Partagez | 
Tu t'es perdu, je ne le suis pas encore... Ca te dit on parle d'autre chose ? [/Angie :3]
##   Lun 18 Sep 2017 - 13:02

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 500
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice finissait les cours assez tôt aujourd'hui. Une fois son cours terminé, elle quitte ses camarades non sans leur dire au revoir, et retourne dans sa chambre. Ce soir, rien de prévu, Hamilton n'est pas disponible, et de toute façon, elle doit préparer les ateliers avec les enfants.  Elle attrape son carnet d'idées et retrouve celles qu'elle voulait mettre en place pour les jours à venir. Construire un arbre à bonbon. Elle savait que cela ferait rire les petits, mais aussi que cela leur plairait. Construire avec deux matériaux qui pour eux n'ont rien à voir, c'est toujours amusant. Alice dessine un petit schéma de comment elle voit la chose, qu'est-ce qu'elle va utiliser pour ce faire.

Elle espère que Tomoe sera d'accord. Jusqu'à présent, la Master a toujours été très bienveillante avec elle, et l'encourage beaucoup dans ses projets. Alice lui en ai très reconnaissante, et essaie de faire au mieux pour éveiller les enfants et les amuser en même temps. Une fois qu'elle termine son petit schéma, elle lève le nez vers sa fenêtre. Dehors il fait beau, le soleil commence à peine à décliner.

La Terre décide d'aller faire un tour dehors. Réfléchir un peu. Se reposer surtout. De plus en plus, la présence des arbres devient quelque chose d'apaisant pour elle. Marcher aussi... Merci Hamilton, d'influencer comme ça Alice. Elle attrape un livre, le glisse dans son petit sac et sort de sa chambre. Elle marche tranquillement, sans but, rejoignant les espaces verts. Elle se perd un peu dans ses pensées, ses questionnements du moment. Elle se pose de plus en plus de questions sur les Master. Sur comment fonctionne réellement Terrae. Sur elle-même aussi. Alice entre dans une phase un peu plus fragile de sa construction, mais ne le vis pas mal du tout.

En arrivant, elle cherche Nathanaël du regard. Cela fait un moment qu'elle n'a pas vu le jardinier, et cela lui manque terriblement. Elle aimerait bien pouvoir se confier à lui, ou simplement discuter tranquillement. Mais ce n'est pas possible. Elle se dirige vers les arbres avec un pas plus décidé. Et puis elle aperçoit une silhouette assise. Elle l'observe et reconnait rapidement Charlie-Ange. Elle se rend compte que cela fait trèèèèès longtemps qu'elle ne l'a plus revu, depuis la première fois qu'elle a fait pousser une germe. Alice a bien évolué depuis ce moment-là. Elle se dirige vers lui, lentement, ne voulant pas le déranger ; il semble prit dans un livre, et Alice n'aime pas trop couper les lectures. Alors qu'il lève le nez vers elle, elle lui adresse un sourire plein de douceur.

« Cela faisait longtemps, Charlie-Ange. Bonjour. Comment vas-tu depuis tout ce temps ? »

La voix d'Alice n'est pas forte, laisse la place à toute la réaction du Terre. Elle lui sourit simplement, toute calme et douce.



Moonshine:
 
##   Mer 4 Oct 2017 - 21:07
Messages : 490
Date d'inscription : 08/11/2015

« Salut Chaton, comment vas-tu ? ça fait un bail que je n’ai plus de tes nouvelles ! Kris »

Tes yeux relisent pour la centième fois peut-être ce message, incrédule. Tu avais eu la même réaction quand tu as vu le numéro de Chris s’afficher sur ton écran… Oh, bien entendu tu l’avais retiré de tes contacts lors de votre rupture. C’était plus facile si tu ne pouvais pas lui écrire directement, pas le contacter, pas même voir son nom. T’avais eu besoin de passer à autre chose assez violemment, ça faisait trop mal, alors t’avais fui pour continuer à avancer… Et tu ne t’étais jamais retourné.
Ça faisait combien maintenant ? Deux ans trois ans ? Plus ? T’en savais rien, t’avais perdu le compte… Et pourtant tu te souvenais de son numéro.
Sur le moment tu restes sans réaction autre que j’étonnement, t’envisage même pas de répondre, mais tu finis par ne pas supprimer le message trop perplexe à ce sujet. T’arrives pas à analyser si t’as envie de rire ou de pleurer, si t’es en colère ou si tu t’en fout. Ça arrive trop tard, bien trop tard. Combien tu aurais aimé qu’il revienne jadis… Non, en réalité ce n’était pas cela que tu désirais, car si tu aurais pardonné comme à ton habitude ta peine ne s’en serait pas trouvée effacée. Tu aurais aimé qu’il ne parte pas… Et maintenant ? Maintenant quoi ? T’en savais rien t’avais reposé le portable sur le coin d’une chaise où tu ne pouvais pas le voir et tu étais sorti.

