Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Un flocon de neige en été (PV Leya)
##   Ven 29 Sep 2017 - 23:25

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 28
Humeur : ....


Comme si ça avait semblé être une évidence, Leya avait parlé de son passé, de ce qui la hantait sans trop en donner des détails, et encore une fois elle se sentit bien nulle et honteuse quand il lui fit comprendre que ce n'était pas là qu'il voulait en venir. Il voulait connaître ses origines, et devait du coup se retrouver bien embêté qu'elle se soit dévoilée de la sorte. La demoiselle se pinça la lèvre inférieure avant de détourner le regard. Tu n'es qu'une idiote ma pauvre Leya...A nouveau tel un animal sauvage, elle fuyait le regard de Renji.

▬ A dire vrai je n'en sais rien...je sais juste que j'ai grandie en Angleterre.

Par ailleurs, elle s'était à nouveau un peu refermée, on le sentait à ses phrases plus courtes. Si la demoiselle pensait avoir un peu trop prit ses aises, l'envie de se cacher dans un coin ne lui déplairait pas...Qu'est-ce qu'elle croyait vraiment ? Le bonheur est toujours de courte durée, elle la bien compris avec le temps et avec les événements passés. Se débrouiller seule ? De toute façon elle avait toujours été comme ça, alors pourquoi pense t-il que ça changerait quelque chose ? Reportant à nouveau son regard sur lui, elle lui souffla brièvement

▬ Jusqu'à maintenant j'ai réussie à survivre malgré les péripéties....je devrais arriver à m'en tirer encore, il ne faut pas te faire de soucis pour moi....

S'il savait comme elle était passée si près de la mort...
Elle ne lui en dira rien.


Il voulait lui montrer qu'elle devait être comme ce papillon qu'il racontait dans son récit, sauf qu'à la différence, ici, c'est que malgré qu'elle soit fragile, elle n'est pas très déterminée à vouloir se battre pour sortir de ce cocon. Leya était désespérée, et Renji avait réussi à lui donner un bref répit pour qu'elle ne rumine pas la tristesse de ce monde. L'empathie est un sentiment si douloureux, si difficile à maîtriser quand on est un être fragile. Restant silencieuse, ses paroles la fit néanmoins réfléchir sur ce détail. Autrefois, elle avait lu un livre de fantaisie sur le conte de Robin des bois. Un justicier forestier qui pillait les riches pour nourrir les pauvres. Considéré comme un héros, il sacrifiait sa vie au bonheur des autres. Et lorsque le désespoir de ses troupes fut présent, il était encore là....Leya n'oubliera jamais cette phrase qui l'a profondément marqué...

Dressez vous sans relâche, jusqu'à ce que les moutons deviennent des lions

Ne pouvait-elle pas elle aussi devenir un lion rugissant ? Devait-elle être le mouton qui se fait terroriser par le moindre loup ? Celui qui suit le phénomène de société ? Ce qui lui manquait en vérité, ce n'était pas de la force, c'était une raison d'en avoir....Regardant la pomme, posée sur la table qu'elle n'avait toujours pas mangée, le bruit d'une préparation de nuit l'interpella. Dormir dans son lit ? Que....mais non pourquoi et lui alors ? Allez voir les bureaux administratifs ? Pour quoi faire ?....Autant il est vrai que sa colocataire ne mérite pas qu'on l'épargne, autant elle ne veut créer d'ennuis à personne. Hors de question de reproduire sa piètre vie dans ce monde nouveau. Elle secoua la tête en signe négatif.

▬ C'est inutile pour les bureaux je t'assure....Je suis sûre qu'elle a bien compris la leçon...

Faut-il l'espérer ? Leya se leva contournant la table pour être à côté du jeune homme

▬ Je peux dormir dans le lit de ton colocataire tu sais, tu m'offres déjà l'hospitalité, je ne veux pas m'imposer et t'empêcher de passer une bonne nuit ! Ne t'inquiète pas, s'il remarque quelque chose, j'irais m'excuser auprès de lui...Et puis comme ça tu pourra-a-haaaaa !

Alors qu'elle tenait déjà difficilement sur ses jambes, les deux chatons s'amusèrent à ses pieds au mauvais moment lui faisant un léger petit mouvement de recul, mais pas assez de force pour lui faire garder l'équilibre, partant en avant. Maladresse quand tu nous tiens, décidément elle n'en rate vraiment pas une ce soir....La suite ? Vous l'aurez surement devinée, ouvrant les yeux après avoir eu peur du choc, elle se rendit compte qu'elle était tombée sur le lit du jeune homme....oui sauf que....il était en dessous....leur visage très très proches, pour ne pas dire même que leur lèvres s'....effleuraient ? Devenant plus rouge qu'un pivoine, elle se releva très rapidement et perdit complètement tout ses moyens...et c'était rare !

