Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Le discours de la nuit /Akiki!/
#   Lun 2 Oct 2017 - 18:43

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Je n'avais pas eu de moment à moi depuis la nouvelle de ma survie envisageable. C'est idiot, mais j'avais passé mon nom à cavaler pour prévenir mes proches ou à m'entraîner comme une dingue. Quand je pliais, je me reposais. Je n'avais pas réussi à avoir cinq minutes pour y penser à tête reposer.
Je ne voulais pas me fourvoyer en pensant que tout était terminé. C'était loin d'être le cas, on en avait tous conscience. Mais là n'était pas le problème. Il était bien plus vicieux: Je me sentais mal. Je me sentais coupable et triste, alors que j'aurai dû être heureuse.

L'inconvénient, quand on perd sa famille en étant jeune, c'est qu'on perd beaucoup trop tôt nos seuls repères. Alors évidemment, quand on apprend que nous même allons mourir, c'est beaucoup plus simple à accepter. On a déjà perdu bien plus de choses qu'il n'était supportable de perdre, alors pourquoi pas la vie aussi? On a alors la chance de pouvoir oublier ce sentiment de culpabilité du fait d'avoir survécu.
Sauf que j'allais vivre, moi. J'avais une chance de m'en sortir, une chance que j'allais saisir. Mais pourquoi moi, j'avais cette chance?

C'est ainsi que j'ai finis sur le toit, à deux heures du mat'. J'étais habillé d'un vieux jogging et d'une veste ample et mes cheveux étaient attachés en chignon.
Je me suis avancé vers le bord, les yeux levés vers un ciel empli d'étoiles. J'ai eu un léger sourire. Une croyance voulait que les êtres cher soient quelques part là-haut, veillant sur nous. Il me plaisait se penser ainsi. Peut-être mon frère et mes parents étaient-ils perdus dans cette immensité, m'observant de leurs regards bienveillants. J'imaginais sans peine Vincent rire de mes déboires et de mes disputes incessantes avec Ys ou encore mes parents me regarder avec tout l'amour du monde lorsque je souriais face à Liam. Mon père devait être inquiet et ma mère, ravie.

- Et maintenant, je fais quoi, moi?

Une main sur le coeur, j'ai repris mon souffle. Il était difficile de ne plus voir ma famille. Pas un jour ne passait sans que je n'ai quelque chose à leur dire. Le retour de Liam, une conversation avec Ys, une repet avec le groupe, un entraînement avec Mitsuki, ma visite à Misao, un délire avec Kyle, mes résultats. Tant de choses, tant de mots et de conversations dont on me privait injustement.

- Je vais vivre. Je vois le bout du combat et une issue favorable. Mais y arriverais-je vraiment? Je survis depuis si longtemps... Je ne sais même pas ce que c'est, de vivre. Sans vous... C'est tellement étrange. Douloureux. Vous n'aviez pas le droit de disparaître. Je fais comment, moi, maintenant? Je ne suis plus seule, mais je reste orpheline....

J'ai fermé les yeux. Pourquoi m'adresser au vent au juste? Je n'aurai jamais de réponse. C'était idiot, mais ça me permettait de faire le point. Un jour peut-être arrêterai-je d'avoir besoin de tout leur confier comme une enfant. Mais j'avais été si proche de mon père que cela me paraissait compromis. Lui comme moi adorions nous parler pendant des heures de tout et de rien. Je sais qu'il aurait été le premier au courant pour Ys, Liam, Mitsuki, Kyle, Les Paws up et bien d'autres choses encore.
Je ne pleurais plus mes parents ou mon frère depuis bien longtemps. J'avais cessé par la force des choses, quand j'avais retrouvé une famille bien plus détraquée.

J'ai finis par baisser la tête, n'attendant plus rien de mes paroles amères. J'ai respiré un bon coups avant de me retourner vivement dans l'idée de rentrer. Je me suis alors figée. Une silhouette se dessinait à côté de la personne. Des cheveux blond, un homme visiblement. Je le reconnus tout de suite.

- Akito.

MERDE!!!!!!!!! Il était là depuis combien de temps?! Il avait entendu quoi?! Putain de merde!!!
J'ai chaussé le sourire, cachant rapidement mon désarroi face à sa présence. Je me suis approchée, surprise de le revoir. On ne s'était pas recroiser depuis l'affaire du parc et j'appréhendais un peu notre comportement. Surtout vu les circonstances.

- Salut. Qu'est-ce-que tu fais là?



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Lun 2 Oct 2017 - 22:04

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Ys et Renji
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 229
Date d'inscription : 09/04/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Toujours joyeuse!

