rester ici. Tu crois que je joue ? Tu crois que je m'amuse ? NON. J'apprends à ma manière, parce que c'est MA façon de faire. Tu veux m'apprendre quelque chose d'une autre manière ? JE. T'EN. PRIE.

Il a déjà du être plus menaçant avec sa voix dans sa vie. Mais toute sa rage et sa frustration ont été amplifiées d'un coup. Et il attaque... Quelque part, il sait que ce n'est pas bien, qu'il sera paré, car il réagissait comme ça au village, et ça ne lui réussit pas face à Elwynn. Mais de l'autre, il ne peut pas retenir ses émotions. Il n'a jamais retenu ses émotions. Il n'a jamais eu besoin de le faire, il pliait les autres si on l'en empêchait. Mais c'est la première fois qu'il voit ça. Sa réaction. Elle ne bouge pas. Elle se prend le coup qu'il n'a même pas atténué même s'il constatait bel et bien qu'elle ne bougeait pas. Elle reste immobile... Il la regarde elle, il regarde son poing, puis elle de nouveau... et il se fait avoir, encore une fois.

Quand elle attrape son poing, il se protège le visage en attendant un coup de poing de sa part, mais ce n'est pas le cas. Il prend un coup de genou dans le ventre... Il n'avait pas contracté à ce moment là, s'attendant à être percuté en haut, alors il se le prend de plein fouet. Il se plie en avant pour limiter les dégâts mais c'est trop tard... Il tousse mais ne lâche aucun autre son. Sauf lorsque son pied entre en contact avec sa cuisse. Putain mec, serre les dents, serre les fesses, serre tout putain mais pas les couilles ! Putain elle dit qu'elle joue pas mais elle vise pas loin des coucougnettes quand même... si c'est pas de la lâcheté ça. Il ne répond rien, il plante ses yeux d'or brûlants dans les siens. Elle ne cille pas, lui non plus. Parfait. Il a appris quelque chose : tout le monde pense avoir raison. Si elle croyait le blesser dans son orgueil AH ! Elle a perdu encore ; pas besoin de couilles, il était l'essence même de l'homme. Je ne te mérites pas ? Vraiment ? :

-Toi non plus.

Un sourire lui étire le visage, ni mauvais, ni foncièrement bon... Celui de la constatation. Celui qui dit qu'ils ont tort tous les deux. Celui qui dit que non, elle n'en a pas fini avec lui...

.... ...AÏE PUTAIN MA JAMBE !





Cadeau:
 
#   Lun 2 Oct 2017 - 23:20

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 354
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Jérémy hurle. Il hurle sur moi, comme si j'avais crevé un abcès. Il me crache tout à la figure. Quoi, ça "c'était la baston d'avant". Parce que y a un temps pour faire du mal, et un temps pour voir comment on fait pour en faire mieux après ? Non, non y a rien du tout. Y a ce que je sais faire, et c'est tout.Et moi j'veux plus avoir ces deux temps. Mais je me bats encore. J'ai accepté de le frapper, de me faire frapper. Il a raison. Et il complètement tort. Parce que je ne m'entraine plus pour me battre. Je m'entraine pour me prouver que je sais faire quelque chose dans ce monde que je connais si peu, que je commence à peine à accepter après un an d'errance.

Et j'effleure à peine une vraie réflexion là. Il veut rester ici, s'adapter ? Ok, beh il se trompe de chemin. Et il s'en fout visiblement. S'adapter c'est piger que sa façon d'être est pas cool, et donc changer. Qu'est-ce qu'il change en se battant avec moi ? Et puis au final, il cherche bien à prouver qu'il s'adapte. Qu'il voudrait. Mpfh.

Je le surprends visiblement. Il protège son visage alors que je frappe son ventre. La douleur envahi son visage, malgré le fait qu'il bloque tout. Je ne ressens rien, aucune pitié, aucune colère tellement j'enrage, tout est froid, métallique. Je me fiche complètement de sa douleur, de la mienne, de celle du monde. Je n'ai plus envie de rien. Je suis devenue froide. Lorsque je m'éloigne de lui, j'entends sa réplique.

Et mon "nouveau" moi revient doucement. Je souris, ironique, tout en me penchant pour attraper ma bouteille. Je bois une gorgée, plus par réflexe que par réelle soif. Hm. Non. Je le mérite pas. Ni l'un ni l'autre. Je finis par prendre en compte ce qu'il m'a dit. Ouais j'mettrai un point d'honneur à écouter son avis, aussi con qu'il puisse être. Ouais j'ai appris à écouter et réfléchir avec Adélaïde. Et être sympa avec Asb. Hrm.

Il essaie de comprendre hein ? Beh pourquoi il pose pas de questions ? Pourquoi il agit comme un con ? Il est con. Et moi, pourquoi j'me suis battue ? J'ai recommencé. Je me rends compte que j'ai agis comme ce que je répugne maintenant. Je lui ai fait du mal sans même y réfléchir. C'est dans ma nature. Je ne grimace pas, mais tout mon esprit se tord. J'ai envie de me cracher dessus tellement je suis conne. Et j'suis en colère qu'il m'ait mise dans cet état ce p'tit con.