▬ Pa...PARDON ! Je suis désolée ! Les chats...Je....BONNE NUIT !

Elle avait parlé d'une voix un peu forte ne maîtrisant pas du tout ses émotions, en bégayant complètement. Et avant même qu'il ne réagisse, elle tira les couettes du lit du colocataire, en se cachant complètement entière à l'intérieur, le dos tourné, espérant secrètement s'étouffer dans son sommeil. Non mais là c'est définitif ! Il va la détester....



##   Dim 1 Oct 2017 - 21:28

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 239
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Anglaise donc. Renji s'en aurait douté. Mais vue l'étendu du monde, s'il fallait deviner de quelles frontières elle passait, il aurait passé une nuit blanche.
C'était là la réponse, simple en soit, suite à une question, tout aussi simple.
Mais lorsque le garçon lui donna son avis, il sentit un changement dans la voix de cette dernière.
Tandis qu'il tira une dernière fois sur les draps du lit, il se redressa pour mieux poser son regard sur Leya.
La cascade d'argent tente de rassurer, mais qui exactement?
Ne pas s'inquiéter pour elle... voilà une bien étrange idée. Jamais il ne s'était inquiété pour une autre personne, pas même pour lui. Alors pour sa voisine... Pourtant, il s'était permis de lui donner son avis. Un simple avis qui semblait plus important qu'il ne l'aurait crus.
Malgré tout, Leya sembla avoir vécu pas mal de choses dans sa vie, et pas des plus réjouissantes. Mais elle tente de tenir bon en se berçant d'espoirs. C'est ainsi que réagit tout être humain. L'instinct de survie surement.

Ne souhaitant pas s'étendre sur le sujet, Renji préféra rester silencieux. Il se garde de commentaire mais n'en pense pas moins. Leya l'implore de ne pas se rendre aux bureaux. Soit. Qu'il ne la croise plus jamais dans cet état. Les super héros, ce n'est pas pour lui.
Faisant face à cette dernière, il se détacha de son regard. Renji n'est pas quelqu'un qui prend du temps à fixer les gens. Il les écoute, c'est déjà pas mal. Mais il garde toujours ce regard fuyant.
Leya ne souhaite pas qu'il dorme sur une chaise. Seulement le lit du voisin, c'est assez impoli et malsain. Met-elle du parfum? C'est idiot mais cela risquerait de marquer les draps et de ce fait, son coloc pourrait le découvrir tôt ou tard. Oui, l'odeur féminin dure plus longtemps.

Lâchant un soupir, Renji s'apprête enfin à lui répondre. Seulement, une fois qu'il lui fait front, tout se bouscule et tout se passe très vite. Il aura juste le temps de placer ses mains devant pour la retenir mais trop tard.
Pétrifié. Il est resté pétrifié. Son visage était si proche du sien, il manquait d'air. Le souffle coupait, il n'osa plus bouger, ni même parler. Il avait pu sentir la chaleur de ses lèvres contre les siennes, si proches. Le contact. Le contact humain est ce qu'il y a de plus répugnant à ses yeux. Il ne s'agit pas de Leya. N'importe qui le dira, et même lui, il apprécie les jolies choses.
Mais avoir été si près d'une personne le rend plus que mal à l'aise. Il aurait aimé pouvoir disparaître.
Et sans cesse, il se répète intérieurement que ce n'est qu'un accident. Un simple accident. Personne n'est en tord, la faute à pas de chance.

Leya, à son grand réconfort, se sera rapidement séparée de lui pour gagner le lit voisin se cachant sous les draps. Pendant un instant, Renji reste dans la même position. Les doigts crispés aux draps, il fixe le plafond maudissant cette soirée.
Et enfin, il se défait de cette sorcellerie. Il se redresse, tant bien que mal. Le visage refermé, agacé dans la voix.


"Demain, j'irai voir les bureaux. Tu ne bouges plus. Tu ne dépasses pas les quarante décibels."

Cela ressemblait plus à un ordre qu'à un conseil. Agacé par ce rebondissement, il se lève pour éteindre la lumière et gagnait son propre lit. Pourvu qu'il trouve rapidement le sommeil. Il sait, ce n'est pas beau de parler ainsi à une jeune femme. Ce n'est pas tant qu'il est énervé contre elle, mais le naturel revient au galop et sa personnalité froide rebondit de nouveau.
Et entre leurs lits, une frontière se dessine de nouveau.
Pourvu que cette nuit soit courte. Cette fille... le met dans tous ses états.


##   Lun 2 Oct 2017 - 1:48

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 28
Humeur : ....