Qu'est ce qui fait levé un garçon immature en pleine la nuit? L'envie de faire pipi évidemment!
Non, Akito n'a pas peur du noir ou tout ce qui est proche. Lui, il est bien entouré. Et heureusement pour son ancien colocataire de dortoir qu'ils ne sont plus ensembles, il avait l'impression d'être en crèche. Il y a pleins de peluches autour du lit du blondinet, des couleurs qui poquent les yeux et des boites à musique. C'est terrible...
Maintenant le blondinet est bien content, il a sa chance pour lui seul. Happy! Ouais enfin, cela n'empêche pas qu'il manque quelque chose: des waters!

Il est contraint de se lever plusieurs fois par nuit. Bon, c'est aussi un peu de sa faute, il n'a qu'à arrêter de boire autant de soda. Vêtu de son pyjama à rayure, des pantoufles de lapin, et d'un bonnet de nuit, il déambule à moitié endormi dans les couloirs. Une fois son affaire terminée, sur le chemin du retour, bien qu'il ne soit bien pas mis réveillé, il entendit une porte claquée à plusieurs reprises. Surement du au courant d'air. Ne voulant pas que la température des dortoirs chute, il prend son courage en main et part fermer cette dernière. Instinctivement et parce qu'il est curieux de nature, il passe légèrement la tête quand soudainement ses iris s'élargissent.

Alors oui, il est pas bien réveillé mais cette vision effroyable lui glace le sang et c'est une claque. Une jeune femme se tient au bord du toit. Et cela ne fait qu'un tour dans sa petite tête: ELLE VA SE SUCCIDER!!
Paniqué et effrayé, Akito rentre et marche sur le toit de l'établissement. Il ne faut pas faire de bruit pour mieux l'attraper. Il ne sait pas qui c'est mais qu'importe. Une vie reste précieuse.
Ses deux mains en avant, il approche à pas de loup et se tenant plus près que jamais il l'entendu murmurait des mots.

Peu à peu, il s'arrête et la fixe étrangement. Que dit-elle? Elle parle à quelqu'un? Elle voit des fantômes c'est ça? Et malgré tout, il entend là une profonde tristesse. La mine triste, il reste sans bouger et la contemple. La seule chose qui lui traversait l'esprit c'était que cette fille était bien malheureuse. Orpheline? Oui, il peut bien comprendre son chagrin, son éternelle solitude.
Et tandis qu'il rumine dans son coin, l'inconnue se tourne et soudainement c'est le choc.


"Yumi-Euh, Jo-chan!"

Relance-t'il. Joyce parait aussi troublée que lui. Devenant écarlate, il pensait que cette dernière allait mettre fin à ses jours et voilà qu'il apprend (sans le faire exprès hein) qu'elle est orpheline. Il ne l'aurait jamais crus. Elle parait si forte, si joyeuse, si élevée...

"Oh rien, je suis venu prendre l'air. Il fait chaud dans la chambre, haha!"

C'est surement le rire le plus gênant qu'il n'ait eu. De plus, il agite sa petite main devant son visage comme pour dégager tout désagrément. Puis il se souvient de l'existence de Liam, et il regarde de droite à gauche. Ouf! Il n'est pas là!
Alors oui, ils ont fait la paix mais s'il le retrouve ici seul avec sa copine, c'est pas sûr que le pacte tient plus longtemps.
Rassuré, le garçon prit une respiration et un sourire s'invite.


"Et toi, qu'est ce que tu fais ici toute seule?"

*Et surtout près du bord...*


#   Lun 2 Oct 2017 - 22:27

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Bien qu'il fasse sombre, je vis parfaitement Akito passait du rouge au cramoisi. C'est une image assez amusante en fait, surtout qu'elle était incompréhensible. Après tout, n'étions-nous pas amis? Il m'interpella, avant de se raviser, pour finir par me nommer par mon prénom. Ca me fit sourire de le voir faire un effort pour honorer son pacte avec Liam. En même temps, vu sa réaction, je comprenais que le garçon puisse craindre les représailles. Liam en colère, c'est un calvaire. Mais Liam jaloux, c'est pire que l'enfer.

Il m'a affirmé être venu prendre l'air, suivi d'un rire nerveux, mais je n'étais pas dupe. Il avait tout entendu. Il savait. Il savait que j'étais sans famille, livrée à moi-même. Il savait que j'étais seule. Orpheline.
Il a eu un mouvement de panique, regardant de gauche à droite pour vérifier qu'il n'y ait aucun danger. C'était amusant, ça aussi, et je retrouvais le sourire. Il n'y avait vraiment que lui pour agir avec ridicule sans se prendre la tête. Et puis il a retrouvé le sourire, me demandant la raison de ma présence en ces lieux. J'ai souris avant de me tourner de nouveau vers le bord, les yeux levés droit vers le ciel.