Alors en effet j'me suis peut être trompée. J'en ai peut être pas fini avec cette tête d'abruti.

Tu sais quoi ? Tu sais quoi, ouais. Y a d'autres façons d'apprendre, et tu devrais t'y mettre.

Je me tourne vers lui de nouveau. Mon regard est dur, on peut presque y percevoir la colère. Pourtant ma voix est neutre. Je suis presque pas agressive. GRAND EXPLOIT.

Poses des questions, à toi et aux autres. Discute. C'est évident pauvre idiot. Réfléchis deux secondes.

Je referme ma bouteille, et la jette violemment dans sa direction. Elle atterrie droite devant lui. Je finis par lui décocher un regard noir, avant de rattacher mes cheveux et de regarder la porte qui se rouvre, avec les deux types de tout à l'heure qui viennent rapporter leur ballon. Et me rendre compte que des bleus se forment sûrement sur mon corps... Aïe.

Et si t'aimes pas parler, demande avant de foncer sur les gens pour te battre, connard.

Ok. Ok je conseille mal. Ok j'suis pas patiente, ok j'suis cheloue et je sais pas m'adapter, ok. OK. Je vais réfléchir à tout ça. Toi Jérémy-du-con, tu vas réfléchir aussi. Et t'as intérêt à grandir parce que t'es un gros gamin qui réfléchis de façon tordue, de façon idiote. Arrête de croire que le monde t'appartiens deux secondes et remets-toi en cause bordel.



Merci chaton.


#   Lun 9 Oct 2017 - 21:25

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 164
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 24
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Jérémy masse sa cuisse, là où elle a planté son pied. Il allait avoir un bleu c'était clair. Elle prend sa bouteille, lui dit qu'il y a d'autres moyens d'apprendre. Il retient une remarque acide... Elle a bon dos à dire un truc pareil alors qu'elle le frappe. Elle le frappe pour lui apprendre qu'il y a d'autres moyens d'apprendre que de frapper. Atta-t-t-tu TU SENS LE DÉLIRE ? Il serre les dents, répond à son regard dur avec ses propres yeux d'or flamboyants. Elwynn lui dit alors, de manière calme étrangement, qu'il faut savoir poser des questions... qu'il faut savoir se poser des questions... Savoir communiquer pour mieux comprendre. ...et elle le traite d'idiot avant de balancer sa bouteille droit sur lui. Il l'attrape d'une main, bien en face de son visage. C'était lancé fort mais pas pour lui faire du mal... sinon il n'aurait pas eu le temps de tendre le bras. Sa colère enfle mais il regarde la bouteille en plastique dans sa main, puis les basketteurs revenus ranger leur baballe. Elle l'insulte une dernière fois après s'être rattaché les cheveux... Cette sale rousse.

Demander un combat à quelqu'un qui a des réflexes d'assassins au lieu de profiter d'un effet de surprise pour avoir l'avantage ?... Elle est conne ou bien. Bien sûr qu'il avait intérêt à ne pas la prévenir, tout comme elle a vu l'intérêt de lui viser l'entrejambe. Pourquoi les gens pensent qu'il est stupide ? Parce qu'il ne "discute" pas ? Parce qu'il ne "pose pas de questions" ? Oui, il reconnaît qu'il s'en pose, mais rien n'est offert sur un plateau d'argent dans ce monde. A croire que les gens oubliaient ça une fois qu'ils arrivaient ici. L'extérieur ne t'offre rien que des souffrances, il faudrait se plier et courber la nuque. Se mettre à genoux devant quelqu'un pour recevoir l'enseignement dont tu as besoin pour survivre. Partager ses sentiments et n'avoir qu'un peu de bonheur. Se réveiller blessé par la trahison, la honte ou la mort. Hein... Se compléter toute une vie jusqu'au jour où on crève. On le juge parce qu'il reste loin des choses, en surface, qu'il prend ce dont il a besoin sans demander l'avis des autres ? Et bien faites. Ah. Il allait donc parler... mais il n'écoutera pas. Pas vraiment.

Il se leva et se dirigea droit vers Elwynn, lentement. Aucune mauvaise intention dans le regard, aucune menace de son être. Il s'arrêta à un pas d'elle, toute sa masse devait lui faire de l'ombre. Il a envie de lui dire à quel point il est en colère, à quel point parler, poser des questions, ça ne change rien. La communication entres les gens, c'est la petite illusion qu'on offre à ceux qui sont faibles qu'ils peuvent aussi y arriver dans la vie. Qu'il n'y a rien de beau dans la vie, du moins de cette beauté qu'on raconte aux enfants ; les bons sentiments, la gentillesse et l'amour. Pourtant il ne dit rien, il plante ses yeux dans les siens et il sait. S'il avait le droit, il pourrait la battre à plate couture. Mais bien qu'il ait les mots... il perdrait à une joute verbale. C'était dur d'admettre qu'il n'était pas aussi fort qu'il le pensait, c'était dur de se rappeler qu'il ne pouvait pas faire plier tout le monde pour s'éviter cette peine. ...Il lui rendit sa bouteille d'eau. :

-D'accord...