Cruche, idiote, imbécile ! Tant de surnoms qu'elle méritait pour ce qui venait de se passer, appréhendant une très mauvaise réaction de Renji. Allait-il la mettre à la porte après ça ? Peut être, après tout c'est ce qu'elle mérite. Finalement non, juste une dernière parole dit sur un ton froid et d'agacement....Elle en était sûre ! Il est en colère ! Il lui en veut ! Une chaleur désagréable l'enveloppa, elle commence à avoir beaucoup trop chaud, mais elle n'ose pas sortir la tête pour l'instant. Finalement entendant un bruit de bruissement et remarquant qu'il avait éteint la lumière. La demoiselle sortit finalement de sa cachette, reprenant son souffle.

Quelle soirée. D'abord un lynchage, ensuite une rencontre complètement inattendue, un règlement de compte, et finalement la voilà ici à se retrouver à dormir dans la chambre d'un garçon....fin de deux garçons, mais le deuxième était absent. Sa vie est une succession d'accidents fortuit...Dans ce monde si tout se passait comme avant, elle ne se donne pas un mois de plus à vivre...Il allait falloir qu'elle prenne sur elle, peut être que c'était une occasion d'enfin se forger au fer ? C'est que ça commence à devenir pesant de se faire marcher dessus...mais que faire ? Apprendre les arts martiaux ? Cela pourrait être une idée...

Comme tout les soirs, Leya n'arrivait pas à fermer les yeux. Sa vision était troublée par des mauvais souvenirs, l'impression que dans ce noir si dense, la pièce baignait dans la couleur rouge du sang.... et si ce n'était que visuel encore....chaque ombre était une inquiétude grandissante. Les heures s'écoulèrent, on n'entendait pas un bruit, même les deux chatons s'étaient endormis l'un contre l'autre. La jeune fille tourna sa tête sur le côté pour regarder le dos du jeune homme. Il doit surement être assoupit...

Un réveil posé sur la table indiquait qu'il était 2 heures du matin...Et dans la lourdeur de la nuit, se cache des terreurs nocturnes...Leya assise sur le lit, appuyée contre le mur, se tenait la tête entre les mains, sa respiration saccadée, des perles de sueurs sur son front coulant jusqu'à la tempe....Chaque battement de cils, signifiait un flash.

Run Leya ! Hurry !!!!!
Mother ?.....Father....?
Il est trop tard, tu ne peux plus t'échapper....

Give me your body....
Tu sais que la mort t'appelle

Run......Run......
Leave me, no, please, Father ! Noooo don't touch me !
Il n'y a qu'un pas...



Leya resserra encore plus son étreinte contre son corps, sentant encore les mains sales de l'homme qui l'avait adoptée sur son corps d'enfant, revoyant la lame du couteau sous sa gorge....C'était trop pour elle, que tout cesse ! Vite ! Les larmes coulèrent sur ses joues, alors que sa vision se troublait et qu'elle entendait les cris de sa mère qui résonnaient comme un écho assourdissant.  

▬ Tasukete....onegai....

Elle avait parlé faiblement, comme un murmure. C'est à cause de cela qu'elle faisait des insomnies, à cause de ces terreurs qu'elle voyait ses psychologues spécialisés, mais elle avait tout essayé ! Rien n'y faisait, impossible de retrouver le sommeil....Le corps de la demoiselle tremblait de tout son être tandis que ces scènes macabres, et les echos de ses phonations défilait inlassablement comme une rétrospective.


Dernière édition par Leya Stones le Lun 2 Oct 2017 - 19:23, édité 1 fois
##   Lun 2 Oct 2017 - 14:33

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 239
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Cette soirée avait été beaucoup trop bruyante et perturbante pour le jeune homme. Lui qui préfère le calme et la solitude, il avait été servi. Et malheureusement, il avait eu du mal à trouver le sommeil.
Ce n'est pas étant agacé qu'il allait s'assoupir. Renji n'est pas un gros dormeur, mais il a tout de même besoin de ses heures de repos. Et ce soir, il avait du mal à les trouver.
Finalement, au fil des minutes qui passent, il tombe d'épuisement. Ses doutes et ses interrogations s'étant évanouis il put trouver le calme tant attendu. Son visage est plus détendu, serein.
Et enfin, il put se reposer de ces rebondissements.

Du moins, cela aura durer quelques heures. Combien de temps dort exactement un chat? Franchement? Pas suffisamment longtemps!
Ayant obtenu satisfaction, les chatons se réveillent et partent faire leurs vies. Manger, se lécher, ronronner. Et surtout le plus important dans leur jeune vie: s'amuser.
Et ils se mettent à courir dans la chambre, l'un après l'autre.
Tomber d'épuisement, Renji n'entend rien. Mais il peut tout de même sentir. Et tout d'un coup, dans un bon digne du félin, il reçoit quatre petites pattes sur sa joue. Et le criminel s'enfuit. Sous le choc, le brun ouvre grand ses yeux et ne bouge pas.
Réveillé ainsi, il n'y a rien de plus frustrant. Là, dans son lit, tentant de garder son calme, il regretta de les avoir emmener ici.
Tout était calme avant qu'il n'arrive et même encore maintenant, on lui interdit le repos.