- Je viens souvent ici pour observer les étoiles. Presque chaque nuit.

Ça ne répondait pas à sa question, vous en conviendrez. Fin, pas à la fraie question.

- D'après beaucoup de gens, les êtres perdus nous observent depuis le ciel. Ils veillent sur nous et attendent notre arrivée avec patience et bienveillance. J'aime à penser qu'ainsi, moi aussi je les vois.

J'ai pris une pause avant de me tourner vers le jeune homme.

- Je sais que tu n'espionnais pas, ta réaction est assez flagrante, mais tu as tout entendus n'est-ce pas? Tu as compris que j'avais perdu ma famille.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mar 3 Oct 2017 - 21:53

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Ys et Renji
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 229
Date d'inscription : 09/04/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Toujours joyeuse!

Joyce lui sourit, faisant mine de rien. Du moins, elle ne parait pas aussi malheureuse qu'il ne l'avait crus. Lui et son esprit simpliste avaient de fâcheuses tendances à se créer des films.
Mais fort heureusement, tout va bien.

Joyce lui explique pourquoi elle se rendait ici. Levant les yeux sur ce ciel étoilé, le blondinet l'écoutait attentivement. Il existe énormément de croyance, religion. Sous toutes formes. Qu'importe le nom qu'on lui donne du moment qu'il existe un "après". Pour sa part, l'idée que les étoiles soient nos défunts êtres chers le faisait doucement sourire.
L'idée est plaisante et fort consolante.

Plaçant ses deux mains derrière le dos, il se balança d'avant en arrière tout en écoutant la jeune femme.


"Je pense aussi que les étoiles chantent pour nous. Qu'ils ne nous ont jamais quitté."

En ce qui le concerne, la seule personne décédée et qu'il ait connu n'est d'autre que sa mère adoptive. Ou plutôt une grand-mère vue son âge avancé. Mais c'est suffisant. Elle était d'une grande bonté et d'une bienveillance. Alors parfois, il y croit aussi, elle l'observe de là haut, gardant un œil sur ses bêtises et ses maladresses.

Et tandis que son esprit s'égard, voilà que la blonde se tourne vers lui. Ce qu'elle annonce par la suite, il ne l'avait pas vu arriver. Ainsi, depuis le départ, elle savait qu'il avait tout entendu. Rouge de honte, il pique un fard immédiatement. Il ne sait plus où se mettre et s'agite énormément.


"Non mais attends, je te jure que je t'espionnais pas! C'était un malheureux malentendu! Je t'ai vu près du bord et je savais pas que c'était toi. J'ai eu peur. C'est très haut. Et puis je t'ai entendu. Mais je cherchais pas à écouter!! ... Tu vas me frapper?"

Finit-il essoufflé après s'être autant agiter. Bah elle a tout de même du caractère la miss alors il redoute un peu sa réaction. Mais il se doit d'être sincère. Il n'aime pas les mensonges et puis de toute manière, il ne sait pas mentir. C'est peut être aussi pour ça qu'elle la grillé.
Quoiqu'il en soit, il est devant le fait accompli.
Les bras lasses retombent le long du corps, il laisse retomber lourdement sa tête en avant, ne désirant plus croiser son regard vert flamboyant.
Puis, les paroles de la jeune femme lui revint. Calmement, il laissa échapper:


"Je suis désolé... "

Il pouvait bien comprendre sa situation, ses sentiments. Lui même orphelin de naissance, il connaît bien cette peine. Bien que le cas de Joyce semble diffèrent. Elle prie des êtres chers envolés dans ce ciel étoilé. Qui donc?


#   Mer 4 Oct 2017 - 12:10

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Il y a des regards qui ne trompent pas. De ceux que seuls ceux partageant la même douleur peuvent remarquer. Ys avait cette même obscurité que moi dans le regard. Lui aussi avait déjà perdu un être cher. Et pour la première fois, alors qu'Akito affirmait avoir cette même croyance que moi, je remarquais que le jeune homme avait lui aussi un passé marqué par la perte. Finalement, nous étions plus semblable que je ne l'avais pensé la première fois.

"Non mais attends, je te jure que je t'espionnais pas! C'était un malheureux malentendu! Je t'ai vu près du bord et je savais pas que c'était toi. J'ai eu peur. C'est très haut. Et puis je t'ai entendu. Mais je cherchais pas à écouter!! ... Tu vas me frapper?"

Il était devenu rouge pivoine et j'ai entendu sa panique à travers chacun de ses mots. J'ai finis par rire. Jamais je ne le frapperai pour si peu, et vu ma position sur le toit, je comprenais son inquiétude. Après tout, des suicidaires, ici, c'était courant. Les passés de chacun nous hantaient et il n'était pas évident d'apprendre à avancer. J'en étais un exemple parmi tant d'autres. Si Ys ne m'avait pas trouver dans les sous-sol presque quatre ans plus tôt, il y avait fort à parier que j'y serai toujours. Morte ou vive.