T’avais choisi les crayons ce jour-là pour épancher ta pensée, tu jetais leurs coups avec ton habituelle malhabileté maitrisée. T’en étais qu’à l’esquisse il faut dire mais quelque-chose clochait déjà. T’avais essayé de dessiner un scarabée qui se promenait sur un arbre mais il s’était éclipsé et depuis tu regardais le dessin dans ton carnet à croquis en essayant de comprendre ce qui n’allait pas. Tu ne savais pas ce qui te gênait avais-tu dessiné quelque-chose trop lointain de la réalité ou au contraire trop proche ? Le modèle s’étant enfui tu ne savais pas d’où te venait ce sentiment d’étrangeté et tu mirais avec concentration la page, rapprochant le carné coloré de tes yeux, donnant l’impression que tu étais en train de le lire… Tu n’en fais rien, et tu ne trouves pas d’erreur magistrale, tu n’avais rien à faire des notions de perspective ces derniers temps tu dessinais comme ça venait et ton style d’abord réaliste était en train de muter. Plus libre, moins accroché aux réalités, tu recommençais enfin à te figurer.

Tu ne trouves pas d’erreurs alors tu décides de passer à autre-chose, de trouver quelque fleur ou feuille colorée à croquer. C’est alors qu’elle te parle. Tu mets un moment pour te souvenir d’elle, mais tu sais que tu la connais. C’est lointain. Le ton de sa voix fait que tu ne te sens pas agressé, et tu ne te sens plus systématiquement mis en défaut quand on te parle. Tu vas mieux, un peu.

« Salut… Euh… ne le prends pas mal mais je n’arrive plus à me souvenir de ton nom… Je sais qu’on s’est déjà rencontrés mais j’arrive plus à me souvenir d’où… J’ai un peu la mémoire en compote ces derniers temps… Tu peux me le rappeler ? »

C’est p’t’être les médicaments, c’est p’t’être le contre coup, mais t’as l’impression d’être ralenti du souvenir ces derniers temps… Ce qui rend d’autant plus drôle que tu n’aies pas eu besoin de lire la signature du texto de ton ex pour savoir que c’était lui… Tu as une mémoire sélective et elle ne joue pas en ta faveur.


##   Ven 13 Oct 2017 - 17:48

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 500
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Alice observe le garçon un peu perdu, au milieu de ses crayons. Elle ne voit pas ce qu'il y a sur sa feuille, elle ne se pose pas encore la question. Elle lui laisse le temps de la regarder, de chercher dans la liste des visages qui elle est. Elle n'a pas l'air offusquée qu'il ne la reconnaisse pas tout de suite. A peine surprise lorsqu'il lui demande si elle peut le lui rappeler. Alice ne sait pas ce qu'il a vécu depuis la dernière fois, elle l'a croisé assez peu dans les couloirs des Terres, n'y passant que très peu de temps.

Alice traîne beaucoup dehors après les cours, elle retrouve Adélaïde et Nicolas depuis qu'il est sorti de l'hopitâl, elle assiste aux entrainements d'Elwynn, ou bien aide Hamilton pour lui enseigner la littérature. Elle discute avec Houston lorsqu'elle le croise. Cela fait un moment qu'elle n'a pas prit le temps de voir Nathanaël. Mais Charlie-Ange, elle ne l'avait que peu aperçu. Pas étonnant qu'il ait un peu oublié, surtout qu'il semble réellement sortir de quelque chose de gros.

Alice continue de sourire, et sa voix reste très tendre, pas vexée du tout.

« Je suis Alice, nous nous étions rencontrés en salle d'entrainement. Est-ce que tu t'en souviens ? »

La Terre sourit, attend que ce qu'elle fasse son chemin également. Elle vient s'asseoir pas trop loin de lui, sans se mettre trop près non plus. Alice fait toujours attention aux distances qu'elle prend avec les autres. Pas envie de lui faire du mal ni de lui faire peur.

Elle se souvenait de lui parce qu'il était la première personne dont elle avait entendu les pensées, clairement, sans que cela ne lui fasse trop mal. Elle avait ensuite apprit à créer des barrières comme maintenant, elle avait énormément progressé, elle avait beaucoup grandi. Mais elle était un peu... Mélancolique. Elle était un peu moins Alice. Elle n'était donc pas si triste qu'il ne se souvienne que très peu d'elle, voire pas du tout. Il semblait lui aussi un peu perdu, plus qu'elle peut être, elle ne sait pas.