Finalement, il finit par se redresser et cherche du regard les deux petits monstres. Quand son regard s'arrête sur le lit voisin et tout d'un coup, il découvre une silhouette fantomatique.
Sur l'instant, il sursaute, sentant son cœur s'être emballer. Non mais elle ne dort toujours pas? Et pourquoi elle....???
Plissant des yeux, il vit que Leya ne se sentait pas bien. Levant les yeux au ciel, il retint un soupir. Décidemment, cette fille lui réserve bien des surprises.
Bon... elle la vu? Parce que sinon, il peut se recoucher discrètement sans faire de bruit. Genre il n'a rien vu mais il retourne dans les bras de Morphée.
Ah oui, c'est pas mal ça. On tente?
Oui, il est un peu égoïste là mais sa jauge de patience a atteint le bout.

Une fois recouché, il ne retrouve plus le sommeil. Surement parce qu'il pense avoir entendu un gémissement, un pleur. Sa conscience lui hurle d'agir. Pestant, il se relève soudainement. Tant puis, il aura le temps de se reposer dans la journée.
Tirant la chaise vers le lit voisin, il s'assoit sur cette dernière tout en observant la jeune fille.
Elle semble tétanisée. D'un "clic", il allume la lampe de chevet.


"Leya?"

Sous la lumière, il put voir que ses joues étaient baigner de larmes. Il ne s'était pas trompé, elle était bien malheureuse. Prenant une profonde respiration, Renji leva d'une main hésitante, et doucement, il vint tapoter du doigt le genoux froid de la jeune femme.

"Il faut que tu te repose. Tu en as besoin."

Est-ce qu'elle l'entend au moins? Il n'ose pas la toucher d'avantage. Déjà parce qu'il n'est pas tactique, et ensuite parce qu'il aurait craint l'effrayer. Alors il lui parle, d'une voix calme et posée. Cherchant du regard, il tente une dernière fois.

"On va laisser la lumière si tu veux et moi, je resterais près de toi, sur cette chaise."

C'est idiot, en dépit des accidents fâcheux, il ne souhaitait pas la voir dans un état pareil. Alors tant puis, il resterait sur cette chaise jusqu'à qu'elle s'endort, veillant sur elle.


##   Lun 2 Oct 2017 - 19:51

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 28
Humeur : ....


Plus rien n’existait dans cette pièce pourpre où se mêlait cris, souffrances, peines et douleurs. Si la mort avait pu la saisir en cet instant, elle aurait marché avec elle et saisit sa main. La démence guettait quand à elle près de la porte, prête à frapper n'importe quand...
Leya n'en pouvait plus, elle est complètement à bout ! Quand est-ce que ce cauchemar va prendre fin ? Quand est-ce qu'elle pourrait enfin respirer la paix ? Rien n'est plus violent que les souvenirs.

Tout résonne en écho, les ultrasons sonnent à ses oreilles comme un bourdonnement sans fin, la chaleur la prend davantage, l'air devenait irrespirable voir même suffoquant. Leya n'entendit pas le tumulte des chats, ne vit pas Renji s'approcher d'elle, c'est lorsqu'une faible lueur de lampe vint éclairer la pièce qu'elle sortit de son état psychédélique. Les larmes redoublant de plus belles sur ses joues, elle était tétanisée. Cachant son visage à l'aide de ses longs cheveux, elle ne savait quoi lui dire. Il l'avait vu....Il l'avait observée dans cet état pitoyable et déplorable...

Séchant ses larmes à l'aide du revers de ses mains, elle tenta de reprendre sa respiration. Redevenue une enfant touchée par les démons de la nuit, elle saisit la main de Renji, la serrant fortement. peut être qu'il n'aimerait pas, mais il fallait un contact humain là tout de suite, sinon elle allait devenir complètement timbrée.

▬ Je n'y arrive pas....Il me hante ! Tous les jours je pense à lui....à ce qu'il a fait à ma mère, à ce qu'il a voulu me faire....je....

A nouveau elle s'effondra, se laissant faiblir un peu. Parfois trop retenir ses émotions devient dangereux, l'être humain est si instable qu'il met sa propre vie en danger en pensant continuellement à celle des autres, il jalouse le bonheur d'autrui, et surtout il laisse ses émotions devenir maître de son propre corps.

▬ Aide moi Renji....je t'en prie...

Elle le regarda avec des yeux suppliants, des yeux presque vidés de tout sentiment de joie naissante.Ses yeux étaient creusés par la fatigue, son teint livide et pâle pourrait croire qu'elle est au bord de l'évanouissement.