- Ne t'en fais pas, je l'ai bien compris. Je te frapperai pas, j'ai mon caractère mais je ne suis pas injuste.


J'ai passé ma main dans ses cheveux, les ébouriffant comme on le fait à un enfant. Il a baissé la tête, peut-être gêné ou triste, je ne savais. Il m'a dit désolé et j'ai compris à quoi il faisait référence. J'ai levé les yeux au ciel, perdant le sourire. C'était parfois tellement dur de supporter tout ça.
Akito me faisait vraiment penser à un enfant. Lui aussi devait avoir un passé lourd, et c'était la première fois que cela m'apparaissait ainsi.

- Akiki... Moi aussi, je suis désolée.

Parce que oui, je peux aussi avoir de la compassion! Attention j'ai dis compassion pas pitié. La pitié, c'est quand on vous donne la charité sans comprendre vos sentiments. La compassion, c'est différent. C'est quand on sait ou qu'on comprend vos émotions et votre histoire.

- Tu sais... Quand je suis arrivée, je passais mon temps dans les sous-sol la journée, et ici, la nuit. J'étais une véritable ombre, personne ne savait qui j'étais. J'ai mis du temps à sortir de ma coquille. Ce qui m'a fait changer, c'est que la petite fille orpheline que j'étais a rencontrer pas mal de monde et a retrouver une famille. Une famille de tarés, certes, mais une famille tout de même. Pour autant, on oublie pas les êtres perdus pas vrai?

J'ai soupiré et j'ai plongé mon regard dans le sien dans un sourire.

- Eh, Akito, ça te dit de faire partie de ma famille? Après tout, t'as l'air aussi toqué que nous et tu en connais déjà la plupart.

J'étais sincère. Je tendais à Akito la même main que celle que Ys m'avait offert, bien des années plus tôt. Cette main qui m'avait sauvée plus d'une fois, et qui aujourd'hui m'avait apporté la solution et le remède me permettant un jour peut-être de lui rendre la pareille.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mer 4 Oct 2017 - 23:13

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Ys et Renji
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 229
Date d'inscription : 09/04/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Toujours joyeuse!

A son grand soulagement, Joyce ne lèvera pas la main sur lui, ou du moins elle ne criera pas. S'étant rapprochée, elle passe une main dans ses cheveux et l'ébouriffit d'avantage. Ses cheveux, c'est un terrain de combat.
Enfin, il peut être soulagé, tout se passe plutôt bien. Joyce ne sautera pas et lui, il subira pas sa colère. Happy end!
Relevant son regard sur cette dernière, les paroles lui manquèrent et la seule chose qu'il fut capable de dire était des excuses. Et le voilà lâche, il n'affronte plus son regard.

Quand soudainement la voix de la blonde lui parvint, ses paroles le touchent profondément. Relevant le regard timidement vers cette dernière, i la vit fixer ce ciel. Elle est belle sous la clarté de la lune, elle est grande sous cette force.
Quelque chose chamboule son petit cœur. De la compassion.
Depuis combien de temps quelqu'un de lui avait pas donné? Depuis quand quelqu'un avait remarqué ce petit détail chez lui?
Joyce l'avait compris et ce sans forcer. Et un doux sourire se dessine sur ses lèvres, il est heureux.


"Je-je ne savais pas. Et... non, on ne les oublies pas..."

Cette femme qui l'avait adopté, était la femme la plus gentille et la plus brave qu'il n'aura jamais rencontré. C'était elle qui lui avait tout appris. A devenir une bonne personne, souriante, aimante et fidèle à ses proches. Elle lui avait impliqué les véritables valeurs de la vie, et ça, c'est tout l'or du monde.
Parfois, lorsque à son grand désespoir il se retrouve seul, il pense à cette femme et ses sourires lui manquent terriblement.
Joyce plongea son regard dans le sien. Se perdant dedans, la suite de ses dires bouleversent le petit bonhomme.
Le souffle coupé, il la fixe de ses grands yeux. Des perles s'y forment et une étrange chaleur rayonnante et douce s'empare de lui.
Faire partie d'une famille.
N'y a t-il là pas plus beau cadeau? Et dire que leur rencontre n'aurait jamais permis une telle invitation, un tel rayonnement. Pour la première fois de sa vie, on l'acceptait tel qu'il était. On lui offrait une famille, vaste et riche en personnalité.


"Je-...J...Tu..."