« Est-ce que ça te dérange que je m'assois avec toi, tu préfères être seul pour dessiner ? »



Moonshine:
 
##   Mar 26 Déc 2017 - 22:45
Messages : 490
Date d'inscription : 08/11/2015

Alice c’est un son, des mots, des souvenirs, Alice c’est un tout qui te semble lointain une idée fugace que tu n’as saisi qu’un moment. Alice c’est une rencontre, c’est un oubli, Alice c’est une jeune fille à l’air aimable qui te regarde maintenant sans se montrer nullement inquiète que tu la reconnaisses ou pas. Peut-être pourtant s’offusquerait-elle si tu lui disais qu’elle ne se ressemblait pas, ou du moins elle ne ressemblait pas à la Alice de ton souvenir. La plante fragile avait pris plus fermement racine, elle n’en restait pas moins craintive du gel.

« Vaguement. »


Mentir ne te semble en cet instant pas approprié alors qu’elle cherche la distance adéquate pour te parler. C’est rare que l’on vienne vers toi, certains savent, d’autres croient savoir. On t’a dit mort, on t’a vu partir et comme tu ne revenais pas nombre de rumeurs ont circulé sur toi… Mais tu es revenu et les gens te regardent comme un étranger.

« Bien sûr, assieds toi où tu le souhaite, ce jardin n’est pas mien. »

Si tu voulais être seul peut-être choisirais-tu un lieu clos pour te cloitrer mais la cmpagnie vient à manquer et c’est au milieu de la foule que tu te sens le plus seul. Oksa est partie, Mitsuki va se marier, ou un truc comme ça tu n’es pas certain et tu n’as plus envie de savoir. Toutes les personnes avec qui tu as eu une relation suivie semblent avoir déserté, alors toi-même tu t’étais déserté… Mais maintenant la solitude ça te pèse et tu n’es pas contre l’idée de la rompre un peu.

« Qu’est-ce que tu deviens depuis le temps ? »

C’est une question qui en vaut une autre, tu as l’impression d’avoir connu la jeune fille alors qu’elle restait pour toi une étrangère. Demander ce qu’elle devenait c’était comme prétendre avoir connu celle qu’elle était. C’était faux, mais tu avais besoin de ce subterfuge pour te lancer dans une conversation. T’avais besoin de parler à quelqu’un d’autre qu’à un psy, mais tu savais plus vraiment comment t’y prendre alors tu t’enfermais dans ta solitude. La solitude c’était triste, mais ça ressemblait un peu à ce que t’étais devenu. C’était froid et morne, et ça faisait mal. Tu t’es transformé sans le savoir, t’es devenu une incarnation de la solitude. Allez haut les cœurs, il y a quelqu’un d’assez gentil pour t’adresser la parole.


##   Lun 22 Jan 2018 - 23:51

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 500
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

La petite Terre s'assoit à coté de lui, doucement, et sort son livre pour le poser sur ses genoux. C'est un mouvement qu'elle n'a pas réfléchi, plus concentrée sur le fait que Charlie-Ange affirme que le jardin n'est pas à lui. Effectivement, ça ne l'empêche pas d'avoir envie d'être seul, et Alice de respecter son envie si elle existe.

Mais elle ne dit rien, elle n'a pas envie de le contredire, elle n'en a pas besoin, ce n'est pas quelque chose de fondamentale non plus. Le Terre semble faire des efforts pour se souvenir d'elle, sans vraiment réussir. Il sait seulement qu'il la connait. Elle comprend. Enfin, non, elle ne comprend pas, mais elle connait ce genre de situation. Alice a aimé pendant plus d'un an un jeune garçon amnésique, qui cherchait sans arrêt qui il était. Alors bien sûr, il la reconnaissait, mais cet état de recherche, de demi-présence, Alice le comprend. Elle ne se montre même plus patiente, c'est une façon d'être pour elle.

A sa question, elle sourit, et réfléchit un peu. Que lui dire ?

« J'ai grandi, je crois. Je maitrise mieux mes pouvoirs, et puis je me suis fait des amis. Une petite bande d'amis. J'ai rencontré de très chouette personnes. Je suis repartie en France pour une mission, puis pour revoir mon père, qui y vit. Et puis eum... Voilà. Et toi alors ? »

Elle se recale bien contre son arbre, pour pouvoir lui faire face. Elle le regarde dans les yeux, détaille son visage, sans se vouloir intrusive. Elle lui laisse poser les questions qu'il veut. Alice est une créature d'acceptation. Elle lui sourit doucement. Elle aperçoit son dessin de là où elle est, sourit un peu plus, mais ne fait aucune remarque. Elle n'a pas envie de le gêner, le dessin peut être une activité très intime, il n'a pas nécessairement envie de le partager avec elle.