##   Lun 2 Oct 2017 - 22:04

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 239
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Jamais il n'aurait pensé toute l'ampleur de ses terreurs. Le jeune homme se tenait près d'elle, pensant qu'il ne s'agissait là que d'un cauchemar ou bien qu'elle était triste suite à l'accident et surtout de part son comportement. Ce qui parut plus lucide. Mais il n'en est rien.
Perdu, il tente de la résonner par une solution, mais rien n'y fait, ses larmes redoublent et elle s'agrippe à sa main. Non, il n'apprécie pas ce contact soudain. Ses yeux glissent dessus, agacé. Mais les paroles de Leya attirent son attention.

Posant son regard sur elle, tout semblait disparaître soudainement. Elle, au visage tiré, détruit par des terreurs qui la hantent encore maintenant, l'implore de l'aider. Il n'est pas un héros, il aurait aimé pouvoir lui dire. Qu'elle le lâche, qu'elle trouve quelqu'un de bien plus brave et dévoué que lui.
Lui, il est égoïste, lâche, il ne se mêle pas des histoires des autres. Et qu'importe ce qui pourrait leur arriver par la suite, à chacun son problème. Si tu n'es pas capable de te battre par toi même, alors c'est que tu ne mérite pas de vivre.
Voilà la philosophie d'une toute jeunesse dans laquelle il sera bercer toute son enfance.

Pourtant, lorsqu'il sent sa petite main dans la sienne, les doigts entrelacés, un voile se passe dans son regard. Il n'avait pas saisi toute l'importance de ses dires. Qui lui en voulait exactement? Qui avait pu la rendre aussi faible, apeurée.
Mais il sentit sa main, il entendit son appel à l'aide. Que fait-on quand on n'a jamais rien appris des autres? Comment faire?
Il est bien impuissant face à toute cette détresse. Et son regard le meurtrit d'avantage.
Sa tête lui ordonne de la jeter dehors pour retrouver une nuit de sommeil parfaite. Mais son cœur lui supplie d'être bon, au moins une fois, juste pour cette nuit.

Il reste silencieux, un long moment à la contempler, dépourvu de tout contrôle. Ne rien contrôler est de ce qu'il y a de plus frustrant. Finalement, il préfère laissé agir et c'est son corps qui prend les commandes. On mettra ça sur le compte de la fatigue, c'est bien plus facile.
Et sans suite, il se glisse dans son lit et la prend dans ses bras. Posant sa tête contre son torse, il garde ainsi sa main sur sa cascade d'argent.


"Je reste avec toi. Tu n'as plus à avoir peur, Leya."

C'était comme calmer un enfant.
Alors oui, il hait le contact humain mais lorsqu'il s'agit de lui même, il le tolère. De toute manière, il l'a bien comprit, il n'avait pas d'autres choix. Il fallait à tout pris que Leya trouve le sommeil. Cela allait à l'encontre de sa santé. Et d'une voix toujours aussi calme, il rajoute au creux de son oreille:


"Je reste éveillé tant que tu ne t'endors pas."

En soit, il veillerait sur elle jusqu'à qu'elle puisse s'endormir. Avec la lampe de chevet restée allumer, il devrait pouvoir réussir à la calmer, à la rassurer. Et tandis que le silence s'installe, patientant que cette dernière ne tombe dans les bras de Morphée, son esprit est toujours préoccupé par ces aveux soudains.

Finalement, le petit matin se lève. Les rayons du soleil transperce les rideaux et baigne la chambre dans une clarté réchauffant. Les chatons s'étant accaparés le lit du brun les deux terriens ont du s'endormir dans le lit du coloc.
Dans la nuit, une fois que Leya se soit endormi, Renji n'avait pas eu la force de quitter le lit et à son tour, il s'était assoupi.
Un grincement de porte s'entend, ouvrant un œil tel un reflexe, Renji vit la tête du colocataire. Ce dernier affiche un air surprit et incompréhensible et doucement il repart tout en prenant soin de refermer la porte.
Ouais, il allait devoir rendre des comptes.


##   Lun 2 Oct 2017 - 22:45

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 28
Humeur : ....


Tu es faible, Leya
C'est pour cette raison que ta mère ne voulait pas de toi
Pour cela que ton père adoptif ne te lâchera pas
Que les autres te feront la misère.....


Il faut que ça change, mais pour cela, tu dois trouver la force....





Alors que la demoiselle était en train de le supplier de l'aider, son esprit commença à nouveau à la torturer, revoyant tout ce sang versé, toute cette haine, cette peur....
Elle le savait, il ne pouvait rien pour elle, il ne pouvait changer le passé, de plus il ne la connaissait que depuis quelques heures. Alors pourquoi est-ce qu'il viendrait en aide à une fille aussi ridicule ?