Emut, le garçon se perd dans l'émotion et finalement, c'est son corps qui prend les commandes. Se jetant dans les bras de cette dernière, il laisse échapper ce trop plein qui le submerge. Cette soirée était la plus belle d'une longue vie d'acharnements.

"MERCI!! MERCI JO-CHAN!!!"

Oui, il est heureux et il ne s'en cache pas. Il laissait parler son cœur. Joyce venait de lui offrir le plus cadeau. S'éloignant de cette dernière, il s'essuya maladroitement du revers de la manche et tente d'afficher un large sourire.

"Promis, je ferais de gros efforts. Je serais digne de faire partie de cette famille."


#   Jeu 5 Oct 2017 - 16:19

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Ys allait me tuer avec ma super bonne idée. Quoique, vous me direz, vu la situation, je ferai mieux de me méfier de Liam. En revanche, j'étais sûr que Mitsuki approuverait! Oui, je sais, c'est pas ça qui allait me sauver.

Bon, toujours est-il que je ne regrettais nullement mon choix. J'étais sûre de moi. Sans cette main tendue, qui sait ce que je serai devenue, à l'adolescence? Akito avait beau être souvent insupportable et bien trop bruyant, il n'empêche qu'il avait atterrit à Terrae. Il était aussi perdu que nous tous, et il avait tout autant le droit que nous de retrouver un repère. C'est parfois un détail qui fait toute la différence.
Mes parents auraient été fiers de moi. Je grandissais et mûrissais chaque jour un peu plus. Je prenais mon envol, peu à peu, ne redoutant plus la chute. J'attendais mon combat, celui qui changerait tout. Celui qui me confirmerait qui j'étais et combien j'avais changé. Et c'était ce détail, cette main tendue qui m'avait permis de devenir celle que j'étais.

J'ai vu Akito avoir le souffle coupé, le choc de ma proposition agrandissant ses yeux, des larmes s'y formant peu à peu. Voir ce genre de réaction de sa part était vraiment une belle récompense, et cela me confortait dans l'idée que j'avais eu raison.
Il a bafouillé un instant, peu certain d'avoir les mots pour exprimer ce qu'il ressentait. Alors il a fait ce que moi même j'avais autrefois fait, il a laissé ses émotions prendre le contrôle. Sauf que là où je m'étais agacée devant mon grand frère, lui me prit dans ses bras. Si Akito avait l'apparence d'un enfant, sa force, elle, était bien celle d'un homme. Il me serra contre lui, ému, déversant son trop plein d'émotion contre mon épaule. Je suis restée paralysée contre son torse. Moi et les câlins, on est pas bons amis, je l'ai déjà dis. Mais je pouvais comprendre.
Mon ami m'a crié un merci plein de sincérité. Il était sincèrement heureux, ému et touché. Je le sentais dans son étreinte, l'entendait dans sa voix, le voyais dans ses larmes. J'avais offert à Akito cet espoir qui me maintenait en vie depuis bientôt quatre ans.

J'ai doucement posé mes mains dans son dos et dans ses cheveux. Comme je l'aurai fais à un enfant, j'ai caressé sa tête doucement, l'apaisant du mieux que je pu.

- Calme toi Akito... Je suis là.

C'était des mots que l'on m'avait déjà dis. Des mots que j'avais moi-même prononcé, à Vincent puis à Ys. Des mots de soutien et de réconfort. Des mots qui font du bien, même s'ils ne sont que des vérités. Mais parfois, ces vérités sont à elles seules le plus efficaces des remèdes.
Il a finit par s'écarter, s'essuyant maladroitement les yeux. Il me faisait vraiment penser à un enfant. Etes-vous sûr qu'il était plus vieux que moi? Il a promit de faire des efforts pour être digne de ma famille. Je ne savais pas vraiment si les autres l'accepteraient comme moi. Je veillerai sur Akito, là était ma seule certitude. Je n'engageai personne à faire de même mais j'espérais qu'ils comprendraient.

- Je le sais. Ça se voit rien qu'à ton expression.

J'ai souris, comme on sourit à un protégé. Je n'irais pas jusqu'à dire que je considérais le jeune homme comme un frère, cette place était déjà prise et personne ne pourrait changer ça. Cependant, je pouvais affirmer qu'il serait à l'avenir un ami cher. Et de tous, il était le seul à ne pas savoir pour mon état. C'était donc là un vrai rafraîchissement. Avec lui, je pourrai faire comme si tout ça n'existait pas. Et en échange, je m'engageais à l'aider à combler le vide qui l'avait fait venir ici, comme on avait comblé le mien, à coups de défi, de protection, de rire et d'amitié, et d'amour.

Je l'ai dépassé et je me suis avancée vers la porte avant de lui faire signe, un air espiègle sur le visage.