« Tu viens souvent dessiner ici ? »



Moonshine:
 
##   Mar 24 Avr 2018 - 15:11
Messages : 490
Date d'inscription : 08/11/2015

Alice avec un livre assise dans un jardin. Elle mériterait d’être blonde pour compléter le tableau, un lapin pourrait venir vous voir et entamer la conversation, trépignant sur place. Si tu en avais la force peut-être chercherais-tu à créer l’illusion, mais tu sais que même les petites lucioles que tu avais réussi à faire danser dans l’esprit de Mitsuki il y a plusieurs hivers sont hors de ta portée. Tu ne maitrises plus rien, tout s’est embrouillé dans ta tête. Un master attentionné t’as fourni un cristal te préservant des pensées d’autrui. Ce qui était plutôt une bonne idée quand on était enfermé dans un service de psychiatrie avec l’envie de sauter par une fenêtre que tu ne pouvais ouvrir. Heureusement que tu ne pouvais pas ressentir leur détresse en plus de la tienne.
T’as pas rencontré grand-monde si ce n’est ce petit garçon qui a su à nouveau t’intéresser à l’art, tu as oublié son nom à lui aussi. Il était gentil et très vif, il t’avait bousculé comme seul savent le faire les enfants.

« J’ai rien fait de très… notable, j’crois que j’ai rien fait du tout en fait. J’ai pris un mauvais chemin et j’ai perdu du temps. »

Est-ce que tu pourrais pas simplement dire « j’ai pris soin de moi ? » Non, tu n’oserais pas, pas après ce que tu t’es fait. Les autres ont pris soin de toi quand tu avais abandonné. Toi tu sais plus comment prendre soin de toi, t’essaies hein ? Déjà t’as recommencé à manger et t’as repris quelques kilos.

« C’est la première fois que je viens ici, ici ? »


Tu parles pas beaucoup, tu sais plus comment faire. Comment on crée une discussion qui soit agréable ? Comment on s’intéresse à l’autre et comment on fait en sorte de ne pas l’ennuyer. Pourtant avant t’essayait de garder l’attention de trente personnes à la fois, et t’y arrivais plus ou moins. Enfin, c’était il y a trop longtemps pour que tu t’en souviennes. Alors tu cherches un sujet de conversation.

« Tu lis quoi ? »


A défaut de t’intéresser à toi tu peux t’intéresser à elle. C’est tout de même plus sympathique non ? T’intéresser au monde tu peux réapprendre ça, peut-être ? Ce serait un bon début je crois, il faut bien partir de quelque-part.


##   Ven 22 Juin 2018 - 23:12

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Elwynn Evrard
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 500
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 20
Emploi/loisirs : Créer des activités artistiques pour les petits ♥
Humeur : Y'a un village là-bas, on dirait la mer.

Charlie-Ange ne semble pas très heureux de ce qu'il a pu faire jusqu'à maintenant. Alice l'entend malgré ses barrières. Il estime avoir perdu du temps. Alice se tait pour cette fois. Prendre un mauvais chemin et perdre du temps... Alice n'y croit pas trop. Il n'y pas de mauvais chemin, seulement certains moins bien que d'autres peut être. Il aurait pu faire pire. Perdre du temps ensuite, c'est seulement à lui de le décider. Est-ce qu'il a vraiment perdu du temps ? Ce n'est peut être l'instant pour le savoir. Il faut qu'il avance un peu, et peut être qu'au final il ira bien plus vite qu'avant. Mais Alice ne dit rien, elle hoche simplement la tête.

Elle lui sourit lorsqu'il explique qu'il n'était jamais venu.

« Je trouve que c'est un endroit plutôt sympathique, on y croise pas souvent du monde. »

Le ton d'Alice est calme, comme l'endroit en lui-même. La Terre se concentre un peu sur l'énergie des arbres autour d'elle. Elle sourit, l'air sereine. Le regard tendre d'Alice revient se poser sur Angie, et elle lui répond directement, sans avoir besoin de regarder ce qu'elle tient dans les mains.

« C'est un livre d'une auteure française. Ca s'appelle Chasseur de Fantôme, et le titre indique plutôt bien ce que raconte l'histoire. C'est un jeune homme qui a perdu sa femme avec qui ils chassaient les entités. Il est doté d'un don rare, il peut voir les fantômes, dont sa femme, qui l'accompagne partout, et l'aide dans sa quête de vengeance. »

Alice sourit. Ils passèrent un long moment tous les deux, à tatônner, à discuter un peu. Parler de livres, des lectures d'Alice, de ce qu'elle faisait, beaucoup d'Alice au final. Angie l'avait oubliée, mais pas elle. Elle gardait son éternel sourire et sa douceur. Elle ignorait si le jeune homme se souviendrait d'elle par la suite, elle espérait sincèrement que oui. Elle espérait qu'il irait un peu mieux.



Moonshine:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Tu t'es perdu, je ne le suis pas encore... Ca te dit on parle d'autre chose ? [/Angie :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Espace vert.