C'est ce qu'elle se disait dans son cœur, mais ça bien avant son geste...

Leya n'eut pas le temps de comprendre ce qui venait de se dérouler, mais son corps était enveloppée d'une étrange mais ô combien agréable chaleur. Renji la serrait dans ses bras...? Si elle s'était attendue à ça, surement que ses joues ne se seraient pas colorées de cette façon et son cœur n'aurait pas chancelé à ce point. Première fois que quelqu'un l'étreignait de cette façon. Il semblerait qu'avec lui, il y ait beaucoup de choses qui ne lui était jamais arrivé : Être protégée, qu'on s'inquiète pour elle, qu'on lui accorde de l'attention, et maintenant qu'on la cajole. Le coeur battant tellement vite, à nouveau les larmes redoublèrent. Leya se laissa complètement aller, se disant que demain était un autre jour.

Pourvu qu'il ne sente pas le rythme de son coeur si accéléré....
La situation devait déjà être assez malaisante pour lui


Pourquoi est-ce qu'elle réagissait ainsi ? N'était-elle pas sourde aux émotions humaines, rejetant chaque attention comme un interdit ? Pourquoi est-ce que le petit muscle dans sa poitrine lui joue des tours de cette façon ! Il fallait qu'elle retrouve un peu de dissident dans tout ça ! Mais pas ce soir, non elle voulait se laisser abandonner à ce qu'on lui offrait à elle, et rien qu'à elle....Apaisée par ses paroles et la chaleur de son étreinte, elle se blottit fortement avant de murmurer un faible

▬ Merci Renji....

Par la suite, comme si les terreurs n'avaient plus le champ libre pour l'enquiquiner, la fatigue de nuits trop sombres, ainsi que la chaleur des bras du jeune homme eut raison d'elle, elle s'assoupit doucement, passant pour la première fois depuis bien des années, une douce et agréable nuit...
Dommage que les faibles rayons du soleil vinrent perturber tout cela. Enfin, il est vrai que la demoiselle bien trop épuisée n'avait pas encore été réveillée par ces derniers. C'est quand elle entendit le bruit de la porte sans voir ce qui c'était passé qu'à son tour, elle sortit de sa torpeur, toujours enveloppée dans les bras du brun. Un air mignonnet d'endormie sur son visage, elle croisa les yeux bleus de Renji, et esquissa un doux sourire.

▬ Ohayô Renji....

Pardon ??? Quoi ???? Leya venait de....

C'est la première fois qu'elle sourit à quelqu'un.


##   Mar 3 Oct 2017 - 21:51

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 239
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Il n'était pas tout à fait reposé, il le sentait. Ses muscles se tiraient, il avait mal à la nuque. Quelle horrible nuit! Le solitaire adore roulait dans ses couettes. Il ne supporte pas la chaleur d'une autre personne contre lui. Il a l'impression de suffoquer.
Il est bien trop habitué à sa solitude pour pouvoir apprécier à de la compagnie.
Malgré qu'il ait du mal à réunir les deux bouts, peu à peu, tout se remet dans l'ordre.

Très bien, son coloc les a surpris. Il en assumera les conséquences. Il le sait pertinemment, il allait devoir subir son interrogatoire. Ce n'est pas tant de devoir lui répondre qui le dérange, c'est de parler avec lui tout court. Au pire, il l'ignora. Mais vue le personnage extravertie, il en doute sérieusement. Il va surement le guetter en coin, installé sur son bureau, jusqu'à que Renji crache le morceau.
Raaaahhh... cette journée s'annonce encore plus fatigante que la précédente.

Mais pour l'heure, il réalise qu'il est dans le même lit que Leya et elle... dans ses bras.
Lorsque leurs regards se croisent, il la fixe silencieusement. Ses iris écarquillés, cette dernière lui sourit doucement. Il ne saurait dire si c'est le fait de l'avoir coller à lui qui le crispe, ou bien ce sourire.
Une rougeur inhabituelle peint ses pommettes et le solitaire se redresse, chassant toute intrusion trop proche.


"Oui... Hum... Bonjour."

Une fois debout et loin de cette tourmente, le jeune homme passa une main dans ses cheveux en bataille. Il n'apprécie guère être mal vêtu. Aussitôt, il replace tant bien que mal sa chemise, et tout ce qui en suit.
Ohayô s'emploi uniquement entre amis. Depuis quand Leya parle japonais? Et aussi, depuis quand sont-ils amis? C'est assez familier, ce qui mit le garçon dans l'embarras.
Il faut qu'il se ressaisit. Il y a eu suffisamment d'accidents au cours de la soirée pour que cela ne déborde encore ce matin. . il faut à tout prix remettre de l'ordre.


"Je pensais que tu étais anglaise..."