- J'ai envie de chocolat... Ça te tente d'aller dévaliser les cuisines de la cafèt?



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Jeu 5 Oct 2017 - 23:01

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Ys et Renji
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 229
Date d'inscription : 09/04/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Toujours joyeuse!

C'est étrange, mais Joyce n'a rien avoir de cette fille qu'il avait souvent croisé. Elle était plus douce, plus... accessible. Si, il y a bien au cette fois où elle lui a courut après, mais c'était plus par pitié qu'autre chose. Ce n'est pas grave, Akito n'est pas rancunier.
Mais cette fois, ce soir sur ce toit, elle est différente. Et quelle douce émotion qui l'envahit quand il sent tout sn être s'emparait de lui.
On l'acceptait ici, à Terrae. On lui offrait une famille, une place. N'y a t-il pas mieux cadeau que cela? Non. Et il était l'homme le plus heureux du monde.
Joyce le console et il retient ses larmes du mieux qu'il ne le put.
Promis, il serait à la hauteur de leurs attentes. Ils pourront être fier du blondinet, de ce boulet.

Retrouvant un espace vital, Akito ancra son regard d'or dans le sien. Elle le croit sincère, elle le voit. Et son sourire lui réchauffe le cœur. A son tour, il lui sourit.
C'était bien la première qu'il entendait de telles paroles. Personne n'avait été si gentille durant son enfance. Ici, on vous laisse une chance et jamais il ne pourrait autant remercier Akihiko d'être venu le chercher.

Par la suite, alors que ses bras le quitte, le vent frais du soir le ramène sur terre. Tout est si beau qu'il se crut dans un rêve. La voix de la jeune femme l'interpelle et il se tourne aussitôt vers cette dernière. Un grand sourire sur les lèvres.


"Oh ouiii! J'adore ça aussi."

Inutile de lui dire deux fois, lui et les sucreries, ça fait deux. Aussi vite, il s'empresse de rattraper la jeune femme et une fois à sa hauteur, il la laisse passer tel un gentleman.

"Attends mais t'es sûre qu'on a le droit au moins? Y a plus personne qui traine tu sais."

Ouais enfin à part eux, il n'y a plus personne dans les couloirs. Et pour ce qui est de se faire prendre sur le fait, il n'y a qu'Akito à qui ça arrive. Ce doit être une sorte de malédiction. Ce serait dommage de contaminer Joyce. Non mais il devait être à la hauteur là, si ça commence ça, c'est mal barré.


#   Ven 6 Oct 2017 - 22:25

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

On fait tous des choix. Des bons comme des mauvais. Imposés ou libres, ils nous forment et demandent à ce que l'on en assume chacune des conséquences. C'est vicieux un choix. Il peut tout aussi bien se retourner contre nous et nous briser, tout en nous promettant un bel avenir.
J'avais choisi de cacher ma maladie à mes amis puis de leur révéler. J'avais choisi de ne pas leur dire à quel point j'étais mal en point, avant que je ne me retrouve obligée de tout avouer. J'avais choisi et j'avais assumé les conséquences de mes actes. Et encore une fois, je choisis de tendre une main à Akito, sans être sûre de pouvoir honorer ma parole. Serai-je toujours là d'ici un an ou même dix? Comprendrait-il? Ys et Mitsuki lui expliqueraient-ils? Mon Dieu... Avais-je fait le bon choix?

Il a sourit de toutes ses dents à mon idée de fringale nocturne. Je faisais souvent ça, et fût une époque où j'y retrouvais Misao. Cependant, cela faisait bien longtemps que ces rencontres ne se faisaient plus, et cela m'attristait bien plus que je ne l'aurai voulu.
Il a dit adorer ça, lui aussi et j'ai ris doucement. Akito était vraiment un môme. Mais il était le seul à ne jamais me demander comment je me sentais, ou comment j'allais en se référant à la maladie et c'était agréable. Il ne savait pas, et il ne saurait jamais. Pardon Akito. Je ne voulais pas gâcher ton insouciance.

Il m'a rejoint avant de me laisser passer en première. J'ai souris avant de dévaler prudemment et discrètement les escaliers.

"Attends mais t'es sûre qu'on a le droit au moins? Y a plus personne qui traîne tu sais."


- Ben non on a pas le droit. Mais c'est ce qui rend les choses si excitantes non? Rassure-toi, si on se fait prendre, j'aurai qu'à utiliser mes pouvoirs pour qu'ils ne disent rien. Sauf si c'est des masters. Faudra courir. Aller, viens!

J'ai finis ma phrase avec un petit clin d’œil. J'avais l'air d'une gamine moi aussi. Je retrouvais cet âge bénis où l'on ne pense jamais aux conséquences. Cet âge dont j'avais été privé. Je retrouvais peu à peu l'insouciance et l'ignorance attribuées aux enfants, ce moment de tendresse infinie où le bonheur et les bêtises sont roi et reine.