...Oui parce qu'il fallait pas déconner non plus. Un "merci" ça lui ferait un peu trop mal au cul. Puis il plissa les paupières en se rappelant qu'elle l'avait quand même insulté plusieurs et il rajouta, tout en s'éloignant pour aller remettre son t-shirt. :

-...saloperie de rousse.

Bon... on a vu mieux niveau politesse.





Cadeau:
 
#   Lun 16 Oct 2017 - 0:56

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 354
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Il se masse la cuisse et voudrait probablement me détruire du regard, mais il ne dit rien. Je ne dis rien non plus. Il rattrape ma bouteille avec facilité. Il n'a pas l'air d'avoir compris que je lui ai jeté pour qu'il puisse boire. C'était une bonne intention. La première que j'ai eu à son égard après avoir voulu lui donner des conseils. MAIS JE LE FAIS MAL JE SAIS. Putain. Aidez-moi. Les deux types viennent ranger leurs affaires. Moi j'ai plus envie d'être là. J'suis saoulée, j'ai envie d'être seule.

Je sais que Jérémy doit ruminer ce que j'ai dit. Je sais qu'il ne sera probablement pas d'accord avec moi. Je sais ce que je risque en faisant ça. Je sais pas vraiment pourquoi j'le fais, je sais juste que je suis énervée. Je me calme, je refoule tout ça derrière mon armure de dureté et de sang-froid. La colère n'a pas explosé. Normalement j'ai du mal à la gérer, mais si elle monte lentement comme c'est le cas maintenant, j'y arrive.
Il avait l'air d'avoir vécu la rue. Est-ce qu'on a vu le même milieu ? Est-ce qu'on a eu les mêmes rôles ? Je ne pense pas. Ce n'est pas une fille, il n'a pas eu besoin de se battre quatre fois plus que les autres pour reconnu. Il est grand et fort. Il a dû un peu en baver ok, il a dû en faire baver bien plus que je ne l'imagine. Il n'imagine pas combien j'en ai fait baver de mon coté. Je ne sais rien de lui, mais je vois qu'il n'envisage pas les choses comme il faudrait pour que ça l'aide. S'adapter ce n'est pas chercher à comprendre en tapant parce qu'on l'a toujours fait. C'est essayer de comprendre l'autre avant tout. SANS LE FRAPPER.

Mais j'peux parler. Moi je frappe encore. Je me suis énervée contre lui. Je considère qu'il a commencé mais il m'a juste énervée. J'en sais rien. On est probablement très très con. Pour l'instant j'ai juste envie de l'insulter, je réfléchis encore plus à tête reposée. Peut être que j'irai lui demander des excuses. Non. En fait non ahah. Jamais de la vie.

Jérémy se redresse et s'avance vers moi. Il semble plus calme. Alors je le regarde venir vers moi, sans aucune peur, je n'ai aucun mouvement de recul. Il pourrait me bousculer que je ne bougerai pas. Putain d'instinct animal de mes deux. Il me toise toute entière. Je fais de même. Il voit qu'il pourrait m'écraser. Il pourrait. Sans aucun souci. Je ne le connais pas assez bien pour savoir jusqu'où il peut aller. Mais l'inverse est vrai. Je pourrai le tuer. En deux mouvements, même pas. Sa grande masse pourrait s'écrouler à mes pieds, sans vie, à tout moment. Je sais faire ça. Il sait faire de même. On est deux tueurs, on le sait très bien. On pourrait s'entre tuer, là, maintenant.

Et on ne fait rien.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas vécu cette sensation froide et destructrice. L'idée de tuer. Savoir comment faire. Ne pas en être effrayée. Et trouver cela banal.

Il me rend ma bouteille d'eau, que je reprends en secouant la tête. Il a quand même dit d'accord. J'vais pas lui décocher un sourire, mais mon regard se fait un peu moins dur. Froid oui, mais moins agressif. C'est déjà un progrès que de dire d'accord.
Et il m'insulte. Je laisse fuser un rire sarcastique. Il me tourne le dos, j'ai le temps de le détailler. Il n'a aucune cicatrice dans le dos. Muscles apparents, entrainés sur des années. Mais il n'a pas de cicatrices. J'ai une envie fugace de lui cracher dessus pour ça. Mais je ne sais rien. On va jouer à la débile j'connais pas sa p'tite vie.
Je laisse seulement couler.

Un plaisir chaton blondinet.

Ouais c'est du foutage de gueule. C'est limite mais c'est même pas avec l'intention de lui clouer le bec. Juste que son "saloperie de rousse" me fait rien rire. Désolée de pas être à ton goût chéri, tu l'es pas non plus pour moi.



Merci chaton.


#   
Contenu sponsorisé

 

Tu m'touches j'te bouffe. [/Jerem <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Gymnase.
Aller à la page : Précédent  1, 2