Tente-il sur un ton plus neutre. Il ne devait pas laisser ses émotions le gagner. Il devait à tout prix garder le contrôle sur sa vie et ce qui l'entoure. Et ainsi le mur de glace se dresse entre eux.
Une fois plus apprêté, il posa son regard bleu sur la demoiselle.


"Tes vêtements doivent surement être secs."


##   Mer 4 Oct 2017 - 1:56

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 28
Humeur : ....


Fascination quand tu nous emprisonnes. Leya était complètement envoûtée par ce regard bleu perçant, ses yeux qui cachaient une histoire. La demoiselle sentit également ses joues s'empourprer, avant qu'il ne se redresse rapidement. Était-ce mal de dire qu'elle regrette un peu son contact maintenant ? Oui, elle ne s'était jamais sentie aussi bien et aussi en sécurité que cette nuit. Mais comme toutes choses en ce monde, il y a un début et puis une fin. C'était à son tour de se redresser en prenant soin de faire soigneusement le lit et de regarder par la fenêtre.

La pluie avait cessé, et un ciel bleu magnifique annonçait un jour nouveau. A son tour, se passant une main dans sa tignasse de lionne matinale, elle sentit un des chatons lui sauter dans les bras, à savoir le petit noir. Le cajolant doucement, et lui disant bonjour à lui aussi avec un léger sourire sur les lèvres...Elle le reposa sur le sol pour qu'il puisse retourner se dorloter auprès du petit blanc.

▬ Je le suis, je parle japonais également grâce à ma famille d'accueil....

Se souvenait-il des paroles qu'elle lui avait dites hier soir dans la tourmente de ses terreurs ? Au fond d'elle, elle espère que non, devoir rendre des comptes et parler de ces choses qui la hantent n'étaient pas ce qu'elle aimait faire le plus. Maintenant ce qui l'inquiétait le plus c'est l'état dans lequel elle risquait de retrouver ses affaires après l'humiliation de sa colocataire....Récupérant ses vêtements, elle enfila sa jupe, se tourna de dos, pour enlever le t-shirt noir et enfila rapidement son pull. Effectivement ils étaient secs, elle allait donc pouvoir rentrer et se changer. Enfin, d'abord il fallait qu'elle attende que sa colocataire aille à ses cours.

Un coup d'oeil au réveil rapidement, elle sentit à nouveau cette ambiance silencieuse et froide. En même temps pouvait-il en être autrement alors qu'ils avaient dépassés un certain stade...De base ils ne sont pas amis, et ils avaient dormis ensemble....Bonjour le saut d'étape ! Enfin bon, il faut s'attendre à tout quand on s'approche de Leya...."Bizarre" n'est pas un mot qui est inconnu de son vocabulaire et encore moins de sa manière d'être.

▬ Je vais profiter que Melina ma colocataire ne soit pas dans la chambre pour aller prendre une douche et me changer....encore merci pour cette nuit, et je suis désolée de....la gêne occasionnée.

Leya s'inclina légèrement pour faire preuve de reconnaissance et de politesse, pour elle cette marque d'attention n'était pas suffisante, mais que pouvait-elle faire pour lui ? Elle se tourna vers lui un sourire sur les lèvres, ce genre d'expression qu'elle ne réservait qu'aux personnes qu'elle acceptait.

▬ J'espère qu'on se reverra un jour

Puis elle sortit de cette dernière, vérifiant dans les couloirs que personne n'y traînait, et se hâte de rentrer dans la sienne, et quelle ne fut pas sa non surprise de voir cette dernière en pagaille, des canettes de bières vide sur la table, des mégots de cigarette écrasés dans un cendrier, des cartes à jouer un peu éparpillées partout, et sur une note un peu moins joyeuse, les précieuses pages de son journal intime, déchirées, chiffonnées, gribouillées avec des annotations dessus. La demoiselle serra fortement les poings, elle le savait, mais elle ne faillirait plus. Et surtout, elle allait se battre et devenir plus forte !

Une heure plus tard après avoir nettoyé la chambre, pris sa douche, avoir enfilé de nouveaux vêtements à savoir un top lavande moitié coton, moitié dentelle, et un short en jean, elle se rendit dans les cuisines pour y préparer un petit déjeuner.

Arrivant devant la porte de la chambre de Renji, la jeune femme tapa à cette dernière déposant le plateau au sol, et s'en alla rapidement. Sur ce dernier on pouvait voir un verre de jus d'orange, ainsi que des pancakes sauce chocolat fait maison, ainsi qu'une petite carte où il y avait écrit "Merci" ainsi que signé par son prénom et une tête de chat dessiné à côté de ce dernier. La jeune fille ignorait si cela lui ferait plaisir, mais c'était sa façon à elle de le remercier.

A présent, il est temps de tourner la page et d'aller de l'avant.
Leya allait changer, c'est certain...