- Tu vas pas me dire que tu as peur quand même?

J'avais un petit air malicieux, un brin taquin. J'avais un air de peste. Mais c'était moi. La vraie moi. Sans la maladie, sans la perte, sans l'orphelinat. C'était de nouveau moi, cette petite fille souriante et joueuse, beaucoup trop malicieuse pour rester sage mais bien trop maline pour avoir des ennuis. J'avais de nouveaux six ans, et j'étais encore libre et heureuse. Comme quoi, ça ne tenait à rien.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mar 10 Oct 2017 - 21:34

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Ys et Renji
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 229
Date d'inscription : 09/04/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Toujours joyeuse!

Cette main qui lui avait été tendue était surement le plus cadeau qu'on ne lui ai jamais fait. Cette soirée restera gravée à jamais dans sa mémoire. Et dire qu'il y a peu de temps avant cela, Joyce et lui, c'était quasiment impossible. Elle, qui était dure et inaccessible, lui, qui lui tapait sur le système, cette relation était vouée à l'échec. Mais ce soir, ils trouvèrent un point d'entente. Oh il sait bien qu'il n'obtiendra rien de plus que de l'amitié et que son petit cœur cesserait de battre avec le temps. Mais son chagrin est récompensé, réconforté. Joyce était devenue son amie et ce n'était pas plus mal. De toute manière, lui et les filles, c'est un véritable dilemme. Il ne connaîtra surement jamais ce qui est le véritable amour. Tout n'a été, depuis son enfance, que des amourettes de passage. C'est ce qu'il se passe quand on s'y connaît pas.

Finalement, il suit la blonde fougueuse. Elle n'a pas froid aux yeux, c'est assez intimidant en soit. Restant en arrière, il a un peu honte d'avoir autant de retenu. La jeune femme se veut rassurante. Malgré tout, Akito déglutit difficilement suite aux paroles.


"Courir?!"

Non mais toute sa vie, il n'a fait que de courir. S'il pouvait éviter de temps à autre à ne pas le faire, ça serait pas plus mal. Elle ne s'en doute peut être pas, mais Akito a la poisse et c'est toujours pour lui les malheurs et les "pas de chance". Non mais là, il le sent bien, y a un Master qui va lui tomber dessus et ça va être sa fête.
Malgré tout, il s'agrippe à elle, marche à sa hauteur. On ne sait jamais si la menace arriverait de derrière.
Mais voilà que Joyce se joue de lui. Et ce petit sourire qu'elle affiche ne lui plait pas. C'est un défis, elle se moque ouvertement de lui. Gonflant des joues, il emboita le pas, passant devant elle tout en gonflant le torse (ouais ouais, il a pas de pecs!).


"J'ai peur de rien moi, d'accord!"

Il s'est tout de même souvenu qu'il était le garçon et qu'il avait des choses à prouver. C'est du bizutage c'est ça? Pour entrer dans cette famille, il y a des épreuves et celle ci en fait partie, n'est ce pas? Non???
Passant la tête, il jette un œil mais personne ne semble traîner dans les couloirs. Laissant un soupir, rassuré par ce silence, il ouvre la voie. Il se sent un peu plus à l'aise, enfin, un peu.


"C'est bon, la voie est libre. Je pensais pas que tu étais du genre à enfreindre les règles. Tu caches bien ton jeu sous ton joli visage en porcelaine!"

Oui, oui, il rigole hein, il ne veut pas non plus froisser la jeune femme et griller sur place. Néanmoins, il était sincère, il l'a pensé plus disciplinée que ça.


#   Mar 17 Oct 2017 - 13:37

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 620
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu un faible pour les bêtises. Peu de temps avant qu'on ne perde notre père, il était fréquent que j'embarque Vincent dans mes frasques et nous avions une complicité telle que l'on arrivait souvent à nos fins. J'adorais me glisser dans l'ombre pour agir et ne pas me faire remarquer. J'aimais manipuler les adultes avec ma bouille d'ange pour les faire plier. J'avais suffisamment d'audace et de culot pour avoir du répondant. Maman n'avait que moyennement apprécié que je me serve de mes talents d'actrices contre elle, quand à papa, il m'a toujours dis que si je ne perçais pas dans la musique, je pourrai toujours faire du Droit ou de la politique. Non mais sérieux, vous m'imaginez avocate?

Evidemment, quand j'ai proposé à Akito de venir avec moi pour piller la cafet, j'ai forcément repensé à cette époque. Décidément, ce n'était pas ce soir que je me coucherai l'esprit tranquille!
Mais je voyais briller dans le regard du jeune homme la même lueur que celle que j'avais depuis bien des années maintenant. Le vide se comblait, un petit peu. Terrae nous avait tous appelé pour ce vide que nous ressentions. Ce vide qui venait de nos vies, toutes plus merdiques les unes que les autres. Alors forcément, quand quelqu'un ou quelque chose nous rappelait qui nous étions, qui nous sommes, ce vide que l'on ressentait disparaissait peu à peu, jusqu'à n'être plus qu'un souvenir doux-amer.

Quand j'ai émis l'hypothèse qu'il nous faudrait peut-être courir, Akiki n'a pas eu l'air des plus enchanté et j'ai souris de plus belle, amusée.
Sauf que lorsque je me suis permise d'envoyer une petite pique, Akito m'est passé devant, gonflant les joues, pressé de me prouver que j'avais tord. Bizarre, mais je reconnaissais un peu en Akito la fierté mal placée d'Ys. Sauf que lui, il m'aurait juste dit d'arrêter de faire la maligne avec ma petite tête avant de m’ébouriffer les cheveux et d'hésiter à me foutre dans la merde durant la mission chocolat. Non, je ne doutais pas une minute qu'il puisse se comporter gentiment avec moi. Après tout, nous parlions de mon frère non?

Akito a affirmé n'avoir peur de rien et ça m'a fait rire. Ouais. Il en menait pas large quand même! Il a vérifié que la voie était libre et je l'ai laissé faire, amusé par son comportement. En même temps, s'il était en première ligne, il serait le premier à se faire prendre.

"C'est bon, la voie est libre. Je pensais pas que tu étais du genre à enfreindre les règles. Tu caches bien ton jeu sous ton joli visage en porcelaine!"

Je lui ai décoché un sourire espiègle.

- Akiki, tu apprendras que je suis toujours la première à me fourrer dans des situations pas possibles. Demande à Ys si tu ne me crois pas, il nous en est arrivé de belles à tous les deux!

Je suis passé devant lui, courant jusqu'à la cafet dans le couloir désert, bien conscient qu'un feu pouvait tout aussi bien avoir utilisé son pouvoir d'invisibilité et que donc, nous n'étions pas vraiment seul. Avouez quand même que c'était vraiment amusant dans le genre mission? Je pouvais bien me faire prendre, une envie de chocolat n'attend jamais!

- Aller bouge, on a pas toute la nuit Akito!



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Mar 17 Oct 2017 - 23:33

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Ys et Renji
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 229
Date d'inscription : 09/04/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Toujours joyeuse!

Danger. Danger. Danger. 
C'est ainsi que survis un lapin à vue dégagée. Non mais Joyce est un peu folle en vérité. Elle se lance dans la gueule du loup clairement. Akito a toujours eu le chic pour tomber dans ce genre de situation. Depuis il a développé des techniques pour éviter les problèmes. 
Il court très vite. Et pour sûr, il n'oublierait pas le conseil de la blonde.

Cette dernière l'entraîne, passant devant lui. Ok, elle prend les choses en main, et à tâtant, le blondinet lui colle aux baskets. Jetant un regard en arrière, il reste néanmoins attentif aux paroles de cette dernière.

"Oui mais Ys a toujours eu le don de s'attirer des problèmes. Mais toi, t'es une fille, t'es plus mature aussi."

Du moins, de ce qu'il a pu en voir, Joyce était plus intelligente et plus réfléchie. Alors qu'Ys se foute dans des situations pareilles, il n'est pas si étonné que ça. Mais Joyce?! Liam aussi alors? 
Oh mon Dieu! Il a quitté les Yankees pour retrouver une famille encore plus dangereuse et en bonus dotée de pouvoirs!

"Oui, oui, j'arrive!"

Ah mais elle met la pression en plus. Et parles pas aussi fort sinon leurs chances de réussir sont de zéro. Finalement, leur petit jeu finit par les amener tout droit devant les portes de la cuisine. Regroupant tout son courage, le blondinet prit une profonde respiration, et en jetant un regard complice à la blonde, il s'élance:

"Un.. deux.. TROIS!"

Les portes s'ouvrent grandes sur une vaste salle. Tout est propre, pas une casserole traîne. C'est les cuisines, pas de doute. Mais rien d'existant à première vue. Un peu déçu, Akito s'avance, laissant passer la demoiselle, vérifiant que les portes restent bien fermées derrière eux.

"Il n'y a vraiment rien. On aurait pu se faire choper pour rien, tu le sais? C'était une mauvaise idée en fait."

Et oui, parfois cela lui arrive, le blondinet peut être défaitiste.


#   
Contenu sponsorisé

 

Le discours de la nuit /Akiki!/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Toit de l'institut