Merci pour ce magnifique cadeau Ronron ♥️

Spoiler:
 

##   Mer 4 Oct 2017 - 23:16

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 239
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Ce contact obligé avait refroidi le garçon. Il le sait, il avait du faire énormément d'efforts durant la nuit pour que la jeune femme retrouve un moment de paix. Mais désormais que le jour ait percé les nuages, la réalité le rattrape et la gêne s'en empare.

Il comprend alors que Leya a été élevée dans une famille d'accueil, au Japon. Il comprend mieux alors sa facilité à parler sa langue natale. Ceci dit, il n'oublie pas ses paroles durant ses frayeurs nocturnes. "Il" devait être un homme. Sa hantise qui la suit encore maintenant. Quelque chose s'était passée, quelque chose l'avait détruite et ce depuis son enfance. Enfin du moins, depuis longtemps. Beaucoup trop longtemps.
Mais le garçon continu de se le répéter: il n'est pas un héros.

Se rassurant qu'il ne pourrait jamais rien faire de plus pour cet animal sauvage, il laisse le silence s'emparait de la distance. Tournant le dos, au son du bruit, il comprend que cette dernière se change. C'est incroyable! Même encore maintenant, il se passe quelque chose.
C'est assez dérangeant de savoir qu'une femme se change dans votre dos. Quel gars ne se serait pas tourner pour savourer du spectacle?
Les gens dits "normaux" le pointerait du doigt pour se moquer de lui. Mais qu'importe, il aime se détacher de l'ordinaire. Il n'est pas comme son coloc. Il n'est pas comme ce gars qui rit fort en classe, qui aime faire des blagues. Il n'est pas ce type qui sait flatter les filles par de belles paroles. Et il ne sera ce héros de bande dessinée qui sauve la vie d'autrui au puéril de la sienne pour une question de bonne moralité.

Qu'est ce qu'une bonne morale? Ce que l'on vous compte après chaque histoire?
Renji préfère leur tourner le dos. Il préfère se séparer de cette société. Son silence et sa solitude sont ses meilleures amies. Il est ainsi le plus heureux...
Belle moralité.

La voix de la demoiselle l'interpelle. Sortant de ses pensées, il peut enfin tourner le tête et poser son regard sur elle. Elle s'excuse. Encore et toujours. Inlassablement.
Penchant la tête sur le côté, Renji reste un instant silencieux jusqu'à qu'elle termine de parler. Du moins, cela y ressemble.


"Hum... Très bien dans ce cas."

Ni plus, ni moins. Il ne saura jamais lui dire "non, t'en fais pas. Je serais toujours là. T'inquiètes pas, tu peux revenir quand tu veux." Il ne sait pas mentir et puis il ne sert à rien de faire espérer des choses inexistantes.
Alors il lui répond sans aucune profondeur dans chacune de ses paroles. Même lorsque Leya souhaite le revoir, il ne lui répond pas.
Il n'est pas une personne mauvaise, mais il n'est pas un menteur.
Il faut dire que cette fille a été une source de tempête. Cette soirée fut surement la plus longue de son existence.
La laissant s'en aller, il la regarde quitter cette chambre et le voilà planter au milieu de la pièce.
L'atmosphère parait diffèrent. Bien qu'elle soit une catastrophe sur deux jambes, il n'en reste pas moins curieux.
Qui était cette tempête?

Deux petites boules de poils percutent ses jambes. Baissant la tête, il constate qu'il y a encore ce problème: les chatons.
Une fois ayant prit les animaux à bras, le brun quitte les dortoirs pour se rendre à l'animalerie du village. L'air frais du matin fouette son visage et c'est une source de bien être.
Sur le chemin du retour, il est satisfait de s'être débarrassé des animaux. En passant, son attention s'arrête sur les bureaux. Pendant un moment, il ne voulait plus s'en charger et puis....
Ses pas le dirigent à l'intérieur, sa demande et son témoignage sont pris en compte.
Plus tard, dans les jours à suivre, la colocataire de Leya sera renvoyée vers une autre chambre donnant plus d'espace à la jeune femme et surtout une nouvelle colocataire plus sympathique et patiente.

Cela fait quelques secondes qu'il fixe, assez surpris, ce plateau devant sa porte. Inutile qu'on lui dise d'où ça vient, il y a une note et tout est dit. Prenant le plateau, Renji n'y touchera pas. Du moins pas dans l'immédiat, il manque plus de sommeil que d'appétit. Il se contente de fixer ce morceau de papier durant de longues minutes.
Et étrangement, au lieu de le jeter, il l'enferme dans le tiroir de son bureau....


THE END


##   
Contenu sponsorisé

 

Un flocon de neige en été (PV Leya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Entrée.
Aller à la page : Précédent  1, 2